Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un vilain truc noir

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Un vilain truc noir   Dim 16 Nov 2014 - 18:41

Elvira détourna le regard de la télé, quand le dessin animé se termina et que les informations de midi commençaient. Elle se leva, ramassant Fabrice pour le serrer contre elle, puis marcha jusqu'à la fenêtre, grimpant sur un petit canapé pour marcher dehors. Elle appuya les mains sur la fenêtre, essayant de voir quelque chose à travers le rideau épais de pluie. Il faisait très noir, ça lui faisait peur. En plus, comme bruits, il y avait les infos à la télé, la radio en bruit de fond dans la cuisine, où Essa cuisinait, et les voitures dehors. Elle colla son nez contre la vitre glacée pour y voir. Elle avait très peur. On parlait toujours monstres à la télé. Des monstres qu'elle avait toujours vu dans les dessins animés. Des messieurs qui pouvaient se transformer en chauves-souris pour aller boire le sang des gens. Elle n'avait jamais aimé ces histoires, et aujourd'hui, c'était vrai. Elle ramena Fabrice contre son visage, tremblotante.

- Maman ?

Sa mère n'était pas là. Elle n'était pas venue la voir depuis longtemps. Essa était là, mais plus sa maman. Ni son papa. Et s'ils étaient attaqués par des méchants vampires ? Descendant du canapé, elle courut vers la cuisine, et s'arrêta juste avant, car il y avait un truc noir bizarre qui dépassait des poches d'Essa. Elle posa Fabrice sur une commode et tira le truc. Il était très lourd et elle eut du mal à le tenir. C'était noir, avec un tube long, et qui sentait pas bon. Elle l'examina avec soin, curieuse. C'était quoi ? Elle reprit Fabrice, puis partit vers la cuisine. Essa lui tournait le dos, près du plan de travail. Pourquoi elle partait se battre contre les vampires ? Pourquoi elle restait pas avec elle ? Pourquoi elle se servait de ce truc tout noir et lourd ? Elvira l'examinait dans tous les sens, mettant ses doigts dans le trou du tube.

- Essa, c'est quoi ?

Sa cousine courut tout à coup vers elle et lui arracha le truc noir noir des mains. Elvira lui jeta un regard choqué et abasourdi, puis ses yeux se remplirent de larmes. Mais, elle avait juste voulu regarder ! Elle avait rien fait de mal, en plus, elle avait rien fait ! Rien du tout ! Même que Fabrice était témoin ! Elle eut un hoquet, sentant la crise arriver au grand galop.

Essa - Elvira ! C'est dangereux, ne touche plus jamais à ça !

Elle la regarda une minute, lèvres tremblantes, serrant Fabrice sur son cœur puis se mit à hurler et à pleurer, persuadée qu'Essa ne l'aimait plus, qu'elle partait tout le temps pour ne plus la voir, qu'elle voulait utiliser des trucs noirs dangereux pour lui faire peur. Elle renifla, tout en pleurant, alors qu'Essa posait le machin noir sur un meuble et revenait. Elle se mit par terre avec elle et la prit dans ses bras, tout en disant que c'était finit, en lui frottant le dos. Mais non, c'était pas fini, elle voulait l'abandonner ! Elle pleura de plus belle, tremblant de tous ses membres.

- Veux pas que tu partes ! hurla-t-elle, en pleine crise de larmes. Veux pas ! Les vampires, c'est méchant, dans les dessins animés, c'est eux les méchants, et tu dois pas pas te battre, car tu vas avoir mal, et ils vont te mordre, et tu seras plus jamais là...

Elle regarda le truc noir sur le meuble, puis baissa la tête, s'asseyant par terre en ramenant les jambes contre elle, reniflant et pleurant. Elle cacha sa tête de ses bras, terrifiée.

- Tu m'aimes plus... Si tu pars, c'est que tu m'aimes plus ! Veux pas que tu tapes sur des gens... T'es gentille, les fées, c'est gentil, mais tu m'aimes plus... J'ai fait quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un vilain truc noir   Ven 28 Nov 2014 - 23:34

Vanessa était occupée à cuisiner dans son appartement, écoutant les dessins animés d’une oreille distraite pour pouvoir se concentrer sur la télévision au moment où les nouvelles commenceraient. Depuis qu’elle s’était engagée dans l’Inquisition pour aider Charlie et défendre sa cousine, pour rendre justice et faire quelque chose de concret, enfin, l’Espagnole suivait les informations de très près. Elle savait que c’était dangereux. Elle savait qu’ils n’avaient pas des masses d’informations, qu’ils devaient encore fournir de gros efforts pour rétablir l’équilibre et arrêter de se faire tuer à cause de monstres tels que les vampires.

Mais si personne ne le faisait, qui se chargerait de la sécurité des plus démunis ? Depuis la mort de ses parents, depuis ce fameux incendie, Vanessa ne cessait de rechercher la vérité. Elle ne voulait pas se contenter des apparences et fonçait, fouillait, remuait chaque caillou s’il le fallait pour trouver des preuves et avoir le fin mot de l’histoire. Elle ne voulait pas que des familles se sentent délaissées, abandonnées. Parce que des crimes causés par les vampires, il y en avait eu. Il y en avait eu des milliers, des millions sûrement, et aucune justice n’avait été rendue… Uniquement parce qu’ils contrôlaient. Ils contrôlaient tout.

Et Vanessa ne voulait pas voir Elvira évoluer dans un monde aussi dangereux, dans un monde où elle pourrait se faire vider de son sang à cause d’un monstre assoiffé qui ne respecte pas l’ordre normal des choses. Et imaginer sa cousine entre les mains de l’un d’eux était inconcevable… Elle avait déjà perdu ses parents à cause d’une injustice, elle ne perdrait personne d’autre. La jeune femme avait longuement réfléchi avant de s’engager, elle avait tout suivi de loin et faisait très attention pour ne pas laisser sa cousine toute seule. Elle ne voulait pas qu’elle se retrouve sans famille, sans personne pour veiller sur elle, même s’il fallait bien avouer que les journées étaient longues, parfois. Parfois, oui, Vanessa devait s’absenter. Mais elle s’arrangeait toujours pour rentrer tous les jours chez elle, pour passer un peu de temps avec Elvira – sauf cas exceptionnel.

Elvira – Essa, c’est quoi ?

Vanessa se tourna distraitement vers sa cousine, prête à lui expliquer à quoi servait l’objet qu’elle montrait ou tenait comme à chaque fois que cela arrivait. Seulement, ce que tenait Elvira n’était pas un objet quelconque… Son arme ! Fondant droit sur sa cousine, l’Espagnole lui arracha l’objet des mains, paniquée, la détaillant autant qu’elle pouvait, examinant ses doigts pour voir si elle n’avait rien. Aucune blessure, plus de peur que de mal. Mais bon sang ! Et si Vanessa n’avait pas réagi assez vite ? Folle d’inquiétude, se maudissant elle-même d’avoir été si négligente avec sa cousine, elle hurla à moitié :

Vanessa – Elvira ! C'est dangereux, ne touche plus jamais à ça !

Fatalement, ce qui devait arriver se produisit. Lorsqu’un enfant se fait gronder, une crise suit presque automatiquement, avec les larmes et les hurlements. Peut-être Elvira était-elle en tort, mais ce n’était pas uniquement de sa faute et Vanessa avait été trop dure à cause de l’inquiétude et de la peur. A présent, elle était soulagée… Mais sa cousine n’avait pas à subir tout ça. Rangeant très vite l’arme sur un meuble hors de portée d’Elvira, l’étudiante en droit se mit à genoux devant la petite et la serra dans ses bras en lui frottant le dos et en lui disant que c’était fini. La pauvre tremblait, pleurait à chaudes larmes. Mais enfin, pour une phrase hurlée un peu trop fort ? Elle avait déjà connu pire pour de vraies bêtises !

Elvira – Veux pas que tu partes ! hurla-t-elle, en pleine crise de larmes. Veux pas ! Les vampires, c'est méchant, dans les dessins animés, c'est eux les méchants, et tu dois pas te battre, car tu vas avoir mal, et ils vont te mordre, et tu seras plus jamais là...

… Ah. Elle pleurait pour… Vanessa dévisagea sa cousine sans rien dire, interdite, choquée par ce qu’elle venait de lui dire. Malgré elle, sa gorge se serra alors qu’elle tentait de calmer Elvira, de la rassurer, de… faire quelque chose. Mais ses gestes étaient bien maladroits tant ses paroles l’avaient perturbée. L’abandonner… Mais non ! Si elle faisait tout cela, c’était pour la protéger ! Pour être sûre qu’il ne lui arrivera rien ! Ne sachant que dire sur le moment, Vanessa regarda sa cousine s’asseoir par terre en ramenant ses jambes par terre, pleurant toujours, puis cacher sa tête de ses bras. Oh… Mais que devait-elle faire ?! Pitié, de l’aide ! Que… Comment fait-on lorsqu’une petite fille de deux ans à peine fait une remarque de se genre ?!

Elvira – Tu m'aimes plus... Si tu pars, c'est que tu m'aimes plus ! Veux pas que tu tapes sur des gens... T'es gentille, les fées, c'est gentil, mais tu m'aimes plus... J'ai fait quoi ?

Vanessa – Quoi ? Mais si, Elvira ! Bien sûr que si, je t’aime et tu n’as rien fait du tout ! rétorqua-t-elle aussitôt. Viens ici…

Vanessa s’installa à terre, à côté d’Elvira, et la prit dans ses bras sans lui laisser l’occasion de filer. Il fallait qu’elles parlent. Jamais elle n’aurait pensé dire quelque chose comme ça, surtout avec une enfant si jeune, mais sa cousine était visiblement très maligne… Lui soulevant la tête, la berçant doucement dans ses bras pour calmer ses pleurs, Vanessa essuya ses larmes avec ses doigts et l’embrassa sur le front. Voilà, c’était fini, du calme…

Vanessa – Je veux que tu retiennes quelque chose. Je ne t’abandonnerai jamais, dit-elle en la regardant droit dans les yeux. Tes parents l’ont fait, mais je ne te laisserai jamais, moi. Tu l’as bien vu jusqu’ici, non ? Quand l’appartement a brûlé à Seattle… J’ai roulé jusque chez Leah pour ne pas te laisser sans maison. J’ai trouvé du travail pour que l’on puisse vivre ensemble. Elvira…

Vanessa poussa un soupir, la serrant dans ses bras une nouvelle fois. Sa gorge se serrait à mesure qu’elle parlait. Elle avait l’impression d’être à la place de ses propres parents, avec cette histoire d’incendie, sauf qu’elle s’en était tirée… Et qu’elle avait pu s’occuper de sa cousine. Cousine qui avait peur de se retrouver toute seule. En cela, elle se retrouvait chez cette enfant de quelques mois, qui ne connaissait rien de la vie, mais qui avait déjà peur d’être seule…

Vanessa – D’accord, je pars souvent. Je suis moins là, je l’avoue… Mais si je fais tout ça, c’est pour toi. Je n’ai pas envie que tu risques de devenir un de ces monstres, ou qu’il ne t’arrive quelque chose à cause d’eux. Tu es plus importante que n’importe qui d’autre pour moi. Ce que tu avais en main me sert à me défendre, nous défendre. Comme nous attaquons des vampires mais que notre… monde ne comprend pas tout ce qui se passe, certaines personnes nous détestent. Et ces personnes risquent de nous attaquer. Ce n’est que pour me défendre.

Elle ne savait pas comment expliquer tout ça à un petit bout de deux ans. Comprenait-elle seulement ce que sa cousine était en train de lui dire ? Ou tout cela était-ce du charabia sans queue ni tête ? Elvira saisissait-elle un traitre-mot de tout cela ?

Vanessa – Je t’aime. Tu m’entends ? Je ne t’abandonnerai pas, mais je ne veux pas qu’ils te fassent du mal. Est-ce que tu comprends ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un vilain truc noir   Mar 2 Déc 2014 - 18:51

Essa – Quoi ? Mais si, Elvira ! Bien sûr que si, je t’aime et tu n’as rien fait du tout !

Elle s'assit par terre et la prit dans ses bras, avant que la petite n'ait pu s'échapper. Elle ne voulait pas de câlins, elle voulait juste qu'Essa reste à la maison et arrête de tuer des gens ! Elle était une fée, donc elle devait être gentille, et ne pas partir la nuit pour tuer des gens, un point c'est tout. Parce que les fées, elles faisaient des trucs magiques avec pleins d'étoiles et de jolies couleurs pour rendre le monde plus beau, elles ne tuaient jamais personnes. Même les méchants corbeaux de la série qu'elle regardait tous les matins, ils ne mourraient jamais, ils partaient juste très loin et on ne les revoyait plus. Pourquoi Essa pouvait pas faire ça avec les vampires ? Même s'ils étaient très méchants, Essa pouvait pas juste les chasser très loin ? Parce que, d'abord, si elle voulait les tuer, les méchants allaient encore plus méchants, et ils allaient se venger, et, et alors, c'était Essa qui risquait de partir très loin en la laissant toute seule ! Elle était gentille, donc elle ne devait pas avoir des trucs qui font mal aux gens.

Essa – Je veux que tu retiennes quelque chose. Je ne t’abandonnerai jamais, dit-elle en la regardant droit dans les yeux. Tes parents l’ont fait, mais je ne te laisserai jamais, moi. Tu l’as bien vu jusqu’ici, non ? Quand l’appartement a brûlé à Seattle… J’ai roulé jusque chez Leah pour ne pas te laisser sans maison. J’ai trouvé du travail pour que l’on puisse vivre ensemble. Elvira…

C'était quoi, un appartement ? Et ça voulait dire quoi, brûlé ? Mais, Essa, elle disait ça, mais elle partait quand même. Elle partira quand même demain, puis les autres jours après. Et Elvira attendra chez sa nourrice, toujours, et encore, en ayant peur que sa cousine ne revienne jamais. Elle ne pouvait pas partir toujours comme ça... Un jour, si elle continuait de faire mal aux gens, ils allaient se venger. Et Essa, elle ira au ciel, comme le vieux monsieur en robe noire avait dit, une fois.

Essa – D’accord, je pars souvent. Je suis moins là, je l’avoue… Mais si je fais tout ça, c’est pour toi. Je n’ai pas envie que tu risques de devenir un de ces monstres, ou qu’il ne t’arrive quelque chose à cause d’eux. Tu es plus importante que n’importe qui d’autre pour moi. Ce que tu avais en main me sert à me défendre, nous défendre. Comme nous attaquons des vampires mais que notre… monde ne comprend pas tout ce qui se passe, certaines personnes nous détestent. Et ces personnes risquent de nous attaquer. Ce n’est que pour me défendre.

Mais pourquoi les monstres ils attaquaient les gens ? Pourquoi on pouvait leur dire d'arrêter, ou les aider à trouver autre chose pour se nourrir ? Dans les contes, le méchant avait toujours une raison d'être méchant, et la gentille fée elle le guérissait, et alors il redevenait gentil. Pourquoi pas faire la même chose en vrai ? C'était pas possible ? Parce que non, il fallait faire autre chose que tuer. Les gens n'avaient pas le droit de tuer d'autres gens, parce que même les monstres, ils ont un papa et une maman. Et leur famille pleure s'ils meurent, et en plus, après, ils voudront tuer aussi.

Essa – Je t’aime. Tu m’entends ? Je ne t’abandonnerai pas, mais je ne veux pas qu’ils te fassent du mal. Est-ce que tu comprends ?

Elvira se redressa pour se mettre debout entre les jambes de sa cousine fée, puis se redressa, tendant les bras pour toucher son visage, de ses petites mains. Des larmes roulaient doucement sur ses joues, et sa bouche tremblait, prémisse d'une nouvelle crise de nerfs et de larmes qui allait très vite arrivé.

– Il y a un monsieur avec une grande robe noire, il a dit que les morts, ils vont vers le ciel retrouver... Je sais plus, mais ils vont sur des nuages. Mais moi, je veux pas que tu partes sur un nuage ! Et il va faire froid, là-haut, et tu pourras plus descendre, et je... Je veux pas que tu partes, ni que tu tues des gens. C'est pas bien, de tuer, et les fées elles ne tuent jamais, elles guérissent tous les méchants.

Elle appuya un peu plus ses mains, commençant à trembler. Elle en avait très gros sur le cœur et ne pouvait pas le cacher.

– Les mamans des monstres, elles voudront te tuer toi aussi si tu tues leurs enfants... Puis tu partiras... Tu pars toujours, et comment je sais, moi, si tu vas revenir ?

Ses larmes coulaient de nouveau bien plus fort. Elle laissa retomber les bras et se blottit contre Essa, secouée par de gros sanglots.

– Un jour, tu reviendras pas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un vilain truc noir   Sam 6 Déc 2014 - 23:51

[HJ : Dis-le si jamais tu n'as pas assez ou si tu as besoin de réacs ^^]

Elvira se redressa sans répondre, se mettant entre les jambes de Vanessa qui était toujours assise par terre. Eh bien ? Elle l’avait crue ? Ou pas… Elle observa attentivement sa petite cousine qui tendait les bras vers elle, posant ses mains sur son visage. Elle avait les joues humides, des larmes coulant toujours sur ses joues, doucement, en silence. Vanessa avait le cœur brisé de voir Elvira pleurer, voulant la serrer dans ses bras, la rassurer, mais ignorant comment. Tout ce qu’elle faisait, c’était pour son bien. Pour la protéger contre ces monstres, pour lui assurer un avenir sûr, pour lui permettre de vivre contrairement à ses parents qui n’avaient rien fait pour elle. Mais non, Elvira ne semblait pas avoir compris. Sa bouche tremblait, comme lorsqu’elle allait se mettre à pleurer. Heeelp ! Que devait-elle faire ? La prendre dans ses bras ? Lui répéter qu’il ne lui arriverait rien ? Lui dire qu’elle serait plus présente ?

Elvira – Il y a un monsieur avec une grande robe noire, il a dit que les morts, ils vont vers le ciel retrouver... Je sais plus, mais ils vont sur des nuages. Mais moi, je veux pas que tu partes sur un nuage ! Et il va faire froid, là-haut, et tu pourras plus descendre, et je... Je veux pas que tu partes, ni que tu tues des gens. C'est pas bien, de tuer, et les fées elles ne tuent jamais, elles guérissent tous les méchants.

Oh… Mais… Mais c’était différent ! Vanessa ne partirait pas, elle ne l’abandonnerait pas et serait prudente, elle savait ce qu’elle faisait. Ou plus ou moins. Mais en tout cas, elle se protégeait, ils étaient conscients du danger qu’ils couraient, dehors. Seulement, si personne n’aidait à protéger les humains des vampires, que deviendraient-ils ? Elvira était trop jeune… Trop petite pour comprendre. Et le pire, dans tout ça, était que Vanessa ne pouvait même pas lui reprocher de penser toutes ces choses.

Sa cousine appuya un peu plus ses mains sur le visage de l’étudiante, lui donnant l’impression qu’elle avait peur qu’elle ne disparaisse sous ses yeux, qu’elle s’envole sans crier gare. Cette petite bouille… Voilà pourquoi elle se battait. Mais elle la faisait souffrir. A cause de tout cela, c’était elle qui faisait souffrir sa cousine. Depuis combien de temps retenait-elle toutes ces paroles ? Elvira n’avait que deux ans, et pourtant, avec tout ce qu’elle avait vécu, on aurait dit qu’elle avait bien plus que cela…

Elvira – Les mamans des monstres, elles voudront te tuer toi aussi si tu tues leurs enfants... Puis tu partiras... Tu pars toujours, et comment je sais, moi, si tu vas revenir ?

Les… Oh… Ah. Heu… Vu comme ça, elle n’avait pas tort. Et s’ils étaient des tueurs, en fin de compte ? Ils n’avaient aucune preuve à chaque fois, seulement des soupçons, ou alors des ressemblances avec les vampires, des doutes. Mais si toutes ces personnes étaient innocentes ? Si certains accusés ayant clamé leur innocence l’étaient vraiment et qu’ils n’avaient rien fait ? Combien de vampires avaient-ils réellement tué ? Naturellement, elle se faisait souvent ce genre de réflexions et demandait toujours mille fois s’ils étaient bien sûrs de la culpabilité de telle ou telle personne. Mais là, c’était… Qu’Elvira lui dise cela… Enfin, elle n’avait que deux ans, quoi ! C’était encore une enfant ! Qu’elle pense une telle chose…

Les larmes de sa petite cousine coulaient de nouveau alors qu’elle laissa retomber ses bras et vint se blottir dans les bras de Vanessa. Elle était secouée de sanglots et l’étudiante referma ses bras sur elle pour la calmer, lui frottant le dos, la berçant pour essayer de la consoler, de l’apaiser. Du calme. Vanessa n’allait pas bouger, pas tout de suite. Elle avait raison, dans un sens, mais… Et après ? Elle devait tout abandonner, comme ça ? Ne pas réagir pour son propre confort alors que des gens se faisaient tuer dehors ?

Elvira – Un jour, tu reviendras pas…

Vanessa sentit sa gorge se serrer alors qu’elle se détacha légèrement d’Elvira pour la regarder dans les yeux. Elle tira un paquet de mouchoirs de ses poches, attendant que la grosse vague de pleurs s’atténue un peu, et essuya les yeux de sa cousine. Du calme, c’est fini, respire… Elle prit un autre mouchoir pour pousser Elvira à se moucher, cherchant les paroles à dire, cherchant ce qui pourrait la convaincre de sa prudence. Faisant asseoir sa cousine sur ses genoux, la gardant dans ses bras, Vanessa resta par terre pour la bercer et répondit d’une voix douce :

Vanessa – Calme-toi… Pour une petite fille de deux ans, tu es très intelligente. Mais je t’assure qu’il ne m’arrivera rien… Je suis très prudente, je te le promets. Je ne peux pas te dire que tu as tort… Je doute moi-même, très souvent. Mais si personne ne s’occupe de tout ça, tu imagines ce qui se passerait ? Tu imagines, si les vampires pensaient qu’ils peuvent sortir sans aucun risque ? Ils peuvent tuer. Ils peuvent s’en prendre à des gens sans défense et je veux l’éviter…

Vanessa poussa un soupir, faisant un sourire triste à sa petite cousine et essuyant ses joues avec ses doigts. Comment lui dire ? Comment la convaincre de tout cela ? Elle ne le faisait que pour son bien, pour protéger la petite fille de deux ans, rien de plus…

Vanessa – Je veux te protéger. Mais je n’imaginais pas que tu pensais tout ça… Pourquoi ne m’as-tu rien dit ? Je veux bien faire un effort pour être plus présente, pour ne pas m’absenter et rester plus souvent avec toi. Mais… Que veux-tu que je fasse ? Qu’est-ce qui te ferait plaisir ? Je veux être présente pour toi, Elvira, mais tu penses aux autres enfants qui sont en danger ?

Vanessa fit une nouvelle pause, cherchant comment rassurer Elvira. Oui, c’était dangereux, mais elle pouvait bien faire moins d’heures sur le terrain si cela pouvait la rassurer, lui éviter de faire des cauchemars ou autres. Cependant, tout arrêter comme ça, du jour au lendemain, et abandonner les personnes qui ne pouvaient pas se défendre…

Vanessa – Qu’est-ce qui te rassurerait ? Nous sommes plusieurs à nous battre, ma puce, je ne suis pas toute seule et je suis très prudente… Je ne veux pas que tu fasses de cauchemars, je veux t’écouter. Mais il n’y a pas que nous deux qui comptons, ici. Les vampires boivent le sang des humains, des gens disparaissent sans raison, ils hypnotisent certaines personnes… Du moins, c’est ce qu’on pense. Mais pendant la journée, ils ne peuvent pas sortir, ou sont trop affaiblis pour le faire. Ce sont des légendes très vieilles, ils existent depuis toujours mais se faisaient très discrets… jusqu’à présent. Et toutes ces personnes qui sont mortes à cause d’eux… Que veux-tu que l’on fasse d’autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un vilain truc noir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un vilain truc noir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Truc contre les piqures d'abeilles et de guèpes
» BOUT DE SKAI noir 2.50/1.70 metres >
» C'est quoi ce gros truc rond?
» Sonnet du trou noir
» NSR 250 lucky strike

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps d'Amérique-
Sauter vers: