Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Priorité à droite ? [PV Alec]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Priorité à droite ? [PV Alec]   Ven 31 Jan 2014 - 22:58

Un petit break ! Enfin ! Orlin était de permission pour trois-quatre jours et il allait pouvoir enfin oublier un peu cette guerre qui commençait à s'embourber. Elle risquait de s'installer dans le temps, pas comme la guerre précédente. Ça ne plaisait pas au jeune homme. Tout ça ne lui plaisait pas pas du tout. La guerre, l'extermination des EDL à l’échelle industrielle, et surtout le plaisir que prenaient certains vampires à massacrer et à torturer. Voir ces gens là lui donnait des frissons. C'était complètement immoral. Il commençait à avoir des problèmes de conscience. Il se sentait coupable d'être complice de gens si cruels. Lui se contentait juste de les tuer rapidement et proprement, sans souffrance pour eux, sans rien.

Il espérait juste passer un week-end tranquille, oublier un peu tout ça. Il ne savait pas quoi faire pour se vider la tête, en fait. Il pourrait aller jouer avec Lilwen mais il n'avait pas le cœur à ça... Il y avait personne pour les entrainements et C.E était resté là-bas. Raison de plus qui allait rendre cette guerre encore plus dur à oublier pendant trois jours. Orlin s'inquiétait beaucoup pour lui. Il avait peur que son esprit de révolte ne lui cause des problèmes. Dans quel état allait-il le retrouver ? C'était la question qu'il se posait tout le temps. Ça lui nouait l'estomac.

Il errait dans les couloirs du château vide, cherchant désespérément un moyen d'oublier cette horreur qu'était le massacre ranger des EDLs. La situation était assez ironique. Il voulait fuir la guerre pour l'oublier et c'était en étant loin d'elle qu'il y pensait le plus. Il marchait comme un fantôme. Il tentait tant bien que mal de faire le vide dans sa tête. Il ne s'attendait pas à tomber sur quelqu'un qu'il fut un très étonné quand il faillit rentrer dans Alec au détour d'un couloir. Ils se regardèrent et Orlin revenaient peu à peu à la réalité. Son esprit avait enfin trouvé quelque chose sur laquelle ce fixer : ce beau jeune qui ne laissait pas Orlin indifférent. Loin de là...Alec brisa le silence en lui demandant s'il était blessé.

- Hein ? Euh non je suis pas blessé, enfin pas vraiment. J’essaie d'oublier la guerre, en fait. Tout ces morts, toutes cette horreur, ça me rend malade. J'ai tellement honte de participer à tout ça.

Il avait dit ça avec une facilité qui le surprenait lui-même. Avouer ce genre de choses n'était jamais très bon en ces lieux, surtout quand on était le fils de Caïus. Orlin était prêt à faire beaucoup de chose : assassiner, mentir, faire des coups fourbes, se trainer dans la boue, user de ces charmes pour le bien commun. Mais ce rendre complice de telles agissements, si odieux, il ne pouvait pas, c'était tout bonnement impossible pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   Mar 4 Fév 2014 - 10:15

Alec s'accouda à la fenêtre, regardant les habitants de la ville, en contrebas, qui déambulaient paresseusement dans les rues, bavardant entre eux, tranquillement. Il n'arrivait toujours pas à croire qu'Aro avait réussi à le coincer de cette manière. C'était d'une fourberie sans précédent ! Le traîner dans son bureau, puis user à la fois de son don et de sa force pour l'empêcher de se défiler. C'était vraiment bas. Franchement bas. Il soupira, jouant un instant avec une brindille qui traînait. D'ici, à cette distance et sous ce temps, on voyait parfaitement le village de Roncola qui se détachait au loin.

Il détourna le regard, serrant les dents dans une pensée amère. Il voudrait retourner à la guerre, retourner se battre, retourner massacrer tous ces fichus EDL qui avaient osé s'en prendre à sa sœur ! Il soupira longuement, se détournant. Il avait horreur de rester ici alors que les autres étaient au combat. A quoi cela servait, qu'ils traînent au château ? Ils pouvaient repartir, rester avec les autres. Se battre, continuer la guerre. Ils étaient faits pour ça, après tout. Lors de la première guerre contre ces clébards, ils n'étainet pas restés ici à ne rien faire. Il repartait vers la bibliothèque lorsqu'il faillit percuter quelqu'un. Orlin. Il était là ! Bouche bée, Alec remarqua son air, puis lui demanda s'il était blessé. Il tirait une tête si bizarre qu'on aurait cru qu'il venait de voir un fantôme.

Orlin - Hein ? Euh non je suis pas blessé, enfin pas vraiment. J’essaie d'oublier la guerre, en fait. Tous ces morts, toute cette horreur, ça me rend malade. J'ai tellement honte de participer à tout ça.

Il avait... Honte ? Bouche bée, Alec le fixa un petit moment. De quoi avait-il honte, exactement ? De se débarrasser des loups ? De se battre aux côtés du clan ? De défendre sa peau ? Pour le coup, le jeune garde ne voyait vraiment pas de quoi on pouvait avoir honte dans cette guerre. Après tout, s'ils refusaient de se battre, les EDL les exterminerait, et pourraient se propager en toute quiétude.

- Honte de quoi ? ne put-il s'empêcher de demander.

Il se mordilla les lèvres, scrutant le visage d'Orlin. Il était vraiment mal. Tout ça à cause de la guerre. Alec avait un peu de mal à concevoir ça, lui qui n'avait jamais reculé pour aller au combat, et ne rêvait que d'y retourner en cet instant précis. C'était l'occasion idéale de se décharger de leurs émotions, de la colère, tout en écrasant l'ennemi commun à tous les vampires. Un peu perdu par son attitude, il lui fit signe de venir s'asseoir dans un coin plus tranquille. Ils ne risquaient pas d'être dérangés de toute façon. Jane était occupée ailleurs, Marcus était là-haut avec sa petite famille, et Aro était en train d'essayer de remonter le moral de Caïus. Il s'assit à côté d'Orlin, en lui jetant un coup d'œil.

- J'oublie toujours que tu ne vis ici que depuis deux ans. Cette guerre tombe assez mal, pour toi... Mais pourquoi veux-tu en avoir honte ? On ne fait que notre devoir. Notre boulot. On ne fait pas de sentiments pendant une guerre et, crois-moi ou non, cette guerre-ci est plus douce que la précédente.

Ce qui était entièrement vrai. Aujourd'hui, les loups étaient organisés et réfléchissaient un minimum. Autrefois, ils tuaient amis, ennemis et alliés, tous ses battaient au milieu de charniers et de mares de sang, sous les hurlements de rage, d'agonie, de douleur, de cette joie féroce qui les poussait à tuer ou déchiqueter. Cela n'avait strictement rien à voir avec ce qui se passait en ce siècle. Il sourit à Orlin, le regardant droit dans les yeux.

- Mais bon, on pas vraiment été élevés de la même façon non plus, ça joue aussi. Tu me prendras sûrement pour un fou si je te dis que je ne veux que retourner là-bas pour arracher la tête de leur chef. J'aimerais bien qu'ils trouvent quelqu'un d'autre à kidnapper, ça devient un peu humiliant. Respire, Orlin... Au moins, tu es vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   Dim 9 Fév 2014 - 22:46

Alec
Honte de quoi ? ne put-il s'empêcher de demander.

Honte de quoi ? Il avait honte de plein de choses. Tout d'abord massacré aveuglement sans aucune forme de procès. En agissant de la sorte, les Volturis n''étaient pas mieux que tous les barbares qui avaient peuplé l'histoire. Il repensa aux horreurs perpétrées par les nazis qu'il avait entrevues dans des livres d'histoire et qui l'avaient pas mal secoué en tant qu'humain. Pour lui cette guerre était plus ou moins la même chose.

Alec se mordit alors la lèvre et avait l'air un peu agité. Il lui fit signe de venir s'assoir dans un coin plus tranquille. Orlin le suivit sans discuter

Alec
J'oublie toujours que tu ne vis ici que depuis deux ans. Cette guerre tombe assez mal, pour toi... Mais pourquoi veux-tu en avoir honte ? On ne fait que notre devoir. Notre boulot. On ne fait pas de sentiments pendant une guerre et, crois-moi ou non, cette guerre-ci est plus douce que la précédente.

Notre boulot ? Notre boulot consistait-il à massacrer une espèce entière sans broncher. Si ce n'étaient que des animaux, ça ne poserait aucun problème de conscience au jeune garde, mais là c'était un véritable génocide ! C'était dur à avaler. Après tout pourquoi la balance penchait-elle en la faveur des vampires ? Pourquoi les vampire plutôt que les loups-garous ?

Mais bon, on pas vraiment été élevés de la même façon non plus, ça joue aussi. Tu me prendras sûrement pour un fou si je te dis que je ne veux que retourner là-bas pour arracher la tête de leur chef. J'aimerais bien qu'ils trouvent quelqu'un d'autre à kidnapper, ça devient un peu humiliant. Respire, Orlin... Au moins, tu es vivant.

Effectivement Alec était bel et bien fou. Qui voudrait retourner se jeter en plein milieu d'une bataille et risquer de se faire tuer ? Ce n'est pas de cette façon qu'on reste en vie lors d'une guerre. Si on veut vivre, il faut se cacher, fuir les combats et pas se jeter comme un gros sac de viande en plein milieu de la mêlée. C'est vrai qu'ils n'avaient pas été élevée de la même façon, mais pour lui c'était inconcevable de souhaiter ce jeter dans la gueule du loup. Fallait être complètement timbré pour y aller tête baisée !

J'ai l'impression qu'aller combattre est une sorte de punition. On nous envoie se faire tuer sur les champs de batailles pour des guerres d'influence. Comme tu l'as dit, je suis vivant, mais pour combien de temps encore...

Il s'adossa contre le mur et regarda dans le vide.

Et puis il y a Charles-Edward. Je me fais un sang d'encre pour lui. Il est encore en plein dans les combats et je redoute le pire. Comment t'as fait quand t'étais dans le placard chez cette vieille peau de Gabrielle ? J'ai l'impression de vivre la même chose...

Puis sentant que le sujet était sensible il posa la main sur son épaule et utilisa son don pour s'assurer qu'il n'y ait pas de vague.

Lancé de dés:
 


Dernière édition par Orlin Volturi le Dim 9 Fév 2014 - 22:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nouvel Horizon

PNJ

avatar

Statut :
  • Fondatrice
Messages : 509
DC : Admins

MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   Dim 9 Fév 2014 - 22:46

Le membre 'Orlin Volturi' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Don - Nouveau-né' :




Le staff :
Riza Hawkeye, Envy
Olivier M. Armstrong,
Edward Elric.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   Dim 16 Fév 2014 - 12:54

Orlin n'avait guère l'air convaincu. Alec, lui, ne voyait pas où était le souci. Il ne fallait pas faire de sentiments, dans une guerre, ni face à leurs ennemis. Lorsqu'il avait vu les loups, à White Swan, celui lui avait instantanément ôté toute envie de leur accorder la moindre pitié. Les loups-garous étaient leurs ennemis héréditaires depuis si longtemps qu'il ne fallait même plus se demander quel était l'intérêt de les combattre. Il le fallait, un point c'est tout, et ne pas se poser de question. Orlin ne comprenait pas ça... Il était encore trop nouveau, dans ce monde, et n'avait sans doute jamais eu le récit détaillé de la précédente guerre. Avec ça, vu comment Caïus lui-même avait faillit finir, - et on l'avait raté, quel dommage - ce devait encore moins rassurer Orlin.

Orlin - J'ai l'impression qu'aller combattre est une sorte de punition. On nous envoie se faire tuer sur les champs de batailles pour des guerres d'influence. Comme tu l'as dit, je suis vivant, mais pour combien de temps encore...

Une punition ? Alec haussa légèrement les sourcils, pensif. Une punition ? C'était comme ça qu'il voyait les choses ? Mais comment pouvait-il songer cela ? Il était le fils de Caïus, il vivait en permanence à Volterra... Si le blond névrosé et psychotique savait que son fils pensait cela, il risquait de passer un sale quart d'heure. En était-il au moins conscient ? Alec espérait que oui, car Dieu sait à quel point les trois frères pouvaient se montrer maîtres lorsqu'il s'agissait de coups bas ou de plans tordus. Il grimaça en repensant à Aro, à la pression qu'il lui avait collé.

Orlin - Et puis il y a Charles-Edward. Je me fais un sang d'encre pour lui. Il est encore en plein dans les combats et je redoute le pire. Comment t'as fait quand t'étais dans le placard chez cette vieille peau de Gabrielle ? J'ai l'impression de vivre la même chose...

Alec blêmit d'un seul coup, et la colère remplaça en une seconde la plus petite trace de compassion qu'il avait pu avoir. Cependant, cette colère s'évanouit aussi vite qu'elle était apparue, sans raison apparente. Il se détendit, croisant le regard de Orlin qui avait posé une main sur son épaule. De quoi parlaient-ils, déjà ? Ah oui, de Charles-Edward... Alec ne se souvenait même pas de lui avoir déjà adressé la parole un jour. Il n'avait aucune occasion de parler au nouveau-né, et avait des doutes sur ses chances de survie. Caïus ne l'avait transformé que pour faire pression sur Orlin... Grâce à ça, il survivra sans doute à la guerre, mais son avenir n'était pas brillant.

- Je doute qu'il meure, dit-il en regardant Orlin. Crois-moi ou non, mais si Caïus l'a gardé en vie jusque là, c'est uniquement pour faire pression sur toi, pour s'assurer que tu ne feras aucune connerie. Grâce à ça, Charles reviendra vivant de la guerre, sans aucun doute, comme il est encore utile aux yeux de ton père.

Mais pas à ceux de Aro, en revanche. et c'était bien ce point qui était le plus menaçant pour le nouveau-né. Pour le moment, il vivra. Mais si Aro se lassait, ou si Caïus avait une autre de ses sautes d'humeur, Charles-Edward risquait d'y passer pour de bon. De toute façon, il avait mal démarrer. Se présenter à Aro en réclamant de partir, ce n'était pas le mieux. Alec avait testé lui-même, et il avait juste récolté quelques baffes et dix jours de cachot.

- Faut que tu lui fasses confiance, reprit-il. Si tu es persuadé qu'il va se faire tuer, tu seras déconcentré et tu mourras toi-même. Tu peux veiller sur lui, évidemment, mais il faut aussi que tu le laisses combattre.

C'était toujours ainsi qu'il fonctionnait, avec Jane. Il savait qu'elle pouvait se défendre, et vice-versa, ce qui leur permettaient de se battre côte à côte plus efficacement.

- Au pire, dit-il avec un faible sourire, tu peux demander à Caïus de l'entraîner lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   Dim 16 Fév 2014 - 17:23

Alec
Je doute qu'il meure, dit-il en regardant Orlin. Crois-moi ou non, mais si Caïus l'a gardé en vie jusque là, c'est uniquement pour faire pression sur toi, pour s'assurer que tu ne feras aucune connerie. Grâce à ça, Charles reviendra vivant de la guerre, sans aucun doute, comme il est encore utile aux yeux de ton père.

Cette vision des choses attristait beaucoup Orlin, mais elle commençait petit à petit à s'imposer aux yeux du jeune vampire. Peut-être c'était-il bercé d'illusions. Le voile qui c'était lui-même fabriqué commençait peu à peu à se déchirer et la vision d'Alec devenait petit à petit une évidence. Ça le désolait complètement. Il avait accepté d'être le fils de Caïus dans l'espoir que la situation change avec celle de sa vie humaine, mais au fond ça y ressemblait de plus en plus. Orlin soupira, un peu désespéré.

Alec
Faut que tu lui fasses confiance, reprit-il. Si tu es persuadé qu'il va se faire tuer, tu seras déconcentré et tu mourras toi-même. Tu peux veiller sur lui, évidemment, mais il faut aussi que tu le laisses combattre.

Oui mais comment lui faire confiance ? Charles-Edward ne savait pas se battre et de plus il était têtu comme une mule quand il s'y mettait. Il y avait un fossé entre risquer de se faire prendre par le surveillant et risquer de se faire tuer à la guerre : la dernière proposition est plutôt du genre définitive... Mais peut-être qu'après tout c'était souhaitable dans ce monde. L'immortalité c'est bien, quand on peut prendre le temps d'en profiter, quand on peut vivre sans se soucier du lendemain. À Volterra la pression était malgré tout toujours omniprésente et ça avait tendance à mettre tout le monde sur les nerfs. Félix est l'exception qui confirme la règle.

Alec
Au pire, dit-il avec un faible sourire, tu peux demander à Caïus de l'entraîner lui aussi.

Orlin resta de marbre face à ça. Ça ne le faisait pas sourire du tout. Au contraire ! Plus Charles-Edward restait loin de Caïus, plus il avait de chance de rester en vie ! Il avait déjà fait une entrée suffisamment remarquée comme ça ! Inutile d'en rajouter ! Il suffirait qu'il l'agace un tantinet pour qu'il se fasse trucider sur place, voire pire... Non ce n'était pas du tout, mais alors pas du tout la chose à faire !

Autant l'envoyer directement à l'abattoir, dit-il sur un ton plat et monotone. Non, pour lui, Démétri est préférable à Caïus, et de très loin !

Il s'appuya contre le mur à coté de lui, l'air un peu pensif. Il resta comme ça à penser à toutes les possibilités pendant une dizaine de secondes.

Le pire, c'est que je sais que tu as raison sur toute la ligne. Je suis totalement coincé avec lui à Volterra. D'un côté, je n'ai pas spécialement envie de partir, enfin pour le moment, mais d'un autre côté, ça me fiche une sacrée trouille. Le pire dans tout ça, c'est que tout ne dépend pas de moi...C.E est quelqu'un de têtu. Il tentera un moment de s'enfuir ; je sais pas quand mais il le fera. Et ce jour-là...ça va être terrible

Il se tût encore un petit instant et regarda dans le vide, devant lui. À moins qu'ils partent tous les deux, ils étaient contraint de se tenir tranquille. Orlin le supporterait assez bien, mais pour C.E, rien n'était moins sûr. Orlin avait l'impression qu'il l'avait déjà à moitié perdu.

Je sais que je n'ai pas à dire ça. Mais il vaudrait peut-être mieux pour nous deux qu'il...ne revienne pas de la guerre, dit-il en laissant échapper un profond soupir de désespoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   Jeu 6 Mar 2014 - 19:01

Alec se demandait comment cela se passait pour les autres... Pas seulement Charles, mais aussi tous les gardes. Maintenant que les loups avaient changé de tactique, il valait mieux s'attendre à tout, même aux coups les plus tordus ou les plus inattendus. Mais le jeune garde ne s'inquiétait pas trop là-dessus. Aro était suffisamment tordu, lui aussi, pour trouver une parade, peu importe laquelle. Il trouvait toujours. Comment réagira-t-il, si la situation devenait vraiment désespérée... ? Alec essayait de l'imaginer, d'imaginer Aro déployer enfin toute la puissance de son clan et de son réseau.

Orlin - Autant l'envoyer directement à l'abattoir, dit-il sur un ton plat et monotone. Non, pour lui, Démétri est préférable à Caïus, et de très loin !

Alec eut un maigre sourire. Démétri sera toujours préférable à Caïus, dans n'importe quel cas. Il joua un instant avec son insigne, tête baissée. Aro était sans doute pire que son frère. Il avait une de ces façons de vous coller la pression ! Il avait presque envie de raconter la scène à Orlin, juste pour voir sa réaction, mais hésitait.

Orlin - Le pire, c'est que je sais que tu as raison sur toute la ligne. Je suis totalement coincé avec lui à Volterra. D'un côté, je n'ai pas spécialement envie de partir, enfin pour le moment, mais d'un autre côté, ça me fiche une sacrée trouille. Le pire dans tout ça, c'est que tout ne dépend pas de moi...C.E est quelqu'un de têtu. Il tentera un moment de s'enfuir ; je sais pas quand mais il le fera. Et ce jour-là...ça va être terrible.

Nooon, sans blague ? Ce sera terrible le jour où il essayera de partir ? Le mot "terrible" était encore faible à ses yeux, selon Alec. Il ne devait même pas exister de mots pouvant qualifier cela. On n'échappait pas aux Volturi, point final. On pouvait essayer, mais il fallait très vite s'habituer à prendre des baffes ! Alec et sa sœur avaient l'habitude, mais peu de chances que Charles-Edward tienne aussi longtemps, et il ne bénéficiait pas de la même protection non plus. En résumé, c'est reste ici ou meurs, sauf si Aro le laisse partir. C'était déjà arrivé. Mais Orlin, lui, ferait mieux de pas tenter l'expérience.

De toute façon, ce n'est pas comme si c'était possible ou faisable. Le clan pouvait sans problème les croire sur parole, Jane et lui, fuir les Volturi était impossible pour qui ne s'appelle pas Démétri. Ils avaient tout essayé ! Et pour en arriver à quoi ? Une situation où ils étaient plus lés à Aro que jamais, dans tous les sens du terme. Avec ça, il imaginait parfaitement la réaction de Caïus si son fils s'enfuyait... Il serait capable d'aller le chercher lui-même. Si jamais ça se produisait, Alec espérait fortement qu'Orlin ait le temps de se suicider avant que son père ne lui tombe dessus.

Orlin - Je sais que je n'ai pas à dire ça. Mais il vaudrait peut-être mieux pour nous deux qu'il... ne revienne pas de la guerre.

Alec leva les yeux au ciel, puis soupira à son tour.

- Tu ne peux pas souhaiter ça ! s'écria-t-il. C'est ton meilleur ami ! On ne peut pas souhaiter la mort de ses proches !! Tu m'imagines, moi, souhaiter la mort de Jane juste parce que ce serait plus simple ?!

Idée totalement impensable, soit dit en passant ! N'importe quel imbécile pouvait s'en douter. Mais n'arrivait pas à comprendre que Orlin puisse en arriver à de telles conclusions, surtout que l'affaire concernait son meilleur ami ! C'était juste inimaginable, on ne pouvait pas penser des horreurs pareilles !

Orlin - Ça serait le plus gros fardeau que j'aurais à porter. Mais je préfère mille fois souffrir pour lui et lui assurer une vie tranquille. C'est à cause de moi qu'il est là après tout. C'est donc à moi de m'assurer qu'il soit le plus heureux possible, quitte à faire d'énormes sacrifices.

- Tu veux qu'il meure à la guerre, ou tu veux l'aider à s'enfuir ? Sans vouloir être négatif, le résultat sera le même.

Quoi que sa mort sera sûrement plus douloureuse dans le second cas. Les loups avaient beau être des monstres, ils avaient le mérite de tuer très vite. On ne pouvait en dire autant de tout le monde. Alec jeta un œil ses mains. Jane pouvait tuer d'un regard, maintenant. Lui, il ne savait pas encore. Peut-être, peut-être pas. Sur les humains, il y avait des chances. Un instant, il fut tenté d'en mettre une dose sur Orlin, histoire de lui remettre les idées en place. Histoire qu'il cesse de vouloir la mort de son meilleur ami...

Orlin - Dans l'éventualité où il serait condamné, je ferais tout pour qu'il parte de la manière la moins atroce. Je souhaite encore être son bourreau plutôt qu'il soit livré à n'importe qui d'autre dans ce château... sans vouloir t'offenser.

- Je ne comprendrais jamais ta façon de penser...

Il essayait d'imaginer la réaction de Jane s'il lui sortait un truc pareil. "Ma chère sœur, pourrais-tu m'assassiner ? Je préfère toi que Caïus". Ça risquait de très, très mal passer. Et Orlin, lui, songeait à cette position le plus naturellement du monde, sans soucis ni complexes. Comment pouvait-il ?! Il le couva d'un regard assez glacial puis se leva, s'arrêtant à la fenêtre ouverte près du banc. Et maintenant ? Comment le raisonner ? Il ne comprendra pas son point de vue. On devait protéger sa famille et ses amis, point, il n'y avait pas lieu de revenir sur ça ! C'était une vérité universelle.

- Tu te sens capable de le tuer toi-même alors, murmura-t-il. Ton meilleur ami. Appelle ça un devoir ou ce que tu veux, mais j'aimerais bien savoir si tu l'apprécies assez.

Alec ne pouvait tout simplement pas comprendre. Il n'avait pas été élevé ainsi, ce n'était pas dans sa mentalité. Il n'abandonnait jamais.

- Dès que tu te seras trop attaché une personne, tu souhaiteras sa mort, pour ne rien risquer avec le reste du clan, en fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   Lun 17 Mar 2014 - 21:36

Alec
Tu te sens capable de le tuer toi-même alors, murmura-t-il. Ton meilleur ami. Appelle ça un devoir ou ce que tu veux, mais j'aimerais bien savoir si tu l'apprécies assez.

S'il l'appréciait assez ? Est-ce qu'il se rendait compte de ce qu'il avait dû faire pour lui laisser un simple chance de survie ? Premièrement, il avait dû le torturer lui-même sous peine de le laisser aux mains de Caïus. Deuxièmement, il avait provoqué Gabrielle et avait, par la même occasion, failli se faire tuer. Troisièmement, il avait délibérément trahi les jumeaux et s'était délibérément attiré leurs foudres, tout ça pour lui obtenir un sursit. Alors la question de savoir s'il l'appréciait assez ne se posait même pas !

Alec
Dès que tu te seras trop attaché une personne, tu souhaiteras sa mort, pour ne rien risquer avec le reste du clan, en fait ?

Ses derniers mots étaient particulièrement violents et blessants. Orlin le trouvait totalement injuste et étroit d'esprit pour le coup. Il serra les dents. Cette phrase résonnait dans sa tête : ça en était assourdissant. Il aurait bien voulu sangloter, ses yeux lui brûlaient, ses mains et ses bras tremblaient. Alec se trompait lourdement sur lui : il savait protéger ceux qu'il aimait et il était décier à le lui faire comprendre. Mais avant, se calmer, il n'avait pas envie de lui taper dessus. Il se le répéta pendant une dizaine de secondes si fort, qu'un télépathe aurait pu l'entendre à des kilomètres.

Tu ne comprends rien.

Il n'avait pas arrêté de trembler. Il ne dit rien pendant plusieurs secondes, canalisant toute son énergie à arrêter les tremblements. Il reprit quand il y parvint enfin.

Charles-Edward est la personne qui compte le plus pour moi en ce monde, actuellement. Tu ne sais pas tout ce que j'ai dû faire pour obtenir sa transformation : des choses dont je ne me pardonnerais jamais. Caïus m'a plus ou moins imposé un choix Cornélien : soit je devais le torturer, soit il le faisait à ma place. Toi t'aurais fait quoi ? Après un choix pareil, crois-moi qu'on songe aux situations les plus extrême. C'est de ce genre de situations extrêmes dont je te parle. Autrement bien évidement que je ne souhaite la mort de personne que j'aime, sinon je ne t'aurais pas sauvé de l'enfant de la lune, l'autre jour au Népal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   Ven 21 Mar 2014 - 20:32

Il ne répondit pas tout de suite, semblant même choqué. Il n'avait pas pensé à cela ? Où il ne le croyait pas ? Alec n'essayait même pas de le choquer ou de le brusquer, il lui avait simplement dit ce qu'il pensait. Le décalage entre leurs modes de pensée ne cessait de le surprendre, depuis des mois, mais tout de même, il y avait parfois des limites. C'était sans doute lui qui était vieux jeu, qui raisonnait encore comme au 18ème siècle. Il fallait croire qu'il ne s'était pas adapté à ce siècle, ou alors, que Orlin ne soit pas adapté au château. En gros, il s'était fait avoir comme eux tous. Piégé et transformé à cause de son don. Rares étaient ceux qui avaient pu choisir comme Démétri.

Orlin - Tu ne comprends rien.

Possible... La voix du jeune vampire tremblait, mais Alec ne répondit pas. Il n'y avait rien de plus à rajouter, à ses yeux. Il ne comprenait même pas pourquoi il se prenait la tête avec ça. Quelle importance, au final ? Quel intérêt de disserter sur ce qu'il convenait de faire ou non, sur ce qui était bien ou mal ? Ils devaient juste se contenter d'obéir, d'accepter qu'un autre tienne leurs destins entre ses mains. Orlin avait dû lui-même comprendre assez vite qu'il n'avait plus le choix. Charles-Edward marchait sur un fil, et il suffira d'un faux pas pour le faire chuter. Il était un jouet entre les mains de Caïus, exactement comme son meilleur ami, et exactement comme Alec était un jouet entre les mains de Aro.

Orlin - Charles-Edward est la personne qui compte le plus pour moi en ce monde, actuellement. Tu ne sais pas tout ce que j'ai dû faire pour obtenir sa transformation : des choses dont je ne me pardonnerais jamais. Caïus m'a plus ou moins imposé un choix Cornélien : soit je devais le torturer, soit il le faisait à ma place. Toi t'aurais fait quoi ? Après un choix pareil, crois-moi qu'on songe aux situations les plus extrêmes. C'est de ce genre de situations extrêmes dont je te parle. Autrement bien évidement que je ne souhaite la mort de personne que j'aime, sinon je ne t'aurais pas sauvé de l'enfant de la lune, l'autre jour au Népal.

Alec laissa un très mince sourire se dessiner sur son visage. Ce choix, il l'avait déjà eu. Caïus lui avait imposé le même, concernant sa sœur. Mais était-ce vraiment un choix ? Il était incapable de seulement lever le petit doigt sur elle, et avait donc refusé tout net de lui faire le moindre mal. Il avait plutôt renvoyé balader Caïus en l'insultant. Au final, c'était lui qui s'était fait frapper, mais au moins, Jane n'avait rien eu. Il avait été très simple de protéger sa jumelle de cette façon, car il suffisait d'un rien pour énerver Caïus sur une autre cible que sa victime de départ. Jane avait également agi de la même manière, et s'ils s'étaient pris des coups, ils ne s'étaient jamais fait de mal l'un à l'autre.

- Contrer ton père sur ça n'est pas dur, dit-il d'un ton mi-ironique, mi-amer. Il nous a déjà mis devant ce choix. Pour éviter de la blesser et pour éviter qu'il ne la touche, il me suffisait de l'insulter pour qu'il retourne sa colère contre moi. Et ça fonctionnait parfaitement bien.

Il quitta la fenêtre du regard et se retourna à nouveau vers Orlin, toujours assis sur le banc. Il espérait pour lui qu'il sache ce qu'il faisait. Il retint un long soupir, appuyé contre le rebord de la fenêtre, à moitié exposé au soleil. Il ignorait quoi lui dire pour le convaincre, mais de toute manière, il y a certaines choses dont il devra se rendre compte tout seul.

- Si tu penses qu'il vaut mieux qu'il meurt plutôt que d'être ici... J'espère juste pour toi que tu ne le regretteras pas si jamais il lui arrive un truc. Mais bon, j'admets que ce serait un soulagement de ne plus jamais revoir la sale tête de Caïus.

Et en parlant de cela, il allait devoir se faire à lui porter plus de respect en face-à-face. Horreur, enfer et damnation. Si seulement se jeter par la fenêtre arrivait à le tuer, il le ferait sans hésiter. A moins que ce ne soit Caïus qu'il jette par la fenêtre. Oooh, douce image du vieux Volturi s'écraser par terre en hurlant. l retourna s'asseoir à côté d'Orlin, assez las.

- En attendant, je crois que tu as surtout besoin de te changer les idées.

Il lui fit un bisou maladroit sur la joue, pour le distraire et lui changer les idées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   Jeu 17 Avr 2014 - 23:19

Alec
Contrer ton père sur ça n'est pas dur, dit-il d'un ton mi-ironique, mi-amer. Il nous a déjà mis devant ce choix. Pour éviter de la blesser et pour éviter qu'il ne la touche, il me suffisait de l'insulter pour qu'il retourne sa colère contre moi. Et ça fonctionnait parfaitement bien.

Mais oui ! Bien sur ! Maintenant qu'il le disait c'était l'évidence même, le nez au milieu de la figure. Comment avait-il pu ne pas penser à ça ? Sur le coup, il se trouva très bête de ne pas y avoir pensé avant. Caïus était la susceptibilité incarnée, de la nitroglycérine sur patte. Une petite pichenette et boum ! Il explose ! Pourquoi ne l'avait-il pas fait ce jour-là se dit-il. Ça aurait évité tellement de choses. Peut-être même qu'il serait encore avec Jane. *Beuh* Cette idée lui donna des frissons. Alec finit par se diriger vers le mur, s'exposant à moitié au soleil alors qu'Orlin parvint plus ou moins à se calmer.

Alec
Si tu penses qu'il vaut mieux qu'il meurt plutôt que d'être ici... J'espère juste pour toi que tu ne le regretteras pas si jamais il lui arrive un truc. Mais bon, j'admets que ce serait un soulagement de ne plus jamais revoir la sale tête de Caïus.

Le jeune vampire laissa échapper un petit rire. C'est vrai qu'on ne se portait pas plus mal, loin de lui. Alec revint alors s’asseoir à coté de lui.

Alec
En attendant, je crois que tu as surtout besoin de te changer les idées.

Il n'y porta pas d'attentions particulières jusqu'à ce qu'il sente un bisou sur sa joue, un doux frisson qui le tira de ses pensées. Il tourna la tête vers Alec. Ses yeux l'interrogeaient. Il se tripota les mains, se tortillait les doigts (qui parfois se retrouvaient dans des positions plus qu'improbables). Pour le coup les rôles s'inversèrent. C'était lui qui n'était plus très sûr. Il pensait à Charles-Edward, mais c'est Aro qui lui faisait le plus peur pour le coup. Il se souvenait bien de l'avertissement dans la chambre l'autre jour. Puis il regarda à nouveau cet Apollon, la tentation était trop forte. *Et puis zut, est-ce que je m'occupe de ses histoires de cul à Aro, moi ?*

Il prit les mains d'Alec sans trop de convictions. Puis il remonta le long de ses bras, de ses avant-bras pour atteindre ses épaules. Il le fit se rapprocher doucement jusqu'à le serrer contre lui, fortement, un peu sèchement, comme s'il agrippait. Le câlin ; un geste si simple qu'il n'avait pour tant presque jamais connu. Ce n'est pas Caïus qui ferait ça. Cependant, si ça se produisait, Orlin ne serait pas sur de la façon dont il réagirait.

Après le câlin, ce fut un petit bisou timide dans la nuque. Il goûtait presque sa peau, découvrait son goût, savourait les odeurs, palpait du bout des lèvres sa texture. Ces découvertes lui montaient à la tête et commençaient à prendre la place des préoccupations de la guerre. L'étreinte brutale se desserrait, se faisait plus douce : la prison se transforma en un berceau d'une grande douceur.

Il le libéra et ils se retrouvèrent l'un en face de l'autre. Il ne regardait plus ses yeux, mais ses lèvres qui avait l'air de l'appeler. Il se pencha en avant mais à peine avait-il commencer à bouger que l'image d'Aro portant Jane dans ses bras, apparut clairement dans son esprit comme un avertissement de son inconscient. Ça calma tout de suite ses ardeurs et il se redressa.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   Sam 19 Avr 2014 - 23:55

Orlin n'avait plus l'air trop sûr, maintenant. Alec resta silencieux, se demandant s'il devait le pousser plus avant. car après tout, était-il vraiment sûr de ce qu'il souhaitait ? La mort de son meilleur ami ? Pour son propre bien ? Était-il vraiment sûr de cela ? Alec en doutait... Il doutait que Orlin soit assez cruel, ou assez froid, pour accepter cela, le penser véritablement. Orlin le fixait, avec un regard indéchiffrable. A quoi pensait-il ... ? parfois, il aimerait bien avoir le don de Aro, ce serait si pratique. Enfin, lorsqu'il le fallait. Repenser à Aro lui ramena en mémoire leur petite entrevue de toute à l'heure, ce qui lui retourna l'estomac.

Orlin lui prit tout à coup les mains. Il s'était décidé ? Ou il était encore plus perdu qu'avant ? Il bougea, finissant sur ses épaules, alors que Alec se contentait de le regarder. Il s'apprêtait à lui demander ce qu'il comptait faire à présent, comment il comptait agir avec Charles-Edward, lorsqu'il l'attira brusquement contre lui, sèchement, fortement, surprenant Alec qui ne s'y attendait pas. "Pitié, ne devient pas comme Aro..." pensa-t-il en posant ses propres mains sur ses bras. Il avait toujours du mal lorsqu'un autre que Jane agissait ainsi avec lui, par méfiance, ou par peur. Ou manque d'habitude. Avec Jane, c'était plus simple. Il se sentait bien, lorsqu'il la tenait contre lui, son odeur le rassurait, sa simple présence lui suffisait.

Orlin l'embrassa tout à coup dans le cou, le faisant frissonner. Il avait encore si peu l'habitude de ce genre d'étreintes, et avançait à pas prudents dans cette voie. Aro avait raison au moins sur un point, il n'y connaissait rien... Il n'avait jamais eu de relations de ce genre, pas une seule fois dans sa vie. L'âge à lequel il avait été mordu avait aussi stoppé son intérêt pour toutes ces choses. Sa sœur lui avait toujours suffit. Mais aujourd'hui... Orlin ne le serrait plus aussi fort, et finit même par le lâcher.

Alec le regarda, attendant la suite, mais Orlin se redressa, l'air fermé d'un seul coup. Et bien quoi ? Que se passait-il ? Alec sentit une pointe de frustration et lui jeta un regard étrange. Il avait quoi ? Il se redressa à tour, lèvres pincées. Et un peu vexé, pour le coup. S'il préférait qu'ils se crient dessus...

- Qu'est-ce qu'il y a ?

Orlin - C'est juste que je pense à ce que je me suis pris de la part d'Aro, la dernière fois... On prend le risque ?

Aro... On en revenait toujours à Aro. Encore et toujours Aro. Il arrivait décidément à contrôler leurs vies dans les moindres détails... Alec soupira brusquement et s'appuya contre le mur, une moue aux lèvres. Décidément... Encore et toujours... Il leva un instant les yeux au ciel puis se mordit les lèvres.

- Après la "discussion" de toute à l'heure, il faut que ce souvenir-là revienne sur le tapis maintenant... Tu as peur de lui ?

Orlin - J'ai pas de raison.

Son regard s'était adouci. Alec le regarda un moment, puis se pencha sur lui et l'embrassa. Orlin se crispa, puis finit par se détendre peu à peu. Ils étaient entièrement seuls, coupé du monde, loin de Aro et de ses manigances. C'était un moment simple et doux, quoi que totalement nouveau, et tranquille. Ils s'embrassèrent durant un long moment avant de se détacher l'un de l'autre. Lorsque l'image de Aro s'imposa brusquement dans l'esprit de Alec. Dire qu'il avait réussi à lui faire dire "ça". C'était un échec, et particulièrement cuisant.

- Moi si, j'ai peur de lui, avoua-t-il.

Orlin - Pas autant que moi avec Caïus, dit-il sur un ton blagueur. Mais je dois tout de même t'avouer que ça me surprend une telle révélation de ta part.

En quoi c'était surprenant ? Alec se crispa légèrement et détourna le regard. Il avait l'impression d'être une tête brûlée. Caïus serait là qu'il lui sortirait que c'était tout sauf une impression. Mais ce sale blond acariâtre n'avait rien dans le crâne à part de l'air et de la haine.

- C'est récent, marmonna-t-il d'un ton amer. Il peut vous coller une pression incroyable lorsqu'il le veut. je crois que je préfère encore les coups de Caïus.

Orlin - A ce point là ? Ça a dû être terrible... Si tu as envie de parler... ou juste un peu de réconfort... ou même autre chose...

Alec se leva, essayant de chasser la scène de sa tête. Aro qui le force à se coller contre le mur et se pencha sur lui. Effleure sa joue de sa main. Avec sa voix à la fois douce et froide, si sûr de lui et de son pouvoir. Terrifiant. Il fit quelques pas nerveux dans le couloir et se retourna vers Orlin. Il se calma peu à peu, se répétant qu'il était sorti de ce fichu bureau, et que maintenant, Aro allait le laisser en paix... Enfin, un peu. Plus qu'avant ? Ça ne pouvait pas être pire, de toute manière. Pourvu qu'il ne fasse pas le même chose à Jane, il ne supportait pas de l'imaginer dans cette position.

- Aro est... Il sait mettre la pression. Caïus a déjà bien dû te faire ce coup-là ?

Orlin - Ouais... Et je m'en mords les doigts. Mais disons que Caïus à des arguments plus frappants.

Alec ne put s'empêcher de sourire. Il lui demanda s'ils pouvaient y aller, bouger un peu, et Orlin le suivit. Alec fit un large détour pour éviter le bureau d'Aro, n'ayant pas la moindre envie de se retrouver de nouveau en face de lui, ni en face des autres frères. Ils se rendirent dans l'ancienne chambre de Orlin et refermèrent soigneusement la porte. Alec était plus détendu dans un espace plus "fermé" qu'au beau milieu du couloir.

- J'ai fini par comprendre, c'est bon, murmura-t-il. On ne peut pas partir d'ici, ça va. C'est bon.

Il revint vers Orlin et se blottit dans ses bras, fermant les yeux. Il n'avait plus envie de penser à Aro ou au reste, et encore moins à Caïus. Quitte à devoir rester éternellement ici, autant trouver quelques compassions, de petits trucs qui font que la vie soit agréable. Ou supportable. Orlin le serra contre lui en lui murmurant des paroles de réconfort. Alec se laissa faire, puis alla s'asseoir sur le lit, attirant Orlin avec lui. Il revint dans ses bras, se sentant curieusement en sécurité.

- Il faudra quand même qu'on l'avoue à Jane, tu sais...

Il y eut un petit blanc, sans un bruit.

Orlin - Ça va pas lui plaire...

Alec se redressa, grimaçant un peu. Non, ça non, ça n'allait pas lui plaire, c'était sûr. Surtout qu'elle avait pris Orlin très légèrement en grippe... Comment le lui annoncer sans qu'elle s'énerve ou veuille arracher la tête du fils de Caïus ? Il avait beau tourner le problème dans tous les sens, il ne voyait pas de solution.

- Si elle le découvre seule, ce sera pire. Et tu le sais aussi bien que moi.

Il se tritura les mains, nerveux, puis soupira.

- Je ne sais pas si tu as toujours peur d'elle ou non, mais je te jure que ça serait mieux si on n'avait as à se soucier qu'elle découvre tout juste en nous regardant. Elle se doute de quelque chose, je le vois bien. Et honnêtement, j'ai du mal à lui cacher ça, ce n'est pas dans nos habitudes.

Il échangea un regard avec Orlin, puis eut un sourire tremblotant. Lui se leva et soupira longuement, faisant les cents pas dans la chambre. Alec le suivit du regard, se demandant une fois de plus à quoi il pouvait bien penser.

Orlin - Bon, je veux bien lui parler. Il vaut mieux qu'on y aille tous les deux et tu as des conseils à me donner ?

- Heu, tous les deux...

Orlin - ... ou tout seul... Rah, elle me fait peur, affreusement peur. Je l'ai croisé qu'une fois depuis la dernière fois. Et j'ai une affreuse boule au ventre qui me tord les boyaux quand je sais que je risque de la croiser.

- Eh ! Vas-y doucement, c'est ma sœur !

Orlin - Pardon... mais je suis pas serein... Elle n'a aucune raison de l'accepter, au contraire.

Alec se leva à son tour et marcha jusqu'à la fenêtre, silencieux un long moment. Jane faisait peur à pas mal de monde, même à lui parfois. Son don était de plus en plus terrifiant, pire que le sien. Il s'appuya contre le rebord de la fenêtre, pensif.

- De toute façon, il faudra bien finir par lui avouer...

Il passa une main dans ses cheveux, les yeux dans le vague.

- Essaye juste de... Garder ton calme ? Lui dire très doucement ?

Orlin souffla longuement et hocha la tête. Il allait le lui dire. Alec espérait juste que tout allait bien se passer. Jane pouvait très nerveuse et irritable, surtout face à certaines personnes. Il serra à nouveau Orlin pour l'encourager, l'embrassant sur les lèvres et le repoussant sur lit où il s'assit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   Lun 21 Avr 2014 - 19:27

Alec
De toute façon, il faudra bien finir par lui avouer...

Cette idée ne lui plaisait pas du tout, mais alors pas du tout ! Pas si tôt ! Pas tout de suite ! Pas si vite ! Orlin c'était à peine remis de la dernière fois et il allait déjà devoir retourner lui parler...avec un sujet des plus délicats. Oh que non, il ne voulait pas. Il payerait même très cher pour laisser ça place à quelqu'un d'autre. D'ailleurs il espérait intérieurement pour pouvoir se défiler, retarder un peu l'échéance...

Alec passa une main dans ses cheveux et semblait pensif. Qu'est-ce qu'Aro avait bien pu lui faire pour qu'il est peur de lui ? C'était la question qui c'était installé dans la tête d'Orlin, malgré lui. Caïus, il aurait pu comprendre qu'il lui fasse peur, mais Aro n'était pas si terrible, non ?

Alec
Essaye juste de... Garder ton calme ? Lui dire très doucement ?

Orlin souffla longuement, dépité. Il acquiesça de la tête sans grande conviction. Il était quasi certain que ça allait mal se passer. Alec le serra contre lui et lui donna un baiser ce qui lui remonta un peu le moral. Il se fit repousser jusque sur le lit et son amant s'assit à côté. Orlin le regarda, ou plutôt le déshabilla du regard. Ils étaient seuls et personne ne risquerait de les déranger. Il lui prit la main et la lui tint. Il le fixa du regard, un regard tendre et intense qui allait droit dans les yeux.

- Alec, euh...

Il ne savait pas comment le dire. Il se sentait bête pour le coup et trouvait ça très déstabilisant de dire ce genre de chose à un autre garçon, si craquant soit-il. C'était les conséquences de toute une éducation catholique qu'il avait reçue et qu'il tenait pour responsable de tout ce qu'il avait vécu...ou plutôt de tout ce qu'il n'avait pas vécu. Il avait après tout été enfermé dans un coin complètement paumé à écouter un curé rabâcher des leçons qui s’avéraient être des âneries dès qu'on s'y penchait plus sérieusement. Et parmi ces âneries, on pouvait y trouver qu'on homme ne pouvait être amoureux que d'une femme. La situation présente démontrait le contraire pourtant.

- Euh...

Il ne voulait pas s'engager tout de suite. Il n'était pas encore sur de ce qu'il éprouvait. L'aimait-il réellement ? Était-ce qu'une idée de qu'il se faisait ? Peut-être même faisait-il ça inconsciemment pour faire enrager de Jane, bien qu'il en doutât sincèrement.

Il lui donna un autre bisou et remonta une de ses manches pour lui caresser le bras. Alec le regarda faire un moment puis lui demanda s'il voulait le faire craquer sur un ton un peu tendu. Orlin sentit le malaise et stoppa ses mouvements sans pour autant retirer sa main. Pour le coup il ne réfléchit pas à la réponse et laissa parler son cœur.

- Oui, j'essaie...Car je t'apprécie tel que tu es. J'ose pas encore dire que je t'aime mais c'est pas loin de l'idée que je m'en fais.

Alec lui sourit en guise de réponse ce qui fit plaisir Orlin qui lui rendit un sourire plus timide. Un cours moment passa avec que le jeune vampire embrasse de nouveau Orlin. Il était heureux comme tout. Il sentit que le désir montait peu à peu. Pendant qu'il l'embrassait, il saisit ses mains et remonta sur ses épaules et son cou. Il lui murmura un petit mot doux et le regarda dans les yeux. Il adorait ces échanges de regards, ça transmettait tant de choses, tant d'émotions puissantes quand on était avec la bonne personne. Il attendait de voir sa réaction avant de continuer. Il voulait que ça soit un moment parfait, magique, qu'aucun d'eux deux ne soit mal à l'aise.

Pas de réaction de sa part mais le regard était toujours aussi intense. Il reprit alors son petit manège, son embrassade, ses caresses. Il se faisait plus entreprenant. Il passa une main sous un de ses vêtements et le chatouilla un peu. Il cherchait à le faire rire. Pour le coup il se défendit. Orlin se laissa avoir et Alec réussit à le faire basculer sur le lit et tenta de l'immobiliser. Ils se chamaillèrent joyeusement quelques minutes jusqu'à ce qu'Alec prenne l'avantage et réussisse à complètement l'immobiliser. Orlin, allongé, le regarda tout sourire.

Et maintenant, tu vas faire quoi lança-t-il sur un ton mi-blagueur, mi-défiant ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   Ven 9 Mai 2014 - 12:56

Pour être honnête, Alec n'était pas vraiment sûr de la réaction de sa sœur... Elle pouvait aussi bien ne reine dire que se mettre brusquement en colère. De toute façon, ce qui était certain, c'est qu'elle allait lui arracher la tête pour ne pas lui avoir parlé de tout cela avant. Et très franchement, il préférait refaire la "discussion" avec Aro devant le clan entier plutôt que d'affronter la colère de Jane. Il ne voulait pas la blesser ni lui faire de la peine, mais il savait qu'elle lui en voudra de ne lui avoir rien dit auparavant. Et Orlin avait raison, elle n'avait aucune raison de rester calme en apprenant tout cela. Il entendait encore Orlin hurler à en faire trembler les murs du château, alors qu'il attendait, par terre, sachant que sa jumelle s'en donnait à cœur joie.

Orlin s'assit son tour et lui rit la main. Alec échangea un long regard avec lui, ne sachant que dire. Et se sentit assez stupide pour le coup. Il avait vu beaucoup de films et lu beaucoup de livres parlant de l'amour et de la façon de montrer ses sentiments, mais ignorait comment mettre le tout en pratique. Il se demandait aussi s'il pouvait vraiment aimer qui il voulait, librement, sans avoir à se soucier de rien. Les relations dans leur environnement étaient particulières... On ne pouvait se laisser aller comme on le voulait, car il fallait penser avant tout à la stabilité du clan. Aujourd'hui plus que jamais. Il devait "tenir sa place", selon Aro. "Que cela lui plaise ou non" selon Caïus.

Orlin - Alec, euh...

Et Orlin y passera un jour ou l'autre, lui aussi. Dès que son sera assez puissant ou qu'il aura fait ses preuves. Pour le moment, il était encore très jeune, ce qui le "protégeait", même si Caïus était visiblement de plus en plus impatient. Mais un don prenait du temps avant d'être maîtrisé. Les premières années qu'ils avaient passés en tant que jeunes vampires, ils avaient eu plus d'occupations que Orlin, car il leur avait fallu apprendre à lire et à écrire, à compter, à parler Italien, en plus de se battre et de maîtriser leurs pouvoirs. Enfant de la fin du vingtième siècle, Orlin avait eu beaucoup plus d'éducation qu'eux avant d'arriver au château. Choc des époques, une fois encore. Cela l'avait parfois desservi, lors de son "apprentissage" en tant que vampires.

Orlin - Euh...

Alec hésitait à s'engager pour de bon. Il y avait tellement de paramètres à prendre en compte que cela lui donnait le tournis. Ainsi que la peur, autant l'avouer platement. Autant il pouvait se défendre sur un champs de bataille ou face à Caïus, autant le terrain des sentiments lui semblait plus dangereux et piégeur. Il craignait de faire une erreur qui ne casse tout, et aimerait mieux prendre encore son temps avant de s'engager pour de bon. Pour se rassurer, être sûr de ce qu'il faisait, et voir s'il n'y avait aucun risque vis-à-vis des frères. Après ce que lui avait dit Aro, il pouvait difficilement prendre le risque de l'énerver à nouveau.

Ce fut Orlin qui le tira de ses pensées en l'embrassant, puis en glissant sa main sur son bras. Alec ferma brièvement les yeux, toujours perdu. Devait-il simplement se laisser aller ou assurer ses arrières d'abord ? Il y a quelques mois, il aurait envoyé tous ces principes au diable et aurait juste suivi ce qu'il ressentait. Mais aujourd'hui, il devait penser à la sécurité de sa sœur, et accessoirement à la sienne. Sans oublier qu'il n'était pas sûr que Orlin puisse subir le même nombre de coups, surtout à son âge. Mais le contact était si doux... Il finit par demander au fils de Caïus s'il cherchait à le faire craquer.

Orlin - Oui, j'essaie... Car je t'apprécie tel que tu es. J'ose pas encore dire que je t'aime mais c'est pas loin de l'idée que je m'en fais.

Alec ne put s'empêcher de sourire. C'était peut-être stupide, mais ça lui faisait chaud au cœur. Ils reprirent doucement leurs jeux, alors que Alec combattait ses craintes et ses principes. Il voudrait pouvoir se laisser aller, se détendre, et ne plus penser à rien, sinon à l'instant présent. Plus facile à dire qu'à faire, mais il y parvint doucement. Habitué à toujours rester sur ses gardes, méfiant, il était encore mal à l'aise quand il abaissait sciemment ses barrières avec une autre personne que Jane.

Orlin passa tout à coup une main sous son vêtement et le chatouilla. Particulièrement sensible à ce niveau, Alec contre-attaqua, et ils commencèrent à se chamailler comme deux parfaits gamins. Souriant, ils entamèrent un mini-duel en essayant chacun d'avoir l'autre, ce qui lui permit de se détendre enfin complètement. Il finit par réussir à le faire basculer sur le dos et le plaquer sur le lit, les cheveux ébouriffés. Il reprit un rythme de respiration plus serein, regardant Orlin. Et maintenant ? Il retint un sourire, ayant une forte envie de s'amuser.

Orlin - Et maintenant, tu vas faire quoi ?

Excellente question. S'amuser vraiment ? Ils étaient seuls, et Alec retrouvait son caractère habituel. Orlin avait bien dit qu'il l'appréciait comme il était, non ? Et bien, on allait voir s'il était sérieux. Il fit glisser un doigt sur sa joue et se pencha, l'effleurant presque, si près qu'il aurait pu l'embrasser sans peine. Un lent sourire étira ses lèvres.

- Je vais te confier un truc, murmura-t-il. Depuis le premier jour où l'on est arrivé ici, en tant que vampires, le clan a conclu que j'étais plus sadique que ma sœur. Et toi aussi, tu as bien utilisé ton don sur moi toute à l'heure, non ?

C'était le moment de tester quelque chose qu'il ne faisait pas souvent. Dégageant une de ses mains, il la mit au-dessus d'Orlin, hors de sa vue, et se concentra. Son don surgit très doucement, presque furtivement, et toucha lentement Orlin, ne lui coupant que la vue. Alec sourit, concentré, et se pencha pour embrasser Orlin. Aussitôt après, il commença à jouer avec lui et ses points sensibles. Il ne lui faisait bien évidemment aucun mal, mais il était drôle de pouvoir le toucher et l'embrasser sans qu'il sache ce qu'il allait faire par avance. Cela dura un petit moment, puis il se redressa, rendant du même coup la vue à Orlin.

S'amuser, c'était bien, mais il n'oubliait pas tout le reste pour autant. Notamment la colère de Aro et ce qu'il pourrait faire à Jane s'il apprenait que Orlin et Alec étaient toujours ensemble après ce qu'il avait dit. Devoir se plier ainsi était rageant, mais ce n'est pas comme s'ils avaient le choix. Libérant Orlin, il s'assit sur le lit à côté de lui, se mordillant les lèvres.

- Je voudrais pouvoir me laisser aller avec toi, mais si j'énerve encore Aro, il serait capable de faire ce qu'il a dit tout à l'heure et réunir... Enfin bref. Disons que c'est compliqué. Et je ne veux pas mettre de nouveau ma sœur en danger.

Il baissa la tête, jouant avec ses mains un moment, assis en tailleur sur le lit. En fait, c'était toujours compliqué. Compliqué car on ne pouvait être avec qui on voulait.

- Si on se met ensemble pour de bon, Aro le saura. Tu es prêt à l'affronter ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   Ven 9 Mai 2014 - 20:38

Je vais te confier un truc, murmura-t-il. Depuis le premier jour où l'on est arrivé ici, en tant que vampires, le clan a conclu que j'étais plus sadique que ma sœur. Et toi aussi, tu as bien utilisé ton don sur moi toute à l'heure, non ?

Oui, Orlin l'avait fait uniquement pour réparer une bourde monumentale : il avait parlé sans réfléchir. Il n'avait juste pas voulu que tout soit foutu en l'air pour si peu. Il avait bien vu qu'Alec était monté dans les tours dès qu'il lui avait parlé de l'épisode du placard. Il avait juste voulu réparer une bêtise, rien de plus. Quant au sadisme, il ne l'avait jamais vraiment considéré comme étant plus sadique que Jane vu qu'il n'avait jamais vraiment eu l'occasion de comparer. En fait, ce qu'il détestait le plus chez lui était une caractéristique commune à tout le clan : cette pensée vieillotte et obsolète qui prône de vivre avec honneur. Que les gens suivent ne le dérangeait pas le moins du monde mais il détestait qu'on lui impose à lui cette vision des choses. Ce qui comptait c'était la volonté qu'on y mettait non ? Cette attitude était inconcevable pour Orlin. Lui était prêt à presque tout pour arriver à ses fins, quitte à faire les coups les plus sales qui indigneraient Caïus.

Tout à coup un voile noir se fit devant ses yeux et Orlin eut très peur. Il se demandait ce qu'il faisait. Il ne lui en voulait pas d'avoir utilisé son don sur lui quand même !? Il était sur le point de paniquer totalement quand il sentit les lèvres de son Don Juan se coller aux siennes, et plus encore... Il se calma presque instantanément, rassuré. Puis il sentit des caresses sur des points particulièrement sensibles de son corps, ce qui lui fit avoir des soubresauts. Ne pas savoir ce qui l'attendait était une sensation particulièrement puissante qui ne rendait les choses que plus agréables. Il riait sous ses chatouilles. Après un petit moment de bon temps le voile se dissipa et Alec le libéra. Ils s'assirent l'un à coté de l'autre. Orlin allait continuer les hostilités quand il rompit le silence.

Alec
Je voudrais pouvoir me laisser aller avec toi, mais si j'énerve encore Aro, il serait capable de faire ce qu'il a dit tout à l'heure et réunir... Enfin bref. Disons que c'est compliqué. Et je ne veux pas mettre de nouveau ma sœur en danger.

Il se stoppa net et reprit une position plus...habituelle. Pour le coup, il ne pouvait pas faire grand-chose. Aro était puissant et on ne le défiait pas sans conséquences. Mais après tout, peut-être que tout allait s'arranger, qui sait ? Orlin voulait y croire. Ce n'était pas Chelsea cette fois, c'était sûr et certain. Il n'y avait pas les mêmes doutes, la même sensation d'artificialité dans les sentiments. D'où ça venait ? Il ne se l'expliquait pas, c'était comme ça, c'est tout. Alec était pensif, triturant ses mains. Il pouvait le comprendre, il risquait gros dans l'affaire, lui aussi.

Alec
Si on se met ensemble pour de bon, Aro le saura. Tu es prêt à l'affronter ?

Était-il prêt à se mettre en danger pour celui qu'il aimait, en gros c'est ça qu'il voulait savoir. Sur le coup, un tas de questions lui effleurèrent l'esprit. Comment allaient-ils être considérés par le reste du clan, quand ils sauront ? Aro pourrait très bien faire passer leur relation comme mauvaise. Il en était capable. Et si Caïus retournait sa veste ? Et s'ils étaient rejetés par leurs amis respectifs ? Et Charles-Edward ? Allait-il en pâtir ? Il le connaissait bien et il lui dirait de foncer, de suivre son cœur, mais les conséquences étaient potentiellement si lourdes qu'il ne pouvait moralement pas décider ça tout seul. Alec faisait bien de lui poser la question car quand il y réfléchissait, la réponse n'était pas si évidente que ça.

Il se tut court moment, une dizaine de secondes sûrement. Il réfléchissait bien à ce qu'il allait lui dire car la décision qu'il allait prendre allait l'engager pour un très long moment, une durée qu'il ne s'imaginait probablement pas encore.

- Je viens d'y réfléchir, de repasser en revue tout ce que j'avais, ce que je risquais. Il est clair que celui qui risque d'en pâtir de mon coté c'est Charles-Edward et je ne peux pas m'empêcher de culpabiliser car c'est plus ou moins à cause de moi s'il est là... D'un autre coté, je n'ai pas envie que notre aventure soit gâchée par un excès de précautions et je suis à peu près sûr que CE m'en voudrait si j'arrêtais tout à cause de lui...Je suis prêt à affronter Aro, dit-il en le regardant droit dans les yeux

Il lui caressa la joue réfléchissant toujours aux conséquences.

- Et puis ça ne serait pas dans son intérêt pour le moment. Ça serait pas très malin de sa part de nous donner un prétexte pour se rebeller, non ? Et puis, on est des Volturis. Si ça a des inconvénients, on a aussi droit à des avantages. Personnes n'osera critiquer ou je ne sais quoi d'autre. Et puis moi, je ne suis pas Démétri.

Il se rapprocha de lui tout doucement, augmentant la proximité entre leur lèvres respectives.

- On continue, murmura-t-il ?

Il l'embrassa sur la joue et s'apprêta à descendre dans son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   Lun 16 Juin 2014 - 12:20

Dire qu'Alec se méfiait de Aro était une sinécure. Il avait beau le côtoyer depuis des centaines d'années, ce type arrivait encore à l'étonner par tous les plans foireux et tout ce qu'il était capable d'inventer pour parvenir à ses fins. Lutter contre lui, ou essayer de lutter, devenait désespérant, et quasiment impossible. Il avait eu des millénaires pour s'exercer, et qu'avait-il en face de lui ? De jeunes vampires et des humains, dont aucun n'avaient le quart de son âge, et qui espéraient pourtant se battre contre lui. Alec eut un sourire amer en repensant à la petite scène de toute à l'heure. Non seulement il s'était totalement couvert de ridicule, mais il avait perdu ses moyens en si peu de temps, alors qu'il arrivait à résister d'ordinaire. Pathétique... Heureusement que personne n'avait assisté à la scène, pas même Jane ! Il ne se serait pas remis de se couvrit ainsi de honte devant elle. Bien évidemment, il finira sûrement par lui avouer ce qui s'était passé, en détail, mais au moins, elle ne l'aura pas vu de ses yeux.

Il refusait que Aro s'en prenne de nouveau à elle, quoi qu'il arrive. Il était prêt à tout sacrifier pour la protéger, à sacrifier ce qu'il éprouvait pour Orlin, à scarifier absolument tout. Elle comptait plus que tout, elle était la première dans son cœur, et le restera à jamais. Il fera tout ce qui est son pouvoir pour la préserver et lui épargner les mauvais coups ! Orlin devrait comprendre ça... Lui aussi avec un ami très proche, qu'il voulait préserver. Des amis, de la famille qu'il ne fallait pas oublier lorsqu'on voulait défier les ordres de Aro. Il frissonnait à l'idée que Jane puisse souffrir de nouveau à cause de lui.

Orlin - Je viens d'y réfléchir, de repasser en revue tout ce que j'avais, ce que je risquais. Il est clair que celui qui risque d'en pâtir de mon coté c'est Charles-Edward et je ne peux pas m'empêcher de culpabiliser car c'est plus ou moins à cause de moi s'il est là... D'un autre coté, je n'ai pas envie que notre aventure soit gâchée par un excès de précautions et je suis à peu près sûr que CE m'en voudrait si j'arrêtais tout à cause de lui...Je suis prêt à affronter Aro.

Qu'appelait-il un excès de précaution ? Protéger ses proches, c'était un excès de précaution ? Et puis, il y avait autre chose... Orlin était ici depuis deux ans, et jusqu'ici, il s'était montré très fidèle et obéissant au clan. Il avait suivi le même parcours qu'eux, à peu près, en débutant sa vie vampire en étant "encadré" par l'un des trois frères. Mais il lui restait une chose à apprendre. Gérer la colère de Caïus, ce n'était pas rien. Gérer celle de Jane, c'était... Douloureux. Mais faire face à la véritable colère d'Aro, c'était impossible. Ils avaient essayé, pourtant, longuement, et ne s'étaient heurtés qu'à des séries d'obstacles de plus en plus gros, de plus ne plus dangereux, et finalement insurmontables. Pouvait-on vraiment échapper à Aro ? La réponse, au moins, était claire : Non. Ils avaient essayé durant des mois, pour en arriver à une situation bien pire qu'au départ.

Orlin lui caressa tout à coup la joue, le tirant de ses sombres pensées. Il eut un très faible sourire, bien qu'il continue à s'inquiéter. Jane était sa préoccupation majeure, il ne voulait pas le voir souffrir, elle par-dessus tout. Et s'il continuait avec Orlin, et que ça se passait mal, il n'hésitera pas à supplier les trois frères à genoux de la laisser tranquille.

Orlin - Et puis ça ne serait pas dans son intérêt pour le moment. Ça serait pas très malin de sa part de nous donner un prétexte pour se rebeller, non ? Et puis, on est des Volturis. Si ça a des inconvénients, on a aussi droit à des avantages. Personnes n'osera critiquer ou je ne sais quoi d'autre. Et puis moi, je ne suis pas Démétri.

Il faillit lever les yeux au ciel. Rappeler qu'ils étaient des Volturi n'était absolument pas nécessaire à ses yeux, surtout maintenant ! Des mauvaises langues diraient aussi que Alec n'avait besoin d'aucun prétexte pour se rebeller, ce qui n'était pas vraiment faux, mais il faisait aussi plus attention, surtout lorsque cela concernait une personne qu'il aimait. Bon, et aussi parce que Aro avait réussi à l'effrayer.

Orlin - On continue ?

Il l'embrassa sur la joue, alors que le jeune garçon était encore un peu perturbé. Il l'arrêta d'un geste et lui prit la main, se tournant vers lui. Il était très sérieux, et cela devait sans doute se lire sur son visage. Il n'avait pas envie de tout abandonner avec Orlin, pas envie de tout gâcher, pas envie de l'envoyer balader ni de laisser tomber. Mais la sécurité de sa sœur passait avant tout le reste, avant ce qu'il pouvait ressentir lui-même, avant tout.

- Je ne veux tout abandonner entre nous, dit-il. Mais sache une chose. Si jamais ça dégénère, si jamais ça se passe trop mal avec Aro ou avec ton père, on arrêtera tout. Je refuse de mettre encore la vie de ma sœur en danger. Tu comprends ?

C'était une question qui n'attendait pas vraiment de réponse, en réalité. Que Orlin comprenne ou non, Alec restera déterminé à tout faire pour préserver sa sœur, même si il devait y laisser ce qu'il aimait. Jane passait avant, c'était ainsi, et rien ne pourrait le faire changer d'avis. Il espérait néanmoins ne pas avoir blessé Orlin, même s'il ne comptait pas se rétracter.

- On verra bien, de toute façon, mais il faut rester un minimum discret. Je ne veux pas être pessimiste, mais avec ce qui s'est passé toute à l'heure, je vais avoir Aro sur le dos un bon moment.

Il eut soudain un doute affreux, qui le fit blêmir. Et si jamais Aro avait déjà parlé de tout ça à Sulpicia ? Il avala douloureusement le venin qui lui montait en bouche, puis regarda de nouveau Orlin. Bon, bon, pas de panique, après tout, rien en prouvait qu'elle soit déjà au courant ! Il soupira en secouant légèrement la tête, puis eut un léger sourire.

- Tu sais, si Aro ne nous achève pas, il faudra aussi gérer nos "mères".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   Sam 12 Juil 2014 - 16:18

Orlin fut stoppé net. Bon, ok, quelque chose n'allait pas, inutile d'insister plus. Alec semblait pensif, sérieux, trop sérieux. Avait-il un problème ou était-ce simplement son "air naturel" ? Bon, ok, réflexion débile aux vues des circonstances. Leur liaison risquait d'être mal perçue, c'était même certain selon Orlin. D'abord il y avait Jane qui le décapiterait à la moindre occasion. Puis Aro et Caïus, la famille proche quoi. Sans compter le reste du clan. Mais de ce coté-là il se faisait moins de soucis. Ils suivront comme des moutons. Si Aro accepte, ils accepteront.

Alec
Je ne veux tout abandonner entre nous, dit-il. Mais sache une chose. Si jamais ça dégénère, si jamais ça se passe trop mal avec Aro ou avec ton père, on arrêtera tout. Je refuse de mettre encore la vie de ma sœur en danger. Tu comprends ?

Parce que lui ne risquait rien peut-être ? Bon d'accord les liens d'amitiés qu'il avait avec CE n'était pas aussi fort que ceux qui unissaient Jane et Alec, mais tout de même. Il s’inquiétait pour lui, il suffisait de voir l'état dans lequel il était tout à l'heure pour s'en convaincre. Lui aussi serait prêt à tout abandonner pour CE, renoncer pour lui à tout. Il culpabilisait toujours de l'avoir entraîné dans cette histoire, et surtout d'avoir due le torturer pour lui sauver la vie. C'était un de ses pires regrets depuis qu'il était là. Il préférerait repasser entre les mains de Jane plutôt que de recommencer.

Alec
On verra bien, de toute façon, mais il faut rester un minimum discret. Je ne veux pas être pessimiste, mais avec ce qui s'est passé toute à l'heure, je vais avoir Aro sur le dos un bon moment.

Il l'écouta en croisant les bras. Il ne faisait que répéter ce qu'il savait déjà.

Alec
Tu sais, si Aro ne nous achève pas, il faudra aussi gérer nos "mères".

Athenodora dirait oui, il en était persuadé. Pour Orlin, le problème des "mères" ne ce posait pas. Une mère, c'est par définition quelqu'un qui t'aime et t'accepte quelque soit tes choix , quelque soit tes actes. Si sa mère l'aimait, ce dont il ne doutait pas, elle ne constituera pas un problème, au contraire même.

Il expliqua son petit raisonnement à Alec.

Il déposa sa main sur la sienne, la gratifiant de caresses.

- Je ne pense pas que Sulpicia ou maman nous veuillent du mal. Au contraire. Elles se démènent pour nous. Je sais pas comment ça se passe pour toi. Mais moi, ça a été salvateur, surtout avec le suicide de maman, dit-il avec les sanglots dans la voix. Si elle n'avait pas été là, j'aurais très certainement pété les plombs, ou Jane m'aurait complètement fait craquer : je serais mort, c'est quasi certains.

Il finit par se lever. Et se dirigea vers la porte.
- Je vais allé réfléchir à ce que je vais bien pouvoir dire à Jane. Je ne serais pas tranquille tant que ça ne sera pas fait...Bisous !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Priorité à droite ? [PV Alec]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Priorité à droite ? [PV Alec]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cartes de priorité navale
» Stargate SG1 vu par Alec McClymont.
» [RESOLU] comment activer la LED qui se trouve a droite du haut parleur ?????
» L'exposition à "Droite"...
» [AIDE] Diode rouge sous la grille à droite ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps d'Italie-
Sauter vers: