Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un choix à faire

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Un choix à faire   Sam 9 Aoû 2014 - 19:59

Carlisle avait été incapable de rentrer seul. C'était Marcus qui l'avait soutenu, qui l'avait porté jusqu'à la villa blanche, puis jusqu'à sa chambre. La suite avait été... Délicate. Très délicate. Difficile, même. Il avait appelé toute sa famille, les avait réuni dans le salon, toujours en s'appuyant sur le bras de Marcus. Ils étaient venus, difficilement, lentement, mais ils étaient venus. Il n'avait pu parler, au début, se contentant de s'asseoir avec eux, en ayant l'impression d'étouffer. Il était encore sous le choc et cela se voyait très clairement. Sous le choc de ce qui s'était passé, de ce qu'il avait fait, de ce qu'il avait vu surtout. C'était inimaginable, impensable, improbable ! Et pourtant vrai. Ils avaient trouvé un remède au vampirisme. Un remède contre leur malédiction. Il prit une profonde inspiration avant de se lancer, tremblant encore, sous l'ombre de Marcus qui ne leur prêtait plus aucune attention, marchant plus loin en fredonnant une très vieille chanson.

Il leur avait d'abord parlé du déroulé de ses recherches, de la façon dont il avait procédé avec Aro. La façon dont ils avaient "testés" leurs différents essais. Puis le liquide mauve, cette presque-pâte sans odeur... Il avait décrit la façon dont Alec s'était raidi, avant d'hurler à la mort, comme si on lui infligeait la plus incroyable des tortures. La façon dont il avait hurlé en se débattant, avant d'être pris par une soif incontrôlable. Puis ce qui s'était passé ensuite. Il leur avait raconté ce qu'ils avaient trouvé. Le remède. Le vaccin contre la maladie.

Le vaccin contre le vampirisme.

Il décrivait ce qu'il avait vu ensuite pour les tests, mais le visage de Rosalie s'était déjà illuminé d'une joie sans borne, d'un espoir terrible et merveilleux. Elle ne semblait pas se préoccuper de la douleur insupportable, ni, comme il le fallait, de la nécessité de vider entièrement un humain de son sang. Point que lui insista lourdement, avant de les laisser aller se reposer. Discuter de tout cela entre eux tranquillement.

Il était l'heure de faire un choix...

A présent, allongé dans sa chambre près d'Esmée, il regardait le plafond. Il avait encore les hurlements d'Alec dans les oreilles... Il revoyait encore son visage tordu par la souffrance. Et boire du sang ? Le pouvait-il... Il se tourna avec difficulté vers Esmée et la pris danses bras, la rapprochant de lui. Il savait ce qu'elle voulait. Il savait qu'elle était son désir le plus cher. mais le prix à payer était si fort ! Il frissonna, puis prit la parole d'une voix rauque.

- Que veux-tu ? Murmura-t-il. Que désires-tu ? Je...

Il ignorait comment lui exposer ses doutes et ses craintes. Comment lui dire qu'il avait peur. Comment lui expliquer qu'il ignorait s'il pouvait boire du sang, alors même qu'il était conscient que le plus grand désir d'Esmée était d'être humaine, d'avoir des enfants.

- J'ai peur, finit-il par avouer. Peur de tout ce que va engendrer. Mais je sais que tu veux... Tu as besoin... Esmée, dis-moi, que veux-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un choix à faire   Jeu 21 Aoû 2014 - 1:18

Esmée était allongée sur leur lit, à côté de Carlisle. Et elle ne pouvait s'empêcher de réfléchir à ce qu'il leur avait dit. À la tête qu'il avait faite en le leur annonçant qu'ils avaient trouvé non seulement le remède à la maladie, mais en plus... Ils avaient trouvé un remède, une solution au vampirisme ! Esmée n'en crut, dans un premier temps, pas ses oreilles. Ensuite, elle réalisa ce que cela signifiait : redevenir humaine ; avoir la possibilité d'avoir des enfants ! Une nouvelle force émanait de son cœur. Avoir cette chance, cette possibilité la fit sourire. Seulement son sourire s'estompa un peu quand elle entendit la suite. Il fallait vider un humain entièrement de son sang ? Il faudrait donc le tuer pour redevenir humain ? Esmée n'arrêtait pas d'y penser. Redevenir humaine. Pouvoir avoir des enfants avec Carlisle. Il fallait avouer que tout cela était tentant.... Mais le fait qu'il fallait... Qu'ils... Devoir tuer un être humain pour ça... Tout ça revenait à tuer une personne, un être vivant, un être que quelqu'un aimait et chérissait. Qui avait une famille, des amis. Une vie.

Seulement cela faisait aussi très longtemps qu'elle avait arrêté de croire en la... Possibilité de redevenir humaine, d'avoir la chance d'avoir un enfant, de l'élever, lui apprendre à marcher, à parler. Être là pour ses premiers pleurs et ses premiers rires. Ses premiers mots. Tout cela relevait de l'impossible, pour elle. Jusqu'à aujourd'hui. Jour où Carlisle venait de leur annoncer la nouvelle. Esmée ne demandait que ça: redevenir humaine, pouvoir manger à nouveau comme avant, cuisiner et aimer le goût. Pouvoir pleurer et sentir les larmes sur ses joues... Se libérer du poids de la tristesse quand cela était le cas. Tout pouvoir faire comme les humains, pouvoir à nouveau sortir en plein soleil sous le regard des autres sans risquer leur vie et sa propre vie. Vivre, dormir. Sentir son cœur battre réellement, ne plus être froide. Toutes ses petites choses qui paraissaient anodines, mais qui avaient tellement d'importance quand on ne pouvait plus les obtenir.

Tout cela demandait de redevenir humain. Mais cela signifiait devenir une meurtrière, tué quelqu'un par pur égoïsme... Et elle refusait d'obliger Carlisle à faire ça. Elle ne pouvait pas...Ne pouvait et ne voulait pas. Esmée ferma les yeux, pensive alors qu'ils étaient tous les deux dans leur chambre. Parce qu'elle savait que c'était égoïste de vouloir faire ça, égoïste de devoir faire ça. Elle voulait redevenir humaine par-dessus tout. Mais elle était prête à rester vampire si Carlisle ne pouvait pas faire ça. Elle y était prête pour lui, parce qu'il avait fait énormément de choses pour eux tous et qu'elle l'aimait plus que tout. Alors elle devait rester attentive à ce qu'il souhaitait, et ce même si elle devait faire une croix sur ses rêves. Même si ça la déchirait par la suite. Elle le devait. Pour lui.

Elle sentit son époux la prendre difficilement dans ses bras et la serrer contre lui, ce qui eut l'effet de la faire sourire avant qu'elle ne renforce son étreinte. Il frissonna puis prit la parole brisant le silence qui s'était installé. Un silence presque cruel.

Carlisle—« Que veux-tu ? Murmura-t-il. Que désires-tu ? Je... »

Esmée ne savait pas comment réagir. Tout cela paraissait si... incroyable, invraisemblable qu'elle n'aurait sût que répondre. Elle voulait tomber enceinte, mettre au monde des petits bouts innocents. Avoir des enfants, c'était son vœu le plus cher. Avoir des enfants de Carlisle, les élevés avec lui. Leurs enfants. Elle était prête à redevenir humaine pour ça. Elle le voulait plus que tout au monde. Seulement... Elle restait comme bloquée. Toute cette histoire et ce qu'il fallait faire pour ça...

Carlisle—« J'ai peur, finit-il par avouer. Peur de tout ce que va engendrer. Mais je sais que tu veux... Tu as besoin... Esmée, dis-moi, que veux-tu ? »

Au moment où Carlisle eut fini sa phrase, Esmée le serra encore plus dans ses bras. Elle avait entendu qu'il avait peur et... Dans un sens, elle aussi. Même si elle n'aurait su expliquer pourquoi. Tout cela la dépassait. Mais elle comprenait son époux. Il avait peur des conséquences, peur de la suite ? Mais qui n'en avait pas peur ? Chacun d'eux avait dû au moins tuer un humain, seul Carlisle avait été assez fort pour tous les transformer, les aimer et les aider. Ils étaient tous morts. Enfin, presque. Et Carlisle les avait tous sauvés, tous. Esmée pouvait comprendre qu'il ait peur, comme n'importe qui. Et Carlisle aussi avait le droit d'avoir peur. Esmée ne savait pas comment tout cela allait se dérouler, elle ignorait le choix à prendre et la suite des événements. Elle se détacha de lui pour le regarder droit dans les yeux, pour lui faire comprendre ce qu'elle pensait de lui. Elle avait confiance en lui.

-« Tu es quelqu'un de fort, Carlisle. Et je sais que tu as peur, mais je sais également que tu en es capable. Tu es assez fort pour ça. Tu as été assez fort pour te maîtriser, assez aussi pour nous apprendre à le faire. Alors je ne doute en aucun cas sur le fait que tu le seras pour redevenir humain. »

Elle s'arrêta un bref instant, puis continua finalement :

-«  Si tu le souhaites. »

Esmée se tut à nouveau pour réfléchir, cette fois, puis reprit le plus naturellement du monde en essayant d'être plus explicite possible :

-« Redevenir humaine, dit-elle finalement alors que ses yeux s'illuminaient. Pouvoir avoir des enfants. Voir des petites bouilles courir partout dans la maison, leur apprendre à parler, à marcher. Pouvoir aller dehors, un jour d'été. Sur la plage ou dans un lieu public sans craindre de se faire prendre. Dormir, pleurer de bonheur ou de tristesse. C'est ça que je veux... Même si l'idée de »

Durant le laps de temps où elle avait pris la parole, ses yeux s'étaient illuminés et elle avait eu la gorge nouée. À vrai dire, tout cela reposait sur un besoin, un souhait et un rêve qu'elle avait abandonné en devenant vampire. Elle ne regrettait en rien de l'être devenue. Seulement... Le fait de ne plus avoir la possibilité de donner la vie était un véritable déchirement, un vide avec lequel elle vivait. Elle le comblait, avait la chance d'avoir chacun de ses enfants et était heureuse ainsi. Et ce, même si elle avait eu l'occasion de devenir mère. Pas par le sang, mais autrement. Et jamais elle ne pourrait le regretter, c'est sa famille et elle était heureuse de les avoir.

-« Seulement... Carlisle, je ne peux pas t'obliger. C'est... »

Inhumain de devoir faire ça ? Quelle ironie de penser ça...

-« Je ne veux pas t'obliger à faire ça. »

Même si l'envie d'avoir un enfant était grande, le fait de tuer quelqu'un la révulsait. Et rien qu'à l'idée, de devoir imposer ça à son époux la faisait hésiter. Seulement elle ne parvenait pas à arrêter de s'imaginer des enfants courir, rire et jouer dans les couloirs de la villa. Et... Elle ne pouvait s'empêcher de penser au fait que vivre aussi longtemps sans avoir cette chance revenait à essayer de défier l'impossible. Mais elle refusait catégoriquement d'infliger ça à son époux si lui ne le voulait pas. Elle baissa les yeux. Ce choix et ses possibilités restaient difficiles. Bien qu'elle soit certaine de ce qu'elle veut.

-« Mais toi... Que veux-tu ? dit-elle en posant ses yeux sur lui. Sache que je te suivrai, peu importe ce que tu décideras. »

Esmée posa ses mains sur celle de Carlisle, attendant son avis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un choix à faire   Ven 22 Aoû 2014 - 20:27

Tous ses enfants avaient dû partir discuter entre eux, eux aussi. Il les entendait vaguement, ses sens étouffés à cause de la maladie, ses muscles contractés, le corps lourd, épuisé. Il ignorait quelle décision ils allaient tous prendre. Enfin, si, Rosalie et Emmett allaient redevenir humains, tout comme Ashley, c'était certain. Alice et Jasper, peut-être, il ne saurait le dire. Bella et Edward... Peut-être. Ne serait-ce que pour Nessie. Et Esmée et lui ? Il respirait doucement, tremblant encore, essayant d'imaginer les conséquences de ce que ça allait engendrer. C'était peut-être égoïste et tout ce qu'on voulait, mais il avait si peur de tous les perdre. Peur de voir s'éloigner chacun d'entre eux, les voir partir, ne plus pouvoir les voir, leur parler, les serrer dans ses bras. Même s'il leur criait dessus parfois, il les aimait tous profondément.

Qu'allait-il se passer, si tous redevenaient humains, ou restaient vampires ? Comment leurs relations allaient-elles évoluer ? Il aurait voulu le savoir dès maintenant, avant toute décision. Et si ses enfants l'oubliaient ensuite ? C'était une de ses craintes les plus féroces, voir s'éloigner la famille qu'il avait eu. Il avait passé des années à chercher des personnes comme lui, avant de finalement se décider à créer d'autres vampires. Des années à les guider, les aimer. Il avait peur de les perdre, ne plus les voir, être seul à nouveau. Seule Esmée resterait, et leurs enfants... Leur famille risquait de ne plus être.

Esmée - Tu es quelqu'un de fort, Carlisle. Et je sais que tu as peur, mais je sais également que tu en es capable. Tu es assez fort pour ça. Tu as été assez fort pour te maîtriser, assez aussi pour nous apprendre à le faire. Alors je ne doute en aucun cas sur le fait que tu le seras pour redevenir humain.

Elle avait une telle foi en lui, il trouvait ça incroyable. Elle semblait vraiment penser qu'il pouvait redevenir humain, lui aussi, avec elle. Pouvait-il le redevenir ? Esmée rajouta doucement que c'était possible qu'ils le souhaitait. Carlisle ne parvenait pas à se vider l'esprit, garder la tête froide pour prendre une décision normale, solide, et fiable. Il n'arrivait pas à se concentrer assez, bien trop tendu, alors qu'il le devait absolument. Il se força à reprendre son calme, se concentrant sur Esmée. Juste sur elle. Au fond de lui, il savait déjà ce qu'elle désirait. il le savait depuis toujours, depuis ses tous premiers jours en tant que vampires. Il le savait, car il la connaissait. Restait à savoir si lui pourrait faire ça pour elle. S'il pouvait tuer pour elle, même un criminel, même une personne qui le méritait. Si, pour la première fois de toute son existence, il pouvait tuer un homme et boire son sang.

Esmée - Redevenir humaine, dit-elle finalement alors que ses yeux s'illuminaient. Pouvoir avoir des enfants. Voir des petites bouilles courir partout dans la maison, leur apprendre à parler, à marcher. Pouvoir aller dehors, un jour d'été. Sur la plage ou dans un lieu public sans craindre de se faire prendre. Dormir, pleurer de bonheur ou de tristesse. C'est ça que je veux... Même si l'idée de...

Comme elle le disait, cela semblait si naturel ! Il ferma un instant les yeux, essayant de partager sa vision, même un instant. Ce fut plus facile que prévu, imaginer des enfants, des jeunes enfants, aux yeux bleus, gris ou verts, dans la maison. Mais imaginer que ces enfants soient aussi les siens lui fut bien plus difficile. Il repensa à sa vie humaine, au temps où il vivait encore à Londres, dans la maison de son père, où il apprenait son "métier", où il avait une vie on ne peut plus normale. A cette époque, il avait voulu être père, oui. Il avait flirté avec une jeune femme, durant un moment, mais cela n'avait pas fonctionné. Puis il avait été mordu, tous ses rêves brisées, il avait suivi une voie très différente, il s'y était fait, après des premiers mois difficiles.

Esmée - Seulement... Carlisle, je ne peux pas t'obliger. C'est... Je ne veux pas t'obliger à faire ça.

Il resta silencieux, incapable de répondre pour le moment. Pour l'avoir vu, y avoir assisté, il savait que la brûlure et la soif était telle qu'aucune volonté du monde n'est assez forte pour empêcher de boire. Il avait vu qu'on ne pouvait pas s'empêcher de tuer. En ce sens, cela ôtait un poids, car il n'y avait pas à se forcer, mais tout de même. Il y avait Esmée. Esmée qui était là, qui voulait des enfants, qui voulait être mère, qui voulait porter ses enfants, leurs enfants biologiques, des enfants bien humains. Leurs enfants. Il se visualisa avec un bébé dans les bras, près d'Esmée, tous deux humains, vivants et bien portants. Puis avec un petit garçon ou une fillette, entre eux, dormant avec eux. L'image était attendrissante, bien qu'étrange, presque impossible. ne image qu'il n'aurait jamais cru voir appliquer à Esmée et lui un jour, du fait de leurs natures.

Esmée - Mais toi... Que veux-tu ? dit-elle en posant ses yeux sur lui. Sache que je te suivrai, peu importe ce que tu décideras.

Il ne répondit pas tout de suite, la tête posée sur l'oreiller, tout près d'elle, le regard dans la vide. Il voulait lui offrir tout cela, mais ne voulait pas tuer. Il voulait être père avec elle, mais il ne voulait pas devenir un assassin. Il ouvrait la bouche lorsqu'il entendit tout à coup Edward dire, à l'étage du dessus, qu'il voulait "son papa et sa maman". Sur le coup, il en fut complètement choqué, puis il ne put s'empêcher de sourire, profondément ému et attendri, serrant plus fort Esmée dans ses bras. C'était si mignon qu'il ne pouvait s'empêcher de sourire, touché comme jamais. Edward...

- Voilà au moins qui me rassure sur le fait qu'on ne va pas perdre tous nos enfants, murmura-t-il à Esmée.

Il la regarda un instant, pensif. Il était encore très touché par ce que venait d'avouer Edward, c'était une preuve d'amour sincère et très émouvante. Une minute plus tard, ils entendirent tout à coup un "BOUM" énorme de la chambre au bout du couloir, qui le fit sursauter. Made in Emmett, bien sûr, comme si c'était le moment de coller des frayeurs à tout le monde ! Mais bon, soit. Il ne pouvait pas se lever, de toute façon, alors il resta sur-place, tenant Esmée comme si sa vie en dépendait.

- Ce que je veux, moi, c'est t'offrir tout ce que tu aurais pu avoir, murmura-t-il. C'est moi qui t'ai pris ta vie humaine, qui ait fait de toi une vampire... Alors, pour toi, je peux tout faire pour que tu retrouves le sourire.

Pour elle, pour lui donner tout ce qu'il lui avait pris, tout ce qu'elle désirait. Il voulait être le père et le mari qu'elle attendait. Même si cela impliquait de tuer... Savoir qu'il ne pourra pas s'empêcher de boire n'était qu'une très maigre consolation. Mais pour Esmée, il le devait.

- Je peux le redevenir pour toi, rajouta-t-il dans un souffle. Que nous ayons des enfants ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un choix à faire   Lun 1 Sep 2014 - 21:40

Être vampire vous donnait quelques avantages, bien que chacun d'entre eux apportait son lot d'inconvénients... Tel que la soif de sang, l'accentuation des émotions qui pouvait en rendre dingue plus d'un. Mais tous ces points négatifs s'évaporeraient avec la douleur et le remède contre le vampirisme, mettant ainsi fin à la vie éternelle. Grâce à lui, ils redeviendraient humains, en bonne santé. Et... La soif de sang disparaîtrait également, laissant apparaître la possibilité de donner la vie, de vieillir. En redevenant humains, ils n'auraient plus à se cacher et leur problème disparaîtrait aussi, d'une certaine façon... Les problèmes restaient, mais ils seraient moins... Omniprésent. L'éternité, c'était bien au début, seulement.... Au bout d'un moment l'ennui venait et s'installait, doucement et inévitablement.

Un silence suivit ses paroles, silence durant lequel Esmée attendit une réaction de Carlisle, une réaction qui changerait tout pour eux, dans un cas comme dans l'autre. Tout cela la touchait de près et elle pouvait redevenir humaine, mais... cela signifiait aussi mettre fin à la vie d'un innocent, une personne qui n'avait jamais rien demandé, qui n'avait sans doute pas mérité la mort... Au bout d'un moment, elle entendit faiblement Edward dire qu'il voulait « son papa et sa maman ». Esmée toujours dans les bras de son époux sentit qu'il resserra la pression et profitait de son contact tout en se blottissant davantage contre lui.

Entendre Edward dire ça était attendrissent, bien que quelque chose lui soufflait à l'oreille que peut importait la suite des événements, chacun suivrait son propre chemin, mais ils resteraient à jamais une famille. Non plus un clan, mais une famille. Une grande famille, unie. Et ça, c'était la meilleure chose qui pouvait arriver. Rester unis. Ensemble, quoiqu'il puisse leur arriver, peu importe les épreuves. Quoiqu'il se passe qu'ils redeviennent humains ou reste vampire. Ils allaient suivre leur route respectivement tout en continuant à être unis et à ce voir. Et... rien qu'à penser à ce que venait de dire Edward, le peu de crainte qu'elle avait eu diminuait, tout en persistant de manière cruelle.

Carlisle– « Voilà au moins qui me rassure sur le fait qu'on ne va pas perdre tous nos enfants, murmura-t-il à Esmée. »

Esmée sourit alors qu'il resserra son étreinte sur elle. Son côté maternel refaisait surface et il fallait avouer qu'elle trouvait ça adorable et irrévocablement touchant. Elle n'aurait pas supporter de perdre ne fut-ce qu'un d'entre eux. Pas à cause d'un remède, pas pour ça... Sa gorge commença à se nouer. Elle attendait la réponse de Carlisle alors qu'un gros « BOUM » ce fit entendre. Bruit qui venait à coup sûr d'Emmett et qui eut le mérite de les faire sursauter tous les deux. Esmée se surprit même à penser que tout ça lui manquerait, quand ses enfants s'en iraient. Parce qu'à présent, chacun suivrait sa propre route, alors... Bien qu'elle comprenait ça, cela restait difficile et douloureux. Chacun d'entre eux allait lui manquer, et le fait de ne plus les voir tous les jours allait faire vide et ce serait étrange, après toutes ses années ensemble. Esmée ne put s'empêcher de se blottir davantage contre son époux, sachant que lui resterait et qu'ils seraient à jamais ensemble, même si leur enfants allaient quitter le nid.

Carlisle–« Ce que je veux, moi, c'est t'offrir tout ce que tu aurais pu avoir, murmura-t-il. C'est moi qui t'ai pris ta vie humaine, qui ait fait de toi une vampire... Alors, pour toi, je peux tout faire pour que tu retrouves le sourire. »

Esmée se figea. Il lui avait pris sa vie ? Ou bien lui avait-il simplement donné une nouvelle chance de vivre, alors qu'elle était au bord de la mort, au bord du précipice ? Esmée voulait mourir, et ça, rien ne pourrait le changer. Mais... Si son suicide avait réussi, si Carlisle ne l'avait pas « vu », mourante dans cette morgue, alors... Elle ne serait plus de ce monde, elle n'aurait pas eu l'occasion de l'épouser, d'avoir une si belle famille et une vie comme celle-ci. Carlisle lui avait donné une alternative, bien qu'en ne le lui demandant pas son avis, mais... aurait-elle fait le bon choix, à l'époque ? Pas sûr. En fait... Non, elle aurait refusé. Clairement et simplement.

Si elle n'avait plus de vie humaine, c'était uniquement parce qu'elle avait de son propre chef sauté de cette falaise. Carlisle l'avait sauvée ! Sans lui, elle serait morte. Elle n'aurait pas sa vie actuelle et ne se serait pas mariée avec lui. Elle n'aurait jamais eu la chance de connaître l'amour avec un grand « A »! Esmée retint un soupir, hésitant entre deux possibilités: lui faire entendre vainement raison à en perdre le souffle, ou retenir ses soupirs et le laisser faire. Elle avait beau être dépassée par tout ça, elle était sûre de plusieurs points: elle l'aimait, aimait sa famille et ne regretterait jamais d'être devenue une vampire.

Carlisle–« Je peux le redevenir pour toi, rajouta-t-il dans un souffle. Que nous ayons des enfants ensemble. »

Elle ne voulait pas qu'il redevienne humain pour elle. Elle voulait qu'il le redevienne pour lui. Et uniquement pour lui. Mais elle voulait aussi qu'il comprenne qu'en choisissant de transformer chacun d'eux, il les avait tous sauvés d'une mort certaine. Sans lui, personne n'en serait là aujourd'hui. Sans lui, Edward serait mort et n'aurait jamais rencontré Bella et eut Nessie. Sans lui, Rosalie n'aurait jamais connu Emmett et sauvé Ashley. Le fait qu'il faille tuer quelqu'un était un prix assez lourd et douloureux. Et ce, même si on considérait qu'avec ce retour d'humanité, ils pourraient avoir leurs propres enfants... Leurs enfants et une vie sans soif de sang, sans devoir tuer qui que ce soit... Tout ça restait logique, bien que difficile à comprendre, en quelque sorte.

–« Ce n'est pas pour moi que tu dois le faire, dit-elle. C'est pour toi. Quant à la transformation, on en a déjà parlé... »

Elle poussa un léger soupir, tant elle ne savait plus comment faire ni quoi dire pour le lui faire comprendre. Elle finit par reprendre au bout de quelques secondes :

–« Crois-tu qu'on en serait là, aujourd'hui si tu n'avais pas été là ? Crois-tu qu'on serait vivant ? Malade, soit. Mais vivant. Ensemble et en train de parler de redevenir humain ? Si oui, alors je trouve que tu as une bien maigre opinion de toi et que tu te trompes royalement. »

Elle reprit son souffle, à la fois vexée et triste. Parce que cela prouvait qu'elle était bel et bien incapable de le lui faire comprendre et d'être une bonne épouse :

–« Je t'aime Carlisle. Tu m'as aidée, donné une famille, l'amour. Une nouvelle chance. Et bien que toute cette histoire de remède soit... Inattendue et une autre chance d'avoir ce choix, je ne pourrais pas accepter que tu ne le fasses que pour moi... Je ne veux pas que tu sois malheureux par la suite parce que tu auras accepté de redevenir humain pour moi.Mais si tu penses que redevenir humain te rendra heureux toi aussi, alors redevenons humains ensemble.»

Elle se redressa pour quitter les bras si rassurant de son époux, voulant le regarder dans les yeux quand il répondrait et réagirait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un choix à faire   Mar 16 Sep 2014 - 11:16

Carlisle se doutait déjà du choix de chacun de ses enfants, et s'il avait parfois rêvé cette situation, la voir réaliser était trop soudain pour qu'il réussisse à y croire. L'accepter était en revanche plus délicat que prévu. Il ne pouvait pas oublier ce qu'il avait vu et ressenti lorsque Alec avait "goûté" le remède, sa douleur. Même Aro avait eu l'air perdu et paniqué, durant un moment, ayant du mal à calmer et maintenir son fils dans ses bras. Carlisle ne pouvait s'empêcher de s'imaginer faire la même chose avec Edward, de devoir le regarder crier et souffrir. Au moins, ils allaient tous pouvoir reprendre la vie qu'on leur avait volé. Même les jumeaux, bien que pour eux, il se doutait que ce n'était qu'un bref sursis, d'à peine quelques années. Lorsqu'ils auront seize ou dix-sept, Aro les transformera à nouveau, c'était certain. Il ferma un instant les yeux, retenant un long soupir.

Esmée - Ce n'est pas pour moi que tu dois le faire, dit-elle. C'est pour toi. Quant à la transformation, on en a déjà parlé...

Là, il n'était pas sûr d'être tout à fait d'accord avec elle. S'il était seul, le seul intérêt qu'il aurait à redevenir humain serait pour mourir aussitôt. Comment vivre dans une nature qu'il ne pouvait même plus comprendre, après tant de temps passé en tant que vampires, s'il était seul et isolé ? Cela n'en vaudrait pas la peine, pas pour lui du moins. Et il ne voulait pas tuer un humain pour sa satisfaction personnelle. Il ne le pouvait tout simplement pas ! Pour Esmée, il le fera, mais pas juste pour lui, certainement pour satisfaire un désir égoïste. Il ne savait pas comment l'expliquer à Esmée, cependant, même s'il était bien convaincu de tout cela, en son fort intérieur. Il ne craignait pas de redevenir humain s'il l'était avec sa famille, voilà tout. Seul, non. Mais Esmée accepterait-elle qu'il ne le redevienne que pour elle ? Elle pourrait penser qu'il en serait malheureux, ou qu'il regretterait ce choix, et culpabiliserait ensuite pour cela. Il la connaissait, elle en serait capable, et c'était bien ce qu'il voulait à tout prix éviter.

Esmée - Crois-tu qu'on en serait là, aujourd'hui si tu n'avais pas été là ? Crois-tu qu'on serait vivant ? Malade, soit. Mais vivant. Ensemble et en train de parler de redevenir humain ? Si oui, alors je trouve que tu as une bien maigre opinion de toi et que tu te trompes royalement.

Peut-être... Peut-être que oui, grâce à lui, ils étaient vivants, en famille, prêt à redevenir humains. Ce qui était sûr, en revanche, c'est qu'il avait une très mauvaise opinion de lui-même. Mais ça, qui pourrait bien le lui reprocher ?! Il avait déclenché une pandémie, bon sang ! Combien d'humains étaient morts ? Combien de vampires avaient agoniser seuls ou vu leurs proches souffrir ? Combien ? Ajouté à cela les heures où il avait vu sa femme et ses enfants souffrir, sans qu'il puisse rien faire pour les soulager... Et ensuite, il ne devrait pas avoir une mauvaise opinion de lui ?! Mais bon sang ! Sa vie entière, il avait refusé de tuer, et voilà qu'aujourd'hui, il était directement responsable du décès de centaines de personnes. Esmée n'avait as idées du nombre de parents qui pleuraient actuellement leurs enfants, dans le monde entier, du nombre d'enfants devenus orphelins, du nombre de personnes massés dans les cimetières à maudire le ciel car on leur avait enlevé ceux qu'ils aimaient. Comment pouvait-il réparer cela ? Il avait trouvé le remède, soit, mais très tard, bien trop tard. Il aurait dû plus travailler que ça, accélérer ses recherches, aller plus vite... Il aurait dû. Tant pis si la maladie le gagnait lui-même, il aurait dû.

Esmée - Je t'aime Carlisle. Tu m'as aidée, donné une famille, l'amour. Une nouvelle chance. Et bien que toute cette histoire de remède soit... Inattendue et une autre chance d'avoir ce choix, je ne pourrais pas accepter que tu ne le fasses que pour moi... Je ne veux pas que tu sois malheureux par la suite parce que tu auras accepté de redevenir humain pour moi. Mais si tu penses que redevenir humain te rendra heureux toi aussi, alors redevenons humains ensemble.

Il savait qu'elle allait tout de suite penser ainsi... Penser que s'il choisissait ça pour elle, il sera forcément malheureux ensuite. S'il lui exposait platement ses pensées, elle risquait au mieux de se mettre en colère contre lui, au pire de s'en vouloir elle-même pour une chose dont elle n'était pas responsable. Il ignorait quoi lui dire, incapable de trouver, pour le moment, ce qui le rendrait heureux ou malheureux. Il était bien trop perturbé par tout ce qui venait de se passer, trop perturbé par le choix qui s'offrait à eux. Aux vampires les plus jeunes... Il se mordit les lèvres, retenant un long soupir, hésitant.

- Si j'étais seul, je ne le ferais pas, Esmée, murmura-t-il. Je ne pourrais pas accepter de tuer encore un humain pour vivre avec l'idée que... Ce serait un coup à en mourir. C'est uniquement parce que toi et les enfants êtes là que je pense à le redevenir.

Il se tut un moment, cherchant ses mots, la meilleure façon de s'exprimer, de dire ce qu'il ressentait vraiment pour qu'elle puisse comprendre. Il marchait à tâtons, comme il ne l'avait jamais fait, et ignorait quelle était la meilleure direction à suivre.

- J'ai souvent rêvé d'avoir une vie normale avec toi, chuchota-t-il ensuite. Maintenant que ça devient enfin possible, je t'avoue que j'ai peur. Pas de le regretter, mais de ne plus pouvoir être celui que tu aimes, car... Avec toute cette histoire, je...

Il avait changé, tout simplement. Il le sentait, et craignait que Esmée finisse par ne plus vouloir de lui à cause de cela. Qu'elle le repousse car elle en aura assez. C'était peut-être idiot, mais la peur était bien là.

- Bon, tu vas sûrement me frapper si j'avoue ça, dit-il avec un faible sourire, mais j'ai peur que tu finisses par ne plus m'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un choix à faire   Sam 18 Oct 2014 - 1:06

-Carlisle-« Si j'étais seul, je ne le ferais pas, Esmée, murmura-t-il. Je ne pourrais pas accepter de tuer encore un humain pour vivre avec l'idée que... Ce serait un coup à en mourir. C'est uniquement parce que toi et les enfants êtes là que je pense à le redevenir. »

Esmée ne dit rien. Elle sentait qu’il hésitait mais ne troubla pas le silence, attendant patiemment la suite.

-Carlisle-« J'ai souvent rêvé d'avoir une vie normale avec toi, chuchota-t-il ensuite. Maintenant que ça devient enfin possible, je t'avoue que j'ai peur. Pas de le regretter, mais de ne plus pouvoir être celui que tu aimes, car... Avec toute cette histoire, je... »

"Plus pouvoir être celui que tu aimes" ? Esmée fronça les sourcils, tout en attendant de voir s'il allait s'enfoncer davantage.

-Carlisle-« Bon, tu vas sûrement me frapper si j'avoue ça, dit-il avec un faible sourire, mais j'ai peur que tu finisses par ne plus m'aimer. »

Esmée ouvrit grand la bouche, à la fois surprise et étonnée. Elle ne savait pas quoi faire. Soit rester là, sans réagir, soit le frapper comme il s’y attendait ou encore, dernière possibilité : S’énerver. Elle restait durant quelques minutes  bouche bée. Comment pouvait-il... ? Comment OSAIT-il penser ça ? Elle l’aimait, et ça ne changerait jamais, et ce, peut importe ce qui allait se passer par la suite. Ils s’étaient mariés pour le meilleur comme pour le pire et elle l’aimait, il n’y avait rien qui changerait ça. Il avait changé, était devenu plus... Enfin, il était différent. Mais ça ne l’empêcherait jamais de l’aimer et de continuer à l’aimer jusqu’à ce que la mort les sépare.

Esmée ne bougeait toujours pas, hésitant encore inconsciemment entre le fait de le frapper, de le gronder d’oser avoir peur pour ça ou tout simplement rester bouche bée jusqu’à en gober une mouche qui passerait naïvement par là. Elle opta pour la première possibilité avant de le frapper. Et aussi pour la seconde, tant qu’elle y était...

-« Comment OSES-TU penser une chose pareille ?! Peu  m’importe que tu aies changé ou non, que tu sois humain ou vampire ! Je t’aime et rien ne pourra changer ça. »

Esmée voulait absolument qu’il comprenne et qu’il puisse voir à quel point elle était sincère, qu’elle l’aimait de tout son cœur. Elle prit une courte inspiration tout en réfléchissant. Comment lui faire transparaitre le plus possible ce qu’elle ressentait ? Elle finit par reprendre au bout de quelque seconde tout en se rapprochant de lui pour lui témoigner tout l’amour qu’elle avait pour lui.

-« Nous traverserons cette épreuve ensemble, Carlisle. Je sais que cette pandémie te touche et je suis prête à te suivre quelque soit le chemin. Je veux juste rester avec toi, que nous formions une nouvelle famille, la nôtre. »

Esmée lui prit délicatement la main afin de lui prouver que cette fois-ci il n’était pas seul et que plus jamais il ne le serait, qu’elle le soutiendrait plus que jamais et que cette épreuve ne les rendrait que plus fort. Elle ne pouvait pas s’empêcher de penser que cette pandémie était une véritable et effroyable tragédie. Mais qu’ils devraient, ensemble, y faire face et oublier de leur mieux le passé afin de prendre un nouveau et meilleur départ, en tant qu’humain.

-« Je concède que cette pandémie est une tragédie et nous allons devoir oublier le passé, prendre un nouveau départ et tourner la page. Et pour cela redevenir humain nous aidera.»

Esmée voulait qu’il le comprenne, mais elle voulait aussi qu’il sache que c’était lui qu’elle aimait, et non pas seulement sa beauté, ses yeux de couleurs or ou encore sa jeunesse éternelle. Elle l’aimait. Lui et seulement lui, pour ses qualités mais aussi pour ses défauts. Elle aimait l’être humain qui se cachait au fond de son corps et qu’elle avait réussi à entr’apercevoir au fond de ses yeux. Après tout... Ne dit-on pas que les yeux sont la fenêtre de l’âme? En parlant de ses yeux... Les avait-elle jamais déjà vus ? Enfin... Leur vraie couleur et non pas cette inhabituelle couleur or ?

-« Ce n’est pas du vampire que je suis amoureuse, mais de l’être humain, de la personnalité qui se cache à l’intérieur de ce corps froid et éternellement jeune. Je t’aime pour ton caractère, pour ta façon de penser, ta façon d’être... Pas pour ta beauté inhumaine ou tes yeux dorés. D’ailleurs, j’aimerais bien connaître la couleur de tes yeux, pouvoir dire que je te connais au plus profond de ton âme. »

Elle plongea ses yeux jadis de couleur chocolat dans ceux de son époux avant de lui tendre la main tout en accompagnant les gestes à la parole :

-« Qu’en dis-tu ? Veux-tu me suivre ? Tentons-nous l’expérience ? »

[HJ : Je ne savais pas si tu as assez ou non. Mais si tu n’as pas assez, envoie-moi ta réaction par MP et je modifierai.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un choix à faire   Jeu 6 Nov 2014 - 14:42

Esmée ouvrit grand la bouche, choquée, surprise, et sans doute atterrée, et il se raidit inconsciemment, prête à l'entendre lui hurler dessus. Il savait qu'il allait l'énerver en lui avouant ce qu'il pensait, mais il en pouvait lui mentir, ou pire, se dérober et faire comme si tout allait bien. Il sentait qu'il n'était plus le même qu'avant, c'était un fait, une réalité, et il pensait s'être éloigné de l'homme qu'Esmée avait aimé, lors de leur rencontre. Qu'il en soit déjà plus celui qu'elle voulait, ou que... Qu'il ait trop changé, voilà tout. Ce n'était pas une question de physique, ou même d'espèce, juste une question de caractère. Il avait l'impression d'accumuler les plus grosses erreurs, les défaites, les échecs, de faire bien plus de mal que de bien, et pas seulement vis-vis de sa famille. Cette pandémie... C'était lui qu'il l'avait déclenché. Il ignorait toujours comment se faire pardonner ça, ou même s'il en avait le droit. Et comment vivre normalement, sans traîner ce poids au quotidien, sans se lever tous les matins en songeant aux centaines de personnes qui étaient mortes à cause de lui.

Esmée - Comment OSES-TU penser une chose pareille ?! Peu  m’importe que tu aies changé ou non, que tu sois humain ou vampire ! Je t’aime et rien ne pourra changer ça.

Elle se rapprocha de lui, sans qu'il réponde. Humain ou vampire, non, ce n'était pas ça le problème. C'était juste le problème de ce qu'il avait fait. Il s'était toujours refusé à tuer qui que ce soit, et aujourd'hui, il avait... Combien de personnes étaient mortes, au juste ? Il ne le savait même pas ! S'il essayait de ne plus y penser, cela finira par grignoter leur couple, cet état de fait, n'est-ce pas ? Et le reste de la famille ? Que pensaient-ils de tout cela ? Lui en voulaient-ils ? Cette question, surtout, le rongeait depuis un moment. Depuis le début de ces longues heures passées à chercher un remède. Il voudrait savoir si toute sa famille n'avait pas... Qu'il ne risquait pas de les perdre. Oui, c'était égoïste, et alors ? Il s'était passé tant d'années, à vivre sous le même toit, il aimait chacun d'entre eux, et il craignait de les voir s'effacer de sa vie.

Esmée - Nous traverserons cette épreuve ensemble, Carlisle. Je sais que cette pandémie te touche et je suis prête à te suivre quelque soit le chemin. Je veux juste rester avec toi, que nous formions une nouvelle famille, la nôtre.

Il le voulait aussi... Même s'il avait peur de faire du mal à ses enfants comme il l'avait fait avec Esmée, et tout le monde. Il se força à lui sourire, lorsqu'elle lui prit la main. Il avait l'impression d'être au bord d'un gouffre, en sachant qu'il devait sauter, mais sans avoir le courage de le faire, alors que toute sa famille avait déjà franchis le pas. C'était ironique... C'était lui qui les avait tous forcé à entrer dans ce monde, sauf Jasper, Alice et Bella, et aujourd'hui, il n'arrivait pas à les suivre dans le monde humain sans avoir peur. C'était comme si ce monde n'était plus fait pour lui. Un monde qu'il... craignait un peu. Ses derniers souvenirs de la vie humaine étaient tâchés de haine et de sang. L'Inquisition, les meurtres, les exécutions, les bûchers et pendaisons, les traques d'innocents, les procès, la violence et la mort partout. Le monde avait changé, oui, mais il ne pouvait effacer toutes ces images de son cœur. Pour lui, redevenir humain serait, quelque part, comme revenir dans un monde violent, dont on l'avait tiré pour le jeter dans un autre. Le passé restera toujours là.

Esmée - Je concède que cette pandémie est une tragédie et nous allons devoir oublier le passé, prendre un nouveau départ et tourner la page. Et pour cela redevenir humain nous aidera.

Oublier le passé, c'était si simple à dire. Penser que tout allait reprendre là où il avait arrêté était bien entendu complètement stupide, c'était vrai. L'inquisition appartenait à l'Histoire, son propre père était mort et enterré depuis longtemps. Les siècles qui s'étaient écoulés entre-temps avaient tout modifié en profondeur. Aujourd'hui, il fallait se ré-adapter. Il était conscient que sa peur était ridicule, mais ne pouvait pas s'en défaire. C'était un poids qu'il traînait depuis longtemps, comme tous les vampires qui étaient nés dans ce genre d'époque. Les jumeaux en étaient un exemple, vu qu'ils avaient connu la même chose que lui, mais de l'autre côté de la barrière. Dans le genre époque violente ou très troublée, il y avait aussi eu Jasper, né en pleine guerre de Sécession, les frères Volturi, qui avaient connu tous les conflits violents de l'Antiquité, et sûrement d'autres.

Esmée - Ce n’est pas du vampire que je suis amoureuse, mais de l’être humain, de la personnalité qui se cache à l’intérieur de ce corps froid et éternellement jeune. Je t’aime pour ton caractère, pour ta façon de penser, ta façon d’être... Pas pour ta beauté inhumaine ou tes yeux dorés. D’ailleurs, j’aimerais bien connaître la couleur de tes yeux, pouvoir dire que je te connais au plus profond de ton âme.

Il déglutit, pour passer sa nervosité. Le monde avait changé. Lui aussi. Prendre un nouveau départ, un véritable départ, était-il possible ? Il avait peur de ne pas avoir une information essentielle, quelque chose qui remettrait tout en cause, et qu'il ignorait. Oui, peut-être n'était-ce que de la peur, mais c'était tellement irrationnel qu'il en parvenait pas à tout s'expliquer, et encore moins à s'exprimer. Maintenant qu'il y réfléchissait vraiment, il savait que la vie humaine lui faisait peur. Il avait déjà eu du mal à préserver sa famille en tant que vampire, alors en tant qu'humain, comment faire ? Esmée lui tendit tout à coup la main, comme pour l'inviter avec elle.

Esmée - Qu’en dis-tu ? Veux-tu me suivre ? Tentons-nous l’expérience ?

Il lui prit doucement la main, à la fois gêné et attendri. Elle ignorait encore certains des démons qu'il traînait en permanence avec lui. Pas parce qu'il ne lui faisait pas confiance, mais parce qu'il avait toujours refusé de la charger avec des problèmes qui n'étaient pas les siens, et parce qu'il ignorait comment expliquer véritablement une époque à une personne née plus de deux siècles plus tard. Mais il y a des choses qu'elle devait savoir s'il voulait continuer sa vie avec elle.

- Il y a des choses que je dois te dire, ou tu vas me trouver insupportable dans les prochains mois, soupira-t-il en la fixant dans les yeux. j'ai une peur un peu... Bizarre, allons-nous dire. Je suis né dans une époque très violente, et j'ai l'impression que redevenir humain fera aussi renaître cette période, comme si le temps n'avait que fait une brève pause. Je sais que c'est idiot, le monde a changé, mais je ne peux pas m'empêcher de croire que bien souvent, le monde humain est plus cruel que celui des vampires.

Les humains tuaient en masse, avec des moyens très variés, alors que les vampires ne tuaient que pour deux raisons : la soif ou l'envie de faire souffrir. L'humanité assassinait et tuait pour des questions de pouvoir, d'argent, de religion, de jalousie, et ainsi de suite. Oui, le monde avait changé, on ne tuait plus pour les mêmes raisons que durant son propre temps, même s'il y avait de fortes raisons de le faire, mais la mort n'en était pas moins très présente. Cette mort qui pourrait frapper si facilement les membres de sa famille, s'ils retournaient dans ce monde.

- En fait non, dit-il un peu plus brusquement. Le monde n'a pas changé, justement, et c'est pour ça que j'ai peur de vous perdre, qu'il vous arrive quelque chose, ou que sais-je encore. Je veux fonder notre famille avec toi, mais je veux aussi que toi... Les enfants... Que vous fassiez attention. Tu n'as jamais vu ce que peut faire un peuple sous l'effet d'une peur trop violente, et la guerre contre les Enfants de la Lune va bouleverser le monde. Peut-être qu'il n'arrivera rien de plus, je n'en sais rien, mais vous devez prendre garde à vous.

A son époque, du temps où il était enfant, l'Inquisition avait débuté après une histoire bien plus banale que des loups féroces et bien réels déferlant sur le monde. Tout avait commencé après une première accusation de sorcellerie en Italie, qui avait ensuite débouché sur l'un des plus grands génocides de l'histoire. Qui pouvait prévoir ce qui allait advenir, après que le monde ait été pris d'assaut par des loups géants et sanguinaires ?

- Et j'ai les yeux verts, conclut-il avec un maigre sourire, en embrassant sa femme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un choix à faire   Sam 6 Déc 2014 - 18:51

Esmée ne bougea pas d’un pouce tout en attendant une réponse de Carlisle, réponse qui ne se fit pas attendre bien longtemps car son époux lui prit doucement la main, mais Esmée ne pouvait s’empêcher de remarquer une légère gêne chez son mari, bien qu’elle n’arrivait pas à comprendre pourquoi. Avait-elle dit quelque chose de gênant ? Elle avait beau réfléchir et retourner ses propres paroles de long en large, elle ne parvenait pas à voir ce qu’elle avait bien pu dire de travers, justement, elle n’avait fait que dire ce qu’elle pensait.

-Carlisle-« Il y a des choses que je dois te dire, ou tu vas me trouver insupportable dans les prochains mois, soupira-t-il en la fixant dans les yeux. j'ai une peur un peu... Bizarre, allons-nous dire. Je suis né dans une époque très violente, et j'ai l'impression que redevenir humain fera aussi renaître cette période, comme si le temps n'avait que fait une brève pause. Je sais que c'est idiot, le monde a changé, mais je ne peux pas m'empêcher de croire que bien souvent, le monde humain est plus cruel que celui des vampires. »

Le monde humain avait ses défauts, tout comme celui des vampires. Et Esmée avait beau voir et comprendre que la mort était bien plus souvent présente dans le monde des humains que dans celui des vampires... Elle n’arrivait pas à... Elle ne parvenait pas à comprendre la façon de penser de son mari, sur le coup. Il avait peur que cette époque revienne ? Que l’Inquisition revienne et renaisse de ses cendres ?

-Carlisle-« En fait non, dit-il un peu plus brusquement. Le monde n'a pas changé, justement, et c'est pour ça que j'ai peur de vous perdre, qu'il vous arrive quelque chose, ou que sais-je encore. Je veux fonder notre famille avec toi, mais je veux aussi que toi... Les enfants... Que vous fassiez attention. Tu n'as jamais vu ce que peut faire un peuple sous l'effet d'une peur trop violente, et la guerre contre les Enfants de la Lune va bouleverser le monde. Peut-être qu'il n'arrivera rien de plus, je n'en sais rien, mais vous devez prendre garde à vous. »

Tout au long de l’histoire humaine, des guerres avaient surgi, s’était déclarées et avaient fait plusieurs centaine de morts pour les plus « petites » et plusieurs dizaines de millions pour les plus catastrophiques et grandes guerres. L’humanité était une espèce qui demandait à avoir du pouvoir, qui tuait par vengeance ou par simple sadisme, mais... Les êtres humain se montraient également remplis de compassion, d’amour et d’envie de paix. Seule une petite poignée de personnes sur les milliards d’êtres vivants qui vivaient sur terre, souhaitaient réellement être en guerre. Les êtres humains ne cessent d’être en constante évolution, de changer et parfois même, de malheureusement empirer les choses. L’être humain est un être rempli de cupidité et de naïveté, de gentillesse comme de méchanceté. Et Esmée convenait que l’idée de revivre dans les mêmes conditions que de sa vie humaine pouvait terroriser son époux.

Elle comprenait qu’il ait peur de les perdre, comme elle avait très souvent la même peur. Peur de perdre ses proches, de les voir dépérir ou mourir. Mais seulement, vivre sans changement, vivre sans prendre des risques ou tout simplement en ayant peur sans réagir, sans faire d’effort contre ça n’allait pas aider. L’univers avait mis en place un ordre, que nul ne devait chambouler. Que personne n’avait le droit de changer. Les êtres vivants sont des êtres qui naissent, qui vieillissent et qui finissent un jour par mourir, d’une façon ou d’une autre, bien qu’elle soit loin de vouloir accepter cette vision des choses... Et bien qu’elle ne voulait pas perdre ses proches, et qu’elle savait parfaitement que les pensées qui lui traversaient l’esprit n’était que purement et simplement égoïste.

-Carlisle-« Et j'ai les yeux verts, conclut-il avec un maigre sourire, en embrassant sa femme. »

Esmée répondit à son baiser avant de s’éloigner légèrement de lui, afin de lui sourire, elle voulait le rassurer, qu’il cesse de s’inquiéter bien qu’elle savait qu’à certain moment il était presque impossible de ne pas s’inquiéter. Elle posa ses yeux sur lui.

-« Cette époque est révolue, dit-elle avec la plus grande des douceurs du monde. L’être humain est peut-être pareil, peut-être que nous n’avons pas autant changé que ça et peut-être aussi que nos erreurs pourront nous amener à des résultats semblables, mais... Ce ne sera pas parce que tu seras redevenu humain, ni parce que tu es né à cet époque-là. »

Esmée prit un temps de pause, afin de ne pas dire de bêtises. Elle commençait à craindre elle-même de se tromper et d’être naïve. Après tout, rien n’est prévisible. Nous ne pouvons jamais prévoir ce que l’avenir nous réserve.

-« Si tout cela arrive, ce sera à cause de la bêtise humaine. Mais nous ne pouvons pas prévoir ce genre de choses, comme nous ne pouvons pas arrêter la marche de l’univers, rajouta-t-elle rapidement. Tu as peur, et c’est compréhensible. Parce que ce que tu as connu, je n’oserai même pas l’imaginer et en serai tout simplement incapable. »

Esmée fit une pause pour le prendre dans ses bras. Ensuite, elle savait parfaitement qu’avec un compagnon comme Carlisle, il serait difficile de ne pas faire attention. Il était très protecteur, faisait en sorte que rien ne leur arrive alors qu’ils étaient tous vampires. Alors, une fois humains… Il n’y avait aucun doute à avoir au sujet de leur protection. Un sourire aux lèvres, elle reprit avec douceur tout en le serrant un peu plus fort contre elle :

-« Ne t’inquiète pas, nous ferons attention. Je n’ai aucune crainte à avoir à ce propos, alors je pense qu’il est temps que je voie de moi-même la couleur de tes beaux yeux. »

Esmée se leva en attirant Carlisle avec elle, se dirigeant vers le salon pour demander le remède à Aro. Ils recommençaient une nouvelle vie, ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un choix à faire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un choix à faire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 4 modèles, un choix à faire...
» Doroteo, le choix à faire...
» Vous aurez que 5 choix à faire...
» Reste le choix a faire Sigma 10-20 ou nikon 16-85 ?
» 1 modèle, 4 bokeh, 1 choix à faire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps d'Amérique-
Sauter vers: