Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Transformée, et encore trimballée...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Transformée, et encore trimballée...   Sam 8 Juin 2013 - 20:17

[Je te hais.]

Carlisle rassura Bella en lui disant qu’il allait bien et il n’avait, étrangement, même pas l’air énervé. Bon… C’était déjà un point positif. Mais elle avait poussé son beau-père ! Il était à terre ! Enfin, plus maintenant, certes, mais… A terre, quoi ! Ne le croyant pas, pensant qu’il disait cela seulement pour la rassurer et diminuer la gêne qu’elle pouvait ressentir, Bella détailla Carlisle de haut en bas pour s’assurer qu’il ne mentait pas. Un rapide coup d’œil fit l’affaire grâce à ses capacités cognitives plus développées – au moins, être transformée l’aidait vraiment ici : elle ne rougissait plus et réfléchissait plus vite. Mais à peine eut-elle fini « l’inventaire » que quelqu’un frappa à la porte et entra. Jasper. Pardon ?! Mais que faisait-il ici, lui aussi ? Que toute la famille se ramène, tant qu’ils y étaient, Bella ne dirait rien ! Ils tenaient tant que cela à se faire torturer ? Certes, Jasper pouvait contrôler les émotions et calmer Jane, mais… Ils se mettaient tout de même tous en danger pour RIEN ! Transformée, leur « protégée » n’était plus en sucre et pouvait largement se défendre toute seule, ils n’avaient pas besoin d’être derrière son dos à chaque pas ! Bella allait lui rétorquer de partir lorsqu’elle vit Edward hocher de la tête en regardant Carlisle. Hum ? Que préparaient-ils encore ? Jasper avait regardé son frère, lui avait sûrement dit quelque chose et… Ils n’allaient tout de même pas oser ? Pourquoi Jasper serait… Non !

Bella ne comprit que bien trop tard ce qu’ils voulaient faire. Edward lui avait sauté dessus sans qu’elle ne le voie venir. Il la prit dans ses bras, la soulevant et la serrant contre lui. Mais non ! Il trouvait encore le moyen de la trimballer alors qu’elle était transformée ?! Elle se débattit, tentant même de donner des coups de coudes à Edward mais il para tous ses coups en l’immobilisant complètement. Sûrement une technique de Jasper… Encore eux deux. Ce qu’elle pouvait les détester lorsqu’ils s’y mettaient, ces deux là… Elle ne l’avait jamais vu utiliser une telle technique, cela ne pouvait donc venir que de Jasper qui avait des compétences en combat. Il allait payer dès qu’elle le croiserait à nouveau, il pouvait en être sûr. Mais peut-être Edward ne la maîtrisait-il pas suffisamment ? Peut-être Bella avait-elle une toute petite chance pour s’en tirer ? Elle se débattit à nouveau tandis qu’il sortait du cottage. Mais pour aller où, bon sang ?! Se faire trimballer comme une enfant alors qu’elle n’avait rien à craindre, cette fois ! C’était dégueulasse, horrible et extrêmement bas de sa part. D’accord, elle l’avait sûrement énervé, mais… Non, il n’avait pas le droit ! Multipliant les coups de pieds dans le vent, Bella hurla :

Bella – Lâche-moi tout de suite ! Je ne suis pas un pantin, Edward ! Lâche-moi bon sang !

Autant dire que ses paroles n’eurent aucun effet sur son mari. Rien, nada, pas le moindre sourcillement, pas le moindre ralentissement, pas le moindre relâchement. Au contraire, il semblait prendre un malin plaisir à être en position de force et à pouvoir avoir l’avantage sur elle, pour une fois. Peut-être Bella n’aurait-elle pas dû l’empêcher de rentrer comme elle avait fait, en fin de compte… Mais si ! Après tout, c’était SA sécurité qu’elle avait visé, il l’avait protégée lorsqu’elle était humaine, elle pouvait en faire autant pour lui ! Pour une fois, elle n’était pas un boulet capable de ne rien faire. Alors, elle n’allait certainement pas le laisser souffrir comme lorsqu’il s’était interposé entre Jane et elle lors de leur première « rencontre » ! Bella continuait à se débattre, hurlant plus fort avec l’espoir de percer les tympans à Edward. Furieuse ? Oh oui, et pas qu’un peu. Ils arrivèrent au Chalet, apparemment désert et parfaitement calme – étrange contraste avec la situation qui se déroulait dehors –, et Edward grimpa les trois étages, poussa la porte de leur chambre et… La plaqua sur le lit en lui attrapant les poignets et lui coinçant les jambes entre les siennes. Tout cela en même temps, bien sûr… Le… Rah ! Il n’allait pas la coincer comme cela, hors de question ! Il pouvait toujours rêver, Bella pouvait se débattre des heures durant s’il le fallait !

Bella – Lâche-moi ! Je sais, t’es furieux, mais lâche-moi, j’ai compris là ! Laisse-moi partir !

Gigotant dans tous les sens, remuant à droite, à gauche, en bas, en haut… Bella avait beau essayer, elle ne parvenait à faire que de brefs mouvements, rapidement bloqués par la posture que lui avait imposée Edward. Mais elle ne comptait pas abandonner si vite ! Il y avait sûrement moyen ! Mentalement, elle l’insultait de tous les noms possibles, tous ceux qu’elle connaissait, sans oser les dire pour autant – car elle savait qu’elle le regretterait. Mais… Edward ne bougea pas d’un pouce. Il restait imperturbable et la regardait, attendant sûrement qu’elle se calme et qu’elle arrête de bouger. Bon… C’était impossible. Arrêtant de bouger progressivement, mais toujours incroyablement tendue, elle lui lâcha dans un grognement :

Bella – Bon, ça va. Qu’est-ce que tu me veux, à la fin ?

La réaction d’Edward face à cette question fut… Un sourire. Aïe. Mauvaise question, mauvaise tactique. Si elle voulait avoir une chance de s’en tirer, Bella devait lancer un autre sujet, elle devait le distraire ou… N’importe quoi ! Puis, pourquoi l’avait-il emmenée ici ? Que comptaient-ils faire à Jane, au juste ? S’ils voulaient l’abandonner, c’était complètement stupide parce que cela ne l’aiderait pas. Et s’ils voulaient la ramener à Volterra… Non plus. Les Volturi ne voudraient jamais la reprendre alors qu’elle est devenue inutile à leurs yeux. Alors, QUOI ?!

Bella – Pourquoi tu m’as emmenée ici ? Si vous comptez abandonner Jane, tu sais que je serai capable d’aller la chercher moi-même. Et si vous comptez la ramener à Volterra, c’est complètement stupide vu que tu sais aussi bien que moi que les Volturi ne la reprendront pas dans cet état.

Sa colère était amplement perceptible dans le son de sa voix, Bella ne parvenait pas à se calmer, elle était littéralement furieuse d’avoir été trimballée comme un vulgaire sac de pommes-de-terre. Mais, zut quoi, il n’avait pas le droit ! Le foudroyant du regard, sa seule arme étant donné la position, elle attendit. Furieuse, certes, mais elle ne pouvait rien faire d’autre. Le… Il ne perdait rien pour attendre, lui non plus.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Edward A. Cullen
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Transformée, et encore trimballée...   Dim 9 Juin 2013 - 11:51

Bella – Bon, ça va. Qu’est-ce que tu me veux, à la fin ?

Il lui sourit de plus belle, attendant qu'elle se calme, sans relâcher sa prise le moins du monde. Il savait très bien qu'elle était folle de rage, ne serait-ce qu'à cause de la manière dont elle lui hurlait dessus depuis toute à l'heure. Et quelle tente de se débattre. Au moins, il pouvait la maîtriser, maintenant. Edward avait passé des heures particulièrement douloureuses avec son frère pour apprendre cette technique. Pendant que Bella était blottie dans le canapé, sa fille sur les genoux, à regarder un film, il s'était éclipsé avec Jasper bien plus loin. Et s'était fait écraser le nez dans la poussière une bonne vingtaine de fois avant de saisir le truc et pouvoir répéter les mouvements.

Bella – Pourquoi tu m’as emmenée ici ? Si vous comptez abandonner Jane, tu sais que je serai capable d’aller la chercher moi-même. Et si vous comptez la ramener à Volterra, c’est complètement stupide vu que tu sais aussi bien que moi que les Volturi ne la reprendront pas dans cet état.

Abandonner Jane ? Non, ce n'était guère leur intention. Pas plus que la ramener en Italie, d'ailleurs. Edward n'était pas stupide, il savait très bien que Jane n'était pas utile à Aro tant qu'elle sera dans cet état. Et Bella devrait se douter que ce n'était pas non plus leur genre que de laisser tomber Jane comme ça, ou la jeter en pleine nature. Non seulement elle tenait à peine debout toute seule, mais si on la laissait, elle ne survivra pas. Elle ne se nourrira pas. Déjà affaiblie, il ne faudra plus grand-chose pour la tuer. Peut-être était-ce ce qu'elle voulait... Il ferma brièvement les yeux, découragé, ne parlant toujours pas.

Il ne détestait pas Jane, pas vraiment. Il l'avait haïe, auparavant, mais tout ce qui s'était déroulé depuis... La mort d'Alec était le point culminant. Trop attachés l'un à l'autre, trop liés, ils ne pouvaient survivre si l'un des deux mourraient. Lorsqu'il s'était séparé de Bella, il lui avait semblé mourir, mais sa souffrance lui paraissait aujourd'hui si dérisoire ! Il y avait une différence entre être séparé de celui qu'on aimait mais le savoir vivant et en bonne santé quelque part, et en être séparé à cause de la mort. Le second cas était irréversible.


- Bella, on ne va pas abandonner Jane, ça me paraît évident. Les autres vont essayer de la réveiller, de lui parler. Et comme on savait tous que tu refuserais que l'on entre... Mais essaye de comprendre une chose. On ne peut pas se permettre de l'isoler ! tu sais que...

Il s'interrompit et se mordit les lèvres. Bon, comment lui expliquer le fond de sa pensée sans les faire craquer tous les deux ? Il avait horreur de parler de cette période, tout comme elle, mais il devait le faire dans ce cas précis. Elle devait comprendre pourquoi ils agissaient ainsi, pourquoi il fallait prendre des mesures un peu plus énergiques, pourquoi il ne fallait pas laisser aller les choses sans réagir. Il cherchait ses mots, hésitant, ne voulant pas blesser Bella. Il soupira, puis la regarda droit dans les yeux, essayant de contrôler sa voix.

- Toi et moi, Bella, on était bien placés pour pouvoir aider Jane. Lors de notre séparation, on a tous les deux connus la souffrance, la douleur qu'amène la solitude. Une souffrance à vouloir en crever. Mais tu sais pourquoi on s'en est sortis ? Toi, tu as eu le soutien de Jacob. moi, la certitude que tu étais vivante et entre de bonnes mains. Et on s'est retrouvés. Cependant... On a tenu grâce aux autres, et parce qu'on savait l'autre libre quelque part et en bonne santé. Mais ici ? Jane ne peut pas se raccrocher aux mêmes choses que nous ! Son frère est mort, et toute la souffrance au monde ne le ramènera pas. Et ce qui aggrave encore plus la situation, c'est qu'elle n'a pas non plus de véritable ami pour la soutenir ! Privée de ces deux soutiens, comment veux-tu qu'elle tienne le coup si elle reste isolée ? Peu importe le danger, Bella, que tu sois seule à lui parler ne suffira jamais. Et s'il n'y avait que ça...

Il s'interrompit, puis relâcha lentement sa femme. Il se redressa, puis s'assit à côté sur le lit, dépité.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Transformée, et encore trimballée...   Dim 9 Juin 2013 - 18:20

Edward – Bella, on ne va pas abandonner Jane, ça me paraît évident. Les autres vont essayer de la réveiller, de lui parler. Et comme on savait tous que tu refuserais que l'on entre... Mais essaye de comprendre une chose. On ne peut pas se permettre de l'isoler ! Tu sais que...

Ah ? Mais s’ils lui avaient dit cela, tout simplement, Bella aurait accepté. Et puis… Pourquoi l’écarter, dans ce cas ? Ils étaient bien plus forts qu’elle, et elle le savait. C’était pour cette raison qu’elle ne s’était pas opposée plus que cela face à Carlisle, bien que ses arguments aient beaucoup joué en sa faveur également. Alors, pourquoi l’écarter pour lui parler ? Bon… D’accord, peut-être Bella n’aurait-elle pas accepté directement de laisser les autres entrer et se mettre en danger avec Jane. Après tout, son don était puissant et elle ne le contrôlait plus. Mais Jasper y était et était bien plus maitre de son don qu’elle-même, ou que Jane en cet instant précis. Même si elle le haïssait pour avoir enseigné cette prise horrible à Edward, elle devait bien reconnaitre qu’il était bien plus utile qu’elle face à Jane. Néanmoins, cela ne changeait rien à ce qu’elle pensait pour le moment. Ils n’avaient pas à la trimballer partout où cela leur chantait, même s’ils prétendaient que Bella étaient une vraie tête de mule, au point de devoir en venir à des moyens aussi extrêmes pour pouvoir agir.

Seulement… Edward n’avait pas terminé sa phrase. Il avait commencé à dire quelque chose, puis s’était interrompu en se mordant les lèvres. Ce n’était pas de la colère ni de la fierté, cette fois… Mais plutôt de la douleur. De la douleur ? Non, ne pas céder. Il faisait tout cela uniquement pour la faire craquer, la calmer et dissiper la colère qu’elle ressentait. Mais, cette fois, Bella n’allait pas se laisser avoir aussi facilement. Edward était le roi des coups bas et elle ne l’oubliait pas. D’habitude, il utilisait simplement ses faiblesses… « physiques », dira-t-on, mais il faut croire qu’il avait changé de tactique, cette fois. Et, malgré cette prise de conscience, Bella ne pouvait s’empêcher de s’adoucir, passant de la colère à l’inquiétude. Cependant, elle ne se décrispa pas pour autant, décidée à montrer qu’elle était vraiment furieuse contre Edward et qu’une explication aussi basique ne suffirait pas. Elle attendait donc la suite de ses paroles. Ce qui ne tarda pas à arriver mais… Le soupir et le regard que lui lançait Edward réduisirent sa détermination à un niveau proche du zéro.

Edward – Toi et moi, Bella, on était bien placés pour pouvoir aider Jane. Lors de notre séparation, on a tous les deux connus la souffrance, la douleur qu'amène la solitude. Une souffrance à vouloir en crever. Mais tu sais pourquoi on s'en est sortis ? Toi, tu as eu le soutien de Jacob. Moi, la certitude que tu étais vivante et entre de bonnes mains. Et on s'est retrouvés. Cependant... On a tenu grâce aux autres, et parce qu'on savait l'autre libre quelque part et en bonne santé. Mais ici ? Jane ne peut pas se raccrocher aux mêmes choses que nous ! Son frère est mort, et toute la souffrance au monde ne le ramènera pas. Et ce qui aggrave encore plus la situation, c'est qu'elle n'a pas non plus de véritable ami pour la soutenir ! Privée de ces deux soutiens, comment veux-tu qu'elle tienne le coup si elle reste isolée ? Peu importe le danger, Bella, que tu sois seule à lui parler ne suffira jamais. Et s'il n'y avait que ça...

… A zéro. Bella ne bougea pas lorsqu’Edward la relâcha et s’assit à côté du lit. Ils évitaient de reparler de cet épisode, ayant abordé ce qu’ils avaient vécu respectivement, chacun de leur côté lors de leur séparation, peu après leurs retrouvailles. Elle ne pouvait nier tout ce qu’il venait de dire, repensant à la douleur qu’elle avait ressentie, au trou béant dans sa poitrine qui la faisait hurler de douleur dès que quelqu’un prononçait le nom d’Edward, aux cauchemars qu’elle avait faits durant les mois suivant leur séparation. Mais la situation était différente. Bella pensait qu’il ne l’aimait plus, qu’il l’avait réellement abandonnée. Elle souffrait de cette absence, comme s’il avait été mort. Certes, elle n’avait jamais rien dit de cela à Edward donc il ne pouvait que l’ignorer. Mais… Elle comprenait parfaitement la douleur de Jane. Ou, du moins, elle imaginait ce que cette dernière pouvait ressentir même si elle, au moins, avait pu se libérer en pleurant, en « dormant », à l’inverse de la Volturi.

Bien sûr, Bella n’avait pas été seule. En théorie, elle avait été entourée du début à la fin avec Charlie, Renée, Jake, ses amis au Lycée. Encore que… Elle était restée toute seule à la table qu’occupaient les Cullen avant leur départ pendant toute leur absence, ou une bonne partie tout du moins. Et tout cela, il l’ignorait. Edward devait s’en douter, oui, mais Bella avait soigneusement dissimulé ce qu’il s’était exactement passé durant ces longs mois. Oh, elle lui avait dit pour son « réveil », oui, pour ce qu’il s’était passé à partir de Jacob, mais rien pour « l’avant ». Mais elle ne devait pas penser à cela. L’éviter à tout prix, même si Edward ramenait le sujet sur le tapis. Il avait abordé la question uniquement parce qu’elle lui avait posé elle-même une question. Cependant, ici, elle acceptait tout ce qu’il disait, elle le comprenait et n’allait pas gueuler pour cela. Mais que lui pense qu’elle n’aurait pas compris s’il le lui avait demandé… C’était… choquant. Se redressant après un court moment, réalisant seulement maintenant qu’elle avait automatiquement porté sa main à sa poitrine, Bella s’installa à côté d’Edward, lui prenant la main sans le regarder dans les yeux pour l’instant. Comment répondre à cela ? Tâchant de contrôler sa voix pour ne rien laisser transparaître, elle lui répondit :

Bella – Si vous me l’aviez dit, je l’aurais compris. Jasper est avec eux… Il est bien plus fort et bien plus utile que moi. Je ne cherchais pas à isoler Jane, je voulais seulement… vous protéger. Et éviter de la brusquer comme ça…

Bella s’interrompit, se mordant les lèvres en repensant au fait que Charlie avait fait la même chose avec elle le jour où il lui avait dit que cela avait assez duré. A partir de ce moment, elle s’était efforcée à retrouver une vie normale… Mais seulement dans l’espoir de retrouver Edward un jour. Ou… Non. Plutôt, la simple idée de s’éloigner de Forks et de ce qu’avait pu être le bonheur lui avait été intolérable, insupportable. Elle avait fait semblant pour rester, pour être tranquille. Et Jane risquait de faire la même chose pour être tranquille, pour qu’on lui foute la paix. Mais, encore une fois, ce détail-là, Bella préférait le garder pour elle. Ils n’allaient pas aborder une nouvelle fois ce sujet, ils avaient dit tout ce qu’il fallait là-dessus. Mais… Edward n’avait pas tout dit, lui non plus. Devait-elle prendre le risque de lui poser la question ? Il allait sûrement en profiter, elle le savait, mais… Non. Elle devait savoir, elle ne pouvait pas le laisser dans cet état.

Bella – Tu as dit « s’il n’y avait que ça »… Tu… voulais dire quoi d’autre ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Edward A. Cullen
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Transformée, et encore trimballée...   Jeu 13 Juin 2013 - 11:06

Edward retint un soupir, pensif. Il ne savait comment ils pouvaient se tirer de cette situation, comment ils pouvaient bien organiser les choses. Et cela avait un effet malsain sur Bella. Elle culpabilisait si facilement, que ce soit justifié ou non d’ailleurs, et il ignorait comment l’aider. En fait, il ignorait beaucoup de choses. Il avait cru qu’il aurait été capable de protéger sa fille et sa femme contre tout ce qui se passait, être fort, mais il s’avérait qu’il ne le pouvait pas. Quand il regardait Jane, il repensait à sa séparation d’avec Bella, la souffrance qu’il s avaient enduré, et infliger au reste de la famille.
 
Bella se redressa à côté de lui, mais il ne gougea pas pour autant. Il n’avait plus envie de parler, il aimerait juste savoir s’ils allaient pouvoir s’en sortir. Les visions d’Alice étaient sans cesse modifiées, preuve de la grande instabilité de la situation. Beaucoup de choses se profilait, et certaines lui faisaient peur, selon ce qu’il voyait dans l’esprit de sa lutine de sœur.
 
Bella – Si vous me l’aviez dit, je l’aurais compris. Jasper est avec eux… Il est bien plus fort et bien plus utile que moi. Je ne cherchais pas à isoler Jane, je voulais seulement… vous protéger. Et éviter de la brusquer comme ça…
 
Elle s’interrompit, lui serrant la main.  Il n’y avait sans doute pas une excellente façon de réagir dans ce genre de situation. Ils étaient comme des enfants qui tâtonnaient dans le noir en essayant de faire du mieux possible mais toujours avec la crainte d’échouer ou d’aggraver la situation. Bella semblait elle aussi hésitante, et il tourna le regard vers elle.
 
Bella – Tu as dit « s’il n’y avait que ça »… Tu… voulais dire quoi d’autre ?
 
Edward – Je…
 
Il s’interrompit, se mordillant les lèvres à son tour. Il n’avait pas compté qu’elle lui pose cette question, et souhaitait de toute son âme qu’elle oublie ce détail, n’y pense plus. Il ne voulait pas lui parler de ça. Elle était déjà suffisamment tendue et inquiète, inutile de rajouter ça en plus. Il soupira, s’allongeant brusquement sur le lit. Bon, comment faire à présent ? Il mit une main devant ses yeux, hésitants. Si ça se trouve, il s’en faisait pour rien, s’inquiétant pour rien, et Bella prendra bien la chose. Mais, la connaissant, il se doutait que ce ne sera pas le cas. Il soupira à nouveau.
 

Edward – Ce n’était rien. Laisse tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Transformée, et encore trimballée...   Ven 14 Juin 2013 - 12:12

Edward – Je…

Je ? Edward s’interrompit, ne terminant pas sa phrase. Mais il ne faisait jamais cela, d’habitude ! Je quoi ? Qu’allait-il dire qui soit si difficile, plus que tout ce qu’ils avaient pu dire jusqu’ici ? Je QUOI ? Il n’allait pas encore lui servir le coup du « tu es trop fragile » alors qu’elle était transformée et bien plus solide, à présent. Que ce soit physiquement ou mentalement. Bella l’avait assez prouvé, non ? Avec tout ce qu’ils venaient de vivre, avec tout ce qu’elle avait enduré et tout ce qu’elle avait mis de côté, Edward ne pouvait pas dire qu’elle était trop fragile pour entendre quelque chose d’autre. A moins qu’il ne lui annonce que Charlie était mort – elle tressaillit en imaginant cette réponse –, elle pouvait tout encaisser. Alors, qu’il parle, zut ! Mais Edward ne continua pas sa phrase et ne semblait vraisemblablement pas vouloir le faire. Au contraire, il s’allongea et soupira, mettant une main devant ses yeux. Lui lançant un regard à la fois inquiet et énervé, Bella attendait toujours jusqu’à ce qu’il pousse un nouveau soupir et dise :

Edward – Ce n’était rien. Laisse tomber.

Mais non ! Il était sérieux, là ?! Edward ne pouvait pas laisser sa phrase en suspend comme cela, c’était horrible ! Maintenant, Bella n’allait pas arrêter de se poser des questions s’il ne continuait pas sa phrase, se faisant des films plus horribles les uns que les autres. Non. Elle devait savoir ce qui était si dur que cela à dire, ce qu’Edward avait laissé tomber alors qu’il ne faisait jamais cela. Certes, il cherchait à la ménager, mais… Il n’avait jamais commencé une phrase comme ici en la laissant tomber par la suite. Pire encore, jamais il ne lui avait dit de « laisser tomber ». De plus, il savait que Bella n’allait jamais abandonner aussi facilement et qu’elle ne le lâcherait pas avant qu’il ait parlé. Donc, pourquoi réagir comme cela, aussi soudainement ? Pourquoi changer et ne rien dire ? Était-ce si dur à digérer, après tout ce qu’ils avaient déjà vécu ? Mais non, Edward exagérait. Après tout, il avait souvent tendance à exagérer pour un rien et à faire tout un fromage d’un truc insignifiant. Du genre : Renesmée a un rhume, lui irait dire « Elle va mourir ! ». Donc… Aucune inquiétude, en fait, il exagérait peut-être. Sûrement, même.

Mais si Edward n’exagérait rien ? Et s’il avait raison, que ce qu’il voulait dire était grave ? Et qu’il voulait simplement ménager Bella ? Si elle laissait tomber, considérant que ce n’était qu’un petit détail, et que c’était quelque chose qui les mettait en danger ? Il fallait qu’elle sache… Qu’elle soit au courant de ce qu’il ne lui disait pas en cet instant précis. Il savait qu’elle ne lâcherait pas et qu’elle le harcèlerait, quitte à utiliser des moyens plus fourbes les uns que les autres pour avoir ce qu’elle voulait. S’allongeant à ses côtés, se lovant contre lui, Bella lui prit la main qu’il posait sur ses yeux et lui dit tout en enlaçant ses doigts :

Bella – Dis-le-moi Edward… Je peux encaisser. Et tu sais que je ne lâcherai pas. Plus rien ne peut plus m’atteindre, rien ne peut m’affecter à moins que tu m’annonces une mauvaise nouvelle concernant Charlie.

Se redressant et se mettant à cheval sur lui pour l’empêcher de sortir à son tour – et aussi pour appuyer ce qu’elle allait dire –, Bella le regarda dans les yeux, l’embrassa et murmura avant de se redresser :

Bella – Pour le meilleur, comme pour le pire…


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Edward A. Cullen
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Transformée, et encore trimballée...   Lun 17 Juin 2013 - 21:44

Il regardait le plafond, les yeux dans le vague, essayant de distinguer ses peurs légitimes des doutes ou de ses craintes irrationnelles. Il savait que sa réponse n'avait pas dû plaire à Bella mais peu importe. D'autant plus qu'elle non plus n'avait pas répondue à ses questions, alors elle ne pouvait lui reprocher d'en faire autant. De toute façon, il n'était encore rien arrivé. La vie poursuivait son cours, tant bien que mal. Plutôt mal que bien pour certains. Il avait toujours autant de mal à lire les pensées de Jane. Pas que son esprit lui soit inaccessible, comme celui de Bella, mais plutôt parce qu'il en ressentait une telle souffrance que n'importe  qui deviendrait fou à s'y plonger.

Bella lui attrapa la main, s'allongeant contre lui. Il resta silencieux, ne voulant pas briser ce court instant de quiétude. il essayait de vaincre ses peurs et ses doutes. De se convaincre que tout allait bien, et n'y parvenait pas. Il s'agissait d'un enjeu trop grave. Ce qu'il avait lu dans l'esprit de Jane avait été fugace, rapide. Une information brève, noyée dans la douleur qu'elle ressentait. Mais qu'il savait véridique. Jane avait vécu suffisamment longtemps près d'Aro pour connaître la plupart de ses plans, ou du moins deviner ce qu'il pourrait faire. Mais comment inquiéter Bella avec ça alors qu'il n'était même pas sûr de ce qu'il avait lu ? Il faudrait interroger Jane mais elle n'était pas en état. Et il ne pouvait voir que ce qu'elle pensait sur le moment. Pensées qui étaient, en ce moment, entièrement tournées vers son frère.


Bella – Dis-le moi Edward… Je peux encaisser. Et tu sais que je ne lâcherai pas. Plus rien ne peut plus m’atteindre, rien ne peut m’affecter à moins que tu m’annonces une mauvaise nouvelle concernant Charlie.

C'était faux... Encore bien des choses pouvaient l'atteindre et l'affecter. Elle se mit à cheval sur lui et l'embrassa. Il frémit au contact de ses lèvres, humant l'odeur de ses cheveux. Il était tout de même très agréable de ne plus devoir se retenir de la tuer à chaque fois qu'ils s'embrassaient. Il fixa ses beaux yeux d'un orange foncé, tirant sur le clair.

Bella – Pour le meilleur, comme pour le pire…

Il soupira. Il voulait la préserver, ne pas la charger de soucis inutiles, et dont ils n'étaient même pas certains. Il se basait seulement sur des souvenirs de Jane et les visions d'Alice. Le passé et l'avenir qui s'entremêlaient, compliquant le présent. Bella était peut-être moins fragile, mais il y avait des limites.

Edward - Je ne suis même pas certain, Bella, alors ne cherche pas. Je veux d'abord en être sûr et ne pas t'alarmer pour rien. Les visions d'Alice ne cessent de bouger... Et je ne peux pas non plus interroger Jane. Ne te souci pas de ça pour l'instant, surtout qu'on ne peut rien faire.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Transformée, et encore trimballée...   Mar 18 Juin 2013 - 15:38

Edward – Je ne suis même pas certain, Bella, alors ne cherche pas. Je veux d'abord en être sûr et ne pas t'alarmer pour rien. Les visions d'Alice ne cessent de bouger... Et je ne peux pas non plus interroger Jane. Ne te soucie pas de ça pour l'instant, surtout qu'on ne peut rien faire.

Ne pas s’en soucier pour l’instant… Mais c’était trop tard ! En plus, quelle garantie avait Bella sur le fait qu’il la mettrait au courant si le sujet se révélait plus grave ? Il ne pouvait pas lui cacher des choses importantes ou des choses qui risquaient de tous les mettre en danger. Il l’avait déjà fait par le passé, avec Victoria, Charlie… N’avait-il rien retenu de tout cela ? Peut-être Bella pouvait-elle l’aider, les aider. Mais Edward et son souhait de la protéger, de la ménager… Comment lui faire comprendre qu’elle allait bien, ou du moins, qu’elle pouvait supporter le choc ? Comment l’en convaincre ? Elle savait qu’il ne parlerait pas, qu’il ne dirait rien du tout s’il l’avait décidé. Aussi borné qu’elle… Malheureusement. Mais ici, il était inquiet, préoccupé et cela s’en ressentait dans son comportement. Comment Bella pouvait-elle l’ignorer ? Il la jugeait trop fragile… Mais elle ne l’était pas ! De plus, il avait parlé de Jane, « il ne pouvait pas l’interroger ». Mais… L’interroger sur quoi ? A quel propos ? Qu’avait donc vu Alice qui l’ait tant perturbé ? Et il ne lui faisait pas confiance…

Bella se redressa, posant ses mains à plat sur le torse d’Edward et les crispant un peu après cette constatation. Il la croyait fragile, oui. Mais il la sous-estimait peut-être un peu, non ? Pour le meilleur et pour le pire, comme le dit le mariage… C’est lui qui avait insisté pour qu’ils se marient, non ? Se mordant les lèvres, poussant un soupir, elle répondit :

Bella – Et si je peux vous aider, Edward ? Depuis le début, je suis un véritable boulet pour vous. Et ne me contredis pas, là-dessus. Je n’ai été capable de rien, vous avez même pris deux semaines pour arriver au Népal alors que vous auriez pu venir ici en… Même pas une semaine, à tous les coups.

Bella fit passer sa jambe gauche à côté de la droite, laissant Edward libre de ses mouvements – même s’ils n’étaient pas vraiment entravés vu le poids plume que représentait la nouvelle-née. Elle se mit ensuite en tailleur, assise face à Edward. C’était tout de même plus confortable pour parler même si… Heum. Rester concentrée. Continuant sur sa lancée, regardant une fois ses mains, une fois la tête d’Edward par peur de la réaction qu’elle pouvait lire sur son visage vu ses dernières paroles, Bella reprit :

Bella – Ce que je veux dire… C’est que, pour une fois, je peux vous aider. Et je vais bien, je ne suis pas fragile ! Et je ne parle pas du physique, ici, mais du mental. Que dois-je faire ou dire pour te prouver que je vais bien ? Si c’est une question de confiance, dis-le simplement… Je ne le prendrai pas mal.

Bella avait prononcé cette dernière phrase presque dans un murmure, consciente qu’Edward risquait de tiquer en entendant cela. Mais… Tant qu’à faire, s’il voulait qu’elle soit sincère avec lui et qu’elle lui dise tout ce qu’elle pensait, c’était déjà un début. Non ? Elle avait conscience d’avoir pris un gros risque en lui posant sa question mais… Tant pis. Ils tournaient en rond si ni l’un ni l’autre ne voulait parler.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Edward A. Cullen
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Transformée, et encore trimballée...   Mar 25 Juin 2013 - 21:44

Bella ne répondit pas de suite, ce qui lui laissa le loisir de réfléchir plus sereinement à la situation. Il fallait avant tout rester calme. Rien ne risquait de bouger avant plusieurs années, au minimum, alors pourquoi paniquer ? Bon, peut-être parce qu'il était un papa-poule sur-protecteur... Mais Bella l'étant trois fois plus que lui, il avait d'excellentes raisons de ne rien lui confier. il voulait qu'elle soit heureuse, pas qu'elle vive dans une angoisse permanente. Ce qui ne manquerait pas d'arriver s'il la mettait au courant. Elle se redressa, posant ses mains sur son torse, et soupira.

Bella – Et si je peux vous aider, Edward ? Depuis le début, je suis un véritable boulet pour vous. Et ne me contredis pas, là-dessus. Je n’ai été capable de rien, vous avez même pris deux semaines pour arriver au Népal alors que vous auriez pu venir ici en… Même pas une semaine, à tous les coups.

Elle se considérait ENCORE comme un boulet ! Par pitié, est-ce quelqu'un quelque part sur cette planète pourrait lui expliquer que non, ils ne la voyaient pas comme un poids ? S'en devenait lassant de l'entendre répéter ça à longueur de temps. et qu'est-ce que le voyage jusqu'au Népal venait faire là-dedans, au juste ? De plus, elle avait capable d'une quantité de choses : Une bonne dose de courage, ou de folie selon les points de vue, pour vivre avec eux alors qu'elle était toujours humaine. Ne pas hésiter à le suivre en Italie alors qu'elle aurait pu y laisser la vie. Abandonner son père et sa vie à Forks. Risquer sa vie pour mettre Renesmée au monde. Être transformée par choix. Et après, elle n'était capable de rien ? Mais il ne lui dit pas un mot de tout cela, sachant qu'elle ne l'écouterait même pas.

Bella – Ce que je veux dire… C’est que, pour une fois, je peux vous aider. Et je vais bien, je ne suis pas fragile ! Et je ne parle pas du physique, ici, mais du mental. Que dois-je faire ou dire pour te prouver que je vais bien ? Si c’est une question de confiance, dis-le simplement… Je ne le prendrai pas mal.

Un jour, il parviendra à comprendre ce qui se tramait dans l'esprit de sa femme. Un jour. Mais pas aujourd'hui, visiblement. Après tout ce qu'ils avaient traversés, elle trouvait encore le moyen de lui servir des absurdités sans nom. Comment faisait-elle ? Il retint un énorme soupir et se redressa à son tour. Attrapant Bella sans crier gare, il l'allongea sur le lit et se positionna à son tour au-dessus d'elle. Elle était légère comme une plume, et il n'eut aucun mal à la coincer. Il la regarda droit dans les yeux, à la fois agacé et amusé. Il lui fit une petite moue, sachant qu'elle devait l'insulter mentalement de tous les noms.

- Un jour, Bella, tu t'en rendras compte, que ce que tu dis parfois est tout simplement ridicule.

Bella – Qu'y a-t-il de ridicule dans ce que j'ai dit ?

Elle se tortillait sous lui pour essayer de se dégager. Ses yeux luisirent. Elle était terriblement sexy quand elle bougeait comme ça, même si elle ne s'en rendait pas compte. Il lui souffla que ce qui était ridicule, c'est qu'elle pense qu'il ne lui fasse pas confiance. Puis il se pencha et fit glisser la fermeture éclair de sa veste avec les dents. Avant de remonter puis de l'embrasser longuement dans le cou. Elle lutta encore un peu, puis finit par abandonner. Il sourit. Il lui faisait de l'effet. Remontant sur sa gorge, il lui mordilla une oreille puis captura sa bouche. Longtemps, passionnément, jusqu'à lui couper le souffle. Il la serra contre lui, puis daigna la relâcher. S'allongeant près d'elle, il lui caressa la joue, les cheveux, le visage. Elle l'embrassa à son tour, se remettant sur lui. Il l'attira à lui, passant une main sous ses vêtements.


Trois heures plus tard...

Edward gardait les yeux fermés, serrant le corps nu de Bella contre le sien. Ils n'avaient rien cassé, cette fois, preuve qu'ils commençaient à se contrôler. Et puis, Carlisle et Esmée en avaient sans doute marre de devoir racheter des meubles. Il sourit à cette pensée, serrant un peu plus Bella contre lui. En cet instant, il était heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Transformée, et encore trimballée...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Transformée, et encore trimballée...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une petite boîte métal transformée en boîte à aiguilles
» figurines transformées 1/72
» les livres très très abîmés transformés en ....
» Link version fille
» Evolution pour un CDD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: