Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Accouchement un peu spécial

Aller en bas 
AuteurMessage
Edward Elric

Alchimiste

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 623
DC : Aucun

MessageSujet: Accouchement un peu spécial   Ven 20 Fév 2015 - 20:07

[Avec réacs de Jane, Bella, Alice, Edward, Carlisle, Alec]

Alice allait un peu mieux, depuis deux jours, ce qui était un soulagement formidable. Il ne pouvait plus la voir souffrir ou pleurer... Il ne pouvait plus l'entendre gémir. Il l'aida à s'asseoir dans le canapé avec un petit soupir, mettant un coussin derrière son dos. Il s'installa à côté d'elle et passa un bras autour de ses épaules pour l'attirer contre lui. Les trois bébés étaient au pied du sapin, sur une grande couverture, et jouaient tous les trois. Carlisle s'était assis lui aussi, visiblement mal en point. Malade ? Esmée s'occupait déjà de lui, et il se concentra donc sur Alice. Les jumeaux n'étaient pas assis loin non plus, blottis dans les bras l'un de l'autre. Alec était occupé à tresser les cheveux de sa sœur, en lui parlant en Italien. Il ne parlait que quelques mots de la langue, pas assez pour comprendre ce qu'il lui racontait, mais il souriait, au moins, signe que ce ne devait pas être un sujet très sérieux. Il sourit malgré lui, attendri par l'image.

Edward vint s'asseoir à son tour puis tendit désespérément les bras lorsque Bella ressortit de la cuisine, avec une moue qui criait "Viens, ne m'abandonne pas !". Il secoua la tête, désespéré, alors que Bella allait le rejoindre. Franchement... Des petits cris venaient d'une autre pièce, où Emmett et Rose jouaient aux jeux vidéos avec Nessie et Ashley. Comment le géant avait-il réussi à entraîner sa femme là-dedans... ? Mystère de la nature... Alec avait fini de coiffer sa sœur et l'avait enlacé pour la chatouiller en riant. Elle se mit à rire, faisant semblant de se débattre, semblant plus détendue que jamais. Il sourit à son tour, parfaitement attendri tout comme Bella et Edward. Alec avait attrapé sa sœur et plaqué sur le canapé, pour jouer avec elle. Même Carlisle semblait attendri, même s'il n'était pas trop en forme. Miracle de Noël ? Le savoir rire, eux, c'était choquant ! Surtout qu'Alec continuait de lui parler en Italien, langue que personne ne comprenait sauf Carlisle.

– Comme c'est mignon, souffla-t-il. Je ne savais même pas qu'ils étaient capables de s'amuser.

Carlisle – Jasper, s'il te plaît, soupira-t-il d'une voix où pointait une once de reproche.

Edward – Il pas... Hein ? Jane ?

Jane ? Qu'est-ce qu'elle avait ? Il jeta un coup d'œil à son frère, alors que la petite Volturi arrêtait de jouer, essoufflée, et tournait la tête vers lui, complètement décoiffée. Image très bizarre, jamais vue, mais mignonne. Alice aussi avait haussé un sourcil, regardant l'un à l'autre. Même Bella fixait son mari en fronçant les sourcils.

Jane – Qu'est-ce que je t'ai fait encore ?

Edward eut l'ait perdu, d'un seul coup, regardant tout le monde à tour de rôle, alors que Jasper s'inquiétait de plus en plus pour lui. Hum, et donc ? Pourquoi avait-il appelé Jane s'il ne voulait pas lui parler ? Pour une fois qu'ils s'amusaient ! Mais il ne répondit pas, fronçant les sourcils, franchement perturbé. Alec s'était redressé, tenant toujours sa sœur dans ses bras. Jasper lui demanda s'il allait bien, d'un ton hésitant. Mais Edward fixait maintenant Alice, son ventre, d'un air halluciné. Il tourna lui aussi la tête vers sa femme, mais elle ne souffrait pas. Elle était même plutôt détendue, sans souffrance. Il posa une main sur son ventre, projetant sa conscience vers le bébé, et haussa un sourcil en sentant la marée de joie qui s'en dégageait. Heu, mais encore ? Alice le regardait, un peu plus pâle, posant elle aussi les deux mains sur son ventre. Qu'est-ce qui se passait, enfin ?! Il y avait eu un autre problème ? Ou il allait en avoir un ?

Bella – Encore ? Tu entends ce qu'il pense ?

Edward – Heu... Elle dit qu'elle... Hum... Jane, ne t'énerve pas, hein, je ne fais que transmettre... Hum... Ce que porte Alice... Enfin, elle aime bien ton prénom et a décidé qu'elle s'appellerait aussi comme ça.

Jasper ouvrit la bouche, totalement choqué et pris de court. Jane, quand à elle, semblait s'écrier "tu te fous de ma gueule ?!". Donc, c'était une fille, formidable ! Une fille, dans le ventre de sa mère, qui venait de décider toute seule de son prénom, et voilà, quoi de plus naturel et logique ? Il retint un rire nerveux, levant les yeux au ciel, alors qu'Alice pressait les deux mains sur son ventre. Le monde était devenu fou ! Non mais ils parlaient d'un... d'un truc, un enfant vampire, une fille qui avait entendu un prénom et qui décidait comme ça, toute seule, qu'il sera aussi le sien !

Bella – Après Alec, Jane...

Il passa une main sur son visage, l'effroi remplaçant peu à peu le choc. Ce... Elle était... Non mais ça voulait dire que son esprit s'était déjà développé, au point de comprendre son environnement ! Cela voulait dire qu'elle avait compris qu'elle était dans le ventre de sa mère, qu'elle n'avait pas de nom et qu'il lui en fallait un. Elle avait assimilé, déjà, assez de mots pour comprendre ce qu'on disait autour d'Alice. Alice devait suivre le même cheminement car elle fixait son ventre, ses lèvres tremblant tandis qu'elle parlait à toute vitesse. Mais si la petite était "prête"... Si elle était ainsi.. Pouvait-on enfin en délivrer Alice ? Pouvait-on... Non. C'était trop dangereux. Il ne pourrait pas à la fois s'occuper d'Alice, la faire accoucher, la soigner, et gérer l'enfant ! Elle allait trop souffrir, et si la petite s'échappait.. Mais... Ils pourraient... Il releva en même temps la tête que sa femme, et ils se tournèrent vers les jumeaux, soudain pensifs. Edward avait blêmit, serrant la main de sa femme.

Alice s'était redressée, prenant une longue inspiration, mais à la tête d'Alec, il avait compris, lui aussi. Il avait relâché sa sœur et secoué la tête, brandissant fermement une main.

Alec – Tu ne l'as jamais senti... Tu veux faire subir ça à ta femme ?

Bella – Quoi ? Qu'est-ce que... Une minute, qu'est-ce que vous avez en tête ?

Elles les regarda tous à tour de rôle, en quête d'une explication, alors qu'Alice avait un sourire fatigué. Il eut très peur, d'un seul coup, terrifié par la suite, mais choqué de ne pas avoir pensé à ça avant. Pourquoi attendre encore s'ils pouvaient tirer l'enfant de là sans faire souffrir Alice ? S'ils avaient un moyen de s'en sortir sans y impliquer aucun humain trop fragile ?

Alice – Jane, dit-elle en ignorant la question de Bella. Tu as plus de trois cents ans, tu sais comment maîtriser quelqu'un, t'en débarrasser au besoin, ou le maintenir, avec ton don... Alec, avec le tien, tu peux... Bon, c'est tout sauf agréable, mais on aurait dû y penser dès le début.

Jane – Tu veux qu'on te fasse accoucher ?

Edward – Attends, tu veux qu'Alec te plonge dans le coma, et que sa sœur tort... S'occupe du bébé si jamais il...

Bella pâlit, serrant la main d'Edward. Carlisle ne disait rien non plus, pâlissant lui aussi. Jasper se leva, se maudissant de ne pas y avoir songé plus tôt, puis lança un regard à Alec, pour lui dire d'y aller doucement, quand même. Le garde Volturi se leva, puis soupira et tendit la main vers Alice. La fameuse fumée noire s'échappa de sa paume, et fila vers Alice, l'enveloppant un moment avant de se retirer, très légère, comme si elle n'avait jamais existé. Alice n'avait eu qu'un gémissement puis s'était effondrée, les yeux fermés. Il la souleva aussitôt dans ses bras, maîtrisant sa peur.

– C'est bon...

Ils allèrent s'enfermer dans un petit salon où se trouvait la bibliothèque des enfants. Il dégagea la table et allongea sa femme dessus, Alec près de la tête de la future mère, son don flottant autour de ses mains pour la maintenir dans le coma, Jane près d'eux. Il ouvrit la chemise de sa femme, horrifié à l'idée de ce qu'il allait faire, mais elle n'allait pas souffrir. Elle n'allait pas souffrir. Elle n'allait pas souffrir. Elle n'allait pas souffrir. Il se pencha, puis s'ingénia à lui ouvrir le ventre en la mordant, essayant d'être efficace, luttant contre la cicatrisation qui débutait aussi. La panique revenait, la peur aussi, mais il jugula le tout, serrant les dents, les jambes tremblantes. Il plongea les deux mains dans la plaie béante, attrapant l'enfant, immense, et la sortit, plus blême que jamais.

Il coupa le cordon d'un coup de dents, puis la tendit en tremblant de tous ses membres, puis la tendit à Jane. Elle la prit, encore plus pâle que lui et sans doute à deux doigts de s'évanouir. Il prit une petite inspiration désolée, puis tendit la main pour lui attraper le poignet et lui injecter la plus forte dose de calme et de force qu'il put, afin de l'aider. La gamine était toujours sous le don d'Alec, couverte de sang, et Jane n'était plus vraiment en meilleur état. Il lui balbutia de ne pas bouger, regardant Alice, qui guérissait déjà, vite, très vite. Alec, le seul à être en bon état, se secoua puis sortit de la pièce, demandant de l'eau chaude, des serviettes. Il s'assura que Jane se sentait bien, ou assez bien, puis dit à Alec de refermer la porte, quand il revint.

– Maintient-la, souffla-t-il au Volturi en désignant Alice.

Il tomba à genoux avec Jane près de la bassine, regardant l'enfant. C'était une fille... Une fille... Ils la firent glisser dans l'eau, la lavant afin de voir à quoi elle ressemblait vraiment. Une fois qu'il fut assuré que Jane n'allait plus s'évanouir, il se redressa et fila voir Alice.

– Tu peux retirer ton don ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t86-emmett-cullen-validee#99
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Accouchement un peu spécial   Ven 20 Fév 2015 - 21:30

Elle était heureuse, car maintenant, elle n'était plus juste une chose. Elle avait un nom, elle aussi, un vrai nom, rien qu'à elle, et qu'elle trouvait beau. C'était curieux comme ça pouvait vous changer, d'avoir un nom, ça vous donnait quelque chose en plus. Elle se ramassa un peu sur elle-même, sans écouter ce qui se passait autour de sa maman. C'était pas important, elle était au chaud, et le reste, pas grave. Elle se moquait de savoir ce qui arrivait aux autres, elle avait un nom. Elle était dans sa maman, pour elle en savait pas combien de temps, et elle entendait sa voix. La voix de sa maman, c'était comme une très jolie musique, qui la berçait. Elle avait toujours envie de sourire quand elle l'entendait. C'était en tout cas beaucoup plus joli que la musique qui était toujours là.  Elle remit ses mains sur ses oreilles pour ne plus entendre. Maman. Juste la voix de maman.

Maman bougea d'un coup et Jane fut emportée par le mouvement, avec un petit sursaut, et déplia ses jambes par réflexe. Maman ? Elle se retrouva la tête en arrière quand maman s'allongea, et elle avec. Maman allait se reposer ? Bon, alors, elle n'allait pas bouger. Elle voulait que maman aille bien. Tout à coup, elle sentit comme une certaine torpeur envahir sa mère. La lumière disparut, et le noir la remplaça. Elle prit peur et bougea brusquement, mais son corps s'affaissa à son tour, elle ferma les yeux. La terreur l'envahit toute entière alors qu'elle tentait désespérément de bouger les bras, les jambes, la tête, de faire quelque chose, n'importe quoi. Elle fit tout, essayant de se débattre, remuer, bouger, se sortir de là. Elle ne voyait rien, elle n'entendait même plus rien, c'était... Le vide, elle était dans le vide ! Maman ! Maman, elle avait été jetée dans le vide, elle était perdue !

Elle voulut ouvrir la bouche, reprendre le contrôle de son corps, mais la terreur la prenait toute entière. Il faisait si noir ! Sa vue était coupée, tout avait été annihilé, disparu ! Elle était dans un vide horrible, qui la terrorisa. Ça y est, elle était morte, elle avait été tuée, et son âme avait jeté dans le vide ! L'angoisse lui serrait si fort la gorge qu'elle aurait pu en pleurer, la terreur la secouait violemment en tous sens, jamais elle n'aurait cru vivre ça, le traumatisme n'était pas loin. Tout à coup, la lumière revint, elle reprit très brutalement le contrôle de son corps et de ses sens. Elle ouvrit grand la bouche et les yeux, se retrouvant dans un univers totalement inconnu, plongée dans de l'eau chaude, entre des bras qui ne pouvaient être ceux de sa mère. Elle poussa un cri de terreur, comme si elle était toujours prisonnière, et voulut mordre les bras qui la tenaient. Mais son geste fut brutalement stoppé et une main se serra sur ses poignets, alors qu'un des bras se refermait autour d'elle.

Elle releva la tête, vit une fille, une femme, blonde, la peau pâle, les yeux clairs, les vêtements couvert de sang, ce sang qui avait l'odeur de sa mère. Elle grogna de plus belle en essayant de se débattre, puis fondit en larmes, des larmes couleur du sang, encore terrorisée par ce qu'elle venait de vivre. Maman... Maman ! Elle se tendit, cherchant à se libérer, puis croisa le regard très froid de la fille. Elle eut encore plus peur, cessant de gigoter, gémissant, puis réussit à dégager son cou et mordit dans la main qui la tenait. Et recracha aussitôt, horrifiée. Ce sang avait un goût... Il lui brûla la gorge et elle se mit à tousser, à moitié étouffée.

– Ma... Maman ! s'écria-t-elle.

Elle avait peur, elle voulait les bras de sa mère, son odeur, se réfugier contre elle et ne plus la lâcher. La fille la sortit tout à coup de l'eau et elle hurla de plus belle, terrifiée, car elle avait le regard froid et un sang qui brûlait quand on le buvait, ce n'était pas naturel ! Elle l'enveloppa tout à coup dans une serviette, et Jane revit la main qu'elle avait mordu, le sang qui y coulait. C'était pas normal. Le sang était bon, il ne brûlait pas. Elle leva le regard vers la fille, terrorisée, puis cria, comme si on allait lui faire du mal.

– Ton sang brûle ! hurla-t-elle de toute la force de ses poumons.

Le monde était dangereux, beaucoup trop dangereux, et sa maman n'était pas là, pas avec elle. Elle s'enfuit tout à coup, courant et rampant de la pièce, puis trébucha dans une autre pièce, avec d'autres gens. Des gens qui la fixèrent avec de grands yeux. Elle gémit puis se ratatina sur elle-même quand elle revit la fille fondre sur elle, levant les bras devant son visage pour se protéger.

– Ton sang brûle quand on le boit !

– Il y a autre chose qui va brûler si tu ne te calmes pas...

Brûler ? Autre chose... Autre chose ? Quoi ? Terrorisée, elle ne fit plus un mouvement, quand la fille la reprit dans ses bras. Maman, maman, elle voulait sa maman ! Elle vit tout à coup sa maman, sur une table, dans la pièce bizarre, et tendit désespérément les bras vers elle, haletante, voulant la voir, se blottir contre elle et s'y agripper. Maman...
Revenir en haut Aller en bas
May Chang

Princesse

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 261
DC : Non

MessageSujet: Re: Accouchement un peu spécial   Lun 23 Fév 2015 - 23:24

Alice posa sa tête sur l'épaule de son mari, blottie contre lui, secouant la tête lorsque Bella lui demanda si elle voulait ou avait besoin de quelque chose. Elle allait, sinon, bien, beaucoup mieux. Mieux depuis que Jasper et elle avaient trouvé le moyen de calmer le petit être qu'elle portait, de l'apaiser, mieux depuis qu'ils avaient compris que cet être, tout comme Nessie, tenait vraiment à ce que sa mère ne souffre pas trop. Cette révélation avait secoué Alice, autant l'avouer platement, bien qu'elle n'en ait rien dit à sa famille. Elle n'avait pas encore songé à cet être comme à un enfant, un bébé, une personne. Ni même simplement, comme un être ayant droit à la vie. Les enfants de vampires lui avaient semblé une aberration... Jusqu'au moment où Jasper avait ressenti autre chose que de la colère et de la haine, chez cet enfant. Un besoin d'aimer et d'être aimer. Un attachement pour elle.

Ils n'en avaient pas encore touchés mot à leur famille. En partie parce qu'ils risquaient de ne pas comprendre le changement, en partie parce qu'ils ignoraient quoi faire maintenant. Prendre le risque de le garder ? Le détruire dès la naissance ? Que devaient-ils faire ? Ils en avaient aussi parlé à Caïus, par téléphone, qui avait semblé partager. Ce n'était pas un enfant immortel comme un autre, donc... Lui serait plutôt du genre à le garder, pour voir, et le détruire plus tard si ce gamin se révélait un danger ou ils ne savaient quoi. Elle était surprise qu'il en se soit pas prononcé de suite pour la mort, mais elle avait un doute sur la raison. Si le Volturi appréciait vraiment Jasper, il ne voudra pas le brusquer comme ça. Cela aussi, c'était un secret bien gardé, entre elle et son blondinet de mari. Tout le monde haïssait Caïus, dans cette famille, personne ne les croirait si elle avouait un truc pareil.

Elle se blottissait contre Jasper lorsque les jumeaux surprirent tout le monde en se mettant à jouer et se chamailler gentiment, dans le canapé. Spectacle si inhabituel et attendrissant que tout le monde sourit, même Bella. Elle eut un faible sourire, elle aussi, et referma les yeux, blottie contre Jasper. Ils se comportaient en humains, mais au fond d'eux, ils étaient toujours des Volturi. Elle les entendait discuter, appeler parfois Félix et Démétri. Ils n'étaient pas humains, du moins, pas dans leurs esprits, et ne le redeviendront jamais. Elle les voyait toujours pour ce qu'ils étaient, pour des Volturi. Ce n'était pas les dénigrer ou se moquer, non, juste dire la vérité platement. Elle ne détestait pas ce clan, pas alors qu'ils avaient aidé Jasper, et il n'y avait pas que des mauvais côté chez eux. Ils avaient leur ligne de conduite, voilà tout, et étaient sans doute plus vampires que les Cullen n'auraient jamais pu le prétendre.

Edward – Il pas... Hein ? Jane ?

Mmh ? Elle rouvrit un œil, les bras de Jasper refermés sur elle. Qu'est-ce qu'il allait encore trouver à lui reprocher, pour une fois qu'elle s'amusait en public ? Qu'il évite de lui retirer les derniers lambeaux d'enfance qu'il restait aux jumeaux, ce serait cruel ! Mais trop tard, sur ce coup-là, Jane avait déjà perdu sa bonne humeur. Bravo Edward... Il manquait de tact à un point incroyable ! Il eut l'air perdu puis fixa tout à coup son ventre. Alice pâlit à son tour et posa les deux mains dessus. Il avait entendu quelque chose qu'il ne fallait pas ? Elle n'avait pas envie de leur expliquer que le monstre n'était pas juste un monstre, qu'il avait d'autres envies qu'exprimer sa haine et boire du sang, pas maintenant, pas déjà, pas ce jour-là. Le don d'Edward était chiant, même si elle reconnaissait que celui d'Aro était dix fois plus pénible, en plus d'être plus puissant. A lui, ouais, on ne pouvait rien planquer. Avec Edward, au moins, il suffisait de bloquer ses pensées, c'était ultra facile ! Et comme il était encore très jeune, il ne fallait pas grand-chose pour éviter son don une fois qu'on est un peu habitué. Bref, un ou deux jours à s'exercer, et hop, on lui cachait tout à volonté ! A Volterra, le premier mois, elle avait oublié cette petite différence quand elle avait serré la main d'Aro, que lui pouvait tout savoir en vous effleurant, et que non, chanter la Marseillaise en latin à l'envers n'aidait à rien, à part vous rendre ridicule. Caïus et Félix s'étaient fichues d'elle à cause de ça pendant des mois.

Edward – Heu... Elle dit qu'elle... Hum... Jane, ne t'énerve pas, hein, je ne fais que transmettre... Hum... Ce que porte Alice... Enfin, elle aime bien ton prénom et a décidé qu'elle s'appellerait aussi comme ça.

Oh... Oh ! Elle baissa le regard vers son ventre, alors que Jaz semblait vaciller sous le choc. Heu, une minute, son enfant – sa fille, donc – avait décidé de son prénom toute seule ? Elle secoua la tête, les yeux écarquillés. Bon, voilà, ça, c'était fait ! Cependant... Si elle pouvait déjà réfléchir à ce que signifiait avoir un nom et tout ça... Si elle avait l'esprit développé ainsi... Elle murmurait tout ce qu'elle pensait à une allure folle, les yeux rivés sur son ventre. Pourquoi attendre encore plus longtemps ? Si l'enfant était déjà prêt, ne pouvait-on pas provoquer l'accouchement dès maintenant ? Savoir enfin si cette petite était trop dangereuse ou si elle pouvait vivre ? Savoir ce qu'ils allaient faire ? Mais c'était dangereux... Elle ne pourra rien faire, juste après l'accouchement, trop mal, et Jasper sera occupée avec elle ! Donc, non, elle... Elle... Mais bon sang... Elle était idiote... Il y avait deux Volturi dans la maison, là ! Juste à côté d'elle ! Un qui pouvait la jeter dans le coma pendant l'accouchement, l'autre qui savait se battre et pourra maîtriser la petite en cas de besoin, et aussi capable de se débarrasser d'elle.

Alec – Tu ne l'as jamais senti... Tu veux faire subir ça à ta femme ?

Ah, il avait déjà compris. Rapide. Bella, elle, n'avait pas compris du tout, toujours inquiète. Mais les yeux d'Alice s'étaient illuminés d'espoir maintenant qu'elle avait trouvé une solution. Evidemment, le don d'Alec n'avait rien d'agréable ! Mais elle préférait une bonne dose d'angoisse et de terreur que la souffrance absolue quand Jasper lui ouvrira le ventre. Et eux deux, même humains, pouvaient les aider. Ils avaient passé leurs vies à régler ce genre de problème, enfin ! Leur existence toute entière ! Alice savait très bien que Jane n'aura aucune hésitation ni scrupule, peu importe l'âge apparent de la fillette, si il s'avérait qu'ils devaient la tuer. Elle était entraînée pour ça, elle savait se battre, se défendre, elle avait son don, et pourra agir en cas de besoin.

Alice – Jane, dit-elle en ignorant la question de Bella. Tu as plus de trois cents ans, tu sais comment maîtriser quelqu'un, t'en débarrasser au besoin, ou le maintenir, avec ton don... Alec, avec le tien, tu peux... Bon, c'est tout sauf agréable, mais on aurait dû y penser dès le début.

Jane – Tu veux qu'on te fasse accoucher ?

Edward – Attends, tu veux qu'Alec te plonge dans le coma, et que sa sœur tort... S'occupe du bébé si jamais il...

Elle ignora Edward tout autant que sa femme, pour le coup, le regard fixé sur les jumeaux, en attente d'un signe, d'une réponse, puis hocha la tête, souriant à moitié. Désolée, Edward, Bella, tout le monde, mais là, ça ne concernait plus les humains ! Les jumeaux n'étaient pas complètement "humains", et avec la vie qu'ils avaient mené, il les aideront bien plus que Carlisle ou qui que ce soit d'autre. Pourquoi sa famille semblait-elle si choquée... ? Oui, Jane pourra torturer et tuer la gamine si elle était trop dangereuse et devait mourir. C'était son boulot, celui de tout son clan ! Ils oubliaient trop facilement qui elle était... Jasper l'aida à s'allonger, alors qu'elle se préparait mentalement. Voir le don d'Alec surgir et glisser vers vous suffisait déjà à vous coller une angoisse mortelle mais elle s'appliqua à se détendre. Elle avait confiance. Il pouvait la réveiller quand il le souhaitait, et sa sœur saura réagir au mieux. Elle sentit le contrôle de son corps et de sa conscience lui échapper lorsque le don du Volturi l'enveloppa comme un linceul. Un voile noir tomba sur sa vue, tous ses sens, et elle sombra.

Elle avait beau s'être préparée, la terreur la saisit violemment, et elle tenta par instinct de se débattre, hurler, se défaire de cette emprise, s'arracher à ce monde de ténèbres qui la serrait de toute part et l'étouffait. Elle voulut hurler, bouger, se délivrer, mais ne put que ressentir plus fortement l'angoisse qui lui tordait l'âme. Du calme. Du calme. Du calme. Elle fit son possible pour cesser de paniquer mais n'avait qu'une envie, c'était de mourir, de se sortir de là, d'être arrachée à cette noirceur du diable. Elle pria le ciel que tout soit fini au plus vite, qu'on la libère, que la peur, la terreur, la laisse en paix. Elle essayait de se débattre et hurler, asphyxiée, terrorisée, son corps lui échappant. Et d'un coup, la lumière revint brutalement, la propulsant d'un bloc dans le monde réel.

Elle ouvrit grand la bouche pour avaler de l'air, avec un sursaut, s'agrippant par instinct à jasper qui la surplombait. Sur le moment, elle ne parvenait à plus rien reconnaître, ne se souvenant même plus de l'endroit où elle était, ce qu'elle faisait là, ce qui avait bien pu se passer. Elle retrouva d'un coup la mémoire en gémissant de douleur, alors qu'une très large et béante plaie était en train de cicatriser, sur son ventre. Elle hoqueta en le voyant si largement ouvert, ses vêtements imbibés par son propre sang, et entendant un cri de petite fille, avec ce mot qui venait toujours du fond du cœur. Elle reprit son souffle, ayant mal, et jetant un regard confus à Alec, près d'elle. Maintenant, elle comprenait pourquoi on disait que son don était pire que celui de sa sœur.

Fille – Ton sang brûle !

Hein ? Ouch, si elle avait réussir à mordre un peu Jane, elle n'avait pas dû apprécier... Alice ne réussit pas à se redresser, sa plaie se refermant encore doucement. Elle entendit encore leur fille crier, plus loin, puis la voix de Jane à suivre, bien plus froide, et porteuse d'une promesse mortelle. Petite, contrarier un membre du clan Volturi n'est jamais une très bonne idée... Alice jeta un œil à la peau de son ventre, qui venait de se refermer complètement. Elle était incapable de se lever pour le moment, puis put se redresser, grâce à Jasper, quand Jane revint en tenant leur fille. Elle avait la taille d'une enfant de deux ans... La peau si pâle, les cheveux blonds comme ceux de Jasper. Elle lui tendait désespérément les bras, visiblement terrorisée par la Volturi.

Alice – Viens avec moi, souffla-t-elle d'une voix faible.

Elle la réceptionna avec maladresse, la tenant contre elle sans trop savoir comment faire, puis l'examina de plus près. Voilà donc le petit monstre qu'elle avait porté tout ce temps... C'était une gamine ! Une enfant, si jeune, mais avec un regard de chat, ou de puma, un regard animal, et la peau qui avait la froideur de la mort. Une enfant à l'esprit déjà développé. Un vampire en devenir... Dangereuse, déjà, Alice le savait.

Alice – Alors comme ça, tu as déjà décidé que tu t'appellerais Jane, hein ? Et bien, c'est très mal, tu as mordue celle à qui tu as pris ce prénom.

Elle lui désigna la garde Volturi, qui était tout aussi couverte de sang qu'elle-même. Il allait leur falloir un bon bain, maintenant.

Alice – Tu dis pardon ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t81-alice-cullen-validee#94
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Accouchement un peu spécial   Mer 18 Mar 2015 - 23:04

– Viens avec moi, souffla-t-elle d'une voix faible.

Ah oui, oui, oui, aucun problème ! Oui, elle voulait sa maman, et pas rester dans les bras de cette fille. Elle ne voulait plus jamais la revoir, cette fille, elle avait un regard trop froid, et la voix trop froide, et en plus, elle faisait mal quand elle vous immobilisait ! Tout chez elle avait réussi à terrorisé la petite qui s'accrocha de toutes ses forces à sa mère, terrifiée. Cette fille, c'était une méchante ! Elle... Elle avait quelque chose, dans son regard, quelque chose de vraiment pas gentil, et qu'il ne fallait pas déclencher. Non, non, c'était pas une fille gentille, c'était un monstre. Elle tremblait de tous ses membres, essayant de combattre la peur, mais la terreur la paralysait rien qu'à se trouver dans la même pièce que cette fille. C'était qui ? Pourquoi elle pouvait tenir les gens comme ça alors qu'elle avait l'air jeune, elle aussi ? Et pourquoi elle avait un regard comme ça ? Et son sang il brûlait ! Il brûlait, comme si c'était de la lave, il brûlait, et il avait un goût d'horreur. Elle était terrifiante ! En plus, de quoi l'avait-elle menacé ? Qu'est-ce qui allait brûler, en plus, si elle ne se calmait pas ? Qu'est-ce qu'elle comptait lui faire ? Elle était vraiment dangereuse ? A quel point ? Son papa et sa maman allaient la protéger ? La protéger d'elle ? Mais vraiment ? Elle reporta le regard sur sa mère, réussissant à peine à tourner le dos à la fille blonde, de crainte d'être attaquée.

– Alors comme ça, tu as déjà décidé que tu t'appellerais Jane, hein ? Et bien, c'est très mal, tu as mordue celle à qui tu as pris ce prénom.

Qui ça ? Maman lui désigna tout à coup la fille blonde, la méchante, et la petite fut à deux doigts de s'évanouir. Non... Non, c'était pas possible ! Comment un prénom joli comme celui-là pouvait être porté par une fille comme elle ? Elle était là, le regard affreux, couverte de sang, à la regarder... Elle déglutit nerveusement, les larmes aux yeux, larmes qui finirent par couler le long de ses joues. Larmes très rouge, couleur du sang, alors qu'elle continuait de trembler comme une folle. Peur... Terreur... Elle voulait fuir, ne plus jamais l'approcher.

– Tu dis pardon ?

– Pa... bafouilla-t-elle. Pard... on...

Elle fut tout à coup envahie par un certain calme, le même qui l'avait touché lorsqu'elle était dans le ventre de maman. Roh. Papa ! Elle releva la tête vers lui en reniflant, toujours tremblante, se blottissant le plus possible contre maman pour ne pas rester trop près de la fille. Elle respirait par-à-coup, cachée contre sa mère, sans cesser de fixer Jane, puisque c'était elle. Mais, mais, si elle était humaine, pourquoi elle était dangereuse comme ça ? Tournant la tête, elle sursauta alors en voyant un garçon avec exactement le même regard que la fille. Elle se retint de justesse de hurler de terreur et se cacha le visage en pleurant de plus belle, balbutiant qu'elle ne voulait plus ce prénom-là. Elle ne voulait plus du même prénom qu'une fille trop dangereuse et pas gentille ! Elle se ramassait sur elle-même, cherchant à disparaître contre sa maman. Au moins, maman, elle était gentille, c'était sa maman, elle l'avait porté et protégé, maman représentait la sécurité. Elle ne voulait plus voir de personnes aux yeux glacés.

Elle se sentit soulevée d'un coup et ouvrit les yeux. Papa venait de la prendre dans ses bras, et lui dit d'un ton doux qu'elle pouvait prendre Mélanie comme prénom. Elle le regarda un instant, la bouche entrouverte, puis essuya ses larmes en hochant la tête. Elle croyait qu'il n'y avait que maman qui était gentille, mais papa aussi, en fait... Vraiment ? Elle renifla, essayant de ne plus regarder du côté de la fille méchante et de son double aux yeux glacés. Papa sortit tout à coup avec elle et elle chercha à attraper maman au passage par réflexe. Ils allaient où ? Elle frémit en voyant que le-double-aux-yeux-glacés-de-la-fille-blonde les suivait. C'était pas naturel, un regard comme ça ! Papa l'emmena où la fille méchante l'avait attrapé toute à l'heure. Il y avait d'autres personnes, avec des regards normaux. Une des filles paraissait vouloir se lever mais ne fit rien. Bizarre.

– Voilà, je vous présente Mélanie, on a changé car elle a... un peu peur de Jane. Alice et Jane sont allées se laver.

A la seule mention du prénom, la petite fut à deux doigts de se remettre à pleurer de nouveau. Elle s'accrocha plus fermement à son père, fourrant un instant sa tête contre lui.

– Alice va bien ?

– Oui, l'accouchement s'est bien passé... Et Jane s'est occupée de la petite pendant que je m'occupais d'Alice.

La fille brune qui avait parlé bougea la tête, sans rien dire. Mélanie osa enfin remuer un peu, pour observer tout le monde, sans lâcher son père pour autant. Eux aussi, ils avaient le sang qui brûlait ? Elle regarda le garçon aux yeux froid puis déglutit, de plus en plus nerveuse.

– Son sang il brûlait ! gémit-elle d'un ton terrorisé. Et son regard il était froid, elle me tenait, et j'ai cru que...

Elle recommença à trembler violemment, le cœur au bord des lèvres.  Comment c'était possible ? Et c'était qui, cette fille ? Pourquoi son regard était comme ça ? Elle regarda son père, puis tout le monde, en quête d'une réponse. Alors ? Alors ?

– Pour son sang, heu... Je suppose que son don doit y être pour quelque chose... Mais oublie ça pour le moment, tu es trop petite pour connaître tous les détails.

La fille brune grimaça, et Mélanie l'imita. Trop petite... ? Son nez se plissa, alors qu'elle ouvrait la bouche, puis elle éclata brusquement en sanglots, à grands renforts de cris. Il ne voulait pas lui parler ! Il ne voulait pas lui expliquer ! Elle pleura de plus en plus fort, en pleine crise, dévastée que son propre père ne veuille même pas lui parler. Il ne l'aimait pas ! Elle le savait, personne ici ne l'aimait à part sa maman, personne ne voulait d'elle à part maman ! Papa la calma de nouveau d'un coup puis soupira. Il ne l'aimait plus du tout ?

– Ecoute, elle a juste un don qui lui permet de brûler vif les gens à distance, voire de les tuer. Et c'est son travail, de se débarrasser pour de bon de ceux qui posent problème. Elle a déjà jeté au feu sans sourciller des dizaines d'enfants de vampires...

La bouche de Mélanie se décrocha sous le choc, alors que la fille brune de toute à l'heure hurlait "Jasper !". Elle resta ainsi, pétrifiée, plus blême que jamais, alors que les mots tournaient en boucle dans son esprit. Elle ne disait plus rien, la terreur la paralysant. Au même instant, sa maman revint, mais pas seule... Avec elle... Avec Jane... Avec la fille aux yeux glacés... Mélanie se remit à pleurer en la fixant, alors que les mots "Douleur, torture, tuer, feu" résonnaient en elle. La fille tourna alors la tête vers son père, avec son regard froid.

– Qu'est-ce que tu lui as dit ?

– Qui tu es...

Mélanie était tassée sur elle-même, tremblante, terrorisée.

– Qui je suis ? Une garde Volturi qui tue des gêneurs quand on lui demande ? Ou alors, une ex-vampire qui peut tuer les gens avec un regard ? Ou bien, juste celle à qui tu as demandé de neutraliser ta propre fille au cas où ?

La petite ouvrit encore plus grand les yeux, la bouche tremblante. Alors... Son papa avait cru qu'elle allait faire mal à sa maman en sortant de son ventre... ? Elle renifla doucement, blessée, désespérée. Voilà, personne ne l'aimait... On la considérait comme un monstre... Alors qu'elle ne voulait pas faire de mal à sa propre mère !

– Je veux pas faire de mal à ma maman... Je veux pas, papa, c'est pas vrai... C'est quoi, un garde Volturi ?

Elle voulut essuyer ses larmes, mais n'arrivait pas à s'arrêter de pleurer. Elle leva la tête vers son père, qui semblait gêné ou pas bien, d'un coup, et qui la reprit mieux dans ses bras. Et se mit à la bercer. Elle ne comprenait plus rien du tout.

– Oui, bon, Jane, c'est vrai, c'est moi qui t'ai demandé ça, désolé...

Papa lui essuya ses larmes, alors qu'elle essayait de comprendre pourquoi maintenant plus personne ne lui en voulait d'être née. Elle regarda partout autour d'elle, pour retrouver des repères, puis fronça le nez, plongée dans le doute et le chaos le plus total.

– C'est quoi, un garde ? Maman, papa, pourquoi vous vouliez me t... Pourquoi... Je veux pas blesser maman...

Elle se tut, la gorge serrée, tremblante.

– Je veux pas... Je voulais pas... Maman... Pourquoi... Je ne peux pas vivre ? Mam... Pourquoi ? Maman... Papa... Je veux pas... Pourquoi... Personne ne veut de moi... Maman...
Revenir en haut Aller en bas
May Chang

Princesse

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 261
DC : Non

MessageSujet: Re: Accouchement un peu spécial   Jeu 19 Mar 2015 - 8:33

Fille – Pa... bafouilla-t-elle. Pard... on...

Alice la regarda, la tenant contre elle avec précaution, car elle ignorait totalement comment faire. Bien sûr, elle avait déjà eu Nessie dans les bras lorsqu'elle était bébé, mais jamais plus de quelques minutes, et sa nièce avait grandit tellement vite qu'elle n'aurait eu de toute façon pas eu le temps de s'habituer. Et ici, ce n'était pas un bébé, au sens propre du terme, mais une petite fille de deux ans, qui parlait déjà, qui comprenait ce qu'on lui disait, qui était douée de raison. Cette fille qu'elle avait porté durant un mois et qui... Alice cligna des yeux, encore choquée, alors que la petite se fourrait contre elle. C'était donc sa fille ? Ce "truc" comme ils l'avaient nommé, qui l'avait fait hurler durant des heures, c'était cette petite fille ? Ce... une... Enfant... Une... Elle se mit soudain à crier qu'elle ne voulait plus de ce prénom-là, visiblement terrorisée. Eeeeeh, non mais comment on faisait pour calmer un fillette en pleine crise ?! Alice était à deux doigts de paniquer à son tour quand Jasper se chargea de l'apaiser lui-même et de lui donner un autre prénom.

Elle sourit à son mari, soulagée, puis quitta la table où elle était allongée avec un équilibre précaire. Voilà... Là, ça allait mieux. Elle attrapa Jane par la main au passage puis la tira avec elle dans la salle de bain. Elles étaient couvertes de sang ! Fouillant dans le placard, où ils laissaient toujours des vêtements, elle prit un petit ensemble qui lui appartenait puis le tendit à Jane, tout en essayant de reprendre ses esprits. Elle était encore sous le choc, et devait digérer ce qui venait de se produire. Elle devait avaler, intégrer, respirer, et cela ira mieux ensuite. Ce monstre qui était en fait une enfant. Une fillette qui pouvait comprendre et parler. C'était très étrange, très perturbant.

Alice – Tiens, on doit faire la même taille.

Se laver ne l'aida pas à avoir les idées un peu plus claires, comme elle l'aurait voulu, et elle essaya de se reprendre ensuite. Du calme ! Elle avait... accouché. Cette idée était étrange, folle, perturbante, bizarre, incroyable, impossible, mais le fait était là, elle avait accouché. Elle baissa le regard sur son ventre redevenu lisse, l'effleurant, se souvenant de l'instant où la cicatrisation s'était faite. Sa première véritable blessure depuis qu'elle était vampire. La première véritable blessure de sa vie toute entière, même. Elle revint lentement dans le salon avec Jane, plongée dans ses pensées. Elle avait toujours car que ce qui sortirait de son ventre ne pourrait pas rester en vie par la suite... Qu'il faudra trouver une façon de s'en débarrasser très vite, peu importe comment, que ça ne pourra pas rester en vie, que c'était juste impossible, irréalisable. Que ce qu'elle allait mettre au monde sera détruit aussitôt la naissance, puis oublié, comme un mauvais rêve, quelque chose qui n'aurait jamais dû arriver. Et là... Là elle se demandait comment elle avait pu penser ça.

Alice savait très bien l'effet que cela faisait d'être abandonné et rejeté par sa propre famille, surtout pour une chose dont on ne peut être coupable. Cette gamine n'avait pas demandé à être conçue ainsi. Et ils avaient pensé plus d'un mois à la façon de la tuer. Pourtant, elle était douée de raison, malgré sa nature, elle pouvait réfléchir et comprendre. Et donc apprendre à ne pas faire certaines choses ? Elle jeta un regard à Jane, qui elle avait appris à tuer ce genre d'enfants sans hésiter. Mais sa fille allait grandir, n'est-ce pas ? Ou très lentement ? Qu'était-elle ? Alice ne savait plus, elle était perdue, ignorant complètement quoi faire et comment se comporter. Elle n'avait jamais été mère, ne l'avait même jamais envisagé, elle avait l'impression de devenir folle.

Alice revint à la réalité lorsque la voix de Jane retentit à côté d'elle. Hum ? Elle n'avait même pas entendu ce qu'elle avait demandé à Jasper, et encore moins sa réponse, encore dans son monde. Ils étaient revenus dans le salon, et la scène était si normale qu'elle lui en parut bizarre. Leur famille installés ensemble sur les deux canapés et les fauteuils, les trois bébés jouant innocemment par terre, c'était si... Si humain qu'elle eut du mal, un moment, à l'accepter. Le contraste était fort, entre ça et ce qu'elle venait de vivre. Elle les regarda, tous, puis regarda la petite. C'était sa fille. Elle avait déjà deux ans physiquement. Elle parlait. Elle réfléchissait. Sa fille.

Jane – Qui je suis ? Une garde Volturi qui tue des gêneurs quand on lui demande ? Ou alors, une ex-vampire qui peut tuer les gens avec un regard ? Ou bien, juste celle à qui tu as demandé de neutraliser ta propre fille au cas où ?

Hum, elle en voulait à Jasper, là ? Alice tourna à moitié la tête vers elle, un peu choquée. Décrit comme cela, c'était tout sauf rassurant ! D'accooord, ils savaient tous qu'elle était très loin de la gentille adolescente inoffensive, mais entre ça et l'entendre dire platement "J'ai plus de 300 ans, je peux vous tuer juste en vous fixant du regard, et j'ai passé ma vie à m'entraîner à ça", il y avait tout de même une sacrée marge ! D'un autre côté, Alice pouvait comprendre que Jane n'apprécie pas ceux qui voulaient tuer les membres de leur propre famille, vu l'importance qu'elle y accordait. Elle reporta le regard sur sa fille, qui était terrorisée, à la limite du traumatisme. Elle en eut aussitôt le cœur brisée et s'approcha, alors que sa fille pleurait des larmes de sang, tremblant de tous ses membres.

Fille – Je veux pas faire de mal à ma maman... Je veux pas, papa, c'est pas vrai... C'est quoi, un garde Volturi ?

Alice ignorait comment agir pour la rassurer et la consoler. Lui dire que même s'ils avaient eu peur car elle était d'une nature exceptionnelle, ils ne pouvaient tuer de sang-froid un enfant. Une petite fille. Jasper semblait culpabiliser, lui aussi, car il s'excusa auprès de Jane, puis berça la petite. Alice cherchait toujours ses mots, une façon de dire les choses... Une façon de lui dire que oui, ils avaient eu peur, mais maintenant qu'ils la voyaient, qu'ils comprenaient mieux, cette peur pouvait être écartée.

Fille – C'est quoi, un garde ? Maman, papa, pourquoi vous vouliez me t... Pourquoi... Je veux pas blesser maman...

Alice échangea un regard avec son mari, hésitante. Il aurait au moins pu dire les choses avec un peu plus de tact ! Mais bon, soit, c'était fait, à présent. Et la petite pleurait. Elle pleurait, comme Alice avait elle-même pleuré, à cinq ans, quand ses parents l'avaient laissée loin d'eux, car elle était différente. Elle réalisa avec horreur qu'elle répétait ce schéma aujourd'hui, avec sa propre fille, une enfant qui n'avait jamais voulu naître ainsi. Elle était arrivée, voilà tout. exactement comme la moitié de la famille avait voulu se débarrasser de Nessie alors qu'elle était encore dans le ventre de sa mère. Juste parce qu'elle était inattendue. Différente.

Fille – Je veux pas... Je voulais pas... Maman... Pourquoi... Je ne peux pas vivre ? Mam... Pourquoi ? Maman... Papa... Je veux pas... Pourquoi... Personne ne veut de moi... Maman...

Alice – Ton père et moi, on veut de toi, répondit Alice en la prenant dans ses bras. On est juste surpris, car on ne s'attendait pas à avoir une petite fille dans les bras un jour, mais ça va aller mieux, maintenant.

Elles se entait épuisée. Assommée. Prête à s'effondrer d'une seconde à l'autre. Elle alla s'asseoir contre le mur, près de la cheminée, plus pâle que jamais, même pour un vampire. Juste deux minutes... Deux minutes, elle devait d'abord se reprendre. Elle gardait la petite blottie contre elle, sans rien dire pour le moment, puis tendit la main à Jasper pour qu'il vienne s'asseoir à côté d'elle. Allez, un peu de cœur, on était le 24 Décembre !

Alice – Tu vas vivre, même si tu es différente, souffla-t-elle avec un sourire. Je ne t'abandonnerais pas, fais-moi confiance.

Elle ne la laissera pas comme elle-même avait été laissée dans un asile psychiatrique à mourir à petit feu, voilà la vérité. Elle redressa la tête, croisant le regard d'Edward, qui semblait extrêmement gêné et mal à l'aise. Comme un peu tout le monde, d'ailleurs. Elle resserra sa prise sur la petite, trouvant par instinct certains gestes, certaines positions.

Alice – Bella, tu veux être sa marraine ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t81-alice-cullen-validee#94
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Accouchement un peu spécial   Jeu 26 Mar 2015 - 20:04

Bella était occupée à la cuisine, aidant Esmée pour terminer le repas du réveillon. Carlisle étant malade, elle s’était proposée spontanément, assurant qu’elle n’allait pas se blesser, qu’elle ferait attention, qu’il pouvait se reposer sans se soucier des possibles coupures qu’elle aurait. Pas la peine de la surcouver comme ça, la jeune femme avait survécu dix-sept ans sans eux, en mangeant, se levant, allant en cours… Alors, stop, elle était capable de se débrouiller sans se blesser ! Elles l’avaient exclu de la cuisine sans l’ombre d’une hésitation, décidées à le laisser se reposer. Il travaillait toute l’année, avait du mal à s’adapter à sa nouvelle vie, il était donc normal qu’il tombe malade un jour ou l’autre !

Le premier plat mis au four, les entrées aussi, Bella sortit de la cuisine après s’être assurée qu’Esmée n’avait plus besoin d’elle. A peine fut-elle entrée dans le salon qu’Edward tendit les bras vers elle en lui lançant un regard du genre « Viens, ne m’abandonne pas ! ». Levant les yeux au ciel avec un sourire amusé, elle le rejoignit en quelques pas et vint se lover dans ses bras, un regard sur les bébés qui jouaient à côté d’eux. Ils babillaient sans que les adultes ne puissent comprendre grand-chose et Bella se surprit à essayer de décrypter ce qu’ils disaient. Chose complètement inutile, en soi, mais elle ne pouvait s’en empêcher. C’était une soirée calme, paisible, posée comme ils n’en avaient plus eue depuis longtemps. Qu’on l’excuse si elle voulait simplement regarder les bébés jouer ou parler entre eux, elle était dans son droit, après tout !

Pour compléter ce tableau, les jumeaux jouaient ensemble, un peu plus loin. Ils savaient jouer ? Mais oui, imbécile, ils avaient grandi, ils avaient déjà été enfants, jouer est un instinctif, alors oui, ils savent jouer. Le choc passé, Bella ne put réprimer un sourire attendri, comme les autres d’ailleurs. Les voir ainsi jouer était étrange mais prouvait que, si, ils avaient droit à des soirées normales, calmes, comme dans toute famille humaine. L’Inquisition était relayée au second plan, on n’y pensait plus, que ce soit à la télévision ou dans les discussions de la soirée.

Edward – Il pas... Hein ? Jane ?

Bella tourna la tête vers son mari, fronçant les sourcils. Quoi, Jane ? Qu’est-ce qu’elle avait fait ? Elle jouait, là ! La principale concernée non plus, ne comprenait rien, toujours dans les bras de son frère. Et donc ? Merci d’avoir cassé l’ambiance, tout le monde était détendu ! Jane et Alec ne demandaient rien, ne déprimaient pas, ils jouaient ! Jasper demanda à Edward s’il allait bien, alors qu’il fronçait les sourcils, l’air perturbé. Que se passait-il ? Un nouveau problème ? Qu’il réponde ! Il commençait sérieusement à l’inquiéter, là. Pourquoi avait-il fait ce commentaire ? Pourquoi tirait-il une tête pareille ? Mais non, Edward ne disait toujours rien, fixant Alice à présent. Alice… Bon, quoi, pourquoi ? Après Jane, Alice ? Elle les regardait alternativement, cherchant à comprendre, son mari regardant le v… Non. C’était impossible… Sa meilleure amie semblait avoir compris, elle aussi. Mais non, enfin ! Il entendait… Il entendait ses pensées ?

Bella – Encore ? Tu entends ce qu’il pense ?

Edward – Heu... Elle dit qu'elle... Hum... Jane, ne t'énerve pas, hein, je ne fais que transmettre... Hum... Ce que porte Alice... Enfin, elle aime bien ton prénom et a décidé qu'elle s'appellerait aussi comme ça.



Un… Un « bébé » qui décide de son prénom ? D’accord, donc Alice avait un enfant, une fille, capable de penser par elle-même, et même de choisir son prénom. Bella ouvrit la bouche, choquée, fixant le ventre de sa belle-sœur. Quel âge avait ce bébé ? La taille du ventre, le développement de la pensée, ce qu’elle comprenait et disait… Et puis, choisir le prénom de Jane, quoi ! Après Alec, voilà que Jane y passait aussi ? Et même pas par le choix des parents, en plus… Non, non, par le choix de l’enfant lui-même. C’en était risible, incroyable… Cette chose qu’ils cherchaient à tuer depuis le début, cette chose qui faisait souffrir Alice encore récemment, cette chose voulait s’appeler Jane et pouvait parler.

Bella – Après Alec, Jane…

Jasper semblait mal, lui aussi, comme étonné ou… Choqué, peinant à croire ce qui se passait. Il n’était pas le seul, tout le monde regardait le ventre d’Alice, sa meilleure amie elle-même semblait halluciner complètement. Bella voyait ses lèvres remuer faiblement, ou trop vite pour que ses yeux d’humaine puissent le voir clairement. Que se passait-il ? A quoi pensait-elle ? Elle releva soudain la tête, en même temps que Jasper, et tourna la tête vers les jumeaux tandis qu’Edward serra sa main en blêmissant. Heu ? Elle avait loupé un épisode, là ? A quoi pensaient-ils ? Qu’est-ce qu’il avait entendu ? Qu’avaient-ils en tête, exactement ? Alice s’était redressée, à présent, et prit une longue inspiration. Ah, donc, ils allaient enfin savoir ? Bella était perdue, là, qu’on la guide ! Alec lui-même avait relâché sa sœur en secouant la tête, brandissant une main.

Alec – Tu ne l'as jamais senti... Tu veux faire subir ça à ta femme ?

Bella – Quoi ? Qu'est-ce que... Une minute, qu'est-ce que vous avez en tête ?

Qu’on lui explique, enfin ! Faire subir quoi à Alice ? Pourquoi ? Quand ? Comment ? Bella regardait les jumeaux, Alice, Jasper, Edward tour à tour, cherchant une explication. Elle était peut-être un peu lente, mais qu’on l’excuse, elle ne comprenait rien, là, ils allaient un peu trop vite pour elle ! Et puis, Edward savait lire dans les pensées, pas elle. Alors zut, quoi, ils pouvaient expliquer pour tout le monde et ne pas discuter comme ça, sans formuler les choses clairement, ce n’était pas sorcier ! Qu’est-ce que les jumeaux avaient à voir avec Alice ? Pourquoi faire subir elle-ne-savait-quoi à Alice ? Sentir quoi ?

Alice – Jane, dit-elle en ignorant la question de Bella. Tu as plus de trois cents ans, tu sais comment maîtriser quelqu'un, t'en débarrasser au besoin, ou le maintenir, avec ton don... Alec, avec le tien, tu peux... Bon, c'est tout sauf agréable, mais on aurait dû y penser dès le début.

Jane – Tu veux qu'on te fasse accoucher ?

Edward – Attends, tu veux qu'Alec te plonge dans le coma, et que sa sœur tort... S'occupe du bébé si jamais il...

Il… Bella pâlit, serrant la main d’Edward sans s’en rendre compte. Ils voulaient… Mais ils ne pouvaient pas ! On parlait de plonger Alice dans le coma, là ! Il n’y avait qu’elle que cela choquait ? Et si les choses tournaient mal ? Et si cette chose s’en prenait aux enfants ? Et si elle était insensible aux dons des jumeaux ? Et si, pire, elle s’en prenait aux jumeaux eux-mêmes ? Pas qu’elle s’inquiète pour eux, hein, mais elle doutait qu’Aro soit très content s’il apprenait qu’il était arrivé quelque chose à ses « enfants ». Le voir débarquer à nouveau avec ses airs de Dracula ne la rassurait pas du tout, loin de là.

Jasper se leva à son tour, demandant à Alec d’y aller doucement. Mais… Mais… Qu’ils réfléchissent, au moins ! C’était un peu brusque, comme décision, ils n’avaient même pas pesé le pour et le contre ! Et si ça se passait mal ? Bella continuait de les fixer, sans pouvoir détourner la tête, comme si Alice allait disparaître si elle la quittait des yeux l’espace de quelques secondes. La fumée noire terrifiante du don d’Alec l’enveloppa bientôt, la plongeant dans le coma alors qu’elle s’effondrait après avoir poussé un petit gémissement. Jasper la souleva dans ses bras, comme s’il n’avait pas peur. Mais… Et elle allait bien, hein ? Elle n’allait pas souffrir ?

Jasper – C’est bon…

Et ils s’en allèrent, s’enfermant dans une autre pièce. Sans doute la bibliothèque des enfants. D’accord, tout va bien, Alice se faisait charcuter dans la pièce voisine, Alec la maintenait dans un coma et Jane risquait de torturer la chose qui allait sortir du ventre d’Alice. Sinon, heu, belle soirée, joyeux réveillon à tout le monde ! Heureusement, Rosalie et Emmett jouaient avec les enfants dans une autre pièce et n’avaient pas assisté à tout cela. Dieu merci, ils auraient sans doute piqué une crise, du moins Rose, parce qu’il « n’y a pas moyen de passer une soirée normale ici ». Et… Sinon, tout va bien, parfaitement bien. Bella n’arrivait pas à penser à autre chose, ne cessant de fixer l’endroit par lequel Jasper, Alice, Jane et Alec étaient partis. Elle se sentait mal, nauséeuse, avait beaucoup trop chaud.

Au bout d’un moment, Alec revint, passant dans la cuisine avec un air empressé. Quoi, ça avait mal tourné ? Il y avait eu un problème ? Quelque chose s’était mal déroulé et Alice était en danger ? Bella lança un regard paniqué à Edward mais le garde Volturi revint quelques secondes après avec une bassine remplie d’eau. Elle était « née » ? Ca y était ? Et comment ça se passait ? Alice allait bien ? Cette petite était dangereuse ?

Voix – Ton sang brûle ! hurla-t-elle de toute la force de ses poumons.

… Hein ? Bella blêmit en regardant l’endroit d’où émanait la voix, nouvelle, jamais entendue. C’était… la voix du bébé ? Qui savait parler ? Hurler ? Et… qui se nourrissait de sang ? A peine ce cri entendu qu’ils virent une gamine, de la taille d’une enfant de deux ans à peu près, les cheveux blonds et courts, la peau très pâle, débouler dans le salon. Jane suivait derrière elle et semblait la terroriser littéralement vu sa réaction. La garde Volturi était couverte de sang, ce qui provoqua un haut-le-cœur chez Bella. Du sang… Ne pas respirer, ne pas regarder. Elle se sentait de moins en moins bien tandis que la gamine qui hurlait « Ton sang brûle quand on le boit ! ». Quand on le boit…

Jane – Il y a autre chose qui va brûler si tu ne te calmes pas...

Et Jane l’attrapa à nouveau, la ramenant dans l’autre pièce. Respirer, du calme, tout allait bien. Peut-être cette petite n’était-elle pas si dangereuse que cela, elle était juste effrayée, rien d’autre. Après tout, c’était normal : être poursuivie et maintenue par Jane n’avait rien de rassurant. Surtout lorsque l’on sait que la Volturi avait déjà tué, de sang froid, des Enfants de la Lune qui ressemblaient à cette petite. Donc voilà. La fille d’Alice et Jasper était née. Elle rampait, criait, mais à part ça, elle venait de sortir du ventre de sa mère. Sinon, tout va bien, ils étaient une famille on ne peut plus normale, passant un réveillon de Noël normal, habituel, comme tous les gens de la planète.

Il se passa un court moment avant qu’il y ait de nouveau de l’agitation dans l’autre pièce. Ils entendaient des voix, mais impossible de les distinguer, ou alors Bella était-elle trop mal pour pouvoir comprendre ce qu’elles disaient. Elle ne cessait de regarder les bébés et Edward, l’ambiance étant brusquement tombée. Désolée, impossible de faire comme s’il ne se passait rien alors qu’un bébé vampire venait de naître avec la taille d’une enfant de deux ans ! Par chance, le silence fut rompu par Jasper qui revenait avec sa fille – c’était étrange, dit comme ça… Elle avait toujours cet air terrifié et elle avait, apparemment, pleuré. Des traces de larmes de sang étaient toujours visibles. Pas de doute là-dessus, elle était bien vampire… D’instinct, Bella voulut se lever pour prendre Gabriel dans ses bras mais se ravisa, par peur de vexer Jasper. Il la tenait, aucun risque qu’elle ne « dérape ».

Jasper – Voilà, je vous présente Mélanie, on a changé car elle a... un peu peur de Jane. Alice et Jane sont allées se laver.

Bella – Alice va bien ?

Jasper – Oui, l'accouchement s'est bien passé... Et Jane s'est occupée de la petite pendant que je m'occupais d'Alice.

Bon… Au moins, elle était vivante, elle allait bien, et tout était fini. Mais, alors, cette petite ne représentait pas une menace ? S’ils comptaient la garder, c’est qu’elle était inoffensive ? Elle avait mordu Jane, pourtant ! Bella l’avait bien vu, et puis elle avait hurlé que « son sang brûlait », il ne faut pas être d’une intelligence supérieure pour comprendre ce qui s’était passé. Et puis, Mélanie semblait terrorisée par Jane, donc tant que la Volturi restait dans le coin, elle n’allait pas bouger d’un pouce. Pourquoi en avait-elle si peur que cela ? Juste à cause de son sang ? D’accord, du sang qui brûle, ça n’a rien d’agréable, mais tout de même…

Mélanie – Son sang il brûlait ! gémit-elle d'un ton terrorisé. Et son regard il était froid, elle me tenait, et j'ai cru que...

Ah… Heu, vu comme ça, d’accord, Bella comprenait pourquoi elle était terrifiée à ce point. Les yeux des jumeaux exprimaient tant de choses que cela suffisait à traumatiser, Edward lui-même évitait d’entrer dans leur tête depuis sa première tentative en tant qu’humain. La petite les regardait tous, comme si elle attendait une réponse. Ah, heu, là, elle passait son tour. Bonne chance Jasper !

Jasper – Pour son sang, heu... Je suppose que son don doit y être pour quelque chose... Mais oublie ça pour le moment, tu es trop petite pour connaître tous les détails.

Aïe… Ne JAMAIS dire ça à une enfaaaant ! JA-MAIS ! Bella grimaça, hésitant à se boucher les oreilles pour prévenir la crise qui allait éclater sous peu. Trois… Deux… Un… Et voilà. Mélanie se mit à hurler, piquant la crise que la jeune mère redoutait et sentait venir. Désolée, Jasper, mais ce n’est qu’avec l’expérience qu’on évite ce genre de bavures. Et puis, dire à une enfant qu’elle est trop petite… C’était la pire idée du siècle, pire encore que lorsqu’elle-même avait tenté de vouloir échapper à sa meilleure amie et Jasper. Voilà, il ne pouvait plus le lui reprocher maintenant ! Mais bon, la différence était qu’il avait son don… Et qu’il pouvait l’utiliser. Comme il le faisait en cet instant précis. Tricheur…

Jasper – Ecoute, elle a juste un don qui lui permet de brûler vif les gens à distance, voire de les tuer. Et c'est son travail, de se débarrasser pour de bon de ceux qui posent problème. Elle a déjà jeté au feu sans sourciller des dizaines d'enfants de vampires...

Bella – Jasper !

Ca ne se disait pas, enfin ! Il n’avait aucun tact ! Il oubliait que sa fille venait de naître ? D’accord, elle avait l’apparence d’une gamine de deux ans, mais on ne disait pas des trucs pareils ! Elle venait tout juste de sortir du ventre de sa mère et, la première chose qu’elle apprend, c’est que la fille qui l’a immobilisée a un don lui permettant de faire souffrir les gens sans les toucher, et qu’elle a tué des enfants de vampire, comme elle, alors que ce n’était pas tout à fait vrai. Non mais vraiment ! Même elle avait plus de tact que cela, et ce n’était pas peu dire. Alice revint au même moment, avec Jane justement, tandis que Mélanie se remettait à pleurer. Bravo Jasper…

Jane – Qu'est-ce que tu lui as dit ?

Jasper – Qui tu es…

Jane – Qui je suis ? Une garde Volturi qui tue des gêneurs quand on lui demande ? Ou alors, une ex-vampire qui peut tuer les gens avec un regard ? Ou bien, juste celle à qui tu as demandé de neutraliser ta propre fille au cas où ?

Et voilà… A force de provoquer Jane, pas étonnant qu’elle balance un truc pareil ! Bella n’osait rien dire, restant dans les bras d’Edward et observant ce qui se passait – comme à peu près toutes les personnes de la pièce. C’était une scène totalement irréelle, étrange… Imaginer Jasper avec une fille, sa fille, dans les bras, à la tenir et à discuter avec Jane, en train d’expliquer à Mélanie ce qu’étaient les Volturi… Mais à part ça, oui, cette petite fille avait quelques minutes. Il n’y avait que Bella que ça choquait, là ?

Mélanie – Je veux pas faire de mal à ma maman... Je veux pas, papa, c'est pas vrai... C'est quoi, un garde Volturi ?

Bella se sentit, soudain, mal à l’aise. Ils n’avaient pensé qu’à la tuer, à l’éliminer, alors qu’elle n’avait rien souhaité… Elle était comme Renesmée, vivante mais ce n’était pas de sa faute, elle existait alors que c’étaient ses parents qui l’avaient conçue. Et pourtant, Bella n’avait jamais pensé à l’éliminer, la tuer, elle sentait qu’elle ne lui voulait aucun mal et voulait la garder. La tuer la répugnait. Elle en était incapable. Et ici, ils avaient pensé à le faire avec Mélanie… Une vague de culpabilité se répandit en elle alors que Bella décrochait de la discussion, s’en voulant de ne même pas avoir essayé de défendre la petite.

Sa meilleure amie était en danger, c’était une bonne raison, non ? Ils… Non. Elle aussi était en danger, et pourtant, elle n’avait pas cédé sous la pression des autres. Bella avait été odieuse. Elle aurait au moins dû laisser sa chance à la petite, défendre Alice, ou proposer à Edward de… Mais non, ce n’était pas de leur faute. Jasper avait senti que la « chose » qu’abritait Alice était un monstre, avec un esprit animal, bestial, qu’elle était dangereuse ! Mais c’était uniquement parce qu’ils ne la comprenaient pas. Comme avec Renesmée. Bella les laissa discuter, serrant inconsciemment la main d’Edward en regardant ailleurs pour ne pas écouter leur discussion.

Ce n’est que lorsqu’Alice promit à sa fille qu’elle allait vivre malgré sa différence que la jeune mère ne put s’empêcher d’écouter. Elle, comme Edward, auraient dû y penser… Ils auraient pu aider Alice à ne pas souffrir, à comprendre la petite comme ils avaient compris Renesmée. Comment rejeter Mélanie, en considérant tout cela ? Elle n’avait rien demandé, ce n’était pas sa faute. Elle était différente, simplement, rien de plus.

Alice – Bella, tu veux être sa marraine ?

Bella – Moi ? Je… Heu…

Hein ? Quoi ? Elle ? Bella redressa la tête, choquée, regardant sa meilleure amie, la petite, puis Jasper. Alice voulait vraiment qu’elle soit la marraine ? Elle n’avait pas peur qu’il lui arrive quelque chose, si elle était plus fragile en étant humaine ? Ce n’était pas… risqué ? Peut-être pas. Après tout, tant que Jasper était dans le coin, ils ne risquaient rien, et puis ils allaient l’éduquer comme Bella et Edward avaient éduqué Nessie. N’est-ce pas ? Bella hocha la tête avec un petit sourire, les joues légèrement plus rouges malgré elle.

Bella – Oui, ce sera avec plaisir.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Accouchement un peu spécial   

Revenir en haut Aller en bas
 
Accouchement un peu spécial
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma vespa spécial de 1977
» Télérama-Spécial Formation Patrimoine
» Avis sur ecran LCD "spécial" photo
» [AIDE] Connect spécial Noel ou Webphone pour android?
» Spécial LuluBerlue : les bigoudis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps d'Amérique-
Sauter vers: