Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un vol presque réussi

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Un vol presque réussi   Sam 31 Jan 2015 - 22:29

Violette était couchée sur son lit même si celle-ci n'avait pas besoin de dormir. Elle lisait un dossier qu'elle avait volé à l'hôpital enfin ce n'était pas vraiment du vol car il y avait le prénom de sa mère. Tout en le lisant, une colère commençait à l'envahir mais elle se calma aussi vite. D'après ce qu'elle se souvenait de sa vie passée, Violette ne pouvait pas la sauver mais dans sa lecture cette dernière comprit que le médecin lui avait menti. Sur le moment, la seule chose qui lui tournait en tête était de se venger de ce type sauf qu'elle n'y faisait rien. La jeune vampire ferma le document avant d'aller le déposer sur sa table de nuit puis se leva afin d'aller se laver, cependant, elle se dirigea vers son armoire pour prendre des vêtements.

Une fois que sa douche fut finie et habiller. Violette portait un pantalon bleu foncé et une chemise blanche avec un pull. Bien qu'elle n'en ait pas besoin. Autour de son cou, se trouvait un collier et à son poignet droit, on pouvait voir un bracelet qu'elle n'avait presque pas enlevé. Il était précieux pour elle. En le regardant, elle se sentait moins seule et s'était toujours demandé ce que sera la vie s'il n'avait jamais eu l'accident. Marchant vers son bureau de sa chambre, deux cadres photos s'y trouvaient, l'une d'elles était celle avec sa mère et l'autre fut avec sa meilleure amie. Toutes les deux décédées mais Violette dut vite se ressaisir car ses sentiments obscurs lui revenaient, la vampire n'en avait pas besoin. Tout en continuant à regarder les photos, Violette dit

- Vous me manquez. Maman, c'est un vrai miracle mais je fais ce que tu m'as demandé. Je souris tout le temps même si les temps sont durs.

Après avoir dit cela, elle descendit les escaliers tandis que sa soif commençait à se manifester. Malheureusement, sa réserve de sac de sang était vide. Violette devait aller en rechercher. Elle mit ses chaussures puis son manteau mais elle tâte sa poche afin de savoir si ses lunettes étaient bien là. En dernier lieu, elle attrapa son sac et le mit son dos. Quand elle fut dehors, celle-ci prit la précaution de fermer la porte derrière elle.

La nuit était tombée, les rues étaient éclairées par les lanternes et des humains rentèrent chez eux ou ils allèrent en boîte. Certaines maisons furent plongées dans les noires, d'autres étaient illuminées. Les mortels ont une vie si monotone, Violette était passée par là, toutefois, ce n'était pas le modèle à suivre. Elle en rit intérieurement. Perdue dans ses pensées, elle passa près d'un groupe d'humains mais l'un d'eux avait une odeur délicieuse. La vampire s'éloigna d'eux avant que sa gorge s'éveille. Elle se dirigea vers l'hôpital et sortit ses lunettes puis les mit sur son nez. Certains passants trouvaient cela bizarre car le soleil n'était plus là. Ignorant leur murmurent, elle rentra dans l'hôpital.

Violette passait les portes des urgences, rien n'avait changé depuis sa vie passée. L'accueil se trouvait toujours sur sa gauche ainsi qu'il y avait plusieurs personnes qui étaient assit ou en train de s'occuper des nouveaux patients qui faisaient la file. Tout en s'approchant du comptoir où un homme s'y tenait, elle montra sa fausse pièce d'identité et il lui ouvrit la porte. Les couloirs étaient tous identiques et blancs, des rampes se trouvaient fixer au mur afin que les patients pouvaient se déplacer facilement. Entre chaque rampe on pouvait voir que des portes fermer qui menait aux chambres des malades. Violette croisa plusieurs médecins, infirmières, urgentistes qui circulaient dans les couloirs. De nombreuses odeurs n'arrêtaient pas de tourner autour de Violette et elle dut ouvrir une porte afin d'y pénétrer. Ce fut quand la porte fut fermée qu'elle regardait la pièce, c'était une chambre complément vide. Le lit n'avait même pas été défait et d'après l'odeur personne n'y était rentrée depuis quelques jours. Après son observation elle mit sa main sur sa gorge qui lui faisait souffrir ce qui la mettait en alerte.

Violette devait se dépêcher de prendre des sacs de sang puis de quitter l'hôpital le plus rapidement possible afin de faire du mal à personne. Elle rouvrit la porte et marcha vers la réserve personnelle du bâtiment. Soudainement, elle se stoppa net car un médecin était dans son champ de vision et il parlait avec une infirmière. La femme s'approcha doucement d'eux sauf que l'infirmière finissait par s'éloigner et le docteur lui faisait face. Il l'observait un petit moment avant d'ouvrir la bouche

- Est-ce que vous êtes la nouvelle infirmière ?

Une seule pensée vint hanter Violette, celui de le tuer lentement. Le sourire aux lèvres la vampire s'approcha du médecin même trop près et l'odeur lui chatouillent le nez. Elle ne voulait qu'une seule chose s'était de lui vider de son sang.

- En quelque sorte...

Elle n'en parla pas plus, inconsciemment sa main alla se poser sur ses lunettes tous en étant prête à les enlever mais elle reprit le contrôle d'elle-même en dernière seconde. Il y avait une règle qu'elle s'était donné, cette règle était ne jamais se nourrir d'un humain. Violette recula de deux pas quand il reprit la parole.

- Puis-je vous faire quelque chose pour vous ?

Le mensonge était sa meilleure amie dans ce genre de situation, elle lui dit qu'un patient avait besoin d'une transfusion d'urgence mais que Violette ne savait pas où se trouvait la réserve. Le médecin finissait par se détendre et lui montra le chemin, cependant, une colère brûlait en elle. Heureusement, que ses lunettes se trouvaient sur son nez sinon elle aurait eu de gros problèmes. Le type s'arrêta et lui ouvrit la porte. Elle rentra dans la pièce tout en le remerciant puis Violette prit soin de la refermer, personne ne pouvait voir ce que celle-ci s'apprêtait à faire. Son sac était posé sur le sol tandis qu'elle fouilla dans des paniers où les sacs de sang y étaient déposés. Violette savait parfaitement le nombre de sacs qu'elle devait prendre avant son prochain passage. Une fois que le compte fut bon, elle ferma son sac et le remis sur son dos ainsi qu'elle vola un dernier. Elle l'ouvrit et bu tout le contenu du sac.

Sa gorge s'était calmée, Violette jeta le sac vide dans une poubelle puis quitta la pièce comme rien ne s'était passée. Quand elle pouvait entendre des bruits d'un pleure alors elle ne put s'empêcher d'aller voir et elle découvrit une petite fille qui pleurait. La vampire s'accroupit et lui demandait ce qui n'allait pas sauf qu'elle n'eut aucune réponse ce qui lui faisait penser à elle-même. Une main alla sur la tête de la fille puis elle alla mettre son front contre le sien avant de lui dire.

- Vous ne souhaitez pas me le dire, je ne vais pas vous forcer mais si j'étais vous j'écouterais ce qu'on me dirait car on n'a qu'une seule mère.

Violette se relevait et s'éloigna de la petite fille qui avait arrêté de pleurer quant à nouveau elle fut abordée par le même médecin dans le couloir. La sortie n'était plus très loin mais elle le regarda avec un sourire et l'écouta.

- Vous partez déjà !
- Oui, je ne me sens pas très bien. Mentit-elle en se dirigeant vers la porte de sortie

Dans cet hôpital, Violette n'en gardait pas de bon souvenir et se dépêcha d'en sortir. Ce fut seulement une fois dehors qu'elle enleva ses lunettes et les remit dans sa poche. Violette ne put s'empêcher de dire à haute voix

- Ce type a de la chance sinon il ne saurait plus de ce monde....
Revenir en haut Aller en bas
Maes Hughes

Lieutenant-colonel

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 227
DC : Non

MessageSujet: Re: Un vol presque réussi   Dim 8 Fév 2015 - 16:38

Considérons cela comme une amélioration... Le tout jeune vampire n'avait pas hurlé, ni tenté de leur sauter à la gorge, ni tenté de s'enfuir, ni pleuré. Il s'était juste enfermé dans le placard et fourré sous une épaisse pile de plusieurs couvertures en appelant sa mère. Bravo, quelle dignité formidable, difficile de mieux faire à ce stade ! Démétri leva les yeux au ciel en lâchant un grand, très grand soupir. Il avait envie d'arracher la porte du placard pour le sortir de là de force, mais après, il allait se retrouver avec un jeune vampire hystérique et en pleine crise de nerfs sur les bras. Il faudra des heures pour le calmer, et il n'avait décidément pas que ça à foutre ! Bon. Calme, rigueur, diplomatie, écoute, patience, et on y va. Il avait le droit d'avoir peur, mais tout de même, courir dans un placard. Il prit une profonde inspiration pour contenir son agacement, puis frappa à la porte du placard. Cela risquait d'être long.

– Tu m'écoutes, gamin ? C'est normal que tu sois agité, ça fait beaucoup de choses d'un seul coup, mais il va falloir que tu te ressaisisses ! Ce n'est pas la fin du monde, ce qui t'arrive.

– Je veux rentrer chez mes parents ! hurla le nouveau vampire.

Très long...

– Tu ne peux pas, je te l'ai déjà dit ! On ne revient pas en arrière, tu resteras vampire.

– Non !

Nouveau soupir. L'idée, encore, d'arracher la porte vint le chatouiller, mais il la repoussa pour le moment. C'était Eléazar qui avait trouvé puis mordu ce gosse, selon la nouvelle méthode. C'était un adolescent de Rome, 16 ou 17 ans, il ne savait plus, dans le genre petit génie surdouée, mais visiblement aussi très naïf et attaché à ses parents à un point incroyable. Tout lui expliquer avait été très laborieux, difficile, pénible, mais le voir se réfugier dans une armoire l'était encore plus. Il ne pouvait pas simplement s'asseoir et écouter, non ? Non ? Dommage... Cependant, il vaudrait mieux pour lui qu'il se résigne très vite. Aro n'était pas d'humeur à faire joujou, en ce moment, et il ne s'embarrassera pas d'un nouveau-né trop récalcitrant. Il essaya encore de lui expliquer ce petit détail, même s'il n'avait pas l'air de prendre la pleine mesure des conséquences.

– Tu tiens vraiment à mourir pour de bon ?

– Je veux ma maman...

– Soit...

Il haussa les épaules et sortit de la pièce, croisant le regard d'un autre garde qui attendait, au-dehors. Il l'interrogea du regard et Démétri hocha la tête. C'est bon, il ne fera pas une bonne recrue, autant s'en débarrasser tout de suite, il souffrira moins que si on essayait d'en faire un vrai vampire. Son collègue entra à son tour, et le traqueur entendit le placard être démoli, puis le gamin hurler à pleins poumons, avant un grand silence. Voilà qui était fait. Il s'éloigna d'un pas lent, les deux mains dans les poches. Peu de vampires voyaient l'opportunité qu'on leur offrait, lorsqu'ils étaient transformés, c'était dommage. Celui là aurait pu devenir une personne très intéressante, avec un peu de temps et d'efforts.

Il passait près d'une fenêtre donnant sur la partie Ouest de la ville lorsqu'une odeur curieuse vint flotter à ses narines. Il s'arrêta, puis se pencha à la fenêtre, ses yeux sombres scrutant les toits, balayant les rues du regard, alors qu'il respirait chacune des odeurs... Il finit par repérer celle qui cherchait. Elle émanait de l'hôpital, qui se trouvait quelques quartiers plus loin, près des remparts. Il ferma les yeux, se focalisant sur cette seule odeur, l'analysant, la détaillant, la "goûtant" quasiment, définissant peu à peu mentalement à qui elle appartenait. C'était une femme... Pas une humaine, pour commencer, mais une vampire. Jeune... Très jeune, moins de cinq ans... Mais plus d'un an, il reniflait une très légère touche d'acide, à peine perceptible, qui prouvait qu'elle avait subi l'ancienne transformation. Son flux sanguin était étrange, plus lourd que les autres membres de leur espèce, comme si elle pouvait encore se nourrir du sang des animaux. Pourtant, elle n'était pas végétarienne, il le sentait. Elle ne pouvait plus l'être. Il rouvrit les yeux, secouant la tête. On aurait pu croire qu'aucun vampire au monde ne serait assez idiot pour venir faire joujou chez eux, en plein cœur de leur territoire, mais il fallait croire que si...

Il se glissa par la fenêtre et sauta à terre avant de filer dans les petites rues de Volterra. En chasse ! Il espérait vraiment pour elle qu'elle n'avait as fait la moindre petite connerie, ou sa vie risquait de finir de façon bien plus brutale et rapide que prévu. D'autant plus que Caïus était encore de plus mauvaise humeur qu'Aro, ces derniers temps... Si cette fille se révélait coupable de quoi que ce soit, elle allait passer de très joyeuses heures avant de mourir. L'odeur le guida sans peine jusqu'à l'hôpital, où il repéra sa proie qui sortait. Bon sang, qu'est-ce qu'elle faisait jeune... Son sac, bizarrement, était rempli de sang, ce sang qu'on retirait aux humains pour faire des transfusions et qui était infect. Mais qu'est-ce qu'elle foutait, celle-là ?

– Ce type a de la chance sinon il ne saurait plus de ce monde....

Ah, elle voulait vérifier si les règles avaient changé, ici aussi ? Il sauta souplement du toit où il était puis fut un bon dans on dos, passant une brutale sur son cou et lui attrapant les poignets de son autre main.

– Essaye d'hurler, seulement, murmura-t-il.

Il la poussa dans une rue déserte, sans aucun lampadaire pour l'éclairer, puis la plaqua contre un mur pour l'examiner. Jeune, blonde, les yeux rouges... Une petite vampire commune, mais qui ne lui inspirait pas du tout confiance. Il fit tomber son sac de ses épaules, et haussa les sourcils en en voyant le contenu. Reportant le regard sur elle, il continua à la plaquer contre le mur pour l'empêcher de bouger, la fixant droit dans les yeux.

– Tu es venue vérifier si maintenant, on peut tuer les habitants de cette ville ? Faut-il que tu sois dingue, à te balader ici sans la moindre précaution... Dingue ou suicidaire ! Qu'est-ce tu fiches ici, au juste ? Avec des poches de sang ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t261-demetri-volturi-valide#919
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un vol presque réussi   Mer 18 Fév 2015 - 18:56

Violette avait eu comme une petite impression qu'on l'observait alors elle regarda les passants, mais rien ne semblait suspect. Soudainement, quelqu'un attrapa son cou, mais elle fut bien vite privée de ses mains car il les tenait aussi. Cet homme portait que des vêtements noirs, elle n'eut même pas le temps de réagir qu'il avait ouvert la bouche.

- Essaye d'hurler, seulement, murmura-t-il.

Violette était la seule qui l'avait entendu, bien que sa bouche restait fermer et n'avait guère le choix de le suivre. Elle se laissait faire mais une colère brûlait dans tout son corps. Le sourire avait totalement disparu de son visage. La rue qui se trouvait déserte, sans lampadaire pour les éclairer. Prise au piège entre le mur d'où il venait de la plaqué et cet homme. Elle n'avait pas le choix de le regarder, les yeux du type étaient comme ceux de leur espèce, mais du fait qu'on l'a surpris et qu'on la tenait ne lui rendait pas la tâche facile pour son contrôle. Il lui enleva le sac de son dos, mais elle ne supportait pas qu'on touchait à ses affaires et encore moins quand son sac était rempli. Un petit grognement était sorti de sa gorge, mais elle ne parla guère. L'observation est de voir s'il aura un moyen de se libérer, mais il reprit rapidement son attention sur la jeune vampire.

– Tu es venue vérifier si maintenant, on peut tuer les habitants de cette ville ? Faut-il que tu sois dingue, à te balader ici sans la moindre précaution... Dingue ou suicidaire ! Qu'est-ce tu fiches ici, au juste ? Avec des poches de sang ?

Violette l'observait légèrement surpris par ce qu'il venait de lui dire. Bien que la colère était toujours présente. Les pensées de la fille étaient chamboulées. Bien qu'il la fixait du regard, mais elle en fit de même. Le silence fut présent et n'osant rien dire quoiqu'elle n'absorbait pas le sang du corps d'un humain. Sa préférence était d'attendre qu'il soit dans un sac puis elle alla le voler.

- Alors là, jamais, je ferais du mal aux êtres humains. Ni l'un ni l'autre, personne n'a vu mes yeux et bien sûre que j'ai pris une précaution. Je ne suis pas une assoiffée de sang, j'arrive à me contrôler. Et pour te répondre ce que je fais ici, j'habite quelque part dans la ville....

Violette n'avait guère envie de lui répondre à sa dernière question car elle avait déjà assez dit. D'abord, le tutoiement à la place du vouvoiement. Cette dernière l'avait suivi, mais bizarrement dans ses phrases, il n'y avait pas vraiment de mensonge. Enfin, tout en réfléchissant rapidement, son identité avait failli d'être découvert. Le regard alla se poser sur son sac et la gorge de cette dernière lui brûla une nouvelle fois. Violette n'avait pas eu le temps d'assouvir sa soif entièrement alors son regard se reposa sur le vampire.

- C'est ma façon de me nourrir.

La vampire aurait dû être un peu plus attentive de ce que son ancien clan disait ainsi qu'être présente à ses entraînements de combats. Au lieu de ça, Violette traînait dans sa chambre à lire des livres. Sortant de ses pensées, elle essaya de retrouver son calme, mais ce fut quelque chose qu'elle avait toujours eu difficile à faire. Tout en continuant, à le fixer une idée lui vint en tête, mais elle ignorait s'il allait tomber dans le panneau ou pas. Avant de prendre la parole, elle essaya de se calmer un peu. Ce n'était pas une partie facilement gagnée, mais après quelques instants, Violette retrouva un peu le sourire.

- Lâche-moi et je te dirais tout ce que tu voudras savoir, mais avant j'aimerais calmer ma gorge.

La vampire n'avait pas forcément envie de lui dire toute la vérité sur elle. Violette devait être très convaincante dans ses mensonges ainsi que de faire attention à ses gestes. Son regard alla dans celui du vampire qui la tenait. Elle se souvenait que sans se présenter ou sans connaître celui qui l'a si gentiment plaqué contre le mur, leur conversation n'allait pas aller très loin.

- Je me nomme Violette et v... tu es ?

Il n'avait pas besoin de son nom de famille car personne ne le savait et sachant qu'elle le détestait. Violette s'était coupée dans sa dernière phrase car le vouvoiement allait sortir de sa bouche. Au dernier moment, le tutoiement était sortie tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Maes Hughes

Lieutenant-colonel

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 227
DC : Non

MessageSujet: Re: Un vol presque réussi   Jeu 26 Mar 2015 - 14:55

Il observa la gamine, détaillant un peu plus son odeur Confirmation, elle était vraiment très jeune, un ou deux ans, mais pas plus, selon lui. Alors, coupable ou innocente ? Il était rare que de jeunes vampires viennent passer leurs vacances à Volterra, surtout ces derniers temps, et encore moins lorsqu'on connaissait la douce réputation de Caïus... En attendant, qu'elle se décide à répondre, afin qu'il sache si oui ou non elle valait la peine qu'on la traîne au château pour que Aro puisse voir précisément ce qu'elle avait fait. Cela faisait longtemps qu'ils n'avaient pas eu de petits jeunes dans on genre qui venaient tester les limites de la loi. Hélas pour elle, le moment n'était pas exactement très bien choisi pour jouer au plus malin.

– Alors là, jamais, je ferais du mal aux êtres humains. Ni l'un ni l'autre, personne n'a vu mes yeux et bien sûre que j'ai pris une précaution. Je ne suis pas une assoiffée de sang, j'arrive à me contrôler. Et pour te répondre ce que je fais ici, j'habite quelque part dans la ville....

Il haussa un sourcil, tout en la fixant droit dans les yeux. Mademoiselle avait donc emménagé ici, bien tranquillement ? Ce n'était pas interdit, bien entendu, mais jusqu'ici, aucun vampire n'avait voulu venir habiter juste sous le nez d'Aro, il y avait des limites à la connerie tout de même ! Qui voudrait vivre à deux pas d'un clan qui pouvait vous tuer dès qu'il le voulait et sans l'ombre d'un remord ? Qui voudrait être surveillé en permanence pour ça ? Cette fille était soit une attardée mentale, soit une de ces dingues qui n'avaient plus à rien à perdre, soit une grande aventureuse avec deux ou trois pulsions suicidaires. Elle indiqua d'un signe de tête le sac rempli de poches de sang, lui disant qu'elle se nourrissait comme ça. Quel mauvais goût, comment pouvait-elle supporter de mordre dans des sacs en plastique pour boire un sang froid et aseptisé ? Quel intérêt, alors qu'aujourd'hui, même ceux qui ne voulaient pas tuer des humains n'étaient plus obligés de prendre la vie de leurs proies pour se nourrir ? Bien, elle était définitivement très louche. Aucun risque qu'il la range dans la case "idiots suicidaires en manque de frissons", elle rentrait directement dans la case "danger potentiel", voire dans celle "menace à éliminer".

– Lâche-moi et je te dirais tout ce que tu voudras savoir, mais avant j'aimerais calmer ma gorge.

Elle avait souri, ce qui accentua un peu plus la méfiance du traqueur. Elle espérait s'en tirer avec des excuses idiotes et des promesses dans le vent ? Il ne serait plus en vie aujourd'hui s'il avait accepté, à chaque fois, de relâcher tranquillement un adversaire pour le simple plaisir de le laisser respirer ou reprendre des forces. Bien, cette petite était bonne pour venir faire un tour au château. Elle avait de la chance, cela dit... Ils avaient deux manières de faire parler quelqu'un. La méthode dure consistait à faire appel à Jane ou Caïus. La méthode douce, plus rapide, consistait simplement à apporter la victime à Aro. Sachant que Caïus était parti en mission et que Jane était actuellement absente, il ne restait que le don d'Aro. Elle ne souffrira pas tout de suite, au moins.

– Je me nomme Violette et v... tu es ?

– Démétri Volturi, dit-il d'un ton très poli en lui souriant. Je suis le chien de garde du clan qui règne sur cette ville et sur ce monde. J'ai senti ton odeur... un peu curieuse.

Il la poussa un peu plus contre le mur pour la maintenir, puis se pencha et prit le sac à dos, le mettant sur son épaule. Pas question de laisser ça à traîner ici, les humains n'avaient pas besoin de se poser des questions sur ce qui se tramait dans les ruelles de la ville en pleine nuit. Il saisissait la fille par les poignets lorsqu'une autre ombre, très grande, tomba tout à coup vers eux. Félix... Démétri hocha la tête pour le saluer, tout en tirant la fille vers lui et en l'immobilisant.

– C'est qui, celle-là ? dit son meilleur ami en reluquant la petite vampire. Une hors-la-loi ?

– Aro va nous le dire...

Il lança le sac au géant, puis força Violette à les "accompagner" jusqu'au château, en passant par le dédale des petites rues. Allez, on verra bien ce que leur chef dira, et si elle n'avait rien à se reprocher, elle repartira de ce château saine-et-sauve. Sinon, et bien voilà, il y aura une victime de plus cette nuit. Il la fit rentrer au château, croisant d'autres gardes qui regardèrent la petite, sans doute conscients qu'elle avait une chance sur deux de finir sa carrière ici. Il la conduit sans s'arrêter ou ralentir, cependant, pendant que Félix était parti devant prévenir Aro.

– Si tu n'as rien à te reprocher, il ne t'arrivera rien, dit-il en s'arrêtant avec elle dans une autre pièce. Mais comprend qu'on soit un peu plus suspicieux, en ce moment... Pourquoi diable es-tu venue t'installer dans cette ville ? Avec ça, tu n'es pas obligé de voire ces trucs infects, tu pourrais te nourrir sans tuer tes proies. Personne ne t'a appris à le faire ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t261-demetri-volturi-valide#919
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un vol presque réussi   Dim 12 Avr 2015 - 18:48

– Démétri Volturi, dit-il d'un ton très poli en lui souriant. Je suis le chien de garde du clan qui règne sur cette ville et sur ce monde. J'ai senti ton odeur... un peu curieuse.

Violette ne résistait pas contre Démétri même si au fond d'elle, celle-ci n'appréciait pas qu'on la force ou qu'on la touche sans son accord. La vampire préférait rester silencieuse sur le sujet. Le type prit le sac où il y avait les sacs de sang que Violette venait de voler. Ensuite, il la saisit en lui prenant les poignets quand un ombre sorti de nulle part. La jeune vampire ne l'avait pas entendu arriver. Soudainement, elle se sentit attirée et immobilisée par le Volturi. Là, encore ses nerfs allaient lâcher. Elle regardait le géant un long moment tout en restant muette.

– C'est qui, celle-là ? Une hors-la-loi ?

– Aro va nous le dire...

Violette les avait écouté sans avoir ouvert la bouche, mais le prénom d'Aro lui disait vaguement quelque chose. Elle l'avait entendu quelque part sauf que l'endroit ne lui revenait pas. Elle fut vite sortie de ses pensées par leur gentillesse, alors qu'elle ne voulait pas les suivre. Ils passèrent dans de nombreuses ruelles et certains d'entre eux rappelaient des souvenirs à Violette. Cependant les paroles de Démétri restaient dans sa tête. Elle n'avait pas eu le temps de le lui demander, mais elle le lui demandera plus tard.

Le vampire qui la tenait la faisait pénétrer dans le château, mais des regards se tournaient vers elle comme si elle était une bête de foire. Le fait d'être dans le château l'aurait donné des frissons, mais de voir le nombre de vampire qui y vivait. La peur montait petit à petit en elle. Cette dernière ne comprenait pas pourquoi on l’emmenait ici. Soudainement, son guide s'arrêta et lui dit

– Si tu n'as rien à te reprocher, il ne t'arrivera rien. Mais comprend qu'on soit un peu plus suspicieux, en ce moment... Pourquoi diable es-tu venue t'installer dans cette ville ? Avec ça, tu n'es pas obligé de voire ces trucs infects, tu pourrais te nourrir sans tuer tes proies. Personne ne t'a appris à le faire ?

Elle se retrouvait dans une pièce qui était complètement inconnue. D'ailleurs, celle-ci le regardait, mais réfléchissait à ce qu'elle allait bien pouvoir lui mentir. Par contre, sa dernière phrase Violette ne savait pas quoi dire.

- Je n'ai rien à me reprocher, je n'ai rien fait de mal à moins que ce soit à cause de cette maudite phrase que j'ai dite à haute voix. Dit-elle en jetant son regard sur ses mains avant de le regarder une nouvelle fois. Suspicieux à cause de ce qui se passe avec les humains, oui, j'en ai entendu parler...

Pour la suite, Violette n'avait pas beaucoup d'arguments. Elle ignorait ses paroles car elle ne voulait pas y répondre, mais elle finissait par lui dire honnêtement

- Je refuse de faire du mal aux êtres humains puis ça me plaît de me nourrir de sac de sang. Ensuite, je ne savais pas que tu pouvais te nourrir des êtres vivants sans les tués. Non, personne ne me l'a appris à le faire.

Violette garda le sourire même s'il y a une petite hésitation dans ce qu'elle venait de dire. En gardant le silence, son regard resta poser sur Démétri et le dévisagea un long moment. Le calme régna quelques instants quand elle montra son mécontentement.

- Au fait, je n'ai pas besoin de collier ni d'une laisse. Je ne suis pas un chien ou une bête de foire. Lâche-moi. Dit-elle en lui montrant ses poignets. Je ne pourrais quand même pas m'enfuir avec tous ses vampires qui sont ici.

Elle commençait à se débattre pour se libérer des mains de son "guide". Cependant, la gorge de Violette s'éveilla une nouvelle fois. Un grognement sort de sa bouche pour faire bien comprendre que sa soif commençait à lui faire mal à la gorge. En essayant d'ignorer sa douleur, elle se remit à parler

- On me l'a déjà sorti que mon odeur était un peu curieuse. Ensuite, est-ce que je pourrais savoir ce que je fais ici ?

Violette a fini par perdre son sourire à cause que sa gorge lui faisait souffrir, l'ignorance de sa présence dans le château, que le Volturi l'a obligé de le suivre ainsi qu'on lui avait enlevé son repas sous ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un vol presque réussi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un vol presque réussi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hayley Long - Lottie Biggs n'est presque pas cinglée
» Tout sur Slayers Hentaï (ou presque)
» Taboo GT..ou presque!
» Un dîner presque parfait
» Alpha Foxtrot 5908 atterrissage réussi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps d'Italie-
Sauter vers: