Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une meilleure amie

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Une meilleure amie   Lun 16 Mar 2015 - 11:44

La moto dérapa à moitié dans la neige lorsque Jacob se gara et laissa sa bécane appuyée contre l'arbre le plus proche. Il rajustait son sac, qui pendait en bandoulière, lorsque son portable sonna à nouveau, pour la cinquième fois depuis ce matin. Il leva les yeux au ciel, sachant déjà qui l'appelait et pour quoi. Et comme il s'y attendait, ce fut la voix de Paul qui retentit au bout du fil. Son "beau-frère" n'avait pas dormi de la nuit, le petit qu'il avait eu avec la frangine de Jake était malade, une petite gastro, et étant donné que Rachel était absente trois jours à cause d'une formation qu'elle suivait à Seattle, il ne cessait de l'appeler lui, comme s'il pouvait y faire quoi que ce soit.

Jake – Tu l'as déjà emmené chez un médecin, que veux-tu faire de plus, à part t'en occuper ?

Paul – Mais t'es certain que je peux rien faire d'autre pour qu'il aille mieux ? Je... Je... Je sais pas, moi !

Jake – Commence par arrêter de paniquer !

Il soupira puis raccrocha, fourrant son portable dans la poche de son blouson. C'est vrai, quoi, les bébés pouvaient sentir quand leurs parents n'étaient as biens, à ce qu'on disait, alors Paul devrait prendre sur lui et cesser de s'énerver comme ça. Et puis, il y avait plus grave. Là, son neveu était malade, mais il allait s'en remettre en un ou deux jours ! Ses parents allaient veiller sur lui ! Il y avait d'autres parents qui ne pouvaient plus veiller sur leurs enfants. Il y avait Sue qui... Sa gorge se serra aussitôt et il s'arrêta avant de marcher vers la porte de la villa blanche, s'appuyant contre un arbre, une main sur le visage. C'était comme un vertige qui venait le saisir à chaque fois qu'il songeait à cette histoire. Comme si la culpabilité venait le rendre malade et le faisait s'effondrer. Il serra les dents, essayant de se reprendre assez vite. Il n'était plus temps de pleurer sur le passé... Ce qui était fait ne pouvait plus être défait, c'était fini, bouclé, terminé, on ne revenait pas en arrière. Malgré tous les regrets et les remords du monde. Il s'obligea à se redresser, tremblant comme une feuille. Stop, cesse de penser à ça, comme un crétin !

Il prit une grande inspiration pour se calmer, s'étirant un peu. Repoussant son envie de plus ne plus lourde de foncer en Italie à la recherche de son amie. Il revivait littéralement les semaines qu'il avait passé en sachant Bella disparue elle aussi. Mais elle, au moins, était avec une famille qu'on pouvait qualifier de "correcte". Il était loin d'être un fan des Cullen, mais il reconnaissait qu'ils n'étaient pas autant des montres que certains. Il avait toujours su, au fond de lui, que Bella ne risquait rien, même s'il refusait catégoriquement de l'avouer. Leah, en revanche, elle... Elle était avec un membre du plus dangereux clan de vampires au monde, enfin ! Elle était tout sauf en sécurité ! Il marcha à grand spas vers la porte, frappant un peu plus fort que nécessaire. Lorsqu'on vint lui ouvrir, il demanda à voir Bella, se giflant mentalement pour faire redescendre la tension et les nerfs. Respire.

En attendant l'arrivée de son amie, il regarda les photos dans le hall d'entrée. Il y en avait beaucoup, accrochées sur de petits tableaux, par des épingles colorées. Des photos des bébés qui étaient venus agrandir la famille. Il les regarda, la bouche légèrement entrouverte. Une vraie famille humaine. Il y en avait même une des jumeaux, endormis dans le canapé, blottis l'un contre l'autre. Il vit aussi une photo de lui, Nessie sur son dos, encore assez jeune, qui riait aux éclats. C'était au Népal, ça. Il regarda les autres photos, avec lenteur. Il repéra la blonde, dans un lit d'hôpital, son fils dans les bras. Qui aurait cru voir ça un jour ? Il n'arrivait toujours pas à croire que le temps avait repris ses droits, dans cette famille. Son regard se fana à nouveau, alors qu'il effleurait du bout des doigts l'Italie, sur une petite carte du monde. A chaque fois, ses plus proches amies partaient dans des endroits où il ne pouvait plus les atteindre.

Jake – Leah, murmura-t-il.

Il laissa retomber sa main, reculant d'un pas. Oui, c'était toujours ainsi. Il devenait proche d'une personne, il l'appréciait, voulait rire avec elle, partager de bons moments. Puis cette personne disparaissait. Il avait pu revoir sa meilleure amie, mais reverra-t-il Leah un jour ? Il croisa les bras, le cœur lourd, puis s'aperçut enfin que sa meilleure amie était arrivée. Il parvint à lui dire bonjour d'une voix tout à fait normale, comme si rien ne s'était passé de particulier. Il se tourna complètement vers elle. Il devait savoir. Il devait comprendre ou il n'arrivera jamais à rien. Et elle était la seule qui puisse répondre à ce genre de questions.

Jake – Est-ce que tu peux m'expliquer comment on peut tomber amoureux d'un vampire ? Ce qui déclenche ça ? Ce qu'on ressent ? Même lorsqu'on appartient à un monde différent ? Même lorsqu'on sait que ce vampire a déjà tué et tuera encore ? J'ai besoin de le savoir, Bella, et toi tu devrais pouvoir l'expliquer. Je t'ai déjà perdu une fois à cause de ça, et aujourd'hui, on a perdu Leah ! Donc je dois savoir. Il faut que tu me le dises.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Une meilleure amie   Dim 22 Mar 2015 - 16:58

Bella était debout, à côté du berceau de Gabriel, et le regardait dormir sans rien faire. Des moments au calme, sans personne pour lire dans nos pensées. Elle réfléchissait aux récents événements, à ce qu’elle avait appris, à ce que lui avait demandé Alice… Bien sûr, être marraine ne la dérangeait pas, mais elle ne pouvait s’empêcher d’avoir une certaine appréhension quant à l’avenir de Mélanie. Et si jamais Aro souhaitait qu’ils… Si elle se révélait dangereuse, en grandissant ? Mais non, stop, ne pas penser à ce genre de choses.

La jeune mère ne voulait surtout pas qu’Edward l’entende, ou que Jasper ne ressente ses doutes, ses peurs, ou tout autre sentiment du même genre. Elle ignorait s’ils étaient dans le coin ou non, si elle était dans leur « champ », mais mieux vaut prévenir que guérir. Bella avait déjà assez blessé de gens comme cela par mégarde, inutile d’en rajouter une couche alors qu’Alice allait mieux et qu’elle semblait heureuse. Après tout, elle avait eu une fille… Une fille, elle qui ne l’avait jamais cherché, qui ne l’avait jamais imaginé. Bella comprenait qu’elle veuille la garder, elle était différente comme Renesmée avant le remède mais n’en était pas coupable. Seuls les parents étaient en cause, alors comment pouvoir accuser un enfant de la bêtise des parents ?

C’est pour cette raison que Bella n’avait rien dit, avait compris, n’avait même pas protesté en constatant qu’ils voulaient garder Mélanie. Si jamais il y avait effectivement un problème, ils seraient sûrement en mesure de le régler seuls, n’est-ce pas ? Pour l’instant, profiter du calme avant la tempête, se reposer tant que c’est encore possible parce que cela ne durait jamais longtemps dans cette Villa.

Surtout depuis la très rassurante visite d’Aro le lendemain du Réveillon, annonçant quelque chose qui allait toucher les anciens vampires assez vieux et leurs enfants… Bella n’était pas rassurée, même si elle-même était jeune, mais elle ne pouvait s’empêcher d’y penser. Tout leur échappait. Comme si, non, ils ne méritaient pas une vie simple et tranquille, comme si les vampires étaient vraiment damnés comme le lui avait répété en boucle Edward tandis qu’elle était toujours humaine. Mais non, du calme, après tout, rien n’était sûr. Aro l’avait dit lui-même.

Bella tourna la tête, entendant des pas derrière elle et une voix qui la prévint que Jacob voulait la voir. Jacob ? Fronçant les sourcils, elle dit qu’elle arrivait et embrassa Gabriel sur le front avant de quitter sa chambre. Jacob… Ils étaient restés proches, mais quelque chose s’était brisé et ils ne se parlaient plus comme avant depuis qu’elle était devenue vampire. D’accord, il était un peu plus « normal » maintenant qu’elle était à nouveau humaine, mais son comportement l’avait blessée et elle ignorait comment se comporter avec lui. Alors, pourquoi voulait-il la voir ? Il n’avait pas cours, d’ailleurs ?

Bella descendit les escaliers, retrouvant le Quileute dans le hall d’entrée à regarder les différentes photos accrochées aux murs, posées sur les meubles… Il avait l’air… abattu. Oui, voilà, c’était le mot. Même son « bonjour » était moins enjoué que d’habitude. Pourquoi ? Que s’était-il passé ? Elle se repassa les derniers événements notables en mémoire, comme si les revoir lui donnerait une explication au comportement de Jacob, mais ne vit rien qui puisse le toucher en dehors du départ de Leah… Ah. Mais non, ce n’était pas ça, que pouvait-elle y faire ? Carlisle avait déjà dit tout ce qu’il savait à Sam, à propos des Volturi. De plus, elle y était allée de son propre chef, alors s’il comptait la récupérer, il pouvait rêver… Pas sans qu’elle ne le souhaite.

Jake – Est-ce que tu peux m'expliquer comment on peut tomber amoureux d'un vampire ? Ce qui déclenche ça ? Ce qu'on ressent ? Même lorsqu'on appartient à un monde différent ? Même lorsqu'on sait que ce vampire a déjà tué et tuera encore ? J'ai besoin de le savoir, Bella, et toi tu devrais pouvoir l'expliquer. Je t'ai déjà perdu une fois à cause de ça, et aujourd'hui, on a perdu Leah ! Donc je dois savoir. Il faut que tu me le dises.

… Bella ouvrit légèrement la bouche sans rien pouvoir répondre immédiatement. Ce qu’il lui demandait, ça ne s’expliquait pas ! Et puis, il y avait une nette différence entre Edward, à l’époque, et elle. Déjà, elle ignorait qu’Edward était un vampire. Ensuite, il n’avait tué personne à ses yeux puisqu’il était végétarien et ne buvait pas de sang humain, il le lui avait dit dès qu’elle avait découvert son secret. Et lorsqu’il lui avait appris qu’il avait effectivement déjà tué des humains, ils étaient fiancés, elle l’aimait, lui aussi, ils avaient vécu des choses difficiles ensemble. Alors, comment cela aurait-il pu changer le reste, dès lors qu’il avait arrêté de lui-même de tuer des humains ?

Il l’avait perdue… Mais s’il l’avait perdue une fois, « à cause de ça », c’était uniquement de sa faute ! Bella l’avait prévenu, elle ne voulait pas le perdre, ne voulait pas s’éloigner, mais il ne comprenait pas ce qu’elle ressentait, il n’avait jamais compris qu’elle puisse aimer quelqu’un de différent. A écouter Jacob et sa manière d’en parler, on aurait dit que tomber amoureux d’un vampire était une maladie, un ensorcèlement ou un truc du genre. Mais ne pas s’énerver. Ne pas crier, pas ici, pas maintenant, garder son calme. Et elle qui pensait qu’il avait grandi, compris des choses…

Bella – Ce qui déclenche ça, dit-elle d’un ton plus froid malgré elle, c’est simplement l’alchimie, la sympathie… Qu’est-ce que j’en sais, moi ? C’est ce qu’on appelle l’amour, Jake ! Pour ton information, j’ignorais qu’Edward avait déjà tué des gens, et je ne savais même pas qu’il était vampire quand je suis tombée amoureuse de lui. En plus, j’étais humaine, et les humains sont beaucoup plus sensibles au pouvoir d’un vampire qu’un loup comme vous, comme Leah.

Ne pas s’énerveeeer ! Bella prenait sur elle pour ne pas hurler, ressentant les paroles de Jake comme une insulte directe envers Edward, mais ne pouvait s’empêcher de parler d’un ton beaucoup plus dur. Elle avait même refermé ses poings et sentait que ses joues avaient pris une légère teinte rose. La situation de Leah était différente. Leah était déprimée, elle n’aimait pas sa condition, elle était seule et avait seulement eu une aventure avec ce vampire. Bon, d’accord, jusque-là, elles avaient des points en commun… Mais Jacob oubliait une chose importante, primordiale, dans son joli petit raisonnement : l’imprégnation. Bella poussa un soupir, plus pour se calmer que pour exprimer son exaspération.

Bella – Et tu oublies un point non-négligeable dans ton raisonnement « vampire égal méchant dont on ne peut raisonnablement pas tomber amoureux ». Leah s’est imprégnée de ce vampire, elle ne pouvait pas vivre sans lui et risquait de mourir s’il restait loin d’elle plus longtemps. A ce stade, ça dépasse ce que j’ai connu, votre truc d’imprégnation, je ne sais pas ce que c’est, en dehors de ce que vous m’avez expliqué.

Oui, bon, la résolution « rester calme et ne pas envoyer de piques sarcastiques » s’était envolée comme un nuage de fumée devant un ventilateur. Mais c’était plus fort qu’elle, pour le coup. Il n’avait pas à débarquer chez elle, comme ça, en traitant les Cullen de vampires qui tuaient et allaient encore tuer quand ils étaient vampires ! D’accord, les vampires actuels étaient comme ça, mais ils avaient le choix et n’étaient plus obligés de tuer. Alors, si le vampire de Leah continuait à tuer, c’était lui, le meurtrier.

Bella – Maintenant, si tu veux que je t’explique ce qu’est l’amour, dis-le, ça me fera un entraînement pour le moment où je devrai l’expliquer à mes enfants.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une meilleure amie   Jeu 26 Mar 2015 - 23:49

Bon, alors, elle allait répondre, oui ou non, au lieu de simplement rester là à le regarder en ouvrant la bouche ? Si elle en pouvait pas, tant pis, il se passera de ça et ira aussitôt trouver les deux autres personnes qu'il était venu voir aujourd'hui, à savoir les deux gamins-ex-vampires-mais-qui-allaient-le-redevenir-en-gros-sadiques-surpuissants, ou plus simplement les deux ex vampires totalement dangereux, dépressifs et instables qui pouvaient tuer les gens d'un seul regard et qui vivaient encore ici avant de tourner en Italie. Eux, au moins, ils auront le numéro de l'autre bellâtre Italien qui était présentement le compagnon de leur amie ! Ils pourront lui donner une façon de le joindre, et Jacob pourra enfin lui demander en direct si ça le tuerait de revenir avec Leah habiter à la Push, ou même à Forks s'ils voulaient, peu importe ! En attendant, il avait besoin de réponse, et Bella était la seule autre fille sur terre qui s'était acoquinée avec un vampire et en était revenue vivante. La seule ici qu'ils avait sous la main, mais c'était un détail.

Bella – Ce qui déclenche ça, c’est simplement l’alchimie, la sympathie… Qu’est-ce que j’en sais, moi ? C’est ce qu’on appelle l’amour, Jake ! Pour ton information, j’ignorais qu’Edward avait déjà tué des gens, et je ne savais même pas qu’il était vampire quand je suis tombée amoureuse de lui. En plus, j’étais humaine, et les humains sont beaucoup plus sensibles au pouvoir d’un vampire qu’un loup comme vous, comme Leah.

Mais il s'en foutait royalement, lui, d'Edward Cullen ! Ce qui l'intéressait ici, c'était justement de savoir pourquoi les humains ou les loups pouvaient être plus sensibles face aux vampires ! Pourquoi ? A cause de l'odeur ? De la voix ? De l'apparence ? Un mélange de toute cela ? Qu'est-ce qui provoquait l'attirance, à la base ? Elle avait été vampire elle-même, elle devait bien être capable de l'expliquer ! Car non, ce n'était pas simplement de l'amour, lorsqu'elle était humaine, car s'il n'y avait que ça, elle n'aurait pas déprimé si fort durant des mois. Une déprime aussi malsaine n'était pas motivée que par l'amour, elle était aussi motivée par cette attirance tout aussi malsaine qu'exerçaient les vampires sur les humains. Ne l'avait-elle toujours pas compris ? Ou refusait-elle toujours d'accepter que son amour était mélangé, lorsqu'elle était humaine, au pouvoir bien vampirique d'Edward ? Si c'était le cas, il en était bien triste pour elle, car même si ça ne changeait rien à l'affaire, ça voulait dire qu'elle ne comprendra jamais la folie qui l'avait secoué il y a des années. Il l'avait vu, lui, se détruire à petit feu pendant des mois ! Et voilà ce qu'il voulait comprendre, il voulait savoir ce qu'il y avait chez un vampire pour ça. Le cas de Leah était un peu différent, mais il n'en restait pas moins que ce pouvoir d'attirance était important.

Bella – Et tu oublies un point non-négligeable dans ton raisonnement « vampire égal méchant dont on ne peut raisonnablement pas tomber amoureux ». Leah s’est imprégnée de ce vampire, elle ne pouvait pas vivre sans lui et risquait de mourir s’il restait loin d’elle plus longtemps. A ce stade, ça dépasse ce que j’ai connu, votre truc d’imprégnation, je ne sais pas ce que c’est, en dehors de ce que vous m’avez expliqué.

Non, elle n'avait décidément pas compris, mais bon, ce n'est pas grave, il allait lui reposer la question dans des termes plus simples et tout se passera mieux ! C'était de sa faute, aussi, il aurait dû poser la question d'une autre façon dès le début, du genre "Ce sont quoi, précisément, les armes de séduction des vampires ? T'en as été une, donc tu dois savoir !". Ouais, ça aurait été mieux ! Il y pensera, la prochaine fois, ça lui évitera de perdre du temps.

Bella – Maintenant, si tu veux que je t’explique ce qu’est l’amour, dis-le, ça me fera un entraînement pour le moment où je devrai l’expliquer à mes enfants.

Jake – T'as rien pigé à ma question, soupira-t-il en se frottant les yeux. On recommence. Quand tu es tombée amoureuse d'Edward, désolé de te l'apprendre, mais l'attirance qu'il avait sur toi, en tant qu'humaine, comptait autant voire plus que l'amour. Sinon, tu n'auras pas eu une déprime aussi malsaine. Jusque là, tu me suis ?

Elle se contenta de frotter les sourcils, puis hocha la tête. Bien, on avançait ! Maintenant, le sujet plus compliqué, et comme il était déjà bien sur les nerfs, il n'allait pas tourner autour du pot durant des lustres. Autant être direct, il n'avait pas la moindre envie de perdre du temps.

Jake – Ce n'est pas une imprégnation, pour Leah. On le croyait, mais non, elle a juste fait comme toi ! L'imprégnation est faite pour nous lier à celui ou celle qui fera d'autres enfants comme loup, des protecteurs, si possibles plus puissants. Rien que pour ça, Leah ne peut pas être imprégnée. Leur fils est à moitié vampire, il ne se transformera jamais ! Maintenant je te repose ma question. Tu as été vampire toi-même, donc tu dois le savoir. Qu'est-ce qui attire ? La voix, l'odeur, l'apparence, tout ça en même temps ?

Ou encore autre chose ? Et si oui, quoi ? Car désolé, mais ça devait être extrême ! Bella, passe encore, elle était une humaine on ne peut plus normale... Mais avec Leah, il y avait entre eux la barrière de l'odeur et de la différence de race, ce qui n'était pas rien !

Bella – Heu... Je sais pas, moi. Un peu tout ça en même temps, ça varie selon la personne, je crois. Moi c'était... Bref, ça change selon la personne.

Il retint un soupir, hallucinant à moitié. Elle ne savait pas ?! Mais enfin, elle l'avait vécu, puis elle l'avait fait elle-même ! Elle se mit à rougir, alors qu'il se contraignait à ne pas avoir l'air totalement choqué. Elle ne savait pas... Non mais combien de temps était-elle restée vampire, au juste ? Un an ? Deux ans ? Ou peu importe, mais il trouvait ça incroyable de se contenter de vivre avec une certaine nature sans chercher à la comprendre.

Jake – Bon, très bien, si des vampires, ou ex-vampires, ne le savent pas eux-même, on va aller très loin... Tu n'es jamais souciée de connaître en détail les caractéristiques de ta propre race ? souffla-t-il ensuite, à moitié désespéré.

Bella – Mais si, je le sais ! C'est ce que tu as dit, mais ça n'explique pas le comportement de Leah, donc voilà, en quoi ça va t'aider de savoir si c'est plutôt l'odeur, la beauté ou autre chose ?

Jake – Ça aidera à comprendre, car toi, tu ne trouvais pas qu'Edward puait, non ? Alors que Leah, elle avait en plus une odeur affreuse, tout comme lui. Mais bon, je devrais peut-être demander à des vampires qui ont l'habitude chasser ou attirer les humains... Ah, je sais ! Tu m'as pas dit que tu connaissais un traqueur ?

C'est bien comme ça qu'on nommait les vampires qui pouvaient chasser leurs congénères, non ? Ou quelque chose du genre, s'il avait mal compris, mais c'était sans doute ça. Il ne se rappelait plus le nom qu'elle avait déjà évoqué, une fois, un nom bizarre, qui sonnait Norvégien, ou Russe, un pays du Nord en tout cas. Bella fit la moue, comme vexée, puis désigna l'étage en haut.

Bella – Non. Jane et Alec, t'as qu'à leur demander, ils sont en haut.

Voix – Tu souhaites rencontrer... Démétri ?

Ah oui, c'était ça le nom ! Il se retourna, sourire aux lèvres, qu'il perdit en voyant qui était son interlocuteur. Bella avait sursauté puis blêmit assez fort, alors que lui reculait d'un pas. Bravo pour l'entrée silencieuse ! Il hocha la tête pour confirmer, se mettant par instinct à moitié devant Bella. Il était devant eux, impeccable dans un costume noir trois pièces, avec ses yeux très rouges. Wow, Dracula était dans la place ! Comment Leah avait-elle pu courir le rencontrer ? Surtout après tout ce que Carlisle leur avait dit sur lui !

Vampire flippant – Ton amie n'a pas changé de numéro, appelle-la donc directement... Jane, Alec, venez.

Il tourna la tête et vit que les deux sadiques étaient là aussi. Ils rejoignirent leur très cher "père", sans un mot, ni une seule expression trahissant leurs émotions. Deux glaçons n'auraient pas fait mieux. Heu, il les emmenait pour de bon, là ? Ils avaient même pas pris leurs affaires !

Vampire flippant – Bien, je reviendrais sans doute voire la fille de Jasper... A plus tard.

Et il s'en fut, comme ça, en emmenant les deux gamins avec lui. Jake s'aperçut alors qu'il avait retenu son souffle, et lâcha une petite expiration. Dans le genre apparition surprise qui glace tout le monde, on ne pouvait vraiment pas faire mieux, pour le coup !

Jake – Bon ça, c'est fait, il a le chic pour les entrées fracassantes, ce type...

Il vérifia par la fenêtre si Dracula partait bien, mais oui, il entrait à l'arrière d'une voiture avec les deux sadiques. Voiture qui fit demi-tour puis repartit sur le chemin de terre. Bella avait hoché la tête, d'accord avec lui pour une fois.

Jake – Tien,s ça me fait penser, même si c'est complètement hors-sujet. C'est bien sur ce type-là que tu étais tombée, non, en partant en Italie ?
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Une meilleure amie   Sam 4 Avr 2015 - 15:33

Jacob – T'as rien pigé à ma question, soupira-t-il en se frottant les yeux. On recommence. Quand tu es tombée amoureuse d'Edward, désolé de te l'apprendre, mais l'attirance qu'il avait sur toi, en tant qu'humaine, comptait autant voire plus que l'amour. Sinon, tu n'auras pas eu une déprime aussi malsaine. Jusque là, tu me suis ?

Bella fronça les yeux avant de hocher la tête. Oui, d’accord, elle suivait, mais quel était le rapport avec ce qu’il venait de lui demander ? Elle savait que l’emprise d’Edward sur elle, lorsqu’ils avaient été séparés, témoignait davantage de ses « pouvoirs » de vampire que d’une véritable attirance. Elle l’aimait, oui, mais n’était pas aveugle au point d’ignorer que sa nature de vampire l’avait rendue littéralement accroc à lui lorsqu’il s’était enfui. Et lui aussi, il l’ignorait… Sinon il ne l’aurait pas approchée comme cela, serait resté loin d’elle pour éviter de déclencher tout ça.

Mais soit ! C’était du passé, alors pourquoi en parler, maintenant ? Qu’est-ce que ça avait à voir avec Leah ? Qu’il soit plus clair, aussi, s’il était énervé ! Inconsciemment, Bella le surveillait du coin de l’œil pour guetter les premiers signes d’énervement qui menaient à la transformation. Elle n’avait pas envie de finir en charpie et ne voulait pas qu’il s’attaque à quelqu’un. Oui, il se contrôlait, mais… C’était Jacob, quoi.

Jacob – Ce n'est pas une imprégnation, pour Leah. On le croyait, mais non, elle a juste fait comme toi ! L'imprégnation est faite pour nous lier à celui ou celle qui fera d'autres enfants comme loup, des protecteurs, si possibles plus puissants. Rien que pour ça, Leah ne peut pas être imprégnée. Leur fils est à moitié vampire, il ne se transformera jamais ! Maintenant je te repose ma question. Tu as été vampire toi-même, donc tu dois le savoir. Qu'est-ce qui attire ? La voix, l'odeur, l'apparence, tout ça en même temps ?

Alors, elle lui servait de base d’informations ? Parce que Leah « faisait comme elle » ? Mais qu’est-ce qu’elle en savait, elle ?! Edward lui-même l’ignorait, elle-même n’avait même pas été vampire cinq ans, alors comment pourrait-elle savoir un truc pareil ? Carlisle, qui avait plus de trois siècles, ne savait pas que les vampires hommes pouvaient toujours donner des enfants. Et il avait trois siècles ! Alors comment elle, vampire de moins de deux ans, aurait-elle pu tout découvrir alors qu’elle commençait tout juste à juger ses capacités physiques ? Qui plus est, ce qui attire une personne n’en attire pas une autre. Pour Bella, c’était l’odeur d’Edward qui l’enivrait complètement, qui la rendait dépendante. Sa beauté ajoutait une couche, certes, mais c’était surtout l’odeur. Et ses yeux… Son regard… Heum, bref.

Bella – Heu... Je sais pas, moi. Un peu tout ça en même temps, ça varie selon la personne, je crois. Moi c'était... Bref, ça change selon la personne.

Elle n’allait pas tout lui dire, non plus ! C’était personnel, privé, hors de question que Jacob sache cela. Que voulait-il savoir, en plus ? Il voulait qu’elle lui parle de ce qu’ils se disaient en privé ? Et puis, dire ça… Dire que la simple odeur d’Edward la rendait folle de lui, qu’elle se perdait dans ses yeux à chaque fois qu’il la regardait, que sa peau si douce suffisait à faire battre son cœur plus vite, que… Stooop. Se concentrer. Bella sentit qu’elle rougissait et se reprit immédiatement. Il n’était pas question qu’elle avoue tout cela !

Jacob – Bon, très bien, si des vampires, ou ex-vampires, ne le savent pas eux-mêmes, on va aller très loin... Tu ne t’es jamais souciée de connaître en détail les caractéristiques de ta propre race ? souffla-t-il ensuite, à moitié désespéré.

Bella – Mais si, je le sais ! C'est ce que tu as dit, mais ça n'explique pas le comportement de Leah, donc voilà, en quoi ça va t'aider de savoir si c'est plutôt l'odeur, la beauté ou autre chose ?

Jacob – Ça aidera à comprendre, car toi, tu ne trouvais pas qu'Edward puait, non ? Alors que Leah, elle avait en plus une odeur affreuse, tout comme lui. Mais bon, je devrais peut-être demander à des vampires qui ont l'habitude chasser ou attirer les humains... Ah, je sais ! Tu m'as pas dit que tu connaissais un traqueur ?

Demander à des vampires qui ont l’habitude de chasser… Mais ils chassaient ! Seulement, Bella ne voulait pas lui parler de sa vie privée, de ce qui la concernait elle et elle seule. Et qu’Edward ne s’avise pas de le faire non plus ! Elle fit la moue, vexée, puis désigna les escaliers menant à l’étage d’un geste de la main. Il voulait parler à Démétri ? Très bien, alors qu’il se débrouille et qu’il arrête de l’ennuyer pour rien. Elle avait autre chose à faire, elle ! Elle étudiait et bossait, pas comme certains qui faisaient… elle ne savait trop quoi. Des vampires qui ont l’habitude de chasser…

Bella – Non. Jane et Alec, t'as qu'à leur demander, ils sont en haut.

Aro – Tu souhaites rencontrer... Démétri ?

Bella sursauta en reconnaissant la voix et se retourna immédiatement, blêmissant à vue d’œil. Aro. Aro Volturi était ici. Mais ils n’avaient rien fait, cette fois ! Ils étaient calmes, sages, ils vivaient simplement leur vie, alors que venait-il faire ici ? Il était là depuis longtemps ? Qu’avait-il entendu ? Pourquoi vouloir encore leur parler alors qu’il n’y avait eu aucun souci majeur depuis sa visite du Nouvel An, très tôt le matin – trop tôt ? Elle jurait qu’ils étaient restés calmes, il ne s’était rien passé ! Jacob s’était à moitié placé devant elle, comme pour la protéger. Si Bella n’avait pas été aussi terrorisée, elle aurait levé les yeux au ciel. Mais là…

Aro – Ton amie n'a pas changé de numéro, appelle-la donc directement... Jane, Alec, venez.

Ce n’est qu’à cet instant que Bella remarqua les jumeaux. L’air impassible, habillés… Hein ? Que… Quoi ? Il les emmenait ? Mais pourquoi ? Que leur voulait-il ? Ils n’allaient pas être retransformés, pas maintenant, pas comme cela. Il aurait au moins parlé à Carlisle pour le prévenir, lui dire quelque chose, n’est-ce pas ? En plus, Jane et Alec n’avaient pas de valises. Que se passait-il cette fois ? Un autre problème ? Surtout pour qu’ils suivent, comme ça ! Sans rien dire ! Même pas un regret, rien du tout !

Aro – Bien, je reviendrais sans doute voir la fille de Jasper... A plus tard.

Et il s’en alla. Comme ça. Comme il était entré, avec les jumeaux. En disant qu’il reviendrait pour voir la fille de Jasper et Alice. Rassurant… Et après ? Que comptait-il lui faire ? Mélanie semblait écouter ce qu’on lui disait, il n’y avait pas eu de grands problèmes, son beau-frère et sa meilleure amie veillaient au grain et ne la laissaient pas toucher à qui que ce soit. Ils chassaient avec elle, l’éduquaient. Et Aro voulait la voir… Elle n’était pas un objet de collection, une nouvelle expérience ! Mais soit, ne pas penser à cela, ils avaient le temps, il était parti. Il était loin, il partait loin, très loin. N’est-ce pas ? Jake lâcha une petite expiration. Tiens, lui aussi, il avait été effrayé ?

Jake – Bon ça, c'est fait, il a le chic pour les entrées fracassantes, ce type...

Bella hocha la tête sans pouvoir dire quoi que ce soit, sa colère envers Jacob envolée. La visite d’Aro l’avait quelque peu refroidie, pour être honnête, et si elle avait été furieuse contre le Quileute, c’était loin, très loin maintenant. Il n’y avait vraiment aucune protection contre les vampires ?! Même pas de l’ail ou un truc du genre ? Ils devenaient comme les vampires de la légende, alors ça devait bien marcher, non ? Ou… N’importe quoi, mais il fallait qu’ils se protègent, juste pour leur santé mentale, au moins. Cette maison était devenue un vrai moulin…

Jake – Tiens, ça me fait penser, même si c'est complètement hors-sujet. C'est bien sur ce type-là que tu étais tombée, non, en partant en Italie ?

Bella – Oui, dit-elle d’une voix rauque. Et ça m’a… traumatisée pour le reste de ma vie.

Et pas qu’un peu. Ce jour-là, Aro les avait accueillis en demandant à prendre sa main, comme si elle avait vraiment eu le choix. A l’époque, elle ignorait qu’il avait un don, qu’il était capable de lire dans les pensées des gens en les touchant simplement. Et tant mieux… Si elle l’avait eu, Bella aurait été encore plus terrorisée, paralysée par la peur à l’idée que son don ne fonctionne pas avec le chef des Volturi. Mais… d’un autre côté, elle avait été complètement idiote parce qu’elle avait essayé de lui mentir sur ce qui s’était passé. Alors qu’Aro avait touché Edward. Gros moment de solitude… Bella invita Jacob à la suivre dans la cuisine, préparant du chocolat chaud pour se remettre de ses émotions. Désolée, mais après une telle visite, elle en avait bien besoin !

Bella – On était dans leur château, entourés d’une bonne trentaine de vampires je crois. Je ne sais plus, en tout cas, il y en avait beaucoup… Et Aro a demandé pour prendre ma main, pour lire dans mes pensées mais je l’ignorais. Il m’a posé des questions, puis m’a envoyée dans les bras de ce cher Démétri comme j’étais terrorisée par les traqueurs. Puis Caïus s’en est mêlé… J’ai essayé de mentir, mais Aro était déjà au courant de tout comme il avait touché Edward. Sans Carlisle, nous serions probablement…

Bella se racla la gorge, ne terminant pas sa phrase. Elle se concentra sur le lait qui bouillait dans le micro-onde, dans les deux tasses qu’elle venait de servir. Jacob en avait besoin aussi, il était sur les nerfs, ça se sentait. Et puis, s’il devait joindre Leah pour lui parler de tout cela, et joindre Démétri par la suite, ils devaient attendre un peu. Le traqueur avait sûrement autre chose à faire que de répondre aux questions d’un loup-garou qui est persuadé que l’attirance de Leah est seulement due à leurs pouvoirs. Et puis… Que comptait-il faire ? Savoir ce qui causait tout cela ne suffirait pas. Si Leah était devenue dépendante de ce vampire… Donnant sa tasse à Jacob, Bella entoura la sienne de ses mains pour se réchauffer.

Bella – Qu’est-ce que tu comptes faire ? demanda-t-elle après un moment. Démétri ne te répondra pas de suite, il doit être… occupé à faire autre chose, surtout si Aro a fait venir Jane et Alec. Et, très sincèrement, je ne vois pas comment tu peux espérer ramener Leah… Si elle est vraiment comme je l’étais, il faudrait qu’elle s’imprègne de quelqu’un pour passer à autre chose, qu’elle oublie tout ça… Et encore, ce n’est ici qu’une hypothèse vu que moi… Enfin, je ne sais pas comment tu pourrais faire. Vous pouvez déclencher l’imprégnation, la « forcer » ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une meilleure amie   Ven 10 Avr 2015 - 15:26

Bella – Oui, dit-elle d’une voix rauque. Et ça m’a… traumatisée pour le reste de ma vie.

Sans blague… Jacob ne s’était pas du tout attendu à voir ce type débarquer comme ça, tout simplement, paf ! Il avait été surpris, pris de cours, la gorge asséché en reconnaissant sa voix, tant il ne s’attendait pas à le voir arriver comme ça, sans un bruit ni un souffle. D’habitude, face aux vampires, Jacob était plutôt dégoûté, en colère, avec des envies de le détruire ou l’insulter, de se battre, qu’il disparaisse loin d’ici ! C’était l’instinct, voilà tout, il devait détruire ce monstre car il savait que s’il ne faisait pas son devoir, des humains allaient encore mourir. Il se comportait ainsi avec tous les vampires qui tombaient sur eux. Tous… sauf celui-là, en fait. Quand il était face à lui, l’instinct de Jacob, au lieu de lui hurler de se battre, lui hurlait plutôt de fuir le plus loin possible et de se cacher comme un petit enfant. Il pouvait sentir sa force, en fait, il pouvait sentir qu’il était si vieux qu’il pouvait comprendre et voir bien plus de choses que Jacob ne le pourra jamais. Sans oublier ce que le toubib leur avait raconté sur lui. Né durant l’Antiquité, déjà soldat, stratège, l’un des premiers vampires transformés au monde. Flippant. Il suivit Bella à la cuisine, sur les nerfs. Cette « visite » l’avait considérablement refroidi. Les vampires pouvaient donc entrer comme ils le voulaient, ici ? Question stupide, évidemment qu’ils le pouvaient ! Ils pouvaient aller partout, même à la Push, chez n’importe lequel d’entre eux, ils étaient vulnérables lorsqu’ils dormaient. Avec ça, Jacob avait remarqué que quelques vampires avaient des odeurs bien plus faibles et indiscernables, comparé à d’autres. Pourquoi ? Qu’avaient-ils de spécial ou en plus ?

Bella – On était dans leur château, entourés d’une bonne trentaine de vampires je crois. Je ne sais plus, en tout cas, il y en avait beaucoup… Et Aro a demandé pour prendre ma main, pour lire dans mes pensées mais je l’ignorais. Il m’a posé des questions, puis m’a envoyée dans les bras de ce cher Démétri comme j’étais terrorisée par les traqueurs. Puis Caïus s’en est mêlé… J’ai essayé de mentir, mais Aro était déjà au courant de tout comme il avait touché Edward. Sans Carlisle, nous serions probablement…

Morts. Il remercia son amie du bout des lèvres lorsqu’elle lui donna sa tasse. Le docteur, par contre, il l’aimait bien, c’était un mec sympa. Il leur avait tout expliqué, même s’il sentait qu’il n’était pas le bienvenu, il avait soigné Leah quand elle avait fait son malaise, le jour où Sam lui avait parlé. S’il y avait vraiment des « bons » vampires sur terre, ce type en faisait parti, incontestablement. Il mit un peu de sucre dans son chocolat en réfléchissant à tout ce bordel. Vampires, loups, humains… Ce monde était fou, définitivement. Il y avait pas mal de choses qu’il ne comprenait pas encore. Comment on pouvait se débrouiller où la moitié des règles nous échappaient complètement ?! Ça le rendait dingue ! Il but une gorgée, plus pour s’occuper les mains que par réelle envie. Sam pouvait bien faire tous les beaux discours du monde, il était aussi coincé qu’eux-mêmes. Il ne pouvait pas obliger Leah à revenir à la Push, ni même son vampire. Il ne pouvait pas quitter la réserve pour aller se battre plus loin car ils devaient en préserver les habitants. Ils ne pouvaient rien faire contre les vampires à part chasser ceux qui venaient prendre une perfusion de sang chez eux. Ils étaient juste un minuscule bouclier, une goutte d’eau dans l’océan.

Bella – Qu’est-ce que tu comptes faire ? demanda-t-elle après un moment. Démétri ne te répondra pas de suite, il doit être… occupé à faire autre chose, surtout si Aro a fait venir Jane et Alec. Et, très sincèrement, je ne vois pas comment tu peux espérer ramener Leah… Si elle est vraiment comme je l’étais, il faudrait qu’elle s’imprègne de quelqu’un pour passer à autre chose, qu’elle oublie tout ça… Et encore, ce n’est ici qu’une hypothèse vu que moi… Enfin, je ne sais pas comment tu pourrais faire. Vous pouvez déclencher l’imprégnation, la « forcer » ?

Jake – L’imprégnation permet d’oublier, oui, dit-il en jouant avec la mousse de son chocolat, du bout de la cuillère. Comme Sam a oublié Leah pour Emily. Comme moi je t’ai oublié. Te vexe pas, hein ! Je t’adore toujours, mais comme une amie, rien de plus. Il y a plein de théories… Selon mon père, c’est possible que Leah soit bien imprégnée, même si ses enfants ne seront jamais comme nous. Pour la meute, elle est juste amoureuse… Mais on ne peut pas forcer l’imprégnation. Ce serait plus simple.

Il fit un vague geste de la main, complètement perdu, ne sachant plus du tout quoi faire. Personne de la meute, à part Seth, ne comprenait son acharnement à rechercher encore et toujours une solution. Tout finissait un jour par payer ! Preuve ultime, il avait réussi à retrouver la trace de sa meilleure amie te s’était imprégné de Nessie, alors qu’il n’aurait jamais dû pouvoir la rencontrer. Nessie bien humaine, aujourd’hui. Sa Nessie coincée dans un fauteuil à vie… Il aurait tant voulu prendre sa douleur pour lui et lui redonner ainsi ses jambes. Remonter le temps pour lui éviter cet accident. Aurait-elle subi des séquelles de ce genre si elle avait toujours été hybride ?

Jake – Les autres aussi sont prêts à accepter son vampire à la Push, s’il le faut. Si elle pouvait revenir près de nous pour vivre… Elle n’a jamais accepté d’être à moitié louve, d’être comme ça… Tout ce qu’elle désirait, c’est être humaine, avoir une vie normale. La transformation lui a tout pris. Son futur, son petit ami, sa condition. C’est plus… Facile pour nous. Mais elle était la seule femme, on ne sait même pas si elle peut avoir des enfants, si elle aura vraiment un hybride avec son copain. Si elle va y survivre, aussi. Elle est beaucoup plus forte que n’importe quel humaine mais on ne sait jamais.

Il s’interrompit à nouveau, avec un faible sourire pour Bella.

Jake – Nessie était comment, tout bébé ?
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Une meilleure amie   Ven 17 Avr 2015 - 23:44

Jake – L’imprégnation permet d’oublier, oui, dit-il en jouant avec la mousse de son chocolat, du bout de la cuillère. Comme Sam a oublié Leah pour Emily. Comme moi je t’ai oublié. Te vexe pas, hein ! Je t’adore toujours, mais comme une amie, rien de plus. Il y a plein de théories… Selon mon père, c’est possible que Leah soit bien imprégnée, même si ses enfants ne seront jamais comme nous. Pour la meute, elle est juste amoureuse… Mais on ne peut pas forcer l’imprégnation. Ce serait plus simple.

Jacob fit un vague geste de la main, l’air complètement perdu. Bella ne se vexait pas, elle espérait qu’il l’avait oubliée ! Pour sa santé, cela valait mieux, surtout si Edward lisait dans ses pensées et apprenait une telle chose. Cela lui avait causé tant de disputes, par le passé, inutile d’en rajouter une couche maintenant. Jake aimait Nessie, que ce soit par imprégnation ou non était bien égal à Bella même si elle trouvait cela malsain. Il était là pour elle, semblait la rendre heureuse… C’était tout ce qui comptait. Même si c’était… bizarre. Après tout, elle-même l’avait déjà embrassé, ils avaient failli être ensemble, quoi qu’elle en dise, et voir… Non, bref, ne pas y penser.

Oublier quelqu’un à cause de l’imprégnation… Oui, mais à côté de cela, l’autre personne pouvait souffrir. Ils avaient bien vu le résultat avec Leah, ils l’avaient tout simplement perdue parce qu’elle s’était retrouvée mise sur le côté. Bien sûr, Bella n’allait pas dire cela à Jake, mais les faits étaient là. Lui aussi s’était senti mal lorsqu’elle était allée retrouver Edward en Italie… Sur le coup, la jeune femme ne l’avait pas fait exprès, bien sûr, elle ne s’était même rendu compte de rien, mais elle avait été incroyablement égoïste. Et pourtant, elle avait besoin d’être près d’Edward, de le voir, de le toucher… Jake, plus que quiconque, aurait dû comprendre ce que Leah ressentait.

Jake – Les autres aussi sont prêts à accepter son vampire à la Push, s’il le faut. Si elle pouvait revenir près de nous pour vivre… Elle n’a jamais accepté d’être à moitié louve, d’être comme ça… Tout ce qu’elle désirait, c’est être humaine, avoir une vie normale. La transformation lui a tout pris. Son futur, son petit ami, sa condition. C’est plus… Facile pour nous. Mais elle était la seule femme, on ne sait même pas si elle peut avoir des enfants, si elle aura vraiment un hybride avec son copain. Si elle va y survivre, aussi. Elle est beaucoup plus forte que n’importe quelle humaine mais on ne sait jamais.

Mais accepter un vampire à la Push, ils y croyaient vraiment ? Aro ne laisserait jamais faire cela, surtout que cet Arthur ne lui servirait plus à grand-chose ici, il était sans doute plus utile à Volterra, plus près des Volturi, qu’isolé pour toujours au fin fond de l’état de Washington. S’ils voulaient vraiment qu’un Volturi vienne à la Push, avec Leah, ils devaient trouver une compensation, un point positif pour Aro et son clan et pas seulement « Elle nous manque »… Le chef des Volturi ne fonctionnait pas vraiment aux sentiments, alors s’ils espéraient l’amadouer, bonne chance. Très sincèrement.

Et puis… Leah ne devait pas regretter la Push, sinon elle aurait déjà essayé de revenir. Elle ne serait pas partie, elle aurait donné davantage de nouvelles que cela, Aro n’aurait pas dit simplement à Jacob de la joindre. La Push et les Quileute lui rappelaient trop de mauvais souvenirs, une vie qu’on lui avait pris alors qu’elle ne le voulait pas. Si, vraiment, elle était imprégnée d’Arthur, sa condition avait, là aussi, joué un rôle déterminant. Elle semblait l’accepter, oui… Mais Bella doutait qu’elle veuille revenir ici, dans une ville où il pleuvait tous les jours, alors qu’elle vivait actuellement en Italie, au Soleil, avec des températures estivales. La jeune femme regardait son bol de chocolat chaud, buvant une gorgée, jouant avec sa cuillère pour faire une forme à l’aide des bulles qui restaient. Non… Elle ne voyait pas. Elle ne voyait pas ce que les Quileute pouvaient proposer de mieux pour la récupérer.

Jake – Nessie était comment, tout bébé ?

Bella – Hein ? dit-elle en relevant la tête. Nessie ? Heu…

Bella s’interrompit, rougissant, ayant l’impression d’avoir loupé un épisode. Jacob lui souriait faiblement, attendant sans doute une réponse. Elle l’avait écouté ! Promis ! Elle était juste partie… dans ses pensées. Un petit peu. Beaucoup. Pitié, elle n’avait rien loupé, pas vrai ? D’habitude, elle écoutait tout, jusqu’au bout, ne se permettait pas de ne pas écouter quelqu’un lorsqu’il parlait, surtout son meilleur ami. D’accord, leur relation était différente, elle ressentait que quelque chose s’était… brisé, elle n’arrivait plus à lui faire confiance comme avant, mais ce n’était pas pour cela qu’elle ne l’écoutait pas ! Alors, chut, du calme, on se reprend. Donc, Nessie. Pas Forks, pas la pluie, pas le temps pourri, Nessie.

Bella – Elle était incroyable… Je ne l’ai vue qu’après trois jours, elle était déjà grande mais elle était un miracle en elle-même, notre fille, ce que je n’osais espérer. Forte, à bouger partout tout le temps, elle sautait sur Emmett dès qu’il arrivait et lui-même en faisait tout autant…

Un sourire étira les lèvres de Bella qui revivait littéralement les scènes au fur et à mesure qu’elle les évoquait. La vie au Népal n’était pas simple, leur fille devait souvent rester à l’intérieur, mais elle était forte, plus forte qu’une humaine normale. Ce point avait longtemps rassuré la jeune mère qui devait moins s’inquiéter pour elle, qui lui permettait peut-être plus de choses en sachant qu’elle ne risquait rien. Jusqu’au jour où on l’avait enlevée et où elle avait perdu la mémoire, mais Jacob le savait, c’était même lui qui l’avait retrouvée.

Bella – Quand je l’ai tenue pour la première fois dans mes bras, j’ai eu peur de la briser, de lui faire du mal, de la blesser… J’étais si forte, nouvelle-née, je ne contrôlais pas ma force. Je n’ai pas voulu la tenir sans être sûre qu’Edward était à côté de moi… Puis, quand je l’ai vue, ma peur s’est évaporée. Elle avait de grands yeux de la même couleur que les miens, avec un rire communicatif et déjà l’envie de communiquer. Mais je t’interdis de lui dire que je t’ai dit ça ! finit-elle en riant.

Bella but une nouvelle gorgée, s’interrompant. Le chocolat lui faisait un bien fou, la détendait, surtout avec les souvenirs qu’ils évoquaient à présent. Pourquoi Jake voulait-il savoir tout cela, elle n’en savait rien. Peut-être pour se rassurer, pour avoir une idée ? Mais Bella était humaine… Pas Quileute. Si elle-même avait laissé sa vie pour donner naissance à Renesmée, Leah allait sûrement survivre, être plus forte, mais serait transformée par la suite… Si elle le pouvait. Les vampires étaient en train de changer, non ? Alors, peut-être que les Quileute ne risquaient plus de mourir ou d’être empoisonnés avec leur venin…

Bella – Mais, Jake… Je ne pense pas que ce que je te dis pourrait t’aider à imaginer ce que leur enfant serait. J’étais humaine et Edward vampire, quand nous avons conçu Nessie… C’était donc différent. Et j’ignore si Leah veut vraiment… Enfin, il faut peut-être la laisser vivre là-bas, comme elle l’entend, être tranquille et… être heureuse.

Peut-être cela allait-il blesser Jacob, mais il devait le réaliser, en prendre conscience. Combien de temps avait-il perdu à la rechercher ? Combien de mois son père avait-il déprimé sans savoir si son fils rentrerait à la maison ou non ? Uniquement à cause de Bella… Maintenant, en y songeant à nouveau, elle avait honte et culpabilisait. Si Leah reprenait ses esprits un jour, en imaginant que ce n’était pas une imprégnation, elle s’en voudrait sûrement autant que la jeune mère en cet instant précis. Il ne devait pas partir, il ne devait pas s’attirer d’ennuis… Surtout pas maintenant. Bella poussa un soupir, cherchant ses mots.

Bella – Tu ne dois pas… Désolée si je te blesse, mais rechercher Leah n’est pas une bonne idée. Tu t’attaques vraiment à plus gros que toi. Tu as vu Aro, à l’instant, et je suppose que ce que tu as pu voir suffit à te prouver qu’il ne cédera pas, à moins d’avoir quelque chose d’équivalent en échange. Et puis… Leah voudra-t-elle vraiment revenir ? Lorsque je t’ai… Quand je suis partie retrouver Edward, quand je t’ai laissé là… Que je suis revenue, que je me suis remise avec lui, qu’as-tu ressenti ? Tu as quitté Forks et la Push un long moment, en apprenant qu’on allait se marier. Elle réagit de la même manière…

Bella fit une pause, à la fois pour vérifier l'état de Jake, pour éviter de le blesser ou de le perdre, et à la fois pour se ménager elle-même. Evoquer cette partie de leur histoire était toujours délicat, difficile.

Bella – Tu penses vraiment qu'elle voudrait revenir ici ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une meilleure amie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une meilleure amie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» besoin d'aide urgente pour un scrap pour ma meilleure amie!
» LA FILLE DE MA MEILLEURE AMIE de Dorothy Koomson
» Toujours la meilleure amie ... (Version roman)
» Dessin de ma meilleure amie =)
» [Bouzar, Dounia] Ma meilleur amie s'est fait embrigader

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps d'Amérique-
Sauter vers: