Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un peu trop, même pour une nouvelle-née

Aller en bas 
AuteurMessage
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Un peu trop, même pour une nouvelle-née   Lun 20 Mai 2013 - 0:11

Bella suivit Edward et Renesmée d’un air absent lorsque la fin officielle de la réunion fut annoncée et monta dans une des deux voitures qui allaient les ramener au Népal. Esmée, Carlisle, Jane, Lilwen, Emmett et Rosalie étaient dans une voiture tandis que Bella était avec Edward, Renesmée, Jasper et Alice. A choisir, elle aurait évité Jasper pour ne pas éveiller les soupçons mais… Ne pas être avec Renesmée ou Edward les aurait éveillés, tout comme le fait d’être dans la même voiture que Jane et Lilwen. Dans le pire des cas, ils ne l’ennuieraient pas et la laisseraient tranquille, non ? Ils savaient que la réunion avait été extrêmement difficile. Le plus important, pour Bella, était de cacher ses émotions à Renesmée qui devait être fatiguée et bien trop préoccupée pour son âge avec tout ce qu’elle avait entendu et vu aujourd’hui. Elle s’endormit d’ailleurs très rapidement, contre la poitrine de sa mère qui essayait de l’apaiser et de la réconforter en la caressant tendrement les cheveux, le dos, la joue… N’importe quoi pour l’aider à s’endormir, en somme. Sa fille. Sa petite fille.

Il leur fallut un bon moment avant d’arriver au Népal, devant faire plusieurs pauses pour les besoins de Renesmée qui était à moitié humaine. Alice conduisait la voiture, elle avait insisté et cela n’avait pas déplu à Bella même si occuper Edward aurait été préférable pour qu’il ne se doute de rien et ne se concentre pas sur son visage, son regard ou ses réactions. Jasper était devant avec Alice, mais Bella n’en savait pas plus, étant complètement ailleurs et regardant le paysage s’assombrir puis s’éclaircir à nouveau. Ce que dormir lui manquait, en cet instant précis. Le voyage fut étonnamment long, mais ils arrivèrent à destination alors que Renesmée dormait encore. Lui caressant la joue pour la réveiller délicatement, Bella lui sourit et lui dit :

Bella –
Ma puce ? On est arrivé. Suis Papa, il va te mettre au lit pour que tu puisses te reposer.

A vrai dire, Bella n’avait même pas demandé à Edward s’il était d’accord, mais elle avait besoin d’air pour le moment. Aussi inutile cet air puisse-t-il être, elle voulait être au calme et pouvoir se laisser aller tranquille, repenser à tout ce qu’il s’était passé même si elle se doutait que l’un ou l’autre des Cullen allait venir l’ennuyer dès qu’il le pouvait. Dans le pire des cas, Bella aurait droit à une ou deux heures de tranquillité vu qu’ils devaient s’occuper de Lilwen et Jane. C’était mieux que rien, non ? Et puis, elle avait lancé un regard entendu à Edward pour lui signifier qu’elle allait bien, pour le rassurer même s’il ne l’avait pas cru, inquiet de nature comme il est. Se décidant à la dernière minute pour ne pas avoir Alice sur le dos, même s’ils pouvaient la retrouver facilement, même si elle n’allait pas loin, Bella fila tout en restant prudente pour ne pas enfreindre les lois des vampires : ne pas se faire repérer. Elle avait juste besoin d’un peu de calme, et rester près du Chalet ne l’aiderait pas.

Courant à vitesse humaine pour ne pas éveiller de soupçons et pour se calmer par la même occasion, Bella réfléchissait à ce qu’elle pouvait faire dans le peu de temps que les autres daigneraient lui accorder avant de s’apercevoir de son absence. Elle n’irait pas loin, comptant s’arrêter dans la chaîne himalayenne, toujours, dans une des forêts pour chasser ou boire, mais… Après ? A part chasser, que faisait un vampire ? Comment Edward s’était-il changé les idées, lors de l’arrivée de Bella à Forks ? Elle avait juste besoin de réfléchir, de digérer tout ce qu’elle venait d’apprendre, et rentrerait après. Mais elle ne voulait pas que les autres s’inquiètent inutilement, sans oublier Jasper qui aurait droit à un mal de crâne épouvantable si jamais il ressentait les émotions de Bella. Bah… Ils n’allaient pas vraiment lui courir après. Si ? Ce n’était qu’une expression, non ?

Ayant couru assez longtemps, étant passée à la vitesse vampire tout en se dissimulant, Bella était arrivée à un ruisseau et s’y installa, pensant qu’elle serait tranquille un petit moment ici. Elle avait seulement besoin de réfléchir. Avoir abandonné Charlie, Jake, s’être souvenue de tout cela après avoir blessé sa propre mère… Découvrir que cette dernière était, non seulement avec Marcus – bien que cela, Bella l’avait déjà bien assimilé depuis son mariage –, mais qu’en plus, elle avait eu une petite fille avec lui… Non. C’était trop. Certes, elle n’était plus humaine, mais elle avait le droit de ne plus supporter tout cela, non ?



[Eh voilààà. Je suis gentille, je ne ferme pas toutes les portes si jamais l’un de vous veut réagir. Mais j’avais dit que je ferais une connerie, je l’ai faite xD]


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un peu trop, même pour une nouvelle-née   Lun 20 Mai 2013 - 11:51

Aro avait pris la parole, attirant l'attention de tous les vampires présents. Carlisle savait à peu près ce qu'il allait dire, ayant déjà entendu un discours de ce type avant la guerre contre les enfants de la Lune. Il regarda autour de lui, observant les réactions, et fut assez amusé. Aro avait l'art de manier mots et ton de la voix pour captiver son public. Il avait toujours été un bon orateur de toute façon. Il attirait les gens, les manipulait, même, le tout pour les faire courir dans le sens que lui désirait. Carlisle se souvenait que lui aussi avait déjà été fasciné comme cela, ce qui l'avait d'ailleurs poussé à accepter l'invitation de venir à Volterra, au tout début de sa vie.

On aurait pu croire qu'Aro était très exposé, ainsi, mais il n'en était rien. Tous les gardes étaient aux aguets, chacun à son pote, et sur le qui-vive malgré leur allure détendue, voir flegmatique. De toute façon, il doutait que qui que ce soit ici tente quelques chose. Personne ne tenait à se prendre le don de Jane. Il croisa les bras, pensif. Héberger Jane ne posait plus de soucis depuis que Bella était transformée.

Une fois le discours terminé, Aro vint emmener Lilwen jusqu'à eux. Il prit un air rassurant pour ne pas l'effrayer ou la braquer. Plus jeune que Renesmée, elle avait de grands yeux bleus, très différents de ceux qu'avaient Renée et Bella, et un air d'ange. Très, très mignonne, mais en larmes. Être séparé ainsi de ses parents devait être une souffrance physique. Mais elle ne resta que peu de temps avec eux, lâchant Jane pour courir dans les bras de ses parents. Renée la ramena elle-même. Elle tenta de la réconforter, la câlinant.


Renée : - Tout va bien se passer, ma puce.

La petite semblait tout sauf coopérative. Renée se redressa, puis s'avança vers Bella. Il s'écarta légèrement pour leur laisser de la place. Mêmes vampires, la mère et la fille se ressemblaient beaucoup. Il eut un sourire attendri lorsque Renée étreignit son aînée, sauf que Bella resta tout à fait stoïque, ce qui le surprit. Réaction qui blessa d'ailleurs Renée. Elle recula, bouleversée.

- Bella, murmura-t-il...

Il était vraiment peiné, pour le coup. D'accord, sa belle-fille était choquée, mais tout de même. Il s'agissait de sa mère... Sa mère qui serra ensuite Jane dans ses bras. Il faillit sourire mais se retint juste à temps. Alors qu'il était si évident que Jane mourrait sans doute d'envie de fuir très loin d'ici. Elle détestait les marques d'affection venant d'un autre qu'Alec.

Renée la relâcha et s'apprêta à partir, mais Bella se décida enfin à remuer et à la rattraper. Il fit attention à ne pas les écouter, se concentrant sur autre chose, comme tout ce qui se passait autour d'eux, par exemple. Inutile de gêner encore plus la mère et la fille. Il observa certains vampires qui discutaient de plans de bataille avec un enthousiasme mal dissimulé. Les trois frères Volturi en plein conciliabule, et qui ne leur prêtaient plus la moindre attention. Les gardes Volturi qui se divisaient en plusieurs groupes, concentrés. Enfin, sauf Alec qui ne lâchait pas sa soeur du regard.

Ils purent partir, emmenant donc Jane et Lilwen. Elles montèrent dans sa voiture, avec Esmée, Rosalie et Emmett. Le voyage fut assez long, d'autant plus qu'aucunes de leurs "invitées" ne décrochèrent un seul mot. D'autant plus, il était surpris du nombre impressionnant que Jane avait en plus. Elle les dissimulait mal, et on ne pouvait rater celles qu'elle avait au visage.


Ils arrivèrent au chalet, enfin, réveillant les deux fillettes par la même occasion, endormies pendant le voyage.

Bella – Ma puce ? On est arrivé. Suis Papa, il va te mettre au lit pour que tu puisses te reposer.

Carlisle verrouilla les voitures, puis vit, navré et impuissant, Alice et Jasper capturer littéralement Jane pour la traîner à l'étage et lui faire changer de vêtements. Heu, là, navré, mais il ne pouvait rien faire... Personne ne pouvait rien lorsque leur Alice sombrait dans une phase "Je suis une accro à la mode et vous allez en baver !". Voilà qui promettait pour la suite !

Il vit Bella filer par la porte-fenêtre et courir vers les bois. il la suivit du regard, inquiet. Pas pour sa sécurité physique - elle ne craignait plus grand-chose à présent - mais plutôt pour son état mental. Hésitant tout d'abord, il finit par la suivre. Tant de nouvelles à digérer en même temps, cela devait faire trop pour elle, vampire ou pas vampire. Lilwen, Renée, les Volturi, la guerre...

Il la trouva assise au bord d'un ruisseau, plongée dans ses pensées. Il s'installa près d'elle, en silence, et observa le reflet du soleil, filtrant à travers les arbres sur le ruisseau. Il ne dit rien un petit moment, observant simplement le paysage. Puis il lui demanda, doucement, si elle avait besoin de parler de ce qu'elle ressentait.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Un peu trop, même pour une nouvelle-née   Mar 21 Mai 2013 - 0:06

Bella ignorait depuis combien de temps elle était ici, à réfléchir, mais cela ne faisait certainement pas une heure. Même pas une heure et quelqu’un se rapprochait déjà. A la démarche, elle reconnut directement la personne : Carlisle. Parfois, être vampire et avoir une ouïe aussi développée était utile, elle se serait enfuie ou se serait cachée si cela avait été quelqu’un d’autre. Mais… Ici, elle n’en avait pas l’envie, ni le courage. De toute manière, à quoi bon ? Bella savait que les autres ne la laisseraient pas tranquilles et qu’elle avait déjà beaucoup de chance que ce soit Carlisle, et non pas Edward ou Jasper qui soit venu la rechercher. Au moins, même s’il l’intimidait un peu, son beau-père était respectueux et plus délicat que ses fils. C’était une qualité que Bella lui reconnaissait et c’était sans doute pour cette raison qu’elle resta à sa place.

Carlisle s’installa à ses côtés, au bord du ruisseau, sans rien dire. Elle ne leva pas la tête vers lui, ne le regarda pas, se bornant à regarder l’eau qui coulait, le courant qui emportait telle branche ou telle feuille avec lui. Cette image représentait très bien ce que Bella ressentait à cet instant précis : tout son courage était envolé, toute sa détermination pour éviter de penser à ce qu’elle avait fait, envolée aussi. Et elle ne pouvait le fuir plus longtemps… Il fallait qu’elle l’affronte une fois pour toutes, qu’elle perce l’abcès pour être tranquille avec sa conscience. Mais était-ce seulement possible ? Après tout ce qu’elle avait fait subir à son père, à son meilleur ami, à ses amis… A sa mère. Pouvait-elle seulement être pardonnée ? Pouvait-elle seulement tirer un trait sur tout cela ? Au fond, elle n’était qu’une pure égoïste, et rien d’autre. Elle était un monstre, une personne horrible qui faisait souffrir ses proches pour son bonheur personnel. Pourquoi ne pas être restée à Forks ? Pourquoi ne pas s’être tuée comme elle l’avait voulu, lors de sa « séparation » avec Edward ? Au moins, tout cela aurait pu être évité. Elle n’aurait fait souffrir personne aussi longtemps, même si Charlie… Non, en fait. Même cette option était mauvaise. Tous les choix auxquels elle avait pensé étaient mauvais.

Carlisle lui demanda alors si elle avait envie de parler de ce qu’elle ressentait. Parler ? Non, pas du tout. Bella avait plutôt envie de se terrer au fond d’un trou pour ne plus jamais en ressortir, se faire oublier pour éviter de faire souffrir ses proches. Quoique, maintenant, c’était trop tard. Il y avait Renesmée, Edward… Sa famille. Elle ne pouvait pas leur infliger cela. Et elle ne voulait pas, non plus, qu’ils s’inquiètent pour elle. Cette seule raison avait suffi à Bella pour qu’elle s’isole, pour qu’elle disparaisse momentanément du champ de vision des Cullen. Mais… Apparemment, elle n’avait pas été assez discrète. Oh, elle ne s’était pas fait d’illusions, sachant qu’ils ne mettraient pas plus d’une heure ou deux pour la retrouver. Mais, ici, cela s’était compté en secondes, son beau-père l’ayant suivie alors même qu’elle quittait le Chalet à la dernière minute pour éviter Alice. En réalité… Elle avait oublié qu’il était aussi attentif à tous les détails. Bella s’était préparée contre Edward qu’elle avait envoyé mettre leur fille au lit, contre Alice en ne décidant réellement de partir qu’à la dernière minute, plus ou moins contre Jasper même s’il avait dû ressentir sa culpabilité… Mais elle avait oublié Carlisle. Et elle ne pouvait pas s’en débarrasser, pas comme cela. Incapable comme elle était, elle serait capable de le blesser, lui aussi. Mais, par où commencer ? Les premiers mots qui franchirent ses lèvres dans un souffle, presque involontairement, furent :

Bella –
Je suis un monstre…

Mais, encore ici, ses paroles pouvaient porter à confusion. Carlisle risquait de croire que Bella parlait de sa nouvelle « nature », qu’elle regrettait son choix et qu’il n’aurait pas dû la transformer. Décidément, les gaffes, elle les enchaînait ! S’empressant de rajouter, contente qu’elle ne puisse plus rougir et remontant la tête pour le regarder, elle dit :

Bella –
Je ne parle pas de ma transformation ! Mais…

Bella ne finit pas sa phrase, soupirant. Comment dire ? Comment expliquer ce qu’elle ressentait ? Elle était un monstre, voilà tout. Un monstre égoïste, purement et simplement. Elle avait fait souffrir ses proches pour sa propre vie et n’avait même pas recontacté Charlie pour le rassurer, ni Jacob alors qu’il devait savoir qu’elle était toujours en vie. Si cela se trouvait, il était à sa recherche en cet instant précis… Alors qu’elle, elle vivait paisiblement au Chalet, avec sa fille, son mari, sa nouvelle famille. D’ailleurs, sa nouvelle famille… Bella avait une famille, elle. Charlie, lui, n’en avait plus. Il avait perdu Renée, il avait perdu sa fille, il avait perdu un de ses amis. Il avait perdu… tout le monde. Elle était un monstre ! La honte pesant trop lourd sur elle pour qu’elle puisse répondre, poursuivre, tout en regardant Carlisle, Bella baissa à nouveau les yeux en trouvant un intérêt soudain pour ses mains – tic qu’elle avait toujours lorsqu’elle confiait quelque chose, comme une bêtise, en fait.

Bella –
Je l’ai abandonnée… Je l’ai même blessée. Renée… J’aurais dû les prévenir… J’aurais dû faire quelque chose pour sauver Renée. Si je n’étais pas partie, elle ne serait pas devenue une Volturi. Si… Je suis un monstre…

Oui, Bella n’avait pas dit tout ce qu’elle ressentait, elle n’avait pas parlé de ses pensées à l’égard de Charlie et Jacob, mais autant cacher ce détail-là. Carlisle n’avait pas besoin de savoir qu’elle ressentait toujours de la culpabilité pour son père et son meilleur ami. Et il ne pouvait pas le deviner si elle ne les citait pas… Alors autant rester sur Renée, ici. Bella ne pouvait le rejeter, mais… Camoufler la vérité n’était pas interdit. N’est-ce pas ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un peu trop, même pour une nouvelle-née   Sam 25 Mai 2013 - 11:01

Pour être tout à fait honnête, Carlisle ignorait si Bella allait lui répondre, tant elle paraissait troublée et perdue. Elle lui faisait de la peine, assise comme ça. Il ignorait même trop quoi lui dire, ne s'étant jamais trouvé dans une telle situation. Lui n'avait pas eu à "tout quitter", tout perdre en quelque sorte. Son père, seule famille qui lui restait, était très vieux, aux portes de la morte, et Carlisle ne l'avait jamais aimé. C'était un homme dur et cruel, voyant des monstres partout, et qui avait fait brûlé vif, pendre et tué des dizaines d'innocents. Sa mère était morte en couches. Des amis, oui, il en avait eu. Nalia, la fille du boulanger, plus jeune que lui mais déjà mère de deux enfants. William, devenu forgeron, son meilleur ami lorsqu'il était humain... Et tant d'autres.

Il pinça légèrement les lèvres. Il ne pouvait regretter sa famille, mais il avait regretté ses amis. Ne pouvant les revoir, il s'était résigné à ce qu'ils le croient morts. Puis sa nouvelle vie l'avait emporté, tout ce qui avait suivi lui avait permis de faire son deuil, petit à petit. Mais la culpabilité avait longtemps été présente. Culpabilité d'avoir failli à sa mission, déçu ceux qui travaillaient avec lui, culpabilité pour avoir fait souffrir ceux qui l'aimaient en disparaissant si brutalement.


Bella Je suis un monstre…

Il tourna le regard vers elle, patient. Elle tressaillit puis rajouta très vite :

Bella Je ne parle pas de ma transformation ! Mais…

Cela, il pouvait s'en douter. Et il était logique qu'elle ressente tout cela après avoir revu Renée. Au début de sa vie, un vampire, pour peu qu'il ait un peu de cœur, était forcément tourmenté par sa vie humaine. Qui avait-on fait souffrir en disparaissant ? Qui nous avait pleuré ? Qui avait-on abandonné ? Comment les choses auraient-elles pu se dérouler ? Regrettait-on notre perte ? Comment allait être la vie à présent ? Toutes ces questions vous dévoraient de l'intérieur, parfois des années. Il attendit qu'elle développe, patient. Celui lui ferait le plus grand bien de se confier. Parler faisait toujours du bien.

Bella Je l’ai abandonnée… Je l’ai même blessée. Renée… J’aurais dû les prévenir… J’aurais dû faire quelque chose pour sauver Renée. Si je n’étais pas partie, elle ne serait pas devenue une Volturi. Si… Je suis un monstre…

Intuition confirmée. Honte, culpabilité... Les émotions naturelles qui venaient après une transformation récente. Il resta silencieux un court instant, la laissant reprendre ses esprits.

- C'est normal de ressentir tout cela, Bella. Nous sommes tous passés par là. Mais il faut que tu prennes conscience que certaines choses sont mieux ainsi. Ton père pourra refaire sa vie, accomplir son deuil, et ne pas gâcher sa vie à te chercher. C'est la même chose pour tes amis. Pour Jacob... Il sait au moins que tu es vivante, et que tu as choisi ta voie, ta vie. Quand à Renée, elle... Je ne pense pas qu'on aurait pu empêcher ce qui est arrivé. Mais elle est heureuse, et veut sans doute que tu le sois aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Un peu trop, même pour une nouvelle-née   Sam 25 Mai 2013 - 23:46

Carlisle – C'est normal de ressentir tout cela, Bella. Nous sommes tous passés par là. Mais il faut que tu prennes conscience que certaines choses sont mieux ainsi. Ton père pourra refaire sa vie, accomplir son deuil, et ne pas gâcher sa vie à te chercher. C'est la même chose pour tes amis. Pour Jacob... Il sait au moins que tu es vivante, et que tu as choisi ta voie, ta vie. Quand à Renée, elle... Je ne pense pas qu'on aurait pu empêcher ce qui est arrivé. Mais elle est heureuse, et veut sans doute que tu le sois aussi.

Être heureuse ? Mais comment Bella pouvait-elle être heureuse dans une situation pareille ? Oui, peut-être était-ce normal, peut-être que les choses étaient bien mieux ainsi… Mais elle avait fait beaucoup de peine à tout le monde, tous ses proches, à sa famille, pour son propre bonheur. Et, même dans sa nouvelle vie, même en nageant dans un bonheur complet, elle savait que ses proches n’étaient pas heureux. Pas comme elle l’était. Ils la pensaient morte alors qu’elle était bel et bien vivante – d’une certaine manière – et avaient dû faire un deuil qu’elle n’avait pas dû faire. Enfin… Si, mais Bella n’avait pas d’endroit particulier où se rendre pour « leur rendre hommage ». Elle savait qu’ils étaient toujours vivants, à Forks ou en Italie. Eux, l’ignoraient. Ils savaient qu’elle était morte dans un accident de voiture, rien de plus… Mais, encore ici, ce n’était pas le cas de tout le monde.

Jacob. Bella l’avait abandonné en partant, elle ne l’avait même pas recontacté, elle n’avait pas envoyé de lettre, pas envoyé un seul signe de vie vers Forks. Depuis juin, il devait sans cesse la chercher, passant ses jours et ses nuits dans la peau d’un loup pour retrouver sa trace. Ou peut-être Bella se faisait-elle des idées ? Peut-être ne la cherchait-il pas et avait-il accepté qu’elle ait refait sa vie loin de Forks pour les protéger ? Mais… Connaissait-il la véritable histoire qui les avait poussés à quitter Forks du jour au lendemain ? Savait-il pourquoi ils avaient tout quitté alors que Bella devait encore passer son bac ? S’était-il seulement interrogé sur l’origine de ce départ précipité ? Les Cullen avaient, bien sûr, fait des recherches. Mais… Ayant tout en abandonné du jour au lendemain, sans oublier le mariage, la grossesse et la transformation de Bella… Ils n’avaient pas trouvé grand-chose. Jacob ne devait pas avoir effectué plus de recherches qu’eux, lui non plus. Spontané comme il l’était, il s’était sûrement lancé à sa recherche directement. Et il avait perdu son temps…

Mais Bella ne pouvait pas dire à Carlisle tout ce qu’elle pensait. S’il savait que cette histoire la minait à ce point, il risquait de ne pas la lâcher, ou de demander à Jasper ou Edward de veiller sur elle comme il l’avait fait lorsqu’ils étaient arrivés au Népal. Quoi que. Non, Carlisle ne ferait pas cela. Il n’allait pas les lui coller sur le dos alors qu’elle n’était pas bien… Il ne ferait pas une telle chose. Bon, d’accord, il s’inquiétait pour elle, à présent. Mais, à part sa culpabilité, il n’était au courant de rien. Il ne pouvait donc pas la cuisiner sur un autre sujet. Seulement… Bella avait peur de prendre ce risque, de passer pour une déprimée à ressasser tout cela alors qu’elle était bien lotie. Pourquoi ne pas simplement esquiver la discussion en disant que tout allait mieux, qu’elle croyait ce qu’il venait de lui dire ? Cela pouvait fonctionner. Enfin… Si elle ne s’était pas enfuie comme une voleuse. Regardant dans le vague, un point indéfini qu’elle fixait à l’horizon et se mordant les lèvres, Bella répondit :

Bella –
Peut-être avez-vous raison… Je veux dire, je vous crois. J’ai juste… du mal à m’y faire. C’est sans doute mieux comme ça, oui…

Il restait, néanmoins, la question de Jacob. Bella avait franchement esquivé le sujet « Renée », elle s’était cantonnée à un simple « Je vous crois » bien que cela ne soit pas tout à fait le cas. Pas qu’elle doutait de son beau-père, loin de là, il était comme un second père pour elle. Mais… Il ne pouvait être sûre à cent pourcent du ressenti de Renée. Si jamais elle était manipulée, elle aussi ? Si elle avait eu Lilwen par… stratagème ? Par piège ? Par moment de faiblesse ? Ils ignoraient tout de cette histoire. Mais Bella ne voulait pas lancer ce sujet-là, il fallait qu’elle dise quelque chose. Peut-être… Oui. Pourquoi pas ? D’une voix hésitante, elle se tourna brièvement vers Carlisle après avoir prononcé son prénom et dit :

Bella –
Carlisle… Vous pensez vraiment que Jacob aura compris tout ça ? Vous le connaissez… Il a dit que je…

Non. Bella ne pouvait pas dire cela. Elle baissa à nouveau la tête, concentrée sur un autre point invisible. Comment dire qu’il lui avait avoué, un jour, qu’il la considérerait comme morte dès qu’elle aurait été transformée ? Ici, elle avait été enlevée, transformée, et s’était mariée avec le pire ennemi de Jacob. Et lui s’en doutait certainement. Non… Il n’aurait pas compris son choix.

Bella –
Oubliez… Je n’ai rien dit.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un peu trop, même pour une nouvelle-née   Mar 28 Mai 2013 - 11:53

Sa belle-fille ne le croyait pas, c'était évident. Elle s'enfonça dans un silence songeur et déprimé, qu'il respecta, la laissant réfléchir. Oui, c'était dur, il le savait, eux tous le savaient. En devenant vampires, ils renonçaient à beaucoup : une vie souvent plus heureuse, leur famille, les amis, les enfants. L'adoption n'était bien souvent qu'une très maigre compensation, voir totalement insuffisante aux yeux de certains. Il suffisait de regarder Rosalie. Même après des centaines et des centaines d'années d'existence, votre passé humain était toujours là, pouvant revenir vous hanter à n'importe quel moment.

Bella – Peut-être avez-vous raison… Je veux dire, je vous crois. J’ai juste… du mal à m’y faire. C’est sans doute mieux comme ça, oui…

Elle le croyait... Ou pas. Le ton de sa voix laissait sous-entendre le contraire. Carlisle avait tenté de la rassurer à propos de Renée, mais Bella était en droit de douter de ses dires. Comment être sûr, en effet, que Renée était pleinement heureuse ? Lui le pensait, mais Bella n'avait pas les mêmes raisons que lui. Mais Marcus était le plus "humain" des trois frères. Le moins cruel, le moins sadique. Ce n'était pas un soldat, contrairement aux deux autres, et Carlisle était persuadé qu'il s'occupait bien de Renée. Bella se tourna brièvement vers lui, hésitante.

Bella – Carlisle… Vous pensez vraiment que Jacob aura compris tout ça ? Vous le connaissez… Il a dit que je…

Le regard du médecin se fit plus triste. Il savait à quoi elle faisait allusion. Un jour, Edward était rentré furieux et blême, puis avait fini par lui avouer à mi-voix ce qu'avait un jour dit Jacob à Bella, alors qu'ils n'étaient que tous les deux, durant la période où ils avaient tous quittés Forks. Le jeune Quileute avait eu une réaction "naturelle", celle que lui dictait sa nature de lycanthrope, mais Bella en avait été très blessée. Elle ne pouvait pas comprendre, ni à cette époque ni aujourd'hui, d'où venait cette haine ancestrale. Elle n'était pas "de leur monde" depuis suffisamment longtemps pour ça.

Bella – Oubliez… Je n’ai rien dit.

Carlisle lui posa une main sur l'épaule et y appliqua une légère pression, comme il le faisait à chaque fois pour réconforter ses enfants, leur faire comprendre qu'il était là pour eux. il ne voulait pas les voir souffrir, aucun d'entre eux. Comme tous les parents, il préférait être blessé lui que de voir souffrir ses enfants. Enfants adoptifs seulement mais qu'importe !

- Je sais ce qui s'est passé entre Jacob et toi, dit-il très doucement. Edward a fini par me l'avouer, un soir, avant de te rejoindre. Bella... Tu es encore trop nouvelle dans notre monde pour comprendre cette haine, ce qui s'est déroulé entre notre race et celle des lycans. Ni Jacob ni les Quileutes ne sont des enfants de la Lune, bien sûr, mais les ressemblances restent assez importantes. Et Jacob... Il est très jeune, lui aussi. Même trop, selon moi, pour le rôle qui lui a été confié. Mais il a réagi selon son instinct, et je me doute qu'il regrette ce qu'il a pu dire. Ce n'est pas toi qu'il déteste, mais notre nature même, c'est comme ancré en lui. La seule chose qu'il ne comprendra pas, ce sera ton choix de devenir l'une des nôtres. Mais toi, la personne que tu es, il ne détestera jamais.

Il fit une pause pour la laisser intégrer ce qu'il venait de dire, observant le ruissellement de l'eau et les rayons de soleil filtrant à travers les arbres. Il espérait l'avoir au moins un peu rassurée sur ces points-là. Pour le reste... Comment la convaincre ? Il ne voulait qu'elle reste l'esprit troublée ainsi, ce n'était pas bon, pas sain. D'autant plus qu'elle ne pouvait même plus évacuer en pleurant un bon coup ou ce genre de choses.

- Pour le reste... Bella, honnêtement, tu peux être rassurée, pour ta mère. Tu ne connais pas assez Marcus pour le juger mais moi, si. Il est le plus "humain" des trois frères, voir même de tout le clan. Aro et Caïus étaient soldats, et lui médecin. Je te passe les détails de leur rencontre, tu n'as sans doute pas envie d'entendre cette histoire maintenant, mais Marcus n'a jamais été cruel, ou sadique. Il sort de presque trois mille ans d'une apathie totale... C'est le plus sage, et sans doute le seul vampire au monde capable de freiner ses frères. Jamais il ne piégera ou ne forcera Renée, tu peux en être certaine. Personne n'aurait imaginé une pareille union, je te l'accorde, mais bon.

Il eut un maigre sourire, qu'il offrit à Bella pour tenter de la réconforter.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Un peu trop, même pour une nouvelle-née   Mer 29 Mai 2013 - 19:38

Carlisle posa une main sur son épaule suite à la question que Bella venait de lui poser. Elle n’avait pas la force de lui expliquer ce que Jacob lui avait dit, ce jour-là. Elle savait qu’elle l’avait perdu le jour où elle avait tout quitté, le jour où ils avaient atterri au Népal, le jour où elle avait accouché de Renesmée. Mais elle l’avait perdu bien avant… Lorsqu’il lui avait dit qu’elle deviendrait son ennemie dès qu’elle serait transformée. Naturellement, Edward l’avait su directement en la voyant, remarquant sa tête abattue et sa colère. Il l’avait harcelée pour qu’elle lui dise ce qu’il s’était passé et était lui-même reparti furieux, même s’il ne le lui avait pas montré pour la préserver. Ah… Voilà. Edward avait…

Carlisle –
Je sais ce qui s'est passé entre Jacob et toi. Edward a fini par me l'avouer, un soir, avant de te rejoindre. Bella... Tu es encore trop nouvelle dans notre monde pour comprendre cette haine, ce qui s'est déroulé entre notre race et celle des lycans. Ni Jacob ni les Quileute ne sont des enfants de la Lune, bien sûr, mais les ressemblances restent assez importantes. Et Jacob... Il est très jeune, lui aussi. Même trop, selon moi, pour le rôle qui lui a été confié. Mais il a réagi selon son instinct, et je me doute qu'il regrette ce qu'il a pu dire. Ce n'est pas toi qu'il déteste, mais notre nature même, c'est comme ancré en lui. La seule chose qu'il ne comprendra pas, ce sera ton choix de devenir l'une des nôtres. Mais toi, la personne que tu es, il ne détestera jamais.

Bon… Carlisle savait tout. D’un côté, cela facilitait les choses parce que Bella aurait été incapable d’expliquer plus en détails. Bien sûr, elle savait que son beau-père avait raison. Peut-être, du moins… Elle l’espérait. Mais il s’agissait de Jacob, et il la détesterait elle aussi, sans distinction entre sa nature et son caractère. Elle était toujours la même, si ce n’est qu’elle n’avait plus la chaleur et les réflexes humains qui la rendaient si vulnérable, autrefois. Mais, de toute manière, il fallait qu’elle oublie cela. Sa vie humaine n’était plus ici, plus rien ne la lui rappelait. Alors… Oui, Jacob la détesterait simplement à cause de sa nature. Mais, au pire… Elle ne le reverrait plus. Non ? Il la détestait, peut-être même n’était-il pas à sa recherche. Il devait se douter de sa transformation. Donc, il la détestait… Non ?

Carlisle –
Pour le reste... Bella, honnêtement, tu peux être rassurée, pour ta mère. Tu ne connais pas assez Marcus pour le juger mais moi, si. Il est le plus "humain" des trois frères, voir même de tout le clan. Aro et Caïus étaient soldats, et lui médecin. Je te passe les détails de leur rencontre, tu n'as sans doute pas envie d'entendre cette histoire maintenant, mais Marcus n'a jamais été cruel, ou sadique. Il sort de presque trois mille ans d'une apathie totale... C'est le plus sage, et sans doute le seul vampire au monde capable de freiner ses frères. Jamais il ne piégera ou ne forcera Renée, tu peux en être certaine. Personne n'aurait imaginé une pareille union, je te l'accorde, mais bon.

Marcus… Bella rendit son sourire à Carlisle, bien que celui-ci ressemble plus à une grimace qu’autre chose. Elle se souvenait très bien de son mariage, du choc qu’elle avait eu en voyant débarquer sa mère au bras du Volturi. Mais Bella n’avait pas peur de Marcus. Elle avait surtout peur de ce que pouvait faire ou dire Aro, de ce qu’il risquait d’ordonner à son frère à propos de sa mère. Après tout, il avait mis en place des plans tordus, plus tordus les uns que les autres même, pour récupérer les jumeaux lorsque ceux-ci avaient essayé de lui échapper. Alors, elle pouvait avoir peur, non ? Si jamais sa mère voulait partir ? Si jamais elle décidait de quitter Marcus, tout en gardant sa fille ? Comment Aro réagirait-il ? Surtout… Non. Ce n’était pas Marcus qui lui faisait peur, il avait l’air gentil d’après ce qu’elle avait vu. Le peu de temps qu’elle l’avait aperçu, du moins. Il avait l’air d’être le plus « humain » des trois comme l’avait dit Carlisle et le moins cruel, le plus sensible. Seulement… Elle n’avait pas confiance. Mais pas du tout. Répondant presque directement, Bella dit :

Bella –
Je n’ai pas peur de Marcus. Mais… D’Aro. Imaginez, si jamais Renée veut partir ? Comment pourra-t-elle le faire ? Avec sa fille, il ne la laissera partir et… Vu ce qu’il a fait aux jumeaux. Je ne lui fais pas confiance… Pas du tout. Peut-être est-elle heureuse, mais si elle ne l’est plus dans dix, ou vingt ans ? Si jamais elle vit plus longtemps que Lilwen, ou si elle réalise que ce n’est pas son style de vie ? Je…


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un peu trop, même pour une nouvelle-née   Lun 3 Juin 2013 - 14:26

Bella tenta de lui rendre son sourire mais n'avait pas l'air très convaincue. Elle devait encore s'inquiéter. Mais Carlisle ne savait pas quoi lui dire de plus pour la rassurer ou dissiper les doutes qu'elle pouvait encore éprouver, loin de là. Il attendit donc qu'elle se confie, qu'elle avoue tout ce qui lui pesait encore sur le coeur.

Bella Je n’ai pas peur de Marcus. Mais… D’Aro. Imaginez, si jamais Renée veut partir ? Comment pourra-t-elle le faire ? Avec sa fille, il ne la laissera partir et… Vu ce qu’il a fait aux jumeaux. Je ne lui fais pas confiance… Pas du tout. Peut-être est-elle heureuse, mais si elle ne l’est plus dans dix, ou vingt ans ? Si jamais elle vit plus longtemps que Lilwen, ou si elle réalise que ce n’est pas son style de vie ? Je…

Aro. Aro, encore et toujours. Il avait décidément fortement impressionné sa belle-fille. Mais c'était une réaction naturelle pour ainsi dire. Le chef des Volturi était puissant, sans nul doute, et l'âge lui avait permit d'aiguiser sa ruse et son intelligence. Il savait très bien ce qu'il voulait et comment faire pour l'obtenir. Patient et intelligent, il était capable de monter beaucoup de plans, et de les remanier, grâce à une bonne souplesse d'esprit. Carlisle ne le craignait pas, mais il en savait assez sur lui pour qu'il se méfie. Les inquiétudes de Bella était plus que légitimes, mais il n'y avait pas de quoi s'affoler non plus, selon lui. il fallait prendre tous les paramètres en compte.

- Je ne nie pas qu'Aro peut se révéler effrayant. Il est intelligent et c'est un excellent stratège. Mais la situation est différente que celle des jumeaux. Jane et Alec possèdent tous deux un don très puissant, et Aro les a entraînés lui-même. Ta mère n'a pas de don. Désolée si ça te choque, mais elle n'est toujours vivante que grâce à son attachement à Marcus. Et aussi parce qu'elle est la seule femme au monde à avoir réussi à le toucher, l'éveiller. Rien que pour cela, et j'en suis certain, ni Aro ni Caïus ne lui feront le moindre mal.

Il s'assura que Bella l'écoutait et le comprenait avant d'enchaîner.

- Essaye de prendre en compte l'influence que Marcus à sur ses frères. Il saura protéger Renée, même si elle décide de partir. Prend aussi en compte le fait qu'Aro tient à ses frères, et ne prendra pas le risque de faire replonger Marcus dans la déprime en tentant quelque chose contre ta mère. Bella, écoute-moi bien. Ta mère est adulte, et sait décider elle-même de sa propre vie. Elle a choisi d'être avec Marcus. Elle a choisi de garder Lilwen, même au péril de sa vie. Ce n'est pas à toi de t'inquiéter pour elle, de t'angoisser pour sa vie future. Toi, tu peux t'angoisser pour le futur de Renesmée autant que tu veux, mais tu n'as pas à assumer celui de ta mère. Ce n'est pas ton rôle et ce ne le sera jamais. Les parents ne doivent pas mêler leurs enfants à leurs soucis, quoi qu'il arrive. Surtout que tout va bien pour Renée actuellement.

Il se leva, et regarda l'horizon avec un léger soupir. Bella ne devait que se soucier de Renesmée, que de sa fille. Renée était adulte et pouvait assumer ses choix. C'était aux parents de protéger leurs enfants, pas l'inverse. C'était pour cela qu'il avait interdit à Emmett de se battre et recommander la plus grande prudence aux autres.

- Viens, Bella, on ne va pas inquiéter les autres en restant dehors comme ça...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un peu trop, même pour une nouvelle-née   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un peu trop, même pour une nouvelle-née
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouveau look pour une nouvelle vie : voici June
» J-5 pour la nouvelle voiture
» construction d un podium pour notre nouvelle piste
» Pour la nouvelle année on vous offre....
» Poème pour la nouvelle année

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: