Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Victor Madless [Validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Victor Madless

Commandant

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 39
DC : Non

MessageSujet: Victor Madless [Validé]   Sam 13 Juin 2015 - 14:51


   
Victor Madless


   
Qui suis-je ?


   
☁  Mon personnage • ❝ Tous réunis dans mon crâne❞
Je me nomme Victor Madless et j'ai 35 ans. Depuis tout jeune, je ne suis pas  vraiment seul dans ma tête. Je suis un humain mais je suis fou, je dédouble mon esprit. J’ai été marié mais ma femme m’a quitté   et je parcours le monde sans savoir où aller.


   
☁  Moi aussi j'existe ! • ❝ Jeune père ❞
Hey ! Mon prénom est Alex, mais on m’appelle aussi /, et j'ai 30 ans. Je fais du RP depuis 9 ans et j'adore ça, je serai d’ailleurs actif 2 jours par semaine. J'aime tout ça et je déteste plein de choses, mais tu le découvriras tout seul. Autrement, je tiens à préciser que je  connais l’univers de FMA


   
RP

   
❝ Je suis eux, ils sont moi ❞


Les officiers étaient perplexes, le Président amusé, tandis que Victor terminait sa démonstration d'alchimie. Il se redressa, parant d'un ton pressé et emphatique qu'il venait de démontrer là toute la beauté d'une destruction massive avec effet inversé sur le théorème de la chance du peuple par métabolisme complexe. Aussitôt après, il enchaîna avec le boss qui rétorqua qu'on en comprenait rien à ce que le prof racontait, comme d'habitude, et que ça n'avait rien à foutre dans une situation pareille.

– Mais si, c'est important, renchérit le petit de sa  voix aigu et fluette, c'est bien la science !

– C'est bien quand ça vient pas nous casser les couilles ! s'écria le boss.

– Fermez-la, tous, c'est un moment important ! hurla Victor en se prenant la tête entre les mains.

Le général Raven sourcilla, croisant les bras devant ce jeune homme qui s'agitait et parlait de tout seul, passant d'une voix grave et lourde à une voix fluette et hystérique, bougeant et s'agitant en tous sens. Il finit par se pencher et demanda au Président si c'était vraiment une bonne idée de laisser ce type devenir Alchimiste pour l'armée, étant donné qu'il n'avait pas l'air d'être tout à fait sain d'esprit. Victor entendit cela et répliqua aussitôt qu'il était tout à fait normal, qu'il était loin d'être fou et que ses différentes personnalités étaient elles aussi très saines ! Le boss enchaîna avec un "Ouais !" très convaincu. Le prof et le petit en rajoutèrent eux aussi, se sentant insultées. Victor leur répéta de la fermer, qu'ils ne l'aidaient pas, indifférent aux airs de plus en plus perplexes et intrigués des officiers. Seul le Président continuait de sourire, comme si ce qu'il voyait l'amusait beaucoup.

– Pouvez-vous nous présenter vos personnalités ? demanda-t-il avec un petit rire.

– Oui, bien sûr ! D'abord, il y a le prof, c'est un génie, il aime faire des théories en tous genres. Le boss préfère diriger et diriger l'équipe, il prend les grosses décisions, les plus importantes, il adore se battre. Le gamin est paranoïaque et naïf, assez manipulable. Je les ai avec moi dans ma tête depuis longtemps, vous savez ! C'est le prof qui a voulu qu'on vienne passer l'examen, car comme ça, on pourra continuer nos recherches en alchimie.

– Je vois...

– Votre Excellence, on ne peut quand même pas laisser ce type être Alchimiste d'Etat ! Il est complètement fou ! Il faudrait plutôt l'interner dans un asile.

– Et c'est ce vieux qui dit ça ! s'exclama le boss avec mépris. C'est pas encore l'heure de la retraite, papi ?

Le général lui rendit un regard offusqué et se leva d'un bond, prêt à le frapper sans doute,a lors que Victor levait les mains et s'excusait pour les manières du boss, il ne disait pas ça pour être vexant, promis ! Le Président dit à tout le monde de se clamer puis lui dit de faire une dernière démonstration d'alchimie, après quoi il pourra repartir et attendre le résultat de ses examens. Victor hocha la tête et se remit en place, frappant dans ses mains puis les posant au sol pour utiliser sa matière afin de créer une statue très artistique. Le regard du Président s'était fait plus brillant, comme s'il s'amusait d'une chose que lui seul pouvait comprendre. Victor salua tout le monde, attendant qu'on lui permettre d'y aller, puis sortit, bavardant avec le prof qui se délectait de cette science qu'était l'alchimie. Le prof parlait souvent, se targuant d'être le "vrai" Victor mais c'était faux, c'était Victor qui était Victor ! Il sortait gaiement, laissant le boss et le prof s'engueuler pendant que le petit geignait que les passants les regardaient bizarrement.

Quelques années plus tard...

– Mais c'est qui, lui ? grogna le boss.

– Un personnage intéressant, renchérit le prof, son métabolisme psychique correspond sans heurts aux ondes négatives de la longueur des l'esprit en phase avec son...

– Je peux jouer avec lui ? le coupa le petit.

– Victor, tu peux leur dire que sans moi, ils seraient tous morts ?

– Ouais, remerciez le gardien, c'est grâce à lui qu'on est en vie, il a un meilleur instinct de survie que vous !

Le garde tourna la tête vers Victor en fronçant légèrement les sourcils, se demandant pourquoi il parait seul, maintenant. On venait de récupérer cet homme à moitié évanoui, au milieu d'un cercle de transmutation humaine non achevé, et Bradley avait ordonné de l'emmener à l'écart, dans une tente, bien gardé. Mais Victor n'avait pas tenté une seconde fois la transmutation, il n'avait pas pu, le gardien était arrivé à ce moment-là et l'en avait empêché. Puis les soldats étaient arrivés derrière. Il entendait le bruit assourdissant des combats, plus loin, alors que l'armée détruisait Ishbal. Victor avait voulu faire renaître un enfant Ishbal mais le gardien n'avait pas voulu, lui rappelant que la dernière transmutation humaine qu'il avait tenté avait échoué, lui rappelant qu'on ne peut faire revivre les morts. Mais s'il avait à présent l'aide du boss, du petit, du prof et du gardien ? C'était toujours impossible ? Mais les soldats les auraient tous tués, c'était vrai.

Il rit soudain en se tenant la tête, assis par terre dans la poussière et le sable, riant si fort dans cet enfer qu'il en perturba plus d'un, parmi ceux qui passaient. La fatigue et la peur s'entremêlaient, il ne comprenait plus ce que ses amis lui disaient, il ne voyait même pas le médecin qui venait d'entrer sous la tente. Il riait comme un tordu, jusqu'aux larmes, passant de la voix du boss à celle du gamin, se retournant pour fixer le dehors avec un air grave et sérieux avant de fondre en larmes puis de recommencer à rire. A peine une heure plus tard, il était démobilisé d'Ishbal et renvoyé au QG Nord, où il avait été affecté en entrant aux ordres dans l'armée, bien qu'il se déplace beaucoup. Mais la guerre touchait déjà à sa fin, les morts s'accumulaient et on ne pouvait en faire revivre aucun.

– Comment faire pour que ce soit parfait ? grinça le prof.

Victor ne répondit pas, les yeux rivés sur la souris qui marchait doucement dans la neige, rampant derrière à un mètre d'elle, avec un air assez halluciné. Viens, viens, vieeens... Ses collègues, qui passaient dans la cour du QG, se contentèrent de soupirer ou hausser les épaules sans rien dire ni faire un seul commentaire. Ils avaient l'habitude, maintenant, et la plupart des attitudes bizarres étaient tolérées, au Nord, tant que la personne faisait bien son travail. Il portait le manteau noir long et fourré réglementaire, ainsi que des gants, des bottes et l'uniforme habituel, un bonnet enfoncé sur le crâne. Il sauta tout à coup sur la souris et parvint à la saisir entre ses mains avec un très grand rire victorieux. Ah ah ah ! Il gloussa en jouant avec elle, la faisant courir entre ses mains alors que le prof l'observait d'un air très intéressé.

– Commandant ?

Victor comprit avec deux bonnes minutes de retard que le soldat derrière s'adressait à lui. Ah oui, juste, les Alchimistes d'Etat avaient le rang de commandant par défaut, montant ensuite ou non en grade. Il demanda ce qui se passait, assis sur les fesses dans la neige avec la souris, au milieu de la cour du QG Nord. On venait l'avertir qu'il devait assister à une réunion importante, on l'attendait. Il laisse fuir la souris puis se releva, suivant son guide du moment. Il y avait plus de réunions en ce moment, la générale avait dit à tout le monde de se tenir sur ses gardes. Ok, ok ! Il se tenait sur ses gardes. L'hiver pouvait fondre sur eux, il tiendra ! Le gamin, le boss, le gardien et le gardien étaient avec lui, il ne risquait rien.



   
Phrase de conclusion


   
Halloween - Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas
 
Victor Madless [Validé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avis de marché - Marseille - crypte de l'abbaye Saint Victor - Lot 3 archéologie du bâti, lot 4 conservation-préventive décor
» Les Contemplations, de Victor Hugo
» [Hugo, Victor] Claude Gueux
» Crypte de l'abbaye Saint-Victor de Marseille
» Hymne à Dracula de Victor Hugo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Administration RPG :: Carnets d'identité :: Fiches Validées-
Sauter vers: