Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Enfin rentré à la maison

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Enfin rentré à la maison   Lun 27 Jan 2014 - 21:29

Le hurlement ne cessait pas, si puissant, si assourdissant, si perturbant que c'était à se demander pourquoi personne, en-dehors de ce laboratoire, ne l'entendait. Pourquoi personne ne venait voir ce qui se passait, pourquoi personne ne découvrait la vérité. Assis en face de lui, penché sur un microscope, Agenore ne semblait pas perturbé plus que ça, mais Carlisle était au bord de la crise de nerfs. Il n'en pouvait plus de ces cris de souffrance ou de haine, il n'en pouvait plus de chercher ce qui allait détruire un peuple. Ils avaient déjà obtenus des progrès, ça oui, mais... Non, cela devenait intenable. Il avait l'impression que les murs du labo rétrécissaient autour de lui, l'emprisonnaient.

Agenore - Les résultats sont fascinants ! Leur structure moléculaire est sans pareil sur terre. A quarante ans, cette femme aura les leucocytes d'une adolescente.

- Ah, murmura plus faiblement Carlisle.

Il notait les résultats presque mécaniquement, essayant de se fermer au monde extérieur. Ne pas craquer, pas maintenant. Ne pas écouter la femme, sanglée plus loin, qui hurlait que toutes les sangsues du monde allaient crever et bouffer leur merde en enfer. Ne pas prêter garde à toutes ces notes, ces résultats de recherche, tout ce qui les amenait vers un produit capable d'exécuter massivement une race.

Agenore - Au fait, vos deux gamins sont partis ?

- Ça fait déjà quelques jours.

Agenore - Marrant, quand même, une famille entière de végétariens ! J'avais pas cru Aro lorsqu'il m'a annoncé ça. M'enfin, ça change des yeux rouges.

- Vous connaissez les Volturi depuis longtemps ?

Agenore - Plutôt, ouais ! Enfin, pour un humain. Rah la la, qu'est-ce que j'aimerais étudier le frère blond d'Aro, je suis sûr qu'il ferait un excellent sujet ! Mais on veut pas que je l'approche. Me demande bien pourquoi...

Mouais, pourquoi. Sûrement pour que le scientifique Italien reste en un seul morceau. Caïus risquait de ne peu apprécier qu'on veuille l'étudier. Carlisle jeta un œil à leur prisonnière, puis revint très vite sur ses notes. Du calme. Deux heures plus tard, le jeune humain finit par jeter son crayon et s'étira longuement.

Agenore - Bon, papi yeux jaunes, je vous adore, mais je crève la dalle. A plus !

Resté seul, Carlisle travailla encore un peu, puis finit par s'effondrer à moitié sur le bureau, repliant ses bras dessus et posant la tête. Il n'en pouvait plus. Il pouvait tout aussi bien poursuivre le travail chez lui, continuer ses recherches au Ecosse. Mais plus ici. Sa famille lui manquait. Esmée, chacun de ses enfants... Il prit une profonde inspiration, se cachant le visage dans les mains. Il y avait une différence entre se battre et effectuer ce genre de "travail". Il se leva à son tour, et sortit dans la cour, respirer un peu d'air.


Ce ne fut que quelques jours plus tard qu'il eut enfin la possibilité de partir à son tour. Il fila ranger ses affaires, alors qu'Agenore examinait un échantillon de moelle osseuse en chantonnant.

Agenore - Bon, on reste en contact, faut pas abandonner le dossier !

- Ça non.

Agenore - Je vous raccompagne pas, Yeux jaunes, vous connaissez le chemin. Bon voyage !

Yeux jaunes... Il les avait plutôt noirs, pour le moment. Carlisle se mit en route, et passa le voyage du retour dans une espèce de brouillard. Il ne parla à personne, même en prenant son billet d'enregistrement. Il arriva à Glasgow, puis partit pour Beith. Il avait l'air d'un homme venant de traverser plusieurs champs de bataille recouverts de centaines de morts. Cela le vieillissait, pour une fois, suffisamment pour qu'il ait l'air d'un médecin. Il poussa la porte de la maison, s'arrêtant à l'entrée, comme s'il manquait d'air.

Esmée arriva, et il lui jeta un regard un peu perdu. Il n'avait pas l'impression d'être rentré chez lui, comme s'il était entré dans la maison d'un inconnu. Comme si ce n'était pas sa propre femme. Même ici, les cris de la guerre résonnaient. Tous ces morts. Et les personnes utilisées pour leurs expériences... Il était devenu un assassin. Un meurtrier. Elle l'emmena s'installer dans un salon, puis le prit dans ses bras. Il fit un effort pour reprendre ses esprit, s'accrocher à la réalité. La réalité qui lui hurlait qu'il était devenu un meurtrier. Bella entra tout à coup, et demanda timidement s'il lui fallait quelque chose. Il la regarda, aussi ébahi que s'il la voyait pour la première fois de sa vie. Elle s'approcha encore.

Bella - Carlisle... Vous êtes rentrés, en sécurité, et tout le monde va bien ici.

- Ici...

Il eut tout à coup une forte envie de vomir, comme il n'en avait plus jamais eu depuis sa transformation. Il se leva d'un bond sans crier gare, désorienté, puis monta les escaliers, trouvant sa chambre et y entrant. Il était devenu un assassin, seule cette pensée occupait son esprit. Loin de rester en place, il ressortit aussi vite qu'il était entré, puis rejoignit à nouveau le salon, avant de prendre Esmée par les bras.

- Je suis un assassin.

Ce n'était pas une question, juste une affirmation claire et nette. Il le pensait vraiment. Il tourna la tête vers Bella.

- N'est-ce pas ?

Bella - Un... Un assassin ? - une pause, puis elle reprit - Carlisle, pourquoi est-ce que... ? Vous n'êtes pas un assassin.

- Si... Avec tout ce qui s'est passé, nous...

Incapable de poursuivre, il serra très fort Esmée dans ses bras, comme à une bouée à laquelle on se raccroche. Il demanda ensuite comment allait sa famille, ce qui s'était passé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Enfin rentré à la maison   Sam 1 Fév 2014 - 23:19

Esmée était dans la cuisine en pleine réflexion quand elle entendit une voiture se garer, elle reconnut la voiture de Carlisle. Il était enfin revenu ! Il était là ! Un immense sourire se peignit alors sur ses lèvres. Esmée se dirigea vers l’entrée, et aperçu son époux, là, immobile. Qui la regardait avant de lui lancer un regard perdu. Comme si… Esmée fronça légèrement les sourcils, inquiète. Son sourire avait fondu comme neige au soleil, au moment même où elle le vit ainsi. Quelque chose… Elle se dirigea vers Carlisle, puis l’emmena dans le salon. S’installer, puis elle le prit dans ses bras. Elle ne savait pas comment réagir. Elle ne s’attendait pas à le revoir dans le même état que quand elle l’avait « quitté » mais… Bref.

Bella entra à ce moment là, puis demanda à Carlisle s’il avait besoin de quelque chose. Esmée ferma brièvement les yeux.

-Bella-« Carlisle... Vous êtes rentrés, en sécurité, et tout le monde va bien ici. »

-Carlisle-« Ici… »

D’un coup, son époux se leva puis quitta la pièce avant de monter les escaliers. Esmée en eut la gorge nouée… Elle n’aimait pas le voir dans un tel état. Tellement… Détruit. Tellement… Elle entendit la porte de la chambre se refermer. Et tout de suite après, son époux redescendit. Elle s’était levée quand il arriva. Il lui prit les bras.

-Carlisle-« Je suis un assassin. »

Il l’affirmait… Esmée ne dit rien, tant elle était abasourdie par tout ça. Tant elle ne savait pas quoi dire, quoi faire pour lui venir en aide. Elle se sentait inutile…

-Carlisle-« N'est-ce pas ? »

-Bella-« Un... Un assassin ? »

Elle fit une pause avant de reprendre :

-Bella-« Carlisle, pourquoi est-ce que... ? Vous n'êtes pas un assassin. »

-Carlisle-« Si... Avec tout ce qui s'est passé, nous... »

Esmée sentit son époux la serrer dans ses bras. Très fort. Puis il demanda comment ils allaient et ce qui s’était passé. Esmée comprit qu’il voulait changer de sujet. Elle n’aimait pas de le voir dans un tel état. Elle n’allait donc pas insister et allait répondre, simplement.

-« Tout vas bien. »

Esmée réfléchit, se remémorant les jours qui venaient de se dérouler depuis l’absence de son mari, d’Alice et de Jasper. Et elle réalisa qu’il s’était passé pas mal de choses, en fait, depuis qu’ils étaient allés en Ecosse. Déjà, le fait que Renesmée ait recouvré la mémoire. Que Bella et Edward se soient disputés et que Bella se soit retrouvée dehors en petite tenue… Que Rosalie ait invité Ashley à un repas de famille. Puis que Rosalie soit revenue avec une Ashley mal en point, puis qu’elle l’ait transformée… Que Rose ait inventé une « relation » entre eux tous, qu’elle ne leur avait pas parlé du fait qu’elle avait songé à transformer la petite, et qu’Esmée ait repris le « flambeau », en très résumé, bien sûr. Ah, et aussi que Bella avait donné le mauvais exemple devant DEUX enfants. D’ont une qui ne faisait pas partie de la famille et qui ne savait rien de leur véritable nature. Bien résumé, non ?

Elle le serra dans ses bras, comme pour lui montrer qu’elle était là, qu’elle serait toujours là pour lui avant de lui raconter le plus simple… Enfin, si on veut.

-« Bella et Edward ont décidé de dire à Nessie qui on était. Ce qu’on était. Et… Elle à assez mal réagi... Elle… Enfin, elle a recouvré la mémoire, d’une certaine façon. »

Elle posa son regard sur Bella, qui se fit tout petite en cet instant, tout en se détachant de son époux avant de lui prendre les mains. Elle réfléchit à ce qu’elle pouvait bien dire de pas trop… Brusque, pour lui.

-« Bella et Edward se sont disputés suite à votre discussion, elle s’est baladée en petite tenue dehors et ils se sont  réconciliés. »

Elle tourna son regard vers son époux.

-« Puis Rosalie nous a présenté Ashley en nous briefant des heures et des heures avant pour ne pas nous griller. Le repas s'est plus ou moins bien passé et... Ensuite, elle était tellement mal en point que Rosalie a voulu la transformer. »

Elle eut un petit sourire, puis lui dit pour conclure que cela avait été au final très animé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Enfin rentré à la maison   Mar 4 Fév 2014 - 21:06

C'était quand même très pratique d'avoir une lutine de sœur comme Alice Cullen lorsque vous deveniez papa et qu'il faut habiller votre gamine ! Emmett avait le nez plongé dans divers cartons, cherchant quelques habits qui pourrait plaire à Ashley et qui la mettra à l'aise. Il faisait défiler jupes, pantalons, chemisiers, pantacourt et chaussures en chantonnant, totalement insensible à toute atmosphère de déprime et de détresse. Ça n'allait pas si mal, après tout ! Bon, ok, Jaz était bizarre depuis son retour d'Italie, mais après tout, bizarre, il l'était tout le temps, alors ce n'était pas la peine d'en faire un fromage ! C'était comme si on demandait, du jour au lendemain, à Edward de sourire plus souvent, ou à Bella de déstresser : mission impossible, mon commandant, nous préférons déserter.

Emmett récupéra quelques vêtements et les plia, imaginant sa petite Ashley là-dedans. Elle sera mimi tout plein, tellement chou qu'on la mangerait ! Rah là là, sa petite fille... Il savait que Rosalie allait la transformer, c'était couru d'avance ! La façon dont elle en parlait, depuis plusieurs mois, le ton de sa voix, son regard, ses expressions, son obstination à vouloir la soulager... Ouais, bien sûr qu'elle allait refuser, le moment venu, de laisser mourir la gamine. Même si les autres s'étaient leurrés, avaient voulu ne rien savoir, lui n'était as dupe. Il connaissait sa petite Rose, il savait quels étaient ses désirs et besoins. Et si elle était heureuse, alors il l'était aussi ! Et puis, il fallait reconnaître que s'occuper de cette bouille adorable était un plaisir incroyable.

Il refermait le dressing lorsqu'il entendit la voiture de Carlisle se garer. Ça y est, le patron était enfin de retour ! Tout le monde à la caserne, soldat, et on fait la fête ! Il en frétillait d'avance, ravi à l'idée que maintenant que tout le monde était là, lui et Alice allaient pouvoir lancer un événement sensationnel, explosif, formidable, incroyable, génial, épique ! Les un an de Bella et Renesmée ! Et oui, mon capitaine, il était temps de se détendre un peu et de s'amuser ! Il reposa les affaires dans sa chambre, captant au passage que Carlisle n'avait pas l'air très bien. Oh, bah, qu'est-ce qui se passe !

Bella - Carlisle... Vous êtes rentrés, en sécurité, et tout le monde va bien ici.

Carlisle - Ici...

Son père monta tout à coup, puis redescendit aussitôt en bas. Ouh là, l'avait pas l'air bien, le docteur, que s'était-il passé ? Il avait écrasé un chat sur la route ? Emmett re-déposa tout ce qu'il tenait pour descendre lui aussi, alors que Carlisle déclarait être un assassin. Il était tombé sur la tête, ou quoi ? Les Volturi lui avaient flanqués un coup sur le crâne ? Il arriva dans le salon au moment où Esmée s'ingéniait à rassurer son mari. Roh, mais pas la peine de faire des tronches pareilles ! Tout le monde était rentré et allait bien, alors où était le problème ?

Esmée - Bella et Edward ont décidé de dire à Nessie qui on était. Ce qu’on était. Et… Elle a assez mal réagi... Elle… Enfin, elle a recouvré la mémoire, d’une certaine façon.

Noooon, juste mal réagit ? C'était peu dire, ça ! Renesmée s'était enfuie en hurlant et sa mère avait paniqué, comme d'habitude. Bella n'avait pas changé, de ce côté-là, on dirait toujours qu'elle était assise sur une bombe prête à exploser. Pas cool du tout, la frangine, faudrait qu'elle respire un bon coup. Caaaaaalme, déstresse, no panic, good, tout va bien ! Un jour, il la traînera dans un parc d'attraction ou un truc du même genre, pour lui apprendre à profiter de tous les plaisirs de la vie ! Car là, c'était franchement pas gagné, elle était incapable de se détendre. Désespéraaaant...

Esmée - Bella et Edward se sont disputés suite à votre discussion, elle s’est baladée en petite tenue dehors et ils se sont  réconciliés.

Ouaiiis, et ça c'était GE-NIAL ! Il avait été littéralement mort de rire en voyant sa petite sœur se balader en petite culotte derrière Edward au beau milieu de la rue. Au moins, elle osait déjà faire un peu plus de trucs que l'année dernière ! Seul bémol, elle portait des sous-vêtements relativement peu sexy... C'était juré, lors de son anniversaire, Emmett lui offrira une valise entières de culottes et soutien-gorges tels qu'il en offrait à Rosalie. Devant tout le monde évidemment, et il en lancera quelques uns à la figure d'Edward pour lui demander ce qu'il pensait ! Il imaginait la scène d'ici, ça allait être extraordinaire.

Esmée - Puis Rosalie nous a présenté Ashley en nous briefant des heures et des heures avant pour ne pas nous griller. Le repas s'est plus ou moins bien passé et... Ensuite, elle était tellement mal en point que Rosalie a voulu la transformer.

Ouais, très résumé tout ça. Emmett s'avança à très grands pas et salua très chaleureusement son docteur de père, lui donnant au passage une immense tape dans le dos pour le réconforter.

- Décompresse, p'pa ! Tout le monde va bien et Ashley est adorable, je vais te la présenter ! Tu verras, elle est super mignonne ! De toute façon, on va te changer les idées, tu peux me croire !

Il attrapa Bella sans crier gare et la captura, passant un bras autour de ses épaules avec un très large sourire.

- On va faire l'anniversaire de Bella et Renesmée, très bientôt ! Je vais tout organiser avec Alice, ça va être génial. Tu vas voir, ça va te détendre.

Ça allait formidable, il y aura de la musique, des décorations, des bonbons, un gros gâteau, des cadeaux et pleins de trucs pour s'amuser ! Et ils pourront se lancer des défis idiots, jouer à pleins de jeux vidéos, danser, et s'amuser toute la nuit ! Bella se braqua tout à coup, et lui lança un regard exaspéré. Et bah quoi ? Elle n'allait pas encore se défiler ! Incroyable, cette fille, pas fichue de rigoler ! Elle fit tout à coup un brusque mouvement, comme pour partir, mais parut se raviser. Emmett éclata de rire.

- Ah non, non, non, frangine ! Tu ne fuiras pas cette fois !

Il la crocheta par la taille et la jeta sur son épaule, comme un sac de pommes de terres, en la tenant par les jambes. Voilà, c'était parfait comme ça ! Il resserra sa prise, alors qu'elle se débattait, puis assura à nouveau à Carlisle tout son soutien. Et lui rappela que cette fête allait lui faire un bien fou et lui changer les idées. Il ne fit aucunement attention à Bella qui le frappait dans le dos en lui hurlant de la reposer par terre.

- Bon, je te laisse avec ta femme, z'avez sûrement pleins de choses à vous dire ! Salut, à plus tard !

Puis, tout à fait tranquillement, il partit en emmenant Bella. Elle pouvait bien s'agiter autant qu'elle voulait, Emmett était bien plus grand et fort qu'elle. Il n'eut aucun mal à la maîtriser. Il l'amena dans la salle à manger à l'étage, lui désignant la pièce d'un large geste de sa main libre.

- C'est là qu'on va faire la fête ! Ce sera extra, et Renesmée pourra aussi inviter toutes ses copines de classe, si elle veut !

Il lui énuméra une longue liste concernant l'organisation de la fête en elle-même, d'un ton joyeux et impatient, comme à son habitude.

- Et on va aussi préparer le remariage d'Alice et Jaz ! Qu'est-ce t'en dis ?

Il n'avait toujours pas lâcher sa petite sœur, déambulant dans la pièce en la gardant sur son épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Enfin rentré à la maison   Mer 5 Fév 2014 - 21:30

Emmett – Décompresse, p'pa ! Tout le monde va bien et Ashley est adorable, je vais te la présenter ! Tu verras, elle est super mignonne ! De toute façon, on va te changer les idées, tu peux me croire !

Aïe… Aïe, aïe, aïe. Emmett venait de débarquer, avec sa bonne humeur en prime, et avait en tête de changer les idées à Carlisle. Bella ignorait pourquoi, mais elle le sentait très mal, d’un coup. L’air de rien, elle commença à s’éloigner un tout petit peu, juste pour être sûre de pouvoir s’esquiver à temps si jamais il lui venait l’idée de l’ennuyer. Mais, avant qu’elle n’ait le temps de partir très loin d’Emmett, Bella sentit qu’on la capturait littéralement et elle fut plaquée contre son cher beau-frère qui la maintenait contre lui grâce à son immense bras autour de ses épaules. Mais eh ! Non, non, non ! Qu’est-ce qu’il lui voulait ? Esmée avait tout dit ! TOUT !

Emmett – On va faire l'anniversaire de Bella et Renesmée, très bientôt ! Je vais tout organiser avec Alice, ça va être génial. Tu vas voir, ça va te détendre.

… QUOI ?! Ah non, non, non ! Mais même pas en rêve ! Elle avait assez donné de ce côté-là avec le mariage et tout ça. Donc non, non, et non. Sous le coup de la surprise, Bella s’était braquée et avait lancé un regard qui disait « Même pas en rêve », ou « Reste loin de moi », ou « Pas question ! » ou… Bref, toutes les phrases de ce genre, vous l’aurez compris. Pour aller avec son regard, la jeune mère voulut s’esquiver pour partir loin, très loin… Mais se ravisa à la dernière seconde. Emmett. Grand costaud. Plus fort. Mauvaise idée. Il éclata de rire, ayant sans doute senti ce qu’elle avait voulu faire.

Emmett – Ah non, non, non, frangine ! Tu ne fuiras pas cette fois !

Ensuite, sans crier gare, Bella se retrouva soulevée dans les airs puis posée sur l’épaule d’Emmett, à deux mètres du sol environ. Elle voulut se débattre, criant, mais il la tenait ferme et lui maintenait les jambes. Idiot. Imbécile. Mais qu’il la lâââââââche ! La vampire hurla, lui criait de le lâcher, se débattait alors qu’il resserrait sa prise sur elle. Elle l’entendit vaguement dire quelque chose à Carlisle mais n’écoutait pas, plus préoccupée par l’air et les deux mètres qui la séparaient du sol. Elle le frappait de toutes ses forces, lui répétant encore et encore de la reposer par terre, mais le géant ne semblait même pas la remarquer. Il comptait faire quoi, au juste ? Il n’allait pas la garder comme ça, non plus !

Emmett – Bon, je te laisse avec ta femme, z'avez sûrement pleins de choses à vous dire ! Salut, à plus tard !

Hein ? Et il repartait avec elle ? Non, non, non, help ! Quelqu’un ! Rosalie, Edward, Carlisle, n’importe qui ! Même Jasper, elle ne le fuirait pas ! Mais n’importe qui pour la sauver, pour pousser ce géant à la déposer par terre et à la laisser se barrer très très loin d’ici. Il monta les escaliers, Bella ne voyant que les marches défiler à l’envers, ne pouvant strictement rien faire sinon se débattre inutilement. Ils arrivèrent dans la salle à manger, qu’Emmett dut désigner de la main mais Bella s’en fichait complètement. Elle voulait descendre ! Descendre, c’était si compliqué à comprendre ?

Emmett – C'est là qu'on va faire la fête ! Ce sera extra, et Renesmée pourra aussi inviter toutes ses copines de classe, si elle veut !

Emmett commença, alors, à lui énumérer une longue liste de choses à faire, tout ce qu’il fallait prévoir, l’organisation de la salle, tout, de A à Z. Il était pire qu’Alice, quand il s’y mettait, celui-là ! Bella désespérait littéralement, continuant à se débattre mais commençant à rendre les armes. Se battre contre Emmett ne servait à rien, et elle le savait. Mais il n’avait pas le droit de la prendre comme ça, c’était un imbécile fini ! Un c**, un fou, un type que l’on devait assommer dès que des signes d’enthousiasme apparaissaient… Un dingue qu’il fallait fuir autant qu’Alice lorsqu’elle parle de shopping et de mode.

Emmett – Et on va aussi préparer le remariage d'Alice et Jaz ! Qu'est-ce t'en dis ?

Ce qu’elle en disait ? Mais Bella s’en foutait, elle voulait descendre ! Il pouvait bien organiser ce qu’il voulait, tant qu’il la laisse descendre ! La reposer par terre, la jeter, la laisser tomber même, s’il voulait, il pouvait même la faire passer par la fenêtre… N’importe quoi, mais elle voulait être à terre. Sur la terre ferme, c’était tout ce qu’elle lui demandait !

Bella – Ce que j’en dis ?! Mais je veux que tu me lâches, que tu me poses à terre, que tu me laisses descendre ! Tu fais ce que tu veux pour ce mariage, je m’en fous, moi ! De toute façon, je sais pas organiser, alors laisse-moi descendre !

Et cela, c’était vrai. Bella n’aimait pas les fêtes, n’aimait pas y assister ou encore être le centre de l’attention, alors en organiser… C’était mort, jamais elle ne ferait jamais une telle chose, même si Emmett voulait essayer de l’embrigader, de la faire changer d’avis, de la pousser à l’aider, ou elle ne savait quoi encore. Bella voulait rester loin de tout ça, c’est tout. Pas difficile à comprendre, tout de même ! Si ?

Mais elle savait qu’Emmett ne la déposerait pas sans rien avoir. Seulement, il était hors de question qu’elle organise quoi que ce soit, qu’elle passe du temps à se pomponner ou à bien s’habiller pour entretenir les apparences. De toute manière, Bella restait commune, ne se détachait pas du lot comme les autres Cullen. Donc, zut, flûte, crotte, il n’avait qu’à s’en prendre à quelqu’un d’autre ! Jasper, par exemple. Lui, il avait besoin d’aide, lui, il avait besoin de quelqu’un pour lui changer les idées.

Bella – Va plutôt t’occuper de Jaz’. Il a besoin d’aide, il déprime depuis qu’il est rentré… Même moi, je l’ai vu ! Alors, me dis pas que tu n’as rien vu. Moi, je vais bien, lui pas. Alors va lui changer les idées, il est seul et il a besoin qu’on l’aide. Et tu sais bien que si tu lui demandes, il va te répondre qu’il va bien. Mais il est plus bizarre que d’habitude, alors, faut l’aider. Dépose-moi et va voir ce qu’il a. Lâche-moi, c’est tout ce que je veux !

Bella avait bien détaché les derniers mots, insistant dessus. Tant pis pour Jasper, c’est chacun pour soi face à Alice et Emmett.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Enfin rentré à la maison   Mar 11 Fév 2014 - 18:08

Emmett imaginait déjà la scène. la salle décorée, plein de lumière, plein de bonbons, plein de musique, plein de gâteau, plein de jouets, plein de confetti, plein de cadeaux, plein de copains, plein de trucs pour s'amuser ! Renesmée sera sûrement ravie d'inviter toutes ses copines chez elle et de jouer une journée entière ! Il imaginait déjà toutes ces adorables petites bouilles courir et rire dans toute la maison. Il adorait les gamins, voulait en voir partout dans la maison, qu'est-ce qu'il y avait de plus drôle ? Au moins, les enfants ne se prenaient pas la tête, et il jouait bien mieux avec eux qu'avec la plupart des membres de sa famille. En plus, Rose pourra faire la journée détente dont elle rêve, emmener Ashley à Glasgow dans des spas et des centres de massage, et aussi lui acheter d'autres vêtements. Il laissait ce plaisir à sa chère femme, elle avait tant rêvé de pouvoir emmener sa petite fille choisir un ruban pour ses cheveux et ce genre de chose.

Bella – Ce que j’en dis ?! Mais je veux que tu me lâches, que tu me poses à terre, que tu me laisses descendre ! Tu fais ce que tu veux pour ce mariage, je m’en fous, moi ! De toute façon, je sais pas organiser, alors laisse-moi descendre !

Rah la la, qu'est-ce qu'elle pouvait être de mauvais poil ! Cette fille ne savait décidément pas s'amuser, c'était totalement désespérant ! Elle aurait dû le remercier, au contraire, d'être là pour pimenter un peu sa vie et rompre la monotonie du quotidien. Il l'aimait bien, lui, sa petite sœur. Il était vachement content qu'Edward ne l'ait pas tué, car comme ça, la famille s'agrandissait, il avait une personne de plus avec qui jouer et taquiner, et, comble du bonheur, il pouvait faire bien plus de trucs maintenant qu'elle n'était plus fragile ! Dommage qu'Edward ait hurlé lorsqu'il s'était amusé à apprendre à Bella à voler, en la lançant à plusieurs mètres de hauteur. Renesmée, elle, avait trouvé ça très drôle.

En attendant, Bella allait devoir apprendre à se détendre un minimum ! Elle allait finir aigrie avant l'heure, sans ça, ce qui serait franchement dommage. Elle avait pas besoin d'être aussi tendue, hein ! La vie était belle, la vie était formidable, il fallait en profiteeer ! Rah, personne ne le comprenait sur cette terre. Sauf Félix. Lui, c'était un bon gars, et en plus, il aimait les jeux vidéos ! Béni soit l'humain qui a eu un jour l'idée d'inventer les consoles de jeux. Abea, abeus, amen !

Bella – Va plutôt t’occuper de Jaz’. Il a besoin d’aide, il déprime depuis qu’il est rentré… Même moi, je l’ai vu ! Alors, me dis pas que tu n’as rien vu. Moi, je vais bien, lui pas. Alors va lui changer les idées, il est seul et il a besoin qu’on l’aide. Et tu sais bien que si tu lui demandes, il va te répondre qu’il va bien. Mais il est plus bizarre que d’habitude, alors, faut l’aider. Dépose-moi et va voir ce qu’il a. Lâche-moi, c’est tout ce que je veux !

Rooh, Jasper était toujours bizarre, ce n'était pas un scoop ! Il souriait jamais, comme si ça allait le déformer, et rester distant était son habitude. Emmett haussa les épaules, mouvement qui aurait certainement fichu Bella brusquement par terre s'il ne la tenait pas comme il faut.

– Il déprime tout le temps, notre petit Jazzou ! Il est encore moins sociable que toi, c'est quand même drôle. En plus, Alice doit être avec lui, à cette heure, c'est pas le moment de les déranger, frangine !

Il quitta la pièce et l'emmena d'un pas énergique vers le salon du premier étage, où lui-même passait pas mal de temps. Objectif numéro un, décoincer Bella et lui apprendre à profiter de la vie ! Il éclata d'un rire énorme en allumant la télé, et lança un jeu vidéo de voitures, genre Mario.

– Nessie, Ashley ! s'écria-t-il en re-déposant Bella à terre, veillant néanmoins à ce qu'elle ne s'enfuit pas, la gardant contre lui. Venez voir un peu par là !

Il força Bella à s'installer dans le moelleux canapé et s'assit à côté d'elle, en lui fourrant une mallette dans les mains. Les deux filles n'allaient sûrement pas tarder à leur arriver. Il allait montrer à ces trois dames l'importance de lâcher la pression et rire de temps en temps.

– Sais-tu jouer, au moins, sœurette ?
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Enfin rentré à la maison   Ven 14 Fév 2014 - 21:57

Bella était certaine d’avoir trouvé l’argument qui réussirait à convaincre Emmett de la lâcher. C’était impossible autrement, il allait la lâcher ! Jasper n’était pas bien, c’était clair, alors il n’allait certainement pas le laisser tranquille. Après tout, Emmett vient toujours ennuyer ceux qui ne sont pas bien, ou trop calmes, ou perdus dans leurs pensées, ou… isolés, tout simplement. Donc, il allait s’occuper de Jasper, CQFD. Seulement, lorsque Bella sentit le géant hausser les épaules, elle ne put réprimer un cri de surprise en s’accrochant à sa chemise pour ne pas tomber. Il était FOU ! Et si elle était tombée, hein ? D’accord, elle ne risquait rien, mais tout de même !

Emmett – Il déprime tout le temps, notre petit Jazzou ! Il est encore moins sociable que toi, c'est quand même drôle. En plus, Alice doit être avec lui, à cette heure, c'est pas le moment de les déranger, frangine !

… Echec. Echec cuisant, lamentable, honteux. Si Bella avait pu, elle se serait même cachée dans un trou de souris tant le résultat était affligeant, désastreux, pitoyable. En bref, elle avait rapidement déchanté en entendant les paroles d’Emmett. Alice… Heureusement qu’Edward ne lisait pas les pensées de Bella, en ce moment-même. Elle était en train de maudire intérieurement sa meilleure amie de tous les noms, même si cette dernière aidait sûrement Jasper mieux que ne l’aurait fait Emmett. Mais elle l’empêchait de s’esquiver, du coup…

Cependant, Bella n’eut guère le temps d’injurier son beau-frère de tous les noms car il quitta la pièce dans laquelle ils se trouvaient pour aller… elle ne savait où. A vrai dire, elle s’était plus ou moins résignée après cette dernière tentative de fuite. Bella ignorait comment échapper à Emmett, c’était comme si on l’avait mise entre les mains d’Alice la veille d’une grande fête. Ce ne fut que lorsqu’ils arrivèrent dans le salon que la jeune vampire reconnut la pièce, Emmett éclatant d’un rire tonitruant que l’on entendait sans doute à l’autre bout de la Villa. Alerte. Elle le sentait très mal, d’un coup. Vite, une fuite, un échappatoire, quelque chose ! Il alluma alors la télévision, lançant… un jeu vidéo. Il n’allait pas faire ça ? N’est-ce pas ? Ce n’était pas ce qu’elle croyait, hein ?

Emmett – Nessie, Ashley ! Venez voir un peu par là !

A peine Emmett l’avait-il redéposée à terre que Bella tenta, timidement, de s’échapper pour aller s’exiler à l’autre bout de la Planète. Seulement, avant qu’elle ne puisse réellement s’éloigner, le géant l’avait coincée contre lui. Mais eh, elle n’avait encore rien fait, juste pensé ! Ou presque… Mais toute façon, il ne pouvait pas l’obliger à jouer, c’est tout ! Enfin… Ca, c’est selon la vision de Bella, mais la sienne était toute autre d’après ce qu’elle comprit l’instant d’après. Emmett l’obligea à s’installer dans le canapé, la collant littéralement pour l’empêcher de s’enfuir. Mais oh, qu’il la laisse respirer, un peu ! Elle allait protester lorsqu’il lui colla une mannette dans les mains. Il. Pouvait. Toujours. Courir. Bella n’avait pas envie de jouer, et ne jouerait certainement pas ! En plus, les filles allaient arriver, alors quelle importance ?

Emmett – Sais-tu jouer, au moins, sœurette ?

Si… Si elle savait jouer ? Heu… Bella le dévisagea un long moment, regardant la mannette qu’elle tenait dans ses mains, la télévision, et Emmett sans répondre. Elle ne savait même pas comment on se servait de ce machin, elle restait le plus loin possible des appareils électroniques, en général. Alors, non, Bella ne savait pas jouer. Mais non, elle ne dirait rien, parce qu’elle savait qu’Emmett en profiterait pour être choqué et pour l’enrôler et l’embobiner littéralement. « C’est une faute grave, il faut réparer ça ! » ou une parole dans le genre. Oui, elle l’entendait d’ici. Par chance, avant que Bella n’ait le temps de répondre, Ashley et Renesmée débarquèrent dans le salon. C’était maintenant, ou jamais. Se tournant vers les filles, la jeune mère leur dit :

Bella – Emmett veut vous apprendre à jouer à un jeu vidéo. Je vais vous laisser entre enfants, moi. Renesmée, tiens, prends ma place et ça, je ne vais pas rester.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enfin rentré à la maison   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enfin rentré à la maison
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma maison de campagne, j'ai rentré les chevaux
» E-Revo brushless enfin à la maison
» Pâte à tartiner "maison"
» Monter son studio photo maison à coût réduit
» Ma Maison Rona 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: