Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mignonne la petite

Aller en bas 
AuteurMessage
Jalyn Anew
Invité
avatar


MessageSujet: Mignonne la petite   Jeu 17 Avr 2014 - 16:54

Le réveil émettait un son strident, alors qu'une main pâle aux longs doigts fins tâtonnait sur la table de chevet pour l'arrêter et replonger ensuite sous a couette. pas envie de bouger, pas envie de parler, pas envie de quoi que ce soit. Elle finit par enfin par arrêter l'objet du délit, plus en tapant dessus qu'en le stoppant vraiment. Grognant, Jalyn ramena ses couvertures au-dessus de sa tête, refermant les yeux. Elle ne bossait pas aujourd'hui et comptait bien faire une bonne grasse matinée digne de ce nom. Hélas, après le réveil, ce fut son gros chat obèse qui se mit en tête de grimper sur le lit et de miauler désespérément à ses oreilles. Mais raaaaaah ! Il était sept heures du matin ! Et si elle faisait griller ?

- Toi, mon gros, va plutôt chasser dehors, marmonna-t-elle.

Son chat n'était visiblement pas d'accord car il continua à mordiller et lui miauler dessus. Elle résista cinq minutes puis finit par soupirer et quitter le doux cocon de ses draps et couvertures, avant de prendre Doudou - un nom choisi alors qu'elle avait six ans et que ce n'était qu'un chaton - dans ses bras. Il cessa aussitôt de miauler et lui lécha les doigts en ronronnant.

- T'es un vrai petit emmerdeur, toi, hein...

Elle se leva et gagna la cuisine, en chaussons et pyjama, déposant Doudou après lui avoir versé une gamelle de lait. Dehors, la magnifique et douce pluie de cette nuit avait laissé place ààààà.... Devinez ? Une bonne grosse pluie bien forte et serrée. Elle se prépara le petit-déjeuner en écoutant la radio, encore endormie. Bon, puisqu'elle s'était levée tôt, autant faire des choses productives. Les courses par exemple. Inutile de compter sur sa mère pour ça... Elle allait se lever, descendre une bouteille de vodka et deux cigarettes en guise de petit-déjeuner, puis s'enfermer dans son bureau pour écrire.

Après quasiment une heure sous la douche à détendre ses muscles noués par de longues journées de travail, elle se prépara en sifflotant. Doudou était retourné à sa place favorite, son panier près de la cheminée. Un vrai pacha, celui-là, pas étonnant qu'il soit devenu si gras. Elle le câlina un moment puis enfila son coupe-vent pour sortir affronter la pluie avant de se réfugier dans sa voiture.

La bonne ville de Forks était égale à elle-même. Inchangée, petite, pluvieuse, maussade, et si tranquille. Il ne se passait jamais rien ici. Jalyn roula jusqu'au petit supermarché, liste en main, et courut presque à l'intérieur. Tâche familière et apaisante, dont elle s'occupait depuis des années. Alors qu'elle arpentait les rayons à la recherche de croquettes pour chat, elle tomba sur une grande fille blonde, au teint assez mat, et aux super clairs, bleus. Ouah, mignonne ! Jalyn la salua avec entrain, tout sourire.

- Salut ! Je me souviens pas de t'avoir déjà croisée, tu es de Forks ?

Elle paraissait plus jeune qu'elle, mais de peu. peut-être une lycéenne ? eu importe, Jalyn la trouvait tout à fait à son goût. Elle ne se cachait pas de son attirance pour les filles et l'assumait totalement. Pour elle, l'amour n'avait pas de sexe et elle estimait que personne n'avait rien à lui dire là-dessus.

- Je m'appelle Jalyn Anew, dit-elle en lui serrant la main.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mignonne la petite   Lun 21 Avr 2014 - 20:44

La jeune femme se leva en sursaut, ce matin-là. Elle se réveilla à cause du bruit de son réveil, mais aussi parce qu'elle avait fait un cauchemar, le même qu'elle faisait chaque nuit, chaque jours. Le même cauchemar sanguinolent, cruel. À chaque fois la même scène qui ne faisait qu'hantée ses pensées jours et nuits. Calypso s'était endormie la veille, le nez sur son clavier d'ordinateur, en pleine recherche... Quelque chose lui disait que ce n'était pas fini, quelque chose le lui criait, même. Elle savait que le danger était à tous les coins des rues et elle ne voulait pas cesser ses recherches sur un coup de tête. La jeune femme ouvrit ses volets et laissa ainsi apparaître le bordel qui régnait en maître chez elle, des journaux traînaient ci et là, sur le sol, sur son petit plan de travail, sur la table de sa cuisine, partout ! On pouvait voir sur les murs beiges de son appartement quelques coupures de presse qui parlaient toutes de la même chose: Le meurtre de son grand-père, que le meurtrier était parti ou mort selon certains d'entre eux... Calypso s'étira sur sa chaise avant de se lever et de balancé tristement ses vaines recherches sur le sol en bois de son appartement. Elle poussait un soupire puis se dirigea vers son frigidaire pour se faire son petit déjeuner.  

Chaque jour elle ressentait la même douleur, intense, forte et inoubliable. Chaque jour elle devait supporter l'absence des siens, l'absence de famille... Et la perte de tout ce qu'elle avait cru posséder, un jour. La douleur ne disparaissait pas, elle diminuait, mais ne partait pas. Comme si elle refusait de la lâchée et de la laissée vivre tranquillement sa vie. La jeune femme savait qu'elle se raccrochait à ça pour continuer. Qu'elle se cramponnait de toutes ses forces à sa promesse, à son vœux le plus cher: Trouver le meurtrier de son grand-père. Que faire d'autre, de toute manière ? Elle n'avait rien d'autre, rien qui la retenait... Elle poussa un nouveau soupire tout en prenant lait et céréale. Elle s'installa et déjeuna dans le plus grand silence, réfléchissant. Elle n'en pouvait plus, en avant marre de chercher en vain, et plusieurs sentiments s'opposait à elle, l'étouffant presque... Mais elle s'y accrochait aussi, à ses sentiments-là. Parce qu'elle pensait que, tant qu'elle souffrait, ça démontrait par a plus b qu'elle vivait encore et que son souhait avait alors une chance de se réaliser. Une fois finit, elle se leva et rangea le tout avant de remarquer qu'elle avait oublié d'acheter du pain et quelques broutilles. Elle poussa un juron, prit ses clefs une fois changée et partit en vitesse au magasin faire quelques courses.  

Elle se gara devant la façade dudit magasin et y entra une fois sa voiture fermée à clef. Elle prit ses affaires et se dirigea rapidement vers le rayon où elle savait qu'elle trouverait son bonheur. Elle farfouillait dans les articles quand une jeune femme aux cheveux blonds s'approcha pour la saluée. Elle failli sursauter mais se retint de justesse. La jeune femme paraissait à peine plus vieille qu'elle et l'entrain avec lequel elle la salua la fit sourire sincèrement pour la première fois depuis des mois.  

-Fille-« Salut ! Je me souviens pas de t'avoir déjà croisée, tu es de Forks ? »  

Calypso fronça les sourcils en réfléchissant. Elle était de Forks ? Mais... Elle ne... Oh... Mais sans doute était-ce parce que le jeune Calypso ne sortait presque plus, ses derniers temps. Plus depuis des mois, à vrai dire. Elle se sentait... Comme intruse au monde extérieur, de trop. Et puis, elle n'était jamais d'humeur, ses temps-ci. La jeune femme se redressa, ne voulant pas paraître impolie et prit la main de la jeune fille quand elle la lui tendit pour la serrer.  

-Fille-« Je m'appelle Jalyn Anew, dit-elle en lui serrant la main. »  

Jalyn ? Étrange, comme prénom. Mais assez joli et original, il fallait bien l'avouer. Calypso regarda assez rapidement ses vêtements et ne put s’empêcher de rougir de honte. Pourquoi maintenant ? Elle n’avait pas mis des habits vraiment très chic, et… Enfin, bref. Elle avait honte de sa tenue, mais puisqu’on venait de l’abordée et que la jeune femme devant elle avait l’air assez sympathique, elle n’irait pas se moquée d’elle, si ?

-« Salut, enchantée. »  

Elle sourit à Jalyn, puis continua directement en essayant de ne plus rougir et en oubliant sa tenue. Après tout, pourquoi pensait-elle à ça ? C’était… Tellement superficiel, en fait.

-« Moi c'est Calypso. Calypso Alisea. »

Elle avait dit ça tellement bas qu'elle avait peur que Jalyn ne l'ait pas entendue, mais soit. Elle lui sourit légèrement avant de répondre à sa première question, ne pouvant s’empêcher d’hésiter quand même un peu.  

-« Et, oui. Je suis d'ici. C'est juste que... »  

Elle s'interrompit, ne voulant pas non plus l'effrayée et chercha comme formulé ça. Comment pouvait-on dire à quelqu’un qu’on venait tout juste de rencontré qu’on ne sortait jamais ? Comment expliquer ça, alors que Calypso était encore relativement jeune ?

-«  Je ne suis pas le genre de fille qui sort souvent, avoua-t-elle finalement. »

Elle passa sa main libre dans ses cheveux tout en cherchant à se calmer un peu. Quelque chose en cette fille, Jalyn, la mettais en confiance. Mais... Elle n’aurait sût dire quoi exactement. Calyspo n’était plus le genre de fille à sortir tous les jours, à aller en cours, à trouver un petit job d’étudiant. Cela faisait très longtemps qu’elle ne parlait plus à personne, se limitant au Shérif Swan, qui à présent était sa seule relation… Inutile, donc, de vous dire que la jeune femme ne savait plus parler avec tact et qu’elle était renfermé sur elle-même depuis tout ce temps. De toute manière, comment expliquer ça à une inconnue, aussi gentille et jolie soit-elle ?  

-« Depuis quand vis-tu à Forks ?, dit-elle simplement pour continuer la conversation bien qu'elle n'était plus vraiment sûre que ce soit poli de demander ce genre de choses-là. »
Revenir en haut Aller en bas
Jalyn Anew
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mignonne la petite   Mar 22 Avr 2014 - 13:47

-« Salut, enchantée. Moi c'est Calypso. Calypso Alisea. »

Jalyn, qui se demandait depuis dix bonnes minutes pourquoi elle ne l'avait jamais remarqué auparavant, eut tout de suite sa réponse. Elle paraissait très effacée, ne serait-ce que par le ton de sa voix. Elle parlait tout bas, comme si elle avait mal à la gorge, ou peur de demander. pour la jeune femme qui était plutôt autoritaire et impulsive, cela lui faisait toujours bizarre d'être face à quelqu'un de tout timide. Mais cela montrait aussi une certaine fragilité tout à fait mignonne et craquante. Les personnes comme ça, on avait de les serrer dans ses bras pour les réconforter et les consoler. Et calypso donnait vraiment envie de la câliner. Mignonne à croquer, petite, assez pâle, avec sa petite bouille d'ange. Et son petit sourire timide. Ça oui, elle était à fondre, cette fille. D'ordinaire, Jalyn ne s'attardait pas sur ce genre de détails, mais de temps, pourquoi pas ? Elle voudrait apprendre à la connaître.

-« Et, oui. Je suis d'ici. C'est juste que... »

"Elle ne sortait pas", devina Jalyn en l'observant bien. Les jeunes de leur âge qui n'aiment pas sortir étaient rares mais il y en avait. Elle-même sortait peu, mais c'était surtout parce qu'elle préférait se concentrer sur son travail. Il était tout, pour elle. Elle ferait n'importe quoi pour apprendre et progresser, quitte à tout y sacrifier. Ce qui ne l'empêchait de rechercher les plaisirs de la vie quotidienne. Mais Jalyn préférait être payée une misère dans un hôpital que de gagner des millions avec un autre métier. C'était une passion, un point c'est tout.

-«  Je ne suis pas le genre de fille qui sort souvent. »

Elle semblait gênée. Mais il n'y avait rien de honteux là-dedans. Jalyn préférait la voir sourire, car lorsqu'elle le faisait, son visage semblait s'éclairer de l'intérieur, tout comme ses yeux. Et là, elle semblait briller, c'était presque magique. Et bizarre, aussi, de voir tout cela dans une fille que l'on venait de rencontrer. Elle se sentit un peu stupide, sur le coup, mais après tout, quel mal il y avait-il à s'intéresser à quelqu'un ?

-« Depuis quand vis-tu à Forks ? »

Jalyn s'était appuyée contre son chariot tout en l'écoutant,s ans plus prêter la moindre attention aux personnes qui les entouraient et passaient dans les rayons. Personnes qui ne faisaient pas non plus attention à elles. Après tout, quoi de plus normal que deux jeunes filles discutant tout en faisant leurs courses ? C'était une scène banale, d'une journée banale, dans une ville banale et maussade. mais cet instant n'était plus du tout banale pour Jalyn. Elle réfléchit deux secondes, avec une petite moue.

- Je dirais... Trois mois, à peu près. Je vis avec ma mère, on vient de Seattle. Et maintenant, je travaille à l'hôpital, je suis étudiante en médecine.

Elle avait prononcé les trois derniers mots avec une telle ferveur que personne ne pourrait douter que ce métier était pour elle une passion, une drogue, et que jamais elle ne pourra travailler dans un autre secteur. C'était cela ou rien, un point c'est tout. Elle vivait pour soigner les autres.

- En fait, c'est normal qu'on ne soit jamais croisé, sourit-elle largement. Je ne sors pas beaucoup non plus. Et de toute façon, sortir où, à Forks ? Faudrait pousser jusqu'à Port Angeles, voire à Seattle, et je déteste me balader sous la pluie.

Elle eut un petit rire en poussant son chariot pour ne pas gêner le passage dans l'allée, après le regard indigné d'une dame énorme et trop maquillée qui fit un commentaire désobligeant sur les jeunes. Blessée et vexée, Jalyn lui lança un beau doigt d'honneur dans son dos, alors qu'elle s'éloignait vers les caisses, dans un geste très peu mature.

- Enfin bref. Dis-moi, il y a la cafèt juste à côté. Un chocolat chaud et un croissant, ça te dit ? J'ai pas mangé beaucoup ce matin, et on pourrait discuter tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mignonne la petite   Sam 3 Mai 2014 - 23:26

Calypso fixa Jalyn du regard alors qu'elle s'appuyait sur son chariot de cours. La jeune femme, quant à elle essayait de ne pas trop se faire remarquée, toujours gênée par ses vêtements très... Simple et enfiler à la va-vite.

-Jalyn-« Je dirais... Trois mois, à peu près. Je vis avec ma mère, on vient de Seattle. Et maintenant, je travaille à l'hôpital, je suis étudiante en médecine. »

Trois mois ? Calypso écoutait attentivement chacune des informations que lui donnait sa nouvelle amie. Les derniers mots avaient étés prononcés avec... Une telle passion que ça ce voyait très facilement qu'elle ne vivait que pour ça, ou presque. Calypso souriait à cet instant précis, à la fois étonnée et surprise de voir un tel engouement de la part de la jeune femme qui lui faisait face.

-Jalyn-« En fait, c'est normal qu'on ne soit jamais croisé, sourit-elle largement. Je ne sors pas beaucoup non plus. Et de toute façon, sortir où, à Forks ? Faudrait pousser jusqu'à Port Angeles, voire à Seattle, et je déteste me balader sous la pluie. »

Oh ! Elle ne sortait pas beaucoup non plus ? Sans doute à cause des études, non ? Calypso souriait franchement à présent, profitant de ce moment d'oubli qui n'allait pas tarder à s'envoler. Parce que, dès qu'elle lui poserait des questions plus... Enfin, plus approfondies sur elle, elle devrait forcément y repenser. Elle avait tout quitter pour ses recherches, ou presque. Que dire à propos de ça ? Mentir ? Elle ne la connaissait pas assez pour lui dire la vérité, en un sens. Mais... Lui mentir ? Pourquoi mentir, mais pourquoi dire la vérité? Calypso ne voulait pas réfléchir à tout ça, pas tout de suite. Peut-être plus tard. Le temps ne pressait pas, non ? Elle entendit le bruit d'un chariot que l'on pousse, précédé d'un rire très faible, selon elle. La jeune femme aperçue sa nouvelle amie faire un geste de la main qu'elle n'identifia pas tout de suite avant d'entendre le son de la voix de Jalyn.

-Jalyn-« Enfin bref. Dis-moi, il y a la cafèt juste à côté. Un chocolat chaud et un croissant, ça te dit ? J'ai pas mangé beaucoup ce matin, et on pourrait discuter tranquillement. »

Calypso se retrouva prise au dépourvu et ne répondit pas de suite. En y réfléchissant, elle aimait bien l'idée de prolongée sa sortie de base pour prendre un bon petit déjeuner consistant... Elle sentit son cœur battre à la chamade et fini par lui répondre timidement, hésitante.

-« Pourquoi pas. Tu as raison, allons-y, dit-elle en souriant légèrement, contente de pouvoir rester un peu avec elle et apprendre à la connaître, aussi étrange cela puisse paraître... »

Après tout, pourquoi ne pas avoir l'occasion d'avoir une petite discussion avec Jalyn ? Elle était gentille et avait un petit quelque chose... Qui lui poussait à accepter et à vouloir la connaître plus. Ce petit quelque chose sur quoi elle ne savait pas mettre de nom, ce même quelque chose qui lui inspirait confiance, chez elle. Mais quoi ? Nul n'aurait sût le dire. Elle se sentait gênée et intimidée mais aussi confiante et heureuse, ce qui lui changeait de son habituelle tristesse.

Elle prit son panier sur le sol et se dirigea vers la caisse pour acheter tout le contenu de son panier puis le mis dans son sac. Elle attendit que Jalyn ait fini à son tour et elles se dirigèrent vers la cafétéria d'à côté une fois fini. Calypso n'osait pas parler de trop, elle hésitait énormément malgré le fait qu'elle arrivait à faire confiance, si on peux dire ça comme ça, à sa nouvelle amie. Après, ce n'était peut-être que parce qu'elle ne côtoyait plus grand monde, qu'elle était devenue si gênée et réservée. Ou encore... A cause de toute cette histoire. A vrai dire, elle ne le savait pas vraiment. Elle se perdit relativement vite dans ses pensées et se retrouva assise à l'une des tables sans s'en être rendue compte, du moins, sans l'avoir réellement réalisé. La jeune femme sentait l'absence de paroles comme un lourd poids, une ancre d'ont on voudrait se débarrasser.

Elle réfléchit tout en cherchant quelque chose à dire, que dire ? Encore parler à propos de la ville ? Lui demander si elle avait des frères et sœurs, en sachant qu'elle pourrait lui renvoyer l’ascenseur à tout moment ? Prendre un tel "risque" ? Peut-être pas, non. Elle réprima un soupir tout en se remémorant tout ce dont elles avaient parlés avant d'en arriver ici, dans cette cafétéria, en train de déjeuner toutes les deux. Elle lui avait dit être venue ici depuis... 2, non, 3 mois ! Et... Qu'elle vivait à Seattle avant de venir ici. Elle lui avait aussi parler de ses études d'infirmière. Mais... Elle ne lui avait pas dit pourquoi elle avait choisi Forks, si ? Calypso ouvrit la bouche comme pour parler avant de la refermée, n'osant pas parler. Allez, un peu de cran ! Simplement lui demander pourquoi avoir choisi Forks, il n'y avait rien de difficile là-dedans, si ?

-« Pourquoi as-tu décidé de déménager ici, à Forks ? Il y a pleins d'autre endroit où aller, alors... »

Calypso s’interrompit brusquement. Et puis... Pourquoi elle lui demandait ça ? Elle était curieuse, oui, mais... Cela ne se faisait pas ! C'était impoli et d'une indiscrétion... Et si elle ne voulait pas lui en parler ?! Et si ce sujet était trop douloureux ou quelque chose dans le genre ? Ce n'était peut-être pas intelligent de lui poser ce genre de question ! Et puis... Et si elle avait quitter Seattle juste pour ses études ? Elle aurait l'air stupide, d'autant plus qu'elle lui en avait parler juste avant. Calypso se mit à rougir et essaya de rattraper le coup :

-« Si c'est pas indiscret et si tu veux bien me le dire, bien sûr... »
Revenir en haut Aller en bas
Jalyn Anew
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mignonne la petite   Jeu 8 Mai 2014 - 12:24

Maintenant qu'elle y songeait sérieusement, il était vrai que la jeune femme avait bien envie d'un plus gros petit-déjeuner, quelque chose de consistant, qui lui tiendra au corps. Elle était assez gourmande et adorait le chocolat, alors comment résister à l'attrait d'un petit-déjeuner solide ? Surtout avec Calypso. Mignonne, oui, mais elle avait aussi cette petite moue, ses lèvres qui formaient un sourire très particulier, comme si elle craignait de trop se dévoiler. C'était mignon. Se rendait-elle compte de l'effet qu'elle produisait ? Peu sûr... En général, on fuyait sans peine Jalyn en apprenant qu'elle était lesbienne. Pour beaucoup, c'était une maladie ! Une femme ne pouvait aimer qu'un homme, un point c'est tout.

-« Pourquoi pas. Tu as raison, allons-y. »

Génial, elles étaient parties ! L'idée de prolonger cette rencontre de hasard n'était pas pour lui déplaire,e t c'était l'occasion de bavarder sans que quelqu'un ne les interrompe ou ne vienne les gêner. Jalyn n'avait as envie de rentrer chez elle pour sentir l'odeur de l'alcool, voir sa mère vautrée sur son bureau à écrire. Tous ses fans savaient-ils que la boisson la détruisait ? Qu'elle n'écrivait plus rien sans se brûler d'abord le pharynx à la vodka ou au rhum ? Ou à la drogue, au choix. Jalyn aérait la maison tous les jours pour évacuer les relents de cannabis ou de whisky. Pour ne pas en devenir folle à son tour.

Chassant ces idées noires de son esprit, elle passa aux caisses derrière Calypso. Que sa mère se débrouille. Jalyn n'avait pas envie de rentrer tout de suite, elle voulait profiter de sa journée, sortir, même sous la pluie, s'amuser, profiter de la vie, et parler plus à cette jeune fille qu'elle venait de rencontrer. Elle en avait marre de s'inquiéter pour une mère qui l'avait abandonné, livré à elle-même par lâcheté ou peur.

Jalyn rangea rapidement ses courses dans les voiture avant de partir vers la cafétéria avec calypso. Il pleuvait toujours, mais elle était née avec ce climat éternellement maussade et le supportait très bien. Elle n'avait guère besoin de trop de soleil pour vivre. Elles s'installèrent sur une table, et Jalyn commanda deux petits-déjeuners à la serveuse souriante et aimable qui les accueillit. Il y avait peu de monde, à cette heure, surtout quelques grands-pères qui lisaient leur journal avec un café, et quelques visiteurs de passage qui s'arrêtaient pour manger un bout avant de repartir.

-« Pourquoi as-tu décidé de déménager ici, à Forks ? Il y a pleins d'autre endroit où aller, alors... »

Ah, pourquoi, vaste question. Mais la réponse était au final assez simple. A cause de sa mère. Car on parlait trop d'elle à Seattle. Aujourd'hui, Jalyn se demandait si elle avait bien fait. Après tout, quelle importance qu'on parle d'elle ou non ? Elle ne sortait jamais, vraiment jamais, personne ne la voyait. Beaucoup croyaient même que Jalyn vivait toute seule. Oui, il y avait plein d'autres endroits où aller, mais Forks était une petite ville, et personne ne les dérangeait ici. Une ville qu'elle aimait beaucoup plus depuis qu'elle avait rencontré Calypso.

-« Si c'est pas indiscret et si tu veux bien me le dire, bien sûr... »

Jalyn eut un petit rire et secoua la tête, comme pour lui dire de ne pas s'en faire, que tout allait bien. Après tout, quelle importance ? On en choisit pas sa famille. Elle en avait marre de devoir tout cacher, sans cesse. sa mère, elle, assumait d'être une droguée et une alcoolique, sa fille le savait. Ce n'était pas à Jalyn d'avoir honte, finalement. On vint leur apporter leur commande et la jeune femme tendit la corbeille remplie de croissants à Calypso avant d'en prendre un.

- Je vis avec ma mère, dit-elle en trempant son croissant dans son bol de chocolat. Elle est écrivain, et a des petits problèmes avec l'eau, si tu vois ce que je veux dire.

Elle mangea un morceau de croissant, heureuse de sentir quelque chose de chaud lui tenir le corps. Elle lança un clin d'œil sa nouvelle amie, tout en ajoutant un sucre dans son bol et le touillant.

- J'avoue que ça me gênait qu'on le sache, à Seattle. Mais aujourd'hui... Bof, tant pis. Je m'occupe d'elle, et je poursuis mon existence. J'en ai marre d'être toujours triste et méfiante ! J'ai besoin de vivre, moi aussi, comme tout le monde.

Et d'aimer. Vivre et aimer. Deux besoins, une seule manière d'exister. Il était rare qu'elle se sente si libre de parler à une fille comme elle le faisait actuellement. Qu'elle se sente assez en confiance, qu'elle veuille parler, rire et s'amuser. Même cette ville maussade ne pouvait altérer son humeur. Elle était jeune, toute son existence se déroulait devant elle. Elle pouvait emprunter n'importe quel chemin et c'était bien cela qui lui plaisait. Ces possibilités, pouvoir devenir qui elle voulait.

- J'aimerais bien emménager seule, ou plutôt en coloc. Même ici, à Forks. Tu vis toute seule, toi ? C'est quand même mieux quand on se réveille pas trop loin de quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mignonne la petite   Dim 11 Mai 2014 - 0:29

Pour toutes réponses, Jalyn eut un léger rire qui fit sursauté Calypso qui ne s'attendait pas à ce genre de réaction. La jeune femme fixa son amie et remarqua qu'elle secouait la tête... Bah quoi ? Qu'avait-elle dit de si drôle ? Calypso fronça très légèrement les sourcils tandis qu'on vint leur apporter ce qu'elles avaient commandé. Jalyn lui tendit le panier et la jeune femme prit un croissant juste avant que son amie s'empare à son tour d'un croissant.

-Jalyn-« Je vis avec ma mère, dit-elle en trempant son croissant dans son bol de chocolat. Elle est écrivain, et a des petits problèmes avec l'eau, si tu vois ce que je veux dire. »

Avec l'eau ? Oh ! L'alcool ? Calypso fixa son croissant, pensive, avant d’apercevoir un clin d’œil de la part de Jalyn. Quelques secondes après, un bruit sourd se fit entendre, un bruit de métal s'entre-choquant contre de la porcelaine. Calypso ne savait pas quoi dire par rapport à ça... Elle fixa son amie du regard alors qu'elle reprit la parole.

-Jalyn-« J'avoue que ça me gênait qu'on le sache, à Seattle. Mais aujourd'hui... Bof, tant pis. Je m'occupe d'elle, et je poursuis mon existence. J'en ai marre d'être toujours triste et méfiante ! J'ai besoin de vivre, moi aussi, comme tout le monde. »

Calypso sentit sa gorge se serrée. Pourquoi avait-elle l'impression que ça allait dérivé sur elle ? Quelque chose lui criait de sortir, de fuir lâchement la situation. Lui criait qu'elle n'était pas prête. Mais... Si elle n'était pas prête aujourd'hui, quand le serrait-elle ? Jamais. Calypso ne sortirait plus avant un bon moment, sans doute. Et puis... Pour la première fois depuis des mois elle ne voulait pas être confiné dans son appartement, seule. Chercher en vain après le meurtrier de son grand-père l'épuisait plus qu'elle n'aurait voulu l'avouer. Elle dépensait tout son énergie à ça alors qu'elle devrait retourner en cours, poursuivre le plus simplement du monde ses études et ne plus se préoccuper des affaires de la police. Tout cela allait trop loin et elle le savait, mais... C'était plus fort qu'elle. Il l'avait recueillie, élevée et nourrit. Aider à surmonter la peine dû au décès de ses parents... Et elle, elle devrait l'abandonner après tout ce qu'il avait fait pour elle ? Non. Hors de question. Elle ferma brièvement les yeux pour se concentrer sur ce que venait de lui dire son amie. Elle buta sur la dernière phrase. « J'ai besoin de vivre, moi aussi, comme tout le monde »... Pouvait-elle continuer comme ça ? Sans vie sociale, sans cours, sans jamais sortir de chez elle, plongée dans ses recherches qui ne menaient à rien ?

-Jalyn-« J'aimerais bien emménager seule, ou plutôt en coloc. Même ici, à Forks. Tu vis toute seule, toi ? C'est quand même mieux quand on se réveille pas trop loin de quelqu'un. »

Q...Pardon ? Se rendait-elle compte du sous-entendu qu'elle venait de faire ? Calypso fronça les sourcils, ce concentrant sur le contenu même de la phrase. Elle voulait être plus indépendante, en d'autre terme ? Calypso se crispa légèrement quand elle entendit la question de Jalyn, se maudissant de ne pas avoir prévu ça. Lui demandait-elle... ? Bon, stop. Calypso essayait de mettre au clair tout cela. Tout d'abord, elles venaient de se rencontrées toutes les deux. Ensuite, elle sympathisait et devenait amie, en quelque sorte. Mais... Elle ne se connaissait pas encore. Pas beaucoup. Et... Quand on y pensait un peu plus, c'était inévitable qu'elle en vienne à lui demander ce genre de questions. Calypso osait bien lui en poser, alors... Pourquoi refuserait-elle de lui répondre ?

-« Je... »

Elle commençait à sentir le stress monter en elle. La vérité ou une déformation ? Elle pourrait très bien rester évasive ? Jalyn ne le saurait pas, après tout.

-« Oui. Je vis seule. »

La jeune femme se mit à fixer longtemps son croissant intacte et son bol de chocolat chaud. Elle n'avait plus faim, finalement. Elle prit son croissant en main et le porta à sa bouche. Quelque chose lui coupait l'appétit. Son cœur se mit à battre la chamade tandis qu'elle reportait son regard vers Jalyn. Calypso cherchait un moyen d'éluder le sujet « Famille » pour l'instant. C'était... Dangereux.

-« Dis-moi, commença-t-elle, qu'est-ce-qui t'as plût dans le domaine de la médecine ? Et... Comment as-tu découvert que tu voulait, enfin, veux, être médecin ? »

Quoi ? Comment ça, c'était fourbe ? Mais non ! C'était une question banale ! Quoi de plus normal que de demander ça ? Mis à part la famille, c'était un des sujets que l'on pouvait facilement aborder pour faire plus ample connaissance, non ? Calypso restait néanmoins assez nerveuse et ça devait se voir à des kilomètres à la ronde. Et... Elle espérait que Jalyn n’essaie pas de savoir pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Jalyn Anew
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mignonne la petite   Lun 12 Mai 2014 - 23:24

Jalyn avait les idées plus claires maintenant qu'elle avait quelque chose de consistant dans l'estomac. La faute à Doudou, ça, il traînait tellement sans ses jambes le matin en miaulant pour réclamer encore et encore des croquettes qu'il l'empêchait de prendre elle-même quelque chose de solide. Ses amis lui disaient sans cesse qu'elle gavait trop son chat, et qu'il sera bientôt si gros qu'elle devra le transporter avec une brouette. Mais, eh, la faute à qui ? Il avait qu'à sortir chasser des souris au lieu de dormir sur son coussin toute la sainte journée. Pour les réclamations au Bon Dieu des animaux, troisième nuage à droite mon fils.

-« Je... »

Jalyn faillit renverser son chocolat sur elle en reposant la tasse. Pourquoi elle hésitait ? C'était pourtant simple, comme question ! Ou alors, elle se demandait si son petit-frère-pourri-gâté ou si le grand-père-râleur ou si la mère-trop-pénible comptaient dans le foyer. Après tout, Jalyn avait souvent dit qu'elle vivait seule au lieu d'avouer qu'elle avait aussi une mère droguée qui se fichait de tout sauf de ses romans et de ses plants de cocaïne. Charmant, n'est-ce pas ? Donc, que cachait Calypso ? Un père névrosé qui égorgeait d'innocentes victimes pour peindre avec leur sang ? Une mère dépressive adepte des jeux en ligne et qui vendait jusqu'à ses culottes pour éponger ses dettes ? Une sœur sur qui tout le monde était passé sauf le train ?

-« Oui. Je vis seule. »

Enfin. Faut pas paniquer ma grande ! On ne peut pas choisir sa famille, après tout ! Avait-elle mentionné un de ses anciens potes qui cachait une petite sœur pyromane qui adorait brûler des chatons ? On trouve de tous les genres, dans ce monde de dingues. Oooh, et cette histoire, là ? L'homme zoophile qui n'avait plus de jambes et qui passait ses nuits à télécharger des vidéos dégoûtantes sur internet en se nourrissant de chips ? Elle faillit éclater de rire, en se rappelant la manière dont un de ses amis de Seattle lui avait mimé le truc. Tordant.

-« Dis-moi, commença-t-elle, qu'est-ce-qui t'as plût dans le domaine de la médecine ? Et... Comment as-tu découvert que tu voulait, enfin, veux, être médecin ? »

Jalyn termina son croissant et se frotta les mains au-dessus de la table pour se débarrasser des miettes. Ça, c'était une vaste question ! Elle ne se souvenait même plus des circonstances exactes, cela remontait à si loin. Petite, elle jouait déjà au docteur avec ses poupées, et son père lui avait offert le kit de la parfaite petite infirmière. Il l'avait sans doute dû le regretter lorsque, deux jour plus tard, du haut de ses cinq ans, elle avait couru le voir pour lui demander pourquoi sa poupée était pas encore enceinte, pour qu'elle puisse simuler un accouchement, et comment on faisait les enfants dans la foulée.

- Disons que j'ai toujours eu une passion pour ça ! Ça me paraît si naturel, de vouloir soigner les autres, de tout faire pour les guérir. C'est.. je ne saurais pas comment l'expliquer. C'est un besoin presque vital.

Elle but une longue gorgée de chocolat, souriant à Calypso. Elle l'avait dit du mieux qu'elle pouvait, mais elle ignorait comment décrire la sensation qu'elle avait en soignant les gens. C'était son oxygène, elle avait besoin de ça pour survivre. Elle avait besoin de se sentir utile aux autres, de savoir qu'elle faisait des choses biens.

- Et puis, avec ce métier, j'espère pouvoir guérir ma mère un jour. Je ne suis sûre de rien, mais je veux essayer.

Si c'était possible, en tout cas. Pouvait-on soigner une telle addiction ? Guérir quelqu'un à vie de la drogue et de l'alcool ? Elle en doutait sérieusement, il restera toujours des séquelles.

- Et toi, tu veux devenir quoi , médecin, pompier, flic ? Ou des métiers moins à haute tension ? Je te verrais bien actrice, moi, t'as le profil pour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mignonne la petite   Dim 18 Mai 2014 - 22:45

Calypso fixait son amie des yeux tout en attendant sa réponse, elle saisi son croissant et en mangea un morceau tandis que Jalyn finissait le sien avant de se frotter les mains. Calyspo vit comme un éclat de lumière apparaître dans les yeux de la jeune femme qui était face à elle. Quant à elle, elle ne pouvait s'empêcher de sourire légèrement en finissant sa bouchée de croissant.

-Jalyn-« Disons que j'ai toujours eu une passion pour ça ! Ça me paraît si naturel, de vouloir soigner les autres, de tout faire pour les guérir. C'est.. je ne saurais pas comment l'expliquer. C'est un besoin presque vital. »

Calypso l'écouta attentivement, fascinée. Bien qu'elle ne comprenait pas vraiment pourquoi elle était ainsi fascinée par tout ça. En général... Elle ne se souciait de rien d'autre que du meurtrier, et de manger. Rien d'autre. Elle fixait sans la voir la tasse de chocolat chaud de Jalyn, quand elle vit le sourire de son amie. Un besoin presque vital ? Une passion ? Elle lui sourit à son tour. Vouloir soigner les autres lui paraissait aussi très naturel, mais... Pas au point de vouloir faire un métier comme ça. Bon, d'accord, il est vrai qu'elle ne sait pas ce qu'elle veut faire elle-même. Soigner les autres ? Non. Trouver le meurtri... STOP ! Il fallait qu'elle cesse de se remémorer tout ça, qu'elle cesse de vivre dans le passé. Calypso, avant tout ça, voulait devenir Psy... Mais... Tout était différent, à présent. Bien plus compliqué, impossible. Elle voulait aider les autres et les comprendre.

Savoir ce qui se passe dans leur tête, connaître les faiblesses dont le cerveau humain peut faire preuve, mais aussi, et surtout pour ça, comprendre et voir à quel point le cerveau est compliqué... Mais l'humain est tellement fort et faible, beau et laid, idiot et intelligent que ç’a en devient risible et pourtant, tellement fascinant... Mais d'un autre côté, en faisant ce métier, elle verrait encore plus la cruauté de l'homme, ses défauts, ses capacités et ses limites. Elle connaîtrait tout, le bon comme le mauvais... Mais, était-elle seulement prête à faire ça ? Continuer ses études et faire des études universitaire pour devenir Psy, comme elle l'avait voulu, jadis ? Peut-être, peut-être pas. Même policier, ça pourrait être bien, comme métier. Enfin... Elle pourrait continuer tranquillement ses recherches, non ? D'un autre côté...

-Jalyn-« Et puis, avec ce métier, j'espère pouvoir guérir ma mère un jour. Je ne suis sûre de rien, mais je veux essayer. »

Calypso sourit de plus belle en écoutant ce que son amie disait. Jalyn, de ce qu'elle pouvait comprendre et voir en elle était quelqu'un de bien. Elle voulait sauver sa mère, voulait sauver les autres. Elle semblait être faite pour ça, et c'était magnifique à constater. La jeune femme pris sa tasse et but une gorgée de ce liquide chaud et tellement rassurant par moment. Elle se surprit à penser qu'elle passait une excellente journée... Pour une fois qu'elle n'était pas le nez dans les recherches et qu'elle s'amusait...

-Jalyn-« Et toi, tu veux devenir quoi , médecin, pompier, flic ? Ou des métiers moins à haute tension ? Je te verrais bien actrice, moi, t'as le profil pour. »

Q... Gné ? Calypso faillit recracher ce qu'elle avait en bouche, tant elle ne s'attendait pas à cette question. Pourquoi, mais POURQUOI fallait-il que Jalyn lui pose autant de question sur elle ? Et pourquoi fallait-il qu'elle en pose aussi ? Elle fronça les sourcils à la fin de la phrase de son amie. Actrice, elle ? Elle réfléchissait à toute allure pour pouvoir se concentrer sur la question en silence.

-« Po... »

Calypso s’interrompit tout à coup. Heum... Non, peut-être pas, en fait...

-« Psychologue, peut-être. Ou..., elle prit un temps d'arrêt, Policière. J'hésite encore. »

Enfin, si. Ou non ? Mais elle pouvait aussi faire psychothérapeute ? Ou Psychanalyste ? Ou... Encore Pédopsychiatre, c'était bien aussi. Pédopsychologue, aussi. Breeef. On s'égare. Elle se re-mémora ce que Jalyn venait de lui dire et buta à nouveau sur la fin de la phrase.

-« J'ai... Le profil pour être actrice ? »

Elle baissa les yeux. Que dire ? Pourquoi la voyait-elle bien comme actrice ? Elle était banale, n'allait pour ainsi dire jamais dehors et n'était jamais sortie avec qui que ce soit. Comment pouvait-elle bien la voir être actrice ? Elle avait été incapable de ne pas rougir ! Elle avait bien rougit des centaines de fois depuis le début de leur conversation...

-« Actrice, moi ? »

Elle rougit à nouveau de plus belle. Rhaa... Pourquoi devait-elle être aussi... Gênée et timide que ça ? Après tout, c'était pas comme si Jalyn allait la manger. Et c'était une conversation banale. Mais... Pourquoi actrice ?

-« Pourquoi me verrais-tu bien en tant qu'Actrice ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jalyn Anew
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mignonne la petite   Mar 20 Mai 2014 - 19:42

Jalyn baissa légèrement la tête lorsque le serveur vint allumer la série des autres lampes qui se trouvaient près d'elles, à côté de leur table. Elle détestait les gens avec de trop grands gestes et qui ne regardaient pas où ils allaient ! C'était si compliqué, de faire un minimum attention ? Elle-même était on ne peut plus minutieuse dans chacun de ses gestes, elle faisait toujours attention à tout, tout le temps, et on ne pouvait l'accuser de manquer d'adresse. Déformation professionnelle, diront certains. Il était vrai qu'il valait mieux ne pas être maladroit lorsqu'on devait faire un vaccin à quelqu'un, au risque de piquer un muscle et rendre la personne handicapée à vie. Pas terrible d'avoir ça dans votre dossier.

calypso dit une syllabe, puis stoppa aussitôt, comme si elle n'était pas très sûre de ce qu'elle devait répondre. Elle n'avait pas encore d'idée précise de ce qu'elle voulait faire. Après tout, peu de jeunes de son âge savaient déjà vers quoi s'orienter, ou en avaient une petite idée. Bah, de toute façon, Calypso avait encore le temps ! C'est cela qui était bien, à leurs âges, elles pouvaient prendre la direction qu'elles voulaient, sans se soucier de rien.

-« Psychologue, peut-être. Ou... Policière. J'hésite encore. »

Mais psy et flic, c'était carrément à l'opposé ! Evidemment qu'elle hésitait, c'était deux branches différentes. N'empêche, flic... Pourquoi pas ? Jalyn n'avait jamais rencontré aucune fille qui veuille entrer dans la police, cette idée lui paraissait presque bizarre tant elle savait ce milieu machiste et fermé, en particulier dans les petits Etats. En revanche, elle imaginait assez mal Calypso en uniforme à brandir une arme.

-« J'ai... Le profil pour être actrice ? »

Jalyn hocha vigoureusement la tête d'un air confiant et persuadé. Pourquoi en était-elle si convaincue ? Et bien, par pur intuition. Jalyn cernait facilement les gens, et pour elle, Calypso cachait clairement plusieurs choses. Elle était le genre de fille capable d'intérioriser et de présenter un autre visage que le sien. Les acteurs en faisant leur métier, usant d'artifices et de tromperie, se glissant dans une autre peu que la leur, une peau qu'ils pouvaient prendre et quitter à loisirs, le temps de faire rêver. La future médecin n'allait pas essayer de lui arracher ses secrets, ce n'était pas son genre, mais pour elle, elle pouvait sans conteste emprunter cette voie.

-« Actrice, moi ? »

Mais oui ! Elle pouvait, si elle le voulait. Elle pouvait emprunter la voie du théâtre et des caméras. Mieux, cela lui ferait du bien. Elle apprendrait à s'ouvrir et à rêver, ça ne pouvait que lui être profitable ! Tout le monde devait trouver sa vocation, Calypso comme les autres, et la sienne pouvait être sur les planches d'une salle de spectacle, incarnant un personnage qui fera vibrer.

-« Pourquoi me verrais-tu bien en tant qu'Actrice ? »

Jalyn lui sourit tout d'abord puis reposa sa tasse vide, prenant le reste son croissant, le grignotant par petites bouchées, tout à son aise.

- Pour moi, tu fais clairement parti des personnes capables de tout garder en elles pour présenter un autre visage au monde ! Tu peux cacher tout ce que tu veux, ne t'inquiète pas, je ne vais rien te demander. Tu peux même interdire certains sujets de conversation si tu préfères, ou si ça te rassure, je ne te poserais aucune question.

Elle en voulait pas la harceler, ni la mettre mal à l'aise, encore moins s'immiscer dans des affaires qui ne la concernait pas du tout. Même si Calypso cachait un meurtrier dans sa cave, ce n'était pas ses oignons et elle n'avait pas à chercher à en savoir plus, point final.

- Être acteur, reprit-elle d'un ton plus enflammé, c'est se glisser dans la peau d'un autre durant un temps. C'est s'oublier pour renaître en une autre personne ! Non seulement ça t'aiderait à ne plus penser à ta propre vie, mais tu vivrais avec plus d'intensité et de joie. Et je crois que tu en es capable. Pour moi, tu es capable de ce changement, tu peux être assez imaginative pour devenir s'importe qui, sous le regard d'une caméra.

Elle s'essuya les mains sur sa serviette, toujours souriante. Pour elle, c'était l'évidence même, mais peut-être Calypso ne verra-t-elle pas les choses sous le même angle. Chacun était différent.

- Ensuite, appréciation tout à fait personnelle, je pense que tu as un physique suffisamment photogénique. Pourquoi ne pas essayer, après tout ? J'ai vu dans le journal qu'il y a des auditions pour un petit rôle dans un personnage de série télévisée, à Seattle la semaine prochaine. Tu n'as pas envie de tenter ta chance ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mignonne la petite   Mar 20 Mai 2014 - 22:26

Calypso aperçut d'abord un sourire se peindre sur le visage de Jalyn avant qu'elle ne reprennent son croissant pour manger à son aise. Calypso sentit le rouge lui monter aux joues. Elle n'eut, étrangement pas énormément de mal à se retenir de fuir. La jeune femme constata qu'elle appréciait vraiment Jalyn, bien qu'elle vienne juste de faire sa connaissance. Elle posa son regard sur l’intéressée et l'écouta attentivement. Après tout, elle voulait vraiment savoir pourquoi elle la voyait bien devenir Actrice. Calypso était le genre de fille très timide et gênée, à ne plus vouloir sortir qu'en cas de nécessiter et à ne plus savoir parler en publique.

-Jalyn-« Pour moi, tu fais clairement parti des personnes capables de tout garder en elles pour présenter un autre visage au monde ! Tu peux cacher tout ce que tu veux, ne t'inquiète pas, je ne vais rien te demander. Tu peux même interdire certains sujets de conversation si tu préfères, ou si ça te rassure, je ne te poserais aucune question. »

Que... Calypso ouvrit la bouche, sans rien dire. Elle était à la fois soulagée, à la fois déprimée de savoir ça. D'un côté, elle était contente de savoir que la jeune femme ne lui poserait pas de questions, de l'autre... Elle se sentait mal de cacher ce genre de chose à une personne comme Jalyn. Depuis tout ce temps, elle n'avait jamais fait attention, cachant ses sentiments et sa tristesse au monde, modifiant jusqu'à son expression sans y faire réellement attention. Au début, elle l'avait fait juste pour sa meilleure amie, qu'elle n'avait plus vu depuis des mois et des mois. Avec qui elle avait purement et simplement perdu contact. Mais, d'un autre côté, elle désespérait aussi de voir que Jalyn le savait et l'avait compris. Sans doute avec son bégaiement ? Son comportement ? Le fait de savoir que Jalyn ne lui poserait pas de question sur son secret la soulageait énormément. Parce qu'elle ne devrait pas, elle même faire des efforts pour répondre à ses questions, pour lui mentir. Néanmoins, quelque chose perturbait Calypso. Elle ne comprenait pas pourquoi elle  avait confiance en Jalyn et avait du mal à comprendre pourquoi elle était mal à l'idée de lui mentir. C'était... Étrange.

-Jalyn-« Être acteur, reprit-elle d'un ton plus enflammé, c'est se glisser dans la peau d'un autre durant un temps. C'est s'oublier pour renaître en une autre personne ! Non seulement ça t'aiderait à ne plus penser à ta propre vie, mais tu vivrais avec plus d'intensité et de joie. Et je crois que tu en es capable. Pour moi, tu es capable de ce changement, tu peux être assez imaginative pour devenir n'importe qui, sous le regard d'une caméra. »

S'échapper de sa vie, échapper à sa douleur ? Le pouvait-elle ? Arriverait-elle à mentir tout le temps, à cacher ses sentiments devant une caméra sans rougir ni bégayer ? Selon elle, Jalyn la surestimait. Calypso se perdit dans ses pensées, sans savoir quoi dire. Elle se savait devenue très timide, elle savait qu'elle saurait cacher certaines choses douloureuse, mais...

-Jalyn-« Ensuite, appréciation tout à fait personnelle, je pense que tu as un physique suffisamment photogénique. Pourquoi ne pas essayer, après tout ? J'ai vu dans le journal qu'il y a des auditions pour un petit rôle dans un personnage de série télévisée, à Seattle la semaine prochaine. Tu n'as pas envie de tenter ta chance ? »

Calypso rougit avant de poser son regard sur la table.

-« Merci. »

Un merci pour la remercier de ne pas poser de questions, un merci pour le compliment. Un merci pour chaque chose qu'elle pourrait remercier en cet instant précis. Était-ce suffisant ? Peut-être pas, mais... La jeune femme ne savait pas quoi faire ou dire d'autre. Juste merci.

-« Merci de ne pas poser de question. C'est... »

Calypso s'interrompit brusquement. Qu'ajouter de plus ? Elle aimerai lui parler de tout ça, mais... Elle venait juste et la rencontrée, d'une part, et de l'autre, elle ne pourrait pas en parler, pas tout de suite. Elle le lui dirait sûrement, si elles étaient amener à se revoir, à reprendre contact après aujourd'hui. Mais... Quand ? Excellente question.

-« Oui, je veux bien essayer. Mais... Et si je venais à me planter et à bégayer devant tout le monde ?  Je suis timide depuis trop longtemps à force de ne plus sortir, dit-elle rapidement sous le coup d'une soudaine peur. Et comme je vis seule, je ne vois personne. Comment... Et puis... Y aller seule me tente moyennement. Et pire, si je me gourait devant tout le monde, ou devant la caméra ? Et que je rougissait à vue d’œil comme je le fais ici ? Je n'avais jamais penser à l'éventualité de devenir actrice, et toi tu y penses alors qu'on vient tout juste de se rencontrées. L'idée est tentante, je l'avoue. Mais... Je sais que je suis trop timide pour ça... Et j'ai peur, finit-elle par dire. D'ailleurs, toi-même tu as réussi à savoir que je cache quelque chose, pourtant j'ai fait tout pour éviter d'en parler... Enfin... »

Elle se tût pour reprendre son souffle et réalisa qu'elle venait de faire une longue tirade extrêmement rapide. Et si jamais elle n'avait pas réussi à suivre ? Calypso se mordit les lèvres.

-« Désolée... »

Elle s’affaissa sur sa chaise, gênée d'être aussi stresser et impatiente à l'idée que ça pourrait être possible. Elle voulait bien y aller, mais... Seule ? Hors de question. Et... Mis à part Jalyn qu'elle ne connaissait pas depuis très très longtemps, elle n'avait personne.

-« Ça peut paraître étrange, comme question, mais... Si j'allais passer cette audition, tu voudrais bien venir avec moi ? Demanda-t-elle avant de reprendre précipitamment. J'ignore pourquoi, mais... aussi bizarre que cela puisse paraître, j'ai confiance en toi. Et... Enfin... »

Calypso se tût de nouveau, ne savant plus du tout où se mettre. Que venait-elle de dire, au juste ? La vérité, oui. Mais... Comme ça ? Elle se frappa mentalement, regrettant ne pas être une petite souris pour se faufiler dans un trou de souris et fuir.
Revenir en haut Aller en bas
Jalyn Anew
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mignonne la petite   Sam 7 Juin 2014 - 12:37

Jalyn avait terminé son chocolat, et la cafétéria se remplissait peu à peu autour d'elle et Calypso. Beaucoup de gens, tout comme elles, venaient fuir la pluie et la grisaille du matin dans une petite pause. Jalyn regardait toujours sa nouvelle amie, alors qu'elle rougissait. Elle pouvait avoir confiance ! Jalyn n'était pas du genre à répéter des secrets, surtout lorsqu'il ne s'agissait pas des siens, et jamais elle n'ira baver sous tous les toits que la jeune fille cachait quelque chose, du genre "Oh, regardez-la, elle, elle a un secret !" Elle trouvait puéril et détestable les adolescents de Forks, et même les adultes, qui avaient ce genre de comportement. Comme si tout devait absolument être connu par tout le monde, comme si tous devaient avoir en mains les secrets de ses voisins, sous peine de perdre en qualité de vie. C'était lamentable.

-« Merci. »

Voilà qui confirmait les pensées de Jalyn, la pauvre Calypso ne devait pas être habituée à ce qu'on ne la harcèle pas pour savoir ce qu'elle cachait. Vivre dans une ville aussi petite, c'était bien lorsqu'on voulait être près de la nature, être tranquille, et ce genre de chose. mais cela devenait un calvaire lorsqu'on se mettait à vous tourner autour pour vous disséquer comme une grenouille sur une paillasse de laboratoire. Jalyn, qui tenait par-dessus tout à son indépendance, faisait vertement comprendre à certaines personnes qu'ils n'avaient pas à se mêler de ses affaires, et encore moins à la freiner dans son chemin. Elle n'avait pas pour habitude de se laisser faire, et répliquait, se battait contre ceux qui essayaient de la laisser pieds et poings liés dans un coin du chemin.

-« Merci de ne pas poser de question. C'est... »

Normal. Tout à fait normal. Et ce devrait être le cas de tout le monde ici ! Quel besoin ont-ils tous à vouloir se mêler des affaires des autres, on se le demande un peu. C'était peut-être une déformation génétique du cerveau, comme une à tous les habitants de longue date à Forks, et qui se transmet de générations en générations. Sujet à creuser. Elle se promit intérieurement de mener une petite enquête à ce sujet. Calypso se redressa tout à coup, l'air plus vif que de coutume.

-« Oui, je veux bien essayer. Mais... Et si je venais à me planter et à bégayer devant tout le monde ?  Je suis timide depuis trop longtemps à force de ne plus sortir. Et comme je vis seule, je ne vois personne. Comment... Et puis... Y aller seule me tente moyennement. Et pire, si je me gourait devant tout le monde, ou devant la caméra ? Et que je rougissais à vue d’œil comme je le fais ici ? Je n'avais jamais penser à l'éventualité de devenir actrice, et toi tu y penses alors qu'on vient tout juste de se rencontrer. L'idée est tentante, je l'avoue. Mais... Je sais que je suis trop timide pour ça... Et j'ai peur. D'ailleurs, toi-même tu as réussi à savoir que je cache quelque chose, pourtant j'ai fait tout pour éviter d'en parler... Enfin... »

Elle reprit son souffle, puis s'excusa. Mais Jalyn était ravie de voir qu'elle avait osé s'exprimer et dire ce qu'elle pensait vraiment, de s'affirmer ! Elle réfléchit un moment en jouant avec sa cuillère, la faisant tourner entre ses doigts. Il était normal qu'elle ait peur de se ridiculiser, personne ne pouvait faire une bonne prestation sans un peu de stress, mais pour autant, Jalyn ne pensait pas qu'elle sera nulle. Elle avait un truc, elle le sentait ! La timidité se corrigeait facilement une fois que l'on faisait quelque chose qui nous plaisait, Jalyn était bien placée pour le savoir. Donc, pourquoi ne pas essayer ? Passer des auditions ne coûtait rien sinon un peu de temps.

-« Ça peut paraître étrange, comme question, mais... Si j'allais passer cette audition, tu voudrais bien venir avec moi ? J'ignore pourquoi, mais... aussi bizarre que cela puisse paraître, j'ai confiance en toi. Et... Enfin... »

Ce fut au tour de Jalyn de rosir quelque peu. Elle ne s'attendait certainement pas à ce que Calypso lui demande ça, et en était très touchée ! Pourquoi exactement, peu importe, mais elle était adorable, ainsi, à détourner le regard à cause de la gêne, adorable avec la rougeur de ses joues. Elle lui plaisait, c'était indéniable, et la future infirmière avait envie de la voir réussir, envie de la voir briller sur ce chemin et devenir celle qu'elle voulait.

- Bien sûr. Je serais ravie de pouvoir t'accompagner, surtout que je suis certaine que tu vas réussir ! On est né ou non pour faire ça, et je suis sûre que tu le feras très bien.

Elle lui sourit en lui lançant un clin d'œil, puis remit son porte-monnaie dans son sac, sous le regard déçu du serveur, près du bar, qui pensait sans doute qu'elle allait commander autre chose. Elle l'ignora et il s'éloigna de leur table, partant servir d'autres clients. Jalyn sortit son agenda et nota dedans la date précise de l'audition, vérifiant du même coup ses horaires de travail.

- Je pourrais te maquiller un peu avant, si tu veux, non ? Tu viendras chez moi ou je viendrais chez toi. Il faut trois heures de route, mais en partant dès le matin, on aura le temps de déjeuner là-bas, et tu pourras te détendre avant l'audition.

Elle rangea agenda et crayon, sans cesser de sourire à Calypso. Elle réussira, c'était sûr et certain ! Elle avait le physique et le mental pour, donc il n'y avait pas de raisons.

- Tu fais quelque chose de particulier, aujourd'hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mignonne la petite   Dim 22 Juin 2014 - 20:14

Calypso aperçut son amie devenir rouge suite à sa demande. Elle-même était gênée d'avoir proposer ça. Elle s'en voulait presque d'y avoir seulement penser... Si un trou de souris avait été là, dans cette petite cafétéria de Forks (Mise à part les problèmes d'hygiène que cela aurait provoquer...), la jeune fille s'y serait réfugier à coup sûr !

Rien qu'à l'idée de lui avoir proposer cela, elle sentit le rouge lui monter aux joues. Et si elle refusait ? Et si elle ne voulait tout simplement pas ? Que lui était-il passer par la tête ! Elle se sentait gênée et n'osait même plus lever les yeux de la table sur laquelle elle venait de prendre appui pour cacher sa gêne. Et puis, qui lui disait qu'elle en serait capable ? Qui pouvait le lui garantir ? Une amie, qu'elle venait à peine de rencontrer ? Oui... Peut-être en serait-elle capable. Mais peut-être pas. Qui sait ? Et puis... Si la jeune femme avait prévue quelque chose le jour de l'audition ? Et si...

-Jalyn- « Bien sûr. Je serais ravie de pouvoir t'accompagner, surtout que je suis certaine que tu vas réussir ! On est né ou non pour faire ça, et je suis sûre que tu le feras très bien. »

Que... Elle acceptait ? Calypso leva son regard de la table puis fixa la jeune femme. Elle venait d'accepter ? Elle n'avait pas rêver ? Calypso lui fit un grand sourire, heureuse. Des étoiles naquirent dans ses yeux. Ils brillaient tant elle était contente que Jalyn ait accepter. Elle n'aurait sut dire pourquoi, mais c'était ainsi. Calypso vit Jalyn lui sourire puis lui faire un clin d’œil, ce qui eut le mérite de la faire sourire deux fois plus. La jeune Alisea aperçut son amie ranger quelque chose  qu'elle ne l'avait même pas vu sortir: son porte-feuille. Elle la vit sortir un agenda, y noter quelque chose puis le ranger après l'avoir vérifier.

-Jalyn- « Je pourrais te maquiller un peu avant, si tu veux, non ? Tu viendras chez moi ou je viendrais chez toi. Il faut trois heures de route, mais en partant dès le matin, on aura le temps de déjeuner là-bas, et tu pourras te détendre avant l'audition. »

Calypso réfléchit pendant quelques secondes avant d’acquiescer. Pourquoi pas ? Ça pourrait l'aider, non ? Et puis... Oui. Bref. Elle pourrait se sortir des problèmes, échapper à sa vie le temps d'un instant, fuir la réalité. Mais... Fuir, ce n'était pas une preuve de lâcheté ? Elle devra quand même vivre avec ses problèmes à un moment donné... Même si ce n'était pas tout le temps.

Enfin, tant qu'elle était ici, elle ne pensait plus vraiment à tout cela, même si elle redoutait le moment où elle se retrouverait seule, chez elle. Parce qu'il était loin, le temps où elle allait chez elle pour retrouver son grand-père, avec un bon chocolat chaud pour lui faire oublier ses problèmes, il était loin le temps où il lui disait "Ne t'inquiètes pas, ma chérie. Tant que je suis là, tu n'aura pas à t'en faire, je m'occupe de tout." Très loin d'elle, aujourd'hui... La jeune femme se perdit un instant dans ses pensées, ne remarquant plus rien du monde qui l'entourait. Elle revint sur terre au moment où son amie recommença à parler:

-Jalyn- « Tu fais quelque chose de particulier, aujourd'hui ? »

-« Ça me convient parfaitement, comme programme, sourit-elle. Et... Non, je n'ai rien de prévu, aujourd'hui. Pourquoi ? Tu as pensé à quelque chose en particulier ? »

Calypso fixa Jalyn, attendant sa réponse. Elle réfléchit un instant puis lui demanda :

- « Serais-tu d'accord de m'aider à répéter pour l'audition dès aujourd'hui ? Tu as raison, je dois oser, alors autant commencer le plus tôt possible. Si tu veux bien. »

[HJ: Désolée pour le temps de réponse... Mais... Entre les examens et tout ça... Enfin, voilà ^^ J'ai répondu :p ]
Revenir en haut Aller en bas
Jalyn Anew
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mignonne la petite   Sam 30 Aoû 2014 - 16:13

-« Ça me convient parfaitement, comme programme, sourit-elle. Et... Non, je n'ai rien de prévu, aujourd'hui. Pourquoi ? Tu as pensé à quelque chose en particulier ? »

Oh, ça oui, Jalyn avait déjà pensé à des dizaines de trucs, mais elle n'osait pas encore tout déballer à Calypso. Après tout, elle venait juste de la rencontrer, et ne voulait donc pas la faire fuir ! Juste apprendre à la connaître, passer plus de temps avec elle, discuter, jouer à des trucs idiots, déjeuner ensemble, aller se balader dans le coin, et d'autres machins du même style ! Ah, et elle voulait aussi lui dire à quel point elle était mignonne, qu'elle trouvait que ses bouclettes blondes et ses grands yeux lui donnaient un air innocent et charmeur, que sa timidité était adorable. Elle voulait lui dire qu'elle lui plaisait, qu'elle aimerait bien passer plus de temps avec elle, qu'elle voudrait être plus proche d'elle. Jalyn n'avait strictement aucun complexe à préférer les filles aux garçons. Elle en se souvenait plus exactement quand elle s'était rendue compte qu'elle n'était pas attirée par les hommes comme d'autres filles de son âge. C'était venu très naturellement.

Elle était déjà sorti avec un ou deux garçons, à Seattle. Mais cela ne l'avait jamais fait frissonner de plaisir ou d'extase. Elle était à l'aise pour rire, jouer, ou se chamailler fraternellement. Mais pour l'amour, elle se sentait bien plus attirée par le charme et la douceur d'une autre fille. On pouvait bien la qualifier de folle, d'anormale, de sale gouine, ou tout ce qu'on voulait, elle vivait cette préférence en toute liberté, et en plein bonheur. Après tout, de quoi se mêlaient les gens lorsqu'ils osaient lui reprocher de préférer les femmes ? La vie était trop courte pour que l'on se pose ce genre de barrières, et Jalyn ne voulait pas non plus se laisser dicter sa conduite ou le sens qu'elle voulait donner à sa vie.

- « Serais-tu d'accord de m'aider à répéter pour l'audition dès aujourd'hui ? Tu as raison, je dois oser, alors autant commencer le plus tôt possible. Si tu veux bien. »

Jalyn hocha la tête, tout en comptant sa monnaie pour la déposer sur l'addition qu'on venait de leur apporter. Bien sûr qu'elle pouvait l'aider ! Elle n'allait quand même pas la laisser tomber comme une merde, elle n'était pas comme ça, et de toute façon, sa petite bouille suffisait à inciter les gens à l'aider, à la conseiller, la soutenir, la couver. En bref, l'aider ! Elle tira un billet de cinq dollars récalcitrant et le posa sur la table, avec la feuille de leur note, puis rangea son porte-feuille. Hé hé, victoire ! Un pour elle, zéro pour le billet ! Na, il n'avait qu'à pas lui résister. Et tant pis si cette pensée était parfaitement ridicule, son ego s'en remettra très bien.

- Evidemment que je peux t'aider ! Je n'ai rien d'autre de prévu aujourd'hui, et ça nous amusera sûrement bien plus qu'à rester là à regarder la pluie tomber.

Elle se leva avec Calypso, jetant son sac sur son épaule. Allez, elles étaient parties ! En sortant de la cafétéria, elle dit à Calypso qu'elles pouvaient se rendre chez elles. la maison était très grande, sa mère ne risquait pas de venir les voir, et elle avait plein de vieux costumes au grenier. Autrefois, quand elle avait son âge, sa mère aimait se déguiser, et avait gardé tous ses vieux costumes. Elles prirent la voiture de Jalyn, sous une pluie de plus en plus forte. La future médecin pesta contre le temps en mettant ses phares, puis sortit prudemment du parking. Un con lui barra la route juste au moment où elle allait s'engager, et elle lui adressa un vigoureux bras d'honneur.

- Va chier, connard ! hurla-t-elle en remettant la première.

Elle adressa un petit sourire d'excuse à Calypso puis fila sur la route détrempée. Elle habitait à la lisière de Forks, pas loin de l'église et du cimetière. Elle se gara sous un porche qui leur servait de garage, puis alla déverrouiller la porte d'entrée. Son gros chat Doudou accourut aussitôt en miaulant, se frottant contre ses jambes, puis contres celles de calypso. Elle se pencha pour lui donner quelques caresses, souriante.

- Les autres ont raison, peut-être que je la nourris trop, cette bestiole, déclara-t-elle en prenant leurs vestes pour les accrocher au parterre. Il s'appelle Doudou, tu peux le caresser.

Elle guida sa nouvelle amie jusqu'au grenier, là où sa mère avait rangé toutes ses malles remplies de costumes. Il y avait plus d'une quarantaine, entassées dans la poussière, plus ou moins grandes, plus ou moins grosses. Doudou les avait suivi, traînant son énorme ventre dans les escaliers, et s'installa sur une des malles, s'y lovant comme s'il était sur son coussin. Avec l'aide de Calypso, elle ouvrit quelques malles, lui montrant les costumes.

- C'était à ma mère, tout ça, expliqua-t-elle en sortant une longue robe rouge de style renaissance. Tiens, essaye-la !

Elle l'encouragea d'un sourire. Elles pouvaient s'exercer et jouer aujourd'hui, Jalyn était sûre qu'elle sera parfaite à l'audition.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mignonne la petite   Mar 23 Sep 2014 - 23:38

Calypso aperçut Jalyn hocher la tête tout en comptant les pièces qu’elle avait dans la main pour finalement les poser sur l’addition -qu’un serveur était venu déposer quelques minutes plus tôt. Calypso ne  put s’empêcher de sourire à la vue de son amie, se battant contre un billet vert qui lutait visiblement assez bien, ne voulant pas sortir de son sommeil.

Apparemment, il voulait rester dormir plus longtemps, et non pas se retrouver sur une table froide pour finalement aller dans un autre portefeuille. Moins chaud et accueillant. Et rien qu’à penser à ça, Calypso eut envie de rire. Elle ignorait pourquoi elle était comme ça, pourquoi se sentait-elle bien en compagnie de Jalyn ? C’était des questions sans réponses. Mais la vie était faite comme ça, elle était remplie de bonheur et de malheur, de joies comme de peines. D’ami(e)s et d’ennemi(e)s. et... Elle cachait bien des surprises. Bien qu’elle pouvait être vraiment cruelle et déchirante.  

-Jalyn-« Évidemment que je peux t'aider ! Je n'ai rien d'autre de prévu aujourd'hui, et ça nous amusera sûrement bien plus qu'à rester là à regarder la pluie tomber. »

La jeune fille souriait à la réponse de Jalyn, contente. Après tout, il y avait pas mal de trucs à faire... Surtout sachant que dès qu’elle se retrouverait la veille du jour "J", elle ne pourrait s’empêcher de sentir sa gorge se nouée, ses mains devenir toute moites et tremblées sans pouvoir être contrôlée, dans un premier temps. Ensuite, sa gorge se nouera et elle ne pourra pas trouver ses mots, même si elle les sait. Après tout, c’était comme ça. Maintenant.

Avant, elle maîtrisait assez bien son stresse et rêvait de devenir Comédienne. Enfin, quelque chose s’y rapprochant le plus possible, au vu des difficultés qu’elle rencontrerait. Mais maintenant, avec tous ces évènements, tout avait changé. Elle en avait oublié son rêve, souhaitant devenir psy’ voire policière pour ôter cette incapacité à trouver les meurtriers qu’avait la police. Combler ce vide, même si elle se doutait qu’elle ne pourrait pas changer ce qu’elle lisait tous les jours dans les journaux, elle ne pourrait pas. Certains "gentils" étaient envoyés en prison, et les coupables, eux, relâcher. Soit par manque de preuve soit pour autre chose. Mais la justice n’était nullement infaillible...

Une fois que Jalyn eut fini de ranger ses affaires elles sortirent toutes les deux, prenant chacune leurs sacs puis se dirigèrent vers la porte. Et une fois qu'elles furent sorties, la pluie commença à peine à tomber. Son amie lui communiqua qu’elles pouvaient aller chez elle, que sa maison était  très grande, que la mère de Jalyn ne les dérangerait pas et qu’il y avait plein de vieux costumes dans son grenier. Calypso sourit, hésitant les premières secondes puis hocha simplement la tête.

Elles prirent la voiture de son amie alors que la pluie se faisait de plus en plus forte et persistante. Jalyn pesta contre la pluie tout en allumant les phares et Calypso attacha sa ceinture de sécurité tout en s’enfonçant un peu plus dans le siège sans réellement savoir pourquoi. Au bout d’à peine deux secondes, Jalyn déclara faisant ainsi sortir brutalement Calypso de son état second en sursaut :

-Jalyn-« Va chier,  connard ! »

La jeune femme posa son regard sur la future médecin, qui lui adressa un sourire d’excuses avant de s’engager sur la route, et resta sans voix avant de replonger dans ses pensées. Au bout d’un certain temps, laps de temps qui avait échappé à la jeune femme, elles arrivèrent enfin à destination. Calypso regardait à travers la fenêtre, pensive. Elle ne pouvait s’empêcher de sentir sa gorge se nouer quand elle entrait dans une voiture, parce que c’était dangereux. Mais... D'un autre côté, elle la prenait quand elle sortait de chez elle... Soit parce qu’elle ne voulait voir personne, soit parce qu’elle n’avait pas le choix et qu’elle ne voulait de toute manière voir personne, mais et maintenant ? Sans le savoir, tout cela allait probablement changer pas mal de choses. Les rendant toutes beaucoup plus compliquées. D’autant plus que Calypso avait encore beaucoup de mal à comprendre pourquoi elle était autant en confiance avec Jalyn. Bon, vous me direz probablement qu’elles viennent de se rencontrer, mais... Et alors ? Certains sentiments sont entièrement explicables, même au tout début d’une relation !

Mais sa gorge continuait malgré tout à se nouer dès qu’elle rentrait dans ces moyens de locomotions là, parce qu’elle avait mis un bon moment pour sortir de chez elle, qu’elle avait réussi à continuer à vivre grâce à son grand-père, et avait au fur et à mesure réussi à retourner dans une voiture, le même genre de machine qui lui avait autrefois volé ses parents.

Calypso était plongée dans ses pensées au moment où Jalyn se gara et mit quelques bonnes dizaines de secondes avant de réaliser qu’elles étaient arrivées. Elle sortit de la voiture et suivit Jalyn. Au moment où elles passèrent le porche de la modeste –gigantesque- maison, un gros chat vint à leur rencontre, allant dans un premier temps se frotter aux jambes de Jalyn puis aux siennes. Jalyn le caressa ensuite sous l’œil attendri que la jeune Alisea ne put s’empêcher de lancer à son amie. Elle trouvait cela mignon, en fait. Et on voyait bien qu’elle adorait son chat.

-Jalyn-« Les autres ont raison, peut-être que je la nourris trop, cette bestiole, déclara-t-elle en prenant leurs vestes pour les accrocher au parterre. Il s'appelle Doudou, tu peux le caresser. »

Calypso ne réagit pas, n’osant pas. Même si Jalyn lui avait dit qu’elle pouvait, quelque chose en elle le lui interdisait. Elle se contenta de suivre son amie qui l’amena jusqu’au grenier de la maison. Calypso ne put s’empêcher de regarder chaque mur et chaque porte. Elle trouvait la maison magnifique, spacieuse et... Elle était accueillante, selon elle. Elle suivit sa nouvelle amie jusqu’au grenier tout en entendant Doudou les suivre. Il était assez marrant d’arriver à entendre un chat, surtout quand on savait qu’ils étaient silencieux, en général.

Une fois qu’elles furent arrivées dans le gigantesque grenier, Calypso ne dit pas un mot, surprise par ce qu'elle voyait ! Il y avait tant de malles, de caisses et d'autres meubles que cela devenait surprenant qu'avec tout cela, il y avait encore beaucoup de place. Ce que l'on pouvait voir plus facilement ? Les malles ! Toutes aussi remplies les uns des autres. Et... Les araignées qui faisaient tranquillement leurs toiles sur les meubles, dans les tiroirs et sur les lucarnes du grenier... Et tout ça ne faisait que donner un... Charme spécial à ce grenier et à cette maison si grande et belle, d'après ce qu'elle avait pu en voir depuis sa venue. Elles ouvrirent quelques malles remplies de poussières ensemble et la jeune femme ne pût que remarquer qu’elles étaient toutes pleines de costumes. Passant de costumes d’époque à des costumes plus traditionnels.

-Jalyn-« C'était à ma mère, tout ça, expliqua-t-elle en sortant une longue robe rouge de style renaissance. Tiens, essaye-la ! »

Calypso fit de gros yeux. Quoi ? Mais... mais... Elle n’allait pas... ! Ce n’était pas à elle et... Calypso aperçut le sourire d’encouragement que lui lança Jalyn et poussa un soupire. Elle fixa le magnifique costume et hésita longuement avant de finalement prendre le costume et d’aller l’enfiler à l’abri des regards, se cachant derrière un meuble pour pouvoir enfiler rapidement la belle robe rouge, bien qu’elle eut difficile à l’enfilé elle finit par sortir de sa cachette puis par revenir vers Jalyn et prendre les côtés de la robe pour faire un genre de révérence.

-« Voilà, dit-elle en faisant un tour sur elle-même. T’en penses quoi ? »

Elle posa son regard sur son amie puis sur la robe, fixant son regard et les éventuelles mimiques que Jalyn ferait, avant de réaliser que c’était elle qui lui avait passé la robe, donc elle ne la trouvera pas trop... Pas de trop. En plus, ce n’était qu’un costume ! Et elle n’allait pas à un concours de mode, mais à une audition pour un rôle alors qu’elle ne savait pas réellement comment s’y prendre, concrètement. Jalyn avait raison, elle passait son temps à mentir, à tromper les autres en masquant sa tristesse et en restant forte. Mais elle refusait de faire autrement, alors oui, elle mentait et trichait, mais elle avait ses raisons. Et Jalyn avait raison; le métier d'actrice lui irait surement très bien.

-« Tu aurais des conseils à me donner ? demanda-t-elle pour briser le silence qui venait de s’installer depuis quelques secondes. Pour l’audition... ? »

Elle baissa les yeux, gênée comme si elle venait de dire la plus grosse des bêtises du monde alors qu’elle était là pour préparer cette audition, à la base. Alors... Ce n’était pas aussi stupide que ça, de poser la question finalement.

-« Ou... Une méthode contre le stresse ? Des idées ou d’autre chose ? »

Enfin... Peut-être que si, en fait... Elle se mordit la lèvre et attendit la réponse de son amie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mignonne la petite   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mignonne la petite
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rose,ma petite cochonne d'amour...p.4
» Petite fille dans les champs
» Unico la petite licorne d'Osamu Tezuka...
» Mes vendanges, c'est ma petite scène d'automne !
» [Blybe Basaak] Mélissandre petite Hippie (MAJ premier post)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps d'Amérique-
Sauter vers: