Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Discussion privée entre frères

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Discussion privée entre frères   Sam 16 Fév 2013 - 12:39

Il avait à peine terminé sa phrase que Caïus avait bondi de son siège et s'était mis dans le dos d'Alec avant de l'attraper par le cou. Aro s'apprêtait à lui lancer une remarque acide lorsque son frère lui fit comprendre qu'il ne ferait rien de mal au jeune garde. Aro croisa les bras, agacé. Caïus dans toute sa splendeur. Il réagissait toujours suivant son instinct et ses émotions. S'en était parfois lassant. Aro ne comptait même plus le nombre de fois, depuis qu'il le connaissait, où il avait dû lui demander de se calmer un peu. Mais c'était Caïus, on ne le changera pas. Il se souvenait, lors de leur toute première rencontre sur ce champs de bataille, qu'il possédait déjà ce tempérament colérique et cette rage. Sa rage contre la détermination d'Aro. C'était un magnifique combat, terminé par un match nul. Étrange qu'il en soit sorti une relation fraternelle quand on y pensait bien. Il avait tissé ses liens avec Caïus par la guerre et le combat. Et eux deux avaient tissés leurs liens avec Marcus car il leur avait sauvé la vie en les soignant si bien alors qu'ils étaient aux portes de la mort. Ses petits frères...

Caïus : « - J'ai cru entendre ces derniers jours un certain manques de politesse te concernant ... Je ne le supporte plus gamin ! Maintenant c'est simple, soit tu deviens un chien chien bien docile. Soit je t'arrache un doigt par rébellion et je torture ta soeur pour le plaisir ! Je ne comprends pas la patience de mon frère, mais c'est grâce à lui que tu es encore en vie et que tu peux encore voir ta soeur ! Alors calme toi maintenant ... Je ne supporterais pas que tu te rebelles encore contre un de mes frères !»

Sentiment partagé, Caïus, bien qu'il ne s'en doute sûrement pas. Il n'avait pas vraiment tord, mais si ce genre de méthode fonctionnait avec Jane, ce n'était pas le cas avec son jumeau. On ne tenait pas Alec par la douleur et la violence, mais par la peur, et en le faisant culpabiliser. Caïus le relâcha brutalement et se dirigea vers la sortie. Aro le suivit du regard, lèvres pincées. Bon. Il était temps de discuter calmement et tranquillement, juste lui et Caïus.

Caïus : « - Bravo pour ta mission Alec, tu reprends ta place dans la garde ! »

Il s'en fut dans l'escalier menant à leurs appartements. Aro retint un soupir puis attrapa Alec par le poignet. Il le lâcha dans le jardin où Marcus était toujours en train de dorloter ses fichues roses.

- Surveille-le, je t'envoie Jane aussi.

Il remonta les étages, et poussa l'immense porte de leurs appartements privés. Caïus était là, près de la cheminée allumée malgré la chaleur ambiante. Aro lui jeta un coup d'oeil explicite puis libéra Jane avant de lui dire qu'elle devait rejoindre Alec dans les jardins, où se trouvait Marcus. Il referma soigneusement la porte derrière elle puis revint près de son frère. Il lui prit la main pour savoir ce qu'il pensait vraiment. Son frère le respectait, mais il ne comprenait pas son attitude avec les jumeaux. En gros, il le trouvait trop tendre, même s'il se rangerait à ses choix en fin de compte. Aro le relâcha et secoua la tête.

- Tu me trouves "trop tendre", mon frère ? dit-il en croisant les bras. Trop tendre avec les jumeaux... Mon frère, pourquoi ais-je laissé Ludwig vivre selon toi ? Quelle a été sa mission ? Pourquoi nous être déplacés à White Swan ? Quel intérêt de les avoir séparés ? Jane nous est complètement revenue à présent, et c'est d'ailleurs pour ça que je l'ai faite boucler ici quelques temps. Un garde traumatisé ne nous sera d'aucune utilité.
Revenir en haut Aller en bas
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1361
DC : Nop

MessageSujet: Re: Discussion privée entre frères   Lun 25 Fév 2013 - 15:34

L'attitude que venait d'avoir Caïus n'était pas très intelligente. A chaque fois qu'il se laissait aller à un de ses sauts d'humeur, il se retrouvait dans la seconde qui suivait avec un de ses frères sur le dos. Mais le mioche avait encore une fois dépassé les limites ... Pourquoi Aro était-il si clément avec lui, si tendre ? Que mijotait donc son frère ? Ce n'était pas dans l'habitude de Caïus de remettre en question les choix du chef légitime du clan. Cependant, ce dernier voulait comprendre. Il voulait comprendre le pourquoi du comportement actuel d'Aro qui n'était pas habituel.

Il ne fallut que quelques minutes pour qu'Aro rejoigne son frère dans leurs appartements. Ce dernier prit soin de congédier Jane. Ce n'était, en effet, par le moment de lui montrer ce genre de choses. Pas que les disputes au sein des Volturis étaient un tabou que personne n'osait outrepasser. Mais plutôt que Caïus tenait encore et toujours à préserver son image de dur, de méchant, de tortionnaire. Et, le trentenaire le savait bien, les engueulades avec Aro finissait toujours par la victoire de ce dernier. Caïus aimait trop son frère pour ne pas aller dans sa direction. La seule justice après tout n'était autre que la survie du clan des Italiens. Survie qui nécessitait leurs régulières incursions dans la vie de tous les immortels du monde.

Le rite habituel de leurs rencontres eut lieu. Aro prit la main de son frère pour savoir ce qu'il pensait au plus profond de son coeur. Puis après un petit moment de silence, le chef des Italiens ouvrit la bouche et commença son habituel sermon. En trois mille ans d'histoire Caïus n'avait jamais apprécié ces moments. Il savait très bien qu'Aro obtiendrait de lui tout ce qu'il désire. Mais tel était le lien qui les unissait

Aro : « - Tu me trouves "trop tendre", mon frère ? Trop tendre avec les jumeaux... Mon frère, pourquoi ais-je laissé Ludwig vivre selon toi ? Quelle a été sa mission ? Pourquoi nous être déplacés à White Swan ? Quel intérêt de les avoir séparés ? Jane nous est complètement revenue à présent, et c'est d'ailleurs pour ça que je l'ai faite boucler ici quelques temps. Un garde traumatisé ne nous sera d'aucune utilité. »

Caïus écouta patiemment le discourt de son ainé dans le clan. Puis après un long moment de silence, il se retourna, arpenta la pièce en long et en large, cherchant ses mots pour sa réponse. Les pesants comme pour vérifier qu'il était tous assez puissant pour faire comprendre son sentiment à son frère, sans pour autant lui manquer de respect.

Caïus : « - Disons cher frère, que j'ai du mal à accepter la façon dont les jumeaux osent nous adressez, ou plutôt, osent t'adresser la parole. Mon coeur bouillonne à chaque insubordination qu'ils commettent. Je comprends ton but, mais je ne comprends pas les méthodes mon frère. Jane nous est certes revenu, mais son frère reviendra-t-il un jour ? Comment faire comprendre à ce petit morveux que nous ne tolérons plus ses manques de respect plus que régulier ? Pour autant, si c'est ton désir, je me calmerai

Caïus continua son va et vient, c'était une des rares méthodes qui lui permettait de se calmer, de se détendre. Alec avait vraiment franchit un cap, il avait réussi à mettre le chef de la garde dans un état second de transe, de colère que ce dernier n'avait que très rarement. Comment un petit mioche de cette envergure avait pu se permettre de répondre de cette manière aux seigneurs de ce monde ? Tenait-il encore à la vie ? Quelle torture lui infliger pour le calmer ? Toutes ces questions traversaient en même temps l'esprit du vieux Volturi ... Caïus savait cependant que son frère, Aro, ne le laisserait pas faire. Il avait déjà été trop loin ... Et comme ce dernier venait de lui rappeler, un garde traumatisé n'était plus efficace et donc devenait inutile. Mais enfin, l'italien se prit à imaginer une possibilité de torture quand même, sait-on, si jamais Alec allait encore trop loin, peut-être qu'Aro accepterait enfin de laisser son frère passé ses nerfs sur ce dernier.



Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Discussion privée entre frères   Mer 27 Fév 2013 - 11:23

Une fois n'est pas coutume, Caïus prit le temps de l'écouter lorsqu'il parla, ce qui, il devait bien l'avouer, surprit le chef du clan. Il était rare que Caïus prête attention à ce qu'il lui disait, même si Aro savait que son frère l'aimait et le respectait. Mais il était assez impulsif et colérique, peu de choses pouvant véritablement l'apaiser. Combien de fois Aro s'était-il risqué à l'exercice, calmer son frère, en bataillant dur à chaque fois pour réussir ? Il n'en avait aucune idée. Caïus se mit à faire des vas-et-vient dans la pièce, clairement exaspéré. Aro croisa les bras, patient. Il s'agissait presque d'un rituel, et il savait que son frère n'allait pas tarder à lui répondre.

Cela ne tarda pas. après Jane, c'était à présent Alec qui était en ligne de mire du vieux soldat. Caïus ne comprenait pas les méthodes d'Aro vis-à-vis des jumeaux, et se posait des questions sur Alec. Effectivement, cela posait un léger problème, surtout au vu des évènements récents. Mais lorsque son frère lui dit qu'il allait se calmer, Aro retint un sourire, persuadé qu'il ne lui disait ça que pour lui faire plaisir. Le jour où son frère se calmera aussi vite, ils seront tous redevenus humains. Il laissa son petit frère continuer à s'agiter dans la pièce, réfléchissant un instant.


- Le problème est déjà réglé à moitié, vu que tu as réussi à complètement terroriser Jane. Quand à son frère... Il ne s'est fait à sa vie ici que parce que sa soeur était heureuse. Il suffit de le persuader qu'elle l'est à nouveau et il se tiendra tranquille. C'est pour ça, mon frère, que j'ai fait intervenir Sulpicia. Alec redeviendra comme avant s'il voit que sa soeur est bien ici. Ça a toujours fonctionné comme cela... En tenir un fait plier l'autre, et tu le sais. Ce n'est même plus un problème à mes yeux.

Il s'interrompit un instant, considérant son frère. Il n'avait pas envie de crier, ce n'était pas son genre, mais il fallait absolument que Caïus comprenne tout de même. qu'il sache ce qu'Aro était capable de faire pour protéger et mener son clan. Il plissa les yeux, réfléchissant. Puis s'avança, arrêta son frère dans ses déambulations rageuses, et lui posa une main sur l'épaule, le regardant bien en face.

- Caïus, tu n'as pas à penser que je ne fais pas du tout pour notre clan. Sans vouloir vous dénigrer, j'en reste le véritable chef. Et je peux t'assurer que ma première priorité est d'assurer un avenir à notre clan et d'en augmenter sa puissance. C'est pour ça que je garde les jumeaux en vie et les attache à nouveau. C'est pour ça que je tiens à ce que chacun des gardes s'améliorent, encore et toujours. Je peux tout faire, à partir du moment où cela nous protège et renforce notre puissance. Tout, Caïus, tu m'as compris ? Même si cela implique... un certain déchirement.

Il relâcha son frère et recula d'un pas. Il continuait à le fixer droit dans les yeux, espérant qu'il comprendrait le message.

- Que sais-tu de ma petite soeur ? Que sais-tu de l'accident qui a coûté la vie à Didyme ?
Revenir en haut Aller en bas
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1361
DC : Nop

MessageSujet: Re: Discussion privée entre frères   Mer 6 Mar 2013 - 17:02

Les paroles que venait de proférer Aro était on ne peut plus claire. Caïus venait de comprendre la connerie qu'il avait faite. Il avait osé douter de son frère. Il avait osé le remettre en question ... Comment avait-il pu faire une chose pareile. Cela faisait pourtant trois mille ans qu'une relation toute particulière unissait les trois Volturi. Cette dernière n'avait fait qu'augmenter au fur et à mesure des années. Toutes les évènements qu'ils avaient traversé ensemble n'avait fait que renforcer leurs liens ... Et surtout un évènement en particulier ... Didyme ...

Aro : « - Que sais-tu de ma petite soeur ? Que sais-tu de l'accident qui a coûté la vie à Didyme ? »

Pourquoi Aro remettait justement ce sujet sur la table ... Le plus jeune des trois Volturi ne comprenait pas. Il savait très bien que la mort de cette dernière avait causé un grand traumatisme dans le clan italien. La mort de la soeur d'Aro, de l'épouse de Marcus, avait unit les frères. En effet, Marcus qui était sur le point de quitter le clan à cette époque était resté parmi eux. Le décès de Didyme les avaient unit encore plus que n'importe quelle autre épreuve ... Mais pourquoi Aro remettait cela sur le terrain. Qu'avait donc fait Caïus pour pousser le chef de leur clan à parler de ce sujet devenu tabou dans le temps.

L'évocation de ce nom amena une pointe de tristesse dans le coeur du benjamin du clan. Pas qu'il avait éprouvé un quelconque sentiment envers sa belle-soeur. Mais cette histoire avait profondément bouleversé le clan italien. Aussi, il était illogique qu'Aro remette ça sur la table à moins que ... Le cerveau de Caïus venait de se remettre à fonctionner, à faire les liaisons, les connections entre les paroles de son frère et l'histoire. Il avait peur de comprendre le pourquoi de la question d'Aro. Il avait peur d'entendre la suite de cette conversation. Mais pourtant, il le fallait. Comprendre la volonté de son ainé lui permettrait peut-être de comprendre la colère de son ainé, de son chef.

Caïus : « Je n'en sais pas grand-chose. Que ce que tu as voulu nous raconter. Je sais que tu ressentais de l'amour pour elle, moins que pour Marcus ou moi-même. Je ne sais rien d'autre mon frère. Pourquoi cela ? Aurais-tu eu une nouvelle information ? Aurais-tu une confidence à me faire que Marcus ne pourrait entendre ? Après tout, tu nous en aurais parlé à nous deux si tu pensais notre frère apte à entendre ces propos. »

Aro avait réussi à ouvrir la curiosité de son frère. Il avait réussi à chasser la colère du coeur de ce dernier. Il avait réussi à lui faire sortir de l'esprit sa rancoeur envers Jane, envers Alec, envers les gardes ... Le Volturi était touché de l'attention que lui prêtait son frère, de la confiance qu'il lui donnait.

Caïus : « - Mon frère parle moi ! Tu connais mon amour, mon respect pour toi ! Tu sais que quoi que tu as appris. Même la pire des horreurs du monde ne pourra entacher mon respect, ma fidélité à ton égard. Je n'ai qu'un désir, c'est de te servir et tu le sais ! »

Caïus tendit sa main vers son frère pour lui prouver sa bonne foi. Puis il patienta.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Discussion privée entre frères   Jeu 7 Mar 2013 - 12:06

Le chef du clan patientait, alors que son frère cherchait visiblement à comprendre quel besoin avait-il de remettre un tel sujet sur le tapis, sujet qui n'avait, au premier abord, rien à voir avec la conversation en cours. Mi-amusé, mi-agacé, Aro attendait que son frère réfléchisse et fasse les liens entre les évènements. Pourquoi parler de Didyme, en effet ? Que venait-elle faire dans cette conversation ? Qu'est-ce que sa mort pouvait bien à voir avec la façon dont Aro menait ses affaires ? D'autant plus que Didyme était devenue un sujet tabou avec les siècles, en partie pour ne pas rappeler de souvenirs douloureux à Marcus, en partie parce que personne n'osait évoquer sa mort mystérieuse.

Aro se souvenait très bien de ces moments. Du moment où il était revenu et avait dû annoncer, avec le plus de douceur possible, que sa petite soeur était décédée. Il avait passé des heures et des heures auprès de Marcus, à lui parler, le soutenir, le réconforter. Marcus qui s'était lentement enfoncé dans une apathie dont il n'était plus jamais ressorti. Il avait parfois des éclats de réveil, de lucidité, mais c'était si rares. L'image de Didyme lui revint en mémoire. Elle lui avait toujours beaucoup ressemblé, et avait eu la même vitalité que lui, le même enthousiasme. Une image d'innocence et de pureté. Elle n'aimait guère les manoeuvres de combat et de pouvoir, contrairement à lui. Elle préférait s'occuper de sa propre vie et du bonheur de ceux qu'elle aimait plutôt que de chercher à faire prospérer leur clan. Ils avaient unis sur le caractère, mais jusqu'à un certain point seulement.


Caïus : « Je n'en sais pas grand-chose. Que ce que tu as voulu nous raconter. Je sais que tu ressentais de l'amour pour elle, moins que pour Marcus ou moi-même. Je ne sais rien d'autre mon frère. Pourquoi cela ? Aurais-tu eu une nouvelle information ? Aurais-tu une confidence à me faire que Marcus ne pourrait entendre ? Après tout, tu nous en aurais parlé à nous deux si tu pensais notre frère apte à entendre ces propos. »

Exact, Caïus. Leur frère n'avait nullement besoin d'entendre cette conversation. Il ne comprendrait pas, et cela ne servait à rien de lui infliger de nouvelles tortures. Quoi qu'on en pense, Aro aimait véritablement ses frères, et était prêt à tout pour qu'ils restent près de lui. Mais Caïus ne semblait pas encore avoir compris où il voulait en venir, malgré ce qui avait été dit précédemment. Ce qui était sans doute naturel après tout.

Caïus : « - Mon frère parle moi ! Tu connais mon amour, mon respect pour toi ! Tu sais que quoi que tu as appris, même la pire des horreurs du monde ne pourra entacher mon respect, ma fidélité à ton égard. Je n'ai qu'un désir, c'est de te servir et tu le sais ! »

Il lui tendit sa main. Aro s'en empara, contact familier qui lui délivra toutes ses pensées, ses sentiments, ses émotions. Il relâcha Caïus et le fixa droit dans les yeux, silencieux pour le moment. Son visage se durcit alors, et un éclat passa dans ses yeux. Il pensait Caïus prêt à entendre ce qu'il allait lui révéler. Mais il restait une éventualité, un risque qu'il ne comprenne pas. Aro espérait que cela n'arrive pas, car dans ce cas-là, il se verrait obligé d'appliquer certaines mesures. Tout était déjà prêt. Il avait pris soin de tout mettre en place avant le début de leur conversation.

- Ce n'est pas un élément nouveau que j'ai appris, Caïus. Juste une chose que je suis resté le seul à savoir jusqu'ici. Il faut que tu saches que je suis prêt à tout lorsqu'il s'agit de protéger les intérêts de notre clan. A TOUT, Caïus ! A l'époque, Marcus était prêt à nous quitter... Ce qui nous aurait affaiblis et sans doute, à long terme, détruits. Didyme n'est pas morte dans un accident, mon frère.

Il eut un sourire très noir, puis murmura :

- C'est moi qui l'ait tué.
Revenir en haut Aller en bas
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1361
DC : Nop

MessageSujet: Re: Discussion privée entre frères   Jeu 7 Mar 2013 - 14:18

Aro : - C'est moi qui l'ait tué.

Ces mots que venait de prononcer Aro, ces mots qui venaient de sortir de la bouche du premier de tous les Volturi furent comme un poignard que l'on plantait dans le coeur du jeune Caïus. Comment ? Pourquoi ? Marcus ... Le Volturi recommença ses vas et viens, ses allers retours, signe, chez lui, d'une grande nervosité. Le plus jeune des trois frères refaisait les connections des différents évènements. Tout s'éclairait, les parts d'obscurité qui régnaient encore dans leurs histoires devenaient d'un coup des rues éclairées.

Aro avait tué sa soeur. Il avait mis fin aux jours de Didyme. C'était lui le responsable de l'état végétatif de leur frère. Caïus comprenait de mieux en mieux la logique de son frère. Il comprenait jusqu'où ce dernier était capable d'aller pour sauver le clan, pour construire le clan, pour guider le clan. Aro était le plus calculateur de tous les vampires. Il n'avait pas hésité à sacrifier sa soeur par amour de ses frères, par amour de son clan. Caïus ne pouvait lui en vouloir, il ne pouvait s'énerver à cette nouvelle qui venait de tomber. S'il avait été à la place de son frère il aurait fait de même. Dans la construction d'un clan, le sacrifice est nécessaire. Pour qu'un arbre devienne resplendissant, il faut en élaguer les branches qui pourrissent, qui ruine sa beauté. Et c'est cela qu'Aro avait fait en sacrifiant sa propre soeur. Il l'avait fait pour « le plus grand bien » du clan Volturi, non, pour le « plus grand bien » de sa propre famille, de ses frères.

Un rire noir parcourut alors la bouche de Caïus, un rire si puissant que ce dernier pouvait s'entendre dans toutes les pièces du château, dans tous les recoins de Volterra. Il venait de comprendre que son frère était capable de tout comme lui, que son frère était aussi fou que lui ! Qu'Aro n'avait qu'un désir, qu'une idée, qu'un but, la prospérité de leurs familles. Toutes les rancoeurs que le jeune frère pouvait avoir envers son aîné venaient de disparaitre. Une fierté s'insinua alors au plus profond de son coeur, un élan d'amour, de respect, de fidélité envers Aro. Aujourd'hui venait de ce sceller un lien entre les deux vampires que rien ne pourrait détruire, un lien qui renforcerait la puissance du clan, de la famille qu'il composait ! La seule justice allait être appliquée et cela ne pouvait que réjouir Caïus.

Caïus : - Mon frère, je comprends. Je ne peux te dire avec des mots ce que je ressens ! Prend ma main et scellons notre amour l'un pour l'autre. Prend ma main et comprend que tu viens d'acquérir en moi-même ton plus fidèle serviteur ! Mon frère, merci pour cet acte, merci pour ce sacrifice que tu as consentit pour notre famille ! Sois bénis mon frère ! Ma vie est tienne pour toujours !

Un feu venait de s'allumer au plus profond de son coeur, un feu dévorant de respect, de soumission au seul chef du clan Volturi. Caïus tendit sa main vers ce dernier et patienta tranquillement.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Discussion privée entre frères   Jeu 7 Mar 2013 - 17:20

Les roses étaient épanouies et éclatantes en cette période de l'année. Il en effleura une du bout des doigts, indifférent au soleil qui illuminait sa peau pâle et poudreuse. Il aimait les jardins et leur atmosphère paisible. Une atmosphère douce qui s'interrompit brusquement par un hurlement de douleur. Il tourna vaguement la tête. Visiblement, Démétri n'avait pas réussi à parler à Jane comme il l'aurait voulu... Il retourna à ses fleurs, indifférent. Jane revint se jeter dans les bras de son frère et il eut un tendre sourire. Bah, ce n'était que des enfants. Ils redeviendront comme avant, il en était persuadé. Ne serait-ce que grâce à Sulpicia.

Il rappela les jumeaux auprès de lui et les incita à le suivre. Il allait les ramener là-haut. Avec Sulpicia. Cette femme était la seule personne au monde, selon lui, à être capable de ramener les jumeaux à eux. Il les laissa à eux, puis descendit lentement l'escalier. Caïus avait complètement dévasté l'appartement et lui avait même brisé son vase favori. L'écho d'une conversation vint à lui. Aro et Caïus.

Aro : "- Ce n'est pas un élément nouveau que j'ai appris, Caïus. Juste une chose que je suis resté le seul à savoir jusqu'ici. Il faut que tu saches que je suis prêt à tout lorsqu'il s'agit de protéger les intérêts de notre clan. A TOUT, Caïus ! A l'époque, Marcus était prêt à nous quitter... Ce qui nous aurait affaiblis et sans doute, à long terme, détruits. Didyme n'est pas morte dans un accident, mon frère."

Marcus blêmit et se figea complètement. Il s'approcha de la pièce où se trouvaient ses frères. Pourquoi parler de ça ? Didyme... Didyme... Ne serait pas morte dans un accident ? Qu'est-ce que ça voulait dire ? Qu'est-ce qu'Aro voulait dire ? Il avait terriblement peur d'entendre la suite, peur de comprendre, peur de savoir... Il s'approcha encore. Il avait peur. Il ne voulait pas entendre. Il s'approcha malgré lui.

Aro : "- C'est moi qui l'ait tué."

Marcus devint encore plus pâle qu'un cadavre. Non. Non. Il n'avait pas entendu ça ! Il ne l'avait pas entendu. Il ne l'avait pas entendu. Il ne l'avait pas entendu... Non. Il mit ses deux mains sur son visage. Non. Aro n'avait pas PU dire ça ! Non. Non... Non, non. Il avait l'impression que son monde s'écroulait une seconde fois. Il perdait pied. Aro avait... Il avait... Tué... Non. C'était impossible. Non. Tué... Didyme... Sa propre soeur... Non. Il avait mal entendu. Non. Non. Non.

Caïus : "- Mon frère, je comprends. Je ne peux te dire avec des mots ce que je ressens ! Prend ma main et scellons notre amour l'un pour l'autre. Prend ma main et comprend que tu viens d'acquérir en moi-même ton plus fidèle serviteur ! Mon frère, merci pour cet acte, merci pour ce sacrifice que tu as consentit pour notre famille ! Sois bénis mon frère ! Ma vie est tienne pour toujours !"

Marcus sursauta et se redressa brutalement. Merci ? MERCI POUR CE SACRIFICE ?! Sans prendre la peine de réfléchir ni quoi que ce soit d'autres, il entra en détruisant la porte, à la manière de son frère, et colla une gifle magistrale à Caïus avant de faire face à Aro.

- TOI ! hurla-t-il. Toi ! C'est TOI qui l'as tué ! TOI !

Il était si furieux que son cerveau était resté bloqué sur cette seule et unique pensée. Il refusait d'y croire, mais y était forcé. Il regardait Aro d'un air douloureux puis l'agrippa soudainement par les épaules, le visage tordu dans une expression de douleur la plus absolue.

- Aro... murmura-t-il.

Il le relâcha, puis s'en alla lentement. Il remonta dans ses propres appartements. S'assit sur un fauteuil près de la fenêtre. Plongea sa tête entre ses mains, les épaules secoués de tremblements nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1361
DC : Nop

MessageSujet: Re: Discussion privée entre frères   Jeu 7 Mar 2013 - 17:45

Marcus venait de débouler dans la pièce en utilisant une des entrées en scène favorite de leur plus jeune frère. Puis sans vraiment comprendre ce qui se passait le vieux croûton amorphe mit une claque à Caïus. Mit une claque à Caïus ? Mit une claque à Caïus ! Ce n'était pas possible, comment avait-il osé faire cela ? Comment avait-il osé ridiculiser son frère de cette manière ... La colère des derniers jours revint encore plus fortement dans le coeur du Volturi. C'était comme un poison qui s'insinuait dans les veines du tortionnaire des trois frères. Un poison qui allait le détruire littéralement s'il ne l'évacuait pas de la seule manière possible. Caïus devait aller s'expliquer avec son aîné, avec l'époux de Didyme.

Athenodora s'approcha alors de son mari pour le calmer, pour le faire revenir à la raison. Mais la crise de folie de ce dernier était telle qu'il fit voler son épouse à travers la pièce. Cette dernière n'avait pas le droit de se trouver sur son chemin. Cette dernière comprit alors qu'elle était allée trop loin, beaucoup trop loin.

Puis, il ne fallut que peu de temps à Caïus pour rejoindre son frère dans sa chambre en explosant de manière beaucoup plus violente que Marcus, la porte d'entrée et le mur de cette dernière. Autant dire qu'après les différentes crises de furie des dernières heures, l'appartement des trois frères ressemblait à un champ de bataille plus qu'à un diamant exposant la beauté du clan.

Caïus : - MARCUS ! COMMENT AS-TU OSE ? POURQUOI ? NE TIENS TU DONC PLUS A TA VIE ?

Cette fois, plus rien ne pourrait arrêter la folie meurtrière de Caïus. Ce dernier venait d'envoyer voler à travers la pièce les différents meubles, plantes, vase de la chambre de Marcus. Puis, il s'approcha de lui, posa sa main sur son épaule et leva le poing comme pour le frapper.

Caïus : - ARO N'AVAIT PAS LE CHOIX, IL DEVAIT ARRETER SA SŒUR QUI A FAILLIT TE FAIRE NOUS ABANDONNER !

Cette fois, plus rien n'allait pouvoir l'arrêter.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Discussion privée entre frères   Sam 9 Mar 2013 - 13:29

Caïus : - Mon frère, je comprends. Je ne peux te dire avec des mots ce que je ressens ! Prend ma main et scellons notre amour l'un pour l'autre. Prend ma main et comprend que tu viens d'acquérir en moi-même ton plus fidèle serviteur ! Mon frère, merci pour cet acte, merci pour ce sacrifice que tu as consentit pour notre famille ! Sois bénis mon frère ! Ma vie est tienne pour toujours !

Aro eut un fin sourire. Il savait que son frère si impulsif comprendrait son geste, il savait qu'il pourrait en voir, en admettre, la nécessité ! Il fallait le faire, pour leur famille, pour eux, pour leur clan, pour leur puissance ! Un sacrifice tout à fait nécessaire. Oh, bien sûr, Didyme ne l'avait pas compris avant de mourir. Il se souvenait être parti avec elle, à l'écart, assurant vouloir lui parler en privé de quelque chose de très important. Il s'en souvenait très bien. La nuit noire. Eux deux marchant à vitesse humaine. Didyme souriante et confiante en son grand frère. Son incompréhension lorsqu'il lui avait expliqué ses principes et ce qu'il fallait faire pour augmenter la puissance de leur famille. Elle lui avait reproché d'être trop ambitieux et avide de pouvoir. Puis le choc, lorsqu'il l'avait saisi à la gorge et murmuré qu'elle n'était plus qu'un obstacle pour lui, ni plus ni moins. Il l'avait tué sans l'ombre d'un remords ni d'une hésitation. Il avait tué celle qu'il avait aimé et protégé jusqu'ici, la seule famille biologique qui lui restait, car elle devenait une entrave...

Il allait répondre à Caïus lorsque le troisième frère du clan entra tout à coup dans la pièce en détruisant la porte. Aro ouvrit grand la bouche, et fut choqué lorsque Marcus colla une gifle magistrale à leur petit frère. Jamais, au grand jamais, Marcus n'avait frappé quelqu'un ainsi ! Jamais, d'ailleurs, il n'avait paru aussi éveillé, aussi vivant, aussi agité, même du temps où sa femme vivait encore. C'était comme s'il venait brusquement de recevoir une décharge électrique qui avait excité sa colère, le plongeant dans une crise semblable à celles que connaissaient les nouveaux-nés. Marcus se tourna vers lui, alors que Caïus était aussi choqué que son frère.


Marcus : - TOI ! hurla-t-il. Toi ! C'est TOI qui l'as tué ! TOI !

Il l'agrippa par les épaules, les yeux luisants de la souffrance la plus absolue. Sur le coup, le chef du clan ne sut pas quoi lui dire. Il ne s'était certainement pas attendu à ce que son frère débarque ainsi sans crier gare et plonge dans une crise de rage aussi violente. rage qui sembla soudain s'envoler, laissant place à un désespoir sans nom.

Marcus : - Aro... murmura-t-il.

Il le relâcha et s'en fut, suivit presque aussitôt par Caïus. Bon. Du calme. Tout cela allait se régler rapidement ! Il sortit à son tour puis commença par récupérer les deux gardes dont il avait besoin : Corin et Chelsea. Il leur donna rapidement ses ordres puis fila à la suite de ses frères. Visiblement, Caïus passait encore ses nerfs sur les meubles. Il eut un léger temps d'arrêt en constatant qu'il avait même frappé sa femme ! Il aida Athenodora à se relever et s'assura qu'elle allait bien. Sa propre épouse avait l'air terrifiée, serrant les jumeaux contre elle comme s'il s'agissait de ses propres enfants.

Caïus : - ARO N'AVAIT PAS LE CHOIX, IL DEVAIT ARRETER SA SŒUR QUI A FAILLIT TE FAIRE NOUS ABANDONNER !

Aro passa par-dessus les débris qui constituaient auparavant un mur et une porte, puis saisit le bras de son frère au vol avant de le tirer en arrière et de le poussa derrière lui, sans le lâcher. Il lui jeta un coup d'oeil acéré. A l'entrée des appartements, Corin et Chelsea se mettaient au travail comme il le leur avait demandé.

- Caïus, je m'en occupe. Toi, tu ferais mieux de t'excuser auprès d'Athenodora ! Tu n'as même pas honte de t'en prendre à elle ? En plus, tu fais aussi peur à Sulpicia, donc je te prie de te calmer...

Il le relâcha et lui fit signe de les laisser. Avant de se tourner vers Marcus et de lui parler à voix basse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Discussion privée entre frères   Dim 10 Mar 2013 - 22:18

Sulpicia avait réussi à toucher Jane et cette dernière était venue se blottir dans ses bras, s’accrochant à sa manche comme une enfant qui cherche le réconfort chez sa mère. Elle était attendrie par une telle réaction de cette petite si fragile et si distante, elle était heureuse de voir qu’elle n’était pas aussi bornée qu’elle en avait l’air et… En même temps, Sulpicia réalisait à quel point Jane avait été touchée par les récents évènements, à quel point elle était devenue fragile. Mais, maintenant, elle se laissait enfin aller d’après la réaction qu’elle venait d’avoir. C’était un bon début, non ? Sulpicia avait réussi à « décoincer » les jumeaux, à leur faire comprendre qu’elle n’était pas là pour leur faire du mal, mais seulement pour les aider pour ce qu’ils étaient en tant que personnes. Elle les respectait, les aimait et ne comptait pas les abandonner comme ils pensaient peut-être qu’elle le ferait. Sulpicia frotta donc le dos de Jane, tentant de la réconforter, sans parler. Un moment de calme, sans essayer de les convaincre. C’était bon et apaisant, en fin de compte. Dans ces moments-là, il n’y a pas besoin de mots pour exprimer ce que l’on ressent, un simple effleurement ou un simple regard suffisait à faire passer ce que l’on veut.

Mais soudain, Marcus déboula dans l’appartement, énervé et à bout de nerfs apparemment. Peu après lui, Caïus démolit une nouvelle fois la porte et fit sursauter Jane qui se réfugia totalement dans les bras de Sulpicia. Il hurlait, à présent. A nouveau. Mais ce n’était pas tout : Athenodora, qui avait tenté de le maîtriser, fit un vol plané à travers toute la pièce parce que son propre mari n’arrivait même pas à se calmer. Pathétique. Horrible, outrant, incroyable, complètement irrationnel. Aucun mot n’était assez puissant pour décrire la scène. Terrorisée, elle aussi, elle referma ses bras sur les jumeaux dans un réflexe maternel, comme pour les protéger de la « tornade » qui venait d’entrer. Il n’avait pas intérêt à les toucher, sans quoi, elle comptait bien lui parler et lui dire ses quatre vérités. Sulpicia venait de leur promettre indirectement de les protéger, elle n’allait pas trahir sa promesse, cet engagement et les décevoir à nouveau. Ils n’avaient pas confiance en Aro… Mais en elle, si, non ? Alors, elle pouvait bien faire cela pour eux. Mais voilà que Caïus hurlait de nouveau, effrayant davantage les jumeaux et Jane qui se cramponnait à Sulpicia même si elle était aussi intriguée qu’elle au sujet de ce dernier hurlement :

Caïus – ARO N'AVAIT PAS LE CHOIX, IL DEVAIT ARRETER SA SŒUR QUI A FAILLI TE FAIRE NOUS ABANDONNER !

Sa sœur ? Pardon ? Qu’est-ce que la sœur d’Aro avait à voir dans l’histoire ? Didyme était morte dans un accident, pourquoi cela aurait-il failli faire abandonner Marcus ? Peut-être avait-il voulu quitter le clan à cause d’une quelconque dépression et Aro n’en avait pas parlé pour ne pas inquiéter Sulpicia et Athenodora. Peut-être. Elle n’en savait rien et demanderait à son mari, il lui répondrait sans doute pour la rassurer, pour lui ôter le doute qui s’immisçait dans son esprit depuis quelques secondes. Mais ne pas penser à cela pour l’instant, ignorer ce détail et aller lui hurler dessus pour avoir osé terroriser Jane et Alec qu’elle avait plus ou moins réussi à calmer. Non, franchement, cette fois, Caïus dépassait les bornes, et de loin. Cependant, avant que Sulpicia ne décide de monter, Aro était entré dans la pièce pour aller parler à ses frères, et les calmer sûrement. Elle lui avait fait un signe de la tête pour lui montrer qu’elle supportait le choc, qu’elle allait bien et qu’ils parleraient plus tard. Pour l’instant, son état moral n’était pas le plus important. Après lui, Corin et Chelsea entrèrent dans l’appartement sur les ordres d’Aro, d’après ce qu’elle avait compris. Mais Sulpicia ne comptait pas en rester là, elle n’allait pas laisser Caïus terroriser les jumeaux plus longtemps. Peu importe le sujet de la discussion, elle en avait marre de ses sautes d’humeur. Se tournant vers les jumeaux, s’en détachant légèrement, elle leur dit :

Sulpicia – Restez ici, ne bougez pas. Il ne vous touchera plus, je vais aller lui toucher deux mots.

Sur ces mots, Sulpicia monta les escaliers, suivant de peu Aro, et entra dans la pièce d’où les voix montaient. Elle était énervée, oui, elle allait sûrement manquer de se faire frapper, aussi, mais tant pis. Cette fois, Caïus était allé trop loin et elle en avait marre qu’il réduise tout le travail effectué à néant. De plus, il venait de tout détruire… A nouveau ! Sulpicia n’avait pas l’habitude de s’énerver, peut-être allait-t-elle en surprendre plus d’un, mais tant pis. Ô diable l’image de mère douce, attachante et incapable de s’énerver. Aro lui avait confié une mission, elle devait calmer les jumeaux et leur montrer qu’ils étaient là pour eux. Et Caïus… Lui… Il venait tout anéantir ! Elle entra, ne prêtant presque aucune attention à la scène qui se déroulait, et dit sur un ton dur et ferme :

Sulpicia – Caïus, tu vas arrêter maintenant ! J’en ai marre de devoir tout recommencer à chaque fois. Les jumeaux étaient plus ou moins confiants, ils s’ouvraient, ils étaient un peu plus rassurés et, avec ta sale manie de tout détruire sur ton passage, avec ton self-control si peu élevé, tu réduis tout à néant ! Alors maintenant, ça suffit !
Revenir en haut Aller en bas
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1361
DC : Nop

MessageSujet: Re: Discussion privée entre frères   Lun 11 Mar 2013 - 9:13

Aro arriva alors rapidement dans les appartements des Volturi. Il fit sortir de la pièce Caïus l'invitant presque à aller voir sa femme. Mais pourquoi la voir elle ? Qu'avait-elle encore fait ? Il réfléchit deux secondes comme pour se remémorer les derniers évènements. D'après ses souvenirs le Volturi était encore entré dans une de ses rares crises de colère, crise dans lesquelles il ne se contrôlait plus. Il se rappela ses dernières actions. Il se rappela sa femme essayant de le calmer, sa femme volant à travers la pièce. Qui avait bien pu frapper d'une telle manière la personne que Caïus chérissait plus que tout, la personne qu'il aimait plus que lui-même ... Il n'y avait qu'une réponse à cette question. Une seule et unique réponse ... Lui ...

Comment avait-il osé faire cela, comment avait-il pu aller aussi loin ... Son épouse, celle qui avait tout fait pour lui, celle qui avait accepté cette vie cloîtré pour lui. Lorsque Caïus était avec ses gardes, il paraissait pour un tyran, un être maléfique à souhait, cependant en présence de sa femme, il en était autrement. Caïus était aimant, doux, tendre ... Comment avait-il pu oser s'en prendre à celle qui l'aimait plus que tout ? Comment ? Pourquoi ?

A peine, le Volturi avait-il fait un pas vers son épouse que la femme d'Aro lui adressa la parole. Cette garce ne tenait vraiment pas à sa vie ... Qui était-elle pour s'en prendre comme ça à un des trois frères. C'était bien la première fois que cette dernière osait prendre querelle à Caïus Volturi. Ce dernier passa à côté d'elle après son discours et tout en se tournant vers sa femme, il lui dit :

Caïus : - Ne confond pas privilège des épouses et folie Sulpicia. Tu es certes l'épouse de mon frère, tu es certes protégé par cela. Pour autant, ne t'avise plus jamais de critiquer une de mes actions, une de mes méthodes ! Je ne te le pardonnerais jamais, puis ajoutant d'une voix assez faible pour que personne d'autre mise à part Sulpicia l'entende, ne m'oblige pas à te tuer ... Peu importe ce que dira mon frère ...

Le Volturi se rapprocha de son épouse, Athenodora, un simple regard lui fit comprendre qu'elle ne lui en voulait pas. Qu'elle avait compris qu'il n'aurait jamais fait cela de son plein grès. Les deux amants partirent donc vers la chambre de Caïus. Laissant Aro régler lui-même la crise qui venait d'exploser au sein du clan. Cette erreur qu'avait Caïus allait se régler sur l'oreiller. Athenodora allait pouvoir profiter pleinement de son époux. Chose rare en ces trois mille cinq cents ans de vie.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Discussion privée entre frères   Jeu 14 Mar 2013 - 18:46

Aro se souvenait du jour où Corin et Chelsea étaient entrées dans la garde. La première était vampire depuis quelques dizaines d'années, la seconde avait été transformée par leurs propres soins. Et il n'avait jamais regretté ses choix. Puissantes, toutes les deux, elles étaient parfaites dans leurs rôles, et il voyait déjà les premiers effets de leurs dons sur Marcus, alors qu'il continuait à lui parler, à le convaincre. Convaincre son frère que l'exécution de son épouse était nécessaire pour la survie du clan. Le convaincre qu'il avait cela pour le bien de Marcus et des Volturi.

Il entendit très vaguement Sulpicia et Caïus parler derrière lui mais n'y prit pas garde, trop occupé avec Marcus. Il mit tout de même un moment avant de faire revenir son frère à de meilleure sentiments. Il se redressa en soupirant. leurs appartements ressemblaient vraiment à un champs de bataille !


- Corin, veille à ce que tout ce bazar soit réparé. Chelsea...

Il lui murmura ses ordre concernant les jumeaux puis lui dit de s'en occuper tout de suite Enjambant les gravas, il retrouva sa femme un peu plus loin. Son épouse lui semblait un peu plus agitée que d'habitude. Souriant, il la colla au mur derrière elle, les deux mains de chaque côté de sa tête. Se penchant, il effleura tout d'abord ses lèvres avant de l'embrasser doucement, tendrement. Voilà un moment qu'ils n'avaient pas eu un moment en tête-à-tête, rien qu'à eux deux. Trop de choses à faire, ses responsabilités, le travail, la surveillance de leur monde, les problèmes à régler, les jugements à rendre, ses frères à calmer, leurs appartements à faire réparer. Il poussa un soupir de lassitude en se détachant légèrement de Sulpicia.

- Franchement, murmura-t-il, ne le répète pas mais il y a des jours comme ça où j'aimerais prendre des vacances.

Il prit sa femme contre lui, la serrant dans ses bras. Des vacances, oui, ça ne lui paraissait vraiment pas mal d'un seul coup ! Entre Marcus qui déprimait et Caïus qui cassait les murs du château, il n'était pas sorti de l'auberge. Enfin, il n'allait pas changer ses frères maintenant. Caïus finissait toujours par se calmer. Il aimait bien râler et tout ça, mais il arrivait toujours un moment où les choses revenaient à la normale. Enfin, tout de même, qu'il brise toutes les portes du château passe encore, un des gardes était un excellent menuisier - la force de l'habitude sans doute - mais pour les murs, il faudra faire appel à des humains. Ça leur fera un casse-croûte une fois les travaux finis.

Attrapant la main de Sulpicia, il l'entraîna avec lui dans les escaliers pour redescendre. Alec et Jane se tenaient près de la cheminée, serrés l'un contre l'autre. Si le but de Caïus était de les terroriser, il pouvait se vanter d'avoir réussi ! Ne lui avait-il pourtant pas dit et répété qu'un garde traumatisé était complètement et définitivement inutile ? Et comment aider son frère à passer ses nerfs ? Que n'avait-il déjà pas testé pour ça en plus de 3500 ans ? Il leva les yeux au ciel, puis s'avança vers les deux enfants.


- Ne faites pas cette tête-là, tout est fini ! Caïus était un peu énervé, voilà tout.

Hum, mauvaise tactique. ils avaient l'air encore plus effrayés qu'avant... Instinctivement, Sulpicia s'avança puis prit Jane dans ses bras, à la manière d'une mère. Il failli rire mais se contint, avant de faire la même chose avec Alec. Il sentit très nettement le garçon se tendre, prêt à bondir trois mètres en arrière, mais Aro le maintint fermement avant qu'il ne ne bouge, un bras derrière son dos, une main sur sa nuque. Puis le serra contre lui. C'était bien la première fois qu'il agissait ainsi depuis la fois où ils étaient deux petits humains. Et Alec n'appréciait pas, mais alors, pas du tout. Constat qui le fit sourire davantage. Ce gosse se sentirait beaucoup s'il se résignait. Il croisa le regard de sa femme et hocha légèrement la tête, comme pour la remercier d'agir ainsi. Il ébouriffa très légèrement les cheveux d'Alec, sachant que ce geste allait l'effrayer un peu plus.

- C'est bon, ça va aller...

Alec était tellement sous pression qu'il aurait pu en rire. Ce petit jeu commençait sérieusement à lui plaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Discussion privée entre frères   Ven 15 Mar 2013 - 13:01

[HJ : Bon, c'est moi qui me coller à écrire que Chelsea intervient... Arojetehaiiiiiiiis!]

Sulpicia était venue vers eux, brisant tout net leur petite bulle de tranquillité et d'intimité. Il tressaillit, et dû bien suivre le mouvement lorsque Jane se leva pour faire face à l'épouse d'Aro. Ces derniers mots lui rappelèrent brutalement dans quelle situation ils se trouvaient. Enfermés à double tour avec Athenodora et Sulpicia. Littéralement jetés dans la gueule du loup ! C'était un enfer, une horreur, il n'existait même pas de mots assez puissants pour décrire cela. Était-ce à ce point une faute grave que de vouloir quitter le clan ? En tout cas, au moins pour eux, c'était strictement impossible. Agité, il écouta à peine Sulpicia lorsqu'elle leur affirma, et le plus sincèrement du monde encore, qu'Aro n'allait pas les séparer. Il retint un rire amer, éprouvant une brusque envie de lui hurler que son mari les avait déjà séparés, et cruellement. Cet épisode était encore terriblement brûlant dans sa mémoire !

Cependant, Jane avait l'air plus réceptive que lui à ce que leur disait l'épouse du chef du clan. Mais elle était aussi plus fragile, surtout après ce qu'elle avait vécu à White Swan. Tellement plus fragile... Raison pour laquelle il ne fut presque pas surpris lorsqu'elle s'accrocha timidement à Sulpicia, geste trahissant son besoin de réconfort et d'un peu de chaleur. Il la connaissait par coeur, et la voir ainsi, toutes barrières tombées, l'effrayait un peu. Elle était trop vulnérable, sans défense. Il faudra du temps avant qu'elle ne redevienne elle-même. La femme d'Aro alla tout à coup s'asseoir sur l'un des canapés survivant du désastre, et tapota la place à côté d'elle. Il s'arrêta net, après avoir suivi Jane. s'asseoir à côté de Sulpicia ? Alors là, non, hors de question. Que Jane l'apprécie et se laisse faire passe encore, du moment que ça lui faisait du bien, il la bouclerait. Mais qu'on ne lui demande pas à lui de se détendre face à l'épouse d'Aro, surtout qu'elle devait tout autant être chargée de leur surveillance que des gardes dans ce château. Sa soeur ne semblait pas partager ses craintes et était relativement détendue. Bon, d'accord, sur ce point-là, Sulpicia avait gagné du terrain. Ceux qui parvenaient à obtenir la confiance de sa jumelle étaient rares. En-dehors de lui, il n'y avait que Heidi, Marie-Emmanuelle, autrefois Démétri et Aro, et à présent, Sulpicia. Il s'apprêtait à dire quelque chose, pour apaiser sa soeur jumelle, lorsque Marcus revint, l'air encore plus abattu que d'habitude. Suivi de près par Caïus, en pleine crise de fureur, qui monta en flèche, juste avant qu'ils n'entendent un bruit terrible suivis de hurlements et les échos d'une destruction soignée? Sulpicia s'était levée, Jane dans les bras, et il se retrouva lui-même d'un coup collé contre elle. Mais... Aro entra à son tour, comme s'il n'y avait pas suffisamment de confusion comme cela. Alec ignorait ce qui se passait mais peu importe.

Pour une fois, ce n'était pas de leur faute...

Sulpicia se détacha tout à coup d'eux, en douceur, mais les yeux brillants d'une colère ou d'un agacement contenu. Il en profita pour récupérer sa soeur jumelle, qui avait l'air tout à fait terrifiée.


Sulpicia – Restez ici, ne bougez pas. Il ne vous touchera plus, je vais aller lui toucher deux mots.

Elle monta à son tour et il la suivit du regard, stupéfait. Hum, elle avait l'intention de tenter quelque chose pour calmer Caïus ? Il ne voulait pas paraître pessimiste, mais à sa place, il ne tenterait rien du tout? Femme d'Aro ou pas, le vieux fou n'allait pas la louper. Le chaos là-haut semblait avoir cessé mais Alec restait méfiant. Il aurait largement préféré être consigné dans sa chambre comme un gamin ou même au cachot, aucune importance, mais pas ici, juste sous le nez des trois frères et de leurs femmes. C'était une véritable torture. Il poussa un profond soupir, massant le dos de la main de Jane. Si elle n'était pas là, il deviendrait fou. Et sombrerait dans la déprime la plus noire. Il éprouvait un besoin vital de se trouver près d'elle, et savait que la réciproque était vraie. Un peu plus tard, Aro et Sulpicia revinrent. Alec détourna légèrement le regard, plus pâle que d'habitude.

Aro - Ne faites pas cette tête-là, tout est fini ! Caïus était un peu énervé, voilà tout.

"Un peu énervé" ? Bel euphémisme s'il en est un ! Sulpicia reprit Jane dans ses bras, maternelle. Il eut un minuscule et faible sourire, qui se transforma rapidement en une grimace d'horreur lorsqu'Aro l'attrapa pour lui faire la même chose. Il tenta bien de s'échapper mais le Volturi le maintint dans le dos et par la nuque, lui interdisant le moindre mouvement. Il retint un gémissement de peur, ne pouvant s'empêcher de l'insulter mentalement de tous les noms tout en sachant qu'il entendait la moindre de ses pensées. Du calme, zen, patience, cool, nirvana, sérénité. Voir Aro se comporter ainsi était beaucoup plus flippant que de le voir en colère? A la limite, à l'extrême limite, il préférait encore Caïus. Au moins, avec lui, absolument aucun risque de se retrouver dans ce genre de situation !

Il avait à peine réussi à se calmer un minimum qu'Aro passa une main dans ses cheveux, lui faisant frôler la crise de nerfs. Dieu merci, il n'y avait aucun témoin de cette humiliation. Ni Caïus, ni Marcus, ni aucun garde.


Aro - C'est bon, ça va aller...

Non, non, non, ça n'allait pas du tout là ! Il aurait voulu se retrouver dans n'importe quel endroit au monde SAUF dans les bras d'Aro. Pitié, qu'il le lâche, qu'il lui foute la paix, il fera n'importe quoi en échange. Et impossible de bouger sous la poigne du vieux Volturi. Il se sentit d'un coup oppressé, puis une sensation bizarre s'empara de lui. Il frémit puis se détendit d'un seul coup. Jane semblait avoir ressenti la même chose, curieusement. Il soupira, n'étant plus gêné d'être dans les bras de l'un des hommes qu'il était tout de même censé haïr plus que tout. Au contraire, il était... bien. Quelque chose en lui hurlait que ce n'était pas normal, pas naturel. Mais il ne s'en soucia pas.

- Pardon d'avoir... Désolé, on ne se rebellera plus.

C'était bien lui qui venait de dire ça. Il fronça légèrement les sourcils puis se détacha curieusement du problème. Peu importe après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Discussion privée entre frères   Ven 15 Mar 2013 - 22:35

Caïus – Ne confond pas privilège des épouses et folie Sulpicia. Tu es certes l'épouse de mon frère, tu es certes protégé par cela. Pour autant, ne t'avise plus jamais de critiquer une de mes actions, une de mes méthodes ! Je ne te le pardonnerais jamais. Ne m'oblige pas à te tuer… Peu importe ce que dira mon frère…

Si Caïus pensait lui faire peur avec cela, il se trompait. Oubliait-il qu’Aro allait toucher Sulpicia et, par conséquent, entendre tout ce que venait de dire son frère à sa femme ? Il était peut-être complètement fou, après tout. N’oublions pas qu’il s’agit de Caïus, autrement dit, la personne qui venait d’envoyer valser sa propre femme à travers toute la pièce… Il était fou, oui. Et Aro n’allait sûrement pas le louper en réalisant ce qu’il venait de dire. Mais, en attendant, elle craignait tout de même pour sa propre « vie », il suffisait qu’Aro ne soit pas là et… Adieu. En était-il conscient ? Les appartements étaient accessibles aux trois frères et à leurs épouses, Caïus était tellement imprévisible qu’il aurait été capable de détruire une énième fois la porte sous le coup de la colère. Sulpicia préférait donc ne rien répondre à cette menace inutile et rester à l’écart, Aro serait au courant de tout cela bien assez tôt, dès qu’il l’effleurerait en fait.

Ce qui ne tarda pas. Aro en avait terminé avec Caïus et avait donné ses directives à Corin et Chelsea et il vint vers Sulpicia, la collant contre le mur. Elle était agitée, préoccupée par ce qu’avait dit Caïus et il l’avait sûrement remarqué. Sa tête était entourée des bras d’Aro, il les avait placés de part et d’autre de celle-ci et effleura ses lèvres avant de l’embrasser tendrement. Il avait le don pour la calmer, l’apaiser et savoir ce qu’il fallait faire pour qu’elle ne panique pas et se change les idées. Ses lèvres étaient douces, ses gestes étaient tendres… Ce qu’elle regrettait le peu de temps qu’ils passaient ensemble, parfois. Ce qu’elle ne donnerait pas pour passer une semaine rien qu’avec lui, eux deux, en « amoureux », sans être dérangés par les autres. Mais ce n’était qu’un rêve, et elle le savait. Sulpicia n’était pas dupe, ils ne seraient plus « seuls » avant un bon moment. Mais soit, ne pas déprimer pour cela !

Aro – Franchement, ne le répète pas mais il y a des jours comme ça où j'aimerais prendre des vacances.

Sulpicia – Moi aussi… Ces moments me manquent.

Ils pensaient la même chose, elle lui lança un regard complice. Aro serra Sulpicia dans ses bras, toute la tension semblait s’évaporer. Elle s’évapora instantanément, tout s’évacua sans qu’elle ne réalise quoi que ce soit. C’est étrange comme une simple étreinte peut rassurer, détendre et permettre de tout oublier l’espace de quelques instants. Mais ce n’était qu’un bref moment, ils devaient descendre pour s’occuper des jumeaux. Ils devaient voir comment ils se portaient, s’ils n’étaient pas trop terrorisés et s’ils accusaient le coup sans trop de problème. Soudainement, Sulpicia s’inquiéta pour eux. Elle se demandait comment ils se portaient et se détacha donc d’Aro doucement, le regardant affectueusement avant de le suivre tandis qu’il lui prenait la main. Ils descendirent les escaliers et trouvèrent les jumeaux dans un coin, collés l’un à l’autre comme s’ils cherchaient à se rassurer. Ils se rapprochèrent d’eux et Aro dit :

Aro – Ne faites pas cette tête-là, tout est fini ! Caïus était un peu énervé, voilà tout.

Un peu ? Un peu ? C’était un euphémisme, il venait de détruire tout l’appartement, d’exploser une porte et de terroriser les jumeaux. Sans oublier qu’il avait frappé sa femme ! Donc, « un peu énervé », pour une fois, Sulpicia n’était pas d’accord avec son mari. Il essayait peut-être de rassurer Jane et Alec, sûrement même, mais ce n’était pas la bonne tactique pour le faire. Et… Sulpicia le sentait, elle le remarqua d’ailleurs directement parce qu’ils se crispèrent deux fois plus. Ils étaient… Effrayés, terrorisés, épouvantés, bref, ils étaient choqués par Caïus et Sulpicia pouvait aisément le comprendre. Sans réfléchir, elle s’avança donc vers Jane et la prit dans ses bras, sans même prendre la peine de faire attention à sa possible réaction. Pour l’instant, elle voulait la rassurer, lui montrer qu’elle était là pour elle et qu’elle ne voulait pas lui faire de mal. Sulpicia voulait être présente pour les jumeaux, pour Jane, elle souhaitait la rassurer un maximum et ne pas la voir aussi terrorisée que maintenant. Mais… A part la serrer dans ses bras, que pouvait faire Sulpicia ? Elle se sentait étrangement démunie face à une telle détresse, à un tel choc. Aussi, comme pour se rendre plus « utile », comme pour renforcer ce maigre réconfort qu’elle lui apportait, Sulpicia frotta doucement le dos de Jane. C’était un geste maternel, calme et naturel. Elle ne réfléchissait pas réellement en le faisant, elle échangea un simple regard avec Aro qui la soutenait, la remerciait, et dit à l’adresse de Jane – tandis qu’Aro fit la même chose avec Alec :

Sulpicia – N’aie pas peur… Je suis là. Je sais que tu ne me fais pas confiance, mais je suis là et je ne t’abandonnerai pas. Calme-toi, respire… Tout va bien.

Et, sans raison apparente, Jane se détendit et sembla plus… Apaisée. Sulpicia ne comprit pas ce qu’il se passait, avait-elle réussi à calmer la petite ? Ses paroles avaient-elles rassuré Jane au point qu’elle se détende aussi rapidement, avec des paroles comme celles-ci ? Peut-être. C’était flou, mais elle avait réussi ! Même si elle n’y avait pas cru, Sulpicia avait réussi à réconforter Jane et à faire en sorte de la rassurer, de même qu’Aro avait Alec apparemment. A quoi la jeune femme voyait-elle cela ? Il était détendu aussi, apaisé et… Il semblait à l’aise. C’était étrange, d’ailleurs, puisqu’elle devinait qu’il devait détester être aussi proche d’Aro, dans ses bras surtout. Et ses paroles ne firent que le confirmer :

Alec – Pardon d'avoir... Désolé, on ne se rebellera plus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Discussion privée entre frères   

Revenir en haut Aller en bas
 
Discussion privée entre frères
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coin d'échange + Discussion et conseils entre Numismates
» Petite sortie entre frères ...
» discussion entre jeunes potes
» Ces livres à lire entre 15 et 25 ans ;-)
» Discussion Micro SD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps d'Italie-
Sauter vers: