Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Courons dans les bois [Rp Contexte]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Courons dans les bois [Rp Contexte]   Lun 24 Mar 2014 - 19:01

[HJ : Évitez de faire terminer ce Rp trop vite, sinon ça n'a aucun intérêt. Renseignements sur le déroulement du contexte pris par Aro.]

Nessie faillit se prendre la porte du foyer en pleine figure, lorsque le vent la fit violemment claquer. Elle recula de justesse, sous les rires de son amie Naëlle qui poussa le battant et le lui tint le temps qu'elle passe. Le foyer était bondé, rempli d'élèves qui buvaient un soda, jouaient aux cartes ou à des jeux de société, travaillaient en groupes, bavardaient, s'amusaient. Quelques garçons au fond faisaient même un concours d'avion en papier. Elle en attrapa un au vol et le relança vers eux, alors qu'un des garçons lui dédiait un sourire appréciateur. Elle lui répondit en lui tirant la langue, comme une gamine. Elle avait parfois des réflexes d'enfants, et même si son apparence physique le cachait, elle était encore très jeune. Jeunesse qui continuait à filer très vite. En un an, elle en paraissait douze Et sa croissance, malgré un léger ralentissement, se poursuivait.

- T'as vu le devoir que nous a filé le prof de maths ? dit Naëlle en jetant son sac sur une table. Je comprends même pas l'énoncé, je vais encore me taper un zéro... Mes parents me menacent de me mettre en pension si je ne m'améliore pas.

- Je sais pas s'ils le feront vraiment. Ils ont sans doute dis ça pour te faire peur, et te pousser à travailler plus.

- T'es sûre ?

- Bah oui, et si tu veux montrer que tu prends à ça à cœur, demande-leur de l'aide pour tes devoirs, ou même à ton frère. Moi je demande à mon père.

- S'il est médecin, il doit s'y connaître en maths.

Elles bavardèrent tout le reste de la pause de midi, puis une bonne partie des ateliers de technologie l'après-midi. Il faisait encore beau, et comme elle ne pouvait sortir se promener avec sa famille, elle avait prévu d'aller se balader avec Marylou. Elle appréciait beaucoup la jeune hybride, la voyant comme une grande sœur capable de la protéger. Ses parents ne disaient rien non plus, car ils savaient qu'elle n'était dangereuse pour personne. Le soir venu, Nessie fila donc retrouver sa nouvelle amie sur la place du village. Et la trouva, comme de coutume, perchée en haut d'un grand chêne. Elle lui fit signe, ne sachant pas trop grimper elle-même. De toute façon, elle risquait surtout de se casser la figure, au lieu d'atteindre le sommet.

- Tu viens ? lança-t-elle. On va aux lacs !

- S'il est médecin, il doit s'y connaître en maths.

Marylou se laissa tomber au sol et Nessie lui prit la main avant de courir avec elle vers la sortie du village. En passant devant la maison, elle fit signe à sa mère, postée à la fenêtre, et qui attendait sûrement de la voir passer, en brave mère-poule surprotectrice qu'elle était.

- A plus tard, maman !

- A plus tard, soyez prudentes !

Elle fila ensuite avec Marylou, dépassant les dernières maisons et sortant du village. Ils avaient la chance d'être dans un site magnifique, avec de vastes étendues de forêts et de grands lacs. Elles suivirent le chemin touristique, sous l'ombre des arbres et le grand soleil d'Octobre qui les réchauffait. Arrivées au bord du lac, elles se poursuivirent dans l'eau en riant et en s'éclaboussant, faisant des roulades dans l'herbe, sautant partout, jouant tout à fait insouciantes sous le soleil. Nessie adorait ces moments, tout comme elle adorait aller chasser avec Ashley. Elle avait besoin de grands espaces et d'air, détestant restant cloîtrée chez elle.

Une bonne heure plus tard, alors qu'elle avait fait ses devoirs et s'était à moitié allongée contre Marylou, dans l'herbe, pour qu'elle lui raconte des histoires, un bruit bizarre la fit se redresser. Sa meilleure vue, par rapport aux humains, lui permit de voir qu'une partie de la forêt était de plus en plus agitée. Elle se redressa, contemplant l'endroit Ce n'était sans doute qu'une bestiole. Et si c'était un animal dangereux, elle tout comme son amie pouvaient s'en débarrasser à coups de dents. Rassurée, elle se recoucha donc, posant sa tête sur le ventre de Marylou, jouant avec le collier qu'elle portait. Elle s'imaginait elle aussi, à son âge, aussi grande.

- C'est quand même bizarre de grandir si vite, chuchota-t-elle. Je voudrais bien connaître plus de choses du monde, aller voir partout, mais mes parents me couvent comme un poussin.

Elle observa le ciel qui s'assombrissait, et les premières étoiles qui apparaissaient. La nuit tombait plus vite maintenant, en cette saison et aussi loin au Nord. Elle somnolait à moitié, songeant à ce qu'allait cuisiner sa mère ce soir, comme Marylou restait aussi manger avant d'aller dormir dans la forêt - en hauteur of course - quand le bruit recommença, plus marqué. Elle se releva à nouveau, peu rassurée. La nuit s'installait si vite, même s'il n'était pas encore tard.

- On... Devrait peut-être rentrer non ?

Elle avait à peine fini que sa phrase que soudainement, un loup déchira les taillis en hurlant, alors que la Pleine Lune venait de s'élever dans le ciel. Elle eut tout à coup le souffle brutalement coupée lorsqu'un bras l'agrippa à la taille et la souleva, et elle vit le sol s'éloigner d'un bond. Marylou l'avait attrapé et jeté sur son dos, s'enfuyant. Nessie s'agrippa à elle, l'entourant de ses bras en veillant à ne pas l'entraver, et vit avec horreur plusieurs bêtes attaquer Beith. D'autres loups les poursuivaient. Elle gémit, accrochée à sa grande sœur de cœur, qui l'éloignait des bêtes, fuyant à travers les bois, loin du village attaqué.
Revenir en haut Aller en bas
Marylou Sunday
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Courons dans les bois [Rp Contexte]   Sam 29 Mar 2014 - 13:50

Marylou avait décidé de faire des efforts, tant qu'elle sera dans ce village, pour paraître humaine, ou le plus humaine possible. Cependant, rien à faire, certaines tâches bien humaines lui paraissaient toujours aussi obscurs et complexes. Voilà bien dix minutes qu'elle était plantée devant une borne de la banque, alors qu'on lui demandait son numéro de compte. Lorsqu'elle était à l'hôpital, elle avait bénéficié d'une allocation adulte handicapé, plus ce qu'elle avait gagné en réalisant et fabriquant de petits objets décoratifs lors des ateliers qu'organisaient le personnel soignant pour les "éveiller". Tout cela était bien joli, mais Marylou n'avait qu'une notion vraiment très vague de l'argent, et n'avait encore jamais mit les pieds dans une banque. Ni même à un ordinateur. Autant dire que celui qui clignotait devant elle pouvait attendre longtemps avant qu'elle ne trouve comment s'en servir.

"Pour retirer votre argent, veuillez insérer votre carte et composer votre code à l'abri des regards indiscrets."

Marylou sursauta et chercha l'origine de la voix de femme impersonnelle qui venait de jaillir, plus méfiante que jamais. Derrière elle, un jeune employé la reluquait sans même se gêner. Elle ne sut jamais s'il proposa de l'aider par pitié ou pour des raisons peu Catholiques, mais grâce à lui, elle réussit enfin à retirer de l'argent de son compte, au bout d'une heure de manipulations. A la fin, il se pencha sur son guichet et lui fit un sourire aguicheur.

- Nouvelle venue dans notre charmant village, mademoiselle ?

- C'est ça, répondit distraitement Marylou.

Elle examinait avec un grand intérêt un billet d'une livre, n'ayant jamais touché de véritable argent de sa vie. C'était bizarre et ça puait, en tout cas, du premier avis qu'elle en faisait. Ils utilisaient quoi, comme papier, pour faire des trucs comme ça ? L'employé s'ingéniait maintenant à lui décrire le coin et à lui proposer de visiter, qu'il serait ravi de lui montrer toute la beauté des alentours et qu'elle se plaira sûrement à Beith. Marylou disait oui à tout, n'écoutant pas un traître mot de ce qui sortait de sa bouche. Il dû finir par s'en rendre compte car il abandonna la partie. Elle finit par sortir de la banque puis grimpa dans l'arbre le plus proche, sans même se cacher. Quelques passants s'arrêtèrent, la reconnurent comme celle qui avait escaladé l'église, puis passèrent leur chemin avec un soupir résigné.

Calée dans les branches, Marylou observa le collège qui se dressait non loin. Elle devait partir aux lacs avec la petite Renesmée, la fille de Bella. Mary adorait cette gamine, première hybride qu'elle rencontrait, même si elle était quelque peu différente. Mi-humaine, mi-vampire, plus fragile qu'elle mais si chou. L'autre soupirait d'un air ennuyé, balançant ses jambes dans le vide.

- Qu'allons-nous devenir ? La guerre s'étend, et ils ne doivent pas nous retrouver.

- Pourquoi tu penses à ça maintenant ? gémit-elle. Il fait beau, rien ne nous menace, alors détends-toi.

- Il faut toujours rester sur ses gardes !

- Je sais...

Elle observa le soleil, écouta les murmures de la ville. Elle n'arrivait jamais à se projeter dans l'avenir, vivant au jour le jour, sans se soucier de grand-chose. Elle avait souvent des problèmes de mémoire, et ne pouvait donc rien planifier. Elle rêvassait lorsqu'une voix fusa au pied de l'arbre.

- Tu viens ? On va aux lacs !

Marylou se laissa tomber aussitôt au sol, suivie par l'autre, et attrapa la main de la fillette. Renesmée était véritablement une petite sœur à ses yeux. Jeune, hybride, et vivant dans un monde qui ne lui ressemblait pas. Marylou ne regrettait pas de l'avoir rencontré, et adorait les moments qu'elle passait avec elle, même si sa famille restait extrêmement bizarre à ses yeux. Elle courut avec elle vers la sortie du village, vers les lacs. Elle avait envie que la petite Nessie soit heureuse, elle. Qu'elle obtienne tout ce dont on avait privé Marylou. Qu'elle puisse goûter à toutes les joies, malgré sa croissance accélérée.

Une fois aux lacs, ce fut l'heure de courir et de s'amuser. C'est dans ces moments-là, à courir et à rire, à veiller sur un enfant, que Marylou réussissait à oublier son passé. Les tortures, les privations, les expériences, tout cela était relégué dans un coin de son esprit, que l'autre se chargeait de maintenir à l'écart. Et Nessie n'aura jamais à connaître tout ça, c'était comme une victoire sur les loups et leurs fichues expériences ! Cette simple idée la mettait en joie. Elle poursuivit Nessie dans l'eau en riant, alors qu'elles s'éclaboussaient mutuellement. Encore plus tard, elles se laissèrent tomber dans l'herbe, sous le soleil, essoufflées. Nessie avait posé la tête sur son ventre, allongée contre elle. Tout en regardant le ciel, Marylou lui parla du monde, lui raconta quelques anecdotes. Le soir tombait, et elles étaient biens, ici, après une fin d'après-midi à se dépenser comme des folles.

- C'est quand même bizarre de grandir si vite. Je voudrais bien connaître plus de choses du monde, aller voir partout, mais mes parents me couvent comme un poussin.

Marylou esquissa un doux sourire. A leur place, elle aussi aurait voulu couver Nessie. Elle était encore si jeune, et si adorable. Il était normal qu'elle rêve d'un ailleurs, néanmoins. Ce n'est que lorsqu'elle sera plus âgée qu'elle se rendra compte de la chance qu'elle avait eu d'avoir une famille aimante. Elle se redressa à nouveau, tout à coup, et regarda vers la forêt. Marylou l'imita, alors que la Lune s'élevait dans le ciel. Elle n'avait pas remarqué qu'il était si tard. L'autre se dressa soudainement, grognant et crachant vers les taillis. La jeune hybride se mit aussitôt en garde, prête à bondir, tous ses réflexes de vampire et de loup ressortant.

Nessie ajouta quelque chose que Marylou n'écouta pas. Un Enfant de la Lune venait de surgir de la forêt ! Elle saisit un peu brutalement la petite sur la taille et la jeta sur son dos avant de sauter vers l'arbre qui les surplombait, utilisant toute la force que lui avait offert les deux races. Désolée pour la petite mais pas le temps d'être plus douce ! Elle agrippa une branche, se lançant aussi haut qu'elle le pouvait, alors qu'une partie des loups en bas sautaient pour tenter de les atteindre. Ajustant la petite, Marylou s'élança dans le vide, d'arbres en arbres, parfois sur plusieurs mètres de distance entre eux. Leurs poursuivants couraient au sol en grognant et en bavant, hurlant à la Lune. Si elle n'avait pas eu la petite à protéger, Marylou serait sûrement restée pétrifiée sur place... Elle leva le regard, puis esquissa un sourire.

- Nessie, ferme les yeux si tu as le vertige.

Elle plia les jambes puis bondit brusquement, s'accrochant aux aspérités d'une grande falaise. Elle adorait de plus en plus les paysages d'Ecosse, aucun loup ne pourra les suivre ici. Elle prit une grande inspiration et grimpa, cherchant à semer leurs poursuivants. Ces monstres allaient sûrement trouver un moyen de contourner l'obstacle et les prendre à revers. Elle jura entre ses dents et accéléra l'allure.

- Accroche-toi bien !

L'autre bondissait devants elles, surveillant les alentours et reniflant comme un chien sauvage. Marylou réajusta Nessie sur son dos, grimpant de plus en plus vite, courant presque à la verticale sur cette paroi de pierre. Arrivée en haut, elle retourna aussitôt dans les arbres, juste au cas où. Elles n'avaient pas semées les loups, loin de là. Mais bon, Marylou les connaissait. Elle avait passé suffisamment de temps enfermée en leur compagnie pour en savoir quelque peu sur eux.

- N'ai pas peur, Nessie, chuchota-t-elle. Tant qu'on reste dans ce genre d'endroits, ils ne peuvent pas nous attraper.

Elle avait à peine terminé sa phrase qu'une horde apparut au loin en hurlant. Mais comme prévu, l'arbre était trop haut pour eux. Ils commencèrent alors à frapper dans le tronc, sans doute dans le but de les déraciner et le faire chuter. Patiente, Marylou attendit puis sauta dans l'arbre suivant. S'ils voulaient jouer à ce petit jeu, cela pouvait durer toute la nuit. Et une fois qu'ils auront repris leur forme humaine, la jeune hybride sera bien plus rapide qu'eux, même à pied et en courant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Courons dans les bois [Rp Contexte]   Lun 31 Mar 2014 - 17:56

[Me suis mise d'accord avec Mary]


"J'ai pas peur, j'ai pas peur, j'ai pas peur, j'ai... En fait, si, j'ai la peur. Au secours !!"

Ce fut avec cette litanie en tête que Nessie s'agrippa très fermement à Marylou, terrifiée, alors qu'elle sautait sur une distance incroyable, bien plus haut que la petite ne pouvait le faire, elle qui se débrouillait déjà bien. Elle eut un hoquet en regardant les loups au sol. Ils étaient différents de Jacob. Lui, c'était plutôt le genre loup comme dans les films avec pleins de poils roux, pas effrayant lorsqu'il était avec elle, et bien musclé, avec des formes normales, quoi. Eux, c'était... Ils étaient plus gros, n'avaient pas l'air gentils du tout, ils avaient les yeux rouges comme le sang, et pire que tout, plein de bave sur leurs crocs. Non, là, franchement, non, elle préférait largement le modèle Jacob ! Lui, au moins, il était agréable à regarder, et il sentait bon ! Pas comme ces espèces d'horreurs, là, en bas.

Marylou sauta encore plus haut, puis dans le vide pour atterrir dans un autre arbre. Renesmée ne pouvait s'empêcher de garder les yeux grands ouverts, littéralement fascinée malgré la situation. Elle avait déjà vu la grâce des vampires dans leurs gestes, lorsqu'ils couraient, ou se déplaçaient. Elle avait vu la force de Jake lorsqu'il était en loup, la fluidité de ses mouvements. Mais rien, jamais, ne l'avait préparée à ça. La façon dont se mouvait l'hybride était incroyable. Un mélange de pureté, de souplesse, de force et de dynamisme qu'on ne pouvait qu'admirer. Elle avait une aisance incroyable, se déplaçant dans le vide, à plusieurs mètres de hauteur, aussi facilement que si elle marchait sur le trottoir. Et, grâce des hybrides, c'était une beauté qui semblait humaine.

- Nessie, ferme les yeux si tu as le vertige.

Elle se tassa sur elle-même puis bondit d'un seul coup sur une falaise très raide. La jeune fille eut un hoquet, presque tétanisée, et put voir, après la danse dans les arbres, la danse sur la pierre. Mouarf, elle allait finir par être jalouse. Elle surveillait les alentours, regardant partout pour suivre la trace des loups. Elle mourrait de peur pour sa famille ! Et si il leur était arrivé quelque chose ? A ses parents ? Ses oncles et tantes ? Sa cousine ? Papy et mamie ? Elle posa sa joue contre la nuque de son amie, le visage chatouillée par ses longs cheveux blonds. Il ne pouvait rien leur arriver, c'était impossible, pas à eux. Elles arrivèrent tout à coup en haut, et retournèrent dans les arbres. Nessie pouvait encore voir le village, mais il paraissait vraiment loin. Les larmes lui montèrent aux yeux, terrifiée à l'idée qu'il leur arrive quoi que ce soit.

- N'ai pas peur, Nessie, chuchota-t-elle. Tant qu'on reste dans ce genre d'endroits, ils ne peuvent pas nous attraper.

D'autres loups arrivèrent soudain et elle réprima un cri de terreur. Ils sautèrent contre les arbres, frappèrent le tronc. Ils pouvaient pas le déraciner ! Pas comme ça ! C'était impossible, il faudrait qu'ils aient une force bien plus grande, là, ils ne pouvaient pas !

...

Si ?

Ils frappaient de plus en plus fort et vite, l'arbre tremblait violemment. Marylou sauta tout à coup dans le suivant, et ils recommencèrent. Renesmée parvint à consulter sa montre et gémit en voyant qu'il n'était même pas minuit. La nuit allait être longue, et elles ne pouvaient espérer voir disparaître ces monstres avant le lever du soleil. Elle resta bien accrochée, alors qu'elles filaient de plus en plus loin, puis lorsque la course folle reprit. Renesmée n'avait plus aucune idée de l'endroit où elles étaient. Elle n'avait jamais chassé par ici avec sa famille, n'avait jamais visité les lieux, ni rien. Et le village avait maintenant disparu au loin. Bon, bon, ne pas paniqueeeer... Marylou avait sûrement un meilleur sens de l'orientation qu'elle, elle saura pas où passer une fois le jour revenu ! Et en attendant, heu... Toute sa famille allait sûrement paniquer...

Un soubresaut lui arracha un petit cri. Si elle rentrait de là vivante, elle en sera quitte pour plusieurs heures à passer de bras en bras dans une famille à moitié hystérique pour que tous s'assurent que ça va bien. En même temps, à leur place, elle réagirait sûrement pareil, et elle aussi voulait retrouver les bras de ses parents. Ah, et il faudra aussi qu'elle supplie Marylou de lui apprendre à se déplacer comme elle, ce serait super utile ça ! Mais passons sur les plans, il fallait déjà se sortir de là. Elle s'arrêtèrent tout à coup, sur une énorme branche. Elles venaient de tomber sur une énorme clairière, une sorte de campement avec un grand feu au milieu. Renesmée ouvrit grand la bouche, choquée. Il y avait des loups, mais pas seulement. Il y avait aussi des humains.

- C'est pas possible, murmura-t-elle.

Des HUMAINS ?! Ici ? Au beau milieu d'Enfants de la Lune en pleine transformation ?! Tout ce beau monde les fixait, comme elles-mêmes ne cessait de les détailler. Renesmée était plus que choquée, incapable de trouver une explication logique. D'accord, à présent, les humains connaissaient l'existence des loups-garous, mais de là à s'allier avec eux ?! C'était, c'était... Elle ouvrait et refermait sans cesse la bouche, cherchant des mots pour décrire sa stupeur. Le groupe qui les poursuivait revint tout à coup jusqu'au pied de l'arbre qu'elles occupaient.

- Dis, chuchota-t-elle au creux de l'oreille de sa grande sœur. Je propose qu'on s'enfuit tout de suite, là, maintenant, t'es pas d'accord ?

Une détonation claqua alors dans l'air, et la branche juste à côté d'elle explosa. Elle cria, alors que Marylou fuyait plus loin. Nessie vit avec horreur les humains sortirent des carabines. Ils recommencèrent à tirer, et une balle lui frôla la tête. Terrorisée, une branche lui griffa le bras, sans qu'elle s'en soucie. Tout à coup, Marylou s'arrêta brusquement avec un hoquet de douleur, puis bascula. Nessie cria, chutant brutalement au sol avec elle et se cognant la tête. Sonnée, elle se releva aussi vite que possible pour la secouer, alors qu'elle était étendue au sol, inerte.

- Mary ? Mary !

Elle respirait encore, mais du sang coulait de sa tempe, et elle avait les yeux fermés. Renesmée lui agrippa le bras, fermant les yeux alors que loups et humains fonçaient vers elles.


[Et c'est à Marylou de poster. ♫]
Revenir en haut Aller en bas
Marylou Sunday
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Courons dans les bois [Rp Contexte]   Sam 5 Avr 2014 - 18:40

L'arbre tremblait violemment, mais il fallait plus pour inquiéter Marylou. Sans vouloir se vanter, elle disposer d'un sens de l'équilibre quasiment parfais, ce qui lui avait sauvé maintes fois la vie. Elle fila dans un autre arbre, veillant à ce que Renesmée reste bien accrochée à son dos, puis encore, et encore. Son cœur battait encore plus vite que d'habitude, et elle pouvait presque entendre son sang courir furieusement dans son corps, charriant son adrénaline, poussé au rythme fou de son cœur. La peur la harcelait, en même qu'une grande satisfaction de pouvoir tenir tête à ses ennemis. Ils étaient, en bas, à rugir et baver, et elle restait au sommet, capable de leur échapper, et capable de protéger une fillette. Pour le moment. Elle resserra sa prise sur Nessie, terrifiée à l'idée que les loups ne puissent s'en prendre à elle.

Elle fléchit les jambes et sauta, bénissant sa vue perçante qui lui permettait de sonder les ténèbres de cette nuit horrible. Elle courait moins vite dans les arbres que sur terre, mais la sécurité était plus grande. Elle fonça aussi vite qu'elle le put, restant parfois à peine une seconde sur une branche avant de sauter sur une autre. La forêt qu'elles traversaient se faisait de plus en plus sombre et touffue. Les arbres se resserraient, ce qui, loin de l'aider, ne faisait que la ralentir. lus la végétation se resserrait, plus elle avait du mal à se frayer un chemin à une pareille hauteur. D'autant plus que les loups disposaient de plus d'espace, à terre, pour se mouvoir. Elle poussa un juron, surtout lorsqu'elle vit, d'après la position des étoiles, que la nuit était encore loin d'être finie.

Les loups grognaient et hurlaient comme tous les démons de l'enfer, dans un état d'excitation sans pareille. Elles étaient leurs proies, loin de Beith, loin de toute aide. Le vent lui amena tout à coup l'odeur d'un feu de camps, puis celles d'autres loups, ainsi que des odeurs plus banales, mais que jamais elle ne se serait attendue à sentit ainsi. Elles s'arrêta tout net sur une grosse branche, tombant sur une immense clairière. Des loups. Et des humains. Des loups et des humains. Des loups et des humains. Rassemblés dans un camps, autour d'un feu, les regardant comme si deux extraterrestres venaient de surgir. Nessie gémit doucement.

- C'est pas possible, murmura-t-elle.

Non, ce n'était pas possible. Des humains ne pouvaient PAS s'allier avec ces monstres ! Non ! C'était contraire à toutes les lois de la nature ! C'était infâme ! L'autre aussi grognait, ulcérée et montrant les dents. Les humains se précipitèrent tout à coup vers une masse de trucs noirs et en tirèrent des carabines. Nessie lui parla alors mais Marylou n'écouta pas, sautant brusquement au moment où une détonation déchira l'air ainsi que la branche qui se trouvait à quelques centimètres d'elles. Malades ! Elle jura encore contre les branches qui les freinait, puis sentit l'odeur du sang lorsque Nessie se griffa au bras. Merde, merde, merde ! Avec ça, ils pourront les traquer plus facilement ! Il fallait se dégager, bander très vite les blessures qui saignaient, puis fuir, le plus loin possible. Elles pouvaient se jeter dans l'océan et nager, personne ne pourra les suivre. Elles...

Un violent impact et une brûlure sur sa tempe la coupèrent tout net. Le monde sembla la lâcher, son corps l'abandonner, toutes ses forces la quitter en un seul instant. Un voile noir s'abattit lourdement sur elle, en même temps qu'une vrillante douleur à la tête. Elle se sentit tomber et s'écraser lourdement au sol, sentant un liquide chaud couler sur son visage. Ses yeux se fermèrent d'eux-mêmes et elle glissa dans l'inconscience.



Une odeur de terre un peu humide, ainsi que de bois. De la fraîcheur. L'odeur de son propre sang. Voilà les senteurs que Marylou percevaient faiblement, les odeurs qui s'étaient frayés un chemin jusqu'à sa conscience alourdie et sonnée. Incapable d'ouvrir les yeux, ni même de bouger, elle tenta de recouvrir ses sens. Une douleur violente à la tempe ne l'aidait guère à s'éclaircir les idées. Elle sentit un contact sur sa joue, une main qui la secouait. C'était l'autre. Elle était là, toujours avec elle. Rassurée, Marylou se battit pour ouvrir les yeux. Elle était allongée par terre, sur de la terre battue et humide, dans ce qui semblait être une cabane en bois, avec des barreaux à la fenêtre. L'autre la dévisageait avec inquiétude, et se pencha sur elle tout à coup.

- Tu es blessée, grogna-t-elle.

Marylou baissa les yeux. Plus de la moitié de son visage était couvert de sang. Outre ça, elle avait de nombreuses griffures, dû à sa course folle dans les arbres, et quelques hématomes. Deux. Non, trois. Cinq. Ou sept. Ces salauds avaient dû la frapper avant de la jeter ici. Elle se redressa péniblement, avec l'aide de l'autre, puis elle regarda autour d'elle.

- Où est Nessie ?

- Dans la cabane d'à côté, je crois. Doucement !

Doucement ? Doucement ?! Mais non, pas doucement ! La colère remplaçait peu à peu l'apathie d'être restée si longtemps inconsciente. D'après la position du soleil, il ne devait pas être loin de midi. Elle se releva d'un bond puis vacilla dangereusement, se rattrapant aux parois, avec une brusque envie de vomir. Bon, ok, elle devait d'abord reprendre des forces avant de retourner à Beith pour ramener Nessie. Reprendre des forces. Il y avait toujours des humains, dans le coin ... ? Hein ? De gentils petits humains tous doux, tous mignons, tous appétissants. Elle reprit son souffle puis examina la grossière porte en bois. Oui, il y avait encore des humains. Pas nombreux, mais cela suffira. Elle perçut également l'odeur de Nessie, enfermée à côté. Se nourrir et reprendre des forces d'abord, elle la récupéra après.

- Ça va aller ?

Elle hocha la tête puis brisa lentement la serrure, avant de se faufiler dehors et refermer la porte. Elle repéra très vite sa première proie. Elle bondit dessus comme un véritable fauve et lui brisa net le coup avant qu'il ne puise appeler à l'aide. Elle plongea aussitôt les crocs dans la chair tendre, aspirant le sang, et mangeant la chair sanguinolente et tendre. Sa tête lui faisait très mal, et elle avait sans doute quelques os cassés. Rejetant sa victime, elle chercha les autres. La seconde eut le temps de hurler avant que Marylou ne la fasse taire en lui broyant la gorge. Un hurlement d'alerte retentit. L'autre se mit en position d'attaque, alors que leurs adversaires se jetaient sur leurs armes.

- A mort, chantonna Marylou d'une voix d'ange en souriant largement.

Elle ne fit pas dans le détail. Ils étaient lents et grotesques. Elle avait la force d'un vampire et celle d'un loup-garou, et se fit un plaisir monstre de s'en servir. Le massacre fut complet, tout comme la ferveur qu'elle y mit. Elle y jeta ses dernières forces, fracassant les crânes et leur arrachant les membres. Elle y mit tant de cœur que tout fut fini en une petite dizaine de minutes, le temps d'un ménage complet. A la fin, elle était dans un sale état. Couverte de terre et de poussière, pâle, les vêtements imbibés d'un sang qui n'était pas toujours le sien. L'autre aussi était repue et satisfaite. Marylou courut jusqu'à la seconde cabane et brisa la porte. Renesmée était bien là, saine et sauve. Elle ouvrit les bras juste à temps pour la recevoir et la serra contre elle, notant que le sang n'avait as l'air de déranger plus que ça la fillette.

- Tout va bien, murmura-t-elle. Je vais te ramener chez toi, je te le promets.

Elle avait quelques griffures et s'était blessée à la cheville lors de leur chute. Elle n'allait pas pouvoir courir. Marylou la chargea à nouveau sur son dos et fila aussi vite qu'elle le put. Sa tête l'élançait terriblement, trop pour qu'elles puissent voyager en hauteur. Restant à terre, Marylou essaya de courir, épuisée, mais souriant à Nessie comme s'il n'y avait rien, lui parlant pour qu'elle ne pense pas aux horreurs qu'elle venait de vivre. Le retour fut long et laborieux. Elles mirent des heures à revenir, et la nuit tombait à nouveau lorsqu'elles arrivèrent en vue de Beith. La pleine lune avait achevé son cycle. Marylou était toute prête à s'effondrer. Elle avait usé ce qu'elle avait pu reprendre comme force, et avait perdu trop de sang pour pouvoir continuera ainsi plus longtemps. L'odeur froide de menthe des vampires lui monta tout à coup au nez et elle tituba.

Une femme brune courut vers elles, et il lui fallut un petit instant pour reconnaître Bella. Elle prit sa fille dans ses bras, ce qui la soulagea grandement vu qu'elle était prête à s'effondrer. Marylou eut un faible sourire en la voyant dans les bras de sa mère. Son corps lui semblait tellement lourd, comme elle ne l'avait jamais ressenti. L'autre ne cessait de la toucher, de ramener ses mèches en arrière, paraissant folle d'inquiétude. Le monde était si pesant, d'un seul coup.

- Carlisle ! J'ai besoin d'aide !

- Ça va, balbutia Marylou qui ne voyait plus où elle allait, alors que le sang recommençait à couler.

Son sang avait un goût presque musqué et sauvage. Un goût chaud et âcre, d'humus et de terre humide. Il coulait sur son visage, tâchant sa chemise déjà bien fichue. Dommage, elle l'aimait bien. L'autre l'entoura de ses bras, lui ordonnant de tenir debout, qu'elle ne devait pas s'effondrer. C'était facile à dire ! Elle avança tant bien que mal, se fiant au bruit de Bella et Nessie pour avancer. Et maintenant ... ? Marylou n'avait plus qu'une seule envie, trouver un trou et s'y enfoncer. Se cacher pour soigner ses plaies, comme une bête traquée. De la lumière et une atmosphère plus chaude l'avertit qu'elles étaient rentrées à la maison.

- Je te l'avais promis, Nessie, murmura-t-elle.

La seconde d'après, elle s'effondra sur le tapis du hall d'entrée, à moitié inconsciente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Courons dans les bois [Rp Contexte]   Sam 5 Avr 2014 - 21:07

Alice avait eu une vision. Marylou qui revenait à Beith en portant Nessie dans ses bras. Nessie saine et sauve, un tout petit peu amochée, mais qui ira bien, qui sera vivante, et qui s'en remettra vite. La nouvelle avait infiniment soulagée tout le monde, et on attendait, sur les nerfs, que la prédiction se réalise, qu'ils retrouvent la petite. Edward harcelait quasiment sa sœur pour avoir plus d'informations, mais les mêmes images revenaient. Renesmée ira à peu près bien. Quand à Marylou... Un peu moins bien. Alice voyait du sang, une blessure à la tête, et des balles. Des armes à feu. Ainsi qu'une bataille rangée où la jeune hybride blonde courait et tuait. Guère rassurant. Rosalie ne cessait de serrer Ashley contre son cœur, comme pour se rassurer, savoir qu'elle était toujours là et qu'elle allait bien.

La journée qui suivit l'attaque fut une torture pour tout le monde, mais enfin, les visions d'Alice s'accomplirent. Ils durent attendre à l'intérieur, pour ne pas éveiller l'attention des humains. Bella était partie seule, et tous se préparaient. Edward venait de monter en vitesse à l'étage, pour préparer la trousse de soins, des bandages et des antiseptiques. Puis Bella revint enfin avec les deux filles. Rosalie se précipita vers elle, vérifiant en coup d'œil l'état de Nessie et si elle allait bien. Soulagée, elle l'embrassa sur la joue, heureuse de la voir entière. Comment ces horribles monstres pouvaient-ils s'en prendre à une enfant pareille ?! Elle en tremblait littéralement. Reportant son regard sur Mary, elle poussa un gémissement horrifié en voyant son état.

- Je te l'avais promis, Nessie, murmura-t-elle.

Elle s'effondra à terre, et Rose se jeta à genoux près d'elle, folle d'inquiétude. Elle repoussa ses longues mèches pour voir sa blessure, puis appela à nouveau Carlisle, à moitié paniquée. Elle souleva délicatement la jeune femme, la tenant comme si elle était en cristal précieux et prête à se briser au moindre choc, puis tourna la tête vers Bella.

- Suis-moi dans la salle de bains.

Elle la suivit dans les escaliers, regardant Marylou. Elle respirait faiblement, encore consciente, mais plus qu'affaiblie. A l'étage, Carlisle faisait couler un bain chaud, et leur fit signe de s'approcher. Rosalie déposa délicatement Marylou dans une chaise longue, puis se tourna vers Bella, observant d'un air sceptique ses mains qui tremblaient et son teint pâle. Elle prit bandage et pommade, lui jetant un regard. Il était normale qu'elle panique et s'inquiète, mais cela risquait de faire plus de mal que de bien, pour le moment. Il fallait agir avec précision et méthode, et Rose ignorait si sa sœur avait soigné beaucoup de gens au cours de sa vie, même si elle avait dû très souvent se soigner elle-même.

- Tu veux que je m'en charge ? lui demanda-t-elle en désignant les coupures de Nessie et sa cheville.

- Je vais avoir besoin de toi, oui... Mais je peux quand même le faire. Surveille-moi simplement, si tu veux bien...

Les blessures de Nessie n'étaient pas graves, par la grâce du ciel, mais il fallait désinfecter et soigner. Rosalie s'ingénia à la distraire et la faire sourire pendant que sa mère s'occupait d'elle. Pendant ce temps-là, Carlisle ouvrit sa trousse et s'assit à côté de la jeune hybride, repoussant ses cheveux, et lavant sa plaie afin de mieux l'examiner. Rose frémit en voyant ça. Elle avait été durement touchée... Et tout ce sang sur ses vêtements. Ce n'était que le sien ? Ou... Une fois Nessie soignée, elle l'embrassa sur le front en souriant.

- Tu as été très courageuse, ma puce.

Elle jeta un regard éloquent à Bella. Pour le coup, elle mourrait d'envie de serrer Marylou et de l'embrasser, pour ce qu'elle avait fait. Carlisle recousait doucement la peau, avec un air professionnel et concentré. Était-elle inconsciente ? Ou simplement trop épuisée pour réagir ? C'était encore une enfant ! Elle avait six ans. Six ans ! Malgré son air adulte, elle était vraiment très jeune ! Trop jeune pour qu'on l'abandonne à elle-même ! Rose était plus qu'indignée qu'on puisse s'en prendre à des enfants, et cela devait sans doute se lire sr son visage. Elle se leva puis prit la température de l'eau.

- Voilà, ça va être bon.

Carlisle sortit, le temps de cette phase, et leur recommanda de faire très attention. Pendant que Bella déshabillait sa fille, Rosalie fit de même avec Marylou, avec mille précautions, mais s'aperçut très vite d'un petit problème : ses vêtements, tellement imbibés de terre et de sang, collaient à sa peau, et avec ses blessures, elle risquait de lui faire mal en les lui enlevant comme ça. Bon. Pas comme s'ils allaient resservir après tout. Elle entreprit de les déchirer et les jeter à la poubelle. Bon sang, heureusement que la jeune femme n'était pas pudique... Elle la souleva pour l'asseoir dans la baignoire, Nessie installée à l'autre bout. Et passa ses bras autour de la jeune femme pour la soutenir dans l'eau.

- Bella, tu peux m'aider le temps que je lui lave les cheveux ? Il faut juste la tenir...

Elle avait déjà passé du shampoing à Nessie pour qu'elle fasse de même, qu'elle se débarrasse du sang et de la terre, de toute trace de cette horrible histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Courons dans les bois [Rp Contexte]   Mar 8 Avr 2014 - 18:25

Bella avait été sur les nerfs toute la journée, toute la nuit, voulant rechercher sa fille de ses propres moyens. Seulement, Carlisle leur avait formellement interdit de sortir, leur avait clairement dit de ne pas mettre un pied hors de la Villa. Et la jeune mère en était malade, folle d’inquiétude, à tourner en rond et en interrogeant Alice toutes les trente secondes sur la prédiction qu’elle avait. Marylou portant Renesmée, blessées toutes les deux, la plus âgée des deux hybrides nettement plus amochée que leur fille. Bella se jurait, depuis des heures à présent, de veiller sur Marylou et de s’assurer qu’elle n’avait rien de grave, qu’elle se remettait et que sa vie ne risquait plus rien. Pour leur fille, c’était moins grave et déjà plus rassurant, mais l’imaginer à un mètre, voire moins, de ces immondes loups… Bella réprima un frisson, collée à Edward, jetant sans cesse des regards à Alice pour avoir de nouvelles informations. Elle avait peur. Elle était terrifiée.

Lorsqu’Alice lui donna enfin le feu vert, il ne fallut que peu de temps à Bella pour retrouver les filles. Les autres n’étaient pas sortis pour éviter d’attirer l’attention sur eux et, la jeune vampire paniquant littéralement, elle avait insisté plus d’une fois pour aller à leur rencontre elle-même, qu’elle reviendrait avec Renesmée et Marylou et qu’ils ne devaient pas s’inquiéter. Pour une fois, ils semblèrent lui faire confiance. Plus confiance qu’elle-même, mais peu importe, l’inquiétude l’empêchait d’avoir peur de faire une gaffe. Bella voulait retrouver Renesmée et Marylou, rien d’autre ne comptait.

Tandis qu’elle sillonnait les coins décrits par Alice, fouillant partout, tous ses sens en éveil pour être sûre de ne rien louper, Bella repéra enfin deux silhouettes au loin. S’avançant sans courir tout de suite, au cas où, la jeune femme ne fit rien mais, après quelques mètres, elle eut la confirmation : Renesmée et Marylou ! Sans plus attendre, elle courut jusqu’à elles, soulevant Renesmée dans ses bras, l’embrassant partout, lui demandant ce qu’il s’était passé exactement, où elle avait mal, comment elles avaient fait pour arriver jusqu’ici. Bella retint un hoquet d’horreur en voyant Marylou, ce qu’avait raconté Alice n’était rien comparé à ce qu’elle voyait ! Par chance, elles n’étaient pas loin de la Villa, du moins, elle savait qu’en criant, Carlisle pouvait l’entendre.

Bella – Carlisle ! J'ai besoin d'aide !

Marylou – Ca va.

… Bien sûr, et Bella était la reine d’Angleterre ? Levant les yeux au ciel, elle fit attention à ne pas faire mal à Renesmée et à Marylou mais tenta d’aider cette dernière à avancer – bien qu’elle ne devait pas en avoir vraiment conscience. Elles arrivèrent rapidement à la Villa, Rosalie était déjà en bas pour l’aider à s’occuper des filles, tremblant et semblant plus choquée que jamais. Vu la description d’Alice, Bella avait refusé d’être seule avec elles, même si le sang d’Enfant de la Lune était répugnant selon eux et qu’elle ne serait pas tentée. Oui, bah, mieux vaut prévenir que guérir, hein…

Marylou – Je te l'avais promis, Nessie.

Et elle s’effondra à terre. Bella faillit faire un geste pour s’occuper de Marylou, alors que Nessie était dans ses bras, mais Rose fut plus rapide qu’elle et se jeta littéralement sur la jeune hybride pour la prendre dans ses bras et constater l’étendue des dégâts. Elle passa ensuite devant, tenant précieusement Marylou comme si elle risquait de se briser en mille morceaux au moindre choc, et tourna la tête vers Bella :

Rosalie – Suis-moi dans la salle de bains.

Bella lui emboîta le pas mais ne cessait de regarder Marylou, plus inquiète qu’autre chose. Elle avait ramené Renesmée et, pour cela, la jeune mère lui en serait reconnaissante éternellement. Mais à quel prix ? Arrivées à l’étage, elles conduisirent les filles jusqu’à la salle de bains où Carlisle avait fait couler un bain chaud, leur faisant signe d’approcher. La vapeur s’échappant de la baignoire allait sûrement faire du bien aux filles, leur montrer qu’elles étaient rentrées et en sûreté. Qu’elles n’avaient plus rien à craindre, qu’ils ne les lâcheraient plus à présent, que tout cela n’était qu’un mauvais souvenir.

Rose déposa Marylou dans une chaise longue et se tourna vers Bella, lui lançant un regard sceptique. Eh bien ? Elle n’avait rien fait, cette fois ! Elle l’avait écoutée ! Baissant le regard en suivant celui de sa belle-sœur qui avait pris bandage et pommade, la jeune vampire remarqua que ses mains tremblaient et qu’elle était plus pâle que d’habitude. Oups. Oui, bon, elle paniquait un peu, et alors ? C’était normal ! Sa fille avait disparu, Marylou aussi, on les retrouvait en mauvais état et elles avaient failli y rester !

Rosalie – Tu veux que je m'en charge ?

Bella – Je vais avoir besoin de toi, oui… Mais je peux quand même le faire. Surveille-moi simplement, si tu veux bien…

Pas que le sang de sa propre fille l’attirait, mais Bella avait peur de faire quelque chose de mal ou d’avoir une tentation stupide à cause de la panique ou du contrecoup. D’accord, Carlisle était là, mais un peu d’aide n’était pas de refus. Lui s’occupait de Marylou, que Bella préférait ne pas regarder à cause de sa propre sensibilité, et Rosalie et elle-même s’occupaient de Renesmée. Sa belle-sœur la distrayait pendant qu’elle la soignait en prenant mille précautions pour ne pas lui faire de mal. Sa fille. Sa propre fille, près de ces monstres. Comment pouvaient-ils avoir fait cela ? Comment des personnes avaient-elles pu s’en prendre à des enfants ? Des enfants ! La colère se mêlait à la panique et à la peur, mais Bella se concentrait sur Renesmée pour ne pas lui faire de mal. Ne pas hurler, pas maintenant. De plus, l’odeur du sang sur les vêtements de Marylou n’aidait pas… Heureusement que Rose et Carlisle étaient là. Dès que Bella eut terminé de soigner sa fille, elle lui fit un sourire et Rosalie l’embrassa sur le front.

Rosalie – Tu as été très courageuse, ma puce.

Bella sourit à nouveau, attendrie. Ca va, tout allait bien, elles étaient ici et en un seul morceau. Elles ne risquaient plus rien, tout serait oublié d’ici quelques mois, ce ne serait plus qu’un très mauvais souvenir qui ne se reproduirait plus. En tout cas, Bella et Edward feraient tout pour qu’elle oublie. Les Cullen feraient tout pour qu’elles oublient.

Rosalie – Voilà, ça va être bon.

Carlisle sortit ensuite de la salle de bains en leur demandant de faire attention. Chose inutile en soi, Bella était terrorisée à l’idée de leur faire du mal, terrifiée à l’idée de les brusquer ou de rouvrir une quelconque blessure. Hybride ou pas, fille ou pas, elle avait peur de leur faire du mal et n’avait pas du tout confiance en elle. Mais ne pas se déconcentrer. Avec toute la prudence et la délicatesse dont elle était capable, la jeune mère commença à déshabiller Renesmée, lui retirant ses vêtements doucement et les jetant directement après. De toute manière, mieux valait ne rien garder de tout cela et ce n’était pas comme si Alice ne leur faisait pas acheter de nouveaux vêtements toutes les semaines... Déposant ensuite Nessie dans la baignoire en ne cessant de la rassurer et de lui parler pour lui changer les idées. Elle lui donna tout ce qu’il fallait pour que sa fille puisse se laver, pendant que Rose s’occupait de Marylou, la soutenant pour ne pas qu’elle glisse dans la baignoire.

Rosalie – Bella, tu peux m'aider le temps que je lui lave les cheveux ? Il faut juste la tenir...

Bella hocha de la tête pour montrer qu’elle était d’accord et passa ses bras délicatement autour de Marylou, prenant ainsi la place de Rosalie pendant qu’elle-même s’occupait de laver l’hybride. La jeune vampire écoutait scrupuleusement les indications de sa belle-sœur, ne bougeant que lorsqu’elle le lui demandait, tournant précautionneusement Marylou lorsqu’il le fallait et s’excusant à chaque fois de peur de lui avoir fait mal. Ce petit manège dura une bonne heure tant leurs gestes étaient lents et doux pour ne pas brusquer les choses.

A la fin, Bella reprit sa place auprès de Renesmée qu’elle aida à sortir de la baignoire pour s’habiller, l’empêchant de mettre pied à terre. Une fois les deux filles sèches et changées, mises chacune dans un pyjama ample et confortable pour éviter que les blessures ne frottent contre le tissu. Marylou fut placée dans une chambre et Bella s’installa à côté d’elle, dans un fauteuil avec Renesmée sur ses genoux, la laissant s’endormir contre elle sans quitter des yeux ni l’une, ni l’autre. C’était un mauvais souvenir, rien de plus.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Courons dans les bois [Rp Contexte]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Courons dans les bois [Rp Contexte]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promenons-nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas...
» [Coben, Harlan] Dans les bois
» balade dans les bois ...
» DANS LES BOIS d'Harlan Coben
» AT 6 : promenons-nous dans les bois!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: