Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La connerie de Pride

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
King Bradley

Fhürer

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 77
DC : Non

MessageSujet: La connerie de Pride   Sam 30 Mai 2015 - 15:03

Bradley fit signe à ses subordonnés de cesser de le suivre, partant seul vers le terrain. C'est bon, il n'avait pas besoin de garde-du-corps, il était déjà bien assez agacé comme cela ! Et lui qui pensait que Pride était le plus sérieux et le plus fort d'entre eux... Il fallait croire que l'improvisation ne lui réussissait pas vraiment... Comment avait-il pu rater son coup à ce point ? Il aurait mieux fait de se préparer, quitte à l'agresser même à Briggs, peu importe. Alors que maintenant, il avait mis tous les soldats du Nord en alerte et la rumeur se répandait qu'il y avait un monstre à East City. Il soupira en les voyant s'agiter en tous sens, laçant des ordres à la volée pour organiser des patrouilles et passer la ville au peigne fin, sans oublier la région. Quelle pagaille... Il leva les yeux au ciel, sa casquette sur la tête, marchant vers le terrain prévu pour les examens annuels des Alchimistes d'Etat. Il vit au passage le gosse Alchimiste avec les deux imbéciles de la veille. Au moins, ils ne faisaient aucune connerie pour le moment.

Il retrouva la générale Armstrong plus loin, à superviser les premiers examens. Elle était dans un sale état, Pride n'y avait vraiment pas été de main morte. Blessée au village, des traces rouges sur les mains, un bras en écharpe, des hématomes et des traces de coupure sur le cou. Et pourtant, elle était là, à son poste, elle tenait debout. N'importe qui d'autre serait resté à se reposer aujourd'hui, au minimum, après une agression pareille. D'autant plus que tout le reste de son corps devait être moulu, griffé, dans un sale état. Il la salua avec un petit sourire, jetant un vague d'œil à l'alchimiste qui était en train de passer son examen. Cet homme n'était pas assez doué pour être vraiment intéressant donc il s'en détourna très vite. Les deux agités et le gamin alchimistes étaient arrivés derrière eux à leur tour, attendant leur propre passage.

– Vous auriez dû rester à vous reposer, Général. Quelqu'un aurait pu vous remplacer ce matin.

– Je vais très bien, merci, répondit-elle d'un ton froid.

Très bien, bien entendu, tout le monde le voyait. Il sourit à nouveau, amusé. Comment rattraper le coup de son imbécile de frère, à présent ? Il laissa passer un long moment avant de reprendre, toujours très tranquille et posé comme à son habitude. Comment faire... Il lui jeta un long regard, impassible, se demandant s'il devait tout de même l'envoyer de force à l'infirmerie. Après tout, il était son supérieur direct, il pouvait le faire sans aucun problème. Cela l'agacerait profondément, ce pourrait être amusant à voir, d'autant plus qu'elle n'avait pas le choix et devra obéir. Mais avant toute chose, rattraper la connerie de Pride.

– Des rumeurs circulent à Central à propos de nouvelles créations en alchimie, dit-il en regardant le candidat suivant, un nouveau cette fois. Visiblement, ce n'étaient pas que mensonges infondés.

Pride avait raconté en détail ce qu'il avait dit et fait. Il aurait dû se préparer plus longuement... Mais ce qui était était fait. Père allait être furieux en apprenant cette histoire, si ce n'était pas déjà le cas. Il regarda à nouveau le générale, impassible. Elle lui rendit un regard agacé, se demandant sûrement pourquoi il la dévisageait comme cela. Il sentait aussi sans aucun problème la méfiance des soldats du Nord qui les entourait.

– Cependant, aucun autre général n'a encore été attaqué. Il y a des histoires qui courent, des menaces, des pressions, mais aucune attaque directe contre un de nos officiers.

– Quel genre de menaces ?

Il devait jouer plus serré, prendre son temps, amener les choses comme il le désirait. Et surtout, il avait besoin de savoir ses points faibles et ce qui pourra la faire plier. Envoyer des hommes à Briggs la surveiller serait inutile, on ne piégeait pas une personne sur son propre terrain. Avant de pouvoir la cerner et enfin l'avoir, la piéger, il devait d'abord la séparer de ses hommes et la couper de son environnement habituel. Elle sera ainsi moins protégée et plus exposée.

– Des menaces sur de nouvelles armes, peut-être des chimères. Mais le fait est que vous êtes visiblement devenue une cible... Il serait bon que vous passiez quelques temps à Central plutôt qu'exilée au Nord, le temps que nous en sachions plus.

– Je risquerai moins au Nord qu'à Central. Nous savons nous défendre.

– Certes, mais étant donné que la réunion avec tous les généraux aura lieu dans quelques jours, je serai plus apaisé de savoir que nus pourrons intervenir contre ce monstre sans aller le traquer à Briggs.

Il la vit très nettement se crisper, très tendue. La nouvelle devait lui faire un plaisir fou, elle avait visiblement l'air ravie à l'idée de passer quelques jours à la capitale en attendant la réunion. Ses hommes étaient en train d'échanger des regards entre eux, l'air pincé, même le gros capitaine était tendu et sur les nerfs. Ce gros singe des montagnes avait bien raison de se méfier. Bradley ne dit plus rien par la suite, regardant l'examen en cours. Cet alchimiste-là n'était pas si mauvais, il se débrouillait. Une fois son examen terminé, ce fut au tour d'une jeune femme, nouvelle elle aussi, qui passait son tout premier examen pour obtenir le titre.

– Si je ne m'abuse, vous avez de la famille à Central, n'est-ce pas ? Cela vous fait une bonne raison d'être heureuse à l'idée de passer quelques jours dans la capitale.


Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 993
DC : Non

MessageSujet: Re: La connerie de Pride   Mer 3 Juin 2015 - 14:51

La plupart des alchimistes avaient la grâce de faire vite, habitué à ces examens annuels, mais les nouveaux étaient lents, nerveux et si stressés qu’ils en multipliaient les âneries. Cependant, à chaque fois qu’un problème se présentait, elle n’avait pas le temps de réagir, le candidat était aussitôt interpellé par une des personnes qui surveillaient et dirigeaient les personnes. Elle porta un regard soupçonneux sur Buccaneer, qui lui affichait un air innocent. Elle était certaine qu’il avait dû ordonner aux personnes encadrant l’examen de réagir plus vite et d’eux-mêmes, sans attendre les ordres, pour qu’elle ait moins de travail. Il trouvait toujours moyen de le ménager sans en avoir l’heure, dans ce genre de situation. Elle eut un petit sourire, qui s’estompa très vite en voyant Bradley arriver du coin de l’œil. Elle fut aussitôt sur ses gardes, répondant à son salut. S’il y avait bien une personne qu’elle n’avait pas envie de voir, c’était lui. Buccaneer s’était rapproché de deux pas, lui aussi, les bras croisés.

– Vous auriez dû rester à vous reposer, Général. Quelqu'un aurait pu vous remplacer ce matin.

– Je vais très bien, merci, répondit-elle d'un ton froid.

Elle pouvait ignorer la douleur, elle s’était entraînée pour cela et ne comptait pas passer la journée à ne rien faire pour une simple attaque, même si elle était blessée. D’autant plus que ses subordonnés veillaient depuis ce matin à ce qu’elle n’en fasse pas trop. Bradley ne rajouta rien sur le moment, se contentant de la dévisager un moment. Elle-même gardait le regard fixé sur l’examen en cours, alors que le candidat faisait pousser des trucs et en envoyait en l’air pour les détruire. Ces tests manquaient d’animation, c’était franchement ennuyeux. On ne pouvait pas plutôt organiser des duels ? Ceux qui étaient Alchimistes d’Etat depuis quelques années étaient capables de se battre sans problème et cela rendrait la journée plus palpitante. Surveiller ces examens vous endormait déjà, alors si cela restait aussi insipide… Elle avait hâte de rentrer au Nord et de retrouver Briggs. Cette région était trop plate et fade, il n’y avait rien d’intéressant à voir dans le désert.

– Des rumeurs circulent à Central à propos de nouvelles créations en alchimie, dit-il en regardant le candidat suivant, un nouveau cette fois. Visiblement, ce n'étaient pas que mensonges infondés.

Merci pour la précision inutile ! Il aurait peut-être dû s’en soucier avant, les rumeurs étaient toujours basées sur un fond de vérité, c’est en écoutant les rumeurs et les ragots du peuple qu’ils pouvaient débusquer les terroristes infiltrés. Ce n’est pas l’armée de l’Est qui allait la contredire là-dessus, eux aussi faisaient en sorte de beaucoup discuter avec la population civile de la région afin de récolter ce genre d’informations. Enfin, peu importe pour le moment. Bradley pourrait-il se donner la peine de cesser de la dévisager comme ça ?! Que cherchait-il ?! A l’énerver ? Si oui, c’était réussi ! Elle avait déjà passé une assez mauvaise nuit pour qu’on vienne en rajouter ce matin. Elle lui jeta un regard agacé, bougeant sans y prendre garde son bras blessé. Humph. Elle remit l’écharpe en place, surprenant un coup d’œil inquiet de son subordonné. C’est bon, elle allait bien, ce n’était pas grave, il ne devait pas s’inquiéter. Dans quelques jours, elle n’aura sans doute plus de traces de tout cela.

– Cependant, aucun autre général n'a encore été attaqué. Il y a des histoires qui courent, des menaces, des pressions, mais aucune attaque directe contre un de nos officiers.

Pourtant, le monstre lui avait dit s’en prendre à tous les généraux… A quoi bon mentir dans ce genre de situations ? A moins que ce ne soit Bradley lui-même qui ne dise pas tout. Il ne voulait peut-être pas trop ébruiter cette affaire ou minimiser son importance, ce serait possible. Elle fronça les sourcils, cherchant la logique de cette histoire, ce qui se tramait réellement. Il y avait quelque chose de louche, dans tout cela, même le Président semblait sur la réserve. Qu’est-ce que les huiles de Central avaient encore trafiquées ? Puisqu’on parlait de rumeurs, il y en avait très régulièrement sur des expériences louches dans les laboratoires de Central, sous le contrôle direct de l’armée. Elle avait l’impression d’avoir été prise dans une de ces sales histoires, ça ne l’étonnerait même pas qu’un monstre créé par des alchimistes fous de Central ait échappé à leur contrôle.

– Quel genre de menaces ?

– Des menaces sur de nouvelles armes, peut-être des chimères. Mais le fait est que vous êtes visiblement devenue une cible... Il serait bon que vous passiez quelques temps à Central plutôt qu'exilée au Nord, le temps que nous en sachions plus.

Trop aimable, mais elle sera bien plus en sécurité « exilée au Nord » qu’au milieu de Central ! Surtout si leurs chercheurs s’amusaient vraiment avec des chimères ou elle ne savait quoi encore. On pouvait la taxer de paranoïa mais elle partait du principe que Central était une ville fourbe, douée en attaque mais pitoyable en défense – ils n’avaient jamais été assaillis sérieusement – et elle se méfiait de tout ce qui venait de là-bas.

– Je risquerai moins au Nord qu'à Central. Nous savons nous défendre.

– Certes, mais étant donné que la réunion avec tous les généraux aura lieu dans quelques jours, je serai plus apaisé de savoir que nous pourrons intervenir contre ce monstre sans aller le traquer à Briggs.

Donc elle n’avait pas le choix, autrement dit ? Elle se tendit encore un peu plus, alors que ses hommes échangeaient des regards en biais. Elle était de plus en plus convaincue qu’il y avait quelque chose de malsain qui se tramait à la capitale, ils devaient en savoir plus… Elle regarda le jeune qui se battait actuellement, pensive. En un sens, si elle passait quelques jours à la capitale, elle pourra en profiter pour tenter d’en apprendre un peu plus. Donc pourquoi pas… Sentant Buccaneer sur le point de dire quelque chose, elle lui coula un regard d’avertissement. Pas maintenant. Ils parleront de tout cela plus tard, à l’abri des oreilles indiscrètes.

– Si je ne m'abuse, vous avez de la famille à Central, n'est-ce pas ? Cela vous fait une bonne raison d'être heureuse à l'idée de passer quelques jours dans la capitale.

– Je ne compte pas prendre de permission, même à Central, répondit-elle en ne cachant pas son agacement. J’ai en effet de la famille là-bas, oui.

Qu’elle ne comptait pas aller voir, d’ailleurs, elle avait bien autre chose à faire qu’à perdre son temps à se prendre la tête avec son petit frère ou subir les sempiternelles remontrances de sa famille et des amis de la famille qui voulaient qu’elle se trouve un mari et quitte l’armée. Ils pourront attendre longtemps, elle gardera cet uniforme jusqu’au jour où elle sera trop vieille pour rester dans l’armée où jusqu’au jour où elle sera morte. Elle ne comptait pas abandonner Briggs avant, même si des centaines de monstres déferlaient sur eux. C’est au moment où le Président partit enfin qu’elle réalisa que justement, son petit frère était là. Ce n’est pas possible, ils s’étaient donné le mot pour venir lui gâcher sa journée ? Un commentaire, un seul commentaire sur son état physique et elle lui faisait mordre la poussière, blessée ou pas !

– Ma sœur, je suis ravi que tu reviennes à Central ! Tu as bien besoin de te reposer.

– Tu passes ton examen le suivant, Alex, et je te jure qu'au moindre détail raté, tu finiras la journée à l'hôpital en petits morceaux.

Ces manœuvres tournaient au vinaigre, aujourd’hui. Elle n’avait pas la moindre envie de supporter les commentaires idiots de son petit frère, elle avait déjà donné, pendant bien assez d’années. Sa fratrie pensait si différemment qu’elle souvent demandée si en fait, elle n’avait pas été adoptée. Hélas, il y avait assez de preuves qu’elle était bien une Armstrong de sang.

– Tu devrais te détendre ! Ce n'est pas en étant aussi froide que tu vas trouver un mari.

Elle se retournant sèchement, dégainant son épée et s’arrêtant juste à temps pour ne pas lui trancher définitivement la gorge, serrant la main sur la garde. Il n’avait toujours pas compris qu’il devait la fermer ?! Il leva les mains comme un abruti puis se mit à couiner qu’il voulait juste qu’elle trouve un mari, que c’était naturel et qu’il était normal qu’il s’en soucie. Voyons voir, par quelle partie de son corps pourrait-elle commencer pour en faire du hachis ? Elle eut alors une autre idée et lui sourit d’un air mauvais, lui ordonnant de filer sur le terrain. Elle pointa ensuite la lame sur Mustang avec un sourire.

– Toi aussi, sur le terrain. Vous allez vous affronter en duel pour votre examen.

Ils étaient tous les deux des bons à rien mais Mustang était tout de même un micro-poil plus compétent qu’Alex. Voilà qui allait l’aider à se remettre les idées en place, une bonne raclée, et elle n’aura même pas besoin de la lui donner elle-même ! Elle rengaina son arme, alors que les deux Alchimistes commençaient à se battre. Qu’ils y mettent un peu cœur, au moins, histoire de chasser le profond ennui de ces examens. Mais ce ne fut pas très long. Son petit frère se rendit complètement ridicule, comme elle s’y attendait, pathétique du début à la fin. Elle hocha la tête avec un air satisfait lorsque son frère fut envoyé bouler et s’écrasa de tout son long par terre. Parfait. Peut-être que ça aidera les deux neurones qui lui restaient à se reconnecter, on ne sait jamais.

– Beau travail, Mustang. Tu manques d'entraînement, Alex.

Elle fit signe au nain rouge de toute à l’heure d’y aller à son tour. Tss, dire qu’on laissait des morveux de son âge devenir Alchimistes d’Etat, c’était dingue ! Elle remarqua qu’il avait un automail à la place du bras droit, d’un genre commun, en acier. Hum… Il était rare de voir des enfants en porter, l’opération était longue et douloureuse. Elle ne regarda qu’à peine ce qu’il faisait, préoccupée. Miles revint de la tente principale à ce moment-là, l’air pincé. Elle lui demanda s’il avait trouvé quelque chose mais il secoua la tête.

– Je dois me rendre à Central pendant quelques jours, lui dit-elle tout en observant le gamin se battre et détruire les projectiles qu’on lui lançait. Continuez vos recherches durant ce temps, je ferai de même à Central. Buccaneer, tu n’as rien remarqué lorsque tu y es allé hier ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La connerie de Pride   Lun 8 Juin 2015 - 17:15

Il y avait quelque chose d’étrange… Buccaneer n’aimait pas du tout l’air du Président mais s’abstint de s’approcher plus que nécessaire ou de faire la moindre remarque, restant à sa place. Il était prêt à réagir au moindre signe de menace envers sa supérieure hiérarchique, même si son adversaire se révélera être le Président de ce pays en personne ! Son honneur avait été très gravement blessé quand il avait appris ce qui s’était passé cette nuit, parfaitement outré qu’un monstre ait pu s’en prendre à sa générale et qu’il ait été trop loin lors de l’agression pour pouvoir réagir. Il était l’un de ses subordonnés direct, il aurait pouvoir être près d’elle et réagir ! C’était une insulte, une véritable insulte. Bien sûr qu’elle était capable de se défendre toute seule mais il n’en restait pas moins qu’il avait failli à son devoir.

Il la surveilla donc du coin de l’œil pendant qu’elle parlait, particulièrement vexé, alors que Miles s’était éclipsé pour poursuivre leurs recherches. Et aussi pour ne pas se retrouver aussi près du Président, certaines vieilles blessures n’étaient pas guéries. Buccaneer fut très soulagé lorsque le Président partit enfin, mais soupira lorsqu’un grand type chauve vint prendre le relais pour énerver leur générale. Il ne comprit qu’après coup qu’il s’agissait de son frère. Il pinça les lèvres, songeant à la jolie petite Catherine… Finalement, il ne connaissait strictement rien de la famille de leur supérieure, rien du tout, comme si elle n’en avait pas. Elle n’en parlait jamais et n’avait aucune photo dans son bureau. Enfin, ça ne le regardait pas ! Il croisa les bras, tendu, regardant les examens défiler. Il veillait à tout surveiller, jusqu’au plus petit détail, afin de réagir aussitôt en cas de problème et ne pas forcer leur générale à s’en charger. Il comptait la ménager, aujourd’hui, au minimum, au vu de son état.

– Capitaine, dit-il en faisant signe vers quelques alchimistes qui attendaient leur tour, allez donc dire à ces idiots de se calmer un peu, merci.

Il s’arrangea pour les cacher à la vue de la générale, grâce à sa carrure imposante, afin qu’elle ne soit pas troublée par ça. Tout le monde s’écarta d’un coup du terrain des examens et il haussa un sourcil. Hum ? Que se passait-il cette fois, à part les deux Alchimistes qui s’affrontaient ? Il ne s’intéressa pas au combat, veillant plutôt à ce que tout se passe bien aux alentours. Il régla ainsi quelques problèmes divers, veillant toujours à faire vite afin que leur supérieure ne voie rien et qu’elle ne se concentre que sur le cœur de son travail du matin et pas les parasites qu’il y avait autour ? Tous leurs hommes avaient compris la consigne tacite, travaillant avec zèle. Voilà ce qui formait leur unité ! Lorsqu’un d’entre eux était blessé, ils le soutenaient, le portaient, ne le laissaient pas tomber comme un rien. Chaque homme avait la même valeur, peut importe son grade ou son âge. Et c’était la même chose lorsque c’était leur générale qui était blessée.

Il venait de régler un énième problème, dû à une mauvaise organisation, lorsque Miles revint. Leur générale leur demanda s’il avait trouvé quelque chose d’intéressant mais il secoua négativement la tête. Hum… Il faudrait trouver une source d’information assez riche. Il y avait beaucoup de grandes bibliothèques dans le pays mais trouveront-ils des ouvrages précis sur les chimères ou les homonculus ?

– Je dois me rendre à Central pendant quelques jours. Continuez vos recherches durant ce temps, je ferai de même à Central. Buccaneer, tu n’as rien remarqué lorsque tu y es allé hier ?

– Non, cette ville est très calme, voire morne, mais ce n’est qu’apparence, je ne suis pas resté assez longtemps pour y fouiller. Vous avez une bonne occasion si vous vous y rendez, général.

Il y avait sûrement d’autres moyens encore pour récolter des informations… Et le tout discrètement. Buccaneer était très méfiant de nature et l’était encore plus lorsqu’il sentait son pays en danger. Cette histoire d’homonculus ne lui disait rien qui vaille, ce que lui avait expliqué Miles sur le sujet avait suffit à lui faire froid dans le dos. D’autant plus si ces montres en avaient après leur générale. Il réfléchit un instant, pensif, avant de se tourner vers ses collègues.

– Isolée, vous aurez une marge de manœuvre réduite, général, dit-il un ton plus bas. Ne pouvons-nous pas nous rendre aussi à Central, à tour de rôle, en veillant à rester discrets ? Séparer nos forces n’est pas bon, dans une telle situation.

Miles, Henseil, Flavian, tout le monde pouvait se relayer afin d’être un soutien permanent pour leur chef. Il échangea un regard avec Miles qui hocha la tête, approuvant l’idée. La menace était réelle et ils ne pouvaient se permettre de s’éparpiller ainsi, surtout dans ce genre de situation.

– Ce monstre n’a-t-il pas laissé une chose qui pourrait nous aider ? Ne serait-ce qu’un détail, une parole ?
Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 993
DC : Non

MessageSujet: Re: La connerie de Pride   Jeu 9 Juil 2015 - 21:22

– Non, cette ville est très calme, voire morne, mais ce n’est qu’apparence, je ne suis pas resté assez longtemps pour y fouiller. Vous avez une bonne occasion si vous vous y rendez, général.

Mouais… Elle pouvait toujours chercher des informations là-bas aussi, même si elle doutait qu’il reste des indices ou des traces où que ce soit, personne n’était idiot au point de laisser des preuves pour des faits aussi importants. L’armée ne pouvait qu’être impliquée, le comportement de Bradley en était la preuve flagrante, il était sur ses gardes et prudent, dans chacune de ses paroles, il en savait beaucoup plus que ce qu’il avait laissé entendre. Une raison de plus pour se méfier des huiles de Central, s’il en fallait encore. Elle retint un sourire en regardant le candidat qui passait, assez doué celui-là, très créatif. Elle le regarda se démener tout en songeant à Central et les trafics qui s’y menaient. Bien des fois, durant les guerres, les blessés à mort étaient conduits dans la capitale et beaucoup de rumeurs disaient qu’ils n’étaient pas emmenés à l’hôpital mais dans un des laboratoires de la ville. Les pires ragots soufflaient qu’on se servait d’eux comme cobayes pour créer des chimères, mi-humaines, mi-animales, mais elle ignorait si elle devait y croire. D’un côté, cela paraissait trop fou pour être vrai, de l’autre, après ce qu’elle avait vu cette nuit, rien ne semblait impassible. Donc oui, peut-être que les scientifiques de Central commettaient de telles expériences, elle s’en tiendrait à ça pour le moment.

– Isolée, vous aurez une marge de manœuvre réduite, général, dit-il un ton plus bas. Ne pouvons-nous pas nous rendre aussi à Central, à tour de rôle, en veillant à rester discrets ? Séparer nos forces n’est pas bon, dans une telle situation.

Hum, oui, ce n’était pas une mauvaise idée, travailler seul n’était jamais bon, l’union fait la force. Elle hocha donc la tête après Miles pour signifier son accord, toujours silencieuse. Elle sentait plusieurs regards, ils étaient observés. La plupart des soldats de l’Est n’avaient toujours pas compris ce qui s’était passé cette nuit mais c’était à leurs supérieurs de les mettre au courant, pas à eux.

– Ce monstre n’a-t-il pas laissé une chose qui pourrait nous aider ? Ne serait-ce qu’un détail, une parole ?

Elle haussa légèrement les épaules, la douleur reprenant de plus belle, mais elle s’évertua à l’ignorer. Un détail, une parole… Non, elle leur avait déjà tout dit et ne voyait pas quoi rajouter pour le moment, il n’avait que peu parlé, sinon pour la pousser à quitter Briggs. Il y avait vraiment des gens qui ne doutaient de rien… Elle répéta à ses subordonnés ce qu’il avait lâché, repassant la scène dans sa mémoire. La nuit, sa force, ces ombres si noires, sa voix si peu naturelle, comme s’il avait été créé artificiellement, et c’était sans doute le cas. Pourra-t-elle en apprendre un peu plus à Central ? Elle en doutait mais elle devait tenter.

– De votre côté, continuez aussi à creuser sur les expériences que l’armée mène durant les guerres, surtout Ishbal, dit-elle en veillant à ce qu’on ne les écoute pas. Occupe-toi d’Ishbal, Buccaneer, tu as un réseau pour trouver des informations. Toi, Miles, charge-toi de ce qui concerne les chimères et leur création.

Elle leur jeta un coup d’œil pour savoir s’ils avaient bien compris. Elle ne voulait pas que Miles se mêle du dossier sur les expériences menées à Ishbal, ce n’était pas la peine de le jeter dans ce bain de boue. Elle tourna la tête vers le dernier candidat qui passait, complètement indifférente à sa prestation. Qu’il soit bon ou mauvais, peu lui importait, à présent. Elle allait poursuivre lorsqu’elle vit de l’agitation un peu plus loin et un rire énorme retentir. Deux minutes plus tard, Mustang passa avec son équipe qui rigolait à s’en arracher la bouche. Tiens donc, il s’était passé quelque chose de drôle ? Vraiment aucune retenue ! Elle eut un sifflement agacé puis revint vers ses subordonnés.

– Soyez discrets, surtout, on ignore qui sont nos ennemis. Ne prenez pas de risques seuls si vous tomber sur quelque chose, attendez d’avoir une équipe derrière vous. C’est clair ?

Elle croisa leur regard puis hocha la tête, satisfaite que cette question soit réglée. Chacun revint ensuite à son travail. A présent, se concentrer sur les manœuvres.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La connerie de Pride   

Revenir en haut Aller en bas
 
La connerie de Pride
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Linda Berdoll : M. Darcy Takes a Wife : Pride and Prejudice
» connerie ou pas ?
» "Pride & Prejudice" film de 1940 (Lizzie en crinoline)
» une petite connerie...
» Pride & Prejudice - Version BBC 1995

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Région du Nord et de l'Est :: Région Est-
Sauter vers: