Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quelques gouttes de sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Quelques gouttes de sang   Dim 12 Avr 2015 - 22:38

Beaucoup de vampires étaient satisfaits de cette situation, il le savait bien. Terminé, le temps où ils devaient se cacher, dissimuler leurs traces, faire attention à tout. La guerre était terminée depuis quatre ou cinq ans, le monde humain avait plié en si peu de temps ! En y repensant aujourd'hui, il trouvait encore cela ridicule... Ce pauvre Charlie Swan n'avait vraiment pas tenu longtemps, une fois mis en face de sa propre fin. Il était resté fanatique jusqu'au bout, un peu comme l'autre idiot de Ceallagh, l'Ecossais qui les avait défié et qui était mort il y a déjà quelques années. Ce crétin de shérif avait connu une fin similaire, comme il aurait dû s'y attendre, au lieu de croire jusqu'au bout qu'il avait la moindre chance de l'emporter. Comment avait-il pu y croire ? Comment avait-il pu penser qu'il pouvait rivaliser ? Un humain, un pauvre et simple humain, qui s'était attaqué à plus gros que lui et qui en avait payé le prix fort. Son corps gisait en morceaux dans le cimetière de Forks, à présent, les vers se chargeant de finir les restes.

Il vit la voiture se garer dans la cour du château et les jumeaux en sortir. Ils avaient bien grandi... Il s'appuya sur le rebord de la fenêtre, regardant en contrebas, alors que Sulpicia sortait pour les serrer dans ses bras. De retour au château, quelques années après la fin de cette guerre ridicule. Initialement, il avait prévu de les transformer à 15 ou 16 ans, mais il avait finalement attendu leur majorité. La raison officielle était qu'ils seront au moins adultes et donc à présent capable de se sortir de toute situation lors des batailles et guerres, sans être aussi vulnérables qu'autrefois. La raison officieuse, qu'il gardait pour lui, était qu'il n'avait pas voulu les replonger directement une seconde fois dans les rouages de l'Inquisition. Il n'avait pas encore digéré d'avoir dû les mordre d'urgence aussi jeunes, sans compter qu'il n'avait pas vu l'intérêt de leur faire revivre tout ça, cela aurait été contre-productif.

Il se redressa alors qu'ils rentraient dans le château. Il allait les transformer aujourd'hui, mais cette fois, calmement, sans urgence ni douleur, sans avoir à courir pour les arracher à une mort violente. Il allait boire leur sang, puis leur faire boire le sien. Il faudra ensuite quelques jours, une petite semaine somme toute, pour qu'ils recouvrent leur véritable nature. Caïus n'était pas resté, préférant repartir s'entraîner. Les choses allaient sans doute s'arranger entre lui et les jumeaux, maintenant qu'ils n'avaient plus l'air d'enfants. Lorsque ses enfants arrivèrent, il les salua d'un ton très calme. Ils savaient tous les deux pourquoi ils venaient aujourd'hui. Ils savaient qu'ils allaient officiellement revenir dans le clan. Il fit signe à Jane de le suivre, son frère restant dans les appartements communs pour le moment.

– Entre, dit-il en poussant la porte d'une chambre, dans ses propres appartements. Ne t'inquiète pas, c'est l'affaire de quelques jours.

Il referma la porte derrière elle, la poussant légèrement dans le dos pour qu'elle s'allonge sur le lit. Il s'assit à côté d'elle puis dégagea son cou, repoussant ses cheveux. Il procédait sans gestes brusques, prenant son temps, puis se pencha sur elle, touchant son cou du bout du doigt pour voir l'endroit où les veines étaient plus fortes. Ici, ce sera bien, ce sera surtout plus rapide. Il glissa une main sous sa tête pour la surélever un peu, puis la mordit d'un bloc au cou, plantant ses crocs dans ses veines, alors qu'elle criait. Son sang avait exactement le même goût et la même odeur qu'autrefois, un goût presque violent, brûlant de fer et de sel, de bois brûlé. Il aspira son sang, peu à peu, sachant où il devait arrêter, ce qu'il devait lui prendre, ce qu'elle pouvait supporter vu son poids et son âge. Les siècles lui avaient donné cette expérience, qui s'était encore fortifiée depuis la guerre. Il retira ses dents quand il entendit son cœur rater un battement, se redressant en la tenant dans ses bras. Parfait.

Il l'adossa contre les oreillers, à peine consciente, et se mordit sèchement le poignet. Il l'approcha de sa bouche et entendit tout à coup dans ses pensées qu'elle préférait mourir. Il sourit, amusé. Ah là là, jusqu'au bout, ils ne lâchaient rien, elle avait peur d'être liée ainsi à lui. Il la força à ouvrir la bouche puis mit la coupure près de ses lèvres pour faire couler le sang dans sa gorge. Allez, boit... Elle n'avait rien à craindre. Elle allait de nouveau être un membre à part entière du clan. Elle essaya de bouger, de repousser son bras. Il lui attrapa la main de sa main libre, la serrant dans la sienne. Boit et n'ai pas peur.

– Détends-toi, ce sera plus facile, dit-il en appuyant un peu pour qu'elle puisse voir plus. Je m'occuperai de ton frère ensuite.

Elle pensa un peu après qu'il n'était qu'un horrible sadique et qu'elle préférait l'ancienne transformation. Il sourit de plus belle en sentant sa peur pour son frère. Même à l'article de la mort, elle s'inquiétait plus pour lui que pour elle-même. Il s'assura qu'elle avait assez bu, relâchant sa main pour passer les doigts sur sa gorge. Sa blessure avait déjà cicatrisé, sans qu'il s'en soucie, occupé à vérifier son état général. Cet échange de sang instaurait déjà un lien mental entre eux deux, petit à petit, à mesure que le sang s'écoulait dans ses veines.

– Tout sera terminé dans quelques jours, lui assura-t-il en se redressant. Maintenant, au tour de ton frère. N'essaye pas de lever, tu n'y arriverais pas.

Il sortit de la chambre puis alla chercher Alec pour le mordre à son tour. Il le conduit dans une autre chambre pour lui faire subir la même opération. Ils devraient être heureux de reprendre enfin leur place dans ce clan ! La comédie humaine était bel et bien terminée, pour eux deux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quelques gouttes de sang   Sam 18 Avr 2015 - 20:58

[Avec réacs d'Aro.]

Alec se pencha à la fenêtre de la voiture pour regarder le paysage. Des longues terres dépourvues d'arbres ou presque, gorgées de soleil, dans ce territoire de l'Italie presque vide d'habitants et parsemés de villages et de villes fortifiées, comme si le pays était toujours en guerre. Les lieux lui avaient tout de même manqués, il ne pouvait pas dire le contexte. Entre ça et le paysage déprimant de Forks... Il se concentra sur la chaleur du soleil sur sa peau, sachant qu'il ne pourra plus jamais la ressentir ainsi, sa main serrée sur celle de sa jumelle. Leur vie humaine s'achevait de nouveau. Ils ne pourront plus dormir et rêver, ils ne mangeront plus, ne pourront pas boire, ils ne seront plus fatigués, ni soumis au temps. Ce n'était qu'un interlude, c'était terminé. La voiture filait sur la route pour les ramener à Volterra, dans leur clan. Un intermède qui aura duré plus longtemps que prévu, finalement... Il grimaça devant son propre reflet, dans la vitre. Il avait l'air d'un jeune homme, aujourd'hui, comme il n'aurait jamais cru cela possible. Jane aussi avait beaucoup changé, elle était bien plus belle. Il lui sourit alors que la voiture approchait de la ville, passant les lourdes portes avec souplesse.

Il savait que leur place était ici. Mais il ne pouvait s'empêcher d'être particulièrement réfractaire à l'idée de redevenir vampire... Surtout avec la nouvelle méthode de transformation. Devoir boire le sang d'Aro lui faisait horreur. Ils allaient être encore plus liés à lui, cette fois, pour de vrai, pour de bon ! Liés par le sang, liés mentalement, surtout. Aro pourra savoir en permanence où ils étaient, leur état d'esprit, s'ils étaient tristes, en colère ou heureux. Ils ne pourront plus jamais se défaire de lui, ce sera... Il avala douloureusement sa salive, pas sur d'être prêt à ça. Lorsqu'ils arrivèrent au château, Sulpicia se précipita aussitôt pour les accueillir. Sentant un regard posé sur eux, il leva la tête et vit brièvement le chef du clan, à une fenêtre, tout là-haut. C'était comme un film d'horreur, où on amenait le prisonnier voir le maître du château, en sachant que notre vie allait s'arrêter là.

Sulpicia – Aro vous attend, allez-y.

Cette simple phrase réussit à lui faire tomber le cœur dans les talons. Oui, il avait peur, et tant pis pour sa fierté ! Il serra encore plus fort la main de sa jumelle en montant les escaliers, tremblant comme une feuille. Ce n'était pas la douleur, qu'il craignait, on l'avait déjà mordu plus d'une fois  - même Caïus l'avait déjà fait il y a trois ou quatre ans - mais il ne voulait pas se retrouver attaché au chef des Volturi. Il écarquilla les yeux en le voyant, découvrant qu'il avait coupé ses cheveux. Cela lui donnait encore plus l'air d'un psychopathe en manque de sang... Jane partit la première et il se laissa tomber dans un fauteuil, la main crispée sur sa veste, au niveau du cœur. Ce n'était qu'un mauvais moment à passer, rien de plus... Juste un mauvais moment, tout sera terminé très vite ! Il ne pouvait pas rester humain, ni lui ni Jane. Il ne le voulait pas non plus... Il n'arrivait pas à vivre correctement ainsi, il avait perdu son humanité il y a trop longtemps et ces quelques années n'avaient pas suffit, très loin de là, à lui redonner pleinement le goût de la vie et des habitudes humaines. Il raisonnait comme un garde, comme un vampire, pas comme un jeune adulte bien humain.

Il entendit un bref cri et se crispa, devinant qu'il venait de mordre sa sœur. Il voulait se précipiter en haut pour être à ses côtés, la soutenir, l'aider, faire quelque chose ! Il ne supportait pas l'idée de savoir qu'elle souffrait sans pouvoir rien faire, c'était insoutenable, il ne devenait fou. Il respira un grand cou, la tête entre les mains, les dents serrés. Se concentrer. Il retrouvera sa sœur dans quelques jours, non ? Juste quelques jours, ce n'était pas la mort ! Et ils pourront poursuivre leur vie comme si rien ne les avait interrompu, donc tout allait bien. Très bien... Jane... Il ferma les yeux, se concentrant sur elle. Il aurait voulu pouvoir lui tenir la main, être là pour elle quand Aro allait la mordre. Se redressant, il fit tout pour se reprendre, respirer.

Aro – Alec, suis-moi.

Alec tourna la tête, le cœur battant, voyant le chef du clan derrière lui. Il le suivit avec raideur, mort d'inquiétude pour sa sœur et ne voulant pas être mordu à nouveau, ne voulant pas boire le sang d'Aro. Comment allait Jane ? Elle avait mal ? Elle était toujours consciente ? Il s'allongea sur un lit avec automatisme, devenant plus pâle à chaque minute. Voir Aro se pencher comme ça sur vous suffisait déjà à troubler n'importe qui. Il lui sourit tout à coup, essayant sans doute de le rassurer, mais personne ne pourrait être rassuré dans une situation pareille ! Il y avait tout de même des limites.

Alec – Comment va ma sœur ? demanda-t-il tandis qu'Aro approchait ses dents.

Aro – Elle ira mieux dans quelques jours, tout comme toi. Je te conseille de te détendre.

Il sursauta et cria lorsque le vampire planta ses crocs dans sa gorge. Il sentait son sang être pris, aspiré hors de son corps, sensation horrible qu'il détestait. Il s'affaiblit rapidement, fermant à moitié les yeux, perdant peu à peu la force de se débattre. Il s'affaissait, son souffle s'épuisait, tout son corps se relâchait, comme si on le tuait à petit feu. Alors qu'il sentait qu'il ne pourra pas en supporter plus avant de mourir, Aro le rehaussa contre lui s'ouvrit le poignet d'un coup d'un dent, un bras autour de son dos pour le garder redressé. Alec serra les lèvres mais il ne put pas résister très longtemps et dû boire. Le sang noir et épais coula dans sa bouche, avec un goût bizarre, ancien, comme de très vieux parchemins qu'on venait de retrouver au fond d'un coffre perdu depuis des millénaires. C'était un goût âcre, qui vous donnait le sentiment de venir du fond des âges, indéfinissable. Il gémit, les yeux fermés, sa tête lui tournant. Une éternité sembla passer avant que le chef du clan ne le rallonge sur le lit. Alec se sentait très mal, affaibli.

Aro – Ça va prendre quelques jours.

Alec porta une main tremblante et faible à la morsure de son cou, à moitié évanoui.Jane ressentait-elle la même chose ou était-ce différent, pour elle ? Il cligna des yeux, essaya de se reprendre, de se lever, mais n fut incapable. Jane... Il avait du mal à respirer correctement, détestant se sentir aussi faible, détestant être aussi vulnérable. Aro lui mit tout à coup une main sur le front puis écarta ses mèches, dans un geste qui aurait pu être doux si ça ne venait pas de lui. Il grimaça, les yeux fermés, commençant à trembler. Il voulait revoir sa sœur...
Revenir en haut Aller en bas
 
Quelques gouttes de sang
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Hors-Chronologie et Flash-Back-
Sauter vers: