Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Augmente ton pouvoir, mon fils

Aller en bas 
AuteurMessage
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1361
DC : Nop

MessageSujet: Augmente ton pouvoir, mon fils   Mar 29 Avr 2014 - 11:47

Il n'y a pas à dire, l'Italie est bien le seul endroit au monde où Caïus pouvait espérer se détendre un minimum. Il y était né, y avait grandit, s'y était marié, y avait rencontré toute sa famille, y était devenu un vampire, et y avait vu prospérer le clan. L'Italie était son pays, le plus beau au monde à ses yeux. Et surtout, le seul pays où aucun vampire n'était suffisamment débile pour venir les narguer ! Ils étaient chez eux, sur leurs terres, et même au cas où un crétin viendrait faire l'idiot ici, ils réagissaient si vite que leur victime n'avait même pas le temps de s'enfuir. C'était toujours amusant, qu'un petit vampire idiot vienne les défier sur leur propre terrain, en se croyant plus malin que les autres. Aro le laissait toujours jouer avec eux, c'était un petit plaisir personnel.

Hélas, la guerre venait quelque peu gâcher ses perspectives de douces tortures et de massacre. Il fallait penser au boulot d'abord, à la guerre, à la stratégie, aux plans, etc ! Caïus se fichait bien de la stratégie, il laissait cela à Aro. A son frère de concevoir des plans, à lui de les appliquer. Il suffisait de lui désigner un ennemi pour qu'il le mette en pièces. Et puis, même s'ils faisaient semblant de prendre les décisions à trois pour calmer la galerie, Aro restait le seul maître à bord, surtout lorsque cela touchait à des affaires aussi graves. Et tant mieux, Caïus n'avait pas envie de se prendre la tête avec la stratégie, la politique, les affaires commerciales ou d'autres idioties du même genre. Il étai tellement plus drôle de rester chez lui à s'entraîner, imaginer de nouveaux plans de torture, crier sur les larbins de gardes, ou imaginer quoi faire à Alec s'il se rebellait encore.

Descendant les escaliers, il appela sèchement Corin qui accourut aussitôt. Bien, brave bête. Il détestait cette femme naïve et stupide qui n'avait d'autre occupation que de distraire et veiller sur leurs épouses. Une petit gourde sans cervelle et si dévouée qu'elle mourrait plutôt que de les trahir. C'était bien pour cela que Aro l'avait choisi, mais Caïus la trouvait niaise à vomir.

- Ce que j'ai ordonné est-il prêt ?

Sous-entendu, il y a intérêt que ça le soit ou des têtes allaient voler dans très peu de temps. Heureusement pour l'idiote de service, tout était fait. La nuit allait tomber, le moment était venu. Caïus la renvoya d'un geste négligent de la main et rentra dans ses appartements.

- Orlin ! beugla-t-il. Viens ici tout tout de suite !

Il n'avait pas pris la peine de l'informer au préalable qu'il partait avec lui, et quelle importance de toute façon ? Ce gosse devait obéir aux ordres, un point c'est tout, en particulier si les ordres en question venaient de son père. Dès que son fils arriva, il lui attrapa sèchement le poignet et le traîna avec lui, sans un mot de plus. Allez, inutile de perdre plus de temps ! Caïus écartait vertement tous ceux qui se trouvaient sur son chemin, comme de vulgaires mouches, la main crispée sur le poignet de son fils. Il marchait vite et sortit bientôt du château, sur la place maintenant déserte, sous la lueurs des étoiles.

- Marche plus vite que ça, grogna-t-il à la manière d'un ours.

Ils entrèrent dans le Palazzo dei Priori, poussant les lourdes portes puis les refermant. Le palais était aussi silencieux qu'un caveau, et tout aussi glacial. Caïus grimpa l'escalier puis fila dans les longs couloirs, en tenant toujours Orlin. Il s'arrêta dans une longue salle vide, à l'exception de plusieurs corps évanouis, au fond, entassés les uns sur les autres. Tous vivants. Caïus relâcha Orlin et alla chercher un humain qu'il jeta sur le plancher et qu'il attacha au mur à l'aide d'une longue chaîne. Touts les volets étaient solidement fermés, et la pièce était éclairée par quelques bougies.

- Pour le moment, ton don ne te sert qu'à calmer les esprits, marmonna-t-il en vérifiant la solidité de la chaîne. Et encore, ça ne marche pas sur tout le monde. Cette nuit, en plus d'apaiser cet humain, utilise ton don pour le forcer à t'obéir. Des gestes simples, pour commencer.

Il se pencha et réveilla le jeune homme avec bon coup de pied, puis le désigna à son fils.

- Allez !


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Augmente ton pouvoir, mon fils   Mar 29 Avr 2014 - 22:34

En général, ça ne sentait pas spécialement bon quand Caïus demandait à Orlin de le suivre. Soit c'était parce qu'il avait fait une grosse connerie et il allait en prendre pour son grade, soit c'était pour un autre entraînement Caïussien, ce qui revenait donc au même. Ce qu'il craignait le plus c'était qu'Aro est extrêmement mal prit son "rapprochement" avec Alec et qu'il en ait touché deux mots à Caïus... Il se fit brutalement entraîner en dehors du château, en pleine nuit. Une chance qu'il n'y ait aucun humain sur le passage car il se serait sûrement fait déchiqueter sur place.

Ils arrivèrent au Palazzo dei Priori, somptueux palais de la ville de Volterra. Ils déambulèrent dans les longs couloirs, sombres, calmes, glaciales. Seule une odeur d'humains affaiblis planait dans l'air. Cette odeur si délicieuse qui donnait soif en un centième de seconde. Cette sensation, Orlin s'y était habitué, comme à beaucoup de choses depuis qu'il était arrivé au château d'ailleurs, mais ça restait très dérangeant.

Ils entèrent ensuite dans une salle, tout aussi sombre que le reste, dans laquelle se trouvait des humains, morts, non plutôt évanouis.

Caïus
Pour le moment, ton don ne te sert qu'à calmer les esprits, marmonna-t-il en vérifiant la solidité de la chaîne. Et encore, ça ne marche pas sur tout le monde. Cette nuit, en plus d'apaiser cet humain, utilise ton don pour le forcer à t'obéir. Des gestes simples, pour commencer.

Son père en attrapa un, lui colla deux trois torgnoles pour le réveiller et l'attacha avec des chaînes. Puis il le désigna du regard, signe que c'était le moment. Orlin ne se fit pas prier. Il appréciait ce genre d'exercice. Et c'était pas d’entraînement qu'il manquait. Contrairement à l’entraînement physique qui lui faisait plutôt horreur, il adorait utiliser son don à la moindre occasion. Lors des repas par exemple, les autres ont pour habitude de tuer leur victime avant de les dévorer pour éviter qu'elles ne fassent trop de bruit en criant. Orlin, lui, utilisait tout d'abord son don pour les calmer avant des les dévorer vivante, et elles ne bronchaient pas d'un pouce. Le goût en était que meilleur.

Orlin se se tint devant sa victime et prit quelques secondes pour se concentrer. Enfin un domaine où il pouvait montrer ce qu'il savait faire sans qu'on le traite de larve ; il ne voulait donc pas se rater. Il mit ses deux mains sur les tempes de sa cible et se concentra, rechercha les sensations si familières qui activaient son pouvoir. Il le sentait couler littéralement en lui, comme du sang. Il le ressentait comme un fluide s'écoulant dans un réseau de canaux, comme le sang. Il partait de son cœur et se rependait jusque dans la plus insignifiante extrémité de son corps. Puis quand il touchait quelqu'un, le réseau s'étendait de lui même, plus ou moins facilement selon la cible et l'entrainement, passait à l'autre corps et le bliss, comme il l'appelait cet essence, se déversait dans sa victime et entrait en action. C'est exactement ce qu'il ce produisit. Les battements de cœur effrénés ralentirent pour redevenir normaux, la respiration agitée et rauque s'adoucit.

Quand Orlin jugea que l'humain était assez prêt il le lâcha et se recula de quelques pas. Il lui laissa quelques secondes de répit pour voir les premières réactions. Il avait l'air bêta, comme drogué, un peu comme Marcus en fait. L'humain regardait dans le vide. Orlin claqua des doigts devant son nez pour capter son attention ce qui eut pour effet de lui faire tourner la tête pour fixer le jeune vampire.

- On va commencer par quelque chose de simple...Donne la patte !

L'humain ne broncha pas sur cet ordre rabaissant, il s’exécuta sans rien dire. Caïus fit signe de continuer, l'air impatient, ce qui mit Orlin en confiance pour la suite.

- Maintenant lève toi et ramène une prochaine victime.

Toujours de manière aussi robotique, l'humain, lentement, amena une autre victime à la place où il se tenait encore. Il se traînait, il était endormi, mou, pas de quoi en tirer grand-chose pour le moment.

- Ils sont aussi mous que des grands-pères de 95 ans, toujours à moitié endormis. En fait, ils sont comme drogués mais ça s'améliore. Au départ, les rares fois où j’arrivais à utiliser le bliss, ils étaient incapables de bouger, aussi inerte que des cadavres...De plus, ils sont quasiment insensibles à la douleur. Cassez-lui un os, vous verrez, il fera une petite grimace à cause de la gêne mais il ne hurlera pas.

-Cependant, l'effet est temporaire et ne dure qu'une ou deux minutes. Après ils redeviennent "normaux" et là bonjour le concert.

Il eut ensuite une petite hésitation, une idée qui le titillait depuis longtemps en fait. Il se dit finalement qu'il était dans son bon droit vu que les humains étaient inférieurs aux vampires. Il prit le porte-monnaie de la victime puis sa carte-bleu.

- Nouvelle expérience, donne moi ton code de carte bleu.

L'humain paru hésiter un peu, signe que les effets du don commençaient déjà à s'estomper. Finalement il s’exécuta au bout d'une dizaine de secondes. Orlin prit soin d'écrire cette information sur une feuille volante qu'il traînait avec lui et glissa le tout dans la poche arrière de son jean.

- Pour l'argent de poche, je peux me débrouiller tout seul maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1361
DC : Nop

MessageSujet: Re: Augmente ton pouvoir, mon fils   Jeu 8 Mai 2014 - 12:56

Caïus avait croisé les bras et reculé d'un pas, observant son gamin se placer devant sa victime et poser ses mains sur ses tempes. Il espérait qu'il montre un peu plus de bonne volonté et de capacités que lors des entraînements physiques... Sur ce terrain-là, ce n'était vraiment pas fameux, voire complètement nul ! Il se faisait sans cesse écraser et ne parvenait qu'à éviter les coups les plus simples. Athenodora, toujours positive, soulignait qu'au moins il parvenait à esquiver, et qu'au pire des cas, il pourra fuir. Cette dernière précision avait mis Caïus dans une rage folle. Un Volturi ne fuyait pas ! Aucun membre de leur clan n'était aussi lâche, aucun membre ne portera un tel déshonneur à leur nom, et ce sera pas son fils qui commencera ! Jamais ! Quelle honte aurait-il si cela se produisait, surtout en plein combat ? Orlin n'en réchapperait pas. Pas tant que Caïus sera vivant pour laver l'honneur de leur nom.

Mais ne plus songer à cela pour le moment... Athenodora ne savait pas ce qu'elle disait. Elle perdait tout sens critique et tout bon sens dès qu'il s'agissait de son fi-fils chéri. Du genre oh pauvre chou si fragile à protéger ! Ridicule. On ne peut plus ridicule. En tout, il avait intérêt à accélérer le mouvement, cette nuit, car le frère d'Aro avait horreur de perdre son temps. Il lui fallait des résultats rapides, et à la hauteur de ses attentes. On ne faisait pas prospérer un clan en se basant sur de l'air, il fallait du concret !

Il fit un signe impatient à son fils après qu'il ait enfin fait bouger son humain. Ce n'était pas terrible... Aro lui répéterait qu'après deux ans de vie, c'était on ne peut plus normal, mais son frère n'était pas prêt à écouter ce genre d'arguments rationnels. Il n'avait jamais été quelqu'un de très patient, et plus les années passaient, plus cette patience s'amenuisait, comme de la neige au soleil. La vie n'apportait plus aucune surprise, et Caïus refusait de devenir aussi blasé que Marcus ! Il avait besoin d'autre chose, d'où son plaisir à toujours trouver de nouvelles victimes, son plaisir à partir en guerre exterminer des enfants immortels, des nouveaux-nés, des clans qui tordaient la Loi.

Orlin - Maintenant lève toi et ramène une prochaine victime.

Il y avait une petite amélioration, mais cela restait faible. Les victimes de son fils étaient toujours aussi lentes et molles. Cela ne pourrait servir de rien pour le moment ! Et Caïus s'impatientait. S'ils avaient fait mordre et transformer ce gosse, c'était à cause de son don. C'était pour les services qu'il sera capable de le rendre ! Las, un don prenait beaucoup de temps avant d'être parfaitement maîtrisé, et ne parlons même pas de l'amplifier, qui demandait encore des centaines d'années, à moins que survienne un événement particulièrement traumatisant ou choquant.

Orlin - Ils sont aussi mous que des grands-pères de 95 ans, toujours à moitié endormis. En fait, ils sont comme drogués mais ça s'améliore. Au départ, les rares fois où j’arrivais à utiliser le bliss, ils étaient incapables de bouger, aussi inerte que des cadavres...De plus, ils sont quasiment insensibles à la douleur. Cassez-lui un os, vous verrez, il fera une petite grimace à cause de la gêne mais il ne hurlera pas. Cependant, l'effet est temporaire et ne dure qu'une ou deux minutes. Après ils redeviennent "normaux" et là bonjour le concert.

Caïus ne répondit pas. Il réfléchissait. Aro avait entrevu de nombreuses possibilités et de nombreuses missions que Orlin pourrait rendre s'il se débrouillait bien. C'était un don on ne peut plus utile pour aider à gérer des affaires délicates, étouffer des scandales, amener un humain à servir leur cause sans qu'il s'en rende compte, ou pousser un vampire à parler sans se faire prier, ce qui faisait gagner du temps, même si le torturer était nettement plus drôle. Tout cela, son frère le voyait pour un horizon futur, pensant toujours à l'avenir et au moyen de préserver leur monde.

Mais le plus jeune des trois frères, lui, ne voyait que le présent. Le présent et la guerre qui faisait rage. D'où son impatience croissante que son fils arrive à de meilleurs résultats rapidement ! Oui, il n'avait que deux ans, hélas. out le problème était là. la guerre battait son plein, et Orlin avait été malheureusement transformé il y a trop peu de temps pour qu'il puisse être véritablement utile à quelque chose. Il y avait cette mission, bien sûr, qui pourrait lui être confiée, mais était-il prêt ? Vraiment prêt ? Ils n'avaient pas le droit à l'erreur, après tout !

Orlin - Pour l'argent de poche, je peux me débrouiller tout seul maintenant.

Caïus le regarda un très long moment sans rien dire, hésitant. Il se débrouillait avec les humains, quoi qu'avec un peu de temps et d'effort. mais cela pourrait aller tout de même. Humph. En tout cas, s'il l'envoyait là-bas, il vaudrait mieux pour lui que ça fonctionne, et rapidement ! Il n'avait pas intérêt à tout faire foirer ou son père l'achèvera de ses propres mains. Mais son don était tout indiqué pour ce genre de mission.

- Prend un autre humain, dit-il finalement. Et fais-lui avouer tout de sa vie privé, le plus rapidement possible. Je veux vérifier si tu peux te débrouiller sur ça. Si c'est le cas, j'aurais une mission à te confier.

Son gamin obtempéra, avec une autre victime. Caïus l'observa très attentivement, regrettant que l'humain ait l'air si mou, ce qui attira forcément l'attention. Il finit par tout déballer, dans le silence glacial de la pièce. Cela dura deux ou trois minutes, le temps que son fils réactive son don, à la fin de la première minute. Cela sera-t-il suffisant ? mais ils n'avaient pas le choix. Caïus grogna brutalement.

- Bon, j'imagine que ça suffira...

Il repoussa l'autre victime d'un coup de pied et marcha dans la longue salle, ruminant. RIEN ne devait échouer, dans cette affaire ! La victoire en dépendait ! Il resta silencieux quelques minutes puis grogna à nouveau, s'arrêtant.

- Tu vas partir à Forks. D'abord, pour vérifier si les Cullen tiennent leurs engagements, mais ça, c'est un souci mineur. Vas-y vite fait, il y a plus important.

Il se tourna à nouveau vers son fils et le dévisagea un très long moment. Il était temps de donner un petit coup d'accélérateur à ce bordel monstrueux. Il était temps de remporter cette guerre qui n'avait que trop duré ! Temps de s'y mettre, temps de gagner.

- Tu vas t'installer à Forks un moment. Carlisle et une autre humaine travaillent sur un projet qui pourraient faire remporter notre camps. Tu devras vérifier si aucun humain ne soupçonne Elena Gilbert, ni personne d'autre. Espionner, calmer les esprits si besoin, et transmettre toutes les informations qu'il faudra. Des questions ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Augmente ton pouvoir, mon fils   Jeu 8 Mai 2014 - 21:55

Caïus
Tu vas t'installer à Forks un moment. Carlisle et une autre humaine travaillent sur un projet qui pourraient faire remporter notre camps. Tu devras vérifier si aucun humain ne soupçonne Elena Gilbert, ni personne d'autre. Espionner, calmer les esprits si besoin, et transmettre toutes les informations qu'il faudra. Des questions ?

Rentrer à la maison. Cette idée lui faisait tout bizarre. Orlin n'avait pas revu sa vraie famille depuis deux ans. Ce qui l'inquiétait c'est qu'il ne savait pas trop comment il allait réagir en voyant son père. Est-ce que ce que lui avait dit CE était vrai ? Son père était-il vraiment abattu à cause de sa disparition. Si c'était le cas, c'était qu'il avait enfin fini par se rendre compte qu'Orlin existait...trop tard.

En gros il devait superviser les travaux. S'assurer que personne ne vienne déranger les docteurs et éliminer les gêneurs tout en empêchant les fuites. Bon, ça devrait être faisable. Il aimait bien les Cullen, surtout Alice. Il espérait juste ne pas devoir leur faire de mal. Le reste de l’entraînement se passa sans trop de problèmes et Orlin rentra se préparer pour sa mission. Il partait le lendemain matin. Mais avant, il voulait parler à Alec et lui dire au revoir pour un temps. C'était ça le vrai point noir. Il c'était fait petit à petit à sa compagnie, sa tête d'ange, son apparence, son odeur, son caractère qu'il avait trouvé obscur et qu'il apprenait à apprécier, ses petits mots doux, ses petites attentions, sa présence tout simplement. Tout cela allait lui manquer et la séparation allait être dure et douloureuse.

Ils rentrèrent au château au milieu de la nuit. Avant même de préparer ses affaires, Orlin alla trouver Alec pour lui parler de ce qu'il venait d'apprendre.

J'ai besoin de te parler...dit-il sur un ton un peu triste

Il attendit qu'il arrive pour qu'ils ne soient que tous les deux.

On m'a confié une nouvelle mission. Je rentre chez moi demain matin. Enfin je pars à Forks. Je dois surveiller les travaux de Carlisle et Elena et faire en sorte qu'ils aient le champ libre pour finir la guerre, donc je vais m'y installer quelques temps. Ça veut dire qu'on se reverra plus pendant quelques mois. Je voulais donc te faire un au revoir digne de ce nom.

Il sortit de sa poche une petite boite, emballée dans un papier cadeau, qui contenait une chaîne en argent qu'il c'était procuré avant de rentré.

Tiens c'est pour toi...mon chéri.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Augmente ton pouvoir, mon fils   

Revenir en haut Aller en bas
 
Augmente ton pouvoir, mon fils
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les réels pouvoir de Chad??
» Cache fils
» elle deteste son fils
» Les fils de... à la WWe.
» Pouvoir d'achat à kinshasa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps d'Italie-
Sauter vers: