Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Visite matinale

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Visite matinale   Sam 28 Fév 2015 - 19:01

[Fait avec Esmée et Carlisle.]

Il avait de nouveau neigé, cette nuit, et cet épais tapis blanc étouffait absolument tous les sons. Cette nuit, les humains avaient fêté le passage de cette nouvelle année, une de plus, en profitant pour boire du champagne et manger, comme à chaque Nouvel An, provocant pas mal d'accidents. C'était un cycle sans fin, l'humanité s'adonnait à ce rituel depuis des millénaires, les humains faisaient toujours cette fête en espérant un avenir meilleur, comme si tout pouvait changer en l'espace d'une seule nuit juste pour la nouvelle année. Risible. Même lorsqu'il était lui-même humain, il avait toujours trouvé cette tradition ridicule. Les années défilaient, les unes après les autres, apportant chacune leur lot de malheurs. Il secoua légèrement la tête en observant, au loin, la ville de Forks endormie, comme anesthésie après cette fête. Il reprit sa route, écrasant la neige de ses pas, se dirigeant vers la villa blanche. En chemin, il vit quelques uns de ses gardes, qui le saluèrent avant de reprendre leur poste.

Aro n'était pas un sauvage sans manières comme certains, et il sonna donc poliment à la porte d'entrée, sans essayer d'entrer par la fenêtre. Il devait être aux alentours de sept heures du matin. Il était arrivé cette nuit à Seattle, pour régler une affaire, puis s'était ensuite tranquillement rendu ici. Étrange, les humains étaient en guerre, mais ils trouvaient encore le moyen de s'amuser en toute insouciance. C'était pour cela qu'ils étaient faciles à manipuler ! Lui-même, lorsqu'il avait une proie en ligne de mire, ne songeait ensuite qu'à cela et rien d'autre. Rien ne pouvait le détourner de son objectif, et surtout pas une simple fête qui n'avait aucun intérêt. Il attendit quelques minutes, puis la porte s'ouvrit enfin, dévoilant Esmée, en peignoir, et qui fit une tête tout à fait choquée. Hum, la voir ainsi, décoiffée, fatiguée, restait déjà assez choquant, en soit. Elle le salua, qu'il lui rendit, et lui demanda ce qu'il faisait là.

– Je suis venu voir Carlisle. Il est déjà parti au travail ?

Il avait dit cela d'un ton parfaitement naturel, comme à son habitude, comme s'il était tout à fait normal que le chef d'un clan de vampires vienne sonner à la porte d'une maison humaine à sept heures du matin, un premier janvier. Et pour lui, c'était naturel. Il ne perdait jamais de temps, et il avait fait l'effort d'attendre le matin pour venir.

Esmée – Non, Carlisle est malade. Il n'est pas allé travailler.

– Puis-je tout de même lui parler ?

Esmée – D'accord. Mais... Pas trop longtemps, il doit se reposer.

Le docteur pouvait donc être malade, lui aussi ? Exploit, même si ça n'étonnait Aro qu'à moitié. A force de toujours faire passer les autres avant lui et de ne jamais prendre la peine de se reposer ni de faire attention...  Heureusement que Marcus ne serait pas là, ou il ne serait affligé, lui aussi. Mais soit, la situation n'était peut-être pas idéale, mais Aro ne comptait pas revenir ici tous les trois jours non plus. Il avait à faire, et cela n'allait pas durer une éternité non plus. La guerre se poursuivait, entre humains et vampires, l'Inquisition s'organisait un peu mieux, même si leur action laissait vraiment à désirer, et jusqu'ici, aucun humain n'avait été assez idiot pour attaquer Volterra en direct. Cela dit, beaucoup pensaient que la ville n'était qu'un leurre et n'avait rien à voir avec le véritable siège des vampires. Les braves petits.

Il monta les escaliers, sentant au passage les nombreuses odeurs humaines qui parsemaient l'air dans cette maison. Il y avait aussi l'odeur du gamin de Jasper, né peu de temps auparavant. Avec les jumeaux en aide. Un des gardes en faction avait tout suivi, et il avait revu la scène dans son esprit. Il était curieux de voir l'évolution de ce truc, ceci dit, car la gamine semblait avoir une conscience déjà très développé. Et il avait été fier de voir que Jane n'avait rien perdu de ses réflexes, ni de sa volonté. Être humaine ne lui ôtait rien, et il en était très satisfait. Il savait qu'elle n'aurait pas hésité à tuer la morveuse en cas de besoin, comme elle l'avait déjà fait lors de la peste des Enfants Immortels. Il trouva enfin Carlisle, qui tirait une tête fatiguée. Mauvaise mine, le docteur, il n'était pas très frais.

– A force de ne jamais prendre soin de toi, ça devait arriver. Navré d'arriver à l'improviste, je n'imaginais pas que tu serais cloué au lit.

Il s'arrêta près du lit, voyant au passage un berceau où dormait une fillette à poings fermés. Juste, il avait eu une fille, il y a un mois ou deux, il avait su cela. Comme c'était mignon. Dommage que ça ne l'incite pas à faire un minimum plus attention à lui, mais soit. Inutile de lui demander d'être plus prudent, c'était comme s'il demandait à Alec d'arrêter de toujours s'enfoncer à la première occasion. Mission impossible. Esmée avait suivi, elle aussi, comme si elle avait peur.

Carlisle – Qu'est-ce que tu fais là ? souffla-t-il ne se redressant.

– Te souhaiter la bonne année, bien sûr, persifla-t-il avec un sourire ironique. Et accessoirement, te demander si tu n'as rien remarqué de bizarre chez ta fille.

Carlisle – Ma fille ? s'écria-t-il en se redressant d'un bond. Qu'est-ce qu'elle a, ma fille ?

– C'est ce que je te demande, justement.

Le docteur se leva avec peine, puis tituba jusqu'au berceau de la petite, la couvant du regard. Donc il n'avait rien vu ni remarqué pour le moment, sa surprise le prouvait. Bon, soit, ce ne devait pas encore être déclaré. Elle avait deux mois, c'est cela ? Ou trois ? Combien de temps cela allait-il encore prendre ? Il n'y avait pas encore d'autres références, peu d'anciens vampires avaient déjà eu des enfants, et peu, aussi, avaient eu l'âge de Carlisle avant cette seconde transformation. Il observa la petite, les yeux plissés.

Esmée – Que se passe-t-il ?

Carlisle – Qu'est-ce qui s'est encore passé ? renchérit Carlisle. C'est à cause du remède ? Qu'est-ce... Lindsay va avoir un problème ?

– Les vampires ont déjà beaucoup changé, tu le sais, et maintenant, les humains commencent aussi à être affectés par les conséquences du remède. Les humains qui ont été vampires, qui ont eu plus de deux cents ans, et donc, par voie de conséquence, leurs rejetons. Tu permets ?

Il lui tendit la main, impassible. Le docteur hésita, encore plus pâle, puis la lui donna. Aro plongea directement dans son esprit, analysant son comportement, ses pensées, tout ce qu'il avait vécu durant ces quatre derniers mois. Sur les premières semaines, il ne trouva rien d'anormal ni d'alarmant. Tout se déroulait comme il se doit, une vie humaine banale, sans heurts. Ce n'est que vers la mi-Novembre qu'il perçut ce qu'il cherchait. Le docteur n'en avait pas conscience, pensant juste à de la simple fatigue. Si c'était aussi simple... Aro redressa la tête, pensif, en l'observant, intensément, ce qui eut le don de le mettre encore plus mal à l'aise. Cela commençait tout juste, oui, comme un mal qui couverait un moment avant de se déclarer brutalement.

– Il me faudrait une petite prise de ton sang, et de ta fille, je te prie, dit-il en le relâchant. Et aussi des jumeaux, vu leur âge... Tu pourrais faire ça ?

Carlisle – Tu vas enfin dire pourquoi ?!

– Non, je ne suis sûr de rien, dit-il avec un léger sourire. Je ne vais pas t'alarmer pour rien.

Carlisle – C'est un peu tard...

– Peut-être. Les jumeaux vont sans doute rester peu de temps chez vous, encore, je vais les re-transformer assez vite.

Carlisle lui jeta aussitôt un regard alarmé, perdu, terrifié, et Aro haussa un sourcil. Oui ? Qu'avait-il dit, pour qu'il ait aussi peur, d'un seul coup ? Il était normal qu'il songe à re-transformer les jumeaux ! Maintenant, ils étaient tous les assez âgés, le clan avait besoin d'eux, et vu tout ce qui se passait ici, il aimerait que leur séjour ne s'éternise pas. Il s'approcha d'un pas, observant la petite, qui dormait toujours en suçant son pouce, puis regarda Carlisle.

– Ne panique pas, rien n'est fait, encore, mais je reste prudent. Agenore travaille déjà sur tout cela. Mais tiens-moi au courant de ton évolution, et de celle de la gamine.
Revenir en haut Aller en bas
 
Visite matinale
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Visite guidée : fort de Château-Lambert
» Visite guidée du Titanic
» Visite au Musée de CHARAVINES / PALADRU - Isère
» Qui veut faire une visite au Mont Saint Michel ?
» Ma visite chez Brasilia / scoop inside !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps d'Amérique-
Sauter vers: