Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les gens qui brillent

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Les gens qui brillent   Mer 8 Mai 2013 - 22:37

Orlin avait suivi les derniers évènements des appartements de manière assez distante. Tout le monde attendait avec impatiente la naissance du bébé de Renée. Cette humaine que Marcus avait préservée de la mort l'avait toujours beaucoup intrigué. Il était là le jour de son arrivé, avec tous les autres entrains de prendre son repas. Il n'avais même pas prêté attention à ce qui se passait tellement il était occupé à apaiser sa gorge. Ce n'est que quand Marcus a demandé sa grâce à Aro qu'il découvrit la scène. Il fut très surpris comme tout le monde. Il ne savait pas combien d'humain avait survécu à ces repas mais il se douta qu'ils n'étaient pas très nombreux.

Madame Dwyer c'était petit à petit adaptée au château, surtout depuis que l'autre gamine était morte. Mais qui aurait pu croire qu'elle tomberait enceinte. Apparemment ça ne c'était jamais produit dans le monde des immortels. C'était le petit évènement du château, tout le monde suivait son évolution avec intérêt. Puis vint le jour de l'accouchement, journée particulièrement éprouvante pour le jeune vampire. L'atmosphère de l'appartement était insoutenable, l'odeur du sang embaumait les moindres recoins de chaque pièce. Orlin avait d’ailleurs préféré quitter les lieux pour la sécurité de Renée et du bébé (et la sienne également). Quand il revint, une journée plus tard il découvrit le bébé dans les bras de Marcus mais ne chercha pas à l'approcher, il se contenta de l'observer de loin.

Il fallait bien avouer que la dernière trouvaille d'Aro était aussi particulièrement drôle.


Aro
Les enfants, vous allez être inscrits au collège.

Orlin riait intérieurement. Il sortait justement à peine du collège. Il allait passer sa première année de lycée à Volterra quand il fut transformé. Il imaginait bien ses cousins dans les situations que l'on peut rencontrer dans un collège aujourd'hui. Ne plus pouvoir avoir de "réponse frappante" quand on se fait insulter, se faire remettre à sa place par un prof ou encore la démangeaison d'utiliser son don sur un de ses camarades juste parce qu'il n'arrête pas de vous lancer les petits bouts de gomme dans le col. Les scénarios s'enchainaient à toute vitesse et étaient très divertissants.

Les jumeaux et Sulpicia étaient à présent parti et Orlin n'avait pas bougé de son petit coin au bord de la fenêtre. La chaleur du soleil chauffant sa peau froide était une caresse des plus agréable. Il se laissait aller à rêvasser en attendant Démétri pour son entrainement. S'il était encore humain il se serait endormi. Tout à coup, il sortit qu'on lui tirait la manche. Il tourna la tête et vit la petite Lilwen qui s'agitait prêt de lui. Il lui fit un sourire bienveillant.


Lilwen
Dis, pourquoi tu brilles comme une ampoule ?

Orlin
Brille comme un ampoule... ?

À moitié dans ses pensées encore, il ne comprit pas de suite où la petite voulait en venir. Il tilta alors qu'il était au soleil et qu'il c'était transformé en boule à facettes. Il se ressaisit durant un instant pour faire attention à ne pas faire de mal involontairement à la petite. Il fit très attention au moindre de ses mouvements. Il chercha une explication à lui donner...Il inventa en quelques secondes une histoire.

Orlin
Tu vois le soleil, en face ? Tous les jours il disparait quand il fait nuit. Ce sont de grands méchants monstres qui l'enlèvent ! Quand les gens brillent comme ça, ils attrapent un peu de soleil pour le cacher des monstres pour pas qu'ils le trouvent. Et quand c'est le matin, hop on le relance dans le ciel et il revient s'accrocher comme il était la veille. Si tu mets tes mains à plat dans la lumière, toi aussi tu pourras en attraper un petit peu et demain tu iras le lancer dans le ciel !

Il lui mit très délicatement les mains dans le soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les gens qui brillent   Dim 12 Mai 2013 - 16:07

Son cousin venait de répondre à sa question avec une honnêteté plutôt étonnante. Ainsi donc les immortels comme son papa étaient des gardiens du soleil. La petite était émerveillée. Elle essaya donc d’attraper un peu de soleil avec l’aide de ses mains. Elle se mit alors à piquer une crise, elle n’y arrivait pas. Pourquoi elle ne pouvait pas faire comme tous les autres vampires ? Pourquoi ? Ce n’était vraiment pas juste. La petite se mit à pleurer de manière très bruyante… Elle n’acceptait vraiment pas de ne pas pouvoir faire comme son papa, comme sa maman… Elle n’acceptait pas de ne pas pouvoir non plus protéger le soleil…

Lilwen regarda alors son cousin pour lui faire comprendre son désarroi, sa tristesse, sa frustration… Ce ne fut apparemment pas le bon moment… Orlin grimaça… Lilwen aurait cru qu’il allait la bouffer tout cru… SON COUSIN LA MANGER ELLE ? La petite s’enfuit et alla se réfugier dans un coin de la pièce. Elle se mit de nouveau à hurler comme pas possible.

Lys : – AU SECOURS ! PAPA, MAMAN, ORLIN IL VA ME BOUFFER… AU SECOURS ! PAPA, MAMAN, ORLIN IL VA ME BOUFFER ! AU SECOURS !

La petite n’osait plus s’approcher de son cousin… Il avait tenté de la tuer… Pourquoi Orlin avait-il tenté de la bouffer ? Pourquoi alors qu’ils étaient de la même famille ? Lilwen était complètement choquée. Elle ne savait plus vraiment où se mettre… Son cousin… Son cousin… Son cousin… Comment… Pourquoi…

Orlin devait être un méchant gardien du soleil… Il devait un monstre qui avait infiltré en secret sa famille. La petite Lilwen se convainquit alors de ça. C’était la seule solution pour qu’il ait tenté de le manger toute crue… Les vampires ne mangeaient jamais personne tout cru… Le sang qu’elle buvait était toujours apporté dans un biberon et sa maman lui avait expliqué que personne ne souffrait pour lui apporter cela.

Lilwen vit alors sa cousine Jane passer dans la pièce, elle courut se réfugier dans ses jambes et lui expliqua qu’Orlin était un méchant qui avait tenté de la manger toute crue… Qu’elle se devait de la défendre sinon son papa et son papa à elle seraient en colère… Lilwen lui expliqua aussi sa théorie comme quoi son cousin était un montre infiltré dans sa famille.

La petite sauta dans les bras de Jane et enfouit son visage dans les vêtements de sa cousine… Elle au moins ne ferait rien pour la tuer…

Lys : –S’il te plaît Jane, protège moi de lui… S’il te plaît… S’il te plaît… Il a tenté de me bouffer. Je veux pas rester seule avec lui. Il est trop trop trop méchant avec moi. Protège-moi Jane, protège-moi s’il te plaît. Ne m’abandonne pas…

La petite se mit alors à pleurer à chaudes larmes… Elle était complètement choquée de ce qui venait de se passer. Comment un membre de sa famille avait-il pu tenter de la manger elle ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Les gens qui brillent   Dim 12 Mai 2013 - 17:06

Jane feuilletait machinalement le carnet de dessus d'Alec, à genoux sur la moquette de leur chambre. Elle avait un petit sourire attendri en contemplant les esquisses, représentant elle, eux deux, Volterra, des souvenirs d'enfance... Il dessinait bien, pratique acquise avec les années. Elle remarqua alors les toutes dernières esquisses, faites alors qu'ils se trouvaient chez les Cullen. Certaines montraient Marie-Emmanuelle, et un ou deux Cullen. Elle eut un pincement au coeur et referma le carnet, le rangeant soigneusement.

Elle se demandait ce qu'ils devenaient maintenant. Bella devait être transformée, depuis le temps. Elle n'avait plus songé à eux depuis la mort d'Emma, puis celle de Tanya. Chacun sa vie, chacun sa route. Et la leur était tracée depuis leur naissance. Elle se releva, secouant sa jupe pour la déplier. Elle devait s'entraîner à utiliser son don sur plusieurs personnes. Elle entendait Orlin discuter avec Lilwen plus bas. Cette fillette était une énigme de la nature. Jane n'avait pas tenté de s'en approcher. Elle ne connaissait rien aux gosses de cet âge.


Lys : – AU SECOURS ! PAPA, MAMAN, ORLIN IL VA ME BOUFFER… AU SECOURS ! PAPA, MAMAN, ORLIN IL VA ME BOUFFER ! AU SECOURS !

Elle sursauta, puis leva les yeux au ciel, alors que des bruits de pas précipités se faisaient entendre. Orlin... La bouffer... Non mais vraiment. Comme si son cousin ignorait ce qui l'attendait s'il osait toucher ne serait-ce qu'un cheveu de la petite. elle descendit et jeta un coup d'oeil dans le grand salon. La gamine dans un coin, Orlin près de la fenêtre dans le soleil Très bien, et maintenant ? Elle fit quelques pas, dans l'intention de partir s'exercer en les laissant régler cette histoire entre eux.

Sauf qu'elle n'en eu pas l'occasion. Lilwen se précipita tout à coup dans ses jambes, manquant de la faire tomber tant elle ne s'y attendait pas, en pleurs et criant qu'Orlin était un monstre qui avait voulu la dévorer. Elle lui dit que Jane devait la défendre, sinon leurs pères respectifs seraient fâchés, puis lui déblatéra une histoire ridicule à propos de soleil, de gardien de soleil, et de monstre infiltré.


- Non mais, qu'est-ce que tu...

Elle grimaça de surprise lorsque la fillette grimpa dans ses bras et fourra son visage dans ses vêtements. Ah non ! Non, non, comment faire à présent ? Elle referma ses bras sur elle par instinct, puis porta aussi sec un regard plus qu'exaspéré à Orlin, le tenant pour entièrement responsable de la situation. Il eut l'air paniqué, puis fit quelques gestes, comme s'il voulait s'écrier "Ce n'est pas ma faute !".

Lys : – S’il te plaît Jane, protège moi de lui… S’il te plaît… S’il te plaît… Il a tenté de me bouffer. Je veux pas rester seule avec lui. Il est trop, trop, trop méchant avec moi. Protège-moi Jane, protège-moi s’il te plaît. Ne m’abandonne pas…

Voila qu'elle recommençait à pleurer. Pleurer dans ses bras à elle, au secours ! Et ses parents n'étaient pas là, bien évidemment. Elle accrochait ses petits bras à son cou, bien fermement. Jane tenta de la calmer, de lui expliquer que son cousin ne lui ferait pas de mal, mais rien n'y faisait. Et elle s'accrochait toujours aussi fort. Exaspérée de se retrouver dans cette situation, Jane tourna brusquement le regard vers Orlin qui eut un geste de recul et lança son don le plus fort qu'elle le put. Il s'effondra, hurla durant la bonne minute qu'elle le fit durer, avant de le relâcher. Il était sans doute innocent, mais elle avait au moins apaiser sa colère.

Puisque Lilwen n'était pas disposée à la relâcher, elle s'assit dans le canapé avec elle, lui frottant doucement le dos pour la calmer. Celui lui rappelait Alix lorsque... Non, ne pas penser à ça. Elle dévisagea Orlin d'un regard noir.


- Maintenant qu'elle est paniquée par ta faute, mon très cher cousin, dit-elle d'un ton acide, tu ne pourrais pas au moins filer chercher ses parents ?

Elle le fixait, cherchant à lui faire comprendre qu'il avait tout intérêt à disparaître rapidement de sa vue s'il ne voulait pas souffrir à nouveau.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les gens qui brillent   Dim 12 Mai 2013 - 18:25

La petite Lilwen se tenait si prêt de lui que qu'il commençait à avoir soif, sa gorge le brulait. Il avait connu pire mais c'était très désagréable. A un moment, une brulure vive et brève lui fit faire une grimace, ce qui n'échappa malheureusement pas à la gamine.

Lilwen
AU SECOURS ! PAPA, MAMAN, ORLIN IL VA ME BOUFFER… AU SECOURS ! PAPA, MAMAN, ORLIN IL VA ME BOUFFER ! AU SECOURS !

Orlin voyait que la situation commençait à tourner au vinaigre. Il essaya de lui faire comprendre en vint que ce n'était rien mais le mal était fait. Si Marcus débarquait ici, ça risquait de vraiment mal tourner. Il paniquait un peu. Il jeta un regard rapide dans la pièce pour trouver un quelque chose qui puisse la calmer : un biberon, un jouet, n'importe quoi... Rein du tout....

C'est alors que Jane entra dans la pièce. Lilwen se précipita alors sur elle, en manquant de la faire tomber à la renverse. Elle eut l'air exaspéré et jeta un regard noir à Orlin. Lilwen se mit à lui déballer alors la petite histoire bidon qu'il avait inventé, ce qui exaspéra Jane encore plu[wow][/wow]s. Orlin paniqua de plus belle, s'il avait bien une chose dont il ne voulait pas, c'est avoir Jane sur le dos. Il essaya par quelques gestes de lui faire comprendre que ce n'était pas de sa faute.

Lilwen
S’il te plaît Jane, protège moi de lui… S’il te plaît… S’il te plaît… Il a tenté de me bouffer. Je veux pas rester seule avec lui. Il est trop, trop, trop méchant avec moi. Protège-moi Jane, protège-moi s’il te plaît. Ne m’abandonne pas…

*Alerte ! Danger ! Danger !* Jane essaya de la calmer encore un peu, mais elle avait une patience guère plus développée que celle de Caius, elle finit par craquer. Elle lui jeta un regard noir. Orlin eut tout juste le temps de penser *Eh merde !* avant de s'effondrer et hurler de douleur. Il eut l'impression que son supplice dura une éternité. La dernière fois elle n'y était pas allé aussi fort...

Quand tout s'arrêta, il resta par terre un moment.


Jane
Maintenant qu'elle est paniquée par ta faute, mon très cher cousin, dit-elle d'un ton acide, tu ne pourrais pas au moins filer chercher ses parents ?

Il rêvait de lui faire regretter cet acte mais ne pouvait rien faire contre elle sans avoir Alec, Aro et Démétri sur le dos. Autant dire que c'était du suicide. Qu'allait-t-il faire ? Comme il avait presque toujours fait durant toutes ses années d'existence, il allait ravaler sa fierté, préparant une petite vengeance pour plus tard. Après tout il avait toute l'éternité devant lui.
Il se releva mais ne se dirigea pas vers la sortie mais vers sa chambre. Il préféra laisser Jane se débrouiller seule avec la gamine en glissant au passage un petit regard discret à destination de Lilwen pour la terroriser l'énerver encore plus. C'était plus pour embêter Jane que Lilwen à qui il ne reprochait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les gens qui brillent   Dim 12 Mai 2013 - 19:08

Lilwen était tellement effrayé qu’elle n’entendit pas Orlin crié de douleur, le refuge qui lui procurait les bras de sa cousine, qui était d’ailleurs la seule enfant-fille dans les appartements familiaux, finit par l’apaiser doucement. Ses gémissement finir par se faire de moins en moins nombreux… Mais pourquoi donc son cousin avait-il essayé de la manger tout cru ? Elle était pourtant la plus jolie des enfants si elle écoutait sa maman. Lilwen ne voulait plus croiser du tout le méchant cousin qui grimace quand il veut la bouffer. Ce dernier était devenu le symbole du mal dans l’esprit de la petite. Autant dire que Marcus allait en entendre parler pendant des heures et des heures…

Lys : -Jane, pourquoi il as essayé de me manger Orlin ? Je croyais qu’il protégeait le soleil comme toi, papa, maman, tonton et tout le monde ? Pourquoi il a été méchant avec moi ? Tu crois qu’il ne m’aime pas ? Et toi, tu m’aimes bien ?

La petite regarda sa cousine avec ses yeux d’enfant. On pouvait encore descellé des petites traces de larmes sur les joues de la petite. Le tableau qui se dressait maintenant était plus ou moins étonnant. Lilwen dans les bras de sa cousine, de sa seule cousine. Elle était belle sa cousine. Enfin pas plus jolie que sa maman, mais quand même. La fille de Marcus et de Renée se perdit quelques instants dans la contemplation du visage de Jane. Ce dernier était comme rassurant. La réponse de Jane tira l’enfant de ses pensées.

Jane : - Ecoute, Orlin ne te fera jamais de mal, c'est ton cousin, et on ne touche pas à la famille. Je te jure qu'il ne te fera rien du tout, et il t'apprécie, tu sais. Heu... Moi aussi.

Lilwen continua à se calmer en entendant les paroles qui venaient de sortir de la bouche de la sœur d’Alec. Cette dernière avait réussit, on ne sait comment, a calmer sa cousine. A croire que la garde a qui on prêtait une absence totale de cœur en avait peut-être bien un.

La respiration de Lilwen se fit de plus en plus calme. A croire que les bras de Jane allaient lui permettre de s’endormir, de fermer les yeux. Fallait-il s’inquiéter que la sœur d’Alec puisse procurer un cocon réconfortant à une enfant alors qu’elle était entrainée pour faire souffrir et traumatiser les personnes qu’elle rencontrait. Comment Aro allait-il réagir lorsque ce dernier lui prendrait la main ?

La respiration de Lilwen ralentissait encore. Elle finit par s’endormir dans les bras de celle qui avait réussit à la sauver de l’attaque du méchant cousin pas beau qui puait des pieds. Jane voulut comme la posé tranquillement sur le sofa pour se débarrasser de la petite. Cependant, Lilwen se mit alors à pleurer dans son sommeil. A croire que si sa cousine adoré la lâchait, l’enfant de Marcus ferait un cauchemar horrible. Un cauchemar impliquant le soleil, les gens qui brille et Orlin. Jane ne put donc pas laisser la petite seule, elle dut la garder dans ses bras en attendant l’arrivée de Marcus, Renée, Sulpicia. Enfin d’une personne capable de prendre le relais pour garder la petite.

La petite se réveilla et se tourna alors vers Jane. Elle avait soif et elle avait envie d'une histoire. Elle avait envie que Jane lui lise un livre ou lui raconte une histoire qui puisse l'aider à dormir.

Lys : -Jane, j'ai soif et j'arrive pas à m'endormir. Tu peux me raconter une histoire s'il te plait ? J'ai pas envie de faire un cauchemar. Je pense tout le temps au méchant Orlin. S'il te plait, s'il te plait ? Sinon je pleure beaucoup, beaucoup.

Elle attendit sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Les gens qui brillent   Dim 12 Mai 2013 - 20:57

Orlin se releva difficilement, puis se dirigea non pas vers la porte mais vers sa chambre. Elle le gratifia d'un regard noir. Elle ne pouvait pas partir avec Lilwen dans les bras à la recherche de Renée ou Marcus. Avec ça, si elle ne s'occupait pas bien de la petite en leur absence, elle allait se faire crier dessus. Elle la rehaussa contre elle, ne sachant trop comment faire pour la mettre à l'aise. Comment on s'occupait d'enfants de cet âge ?! Orlin allait le lui payer ! C'était à cause de lui si elle se trouvait dans cette situation !

Lys : - Jane, pourquoi il as essayé de me manger Orlin ? Je croyais qu’il protégeait le soleil comme toi, papa, maman, tonton et tout le monde ? Pourquoi il a été méchant avec moi ? Tu crois qu’il ne m’aime pas ? Et toi, tu m’aimes bien ?

Elle la fixait de ses grands yeux bleus, alors que Jane cherchait quoi lui répondre. Elle ne comprenait strictement rien à cette histoire de protéger le soleil. Sans doute une histoire que son esprit d'enfant avait construite. En attendant, comment se dépêtrer de tout ça ? Si on la voyait ! La petite sadique de la garde assise dans un sofa devant le feu avec une fillette de un an dans les bras qui s'accrochait à elle. Au secours. Et pourquoi personne n'arrivait ? Renée, Marcus, ou même Sulpicia ? N'importe qui, pourvu qu'il soit apte à s'occuper de la petite à sa place !

- Ecoute, Orlin ne te fera jamais de mal, c'est ton cousin, et on ne touche pas à la famille. Je te jure qu'il ne te fera rien du tout, et il t'apprécie, tu sais. Heu... Moi aussi.

Elle avait réussi à la calmer, semblait-il. Miracle ! Maintenant, la petite allait peut-être enfin la lâcher, puis aller jouer dans sa chambre, ou faire n'importe quoi, peu importe. Et Jane allait pouvoir partir s'entraîner, pour améliorer la puissance de son don. Puis voir Alec, discuter avec lui, s'entraîner avec Démétri, lire, ect. Tout, sauf rester ici avec la fille de Marcus et de sa femme. Enfin, fiancée pour le moment.

Ces considérations bien agréables furent réduites en poussière lorsque Lilwen crut bon de s'endormir dans ses bras. Mais bon sang ! Elle voulut la poser sur le divan et s'enfuir, mais elle s'agitait au moindre mouvement. Jane se résigna, tout en se jurant intérieurement que le petit Orlin allait lui payer cela au centuple. Il n'avait pas fini d'en baver. Elle regardait distraitement la cheminée, lorsque la petite se réveilla.


Lys : - Jane, j'ai soif et j'arrive pas à m'endormir. Tu peux me raconter une histoire s'il te plait ? J'ai pas envie de faire un cauchemar. Je pense tout le temps au méchant Orlin. S'il te plait, s'il te plait ? Sinon je pleure beaucoup, beaucoup.

Plus les secondes filaient, et plus l'espérance de vie d'Orlin s'amenuisait... Elle se redressa, gardant Lilwen dans ses bras. Bon, bon... Du calme, ne pas s'énerver. Elle se leva, indécise, la petite dans ses bras. Quel tableau, franchement ! On aurait dit une gamine surveillant sa petite soeur pendant l'absence des parents, c'était pitoyable. Hésitante, elle finit par se souvenir que Renée gardait toujours du sang en réserve dans leurs appartements. Elle alla en chercher, déposant au passage Lilwen sur le canapé, puis en remplit un biberon qu'elle fit réchauffer. Avant de revenir s'asseoir avec la petite qui revint aussi sec dans ses bras.

La partie plus difficile, maintenant. On faisait ça comment. Elle cala un peu maladroitement Lilwen par un bras, contre elle, puis lui fit boire son biberon, comme elle avait vu les humaines le faire à la télé. Tout en faisant, elle continuait à maudire Orlin et à prier pour que quelqu'un vienne prendre la relève. La petite but son biberon tranquillement, puis soupira de quiétude. Heu, lui raconter une histoire pour l'endormir, à présent ?


- Hum...

Elle la fixait, ce qui ne l'aidait pas franchement à se concentrer. En désespoir de cause, et n'ayant aucune idée des contes actuels qu'on racontait aux enfants, Jane lui raconta une des histoires que sa propre mère leur lisait pour les endormir. Une histoire qu'elle savait vraie à présent, mais qu'elle avait longtemps prise pour une légende. Elle espérait que la petite allait fermer les yeux et se rendormir.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les gens qui brillent   Lun 13 Mai 2013 - 12:03

Sa cousine qui l’avait tirée des griffes du méchant monstre Orlin venait de lui donner à boire un biberon de sang. Elle préférait d’ailleurs se nourrir de cela que des petits plats que sa maman lui préparait. Cependant vu que Lilwen était une petite fille sage et docile, elle ne disait rien et acceptait ce qu’on lui apportait comme repas.

Après avoir bu le biberon de sang, sa cousine lui raconta une belle histoire. Une histoire qu’elle ne connaissait pas et qui lui permit de s’endormir de nouveau. La petite se calla dans les bras de sa cousine posant sa tête sur la poitrine de cette dernière et resserrant ses bras qui tenait Jane. La scène était plutôt mignonne même si pour Jane, cela devait être l’un des plus grands calvaires de sa vie. Il se pourrait bien que la fille d’Aro préférait s’entrainer à torturer les gens plutôt que de jouer à la baby-sitter. Cependant elle se débrouillait plutôt bien, elle avait réussit à rassurer sa petite cousine et à lui permettre de se calmer.

Au bout d’une bonne heure de silence simplement interrompu par le son de la respiration de Lilwen qui dormait paisiblement, la petite se réveilla doucement. Elle était heureuse d’avoir un beau visage comme celui de sa cousine à regarder en se levant. D’ailleurs, elle aimait beaucoup se réveiller et voir le visage de sa maman adoré qui était surement la meilleure des mamans du monde. D’ailleurs, elle était où sa maman ? Lilwen aimait bien Jane, mais elle avait envie de voir Renée, elle avait envie d’entendre sa belle voix. Elle avait envie de sentir son odeur… Sa maman lui manquait, cela faisait bien deux heures qu’elle ne l’avait pas vu… C’était trop pour elle…

Une crise de larme commença à traverser les yeux de Lilwen… Elle balbutiait le mot « maman »… La petite voulait vraiment la voir… Celle qui lui avait donné la vie lui manquait. La fille de Marcus et Renée s’aggripa encore plus à sa cousine… Elle ne voulait pas la lacher tant que l’un de ses parents rien que à elle n’était pas dans la pièce…

Lys – Maman… Maman… Papa… Ils sont où Jane ? Pourquoi ils ne sont pas là ? Pourquoi ils m’ont laissé seul ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Tu veux bien rester avec moi tant qu’ils ne seront pas présent… J’ai peur de les avoir perdu pour toujours…

L’absence de sa maman était un peu comme un vide que la petite ressentait au plus profond de son cœur. Sa maman était celle qui lui avait donné la vie, elle était celle qui l’aimait le plus au monde, celle qui la comprenait le mieux. Sa maman pensait à tout avant elle. Lilwen n’avait pas besoin de lui dire ce qu’elle voulait, Renée le savait rien qu’en la regardant. La petite hybride aimait sa mère plus que tout au monde et être séparer d’elle pendant un long moment était une chose complètement impensable, inenvisageable… La petite ne supportait déjà pas de rester plus de deux heures éloigné de Renée ou de son papa à elle.

Lilwen vivait cette séparation comme l’instant le plus douloureux depuis sa naissance. C’était bien la première fois qu’elle était éloignée de sa famille aussi longtemps… Cela était vraiment très beaucoup difficile pour elle. Depuis sa naissance, la petite passait le plus claire de son temps en compagnie de son papounet ou de sa mamounette (Ok je sors loin là)… Même si Jane était une très gentille cousine, cela ne remplaçait vraiment pas la maman de la petite…

La crise de larme de Lilwen continuait de plus en plus… Elle n’aimait vraiment pas se sentir éloigné de sa famille d’une telle manière… Sans eux elle se sentait triste… Rien ne pouvait la consoler si ce n’était de sauter dans les bras de l’un de ses deux parents adorés… Mais quand allait-il revenir… Ils lui manquait vraiment beaucoup beaucoup…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les gens qui brillent   Mer 15 Mai 2013 - 21:28

La pierre se transforma en une fine poussière dans sa main et renée eut une exclamation ravie. Elle était forte, maintenant ! Elle se sentait capable de tout, capable de prouesses dont elle n'avait même jamais osé rêvé. Suffisamment forte pour se défendre, et pour protéger sa nouvelle famille. Suffisamment forte pour vivre aux côtés de Marcus. Et surtout, surtout, suffisamment forte pour protéger Lilwen. Sa toute petite fille, la chair de sa chair ! Renée se revoyait, des années et des années plus tôt, assise dans un fauteuil à bascule, berçant Bella. Et plus tard, à la maternité, donnant vie à Allison.

Allison... Cette petite qui n'avait pas eu le bonheur de vivre. Son bébé. Ô combien Renée avait heureuse lorsqu'elle l'avait prise dans ses bras pour la première fois. Tout était fini. disparu. Renée avait cru mourir. Elle s'était laissée entraîner par la peine. Plus rien ne la retenait, après tout ! Bella n'avait plus besoin d'elle pour vivre et être épanouie. Phil était mort. Allison était morte. Elle aurait pu disparaître à son tour sans que personne ne s'en soucie. C'était sans compter Marcus. Il avait été la main qui l'avait tiré de l'ombre et du vide angoissant de la mort.

Puis était venue Lilwen.

Renée aimait cette enfant aussi fort qu'elle avait aimé Bella. Elle l'avait senti grandir en elle, si vite, et avait développé un lien étroit l'attachant férocement à ce tout petit être. Son bébé. Moment si merveilleux lorsqu'elle avait prise dans ses bras ! Cette petite fille, ce bébé, c'était le sien ! Cette toute petite fille s'agitant au creux de ses bras et la fixant de ses grands yeux, c'était sa fille.

Elle fit voler la poussière dans le vent, puis s'agenouilla pour regarder une rose. Avant de sauter d'un seul pas par-dessus tout le parterre de fleurs. Marcus la faisait tester ses nouvelles capacités. Et elle adorait littéralement cela. Mais vint un moment où il fallut rentrer. Elle embrassa longuement Marcus, puis retourna en courant à l'étage. Lilwen ! En passant la porte, elle s'arrêta tout à coup en entendant ces mots :

Lys : – Maman… Maman… Papa… Ils sont où Jane ? Pourquoi ils ne sont pas là ? Pourquoi ils m’ont laissé seul ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Tu veux bien rester avec moi tant qu’ils ne seront pas présent… J’ai peur de les avoir perdu pour toujours…

Elle entra, et trouva sa fille dans les bras de Jane, fermement accrochée à Jane, et en pleurs. Ooooh, son pauvre chou ! Elle se précipita et libéra la fille d'Aro, soulevant sa petite fille pour la serrer contre son coeur. Elle lui essuya ses larmes, l'embrassa sur les genoux, puis la serra à nouveau contre elle, tout en la berçant.

Renée : - Comment pourrais-tu nous perdre, mon coeur ? Même si je ne suis pas physiquement près de toi, tu occupes toutes mes pensées !

Jane semblait infiniment soulagée de ne plus avoir la petite sur les genoux. Renée la remercia pour s'en être occupée puis s'assit dans un fauteuil, gardant Lilwen blottie contre elle. Elle ne perdrait pas cette enfant, quoi qu'il arrive. elle ferait n'importe quoi pour la protéger, même se sacrifier. Personne ne fera de mal à son bébé tant qu'elle vivra.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les gens qui brillent   Jeu 16 Mai 2013 - 17:03

Sa maman rien que à elle arriva alors. Lilwen sourit et se calme. La petite remercia Jane d'être resté avec elle et lui fit un immense sourire. Toute la crainte que la petite avait éprouvé venait de disparaître. La seule chose qui comptait à ce moment précis était la présence de sa mère. La petite passa un bon moment à la regarder, à lui faire des câlins. Elle était simplement heureuse. Lilwen n'aurait voulu que rien n'arrête ce moment si particulier, si précieux, si beau.

La petite raconta alors à celle qui l'avait mise au monde sa petite aventure de la journée, l'explication d'Orlin sur les vampires et sa tentative de la manger tout cru... Lilwen expliqua alors qu'elle avait eu très beaucoup peur mais que Jane était alors apparut et avait disputé son cousin. La petite redoublait de compliment et de parole douce sur la fille adoptive d'Aro. Sa présence lui avait permit de se calmer, de ne plus avoir peur et de comprendre qu'Orlin n'avait pas vraiment voulu lui faire de mal. Mais voilà, la petite ne souhaitait plus vraiment se trouver dans la même pièce que lui... Il avait faillit lui faire beaucoup mal.

Lilwen continua son débit de parole pendant une longue demi-heure, sa mère l'écoutait calmement. Sa maman était doué pour cela, elle l'écoutait de A à Z, laissant sa fille débiter son flot ininterrompue de parole. Lilwen aimait beaucoup ses instants privilégié qu'elle pouvait avoir avec sa maman adoré. C'était pour elle comme un paradis sur terre, comme un soleil en pleine nuit, comme un feu en pleine hiver.

Lys: - Maman, dis, est-ce que tu resteras toujours avec moi ? Est-ce que l'on ne serait jamais séparé ? Et papa aussi ?

La petite regarda sa mère d'un regard tristounet. On aurait dit que cette question mûrissait dans l'esprit de l'enfant depuis un long moment. Cette mésaventure ne fut que l'élément déclencheur de ce questionnement intérieur que la petite Lilwen avait. elle n'avait aucun désir d'être séparé de ses parents. Ses derniers étaient tout pour elle. Elle n'aimait personne autant qu'eux. Non personne, vraiment personne... La fille de Marcus et de Renée n'avait vraiment aucun désir de grandir et de prendre son autonomie par rapport à sa famille, par rapport à sa maman, à son papa.

Lys: - S'il te plait, ne dis rien à papa pour ce qui vient de m'arriver. Même si Orlin me fait un peu peur maintenant, je n'ai pas envie qu'il se fasse punir à cause de moi hein.

La petite était le plus sincère possible. Elle n'avait pas vraiment envie de laisser son cousin se faire disputer pour cette petite mésaventure. Malgré la peur qui lui parcourait l'esprit à chaque évocation du fils de Caïus, elle l'aimait plutôt bien. Il lui avait expliqué pas mal de chose et avait prit du temps pour elle. Et il faisait aussi partie de sa famille. Or quelqu'un de sa famille ne pouvait pas ne pas l'aimer. Ce n'était pas possible. Elle n'avait jamais rien fait de mal, elle était gentille et douce. Enfin c'était comme ça que ses parents la qualifiait.

Lilwen fourra sa tête dans la poitrine de sa maman. Elle se sentait parfaitement en sécurité en faisant cela. C'était un peu une barrière qu'elle se dressait entre elle et le monde qui l'entourait. Lilwen avait alors l'impression de retourner dans le cocon qu'était le ventre de celle qui l'avait mise au monde. La petite resserra un peu son emprise sur sa mère. Elle ne voulait pas que ce moment s'arrête. Non pas du tout... Jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les gens qui brillent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les gens qui brillent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» David Eddings - Ceux-qui-brillent - La Trilogie des Périls T2
» Pourquoi s'attacher aux gens...
» [Labro, Philippe] Les gens
» Chers gens et gentes, je me présente
» Bonjour les gens =D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps d'Italie-
Sauter vers: