Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Carlisle, on a quelque chose à te dire...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Carlisle, on a quelque chose à te dire...   Sam 6 Déc 2014 - 11:58

Edward avait passé le voyage de retour vers Forks à jouer avec Nessie et lui raconter de petites histoires. la fin de leur séjour chez Emmett et Rose avait été plus ou moins chaotique, même si cela aurait encore pu être pire. Rose leur avait annoncé qu'elle était enceinte, et Emmett en avait profité pour organiser une fête de plus avec de la musique, des fleurs, du gâteau, à grands coup de câlins et de bisous. Une bonne nouvelle, oui, même si Edward avait bien faillit se vendre et vendre Alice avec. Elle s'était posée un moment pour voir comment allait être le bébé de Rose, puis avait sursauté, en voyant la naissance et le prénom choisit. Edward avait sursauté en même temps, et bien faillit pousser une exclamation, mais sa sœur lui avait plaqué une main sur la bouche pour qu'il se taise, avec un petit rire. Il n'avait rien dit, par la suite, mais il savait que, dans quelques mois, il y en a un qui risquait de ne pas apprécier la blague. Mais soit, c'était la vie d'Emmett après tout, c'était à lui de choisir comment il voulait la terminer. Mais tout de même... Sur le moment, il n'avait pu s'empêcher de jeter un regard vers Alec, blessé, assis dans le canapé, couvé comme un poussin par sa sœur. Il allait hurler...

Mais soit. Pour le moment, il restait un problème un tantinet plus urgent que le prénom du futur fils de son frère. Comment annoncer à Carlisle que Bella et lui allait aussi avoir un enfant ? Sachant qu'ils le lui cachaient depuis deux semaines, presque trois. Qu'ils étaient censés retourner au lycée, en terminale. Qu'ils savaient à peine ce qu'ils voulaient faire comme métier. Qu'ils vivaient encore chez leurs parents. Et qu'ils ne savaient définitivement pas s'occuper d'un bébé humain, car même s'ils avaient appris deux ou trois trucs avec Nessie, ils étaient des novices complets avec un enfant tout à fait ordinaire. Comment se débrouiller sachant qu'eux aussi allaient avoir des besoins à gérer, leur travail à faire, et tout ce qui s'ensuit ? Il ignorait totalement comment concilier un enfant qui grandira normalement, qui ne fera pas ses nuits tout de suite, avec le lycée, le fait, pour Bella, d'être enceinte en étant à l'école... Autre soucis, ils ne pourront plus aller très loin, il faudra qu'ils aillent à Forks.

Edward avait cherché un moment une façon d'amener le sujet, mais ils ne pouvaient pas attendre trop longtemps. Il se décida finalement à en parler le lundi suivant, le jour de la rentrée de Renesmée. Le matin, il faillit aller déranger Carlisle trois fois, comme il travaillait à la maison, mais n'osa pas. Roh, allez, un peu de courage ! Il se décida, au repas de midi. L'ambiance était détendue, et Carlisle était calme, vu qu'il s'occupait d'Alec et l'aidait à manger. Edward ne mangea l'entrée que du bout des lèvres, échangeant de fréquents coup d'œil avec Bella, pâlissant un peu. Bon, il fallait bien le faire... Il se redressa un peu, cherchant une façon assez simple et pas trop choquante d'aborder le sujet. Son père risquait de crier, ça oui, mais au pire, ce n'était qu'un mauvais moment à passer, n'est-ce pas ?

Edward – Papa, commença-t-il, nerveux, on avait quelque chose à te dire, qui est arrivé il y a à peu près trois semaines.

Il s'interrompit, pour reposer sa fourchette, préférant ne rien avoir de coupant dans les mains. Il vérifia qu'il en était de même pour son père, puis reprit son souffle. Allez, un peu de courage, ce n'était quand même pas si compliqué !

Edward – Bella et moi, on va avoir un enfant, dans quelques mois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Carlisle, on a quelque chose à te dire...   Sam 6 Déc 2014 - 19:17

Carlisle rangea les affaires qui traînaient pour qu'Alec puisse passer sans trop de problèmes dan la maison. Il en avait pour un bon mois avec la cheville et le bras dans le plâtre... Il n'arrivait pas à comprendre pourquoi Irina avait fait ça. Comment avait-elle pu ? Surtout en un tel jour ? Jamais Aro ne l'aurait laissé s'en tirer comme ça, jamais, et pourtant... Et elle était morte. Il ramassa deux ou trois sacs et une veste oubliée, avec un petit soupir, avant d'aller ranger le tout à sa place. Il ne savait plus quoi ressentir par rapport à Irina. Il la connaissait bien, et l'imaginer morte était terrible, mais après ce qu'elle avait fait, comment la plaindre ? S'en prendre à Alec alors qu'il était vampire était une chose, s'en prendre à lui alors qu'il était humain en était une autre. Il ne pouvait pas se défendre, et en profiter d'une telle façon était lâche. Aro avait réagit très vite, et de façon très définitive, également. Il retint un soupir en rangeant les livres dans la bibliothèque.

Une fois fait, il passa dans la cuisine, où Esmée faisait le repas de midi, et l'enlaça tendrement par derrière en l'embrassant dans le cou. Il la garda un long moment contre lui, en la berçant, les yeux fermés, caressant son cou d'une main. Maintenant qu'ils étaient revenus, en meilleure forme, et prêts pour cette nouvelle vie, ils pouvaient bien le faire, cet enfant. Ils étaient installés, adultes, tous deux avaient une carrière, un endroit pour vivre, et tout ce qu'il faut pour élever convenablement un enfant. Il l'embrassa de nouveau dans la nuque, souriant, et lui murmura qu'ils pourront, ce soir, passer un moment à deux. Il voulait lui donner l'enfant dont elle rêvait, et qu'il voulait avoir avec elle. Auront-ils une fille ou un garçon ? Les deux, seraient bien, il n'avait pas de préférence. Il finit par la relâcher, puis se chargea de mettre le couvert.

– Edward, Bella, on va manger ! appela-t-il dans l'escalier.

Il amena Alec à table et le plaça à côté de lui pour l'aider durant le repas. Il se doutait que le jeune homme n'allait pas trop apprécier, mais ce n'était pas comme s'il avait le choix. Esmée arriva avec l'entrée, et ils s'installèrent tous à table, discutant de tout et de rien. Il faudra qu'il pense à réinscrire les enfants au lycée, sauf les jumeaux, qui ne reprenaient pas des études. Tout en aidant Alec à manger, il discuta avec Esmée de l'endroit où installer son bureau, comme elle voulait reprendre le travail et devenir décoratrice d'intérieur. Il vérifiait aussi si tout le monde mangeait bien. Edward semblait un peu pâle, ce qui lui fit froncer légèrement les sourcils. Il était malade ? Ou juste encore fatigué du voyage ?

Edward – Papa, commença-t-il, nerveux, on avait quelque chose à te dire, qui est arrivé il y a à peu près trois semaines.

Il tourna la tête vers lui, tout en déposant son morceau de pain. Quoi, que s'était-il passé il y a trois semaines ? Hormis l'agression d'Alec, il ne s'était rien passé de notable. Et encore heureux, ce genre de chose, c'était déjà assez pénible sans que ça n'arrive trop souvent. Et il ne voulait plus revoir Aro aussi furieux, c'était un peu trop effrayant.

Edward – Bella et moi, on va avoir un enfant, dans quelques mois.

Carlisle écarquilla les yeux, entrouvrant légèrement la bouche, s'immobilisant d'un seul coup. Ils allaient... Bella était enceinte ? Maintenant ?! Elle avait 19 ans ! Et elle était encore au lycée ! Il se remit bien droit face à eux, ses sourcils se fronçant un peu plus à chaque seconde, exaspéré. Et on peut savoir pourquoi ils avaient attendu trois semaines, au juste ? Il échangea un coup d'œil avec Esmée, les pointant tous les deux du doigt.

– On les achève tout de suite, à ton avis ?

Esmée – Non, attendons de voir leur justification.

Elle était choquée, tout comme lui, et il reporta le regard sur eux. Enceinte, maintenant ! Elle était redevenue humaine depuis deux mois maximum ! C'était incroyable... Il n'arrivait pas avaler ça, à accepter ce qui se passait.

– Vous vous souvenez que vous êtes encore au lycée ? Sans foyer à vous, sans travail, sans même des études supérieures commencées ? Vous vous rendez compte, juste un instant, qu'avoir et élever un enfant humain n'a strictement rien à voir avec un enfant hybride ? Enfin ! Bella, dis-moi, ce n'est pas à toi que j'avais dit de te protéger ?

Bella – Je... C'est que... Si, mais j'ai... On ne se protégeait plus comme je ne pouvais pas tomber enceinte et heu... On a... un peu oublié...

Elle jouait avec ses mains, comme à chaque fois qu'elle était gênée. Il n'arrivait pas à y croire. Aucun des deux n'avait pensé à se protéger ?! Mais c'était la base, enfin, la base de tout rapport sexuel dans l'humanité, surtout lorsqu'on n'était pas prêt à avoir un enfant ! Il faut être capable de l'assumer, de faire les choses bien, avec attention.

Esmée – Comment vous avez pu oublier ça ?! On n'oublie pas ce genre de choses.

– Surtout à votre âge ! Vous avez fait exactement le même coup avec Nessie et vous recommencez ?

Bella – On pensait qu'on se protégeait tous les deux ! Et on n'a réalisé notre erreur que lorsqu'Edward a vu que j'étais enceinte...

Il resta silencieux un moment, hésitant entre être désespéré ou complètement blasé. Comment pouvait-on... mais à ce point-là ? Comment ? Il regarda à nouveau Esmée, secouant la tête, en se demandant ce qu'il avait fait au ciel pour avoir des enfants comme ça. Il les avait donc si mal élevé ? Il savait être un mauvais père, mais tout de même... Et maintenant, sa belle-fille était de nouveau enceinte, à son âge, encore au lycée, et ne sachant pas par quoi commencer.

– Vous êtes encore au lycée, comment comptez-vous pouvoir assumer votre travail et la grossesse ? Les rumeurs, les ragots ? Je dois vraiment vous avoir mal élevés à un point incroyable si vous vous comportez comme ça.

Bella – On assumera, mais ce n'est pas de ta faute, c'est uniquement la nôtre. Et on le sait...

– Donc vous savez que vous ne prenez jamais le temps de réfléchir ? De un, vous ignorez comment vous occuper d'un enfant humains, de deux, vous êtes loin d'avoir fini vos études, de trois, vous venez à peine de redevenir humains. Comment comptez-vous gérer un enfant dans les meilleures conditions sans travail ni maison, rien qu'à vous ?

Il se tut un moment, le temps de serrer sa serviette dans son poing, puis se de soupirer. Une telle situation n'aurait jamais dû arriver !

– Vous savez le métier que vous voulez faire ? Ou au moins la branche ? Comment on s'occupe d'un bébé humain ? Comment vous allez gérer votre enfant sans gâcher vos études ? Ou vous vous êtes juste dit "tiens, on va choisir ça comme ça, pour faire semblant qu'on sait ce qu'on fait" ? Vous savez comment gérer une vie humaine, avec tout ce que ça implique ? Comment faire pour qu'une grossesse se passe bien, comment veiller sur un bébé, subvenir à tous ses besoins, tout en gérant vos propres besoins et votre fatigue ?

Il les regarda à tour de rôle, fermant les yeux une seconde, puis reprit.

– Donc ? Comment allez-vous faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3242
DC : Nop

MessageSujet: Re: Carlisle, on a quelque chose à te dire...   Mar 9 Déc 2014 - 22:57

Bella avait passé le reste des vacances à vomir le plus discrètement possible, apprenant à camoufler les nausées lorsqu’elles lui prenaient d’un coup et se précipitant incroyablement lentement aux toilettes. C’était abominable, jamais la jeune mère n’avait autant désiré la solitude et des vacances en solitaire pour pouvoir vomir tranquille. Bon, c’est pas très glamour dit comme ça, mais faut bien admettre que devoir se cacher à chaque fois que l’on est pris de nausées n’est pas hyper génial ! Et puis, qu’on la laisse être enceinte tranquillement, c’est pas impossible… Si ?

Dès qu’ils en avaient eu l’occasion, Edward et elle s’était isolés pour discuter, parlant tout le temps nécessaire, aussi longtemps que possible, pour réfléchir et envisager leur avenir. Quelles études allaient-ils faire ? Comment allaient-ils gérer leurs besoins, sachant que tout était différent en tant qu’humains ? Comment s’occuper d’un bébé qui grandit normalement, à savoir, mois après mois et qui ne prend pas six mois en deux semaines ? Après des heures de discussions, ils étaient parvenus à trouver ce qui les inspirait, ce qui les intéressait. Edward se lancerait dans des études de bibliothécaire et Bella ferait des études de biologie. Déjà, pour cela, ils étaient fixés. Pour les besoins, eh bien… A part se relayer, faire un petit peu chacun à leur tour, que pouvaient-ils faire d’autres ?

Ils avaient aussi abordé le problème de la grossesse au lycée, mais Bella parviendrait à gérer et supporter, elle ferait tout pour. Ne restait donc plus que le petit problème de l’annonce… Dire tout cela à Carlisle. En sachant qu’ils habitaient toujours chez lui et Esmée, qu’ils étaient au lycée, que Bella avait eu droit à toute la discussion gênante sur le thème « protège-toi », qu’ils avaient simplement « oublié » de se protéger justement. Et qu’ils ne gagnaient pas d’argent, qu’ils n’y connaissaient rien, qu’ils n’avaient pas leur diplôme, rien… Pas sûr que son beau-père apprécie la nouvelle. Pour couronner le tout, voilà maintenant presque trois semaines qu’ils lui cachaient que Bella était enceinte, qu’ils lui mentaient. Cependant, n’ayant pas de tact, la jeune femme préférait laisser Edward faire pour annoncer les choses avec plus de douceur. Inutile de provoquer la colère, autant les ménager un tout petit peu au moins.

Carlisle – Edward, Bella, on va manger !

Bella descendit en traînant un peu des pieds, sentant mal le repas à venir comme elle avait l’impression de vomir tout ce qu’elle ingurgitait selon les périodes. Par chance, Renesmée était rentrée aujourd’hui, ils étaient seuls avec Carlisle, Esmée et les jumeaux. Mais, elle ignorait pourquoi, une impression bizarre, un mauvais pressentiment la rongeait un petit peu plus, s’insinuait dans toutes les parcelles de son corps à chaque pas qu’elle faisait. Pourquoi ? Aucune idée.

S’asseyant autour de la table avec les autres, Bella lança un regard à Carlisle puis à Edward, pour savoir s’il lui avait parlé ou pas. Aucune fureur dans son regard, aucun sous-entendu… Non. Cependant, la tête d’Edward et son enthousiasme à manger son entrée mirent la puce à l’oreille de la jeune mère. Il n’allait pas… ? Maintenant ? Tout de suite ? Mais… Un échange de regard confirma l’impression de Bella. D’accord… Maintenant. Une boule se forma immédiatement dans sa gorge.

Edward – Papa, commença-t-il, nerveux, on avait quelque chose à te dire, qui est arrivé il y a à peu près trois semaines.

Quoi ? Mais non ! Enfin, dire les choses comme ça, quoi ! C’était cela qu’il appelait « du tact » ? Il n’y avait pas de pire manière pour commencer une discussion et faire une annonce ! Bella regarda Carlisle qui venait de poser son couteau et s’était arrêté de manger. D’accord, il paniquait, il craignait le pire. Pour en rajouter une couche, Edward avait précisé que ça datait de trois semaines… Ils allaient se faire tuer. Trucider. Laminer. Brûler vifs. Il allait faire de petits morceaux d’eux avec son couteau.

Edward – Bella et moi, on va avoir un enfant, dans quelques mois.

Du taaaact ! Mais merde, quoi ! Il faut enrober ce genre de nouvelles dans leur situation ! Bella voulut donner un coup de pied à Edward pour lui signifier son désaccord mais en fut incapable. Elle était paralysée, attendant le verdict, la réaction de Carlisle… Qui venait d’écarquiller les yeux en entrouvrant un peu la bouche. Mauvais signe. Très mauvais signe. Esmée et Carlisle s’échangèrent un regard, ce dernier les désignant, elle et Edward, du doigt. Gloups.

Carlisle – On les achève tout de suite, à ton avis ?

Esmée – Non, attendons de voir leur justification.

… Leur justification ? D’accord, donc tout dépendait de leur défense. Ils s’étaient préparés, c’était le moment de le montrer. Mais Bella aurait juste préféré qu’Edward la prévienne pour qu’elle se prépare mentalement. C’était trop lui demander ? Oui ? Non ? Juste lui faire un signe avant le repas, un regard, même un message s’il ne voulait pas être grillé par Carlisle avant la discussion. Mais pas pendant le repas, de manière quasi-intuitive ! Celui-là, elle le retenait. Mais vraiment. Il allait le lui payer… S’ils s’en sortaient vivants, du moins.

Carlisle – Vous vous souvenez que vous êtes encore au lycée ? Sans foyer à vous, sans travail, sans même des études supérieures commencées ? Vous vous rendez compte, juste un instant, qu'avoir et élever un enfant humain n'a strictement rien à voir avec un enfant hybride ? Enfin ! Bella, dis-moi, ce n'est pas à toi que j'avais dit de te protéger ?

Bella rougit instantanément en baissant la tête, évitant délibérément le regard d’Edward. Elle ne risquait pas d’oublier cette discussion incroyablement gênante alors qu’elle venait d’accepter d’être la femme d’Edward… Non, elle n’avait pas oublié. Sans y faire attention, elle se mit à jouer avec ses mains en bafouillant une réponse :

Bella – Je... C'est que... Si, mais j'ai... On ne se protégeait plus comme je ne pouvais pas tomber enceinte et heu... On a... un peu oublié...

Esmée – Comment vous avez pu oublier ça ?! On n'oublie pas ce genre de choses.

Carlisle – Surtout à votre âge ! Vous avez fait exactement le même coup avec Nessie et vous recommencez ?

Bella – On pensait qu'on se protégeait tous les deux ! Et on n'a réalisé notre erreur que lorsqu'Edward a vu que j'étais enceinte...

Bella se tut, réalisant qu’elle s’enfonçait à chaque parole. Peut-être avait-elle répondu un tout petit peu trop vite, sans réfléchir, alors que c’était précisément la chose à éviter face à Carlisle dans une telle situation. Comme pour confirmer son impression de « je me suis enfoncée », son beau-père regarda sa femme en secouant la tête sans avoir rien dit. Ils étaient mal. Très mal. Ils ne pouvaient vraiment pas s’esquiver, partir, sans avoir d’engueulade ? Après tout, c’était une bonne nouvelle, non ? En général, on se réjouissait d’une naissance. Ici, Bella avait l’impression qu’ils annonçaient la pire nouvelle du siècle… Pourtant, ils étaient capables de gérer, elle le savait, alors aucun souci. Ils avaient pensé à tout, en plus. Non ?

Carlisle – Vous êtes encore au lycée, comment comptez-vous pouvoir assumer votre travail et la grossesse ? Les rumeurs, les ragots ? Je dois vraiment vous avoir mal élevés à un point incroyable si vous vous comportez comme ça.

Carlisle, ou l’art de mettre la pression et de faire culpabiliser en deux mots. Ce n’était pas de sa faute ! C’étaient eux qui n’avaient pas fait attention, eux qui avaient oublié de se protéger, Carlisle avait fait son « boulot » et avait prévenu en leur disant de se protéger. Ils avaient oublié. Alors, ce n’était pas sa faute, mais la leur. Bella réagit presque immédiatement, comme piquée au vif, refusant que son beau-père ne se sente coupable pour une chose dont il n’était pas responsable :

Bella – On assumera, mais ce n'est pas de ta faute, c'est uniquement la nôtre. Et on le sait...

Carlisle – Donc vous savez que vous ne prenez jamais le temps de réfléchir ? De un, vous ignorez comment vous occuper d'un enfant humains, de deux, vous êtes loin d'avoir fini vos études, de trois, vous venez à peine de redevenir humains. Comment comptez-vous gérer un enfant dans les meilleures conditions sans travail ni maison, rien qu'à vous ?

Mais ils avaient réfléchi ! Ils savaient ce qu’ils voulaient faire, ils devaient juste étudier. Bon, d’accord, leur âge les empêchait de quitter la maison pour travailler et gagner leur vie, vivre de leur propre vie. Seulement, il était hors de question que Bella l’admette ou le dise. Elle lança un regard à Edward, très discrètement, cherchant quoi dire. Que pouvaient-ils répondre à ça ? « On comptait sur vous pour rester » ? Pas sûr que ce soit une bonne idée, vu la situation…

Carlisle – Vous savez le métier que vous voulez faire ? Ou au moins la branche ? Comment on s'occupe d'un bébé humain ? Comment vous allez gérer votre enfant sans gâcher vos études ? Ou vous vous êtes juste dit "tiens, on va choisir ça comme ça, pour faire semblant qu'on sait ce qu'on fait" ? Vous savez comment gérer une vie humaine, avec tout ce que ça implique ? Comment faire pour qu'une grossesse se passe bien, comment veiller sur un bébé, subvenir à tous ses besoins, tout en gérant vos propres besoins et votre fatigue ?

… La… La grossesse ? Parce que… Parce qu’il fallait préparer une grossesse aussi ? Mais à part voir son ventre grossir au fur et à mesure que les mois s’écoulaient, la fatigue et les nausées, en plus du mal de dos, qu’y avait-il à prendre en compte ? Le reste, ils y avaient pensé… Enfin, vaguement, plus ou moins. Ils s’étaient entendus sur les détails pour se préparer à répondre aux questions de Carlisle mais… Là. La grossesse, pour être honnête, Bella n’y avait pas pensé une seconde. Elle se sentit blêmir et ne put soutenir le regard de son beau-père. Comment faisaient-ils, maintenant, au juste ? Jetant un coup d’œil à Edward, elle remarqua qu’il se faisait tout petit. Elle qui cherchait un soutien, n’importe quoi, une parole ou… Quelque chose pour l’aider à répondre, c’était raté.

Carlisle – Donc ? Comment allez-vous faire ?

Bella – Heu… commença-t-elle, la voix rauque.

Heu… Bella lança un regard désespéré à Edward. Il ne pouvait vraiment pas l’aider ? Rien du tout ? Une réponse ? Pour les études, ils savaient. Pour gérer une vie humaine, elle-même en était capable vu qu’elle se gérait et avait géré son père pendant des mois. Donc, ça, aucun problème. Pour le reste… Il y avait quoi, déjà ? S’occuper d’un bébé, la grossesse ? Heu… Oui… Edwaaaard, help ? Pour une fois, Bella bénissait son don même si elle détestait qu’il lise dans ses pensées lorsqu’elle n’allait pas bien et qu’elle ne rêvait que d’une chose : s’isoler, se terrer dans un trou et ne pas en ressortir avant une journée.

Edward – On va travailler à côté pour être indépendants à la fin de nos études. On sait que c'est encore tôt, mais on ne va pas laisser notre enfant sans garantie.

Bella – Et on… On a déjà réfléchi à ce que l’on voulait faire, dès qu’on a appris que j’étais enceinte. Je suivrai des cours par correspondance en biologie, et Edward des études de bibliothécaire.

Bon, c’était un début. Bella avait arrêté de manger, torturant ses mains sous la table pour se contenir et ne pas perdre tous ses moyens. Ce n’était pas le moment, surtout qu’elle était légèrement plus fragile depuis qu’elle était enceinte, qu’elle se sentait plus fragile depuis le début. Maintenant, elle se sentait rougir à mesure qu’elle parlait, passant ainsi du « toute blanche » au « toute rouge » en l’espace de quelques minutes à peine. Ce point-là ne lui avait, définitivement, pas manqué lorsqu’elle était vampire… Se raclant la gorge, Bella reprit pour dissimuler un tant soit peu son malaise :

Bella – Nous ne… On a oublié de penser à la grossesse et au… Heu… A la manière de s’occuper d’un bébé. Mais je sais comment gérer une vie humaine, et je pense qu’Edward aussi. J’ai dû me gérer presque toute seule quand j’étais avec mes parents et je sais me débrouiller.

Bella fit une nouvelle pause, réfléchissant. Il ne restait plus que la question des besoins personnels, la fatigue et la gestion de la grossesse… Que pouvaient-ils dire, sinon qu’ils assumeraient et feraient avec ? D’accord, cette réponse n’allait sûrement pas plaire à Carlisle, mais autant être franche. Non ?

Bella – Pour les besoins, on sait que ce sera difficile, mais on pourra toujours se relayer, s’entraider, et à force… L’habitude et heu… Enfin, on assumera et ça ira.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Carlisle, on a quelque chose à te dire...   Jeu 19 Fév 2015 - 13:10

Bella – Heu… commença-t-elle, la voix rauque.

Oui, et ensuite ? Il n'arrivait pas à y croire... Après tout ce qui s'était produit, tout ce qui s'était passé depuis trois ans, tout ce que leur famille avait vécu, ils arrivaient encore à se comporter en enfants irresponsables ? Mais enfin ! Un enfant, ce n'était pas une poupée, on ne pouvait pas jouer dix minutes avec et la reposer ensuite dans un coin en ne s'en occupant plus ! Ce n'était pas une chose anodine et innocente, il fallait s'y préparer, afin que cet enfant arrive dans les meilleures conditions possibles ! Il fallait d'abord réfléchir, savoir si on était assez mature pour s'en occuper. Savoir si on était soi-même dans d'assez bonnes conditions... Et ici, en voyant leur panique, il avait de très sérieux doutes. Lorsque Rosalie leur avait annoncé qu'elle était enceinte, cela avait juste paru naturel. Elle avait terminé ses études, Emmett aussi, ils étaient tous les deux lancés dans leur carrière, et il savait que Rose ne paniquera pas et saura comment gérer ses propres besoins en plus de ceux de son fils ou de sa fille. Bella, en revanche... Sans vouloir la dénigrer, il avait conscience qu'elle n'avait jamais réfléchi à ça, et elle ne pouvait même pas s'appuyer sur son expérience avec Nessie, car sa fille avait grandi très vite, et Bella n'avait plu de besoins humains. Donc comment allait-elle faire ? Et Edward ? Comment comptaient-ils se gérer eux-même tout en gérant un enfant ? Comment avaient-ils prévu de se débrouiller, sans mettre leur propre vie entre parenthèses ? Ou allaient-ils juste paniquer bêtement jusqu'à plus soif ? Car là, il serait temps d'arrêter d'avoir peur et de se concentrer un peu !

Edward – On va travailler à côté pour être indépendants à la fin de nos études. On sait que c'est encore tôt, mais on ne va pas laisser notre enfant sans garantie.

Mais encore ? Quelles étaient ces "garanties" ? Cela le tuerait de développer un peu plus ? Un minimum ? Il avait cessé de manger lui aussi, l'estomac noué, et désespéré. Avaler ça risquait de lui prendre un peu de temps... Ils étaient censés être devenus plus matures, responsables, mais non, c'était de pire en pire ! Arriveraient-ils à changer, au moins un peu ? Même les jumeaux l'étaient dix fois plus qu'eux.

Bella – Et on… On a déjà réfléchi à ce que l’on voulait faire, dès qu’on a appris que j’étais enceinte. Je suivrai des cours par correspondance en biologie, et Edward des études de bibliothécaire.

Ils avaient déjà réfléchi à ça... Une réflexion de deux semaines ou trois, c'était en effet un très grand effort, il avait presque envie d'applaudir. Il échangea un regard avec Esmée, retenant un soupir, tout en coupant du pain pour Alec, l'aidant à manger comme il le pouvait, Jane faisait déjà ça très bien. Ils avaient réfléchi depuis trois semaines à la façon dont ils voulaient mener leurs vies, bien, très bien, c'était une donc une réflexion parfaitement approfondie et constructive, faite à froid, avec du recul, et qui sera jamais entachée par le regret. C'était brillant, même, que pourrait-il demander de mieux de la part de ses enfants ? Peut-être pas qu'ils deviennent matures, c'était sans doute trop demandé, à ce stade. Oh, mais peut-être qu'ils daignent à se comporter un peu comme des adultes ? Trop demandé aussi ? Là, il avait plutôt l'impression d'avoir face à lui deux gosses à peine pubères. Deux gosses qui venaient de découvrir la réalité de la vie humaine. "Oh, tiens, quand on est une femme et qu'on ne se protège pas, on peut tomber enceinte, c'est bête, pas vrai ?" Une fille de quatorze ferait ça, passe encore, mais pas eux... Et qu'ils osent lui dire qu'ils avaient bien réfléchi à tout ça l'agaçait encore plus.

Bella – Nous ne… On a oublié de penser à la grossesse et au… Heu… A la manière de s’occuper d’un bébé. Mais je sais comment gérer une vie humaine, et je pense qu’Edward aussi. J’ai dû me gérer presque toute seule quand j’étais avec mes parents et je sais me débrouiller.

Il haussa un sourcil. Ah, donc, elle allait avoir un enfant et "Oups, j'ai oublié de penser comment on  allait s'en occuper ?". C'est vrai, ça, quelle importance ? Autant faire comme avec Nessie, même si la situation n'avait strictement rien à voir !

Bella – Pour les besoins, on sait que ce sera difficile, mais on pourra toujours se relayer, s’entraider, et à force… L’habitude et heu… Enfin, on assumera et ça ira.

– Te gérer toute seule lorsque tu étais avec tes parents ?! s'écria-t-il d'un ton exaspéré en laissant retomber ce qu'il tenait. Quand tu avais trois mois, tu savais déjà te préparer des biberons toute seule ?! Personne ne t'a appris à marcher ? A parler ? Personne ne t'a jamais protégé ni élevé ? Tu savais déjà tout faire en venant au monde ?

Il leva les yeux au ciel, avec un immense soupir, alors que l'agacement laissait place à la colère. L'immaturité à un point aussi élevé, c'était quand même incroyable ! Il tapota la table du bout des doigts, pour se calmer un peu, et aussi pour se contenir, avec une forte envie de les gifler tous les deux. Histoire de leur remettre les idées en place, au moins un minimum.

– Donc vous venez de dire que vous avez oublié de penser à comment vous occuper d'un bébé... Magnifique, je crois que ça n'aurait pas pu être pire. Oublier de penser au principal, c'est merveilleux ! Je l'aurais accepté de la part d'une gamine de treize ans, mais pas de vous deux ! Donc, selon vous, vous savez comment gérer les besoins et les fatigues sachant que vous n'avez jamais connu ça, Nessie étant hybride et vous deux vampires ?

Il s'interrompit à nouveau pour prendre une longue inspiration, fermant les yeux vingt secondes. Ce n'était pas possible... A ce point-là...

– Ne pas penser à la façon de s'occuper d'un bébé... C'est la première chose qui aurait dû vous venir à l'esprit ! Vous êtes... Mais vraiment, les jumeaux sont dix fois plus matures que vous deux.

Il fixa ses enfants, se contenant à grande peine de ne pas hurler bien plus fort que ça.

– Et ce n'est même pas une question d'âge, après ce que vous avez vécu ! Là, vous êtes juste deux sales gosses ignorants !

Il reprit sa fourchette, sans manger néanmoins, tapotant l'assiette avec.

– On veille sur ses enfants, on les protège, on fait attention à eux ! Vous n'êtes même pas conscients de ça ? Un bébé, ce n'est pas une poupée. Donc, Bella, tu n'as pas réfléchi non plus à la grossesse ? Tu pensais peut-être que ça allait se passer comme ça, sans y prendre garde ? Sais-tu seulement ce qu'est un véritable accouchement ?
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3242
DC : Nop

MessageSujet: Re: Carlisle, on a quelque chose à te dire...   Jeu 12 Mar 2015 - 21:01

Carlisle – Te gérer toute seule lorsque tu étais avec tes parents ?! s'écria-t-il d'un ton exaspéré en laissant retomber ce qu'il tenait. Quand tu avais trois mois, tu savais déjà te préparer des biberons toute seule ?! Personne ne t'a appris à marcher ? A parler ? Personne ne t'a jamais protégé ni élevé ? Tu savais déjà tout faire en venant au monde ?

Heu… Oui, bon, d’accord, elle n’avait peut-être pas pensé à ça. Bella se sentit blêmir, rougir, tout ça à la fois tandis qu’elle se ratatinait un peu plus sur sa chaise. Elle n’osait plus rien dire, ne bougeait pas d’un pouce et n’osait même pas regarder la tête que faisait Edward. Ils étaient stupides… Ils avaient oublié la chose la plus importante, alors qu’ils se préparaient à parler à Carlisle depuis des jours, et voilà qu’ils se faisaient tuer sur place. Comment se défendre, à présent ? Ils ne pouvaient pas lui mentir, ce serait encore pire, et dire platement qu’ils ne savaient pas du tout comment s’en tirer était une trèèèès mauvaise idée…

Bella sursauta lorsque Carlisle commença à tapoter des doigts sur la table, les fixant des yeux sans relever le regard. Oui, elle était terrorisée, et alors ? Se faire engueuler par son beau-père à table, pour un sujet tel que celui-ci n’avait rien de plaisant, rassurant ou drôle. Alors, oui, elle était un peu nerveuse. Un tout petit peu. Sans oublier qu’il hurlait…

Carlisle – Donc vous venez de dire que vous avez oublié de penser à comment vous occuper d'un bébé... Magnifique, je crois que ça n'aurait pas pu être pire. Oublier de penser au principal, c'est merveilleux ! Je l'aurais accepté de la part d'une gamine de treize ans, mais pas de vous deux ! Donc, selon vous, vous savez comment gérer les besoins et les fatigues sachant que vous n'avez jamais connu ça, Nessie étant hybride et vous deux vampires ?

Mais que voulait-il qu’ils disent ?! Qu’ils avaient oublié, qu’ils comptaient apprendre, qu’ils n’avaient pas le choix de toute façon ? Bella refusait d’avorter, elle assumerait, quoi qu’il se passe. Inconsciemment, elle porta une main à son ventre, les lèvres serrées. Elle avait oublié, oui, elle avait fait une erreur, oui, mais elle était encore jeune.  Et puis… Et puis, zut, ils avaient compris ! La jeune mère ne prononça pas une parole, fixant délibérément le contenu de son assiette, dégoûtée, avec une forte envie de remonter pour s’enfermer dans sa chambre jusqu’au lendemain. Ou surlendemain. Ou plus, peut-être.

Carlisle – Ne pas penser à la façon de s'occuper d'un bébé... C'est la première chose qui aurait dû vous venir à l'esprit ! Vous êtes... Mais vraiment, les jumeaux sont dix fois plus matures que vous deux.

Mais c’était normal, ça ! Avec tout ce que les jumeaux avaient vécu, avec ce qu’ils avaient connu ! Ils avaient trois cents ans, comment Edward et Bella auraient-ils pu être plus matures qu’eux ?! Elle-même n’avait même pas vingt-cinq ans… Elle sentit le regard lourd de Carlisle posé sur elle, sur eux deux, mais s’obligea à regarder son assiette sans rien dire, ne voulant pas l’affronter. Ils n’auraient pas dû parler… Ils n’auraient dû rien dire, rien du tout, c’était la pire idée du siècle.

Carlisle – Et ce n'est même pas une question d'âge, après ce que vous avez vécu ! Là, vous êtes juste deux sales gosses ignorants !

A nouveau, Bella ne put réprimer un sursaut, se crispant davantage, aussi tendue qu’un arc. Et la fourchette avec laquelle Carlisle tapotait sur le bord de son assiette n’aidait en rien. C’était pire. Deux sales gosses ignorants… Il venait de… Elle se mordit les lèvres, mal à l’aise, sentant sa gorge se serrer. Définitivement, parler de ça était une mauvaise idée. Alice les aurait sûrement prévenus. Si elle avait été là…

Carlisle – On veille sur ses enfants, on les protège, on fait attention à eux ! Vous n'êtes même pas conscients de ça ? Un bébé, ce n'est pas une poupée. Donc, Bella, tu n'as pas réfléchi non plus à la grossesse ? Tu pensais peut-être que ça allait se passer comme ça, sans y prendre garde ? Sais-tu seulement ce qu'est un véritable accouchement ?

Qu… Quoi ? C’était à elle de répondre ? Mais… Mais… Mais il était horrible de faire ça ! Il savait qu’elle allait perdre tous ses moyens ! Bella se retint de lancer un regard désespéré à Edward, l’implorant, qu’il l’aide, fasse quelque chose. Elle ne voulait pas répondre ! Mais elle s’empêcha de l’appeler à l’aide, sachant qu’il devait l’entendre penser et que, s’il ne disait rien, c’est qu’il préférait sans doute se défiler et la laisser gérer ça. Trop aimable… Sauve qui peut, hein ?

Bella releva péniblement la tête, ouvrit la bouche, mais aucun son n’en sortit. Allez, un peu de courage ! Qu’avait-il demandé, déjà ? Réfléchiiiis ! Ah, oui, voilà, la grossesse. L’accouchement. Voilà, c’était ça. Si… Si elle savait comment cela se passait ? Heu… Elle déglutit et murmura un « Non » à peine audible, mais bien trop audible à son goût. Ses joues devinrent rouges, alors qu’elle avait l’impression que le chauffage avait été poussé au maximum. Vite, vite, vite, rajouter quelque chose !

Bella – Mais je vais me renseigner ! s’empressa-t-elle d’ajouter. Je… Je vais aller à la bibliothèque, ou demander à l’hôpital à un spécialiste, à des femmes enceintes ou… Je vais me renseigner pour ne pas faire les choses mal, avec le bébé. Je… Je sais que ce n’était pas prévu, mais je ne veux pas avorter, et on va assumer, on y arrivera.

Elle ne savait pas quoi dire, se sentant plus mal que jamais, la culpabilité lui rongeant l’estomac. Bella ne savait pas si c’était l’effet de la grossesse, ou celui de la conversation, mais elle avait besoin d’air et voulait surtout esquiver la fin de la conversation. Ils n’avaient pas pensé à tout cela, alors à quoi bon en parler ? Ils avaient compris, elle irait se renseigner demain, Edward aussi, et heu… Tout irait bien. Très bien.

Bella – Je suis désolée…, souffla-t-elle. Je ne voulais pas te décevoir, ni toi, ni Esmée. C’est que… Tout est allé très vite et… On a paniqué, on a voulu faire les choses correctement pour vous l’annoncer et on…

« a oublié le plus important »… Bella ne termina pas sa phrase, baissant la tête après avoir croisé le regard d’Edward. Elle mourait d’envie de quitter la table pour aller s’enfoncer dans un trou, mais c’était trop risqué. Pas bouger.

Bella – On ira se renseigner dès demain... On ne... On ne recommencera plus, on fera attention la prochaine fois et je... Désolée.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carlisle, on a quelque chose à te dire...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carlisle, on a quelque chose à te dire...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'ai bien essayé de trouver quelque chose d'original mais...
» Si vous aviez pu changer quelque chose...
» Un p'tit quelque chose de bleu dans le ciel
» la musique qui vous rappel quelque chose
» Quelque chose d'exotique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Hors-Chronologie et Flash-Back-
Sauter vers: