Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Attaque de Paris [Rp Contexte]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Attaque de Paris [Rp Contexte]   Ven 7 Mar 2014 - 14:28

[HJ : Rp Contexte, mis en place par le groupe des écrivains du forum.]


Ce matin-là, bon nombres de réveils Parisiens avaient trouvé une fin aussi rapide que brutale, victimes une fois de plus de la mauvaise humeur de leurs propriétaires, qui passaient leur mécontentement de devoir sortir de leurs lits pour aller bosser plutôt que de rester au fond de leur couette le visage enfouis dans leurs oreillers sur les malheureux réveils qui n'accomplissaient pourtant que leur devoir. Passés la seconde période où il faut ramasser les miettes, se doucher, manger, commander un nouveau réveil plus solide sur Internet, chacun sortait ensuite de chez soi. La course habituelle s'enclenchait, dans les rues bondées, les transports en commun, les bus, le métro, les taxis, les embouteillages sur le périphérique... Un chaos routinier, dans une ville grande et chère, engluée de principes bien Français qui choquent parfois les voisins.

Pourtant, malgré cette routine évidente, bien des inquiétudes planait sur la capitale française. Les infos étaient de plus en plus inquiétante, suffisamment pour réveiller la plupart des habitants de paris qui, d'ordinaire, se fichaient éperdument de tout cela. On ne se sentait plus en sécurité, même dans les beaux quartiers et les arrondissements de Paris les plus chics. Les policiers se faisaient plus nombreux, les mesures de sécurité étaient renforcées. Et les médias continuaient à donner les dernières nouvelles. Certains mots revenaient très régulièrement : « disparition inexpliquée », « meurtre », « traces étranges », « loups sauvages aperçus dans la région ». Des loups. Des loups dont plusieurs témoins avaient rapportés des description effrayantes. Mais ce n'étant pas eux qui émouvaient la population Parisienne, personne ne pensait à un retour en masse de monstres tels que la Bête du Gévaudan.

Non, ce qui inquiétait particulièrement, c'était ces massacres... Des villages, des hameaux subissaient depuis quelques temps des attaques sauvages et violentes. Toujours la nuit, des endroits isolés étaient pris d'assaut. Toujours des villages ou de petites villes, situées en campagne. On retrouvait ces endroits, au matin, baignant dans le sang, les habitants égorgés, démembrés, déchiquetés, les visages figés dans des expressions de terreur. Parfois, des corps manquaient à l'appel. Des survivants de ces massacres ? On les chercha activement, sans jamais les retrouver. De plus en plus de pays étaient touchés, sans que personne ne puisse dire qui étaient les auteurs de ces attaques, pourquoi, et dans quel but ?

« Nouveau massacre en Allemagne ! Un petit village de 800 habitants sauvagement attaqué. Encore une fois, la police est incapable de déterminer l'auteur. Notre correspondant sur-place...

Jane baissa le son de la radio de la voiture et se rencogna dans son siège. Démétri était au volant, Alec derrière avec Félix. Ils étaient garées sur le bord d'une place, à l'ombre d'un grand arbre, à écouter les informations et attendre. Un des Enfant de la Lune devait rencontrer ses contacts humains, à cet endroit, mais ils ignoraient le jour. Elle soupira légèrement, alors que la radio diffusait un discours d'un ministre quelconque qui encourageait la population à ne pas sombrer dans la panique, que tout allait bientôt réglé.

- Ou pas, grinça-t-elle.

Vu comment les choses empiraient, il allait falloir un moment avant que ça n'aille mieux. Elle passa une main dans ses mèches blondes, regardant les humains passer. Le temps filait si lentement qu'ils allaient finir par périr d'ennui. Ils patientèrent, sortant de temps en temps pour une inspection. A la tombée de la nuit, il devint évident que leur petit louveteau ne viendrait pas non plus aujourd'hui. Agacée, Jane sortit de la voiture et s'assit sur un parapet de pierre, très vite rejointe par son frère. Une bonne heure plus tard, alors que la ville fourmillait encore d'activité sous la lumière des lampadaires et des étoiles, un hurlement lointain se fit entendre. Elle fronça légèrement les sourcils, retournant vers la voiture pour faire signe à Félix et Démétri de les rejoindre. D'autres cris venaient, mais étouffés par la distance et par le bruit de la ville elle-même. Elle ferma les yeux pour mieux écouter, sans s'alarmer tout d'abord. Ce pouvait être n'importe quoi, après tout. Ils attendirent, silencieux, alors que les hurlements s'élevaient, de plus en plus fort, de plus en proches.

- Alerte tout le monde !

Partout dans la ville, le bruit caractéristique de transformations se faisaient entendre. Des transformations d4Enfants de la Lune. Ils étaient partout, se répandaient dans les rues, prenaient leur forme lupine, et hurlaient à la Lune comme les bêtes qu'ils étaient. En l'espace de quelques minutes, plusieurs centaines de loups, transformés, assoiffés de sang et de chair, déferlèrent sur Paris. Il y eut un moment de flottement, de confusion, puis les humains hurlèrent eux aussi, une panique générale se déclencha.

La sirène d'alarme se mit tout à coup en route, secouant la ville entière, réveillant tout le monde. Les humains étaient terrifiés, à présent, on n'avait plus entendu cette alarme depuis les bombardements de la Seconde Guerre Mondiale. Jane courut avec les autres, alors que les loup se déchaînaient, attaquant les humains, leur sautant à la gorge, les déchirant. Et l'alarme sonnait toujours, plus forte et plus longue. Certains humains éberlués prenaient des photos de ces loups dont personne jusqu'ici n'avait cru à l'existence.

Jane frappa une des bêtes, regardant autour d'elle avec un mélange d'agacement et d'effarement. La guerre, jusqu'ici confinée dans leur monde, venait d'éclater dans celui des humains.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Angela Weber
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Attaque de Paris [Rp Contexte]   Ven 14 Mar 2014 - 20:15

L'employé examina pour la quatrième fois son passeport, comme s'il était persuadé qu'il s'agissait d'un faux. Angela remonta la bandoulière de son sac sur son épaule, attendant qu'il est fini son examen. Les gens allaient venaient, s'arrêtaient aux bureaux, demandaient des informations, deux militaires traversaient le hall en regardant autour d'eux, bref l'ambassade Américaine bruissait de son activité habituelle, comme tous les matins. L'employé du guichet lui demanda un autre document, et elle sursauta légèrement, perdue dans ses pensées.

- Oh, oui, pardon.

Elle regarda autour d'elle tendit qu'il s'occupait de son visa, sac sur l'épaule, contenant papiers, documents administratifs, blocs de dessins, crayons, un autre sac à ses pieds, avec ses recharges, ses batteries, et autres menus objets, et enfin, en bandoulière, en travers, le sac contenant l'énorme appareil photo qui ne la quittait jamais. Elle venait d'arriver en France, et passait à l'ambassade pour régler un problème de visa. C'était la première fois qu'elle venait dans ce pays, même si elle était venu en Europe un mois auparavant. Elle avait passé tout l'été à faire des formations, puis s'était envolée dès le mois de Septembre, en Angleterre, puis une dizaine de jours en Espagne. Et maintenant la France.

- Signez ici, mademoiselle Weber.

Elle prit le crayon qu'il lui tendait puis ramassa toutes ses affaires. Le gros homme la salua chaleureusement, sans doute touchée qu'une femme aussi jeune parcoure ainsi le monde, à la quête de photos et d'informations. Elle quitta l'ambassade, retrouvant le tumulte incessant des rues de Paris, qui lui faisait l'effet d'un tourbillon à côté des rues tranquilles de Forks. Elle arrêta un taxi, encombrée par ses sacs.

- A l'hôtel Formule deux, dit-elle essoufflée en déposant ses bagages dans le coffre et en bafouillant l'adresse.

Une fois assise, elle put appeler ses parents, discutant en Anglais avec eux durant tout le trajet. Sa mère était folle d'inquiétude de savoir sa petite fille toute seule à courir le monde. Angela la rassura, lui répétant qu'elle allait bien, qu'elle s'en sortait toute seule. Une fois à l'hôtel, elle s'écroula sur son lit, épuisée par le trajet depuis l'Espagne. Son portable vibra sur la table de nuit, la faisant grimacer.

- Je ne suis là pour personne, gémit-elle en se fourrant la tête sous son oreiller.

Elle avait dû s'endormir... Des heures plus tard, alors que la chambre était plongée dans le noir le plus absolu, elle fut réveillée en sursaut par le bruit d'une alarme stridente, qui secoua brutalement tout Paris. Elle poussa un cri de surprise et en tomba de son lit. Premier réflexe, attraper son appareil photo. Second réflexe, chercher ce qui se passait. Elle se précipita hors de sa chambre, appareil autour du cou, batteries accrochées à sa ceinture comme des munitions. Elle dévalait l'escalier lorsqu'elle entendit une femme hurler, puis un grognement de bête sauvage.

Angela s'arrêta tout net, manquant de passer par-dessus la balustrade, totalement choquée. Un énorme loup était dans le hall juste en bas de l'escalier ! Elle se retint de crier lorsqu'il chargea les personnes présentes, terrorisée. Bouche bée un instant, elle se reprit et brandit son appareil pour photographier la bête, croyant halluciner. Il était énorme ! Elle recula tout en continuant à le prendre, alors que des employés de l'hôtel la frappaient avec des barres de fer et tout ce qu'ils pouvaient trouver.

Après quelques clichés, elle s'enfuit dans la rue, sautant par la fenêtre. Après un atterrissage plutôt douloureux, elle courut dans les rues de Paris. Il y avait des loups partout ! Elle se planqua dans les recoins les plus sombres, photographiant tout ce qu'elle pouvait, se cachant, criant parfois. La panique était totale, et la police criait aux gens de se cacher. Des coups de feux commençaient à être échangés.

Au milieu de la cohue, alors qu'elle prenait un nouveau cliché, son objectif accrocha deux enfants, deux jeunes enfants. Elle baissa l'appareil, les yeux rivés sur la rue. Des enfants ! Tout près des loups ! Elle courut sans réfléchir vers eux. Des enfants ici ! Où étaient leurs parents ? Il les avait perdu dans la panique ? Elle se jeta quasiment sur eux et les entoura de ses bras, terrifiée à l'idée qu'ils soient blessés par les loups.

- Vite, par ici ! hurla-t-elle en Anglais tant elle était pressée.

Elle les tira avec elle pour les mettre à l'abri, le plus vite possible, courant vers une ruelle, forçant les enfants à se blottir dans un coin. Ils étaient vraiment jeunes, pas plus de quatorze ans à son avis. elle se plaça devant eux pour les protéger de la rue, des loups qui pourraient les voir.

- Tout va bien, dit-elle très vite, sans même se rendre compte qu'elle parlait Anglais. a va aller, tout va bien, vous allez vous en sortir, je suis là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Attaque de Paris [Rp Contexte]   Dim 16 Mar 2014 - 12:13

Le loup explosa la vitrine d'un magasin en la traversant, dans un grognement de douleur, mais se releva très vite et les chargea. Alec se jeta à terre et la bête passa au-dessus de lui, il sentit juste le souffle déclenchée pars on passage. Se relevant, il esquiva un autre coup, puis Démétri la frappa, lui brisant le cou. Un autre loup hurla devant la scène et fonça sur eux, forçant les deux vampires à sauter. Autour d'eux, la panique était totale. Les humains criaient, s'enfuyaient, essayaient de se défendre. Mais les armes conventionnelles n'avaient que peu d'effet. Les Enfants de la Lune étaient résistants, bien plus que des loups ordinaires, et même recevoir une grêle de chevrotine dans les côtes ne les tuaient pas. Alec chercha sa sœur du regard et se rapprocha d'elle. Le nombre d'humains autour d'eux les empêchaient d'utiliser leurs dons. La situation devenait critique.

- Qu'est-ce qu'ils foutent, ceux-là ? lança-t-il tout à coup.

Plusieurs humains venaient de dégainer, non pas des armes pour défendre leur peau, mais des appareils photos, des caméras, leurs portables... Alec en resta bouche bée un moment, ébahi par tant de stupidité. Ils étaient totalement dingues ! Leur ville venait d'être envahie par des centaines de loups mutants fou furieux, des gens étaient blessés, il y avait des dégâts matériels, tout le monde paniquait, la police et l'armée arrivaient avec des chars, et eux, tranquilles, ils prenaient des photos ! Non mais... Il se reprit, échangeant un regard blasé avec Jane. Ces humains. Aucun instinct de survie !

Ils s'éloignèrent dans un autre quartier, ne pouvant pas se battre correctement. Trop de témoins. Cela en devenait rageant, de devoir toujours vérifier que personne ne faisait attention à eux avant de se jeter dans la mêlée, surtout pour Jane et lui. On acceptait plus qu'un mastodonte comme Félix se jette sur une bête enragée plutôt qu'un enfant. Il maudit pour la énième fois le sort qui les avait coincés à cet âge, les dents serrés. Un loup les percuta tout à coup, tous crocs dehors. Alec se fit envoyer valser à quelques mètres, puis entendit son adversaire couiner de douleur, avant de pousser un hurlement. Thank you, grande sœur.

Il se releva en vitesse, alors que l'Enfant de la Lune allait rejoindre ses ancêtres. Il y en avait partout, et ils n'étaient que quatre, autant dire qu'ils ne pouvaient rien faire. Les humains avaient sorti l'artillerie lourde, tout un arsenal de guerre, se lançant dans la bataille. Parfait, comme ça, tout le monde découvrira l'existence des EDL. Aro allait encore être content, tiens, lui qui leur avait répété dix mille fois de rester discrets pour ne pas éveiller l'attention des humains. Plusieurs autres loups sortirent d'une autre rue, leur fonçant dessus. Tss. Alec se préparait à bondir lorsque deux bras les enlacèrent tout à coup, lui et Jane, et qu'une odeur humaine les enveloppa. Hein ?! Une fille humaine venait de leur sauter dessus, complètement paniquée. Il ne l'avait même pas sentit arriver, trop accaparé par les loups.

Humaine - Vite, par ici !

Pas Française, celle-là, elle hurlait en Anglais. Elle les traîna avec eux, comme pour les protéger. Non mais oh ! Elle était dingue ! Si un loup les attaquait, qu'est-ce qu'elle fera ?! Elle voudra les défendre avec ses petits bras ?! Elle les poussa dans une ruelle et les fit se blottir dans un coin, se plaçant devant eux. Ok, alors, certains humains n'avaient aucun instinct de survie, et d'autres avaient trop d'instinct de protection ? Il n'en revenait pas qu'elle ait fait ça, éberlué.

Humaine - Tout va bien. Ça va aller, tout va bien, vous allez vous en sortir, je suis là.

Folle. Elle était totalement cinglée ! Il se redressa pour voir la rue, tendu comme un arc. Il avait perdu Félix et Démétri de vue, mais l'armée venait de l'investir. Des coups de feus de plus en plus violents et rapprochés se faisaient entendre. Il jura entre ses dents. Ils ne pouvaient même pas sortir d'ici ! Et cette fille qui les entourait... Il retint un grognement et se rassit, décidé à prendre son mal en patience.

- Tutto bene ? demanda-t-il à Jane.

Il lui prit la main et lui sourit. Il entendait déjà es commentaires moqueurs de Félix. Vous avez sauvés par une humaine, mes pauvres petits chous ! C'est dur d'être aussi petits, quand même. Il se demandait combien de temps cela allait durer lorsqu'ils furent éclairés par une multitude de lampes torches, et que des hommes en uniforme arrivèrent sur eux. Alec songeait à un moyen de s'esquiver lorsqu'on poussa des cris en s'arrêtant tout net devant sa sœur. Et c'est là qu'il comprit. Elle était toujours recherché.

L'affaire de Bethel.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Attaque de Paris [Rp Contexte]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Attaque de Paris [Rp Contexte]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avis de marché - Paris - église Ste Marguerite - Lot 1 peinture murale
» [PARIS] : boutique l'archimage
» [Paris, Gilles] Autobiographie d'une courgette
» Où trouver des maquettes sur Paris?
» la plus vieille horloge de Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: