Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Trivia Holmes [Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Trivia Holmes [Validée]   Dim 5 Juil 2015 - 21:33


   
Trivia Holmes


   
Qui suis-je ?


   
☁  Mon personnage • ❝ La fleur du Fort ❞
Je me nomme Trivia Holmes et j'ai 28 ans. Je travaille pour l'armée au forts de Briggs en tant que médecin et ingénieur automail. Je n'ai pas d'enfants et je suis veuve. Si tu veux me trouver, viens donc au fort.


   
☁  Moi aussi j'existe ! • ❝ Le cidre, c'est bon ❞
Hey ! Mon prénom est Gwenaëlle, mais on m’appelle aussi Gwen ou Gwena, et j'ai 23 ans. Je fais du RP depuis 5 ans et j'adore ça, je serai d’ailleurs active quand je le pourrais. J'aime tout ça et je déteste plein de choses, mais tu le découvriras tout seul. Autrement, je tiens à préciser que je connais l’univers de FMA Brotherhood. Je suis nouvelle et, pour l'instant je trouve le forum et le staff sympas. Les seuls commentaires que j'ai à faire sont ceux-ci, donc tout va bien.


   
RP

   
❝ Il y a toujours un endroit où se réfugier ❞


– Mais arrêtez de bouger, aussi, sous-lieutenant ! grinça-t-elle, exaspérée. Comment voulez-vous que j’y arrive ?

– Ah, je suis désolé.

– Il visait bien, ce salaud, marmonna le soldat sur le lit d’à côté, la tête enserrée dans un lourd bandage. Et leurs armes ont faits des dégâts.

– Mais on a quand même gagné ! Briggs ne tombera jamais !

– Briggs, non, mais vous, vous allez bientôt tomber dans les vapes si vous continuez à vous agiter en m'empêchant de vous soigner !

Il lui rendit un regard penaud alors qu'elle le fixait d'un air furieux, les deux mains sur les hanches, ce qui fit éclater de rire tous les autres blessés, dans la salle. Il se laissa enfin faire et elle se pencha sur lui pour poursuivre son travail, lavant la plaie avant de prendre un fil et une aiguille. Elle avait presque fini de recoudre lorsque James revint, râlant lorsque sa blouse blanche se coinça dans la porte, chargé de serviettes et autres produits de soin. Il jeta la cigarette qu'il avait dans la bouche puis se mit à faire le tour des blessés. Pendant ce temps, Trivia put se mettre à la révision de ceux qui avaient des automails, réparant ce qu'il fallait, après cette dure attaque. Une fois son travail fini, elle fit du café, pendant que chacun échangeait commentaires et idées dans une ambiance plus détendue. Elle grilla une cigarette qu'elle cala entre ses dents, au moment où la générale entrait à son tour pour voir ses hommes. La seule autre femme dans le fort de Briggs, la Reine des glaces, comme la nommait les troupes.

Elle s'assit un coin de la table, près de pièces de métal et de boulons, fumant sa cigarette. Elle repensait à une lettre qu'on lui avait envoyé d'une de ses sœurs. La seule à qui elle parlait encore, en réalité. Trivia avait une grande fratrie mais plus aucun d'eux ne daignait lui adresser la parole depuis la mort de son mari... Une sale histoire, comme on disait familièrement. Elle sortit la lettre de sa poche, relisant les lignes serrées et noires, de l'écriture en pattes de mouches de sa plus jeune sœur. Toute sa famille vivait dans la région Nord, dispersés dans villes et villages, quelques uns à North City. La capitale de la région était la plus petite, comparée à ses trois consœurs. Le Nord était la région la moins peuplée, également. Elle pinça les lèvres, le regard dans le vague. Elle s'était mariée à dix-sept ans, suite à un coup de foudre, à Albert Holmes, menuisier-charpentier, qui avait fait chavirer son cœur de jeune femme. Ils s'étaient installés ensemble, dans la petite ville de Salesmont, assez proche du fort de Briggs. Trivia travaillait alors à l'hôpital, aux pieds des montagnes, qui recevait parfois des hommes du fort.

Une vie sans histoire. Fille modeste d'une grande famille, elle était devenue médecin dans cet hôpital du Nord. Elle avait une passion pour les automails et leur conception, se formant en autodidacte. Elle travaillait avec soin, veillant à ce que tous les patients qui lui étaient confiés repartent avec le sourire. Elle noua quelques amitiés avec certains soldats de Briggs, qui semblaient avoir un don pour se blesser régulièrement. A la maison, elle nageait dans le bonheur avec son mari. Ils parlaient d'avenir, envisageaient d'avoir un enfant. Une vie normale mais pleine de chaleur, au cœur de ces hautes montagnes, protégés par l'imposant fort de Briggs. Puis quelques mois après leur mariage, Albert était tombé malade. Gravement. Elle s'était occupée de lui avec frénésie, par peur qu'il ne parte, mais il était mort. Puis deux jours plus tard, la belle-famille de Trivia l'avait accusé de l'avoir empoisonné, assassiné.

Bien qu'elle ait été acquittée au procès, sa famille et la famille de son mari demeurèrent persuadée qu'elle était une meurtrière. Sa vie devint un enfer. Les siens faisaient tout pour l'empêcher de se rendre au cimetière sur la tombe d'Albert, allant jusqu'à menacer de la frapper ou de la blesser. Ils lui envoyaient des lettres de menace, appelaient en pleine nuit pour hurler qu'elle était un assassin. Même à son travail, à l'hôpital, ils venaient la harceler. Elle s'enfermait chez elle, se plongeant dans la conception d'automails pour oublier, mais elle avait peur. Elle n'osait plus sortir, plongeant dans une déprime de plus en plus noire. Et le harcèlement se poursuivait, sans relâche, jour après jour. Un matin, à l'hôpital, elle finit par s'enfermer à double-tour dans une des petites salles d'examen puis finit par s'effondrer à genoux par terre en pleurant. Ce n'est que lorsqu'elle entendit un petit raclement de gorge derrière elle qu'elle blêmit et comprit qu'elle avait de s'enfermer avec un patient.

– Vous allez bien doc...

– Ah, je suis désolée ! s'écria-t-elle en se relevant très vite et en essuyant ses yeux.

Elle se retourna puis vit un des soldats de Briggs, allongé sur un brancard, le bras en écharpe. Elle l'avait déjà vu quelques fois, lorsqu'il avait accompagné d'autres soldats. Elle s'excusa encore, reprenant son souffle, et il lui demanda ce qui lui arrivait. Elle eut un frisson puis lui raconta tout sans même réfléchir, de la mort de son mari jusqu'à la vie qu'elle menait aujourd'hui, déballant son sac à toute vitesse sans aucune retenue. Une fois fait, elle se laissa tomber sur une chaise, le cœur au bord des lèvres. Elle n'osait pas relever la tête, elle ne voulait pas voir de colère ou de dégoût. Mais,il vint tout à coup s'asseoir à côté d'elle, lui posant une main sur l'épaule.

– Ils refusent de comprendre que vous êtes innocente ? Et viennent vous harceler jusqu'ici ?

– Oui, souffla-t-elle. Je n'en peux plus, je ne peux pas faire mon travail correctement ! Je voudrais qu'ils arrêtent, ne plus avoir peur de venir ici sans savoir ce qui pourra arriver. Je pensais démissionner, mais pour aller où ?

– Si c'est un poste de médecin, que vous cherchez, il y a un endroit où vus pouvez postuler. Au fort de Briggs.

Elle releva la tête, sourcils légèrement froncés. Au fort... ? Mais... Elle ne faisait pas parti de l'armée, comment aller là-bas ? Il lui expliqua qu'il y avait aussi des civils, pas seulement des militaires, beaucoup de personnes qui travaillaient au bon fonctionnement du fort. Un bon médecin comme elle ne se serait pas de trop. Elle s'essuya mieux es yeux puis lui posa quelques questions sur le fort, les personnes qui y vivaient, etc. Si elle pouvait continuer son travail, sans devoir s'engager dans l'armée... Ils parlèrent pendant presque une heure, avant qu'un collègue ne vienne le retrouver. Il la quitta en lui disant d'appeler le QG Nord si elle décidait de prendre ce travail, qu'ils en avaient bien besoin et qu'il était sûr qu'elle fera l'affaire. Elle resta plantée là, à les regarder s'éloigner, pâle et silencieuse. La forteresse du Nord. Elle n'aurait jamais imaginé cette option-là. Elle rentra chez elle, s'enfermant à double-tour, débranchant le téléphone, se fourrant dans le creux de son lit.

Elle passa toute la journée du lendemain à réfléchir, peser le pour et le contre. La forteresse avait toujours été là, inexpugnable, immense, forte, terrain militaire, interdit d'accès aux civils non autorisés. Pourrait-il s'y tailler une place ? Elle ne craignait pas les rudes conditions de vie, était déjà habituée au froid, donc pourquoi pas ? Ce fut un nouvel incident qui la décida pour de bon, néanmoins. En rentrant du travail, elle trouva cloué à sa porte un petit mannequin badigeonné de peinture rouge, avec l'inscription "ASSASSIN". Une heure après cette macabre découverte, elle avait fourré toutes ses valises dans le coffre, téléphoné au QG Nord où un officier l'avait mis en contact avec Briggs, et elle était partie.

Se reconstruire n'est pas facile, mais curieusement, Briggs eut un effet apaisant sur la toute jeune femme, lorsqu'elle prit ses quartiers dans l'infirmerie, jouxtée par ses appartements et un atelier d'automails. Ici, elle était certaine que si sa famille ni sa belle-famille ne pourra venir la harceler. Elle était entourée par des soldats qui ne croyaient qu'en la valeur des actes et la force du caractère. Entourée par des hommes qui se serraient les coudes au possible, ne laissant personne sur le côté. Peu à peu, elle se fit sa place, dans cet univers très dur mais loin d'être hostile. On commença à l'apprécier. Elle retrouva peu à peu le goût de vivre, l'envie de sourire, voir de rire. Elle approfondissait son talent, travaillait sa passion pour les automails, s'améliorant de jour en jour. Les jours défilaient mais elle ne voyait pas le temps passer, ayant pris le rythme de la forteresse. Elle était bien ici, voilà tout. Elle aimait cette atmosphère, la solidarité entre tous, la façon de penser. Elle aimait grimper au sommet de la forteresse et voir le soleil se lever sur les montagnes. Le cocon que formaient cette forteresse et ces montagnes l'incitaient à ne plus jamais les quitter. Elle était de nouveau heureuse, tout simplement.



   
L'air pur des montagnes vous réchauffe le cœur


   
Halloween - Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
 
Trivia Holmes [Validée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Administration RPG :: Carnets d'identité :: Fiches Validées-
Sauter vers: