Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Autopsie et alchimie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1322
DC : Nop

MessageSujet: Autopsie et alchimie   Sam 19 Déc 2015 - 16:21

Ne pouvait-on pas simplement loger une balle dans la tête de ce prince ridicule et ainsi relancer plus férocement la guerre au Sud ? Voilà bien presque un an que le conflit s’y était calmé, voire enterré depuis que ce type était à Central pour signer le traité de paix. C’était ennuyeux… Plus le sang coulera, plus le cercle sera efficace, et plus sil se rapprocheront du but. De plus, d’près ce que leur avait dit le Président ce matin, le problème du Nord était quasiment réglé ! Cette blondasse ridicule ne prendra pas le risque d’une guerre civile, elle voudra protéger les habitants de cette région glaciale avant toute chose. Peut-être ne résistera-t-elle pas à l’appât du gain en apprenant ce qui attendait les généraux participant à la construction de ce pays ? Après tout, elle aussi devait craindre la vieillesse et la mort, elle aussi devait désirer une armée puissante et immortelle, impossible qu’elle ne cède pas à cette promesse et ne les aide de son plein gré, sans y être contrainte. Damon était convaincu qu’elle saura voir où se trouvait son intérêt une fois qu’on lui aura dévoilé le juste chemin, cela ne pouvait se passer autrement. Sortant de son bureau, il rajusta les lourds dossiers qu’il tenait sous le bras, saluant un de ses subordonnés au passage.

Il fila dans les escaliers menant aux premiers sous-sols du quartier général, là où se trouvaient la plupart des salles d'interrogatoires, les réserves administratives, les archives ainsi que les salles d'autopsie. Il y en avait une de programmée, cet après-midi, d'un alchimiste d'Etat itinérant, qui s'était fait descendre par Scar deux jours plus tôt. L'armée du Nord avait retrouvé le cadavre au milieu des montagnes, déchiqueté, mort depuis on ne savait combien de temps, car le froid l'avait conservé. Un vrai glaçon, le cadavre était très raide et bleu, figé, littéralement congelé et à moitié enfoui sous la neige et la glace, c'était un miracle de l'avoir retrouvé. On leur avait expédié comme cela, il faudra sans doute réchauffer le corps avant de pouvoir l'ouvrir en deux et voir les blessures et autres marques. Connaître son identité, aussi, car pour le moment, seule sa montre en argent, retrouvée près du corps, permettait de dire qu'il était l'un des Alchimistes avec la licence d'état. Ses papiers militaires avaient été perdus lors de l'attaque et le visage n'était pas identifiable, sur le moment, trop bleu, trop glacé, déformé par les blessures. Poussant les doubles-portes, il entra dans un long couloir aux couleurs pâles, hochant la tête pour saluer un jeune sous-lieutenant, à l'accueil, occupé à trier des dossiers.

– Bonjour, général Raven, sourit-il en regardant l'accréditation que Ramon lui tendait. Le docteur Steven est déjà arrivé, il vous attend dans la troisième salle. Voici le rapport de la gendarmerie, pour ce qui a été récolté comme indices sur la scène du crime, le QG Nord vient de nous le transférer.

– Ah, merci.

Posant ce qu'il transportait, il enfila une blouse blanche, sans la fermer, rentrant ensuite dans la salle où attendait le docteur, lui aussi entrain d'enfiler une blouse, des bottes des gants, un masque et une charlotte en tissu, blanche aussi. Il le salua, mettant sa charlotte bien en place pendant que Raven déposait tous ses dossiers en plus du rapport qu'il venait de recevoir sur une table en fer, dans un coin de la pièce, puis jeta un coup d'œil au cadavre. Il était allongé, le bras tendu et écarté du corps, raide, couvert de givre et de glace, la peau très bleue. Le sang saisi par le froid était devenu très noir et formait comme de grandes tâches sur le cadavre. Sa posture semblait impossible, avec ce bras figé comme s'il avait voulu attraper la main d'une personne avant d'y rester, cette jambe un peu replié, le visage presque entièrement détruit, masse difforme et couverte de sang coagulé. Son uniforme semblait coller au corps, à cause de la glace. Combien de temps ce type avait-il passé dans la neige, sous les tempêtes du Nord, avant d'être retrouvé ? Le docteur avait placé des bassines sous le brancard pour éviter que l'eau ne se répande ensuite dans toute la pièce, préparant de quoi réchauffer le corps.

– Vous pensez qu'il est mort depuis longtemps ?

– Difficile à affirmer pour le moment, répondit le docteur en haussant les épaules. Le froid a congelé le corps dès le décès, il peut s'être aussi bien écoulé des jours entiers que seulement quelques heures.

Le général hocha doucement la tête, saluant ensuite le lieutenant-colonel Hughes lorsqu'il entra à son tour. Il devait rédiger le rapport d'autopsie, pour la suite des opérations. Beaucoup de monde étaient mobilisés pour la venue du prince, ce n'était guère le bon moment pour ce genre d'incidents. Le Président avait envoyé, ce matin-même, quatre des petits chiens pour traquer Scar dans les montagnes. Y compris ce cher docteur Marcoh... Humph. Debout près du lieutenant-colonel, il attendit que le docteur réchauffe doucement le corps, veillant à ne lui causer aucun dommage afin de procéder ensuite à l'autopsie. Pendant ce temps, le général résumé rapidement la situation à son collège. Un alchimiste d'état, voyant beaucoup, disparu depuis presque un mois et retrouvé mort dans les montagnes de Briggs, deux jours plus tôt, alors que la glace et la neige avaient pétrifié et enseveli son corps. Peut-être ne l'aurait-on jamais retrouvé, sans les recherches intensives pour mettre la main sur le commandant Madless, d'ailleurs.

– C'est certainement Scar qui l'a tué, c'est bien sa méthode, dit-il avec un léger soupir. Où en sont les mesures de sécurité prises pour les Alchimistes d'Etat, lieutenant-colonel ? Êtes-vous assuré que chacun d'eux soit en sécurité, à présent ? Et quelles sont les nouvelles pour Scar ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Maes Hughes

Lieutenant-colonel

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 227
DC : Non

MessageSujet: Re: Autopsie et alchimie   Mar 29 Déc 2015 - 22:36

Café, sommeil, détente... Il n'allait pas teniiir ! Maes fit un immense effort pour ouvrir correctement les yeux, enlevant ses lunettes puis plongeant la tête toute entière sous l'eau glacée dans le lavabo. Trois violents frissons plus tard, il se redressa, déjà un peu plus en forme, s'essuyant les cheveux avec une serviette et un léger soupir. Voilà qui était mieux ! Forcément, avec le bal de la veille, il n'avait pu passer que très peu de temps dans son lit et il avait une autopsie à suivre très tôt ce matin. Reposant la serviette sur le bord du lavabo, il se recoiffa rapidement puis remit ses lunettes en place, se lavant les mains avec soin. Pas mal de collègues étaient dans les cabines de douche, le long du mur, les autres plantés comme lui devant les lavabos et miroirs à se raser, se coiffer, se préparer pour la journée de boulot. L'ambiance était à la détente, Central était en fête et les soldats ici n'étaient pas les plus nerveux. Depuis combien de temps Maes était en poste à Central, au juste ? Il pinça un peu les lèvres en y réfléchissant, passant les bras dans sa veste d'uniforme. Ça devait bien faire six ou sept ans, maintenant. Oui, facilement. Il refera la veste avec soin, saluant de la tête un ami qui terminait de s'habiller, lui aussi, sentant le savon.

– Tu as beaucoup d'affaires à traiter, aujourd'hui ? Je pensais que le tribunal serait un peu plus calme, à cause de la venue du prince.

– C'est jamais calme, soupira le lieutenant-colonel. J'ai d'abord une autopsie, ce matin. Un des alchimistes d'Etat, disparu depuis un bon moment. On a retrouvé son corps congelé dans les montages, pas loin de North City.

– Scar, je suppose.

– Qui d'autre ? J'y vais, bonne journée.

Il lui fit un signe d'au-revoir, quittant la longue pièce pour retourner dans les couloirs tout aussi vastes et impressionnants du QG Est. Après un bref passage à son bureau pour récupérer ce qu'il lui fallait, il descendit rapidement vers les sous-sols et les salles d'examens. L'endroit était glauque, du moins à ses yeux. Il n'y avait plus rien du faste des étages, tout était assez gris, neutre, froide, sans aucune saveur, comme si ces couloirs eux-même criaient de faire demi-tour et ne pas s'attarder dans le coin. Le lieutenant-colonel était peut-être trop habitué à l'ambiance générale du QG de central, c'était sans doute pour cela qu'il était mal à l'aise dans ce genre d'endroit, beaucoup plus froid et oppressant.  Bien sûr, les bâtiments au-dessus d'eux restaient une caserne personne ne pouvait en douter, pour autant, cela dégageait tout de même une atmosphère plus faste et riche, plus soignée. Le militaire accéléra l'allure, songeant en chemin au commandant et à Roy qui étaient partis pour le Nord, traquer Scar, ce matin, accompagnés de Marcoh-revenu-d'entre-les-morts et du jeune Edward. Pourvu que tout se passe bien pour eux, ce type était puissant, il l'avait déjà bien assez prouvé. S'approchant de la salle, il remit correctement ses dossiers sous son bras, entendant les échos qui s'en échappaient. Le général était déjà arrivé.

– Vous pensez qu'il est mort depuis longtemps ?

– Difficile à affirmer pour le moment, répondit le docteur en haussant les épaules. Le froid a congelé le corps dès le décès, il peut s'être aussi bien écoulé des jours entiers que seulement quelques heures.

Dehors ils ne savaient combien de temps dans les montagnes en plein hiver, pas étonnant que le corps se soit retrouvé prisonnier d'une gangue de glace. Maes répondit au salut de son supérieur hiérarchique en entrant dans la salle, repoussant la porte derrière lui. S'approchant, il porta un long regard sur le cadavre et retint une grimace. On aurait dit que le malheureux avait tenté jusqu'à la fin de se relever, vu son état, il avait été pétrifié par le froid comme d'autres étaient brûlés vif, les cadavres gardant leur dernière position. Cet homme avait dû vivre de sales heures, à la fin, il serait mieux de découvrir que Scar l'avait tué sur le coup. Le médecin légiste était occupé à faire fondre peu à peu la glace bloquant le cadavre, à l'aie d'alcool pur médical qu'il frottait avec un chiffon, en plus d'un feu extrêmement doux, au chalumeau. L'eau ruisselait sur la table en fer glacée, coulant dans les bassines au sol. Le général lui brossa rapidement le portrait du mort, un alchimiste possédant la licence, habitué à voyager dans tout le pays, disparu depuis un mois et retrouvé il y a deux jours. C'était le froid qui avait conservé le cadavre, alors, l'empêchant de se décomposer. Le lieutenant-colonel avait beau être habitué à voir des cadavres, tués par balle, brûlure, noyés, pendus et il ne savait quoi, mais celui-là le faisait frissonner de dégoût plus que de coutume. C'était comme s'il était mort il y à peine une minute ! Le corps réchauffé, le sang recommençait à couler avec lenteur, alors que le type avait sûrement déjà rejoint ses ancêtres depuis un bon mois, date de sa disparition.

– C'est certainement Scar qui l'a tué, c'est bien sa méthode, dit-il avec un léger soupir. Où en sont les mesures de sécurité prises pour les Alchimistes d'Etat, lieutenant-colonel ? Êtes-vous assuré que chacun d'eux soit en sécurité, à présent ? Et quelles sont les nouvelles pour Scar ?

– Plus aucun ne sort ou travaille sans une garde rapproché, mon général, répondit-il après un léger temps de réflexion. Ceux qui logent en-dehors de leurs casernes d'affection ont également des gardes du corps devant chez eux et pour leurs trajets quotidiens. Tous sont surveillés et protégés, bien que je doute que cela dissuade Scar pour autant. Nous ne pouvons affirmer qu'ils soient vraiment en sécurité, ils le sont relativement bien, tout au plus.

Ils ne pouvaient vraiment faire mieux. Se retournant, Maes posa ses affaires puis enfila une longue blouse blanche à son tour, s'équipant lui aussi d'une charlotte puis de gants, au cas où il devra toucher le type, bien qu'il n'en ait pas la moindre envie, vraiment pas. L'odeur de sang envahissait la pièce avec lenteur, suffocante, lui rappelant les guerres qu'il avait traversé, les batailles où les morts s'accumulaient par centaines. L'homme dégoulinait de glace fondue, son bras raide finalement retombé, à présent mou et flasque, sa figure... méconnaissable. Le sang se mêlait à l'eau, la colorant d'un rouge tirant sur le noir, la peau était redevenu elle aussi cramoisie, sous l'effet de la chaleur. Oui, on aurait vraiment juré que cet homme venait tout juste de mourir.

– Scar reste introuvable pour le moment, général, reprit-il en sortant de sa poche un magnétophone, pour enregistrer le rapport qui sera fait de l'autopsie. Les témoins l'ayant aperçus n'ont pas pu nous dire dans quelle direction il se rendait, il sait brouiller les pistes.

Allait-il mordre au nouveau piège ? L'appât formé par les quatre alchimistes d'état ? Maes était d'un naturel optimiste, pour autant, il doutait très fortement que le tueur se liasse faire de cette façon. D'un coté, ce devait être tentant, pour lui, il avait déjà joué et gagné bien des fois, il pourrait ne pas résister à l'envie. D'un autre côté, même lui pouvait douter de ses chances de s'en tirer face à quatre alchimistes entraînés et prêts à tout pour le débusquer. Redevenant silencieux, il se rapprocha du cadavre, que le docteur terminait de réchauffer, enclenchant le magnétophone pour énoncer à voix haute la date du jour, le numéro de la salle, le médecin légiste présent pour l'autopsie ainsi que le nom du général et le sien, la salle et le sujet du moment.

– Quelles étaient les habitudes de cet homme, plus précisément, général Raven ? A quelle caserne était-il rattaché ? Voilà longtemps qu'il avait intégré les rangs de l'armée ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t261-demetri-volturi-valide#919
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1322
DC : Nop

MessageSujet: Re: Autopsie et alchimie   Mar 9 Fév 2016 - 12:42

– Plus aucun ne sort ou travaille sans une garde rapproché, mon général, répondit-il après un léger temps de réflexion. Ceux qui logent en-dehors de leurs casernes d'affection ont également des gardes du corps devant chez eux et pour leurs trajets quotidiens. Tous sont surveillés et protégés, bien que je doute que cela dissuade Scar pour autant. Nous ne pouvons affirmer qu'ils soient vraiment en sécurité, ils le sont relativement bien, tout au plus.

Cet Ishbal était vraiment une épine sérieuse dans leurs pieds, il devenait de plus en plus dangereux. Son arrestation était une priorité, il avait échappé à tous les pièges qu'on lui avait tendu jusqu'ici, il échappera peut-être même au nouvel appât. Ils surveillaient particulièrement les futurs sacrifiés mais les autres, comme ce cadavre peu beau à voir, devaient aussi être un minimum préservé, au cas où il faudrait trouver un remplacement valable, dans l'urgence, si l'un des sacrifices mourait avant le jour final ! Or, Scar les liquidaient les uns après les autres... Ils avaient été bien furieux lorsque Mustang avait failli y rester à son tour ! Heureusement qu'il s'était défendu, même s'il avait cramé une ou deux personnes au passage, aucune importance, il devait rester en vie. Le lieutenant-colonel allait se préparer à son tour, enfilant les protections standards des morgues et salles d'autopsies. Maintenant que le corps était réchauffé, le général reconnaissait enfin ce type. Il s'agissait de John Revelt, un type originaire d'un village paumé de l'Ouest, qui était venu à Central pour des recherches sur l'alchimie et qui avait finalement passé les examens, après quelques discussions avec des membres de l'armée, qui l'avaient repéré pour son talent certain. Il était resté itinérant, comme beaucoup d'autres, des personnes qui n'étaient pas prête pour un travail quotidien dans l'armée mais qui pouvaient être mobilisés n'importe quand pour toutes sortes de choses, y compris les guerres. Ces personnes travaillaient surtout dans la recherche, ils aidaient le pays et l'armée à accroître ses connaissances.

– Scar reste introuvable pour le moment, général, reprit-il en sortant de sa poche un magnétophone, pour enregistrer le rapport qui sera fait de l'autopsie. Les témoins l'ayant aperçus n'ont pas pu nous dire dans quelle direction il se rendait, il sait brouiller les pistes.

Ce tueur était probablement toujours dans le Nord, il avait bien plus de possibilités pour s'y cacher, et vu la mentalité attardé des habitants de la région, aucun n'ira avouer ce qu'il sait à l'armée, sauf peut-être à la division de leur propre région. Ces singes des montagnes étaient méfiants comme jamais ! Damon se rapprocha à son tour du corps, tête légèrement penchée et bras croisés, regardant le visage déformé par la blessure. Dire que ce type aurait pu faire un excellent remplaçant potentiel... Il n'était pas le plus doué mais Raven restait convaincu qu'il aurait été capable d'ouvrir la porte. Ses collègues songeaient aussi à Kimblee... Le général ne l'en pensait guère capable, à son sens, il n'avait pas les tripes et n'était pas assez puissant, ce type n'était utile qu'en possédant la pierre philosophale. Son collègue du tribunal enclencha le magnétophone pour énoncer le début du rapport, ce qui sera ensuite retranscrit sur papier pour rappeler les faits, le lieu et la date. Le corps boursouflé présentait un aspect immonde, le sang coulait comme s'il venait tout juste de rendre l'âme, son uniforme collait aux plaies béantes dont il était recouvert. La glace était extraordinaire, pour ses capacités de conservation, le médecin légiste souriait même en disant qu'il pourra pratiquer une bonne autopsie grâce à cela.

– Quelles étaient les habitudes de cet homme, plus précisément, général Raven ? A quelle caserne était-il rattaché ? Voilà longtemps qu'il avait intégré les rangs de l'armée ?

– Il se nommait John Revelt, répondit-il, toujours en observant le cadavre. La trentaine d'années, alchimiste d'Etat depuis cinq ou six ans, de mémoire, il faudra vérifier son dossier. Officiellement rattaché à Central, mais c'était un itinérant.

On nommait "itinérant" les alchimistes d'Etat comme le gamin Elric, Tucker ou Revelt, ceux qui ne travaillaient pas jour après jour dans les QG et autres affectations, en tant que militaires de rang. Ceux qui restaient chez eux à travailler ou qui parcouraient le pays en tous sens. Pour ce type, son dernier voyage dans le Nord lui avait été fatal... Raven s'écarta pour laisser passer le légiste, occupé à pousser près du corps un grand chariot rempli d'instruments chirurgicaux, étendant des draps sous le corps, sifflotant un peu. Il prit un scalpel et commença par découper avec précaution l'uniforme de la victime, l'enlevant morceau par morceau, en prenant garde à ne rien déranger durant la manœuvre, surtout aucune blessure ni la posture du corps.

– Il ne voyageait pas beaucoup, c'était un habitué des laboratoires de la capitale. Il menait des expériences fréquentes sur la flore avec l'alchimie, sa spécialité. Un type sans histoire, assez doué, plutôt mauvais au combat au corps-à-corps, c'était un scientifique.

Il marcha un peu, faisant le tour du cadavre, en veillant à ne pas se mettre sur le chemin du légiste qui enlevait les vêtements qu'il pouvait, très concentré. Ce mec s'était trouvé au mauvais endroit au mauvais moment, incapable de se défendre avec efficacité. Mais il aurait pu ouvrir la porte, dans l'urgence, au dernier moment... Tss, Scar était vraiment... Mais ne pas s'énerver, il devait rester neutre. Le petite lieutenant-colonel devra faire des fouilles plus approfondies pour retrouver le dossier complet de cet homme, s'il voulait en apprendre plus sur ses habitudes, son alchimie, son parcours professionnel depuis son entrée dans l'armée.

– Vous devrez faire des recherches plus poussées sur lui, lieutenant-colonel. Il nous faut aussi en apprendre plus sur cette technique de meurtre, ce n'est pas anodin. faites-vous aider, pour l'enquête, par nos alchimistes d'Etat, qu'ils fassent des tests pour en apprendre plus. Compris ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Maes Hughes

Lieutenant-colonel

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 227
DC : Non

MessageSujet: Re: Autopsie et alchimie   Jeu 3 Mar 2016 - 20:21

– Il se nommait John Revelt, répondit-il, toujours en observant le cadavre. La trentaine d'années, alchimiste d'Etat depuis cinq ou six ans, de mémoire, il faudra vérifier son dossier. Officiellement rattaché à Central, mais c'était un itinérant.

Comme faisait Edward, donc. Maes hocha la tête en regardant le visage du type, l'observant d'aussi près que possible, sans gêner leur médecin-légiste. Médecin qui n'était pas le moins du monde perturbé ou dégoûté à l'idée de découper en lambeaux un type mort depuis des jours, comme un morceau de viande congelé qu'on ressortait tout juste pour le dévorer. Il commença tout d'abord à découper l'uniforme avec un grand soin, tout en sifflotant. S'il le mettait nu, étant donné les dégâts que cet homme avait subi, ça n'allait pas être beau, sans oublier le froid lui-même qui aura causé des engelures graves sur toute la surface de la peau. Pauvre type, quand même... Avait-il une famille, à Central ? Ils devaient aussi se soucier de cela, retrouver la famille pour annoncer qu'on avait retrouvé le corps de l'alchimiste et qu'il pourra être enterré lorsque le médecin-légiste en aura terminé avec l'autopsie. On pouvait rendre un corps un peu plus "beau" avant qu'il ne soit rendu aux familles, bien que l'armée incite plutôt à l'incinération, dans le cas des cadavres trop amochés. Les familles supportaient mal le spectacle... Ce qui était parfaitement compréhensible, surtout lorsqu'on avait le corps de ce pauvre alchimiste sous les yeux. Il ne ressemblait plus à rien, même sa femme ne pourrait plus le reconnaître. Le lieutenant-colonel se mordit un peu les lèvres, détestant lorsque la mort se manifestait de cette façon. Ce n'était pas un corps encore chaud et ensanglanté mais un cadavre à moitié détruit qui avait été littéralement congelé.

– Il ne voyageait pas beaucoup, c'était un habitué des laboratoires de la capitale. Il menait des expériences fréquentes sur la flore avec l'alchimie, sa spécialité. Un type sans histoire, assez doué, plutôt mauvais au combat au corps-à-corps, c'était un scientifique.

Scar n'avait pas dû mettre plus d'une minute avant de l'atteindre... Maes imaginait très bien la scène, le scientifique marchant dans les montagnes de Briggs, en uniforme et un peu essoufflé, serrant son manteau contre lui pour se protéger du froid, menant ses recherches. Scar bondissant, le frappant puis lui assénant le coup mortel avant même que sa victime n'ait le temps de réagir. John s'effondrant, son sang imbibant la neige et la glace, raide et les yeux fermés, déchiqueté. Le général faisait le tour du corps en le détaillant sous toutes les coutures, pendant que le médecin dégageait ce qui restait de l'uniforme et chauffait son scalpel avant d'entailler la peau avec soin. Le sang coulait comme si l'homme venait tout juste de mourir, ce qui rendait la scène encore plus atroce. Il avait sans doute eu une famille, une femme qu'il aimait, des enfants, des amis, un père et une mère. Allongé là, sur ce brancard de métal et à moitié nu, couvert de plaies béantes et suintantes, il était comme sans identité, un cadavre parmi d'autres. Tout s'effaçait, avec la mort, ce que nous étions, nos noms et visages, notre passé, tout. John Revelt sera, comme tant d'autres, un simple nom gravé sur une tombe et qui sera oublié avec le temps. En tant que soldat, on oubliait trop facilement que chaque personne tuée n'était pas juste un ennemi mais aussi une personne, avec une identité propre, des valeurs, un passé, une famille, des rêves, des espoirs, des buts et des peurs.

– Vous devrez faire des recherches plus poussées sur lui, lieutenant-colonel. Il nous faut aussi en apprendre plus sur cette technique de meurtre, ce n'est pas anodin. faites-vous aider, pour l'enquête, par nos alchimistes d'Etat, qu'ils fassent des tests pour en apprendre plus. Compris ?

– Entendu, mon général.

Il se tut lorsque le médecin-légiste prit la parole à son tour, notant à haute voix ce qu'il voyait, observait, découvrait, ainsi que les révélations qu'il en retirait, tous les détails, même infimes, qui pouvaient les aider dans cette recherche. Le soldat gardait tout en tête, bien qu'il enregistre, afin de compléter le rapport par la suite. Il avait la chance de disposer d'une mémoire incroyablement vaste et solide, retenant avec une grande facilité. Il prenait aussi des notes avec soin, concentré, lorsque la porte de la petite pièce s'ouvrit, laissant passer le président en personne. Hughes se mit aussitôt au grade-vous pour le saluer, scié de le voir se déplacer pour une simple autopsie. Il reprit son travail avec une certaine confusion, au début, écoutant le légiste. Le docteur était penché à l'extrême sur le corps, dont il écartait à coups d'instruments de très larges lambeaux de chairs, comme on écarterait une couverture, pour examiner les tissus et les organes, le tout accompagné de bruits et d'odeurs à vous soulever le cœur. Une légère nausée vint s'emparer de Hughes, qui dû faire tous les efforts du monde pour ne pas vomir sur place. Il prenait toujours des notes lorsque le Président lui dit, d'un ton très posé, qu'il devait se rendre dans la salle d'interrogatoire 12. Il répondit d'un bref "Oui, votre Excellence", sans laisser paraître son étonnement.

– Dois-je m'y rendre tout de suite, votre Excellence, ou après cette autopsie ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t261-demetri-volturi-valide#919
King Bradley

Fhürer

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 77
DC : Non

MessageSujet: Re: Autopsie et alchimie   Sam 12 Mar 2016 - 22:42

Cela faisait déjà trop longtemps qu'il avait disparu et toujours aucune trace. Bradley jeta un regard furieux à l'homme qui faisait son rapport, tapotant des doigts sur l'accoudoir, très agacé. Le soldat dû ressentir sa fureur car il s'empressa de filer dès que possible, une fois le rapport délivré. Tss... Scar leur filait entre les doigts, bougeant sans cesse, Madless ne risquait pas d'être retrouvé tout de suite. Ce pur imbécile ne devait même pas avoir conscience qu'il avait été enlevé ! Même Pride ne parvenait pas à lui remettre la main dessus pour le moment, il parcourait le Nord en tous sens depuis des jours, fouillant les mines et grottes pour tenter de retrouver leur homme. Et rien à faire... Le regard du Président était bien sombre, alors qu'il réfléchissait à un nouveau stratagème. Ils ne pouvaient exclure l'idée que Scar en sache bien plus que ce qu'ils supposaient et ne garde Madless en vie et à l'écart que pour contrecarrer leurs plans et fouiller dans sa mémoire pour trouver d'autres informations. S'il avait découvert quelque chose, alors il devenait encore plus urgent de l'éliminer. Se levant, il écrivit rapidement un message à faire transmettre à Pride, par l’intermédiaire de Gluttony.

Son frère était parti depuis quelques minutes lorsqu'on frappa de nouveau à son bureau. Un de ses subordonnés entra et se mit au garde-à-vous, annonçant qu'ils avaient capturé l'enfant ayant été vu à plusieurs reprises en compagnie de Scar, dans les bas-fonds de Central. Très bien. Le Président ordonna qu'on l'emmène dans une salle d'interrogatoire avant de quitter son bureau, marchant à grands pas dans les couloirs, avant d'emprunter les longs escaliers. Il descendit dans les sous-sols, entrant ensuite dans la salle où se déroulait l'autopsie d'un de leurs alchimistes d'Etat. Les personnes présentes le saluèrent aussitôt, au garde-à-vous, avant de reprendre leur travail. Bradley ne parla pas tout de suite, jetant un très long regard au corps en train d'être découpé et examiné par le médecin légiste. Lui aussi aurait pu servir, il était vraiment frustrant de voir des ingrédients potentiels terminer dans cet état. Père était furieux, ce qui était parfaitement compréhensible. Tout cela par la faute de cet Ishbal... Le Président lança au lieutenant-colonel, d'un ton neutre et posé, de se rendre ensuite dans la salle d'interrogatoire numéro douze. il rendra compte de l'interrogatoire et fera un compte-rendu. Debout près du corps, il pinça les lèvres, secouant légèrement la tête.

– Dois-je m'y rendre tout de suite, votre Excellence, ou après cette autopsie ?

– Après, bien entendu. Poursuivez votre travail.

S'écartant avec le général Raven, il lui annonça qu'il avait fait déployer d'autres forces au Nord pour traquer Scar. Son subordonné hocha la tête, l'air grave, avant de retourner surveiller l'autopsie. Revelt ne ressemblait plus à rien, maintenant, son sang se mêlait à l'eau ruisselant sur la salle puis au sol, dans les bassines, coulant sur le métal froid de la table d'opération. Un tas de chair transpercé. Quel gâchis, ce type aurait pu faire une très bonne pièce de secours, il était assez doué, tout en étant assez manipulable et docile pour être poussé à commettre le grand interdit sans même le réaliser. Les humains étaient si fragiles, mourant au moindre choc, faibles et geignards, une race qui ne méritait rien, n'avait droit à rien, une race fragile et sans aucune valeur, sinon celle de leur servir de matière première, dans le gigantesque plan de Père. Une fois l'autopsie terminée, il repartit avec le lieutenant-colonel pour la salle d'interrogatoire. Un gamin de quinze ou seize ans était sanglé à une chaise, les yeux bandés, encadré par trois soldats qui attendaient au garde-à-vous. Le Président fit signe qu'on lui enlève le bandeau, debout, les mains dans le dos, lançant un regard empli de mépris au jeune homme dont le regard sanglant était plein de haine.

– Des témoins t'ont aperçu à plusieurs reprises en compagnie du criminel nommé Scar, énonça froidement le chef de l'armée. De quelle façon l'as-tu aidé à retrouver ses victimes à Central ? Et à échapper à l'armée ?

Le gosse serra les dents, sans répondre. Prévisible. Le garde à côté de lui le frappa directement en pleine mâchoire, lui arrachant un cri de douleur et lui faisant cracher un peu de sang, ainsi qu'un morceau de dent cassé. Impassible, Bradley répéta sa question. Le gamin tremblait, à présent, secouant la tête en répondant qu'il ne dira rien, il ne trahira pas son peuple. Courageux. Las, il en restait presque rien de son peuple et personne ici n'aura de pitié, qu'il soit jeune ou non. Il était Ishbal et n'allait donc que vers la mort. Réalisait-il seulement qu'il ne quittera pas cette pièce vivant ? Le Président le lui dit très clairement, comme il semblait ne pas le comprendre.

– Si tu parles vite, au moins pourras-tu mourir vite. A toi de voir quelle douleur tu pourras supporter avant de parler.

Le gosse les regarda, blêmissant de plus en plus, puis fini par baisser la tête, avouant enfin tout d'une voix brisée. Le lieutenant-colonel prenait des notes, reportant le "témoignage" fidèlement. Lorsque le gamin eut déballé son sac, le second soldat près de lui sortit son arme puis lui tira une balle en pleine nuque. Le corps tressauta avec violence puis retomba contre la chaise, flasque et sans vie, retenu uniquement par les sangles. Bradley fit signe qu'on s'en débarrasse et qu'on nettoie le sang qui avait coulé sur la chaise et au sol. Voilà qui était fait, cela fera un déchet de moins dans ce pays. C'est fou le nombre de rats pouvant pulluler dans Central, un bon nettoyage ne ferait aucun mal, il nota mentalement de penser à monter une opération pour décrasser la ville et les alentours, à commencer par les nombreux bidonvilles.

– Une autre enquête vous attend, lieutenant-colonel, ajouta-t-il en se tournant vers le soldat. Il y a encore, par malheur, des militaires dévoués à la cause Ishbale, dans nos rangs. Je vous charge de les retrouver, tous, et les faire arrêter. Nous verrons la suite en jugement. Montez votre équipe comme vous le voulez, peu m'importe. Des questions ?


Revenir en haut Aller en bas
Maes Hughes

Lieutenant-colonel

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 227
DC : Non

MessageSujet: Re: Autopsie et alchimie   Jeu 24 Mar 2016 - 16:56

– Après, bien entendu. Poursuivez votre travail.

Entendu. Le lieutenant-colonel hocha la tête, continuant ce qu'il avait entrepris. On en apprenait peu à peu plus, selon la dissection de l'alchimiste, dont le corps réchauffé donnait l'illusion qu'il était mort depuis quelques minutes à peine. Le cadavre était dans un si piteux état que Maes se demandait bien comment les pompes funèbres allaient pouvoir s'y prendre pour le rendre en meilleur état à la famille. Pauvre type, tout de même... Un scientifique qui ne se faisait jamais remarquer, très peu risque-tout, il s'était fait assassiner d'une façon si horrible. Lorsque l'autopsie toucha à sa fin, il mit en ordre ses affaires avant de suivre le Président à une salle d'interrogatoire. Il sentait une ambiance assez électrique, Central était à vif, en ce moment. Un malaise ambiant planait dans l'air, il pouvait le sentir, comme si un drame se préparait. Sans doute était-il paranoïaque... Entrant dans la salle, refermant derrière lui, il vit un enfant, un jeune adolescent, lié à une chaise et les yeux bandés, encadrés par trois soldats. On lui enleva le bandeau, dévoilant un regard carmin rempli de haine. Le lieutenant-colonel se tint coi, prêt à prendre des notes, tâchant d'être professionnel et détaché de la situation. Un soldat ne devait pas s'émouvoir, dans ce genre de situation, même si la cible était un enfant.

– Des témoins t'ont aperçu à plusieurs reprises en compagnie du criminel nommé Scar, énonça froidement le chef de l'armée. De quelle façon l'as-tu aidé à retrouver ses victimes à Central ? Et à échapper à l'armée ?

Le gamin ne répondra pas... Il ne voudra pas trahir son propre peuple ou ce qu'il en restait. Le garde à côté de lui croisa le regard du Président puis frappa leur prisonnier directement à la mâchoire, le faisant crier de douleur et cracher un peu de sang. *Réponds...* songea Maes, tout en restant parfaitement impassible. *Réponds, ça ne sert à rien de résister, de toute façon, il n'aura aucune pitié.* Le gamin refusa à nouveau de répondre, affirmant de refuser trahir son peuple. Et bien entendu, Bradley lui répondit qu'il ne sortira pas d'ici vivant. Maes baissa un peu la tête tout en continuant de retranscrire ce qu'il voyait et entendait, écrivant très vite par la force de l'habitude. Il préférait de loin se plonger dans cette tâche pour ne pas voir l'air du gamin, sa terreur, peut-être même incompréhension, comment accepter qu'on pouvait laisser sa vie dans quelques minutes ? Comment appréhender cela ? Il y avait une très nette différence en évoluant sur un champ de bataille en étant conscient qu'on pouvait y rester n'importe quand et savoir qu'on allait vous exécuter.

– Si tu parles vite, au moins pourras-tu mourir vite. A toi de voir quelle douleur tu pourras supporter avant de parler.

Le petit perdit absolument toute couleur, sur son visage, avouant tout dans la foulée. Hughes prit des notes, indiquant le lieux des différentes rencontres, les paroles échangées entre Scar et cet enfant, ce qu'il avait pour aider le meurtrier, quelles indications sur les mouvements de l'armée lui avait-il fourni et d'autres informations, comment il l'avait soigné. Il parlait assez vite et à voix basse, d'une voix étranglée. Lorsqu'il eut terminé, il y eut un très bref moment de lourd silence, puis un autre des gardes sortit son arme et lui mit une balle en pleine nuque. La détonation retentit avec force dans la salle. Le corps fut détaché puis basculé sur une petite civière avant d'être recouvert d'un drap couleur sable, pour être envoyé à la morgue. Le troisième soldat prit un chiffon pour nettoyer le sang qui avait coulé, alors que la pièce s'était déjà remplie d'une odeur âcre et lourde. Il connaissait si bien l'odeur du sang, désormais.

– Une autre enquête vous attend, lieutenant-colonel, ajouta-t-il en se tournant vers le soldat. Il y a encore, par malheur, des militaires dévoués à la cause Ishbale, dans nos rangs. Je vous charge de les retrouver, tous, et les faire arrêter. Nous verrons la suite en jugement. Montez votre équipe comme vous le voulez, peu m'importe. Des questions ?

– Oui, comment s'y prendre au cas où les personnes suspectées sont... d'assez haut rang ? Se risqua-t-il. Dois-vous en référer directement ? Je ne souhaite pas créer des dissensions au sein de l'armée s'il faut mener des interrogatoires. Je souhaite connaître la procédure à suivre dans ce genre de cas.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t261-demetri-volturi-valide#919
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Autopsie et alchimie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Autopsie et alchimie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Art Tatum Autopsie d'un Piano
» Quelle alchimie?
» Présidentielle en RDC : autopsie d'un fiasco par Christophe Boisbouvier
» Alchimie, réussite ou fumble?
» La meilleure alchimie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Région de Central :: Ceinture du Noyau :: Quartier Général de Central :: Sous-sols-
Sauter vers: