Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une bourde à rattraper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Une bourde à rattraper   Sam 4 Jan 2014 - 13:19

Bella était restée toute la fin de la journée dans leur chambre, évitant soigneusement les autres Cullen. Elle n’avait envie de voir personne, de ne parler à personne. Elle n’était bonne qu’à blesser les gens sans comprendre ce qu’elle avait fait, exactement. Bon, le « Ta fille » était blessant, elle le reconnaissait… Bella s’était excusée pour cela, d’ailleurs. Mais la suite de la discussion, les paroles, le fait que Carlisle lui raccroche au nez alors que ce n’était pas dans ses habitudes. Que devait-il penser, à présent ? Et si jamais il était distrait à cause d’elle ? Et s’il se faisait tuer ? Bella appréciait son beau-père, elle tenait à lui comme à un père même si elle ne le lui avait jamais dit. Intérieurement, elle avait l’impression que si elle admettait être comme « la fille de Carlisle », elle risquait d’oublier Charlie, que ce serait presque une trahison pour son père.

Bella n’arrêtait pas de faire les cents pas dans la chambre, fixant les photos. Elle prit un album photos rangé dans une commode et le parcourut lentement, s’attardant sur chaque photo. Des photos d’Esmée, Carlisle, du couple, d’Emmett et Rosalie, de Jasper et d’Alice, d’Alice et elle-même, de Renesmée, de Jake… Et d’Edward et elle, à leur mariage, et encore à d’autres évènements. Une photo de Charlie était glissée au tout début de l’album, dans la couverture intérieure, avec Renée et elle. Bella n’était qu’un bébé à l’époque, mais cette photo représentait le souvenir qu’elle voulait garder de ses parents. Avant que tout cela ne dégénère. Elle sentit une énorme boule se former dans son estomac, ce dernier se serrant de plus en plus. Bella passa une bonne heure à se demander si elle devait appeler Carlisle ou pas, ce qu’elle lui dirait, si elle ne risquait pas de s’enfoncer davantage en l’appelant. D’un autre côté, rester en froid avec son beau-père était inconcevable. Elle ne voulait pas se disputer avec sa famille, quelle qu’elle soit. En attendant, que faire ? Ne pas rester enfermée était un début.

Lorsque Bella redescendit enfin, elle remarqua qu’Edward était étonnamment distant. Il n’était même pas venu la trouver après sa discussion avec Carlisle, il ne lui parlait que très peu lorsqu’elle lui adressait la parole, ce qui était encore plus étonnant. D’habitude, lorsqu’elle se brouillait avec quelqu’un, Edward tentait de la raisonner ou de la rassurer. Mais ici, rien. De plus, il était distant et ne la prenait pas spécialement dans ses bras si elle ne se rapprochait pas de lui. Hum… Bella avait loupé un épisode ? Que, diable, s’était-il passé ?! La jeune mère passa les dernières vingt-quatre heures en revue, réfléchissant, repensant à toutes ses paroles, le moindre de ses faits et gestes, ne comprenant définitivement pas. D’accord, elle s’était disputée avec Carlisle… Mais ce n’était pas pour cela qu’Edward l’évitait à ce point, si ? Ne souhaitant pas que la situation s’envenime, voulant vraiment arranger les choses, Bella tira Edward avec elle – sans vraiment lui laisser l’occasion de riposter – jusque dans leur chambre. Ils devaient parler ! Si elle avait dit quelque chose qui l’avait blessé, autant qu’il le lui dise de suite. Fermant la porte derrière elle, Bella regarda Edward et lui dit :

Bella – Tu me dis ce qui ne va pas ? Si j’ai fait… ou dit quelque chose qu’il ne fallait pas, Edward… Ou si c’est à cause de la dispute avec Carlisle…


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une bourde à rattraper   Dim 5 Jan 2014 - 11:05

Edward regardait au-dehors, perdu dans ses pensées, près de la fenêtre au rez-de-chaussée. Ils venaient de rentrer, et le moins qu'on puisse dire était que ces dernières heures avaient été mouvementées. D'abord, le retour des jumeaux. Un retour en force, même, une force de frappe impressionnante. C'était toujours lorsqu'il se retrouvait à proximité de Jane et Alec qu'il regrettait de posséder ce don... Leurs expressions, à elles seules, collaient déjà la trouille. Mais lorsqu'on avait les images avec, ça devenait impossible de rester stoïque. Oui, il les avait déjà vu en pleine action. Mais non, il n'avait jamais vu Jane torturer quelqu'un jusqu'à le tuer, provoquer une crise cardiaque. Il n'avait jamais vu Alec si tendu et furieux que son don en venait à écraser encore plus la conscience des gens. Un don évoluait, oui, mais progressivement, en général. Edward n'avait jamais songé qu'un grand choc ou une pression incroyable pouvait pousser un don à bondir en avant, échappant du même coup au contrôle de son propriétaire.

Il entendait vaguement les deux Volturi discuter entre eux, quelque part dans la maison. Des gamins, eux ? Plutôt des monstres... Il ne les détestait pas, mais ne voulait pas être considéré comme un ennemi déclaré. Raison pour laquelle il s'arrangeait soigneusement pour que Bella et Alec ne se croisent pas, jamais. Inutile de chercher les ennuis, et il savait que Bella ne faisait franchement pas le poids face au Volturi, c'était un combat perdu d'avance pour elle.

Et en parlant de Bella.... Ce qu'elle avait dit à Carlisle tournait en boucle dans son esprit. Il s'en rendait malade, car après avoir retourné ses paroles dans tous les sens, pesant chaque mot, analysant tout avec espoir, il n'avait pas réussit à en tirer un autre sens que celui-ci : elle regrettait. D'avoir intégré leur famille, de l'avoir épousé. C'était ça que ça voulait dire. Elle n'avait accepté le mariage que pour préserver les apparences. L'aimait-elle toujours ? Ou tout ce qui s'était passé les avait-il séparés ? Il désespérait de ne pas le savoir, et craignait qu'elle ne s'éloigne à présent de lui. Que ses sentiments faiblissent.

Il remarqua à peine qu'elle était descendue. L'aimait-elle toujours ? Si oui, pourquoi aurait-elle dit tout cela ? Pourquoi ? Se considéra-t-elle vraiment comme une Cullen ? Ça non plus, ce n'était pas certain. Leur en voulait-elle ? Ce serait possible. Il sentit tout à coup qu'on lui prenait par la manche, et vit Bella. Elle l'entraîna dans l'escalier, puis dans leur chambre. Elle referma la porte, alors qu'il lui faisait face.

BellaTu me dis ce qui ne va pas ? Si j’ai fait… ou dit quelque chose qu’il ne fallait pas, Edward… Ou si c’est à cause de la dispute avec Carlisle…

Il croisa lentement les bras. Comme si elle ne savait pas ce qui n'allait pas ! C'était elle, qui s'éloignait, jusqu'à preuve du contraire. Elle qui leur en voulait. Elle qui... Regrettait... Ce dernier point était particulièrement douloureux. Il finit par s'asseoir sur le lit, toujours silencieux, en la regardant. Que voulait-elle qu'il lui réponde ? Elle en était sûrement consciente. Elle ne s'était sans doute jamais considéré comme un membre de la famille. Et il ne s'en était jamais rendue compte auparavant.

EdwardTout va bien, dit-il lentement.

En fait, ça n'allait pas du tout, mais il n'avait pas envie d'en parler. Il soupira profondément, sans même la regarder.

EdwardSi c'était ta seule question, tu as la réponse. Il n'y a rien à dire, Bella.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Une bourde à rattraper   Dim 5 Jan 2014 - 16:20

Edward – Tout va bien.

Hum. Edward s’était éloigné et s’était assis sur leur lit après avoir lentement croisé les bras. Tout allait bien ? A d’autres. Bella n’était peut-être pas aussi futée que lui, mais elle n’était pas dupe non plus. Edward n’allait pas bien et refusait de lui dire pourquoi. Le pire était qu’elle était sûre que tout était de sa faute, qu’elle avait blessé son mari… Et en ignorait la raison. Elle était perdue. Complètement. Et la réaction d’Edward ne l’aidait pas. Il refusait, visiblement, de parler puisqu’il soupira sans lui accorder un seul regard.

Edward – Si c'était ta seule question, tu as la réponse. Il n'y a rien à dire, Bella.

Ouhlà. Bon, là, c’était clair, Edward lui en voulait. Bon. Très bien. Il voulait la jouer comme cela ? Réfléchissant deux secondes, Bella trouva une idée qui allait convaincre monsieur-je-refuse-de-parler. Il lui en voulait ? Alors, elle allait jouer avec ses atouts – et non, pas sa maladresse ni son manque de tact ! – pour le convaincre. Il ne l’en pensait sûrement pas capable, ce qui allait faire pencher la balance en sa faveur. Bella se dirigea vers la porte et la ferma à double-tour pour être sûre de ne pas être dérangée. Elle revint ensuite auprès d’Edward et, se plantant devant lui, elle commença à déboutonner son propre gilet.

Bella – Je ne voulais pas en arriver à là, mais tu ne m’en laisses pas le choix. Tu ne veux pas parler ?

Tout en parlant, Bella délassa ses chaussures puis déboutonna son pantalon sans quitter Edward des yeux. Elle retira son pantalon, le faisant glisser le long de ses jambes. Elle finit par déboutonner son chemisier, se rapprochant peu à peu d’Edward jusqu’à se retrouver sur lui, littéralement, l’encerclant de ses jambes alors qu’il était assis. Eh bien ? Choqué ? D’accord, ce n’était pas dans les habitudes de Bella de provoquer, mais tout de même, qu’il retire cet air ahuri de son visage ! Elle était, à présent, en sous-vêtements et n’avait plus que son chemisier déboutonné sur elle. La jeune mère retira alors ce dernier vêtement et le fit passer derrière la nuque d’Edward, rapprochant ainsi sa tête de la sienne. Elle l’embrassa sur les lèvres, dans le cou et s’accrocha à lui avec ses mains. Enfin, Bella finit par lui dire, dans un murmure :

Bella – Et maintenant ? Toujours déterminé à ne pas me dire ce qui ne va pas ?

Comme pour appuyer ses dires, Bella exerça une pression sur Edward, l’obligeant à s’allonger sur le lit, se couchant sur lui à son tour. Elle entreprit de déboutonner sa chemise, découvrant alors son magnifique torse. Si elle avait été humaine, Bella aurait été rouge comme jamais et n’aurait jamais osé faire cela. Mais ici, avec tous les coups bas que lui avait fait Edward, hors de question qu’elle n’en fasse pas de même. Il avait déjà « joué » avec elle, lorsqu’elle était humaine, jouant avec ses réflexes, ses sensations, sa sensibilité… A qui le tour, à présent ? Eh toc ! L’embrassant tout le long du torse, Bella remonta jusqu’à sa bouche, l’embrassa une dernière fois et lui dit :

Bella – Vraiment déterminé à ne rien me dire ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une bourde à rattraper   Dim 5 Jan 2014 - 17:26

Bella le fixait, comme si elle ne le croyait pas. Tant pis, il n'avait pas envie de parler, pas envie d'exposer ses soucis, pas envie de rappeler ce qu'elle avait dit à Carlisle. Il soupira, las d'un seul coup. Et maintenant ? Autant en rester là, il n'y avait RIEN à se dire. Il avait toujours cru former un couple, et hier, il s'était rendu compte qu'il s'était peut-être voilé la face, qu'elle ne l'avait pas épousé parce qu'elle l'aimait, mais uniquement pour lui faire plaisir et pas parce qu'elle l'aimait. Elle se retourna soudain, et il crut qu'elle allait quitter leur chambre, voir quitter la maison. Mais elle se contenta de fermer à clé. Que... Il fronça légèrement les sourcils, un peu perdu pour le coup. Elle se planta tout à coup devant lui et commença à déboutonner son gilet. Que faisait-elle ? Il n'avait non plus envie d'aller courir dans les bois avec elle pour parler.

BellaJe ne voulais pas en arriver à là, mais tu ne m’en laisses pas le choix. Tu ne veux pas parler ?

Enlevant sa veste, elle se déchaussa, puis déboutonna son pantalon. Il ouvrit légèrement la bouche, tressaillant, alors qu'elle dévoilait ses jambes fines et blanches. Heu... Hein ? Mais, mais... Il était persuadé qu'elle allait lui annoncer qu'elle le jetait, et au lieu de ça, elle se déshabillait. Il déglutit, alors qu'elle déboutonnait son chemisier. Stop. Retour en arrière. Il avait dû louper un gros épisode là ! Elle se rapprocha lentement, jusqu'à venir s'asseoir sur lui et l'enlacer de ses jambes. Son odeur familière et envoûtante lui donna envie de l'embrasser, mais il était trop choqué pour réagir.

Elle enleva son chemisier et le passa autour de son cou. Il n'arrivait toujours pas à bouger. Elle l'attira à elle et l'embrassa. Il tressaillit à nouveau, complètement perdu. La voir ainsi, belle et désirable, lui donnait des envies peu Catholiques, mais il n'oubliait pas le problème pour autant. Elle trichait totalement, usant de ses charmes. C'était bas. Mais efficace. Sa bouche descendit sur son cou, alors qu'Edward faisait tout pour garder les idées claires. Il ne comprenait pas son attitude, il ne comprenait plus rien.

BellaEt maintenant ? Toujours déterminé à ne pas me dire ce qui ne va pas ?

Elle le poussa et il se retrouva allongé sur le lit, Bella sur lui. Bella en sous-vêtements. Il déglutit, perdant peu à peu sa concentration. Elle commença à le débarrasser de sa chemise, alors qu'il tentait de recouvrer ses esprits. C'était de la triche, purement et simplement, et elle en profitait sans vergogne. Elle recommença à l'embrasser, lui arrachant un frisson. Puis lui redemanda s'il n'avait vraiment rien à dire. Il croisa son regard, gêné et perdu.

EdwardJe... murmura-t-il. Je croyais que... Tu voulais me quitter.

Elle ouvrit de grands yeux et le dévisagea, complètement choquée, et se figea. Il bénit le ciel de ne plus pouvoir rougir, tant cet instant était particulièrement gênant. Elle l'avait demandé, mais il était pourtant sûr qu'elle était au courant ! Après tout, ce qu'elle avait dit hier... Il soupira, sans plus rien dire.

BellaJe... Te quitter ? Hein ? Mais pourquoi ? Moi ?

EdwardJe... Tu...

Il se mordit les lèvres et garda le silence. Il était encore trop blessé pour parler de ça, et n'était plus sûr de rien. Et il craignait par-dessus avoir construit son couple sur du vent, du vide, de faux espoirs. Tout risquait de s'écrouler à tout instant. Il se releva tout à coup, attrapa Bella et la remit sur le lit après s'être levé. Il reboutonna sa chemise et enfila sa veste. Il avait besoin d'être un peu seul, de prendre l'air, et Bella n'allait pas le suivre dans le village en sous-vêtements.

EdwardJ'y vais... A plus tard.

Il descendit très vite l'escalier et partit dans les rues du village. Il marchait assez vite, sous un air chaud malgré les lourds nuages gris. Il entendit Bella l'appeler mais ne se retourna pas. Il avait besoin de respirer, de penser à autre chose. Mettre un peu d'ordre dans ses pensées. Une fois dans la rue, il la ré-entendit, et son nom hurler. Tous les voisins du quartier, présents dans leur jardin, eurent les pensées qui s'affolèrent soudain Il se retourna, et vit, bouche bée, sa femme courir dans la rue en peignoir. En peignoir. En peignoir ! Elle lui sauta quasiment dessus et il s'arrêta enfin, jetant un regard noir aux voisins qui la reluquaient sans se gêner, même les femmes.

EdwardTu es dingue ? chuchota-t-il très vite. Rentre !

BellaPas tant que tu ne m'écouteras pas.

EdwardJe n'ai pas envie de parler ! Rentre, maintenant, tu t'es assez donnée en spectacle pour la journée.

Il lui fit signe d'y aller, ses mains près d'elle sans la toucher pour autant. Stop, ça suffit les conneries, maintenant ! Tout le monde les regardait ! S'ils voulaient passer inaperçus, c'était raté. Elle sembla se fâcher, et il s'apprêtait à répéter lorsqu'elle cria :

BellaEdward ! Tu vas m'écouter, oui ?!

Elle laissa tomber tout à coup son peignoir, se retrouvant en sous-vêtements au milieu de la rue. Edward faillit succomber tout net à une attaque, ouvrant grand les yeux, comme électrisé, alors que des sifflets et des applaudissements s'élevaient de toutes parts. Il se jeta quasiment sur le peignoir pour l'en couvrir et rajouta sa propre veste, avec des gestes fébriles et rapides, avant de la serrer contre lui en rajustant le peu qui la couvrait. Elle était dingue. Elle était dingue ! Et leurs voisins qui étaient morts de rire... Il leur lança un regard bien noir, sous-entendant "Le premier qui ose encore la reluquer, je lui arrache la tête !". Il serrait Bella très fort contre lui, sans oser bouger, puis se pencha à son oreille.

EdwardÔte-moi d'un doute, que vas-tu faire si je te redemande de rentrer ? grinça-t-il tout bas.

BellaEh bien... Je n'ai qu'un peignoir sur moi. Donc s'il te faut plus pour m'écouter, je retirerai encore plus.

Ok, ok... On se calme... Il la souleva dans ses bras et la cala contre lui, pour lui éviter de marcher pieds nus, et la ramena ainsi à la maison, alors que plusieurs humains semblaient sur le point de s'étouffer de rire et commentaient déjà l'histoire entre eux. Ça allait faire le tour de tout le village en dix minutes... Il y avait des soucis de couple chez les nouveaux habitants, et une des femmes étaient sortie en culotte dans la rue. Mon dieu ! Il se dépêcha de rentrer et la ramena aussi sec dans leur chambre, mort de gêne devant Esmée qui avait vu toute la scène par la fenêtre.

Refermant la porte à clé, Edward déposa sa femme sur le lit et s'assit près d'elle, à moitié mort de honte. Il souffla un peu, regardant Bella en secouant la tête, choqué. Il soupira, se remettant assis normalement.

EdwardJe n'ai pas envie d'en parler... Et je pensais que c'était très clair pour toi, que... Après ce que tu as dit à Carlisle... J'ai compris que tu regrettais de m'avoir épousé !

Sa voix se brisa totalement à la fin et il se laissa retomber sur le lit, à bout de souffle, et ayant envie de pleurer.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Une bourde à rattraper   Dim 5 Jan 2014 - 19:48

Edward – Je... Je croyais que... Tu voulais me quitter.

… Hein ? Quoi ? Il… Elle ? Ne plus l’aimer ? Mais… Edward, quoi ! Le père de sa fille, l’homme qu’elle aimait le plus au monde, celui avec qui elle avait toujours voulu faire sa vie ! Comment pouvait-il penser un truc pareil ? C’était complètement ahurissant ! Depuis le temps qu’il la connaissait, il devait savoir qu’elle n’était pas démonstratrice, que Bella était plus que réservée en ce qui concerne les démonstrations d’affection. Non ? Le dévisageant complètement, les yeux grands ouverts, elle se figea et ne dit rien un long moment. Il soupira, mais ne dit rien pour autant.

Bella – Je... Te quitter ? Hein ? Mais pourquoi ? Moi ?

Edward – Je… Tu…

Mais encore ? Bella attendait une suite… qui n’arriva pas. Au lieu de cela, Edward se mordit les lèvres sans rien dire. Mais allez, zut ! Qu’il se décide à lui parler, à lui expliquer ce qui n’allait pas ! Elle ne comprenait pas pourquoi il pensait une telle chose, elle cherchait dans sa mémoire ce qu’elle avait pu lui dire, ce qui avait pu le blesser… Mais ne voyait vraiment rien. Impossible. Ce coup-ci, Bella était complètement perdue. Elle ne voyait pas ce qui pouvait avoir blessé son mari à ce point-là… Pour qu’il n’ose pas en parler, pire encore !

Edward se releva soudainement, l’attrapant pour lui éviter de tomber sûrement, et la déposa sur le lit. Hein ? Elle avait gagné ou pas ? En le voyant reboutonner sa chemise, elle devina que non. Eh mais non, ça n’allait pas se passer comme ça ! Il essayait de s’esquiver, en plus ? Le voyant enfiler sa veste, Bella resta sans bouger un moment, ébahie.

Edward – J’y vais… A plus tard.

Et il sortit. Non mais eh, il n’allait pas s’en sortir comme cela ! Ne prenant pas la peine de réfléchir, Bella courut à sa suite mais se ravisa en voyant qu’elle était encore en sous-vêtements. Oups. Voyant un peignoir accroché à côté d’elle, elle l’enfila et sortit, sans rien mettre de plus que ce peignoir, courant dans la rue après Edward. Elle l’appela déjà dans la maison mais celui-ci ne semblait pas vouloir s’arrêter. Eh mais, zut ! Qu’il s’arrête, il n’allait tout de même pas l’obliger à sortir dans la rue comme cela ? Ou si ?

Voyant qu’il ne ralentissait pas, Bella continuait à l’appeler, courant derrière lui sous le regard ahuris des voisins. Tous sortaient peu à peu de chez eux, entendant le remue-ménage dehors. Si Edward voulait en arriver à ce stade, très bien, elle le ferait. Elle n’avait aucune honte, à présent, consciente d’être plus belle qu’une femme commune. Ce ne fut que lorsqu’Edward daigna enfin se retourner – sans doute grâce aux voisins –, que Bella put lui sauter dessus, l’obligeant à s’arrêter par la même occasion. Il jeta un regard noir aux voisins. Oh, jaloux ?

Edward – Tu es dingue ? Rentre !

Bella – Pas tant que tu ne m'écouteras pas.

Edward – Je n'ai pas envie de parler ! Rentre, maintenant, tu t'es assez donnée en spectacle pour la journée.

Ah ? Et encore, tu n’as rien vu, mon cher Edward ! Bella ne voulait pas mettre son couple en péril pour une raison qu’elle ignorait. Si elle avait fait quelque chose de mal, elle voulait savoir ce que c’était et elle devait arranger les choses. Se disputer avec Edward était trop douloureux, et pour elle, et pour lui. Alors, non, Edward n’avait pas fini s’il ne comptait pas lui parler. Il lui fit signe de rentrer, mais non, c’était hors de question. Bella hurla, laissant tomber son peignoir parterre, indifférente aux acclamations des voisins :

Bella – Edward ! Tu vas m'écouter, oui ?!

Autant dire que, si elle voulait choquer Edward, elle avait réussi son coup. Et bim, dans les dents ! Edward ne la pensait pas capable de faire une telle chose ? Maintenant, il savait que Bella était prête à tout pour ne pas perdre les personnes qu’elle aimait. Il ne la mettrait plus au défi, ainsi. Comme elle s’y était attendu, il se jeta sur le peignoir qu’elle avait laissé tomber parterre et la recouvrit presque immédiatement, rajoutant sa veste tout en la serrant contre lui. Oh, premier signe de faiblesse détecté ! Edward faiblirait-il ? Montrait-il les premiers signes de faiblesses ? Se résoudrait-il enfin à écouter ce que Bella avait à lui dire ? Allait-il enfin se résoudre à lui expliquer pourquoi est-ce qu’il avait dit cela dans leur chambre ?

Il la serrait toujours fort contre lui. Au moins, c’était un signe. Il la croyait, ou daignait l’écouter. Il ne restait plus qu’à prier pour qu’il daigne lui parler. Pendant un instant, Bella avait sincèrement cru qu’Edward était devenu insensible au charme qu’il avait tant vanté chez elle.

Edward – Ôte-moi d'un doute, que vas-tu faire si je te redemande de rentrer ?

Bella ne quitta pas Edward des yeux. Elle n’avait plus vraiment d’idée, à vrai dire. Se retrouver nue au milieu de la rue, aux yeux de tous les voisins… Non, cela ne l’enchantait pas. Elle n’en avait pas envie, mais si Edward l’y forçait, elle irait jusqu’au bout. Hors de question qu’il gagne cette fois-ci aussi. Il la défiait ? Très bien, elle relevait le défi. Il allait amèrement regretter de lui avoir répété qu’elle était belle, etc. à présent. Il allait regretter tous ses coups bas, d’ailleurs. Seulement, ne pas montrer de faiblesse à Edward et faire comme si elle était réellement capable d’aller jusqu’au bout.

Bella – Eh bien... Je n'ai qu'un peignoir sur moi. Donc s'il te faut plus pour m'écouter, je retirerai encore plus.

C’était assez clair pour lui, là, ou pas ? La croyait-il ? Apparemment, oui. Edward la souleva dans ses bras, la calant contre lui. Hum. Bon, Bella pouvait marcher toute seule mais inutile de le lui faire remarquer, autant profiter de la situation. Au moins, il la touchait, la portait, elle se retrouvait à nouveau à côté de lui. Comme quoi, on avance, il y a du progrès ! Passant ses mains autour du cou d’Edward, ils rentrèrent à la Villa devant le regard d’Esmée qui avait vu toute la scène. Oups. Edward, lui, semblait mort de honte. Eh, c’était de SA faute, il n’avait qu’à pas la provoquer ainsi !

Il la ramena dans leur chambre, refermant la porte derrière lui, déposant Bella sur le lit en secouant la tête. Bella, elle, restait indifférente à la honte qu’il ressentait pour l’instant. Elle ne bougea pas, ne dit rien, attendant simplement qu’il se décide à parler. Sinon, elle pouvait recommencer, aucun souci ! Lorsqu’il soupira et s’assit normalement, elle sentit qu’il allait enfin cracher le morceau.

Edward – Je n'ai pas envie d'en parler... Et je pensais que c'était très clair pour toi, que... Après ce que tu as dit à Carlisle... J'ai compris que tu regrettais de m'avoir épousé !

Que… Quoi ?! Une minute. Pause. Retour en arrière. Bella avait besoin de deux minutes pour remettre ses pensées en ordre, pour comprendre ce qu’Edward venait de lui dire alors que lui s’était laissé tomber sur le lit. Il venait bien de lui dire qu’il pensait qu’elle regrettait de l’avoir épousé ? Mais pourquoi ?! Bella n’avait jamais dit cela à Carlisle !

Bella – Que j’ai regretté… Mais Edward, je n’ai jam…

Tout devint plus clair, soudainement. La réaction de Carlisle. Les paroles que Bella avait prononcées, le comportement d’Edward depuis cette discussion. Sa distance depuis ce qu’elle avait dit. Une minute, quelles étaient ses dernières paroles, déjà ? Bella avait seulement dit qu’elle ne se considérait pas de la famille, qu’elle avait épousé Edward et que, s’ils l’avaient adoptée, c’était pour sauver les apparences. Mais, pour elle, dans son esprit, tout était clair ! Si elle avait parlé d’apparences, c’était vis-à-vis des gens, des humains, pas de la famille, pas des vampires !

Comment Edward avait-il pu croire une seule seconde qu’elle ne l’aimait plus ? Bon, du calme. Tout n’était pas perdu. D’abord, Edward. Ensuite, elle appellerait Carlisle pour lui expliquer, pour lui dire que ce n’était pas du tout ce qu’elle avait voulu dire, pour s’excuser, pour rattraper le coup. Mais une chose à la fois. Bella soupira, une énorme boule dans le ventre montrait son apparition. Elle s’allongea aux côtés d’Edward, lui prenant la main, le regardant droit dans les yeux.

Bella – Edward… Je… Je suis désolée. Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire. Quand j’ai parlé de… sauver les apparences, c’était face aux humains. Pas face à vous ! Je t’aime, plus que tout. Pour rien au monde je ne regrette de t’avoir épousé, pour rien au monde, je ne regrette de t’avoir choisi toi plutôt qu’un autre. Je t’aime, et rien ne changera ça. Bon, sauf si tu me dis, un jour, que tu ne m’aimes pas… Là, je l’accepterai. Mais en attendant, je t’aime plus que tout.

Bella fit une pause, déposant un baiser sur les lèvres d’Edward. Elle l’aimait, cela oui, il n’avait pas à en douter une seule seconde. Elle se redressa, se mettant en tailleur à côté de lui sans cesser de le regarder. Elle ignorait comment le convaincre, elle avait déjà fait pas mal dans la rue, tout à l’heure. S’il lui fallait plus, elle pouvait le faire, s’il lui fallait des preuves, elle lui en donnerait. Le regardant toujours, Bella rajouta :

Bella – Ce que j’ai fait, dans la rue, est une preuve plus que parlante. Crois-moi, je ne cours pas après tout le monde en peignoir. Je n’ai pas envie de te perdre… J’ai encore beaucoup à apprendre, tu sais que je manque de tact. Mais ce que j’ai dit à Carlisle, ce n’était pas du tout dans le sens auquel tu pensais. Tu ne vas pas me dire, après ce que tu as vu durant l’heure qui vient de s’écouler, que tu doutes encore de ce que je t’ai dit ? Je t’aime, Edward Cullen. Et rien au monde ne pourra le changer.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une bourde à rattraper   Mar 7 Jan 2014 - 20:38

BellaQue j’ai regretté… Mais Edward, je n’ai jam…

Il ne dit rien. Ne répondit pas. Il avait si peur de la voir disparaître, comme si elle allait s'évaporer, là, à l'instant, comme si elle n'avait jamais été plus qu'un mirage. Une image ayant passé dans sa vie et ayant disparue, à présent. Elle pouvait partir, à tout instant. Il le lui avait déjà promis : si elle décidait d'en finir, de tout arrêter, il ne l'arrêtera pas. Elle était libre et le restera. Il se força à ne pas répondre, donc, rester stoïque, calme, patient. Ne pas montrer sa peine, ni à quel point il avait été blessé. Et surtout, surtout, éviter de trop espérer, éviter de trop s'accrocher à l'idée qu'elle reste. Car la déception n'en sera que plus grande, et la solitude plus amère.

Elle s'allongea tout à coup et lui prit la main. Il frémit en croisant son regard. Il avait pourtant si envie d'y croire, mais il l'osait à peine. Partira, ne partira-t-elle pas ? Il se mit à la supplier maintenant que non, qu'elle reste avec lui et leur fille. Qu'elle ne regrette pas tout cela, qu'elle... Les mots restèrent cependant coincés dans sa gorge.

BellaEdward… Je… Je suis désolée. Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire. Quand j’ai parlé de… sauver les apparences, c’était face aux humains. Pas face à vous ! Je t’aime, plus que tout. Pour rien au monde je ne regrette de t’avoir épousé, pour rien au monde, je ne regrette de t’avoir choisi toi plutôt qu’un autre. Je t’aime, et rien ne changera ça. Bon, sauf si tu me dis, un jour, que tu ne m’aimes pas… Là, je l’accepterai. Mais en attendant, je t’aime plus que tout.

Des humains ? Carlisle lui avait demandé comment elle voyait la situation, et elle avait pensé aux humains ?! Il en fut si choqué pour le coup qu'il ne remarqua que trop tard qu'elle l'avait embrassé. Des humains... Carlisle lui parlait d'elle, d'eux, de la situation, de la famille, de leurs liens, et elle, tout ce qui lui avait traversé l'esprit, c'est "On va sauver les apparences"... Il n'en revenait pas. Il était tout à fait incapable de digérer un tel mode de pensée. Ce n'était pas possible ! Les humains... Comment avait-elle pu songer à cela dans une telle situation ?! Mais les humains, quoi ! Pas étonnant que Carlisle ait si mal réagit... Les humains... Il en était choqué, ayant le plus grand mal à remettre son cerveau en état de marche, tant il était bloqué sur cette réaction illogique.

BellaCe que j’ai fait, dans la rue, est une preuve plus que parlante. Crois-moi, je ne cours pas après tout le monde en peignoir. Je n’ai pas envie de te perdre… J’ai encore beaucoup à apprendre, tu sais que je manque de tact. Mais ce que j’ai dit à Carlisle, ce n’était pas du tout dans le sens auquel tu pensais. Tu ne vas pas me dire, après ce que tu as vu durant l’heure qui vient de s’écouler, que tu doutes encore de ce que je t’ai dit ? Je t’aime, Edward Cullen. Et rien au monde ne pourra le changer.

Mais les humains ? Il resta silencieux encore quelques minutes, le temps de tout digérer. Elle ne voulait pas le quitter. Il y avait eu un énorme quiproquo... Il finit par éclater de rire, un rire énorme qui le secoua littéralement, l'étouffant presque, s'en rendant malade. Il mit les deux mains sur son visage, essayant d'étouffer ce rire nerveux et incontrôlable. Il lui fallut un bon moment avant de réussir à se calmer, et encore, quelques gloussements nerveux lui échappait. Il prit une profonde inspiration, encore choqué.

EdwardLes humains, réussit-il à articuler, à moitié étranglé par son rire. Tu as pensé aux humains alors que... AH AH AH !

Il repartit dans la crise, une bonne dizaine de minutes, bénissant le ciel de ne plus avoir besoin de respirer. Lorsqu'il parvint enfin à se calmer pour de bon, il captura souplement Bella et l'allongea au-dessus lui, s'allongeant sur elle pour lui bloquer les bras et les jambes. Il lui caressa la joue avec un sourire mutin.

EdwardDis donc, tu en as honteusement profité, tout à l'heure... Tu veux vraiment jouer à celui qui va craquer d'abord ? Surtout que tu es déjà déshabillée...
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Une bourde à rattraper   Mer 8 Jan 2014 - 14:19

[Laisse-moi te dire que Je. Te. Hais.]

Un silence. Un gros silence. Un énorme silence. Un silence lourd, que Bella voulait à tout prix rompre, qu’elle espérait qu’Edward allait briser pour lui dire qu’il la croyait, qu’il ne doutait plus de l’amour qu’elle éprouvait à son égard. Mais, au lieu de cela… Il finit par éclater de rire. Bella fut complètement déstabilisée dans un premier temps, légèrement blessée par la suite, puis l’inquiétude prit la place de l’orgueil. Edward riait toujours à s’étouffer, ne parvenant même pas à se calmer. Non mais oh, il faut faire quelque chose ! Bella regardait tout autour d’elle, cherchant quelque chose qui pourrait l’aider à se calmer, à reprendre son souffle, à lui faire passer ce rire nerveux, à… N’importe quoi, mais quelque chose quoi ! L’avantage, c’est qu’il n’était plus mal, au contraire. Mais s’il se rendait malade à force de rire, c’était elle qui serait mal… Edward mit alors ses mains sur son visage comme pour se calmer, il prit une profonde inspiration et articula avec difficulté :

Edward – Les humains. Tu as pensé aux humains alors que... AH AH AH !

Et il repartit dans son fou-rire. Bella était de plus en plus gênée d’avoir pensé cela, mais elle n’y pouvait rien, elle ! Au cas où Edward l’avait oublié, elle n’était vampire que depuis un an à peine, donc son cerveau n’avait pas totalement fait le transfert « humain-vampire » concernant son mode de pensée ! Elle ignorait encore tant de choses, elle découvrait tous les jours un peu plus concernant ce monde, alors zut hein !

Vexée à présent, Bella laissa Edward s’étouffer tout seul et alla jeter un œil à la fenêtre, le laissant se calmer sans elle. Bon, sortir comme cela, peut-être pas… Et puis, les choses venaient de s’arranger, elle n’avait pas envie de tout détruire par manque d’autodérision après tout ce qu’elle avait dû faire. Bella fixa le vide pendant un moment, jusqu’à entendre les premiers signes d’accalmie de la part d’Edward. Elle fut surprise lorsque ce dernier l’attrapa, la portant souplement dans le lit. Elle était, à présent, en-dessous de lui… Coincée. Tricheur. Lorsqu’il lui caressa la joue, elle ne put s’empêcher de frissonner mais tenta de rester de marbre. Ne pas craquer. Il venait de se moquer pendant dix minutes, quoi !

Edward – Dis donc, tu en as honteusement profité, tout à l'heure... Tu veux vraiment jouer à celui qui va craquer d'abord ? Surtout que tu es déjà déshabillée...

Bella essaya de bouger mais Edward était plus fort qu’elle, à présent. Elle se débattit de longues minutes, déterminée à ne pas rendre les armes aussi vite que cela. Il s’était moqué d’elle, il n’allait certainement pas s’en sortir comme cela ! Mais soit. D’abord, baisser la garde, retourner la situation à son avantage, résister, et elle s’en tirerait sans problème. Néanmoins, Bella ne pouvait s’empêcher de constater un étrange contraste avec ces derniers mois… Soit. Il voulait jouer à ça ? Très bien. Mais cette fois, elle allait tenir, et plus longtemps que les fois précédentes. D’une voix dans laquelle on sentait la défiance, Bella répondit à Edward :

Bella – C’est un défi ? Tu ne me pensais pas capable de te suivre, tout à l’heure. Je suis sûre que j’y arriverai, cette fois.

Autant se servir de la honte ressentie il y avait de cela à peine quelques minutes pour résister plus longtemps à Edward. Pour l’instant, la situation n’était pas très équitable comme l’avait très bien fait remarquer son cher mari : il était habillée, elle en sous-vêtements, seulement couverte d’un peignoir. Bella l’embrassa en en rajoutant une couche grâce aux caresses et commença à détacher les boutons de la chemise d’Edward. Faisant courir ses doigts sur son torse, elle ne s’arrêta que quelques minutes après, interrompant le baiser. Elle dit ensuite :

Bella – J’ai une revanche à prendre pour ton fou-rire. Sûr de vouloir continuer ? Je ne suis plus aussi sensible qu’avant, maintenant.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une bourde à rattraper   Mer 8 Jan 2014 - 16:54

Bella tenta de se débattre, de se dégager, de lui échapper, mais elle n'avait aucune chance. Il resserra un peu sa prise sur ses poignets, avec un sourire mutin. Maintenant qu'il avait retrouvé ses esprits, maintenant qu'il se sentait bien mieux, il pouvait sans aucun problème reprendre le contrôle du jeu. Sa force de nouvelle-née s'était désormais évaporée, elle ne pouvait plus se dégager. Ce qui ne l'empêcha pas de se débattre, en dévoilant ses formes avantageuses. Et dire que les voisins l'avaient regardé... Tss, tss, ils n'en avaient aucun droit ! Edward était le seul à pouvoir la regarder. Ou la toucher. Il attendit patiemment qu'elle se calme, la maintenant coincée sous lui.

BellaC’est un défi ? Tu ne me pensais pas capable de te suivre, tout à l’heure. Je suis sûre que j’y arriverai, cette fois.

Oui, c'est vrai. Mais elle oubliait qu'il n'était pas dans son état normal. Cette fois-ci, il était en pleine possession de ses moyens. Et oui, il la défiait. Bien sûr qu'il la défiait. Elle voulait jouer, ils pouvaient être deux ! De toute façon, personne, de leur famille, n'allait les louper après ce qui venait de passer. Bella lui courant derrière en pleine rue en petite culotte ! Emmett allait la charrier avec ça durant des mois, sans oublier Jasper qui ne risquait pas de les louper. Carlisle et Esmée allaient sûrement leur faire un sermon, sans oublier la perte de crédibilité monstrueuse, et pas seulement dans dans leur famille. Mais au diable tout cela pour l'instant. Il ferma les yeux lorsque Bella l'embrassa. Il sentit ses doigts léger déboutonner sa chemise à nouveau et caresser son torse.

BellaJ’ai une revanche à prendre pour ton fou-rire. Sûr de vouloir continuer ? Je ne suis plus aussi sensible qu’avant, maintenant.

Oui, il continuait. Il se pencha sur elle et la débarrassa doucement de son peignoir. Il adorait les sous-vêtements qu'Alice lui faisait acheter, la soie lui allait merveilleusement bien. Jouant un instant avec sa culotte, il la fit glisser peu de temps après sans crier gare sur ses jambes blanches avant de la lui ôter complètement. Puis la serra contre lui avant de lui dégrafer sournoisement son soutien-gorge qu'il jeta au pied du lit. Elle était entièrement nue, alors que lui-même avait encore habits et chaussures. Il lui sourit puis l'embrassa passionnément sur la bouche, sans lui laisser le temps de se reprendre, la serrant contre lui et caressant son ventre et sa poitrine. Il s'arrêta après quelques minutes, lui lançant un regard amusé.

EdwardPlus aussi sensible, dis-tu... Voyons cela.

Il s'arrangea pour l'envelopper un maximum de son odeur tout en l'embrassant, complètement allongé sur elle, et la touchant aux endroits les plus sensibles. Elle avait de petits endroits qui la faisait toujours frissonner, et Edward savait en jouer. Le jeu était de toute façon déséquilibré, comme lui était entièrement habillé.

BellaC'est tout vu.

Elle continua à lui défaire chemise et pantalon. Il lui reprit sans prévenir les deux mains pour l'en empêcher, les lui plaqua sur l'oreiller, puis lui vola un long, long baiser, avant de descendre l'embrasser dans le cou, puis sur la poitrine, avant de descendre plus bas, lui maintenant toujours les poignets qu'il avait ramené aux côtés de son corps, bien à plat sur le lit. Là, elle allait craquer. Et il allait remporter le jeu. Elle plia tout à coup ses jambes et le fit basculer très vite sous elle. Elle l'embrassa partout et longuement, le caressant, tout en continuant de le déshabiller.

Il se laissa faire un moment, savourant l'instant présent, puis reprit Bella sous lui de nouveau. Il lui fit doucement l'amour, sans se presser, pour lui faire prendre le temps de savourer elle aussi. Il tenait le srênes, et ne comptait pas les lâcher.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Une bourde à rattraper   Dim 12 Jan 2014 - 18:46

A peine Bella eut-elle terminé sa phrase qu’Edward se penchait sur elle, la débarrassant doucement de son peignoir. Il était si doux, dans ses mouvements… Non, ne pas craquer, elle devait tenir. Elle savait qu’elle s’engageait dans un jeu dangereux, un pari risqué étant donné qu’elle était déjà presque nue et lui, tout habillé. Il était beaucoup plus résistant qu’elle, étant vampire depuis plus longtemps d’une part, plus habile de ses mains d’autre part. Bah, tant pis, Bella assumait totalement et prenait le risque. Elle pouvait résister, elle le savait. La seule chose qu’elle ignorait était « combien de temps ? ». Edward joua alors avec sa culotte avant de la retirer sans crier gare. Mais eh ! Pas touche, il trichait là ! C’était carrément injuste, même !

Cependant, Bella ne put rien dire car il la serra contre lui, son odeur et sa peau entièrement en contact avec la sienne. Ne pas craquer. Ne pas craquer. Lorsqu’il la relâcha enfin, la jeune mère sentit que l’on lui ôtait son soutien-gorge. Elle était en position de faiblesse, ce coup-ci… Et pas qu’un peu. Si elle avait pu rougir, cela aurait été le cas depuis le début, dès le premier contact des doigts d’Edward sur sa peau. Seulement, Bella ne put rien dire car il enchaîna directement, lui souriant et l’embrassant passionnément sans qu’elle ne puisse se reprendre. Sa tête lui tournait presque tant les sensations étaient décuplées, tant elle frissonnait, tant tout était si… intense. Il la serra ensuite contre lui, caressant son ventre, sa poitrine, lui arrachant d’autres frissons. Elle allait craquer… Non. Bella pouvait encore tenir un peu.

Edward – Plus aussi sensible, dis-tu... Voyons cela.

Bella lui fit un sourire, relevant le défi de son côté mais défaillant légèrement lorsqu’Edward l’enveloppa de son odeur. Ne pas craquer. Il l’embrassa en étant complètement allongé sur elle mais ne pesant pas lourd pour autant. Il ne l’écrasait même pas, ce qui étonnait toujours Bella. La force qu’elle possédait… Alors qu’avant, s’il s’était laissé aller comme cela, il l’aurait écrasée. Petit bémol : il ne devait plus faire attention et en profitait largement. Honteusement. Edward connaissait ses points sensibles, les points qu’il devait atteindre pour la faire fondre, la faire craquer. Elle y croyait de moins en moins mais ne voulait pas le montrer. Définitivement, non. Allez, hop, on se reprend !

Bella – C’est tout vu.

Pour se concentrer sur autre chose et rétablir l’équilibre, Bella se remit à défaire la chemise, puis le pantalon d’Edward. Elle avait réussi… Ou presque. Il lui reprit les mains, l’empêchant de continuer, les plaquant sur l’oreiller. Mais non, eh, oh ! Un peu de justice, il n’avait pas le droit ! Il était plus fort qu’elle et avait un avantage considérable sur elle, il en était conscient, non ?! Cependant, Bella n’eut, à nouveau, pas le temps de riposter car Edward l’embrassa longuement, lui faisant presque perdre pieds. Ne pas se déconcentrer. Lorsqu’il se mit à descendre de plus en plus, elle tenta faiblement de faire des mouvements pour se dégager mais… Impossible. Il allait gagner, il la tenait et arrivait à son point sensible, l’ultime. Non, allez, on ne se laisse pas aller ! Un peu de résistance, il n’allait pas gagner comme ça !

Bella profita d’un moment de concentration d’Edward sur autre chose, comme il était trop occupé à l’embrasser ailleurs, pour plier les jambes sans prévenir et reprendre la situation en mains. Eh toc ! Il n’allait pas s’en sortir comme cela ! Elle le fit basculer, se retrouvant sur lui à son tour, et l’embrassa partout, prenant le temps, savourant tant qu’elle le pouvait. Bella ne perdit pas de temps et continua, termina plutôt, ce qu’elle avait commencé avant qu’il ne triche : il était déshabillé. Ca, c’était fait. Ils étaient à égalité, de ce côté-là du moins.

Bella crut qu’elle allait l’emporter, cette fois, qu’Edward ne gagnerait pas comme les fois précédentes… Mais il reprit le dessus au moment où elle s’y attendait le moins. Et ce fut la fin de la résistance. Cette fois, elle abandonnait et le lui fit comprendre en se laissant faire. Elle se rattraperait plus tard, lui faisant payer ses coups bas comme elle l’avait fait dans la rue. Après tout, ils avaient tout leur temps, des années et des années. Des siècles. L’éternité.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une bourde à rattraper   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une bourde à rattraper
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LCI salue la mort de Aimé Césaire en passant la nécro d'YSL !!!
» Les plus grosses bourdes de vos profs
» [Bourde] Offre repas gratuits dans restos fermés..
» Belle bourde pour un professionel !
» L'univers d'Aladdin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: