Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il est temps de se réveiller !

Aller en bas 
AuteurMessage
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1361
DC : Nop

MessageSujet: Il est temps de se réveiller !   Sam 8 Juin 2013 - 23:27

L'avion amorça sa descente, et Caïus tapota sur son accoudoir, agacé. Voilà bien une idée de son frère, ça ! Accompagner Sulpicia chez les Cullen pour vérifier si l'état de Jane s'était amélioré... Elle aurait pu y aller seule, avec une bonne escorte, mais Aro ne voulait pas laisser partir sa femme sans assurer ses arrières. Et bien soit. le voilà donc partit pour un voyage interminable avec cette dinde naïve. Si au moins elle avait une conversation digne de ce nom, mais on peut toujours rêver. Et Caïus n'avait pas non plus envie de l'entendre chanter les louanges d'Aro pendant des heures. C'est pour cela qu'il lui jetait un regard mauvais dès qu'elle ouvrait la bouche, avec l'intention de dire il ne savait quelle ânerie.

Ce voyage promettait d'être une corvée sans nom. Heureusement, Sulpicia semblait au moins capté qu'il ne fallait pas lui adresser la parole. C'est bien, bonne fille. Elle avait une chance inouïe qu'Aro se donne tant de mal à la protéger ! Même lorsqu'ils étaient humains, Caïus n'avait jamais pu supporter sa belle-soeur. Faible, naïve, elle n'avait rien pour lui plaire. Et impertinente, avec ça ! Mais son frère l'aimait. Et rien que pour cela, le vampire blond ne tuera pas Sulpicia, bien que ce n'était pas l'envie qui lui en manquait.

Le château et la ville avaient été reconstruits, et renforcés. Leur clan disposait d'une assise encore plus solide. Au final, le seul point un peu gênant était la perte d'une partie de leur puissance, dû à la mort d'Alec et la défection de Jane. Aro était bizarre, depuis cet incident, et en colère. Caïus détestait les jumeaux, que l'un des deux soit mort le ravirait s'il n'y avait pas eu leurs dons. Plongé dans ses pensées, il ne fit gère attention au trajet, se concentrant sur l'avenir.

Carlisle les accueillit, au chalet. Caïus aperçut la petite Renesmée qui jouait au loin et eut un sourire mauvais. Qu'elle coure donc, pour le moment. Pour elle et Lilwen, le temps était compté, et il vaudrait mieux pour elles que les choses s'arrangent d'une certaine façon. Mais elles avaient encore beaucoup de temps.

Caïus - Bon, Carlisle, assez perdu de temps, où est la gamine ?

Sulpicia le fixa, semblant exaspérée. quoi encore ?!

Sulpicia - La gamine en question a un nom, Caïus.

Caïus - Ma très chère belle-soeur, évite de jouer avec mes nerfs, Aro n'est pas là pour te protéger.

Sulpicia - Je ne suis pas seule pour autant, regarde autour de toi. - Elle se tourna vers Carlisle - Où Jane se trouve-t-elle ?

Le chef de la garde eut un sourire cynique. Les gardes qui les accompagnait ne pesaient pas très lourd, même elle devait s'en douter ! Ils suivirent Carlisle jusqu'à une maison miniature en pierre et en bois. pitoyable. Le télépathe suicidaire, sa nouvelle-née idiote de femme et leur mioche hybrides vivaient donc ici. Il trouva Jane dans une chambre, debout, appuyée contre le mur, le regard dans la vide et totalement inerte. Cette vision lui arracha un grognement d'irritation. Il s'avança brusquement vers elle et la gifla aussi violemment qu'il le put. Elle se cogna contre le mur derrière elle et glissa au sol. Il la releva en la tenant par le col, furieux.

Sulpicia se rapprocha aussitôt, voulant s'assurer que Jane allait bien, sans doute. Il lui donna un coup de coude pour la repousser, sans même la regarder, et resserra brutalement sa poigne sur Jane.

Sulpicia - Lâche-la, tu ne devais pas t'en mêler à la base !

Il leva les yeux au ciel, avisant du même coup le télépathe suicidaire qui semblait retenir sa femme. Comme c'était touchant ! Il siffla d'un air agacé, regardant sa nièce.

Caïus - Comment ne pas s'en mêler, là ?! Regarde-toi un peu, Jane ! Comment as-tu pu, comment peux-tu être aussi affaiblie ?! C'est misérable ! Pathétique ! Tu comptes te laisser détruire aussi facilement ?! Te laisser aller comme cela ?! Réagis, bon sang ! - Il lui prit le bras, remontant brusquement la manche, et lui montra son bras recouvert de marques -Tu es capable de mieux, surtout après tout ce qui s'est passé. Et pourtant, tu es là, tu te laisse aller... c'est pitoyable !

Il lui donna une autre gifle, plus violente, grognant de colère. Bella se rapprocha aussitôt de son mari, comme si elle avait peur. Sulpicia se rapprocha à nouveau, s'interposant, lui crachant de la lâcher, que ça suffisait. Sauf que non, ça ne suffisait pas ! Voir la fillette ainsi, fragile, affaiblie, misérable... Il la relâcha brusquement et elle tomba au sol. elle ne tenait même plus sur ses jambes avec ça ? Il soupira, et se dirigea vers la porte, exaspéré. Il allait chasser pour se calmer les nerfs.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il est temps de se réveiller !   Dim 9 Juin 2013 - 14:02

Alec… Mort. Sulpicia n’arrivait pas à y croire. Lorsqu’Aro lui avait annoncé la nouvelle, elle en était littéralement tombée à la renverse, s’écroulant par terre tant elle était attachée aux jumeaux. C’était comme si elle avait perdu un de ses enfants, bien qu’ils ne soient qu’adoptés. Elle était à peu près la seule Volturi que les jumeaux appréciaient, elle ignorait la raison de cette haine envers les autres mais… Peu importe ? Au moins, ils ne restaient pas seuls. Mais cela, c’était avant. A présent, Jane était seule, isolée. Elle avait perdu sa moitié, son jumeau, son frère. Sulpicia savait qu’ils étaient liés l’un à l’autre et que… L’un sans l’autre, ils ne pouvaient vivre. Par chance, les Cullen avaient accepté d’héberger Jane le temps qu’elle se remette debout – si elle se remettait debout… – car ils savaient qu’elle n’était pas en mesure de voyager, d’une, et que la replonger à Volterra après tout ce qu’elle y avait connu ne l’aiderait pas, de deux. Le temps avait ainsi passé, le château reconstruit mais vide des jumeaux.

Tant de choses avaient changées en quelques mois : l’incendie à Volterra, l’enlèvement des jumeaux, la réunion, la guerre… Et maintenant, la mort d'Alec. Sulpicia n’était pas la seule affectée, Aro semblait furieux, triste ou… Comment qualifier son humeur ? Il se démenait pour réparer les dégâts causés par la guerre, il était sûrement inquiet pour Jane même s’ils n’en parlaient plus ensemble depuis quelques semaines, et il y avait tant de choses à régler, encore. Sans oublier les mariages en préparation… Bon, au moins, cela serait un point positif, une bonne nouvelle qui arrive au bon moment après toutes les mauvaises nouvelles accumulées en l’espace de quelques mois. Mais ce n’était pas encore fini… Un matin, Aro vint jusqu’à leur appartement pour annoncer à Sulpicia qu’elle irait chez les Cullen pour voir Jane. A son regard surpris, il lui avait répondu que les Cullen eux-mêmes l’avaient appelé, lui demandant de l’aide parce qu’ils ne savaient pas quoi faire pour la tirer de son inactivité, pour la « réveiller ». Bien sûr, Sulpicia voulait revoir la petite ! Mais… N’était-ce pas un peu trop tôt ?

Ils étaient, à présent, en route vers le Chalet Blanc, au Népal. Aro lui avait collé Caïus sur le dos pour l’escorter, sans oublier quelques gardes, jusqu’à destination pour être sûr qu’il n’arrive rien à sa femme. Bon, d’accord, Sulpicia ne pouvait pas lui en vouloir et puis, elle était plus rassurée en étant escortée par quelqu’un mais… Caïus, quoi ! De tous les Volturi, il aura fallu qu’Aro lui mette Caïus dessus ! Il savait qu’ils se détestaient, non ? L’épisode de Jane l’attaquant, lui et sa femme, était déjà oublié ? Il avait oublié ce léger détail ? Sulpicia s’était, pourtant, clairement interposée pour que le sadique et colérique de service ne tue pas la petite. Donc, vraiment, non. Elle ne comprenait pas pourquoi son cher mari lui avait mis Caïus sur le dos… Inutile de préciser à quel point le voyage fut long, désagréable et tendu. Seule la perspective de revoir Jane mettait du baume au cœur de la jeune femme mais l’inquiétait également. L’état dans lequel ils allaient la retrouver…

Ils arrivèrent bien vite au Népal, puis au Chalet Blanc. Arrivé sur place, Carlisle les accueillit comme tout hôte recevant des invités tandis que Renesmée, que Sulpicia avait entraperçue la dernière fois, jouait tranquillement, innocemment comme toute enfant de son âge. Sulpicia fut attendrie par cette image mais la manière dont parla Caïus la ramena très vite à la réalité :

Caïus – Bon, Carlisle, assez perdu de temps, où est la gamine ?

Gamine ?! Bon sang, pourquoi lui avait-on collé quelqu’un comme cela sur le dos ! Le fixant, plus qu’exaspérée, Sulpicia le corrigea :

Sulpicia – La gamine en question a un nom, Caïus.

Caïus – Ma très chère belle-sœur, évite de jouer avec mes nerfs, Aro n'est pas là pour te protéger.

Et ? Les Cullen étaient là, les gardes aussi. De plus, si Caïus osait toucher à un seul des cheveux de Sulpicia, Aro risquait de lui hurler dessus. Et pas qu’un peu. Sûre d’elle, elle lui répondit donc avant de se tourner vers Carlisle :

Sulpicia – Je ne suis pas seule pour autant, regarde autour de toi. Où Jane se trouve-t-elle ?

Carlisle, bien que légèrement mal à l’aise apparemment, les conduisit jusqu’à une espèce de chaumière, un cottage. D’après ce que Sulpicia comprit, Bella et Edward vivaient ici avec leur fille, Renesmée, pour avoir un semblant de vie de famille – bien qu’ils semblaient revenir au Chalet quotidiennement. Carlisle les escorta alors jusqu’à une chambre où ils la trouvèrent enfin, debout, appuyée contre le mur, le regard vide : Jane. Elle était dans un piteux état et cette vision attristait Sulpicia. Comment l’aider ? Comment la sortir de ce marasme ? Toute cette peine enfouie en elle était… Elle voulait faire quelque chose, mais quoi ? Seulement, avant d’avoir eu le temps d’esquisser le moindre mouvement, Caïus s’avança et la gifla violemment, tant et si bien que la tête de Jane se cogna contre le mur et que la petite glissa contre ce dernier, se retrouvant à terre. Bon sang, mais quel goujat celui-là ! Il n’avait pas à s’en mêler, on ne lui avait rien demandé ! Caïus la releva sans la ménager – bien sûr – mais Sulpicia ne comptait pas le laisser faire. Hors de question qu’il la torture encore, il l’avait déjà bien assez fait par le passé. Elle avait une promesse à tenir. Se rapprochant directement de Jane pour s’assurer qu’elle allait bien, qu’elle n’avait rien de cassé à cause de cette brute, elle fut rapidement repoussée par un coup de coude de son cher – hum – beau-frère. Cette fois, il était allé trop loin ! Hurlant, Sulpicia dit en étant aussi froide que possible grâce à sa voix :

Sulpicia – Lâche-la, tu ne devais pas t'en mêler à la base !

Il siffla, apparemment en colère ou agacé. Difficile de décrypter les différentes grimaces de Caïus tant elles se ressemblaient, à vrai dire. Tout en accompagnant ses paroles de gestes, remontant par la même occasion une des manches de Jane, le plus énervant des Volturi reprit :

Caïus – Comment ne pas s'en mêler, là ?! Regarde-toi un peu, Jane ! Comment as-tu pu, comment peux-tu être aussi affaiblie ?! C'est misérable ! Pathétique ! Tu comptes te laisser détruire aussi facilement ?! Te laisser aller comme cela ?! Réagis, bon sang ! Tu es capable de mieux, surtout après tout ce qui s'est passé. Et pourtant, tu es là, tu te laisse aller... c'est pitoyable !

Caïus la gifla à nouveau, plus violemment apparemment. Cette fois, il pouvait l’envoyer balader, Sulpicia ne le laisserait pas maltraiter Jane encore une fois. Elle s’interposa clairement entre lui et la petite, lui crachant de la lâcher, que cela suffisait. Il n’avait pas à s’en mêler ! S’attendant à se prendre une gifle elle-même, Sulpicia ne bougea pas d’un pouce en attendant que le fou de service daigne sortir de cette pièce pour la laisser seule avec Jane. Par chance, il s’exécuta rapidement bien qu’en colère et n’ayant sûrement pas dit son dernier mot. Tant pis, au moins, elles étaient tranquilles. Sulpicia se tourna vers Jane, l’aidant à se relever doucement en la tenant par les épaules et la conduisit jusqu’au lit, de façon à ce qu’elle reprenne ses esprits. Hésitante, la jeune femme la serra alors dans ses bras pour tenter de la réconforter, la calmer, la rassurer. Après un moment, lui prenant les deux mains et la regardant dans les yeux, Sulpicia dit enfin :

Sulpicia – Ne l’écoute pas. Oublie-le. Et, s’il te plaît, n’en veux pas aux Cullen. Je sais qu’ils t’ont sûrement dit nous avoir prévenus mais… Ils s’inquiètent pour toi, tu sais. Et nous aussi. Enfin, pas Caïus, mais moi. Ne laisse pas gagner celui qui a fait cela à ton frère… Il faut que tu te battes. Pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Il est temps de se réveiller !   Dim 9 Juin 2013 - 17:31

Garder contact avec la réalité. C'était plus facile à dire qu'à faire. Jane jeta un vague coup d'oeil sur le journal du jour, posé dans un coin. Ils étaient Février. Voilà deux mois qu'Alec n'était lus là. Deux mois qu'il était si parti si loin d'elle, si loin qu'elle ne pouvait plus l'atteindre qu'en mourant à son tour. Mais même ça, elle ne le pouvait pas. Elle ne commençait que très lentement à comprendre un minium ce qui s'était passé au cours de ces dernières semaines. Elle était toujours chez les Cullen. Bella "s'occupait" d'elle, chose qu'elle ne comprenait absolument pas, en revanche...

La douleur était toujours là, comme une immense plaie qui refusait de guérir. Elle essayait de garder un pied dans le monde réel, mais ce dernier lui échappait les trois quarts du temps. Où était-elle, ce qu'elle devait faire, ce qui se passait autour d'elle... Tout cela lui paraissait si loin, si futile qu'il ne valait pas la peine qu'on s'y intéresse. Un bruit, au loin, l'alerta. Et elle vit soudain surgir Caïus, comme un fantôme venant tout droit de ses cauchemars. Elle n'eut pas le temps de faire quoi que ce soit et reçut une gifle violente qui l'envoya se cogner au mur derrière elle. Elle glissa au sol, choquée par cette arrivée si brusque. Une main dure la releva sans ménagement. Terrorisée, elle n'eut même pas le réflexe de se défendre.


Sulpicia – Lâche-la, tu ne devais pas t'en mêler à la base !

Sulpicia ? Elle était là aussi ? Mais pourquoi ? Et depuis quand ? Elle se souvenait très, très vaguement d'avoir entendu Carlisle paraît d'eux, mais c'était si lointain et si confus. Et elle avait peur, terriblement peur.

Caïus – Comment ne pas s'en mêler, là ?! Regarde-toi un peu, Jane ! Comment as-tu pu, comment peux-tu être aussi affaiblie ?! C'est misérable ! Pathétique ! Tu comptes te laisser détruire aussi facilement ?! Te laisser aller comme cela ?! Réagis, bon sang ! Tu es capable de mieux, surtout après tout ce qui s'est passé. Et pourtant, tu es là, tu te laisse aller... c'est pitoyable

Il lui avait relevé une manche, lui montrant ses marques. Cela la secoua assez pour lui donner envie de répliquer. Il n'avait pas le droit... Il ne pouvait pas lui dire ça ! Si elle avait toujours tenu, c'était grâce à son petit frère. Alec. Son jumeau. Une autre gifle, encore plus violente la frappa. Elle gémit, levant instinctivement le bras pour se protéger. Son don recommençait à la brûler. a vouloir sortir. Elle releva les yeux, et le vit partir. Tremblante, elle leva les yeux sur Sulpicia. Elle l'aida à se redresser et la conduit vers le lit avant de la prendre dans ses bras. Jane se sentait bizarre, et ne bougea pas, encore choquée. Sulpicia s'écarta et prit ses mains dans les siennes.

Sulpicia – Ne l’écoute pas. Oublie-le. Et, s’il te plaît, n’en veux pas aux Cullen. Je sais qu’ils t’ont sûrement dit nous avoir prévenus mais… Ils s’inquiètent pour toi, tu sais. Et nous aussi. Enfin, pas Caïus, mais moi. Ne laisse pas gagner celui qui a fait cela à ton frère… Il faut que tu te battes. Pour lui.

Jane ne répondit pas. Elle ferma les yeux, pour ne pas lancer son don sur Sulpicia. Du calme. elle repartit à moitié dans son monde, se déconnecter totalement de ce qui l'entourait. Plus tard, alors qu'elle était assise dehors derrière la maison et que Sulpicia parlait avec les Cullen, elle vit Caïus revenir. Elle se releva avec difficulté, et lui fit face. Pour une fois, ce n'était pas la peine qui prédominait, mais la colère. La peur, la haine. Elle serra les poings.

- Vous n'êtes qu'une sale brute ! cracha-t-elle, livide.

Elle l'insulta de tous les noms d'oiseaux qu'elle connaissait, ceux qu'elle avait appris au 18ème siècle aussi bien que ceux d'aujourd'hui. Elle s'enfonçait sans doute, même beaucoup, mais c'était plus fort qu'elle. elle haïssait cet homme.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1361
DC : Nop

MessageSujet: Re: Il est temps de se réveiller !   Lun 10 Juin 2013 - 21:57

L'humain retomba sans vie sur le sol, dans un bruit sourd. Sang médiocre. Victime pitoyable. Il essuya la goutte de sang qui perlait à ses lèvres, et s'en fut, d'un pas souple et rapide. Apaiser sa soif ne l'avait pas aidé à apaiser sa colère, comme il l'avait espéré. Mais c'était si pitoyable, si grotesque de voir ça ! Si affaiblie, si terne, si médiocre. Elle qui avait été, avec son frère, l'élite de la garde. Aujourd'hui, elle n'était plus qu'une fillette effrayée et détruite, qui ne savait plus se défendre. Il soupira, agacé.

Il prit le chemin du retour, peu pressé de revoir les végétariens, la névrosée qui lui servait de belle-soeur, et sa petite déprimée de nièce. Comment la réveiller, celle-là , Il n'en avait franchement aucune idée. Ce n'était pas comme s'il avait tenté de réveiller Marcus pendant plus de trois mille ans, après tout. Même Aro n'avait jamais réussi l'exploit. Il n'y avait que Renée qui avait secoué et brisé la gangue de glace entourant le vieux coeur de Marcus. Et secrètement, Caïus la respectait pour cela. Il ignorait comment s'y prenait cette femme mais reconnaissait son talent en la matière.

Il revint au cottage, déjà blasé de ce qu'il allait y trouver. pourquoi était-ce LUI qu'Aro avait choisit pour accompagner sa femme ?! Elle n'avait qu'à voyager toute seule, après tout. C'était un vampire, et elle n'était donc pas en sucre. Mais Aro était obnubilé par la sécurité de leurs épouses, et maintenant par celle de Lilwen. Enfin, en ce qui concernait cette dernière... Elle était surtout un sujet d'étude, pour le moment. Lui et Aro surveillaient de très près son évolution. Marcus, lui, était complètement gaga devant sa petite fille. Tss. Il vit à ce moment Jane, dehors, qui se releva en vacillant lorsqu'il s'approcha, et en serrant les poings.

Jane - Vous n'êtes qu'une sale brute ! cracha-t-elle, livide.

S'ensuivit une magnifique bordée d'insultes, dont certaines détonnaient dans la bouche d'une fillette de douze ans en apparence. Caîus en fut surpris, mais également content. Qu'elle l'insulte lui importait peu, car elle s'était réveillée. Elle était assez lucide pour se rendre compte de ce qu'elle vivait. Miracle ? Il eut un rictus et fut devant elle en un bond. Sa main fusa, lui attrapant le menton et la forçant à relever la tête pour qu'elle le regarde dans les yeux.

Caïus - Tu commences enfin à reprendre conscience ? Ce n'est vraiment pas trop tôt, Jane ! Quoi que ça ne m'étonne pas que tu sois brisée aussi facilement... Tu es plus fragile que ton frère, et de loin.

Il avait à peine terminé sa phrase que Sulpicia lui jeta un regard noir puis hurla son nom d'un ton de reproche. Il leva les yeux au ciel d'un air affligé, sans relâcher Jane pour autant, et sourit cyniquement à sa belle-soeur. Derrière, la petite nouvelle-née des Cullen avait l'air choquée et effrayée.

Caïus - C'est bien, Sulpicia, tu connais mon prénom !

Sulpicia - Bien sûr, que je le connais. Malheureusement. Mais fous-lui la paix !

Caïus - Sinon quoi ? Qu'est-ce que tu peux faire avec tes petits bras ?

Il aurait bien aimé qu'elle tente de l'attaquer, ce qui lui fournirait une excuse en or puisqu'il puisse la frapper. Juste une fois, qu'il se défoule. Qu'elle oublie un instant qu'elle ne faisait absolument pas le poids. Qu'elle oublie juste une minute qu'il était un soldat, qu'il avait participé à des centaines et des centaines de guerres, et qu'elle n'était qu'une faible femme. Malheureusement, cet espoir fut déçu car elle se contint. Dommage.

Sulpicia - Moi, rien. Mais Jane ne se gênera pas et je doute que Carlisle et sa famille souhaitent avoir un conflit chez eux.

Caïus - Oh, j'aimerais qu'elle essaye, crois-moi.

Il relâcha la petite et croisa les bras.

Caïus - Bon, Jane, attaque-moi.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Il est temps de se réveiller !   Sam 15 Juin 2013 - 22:21

Elle dû s'appuyer légèrement contre le mur derrière elle, comme essoufflée. Elle espérait que Caïus s'emporte et la tue, là, tout de suite. Comme la fois où elle l'avait attaqué par accident et où il avait failli lui arracher la tête. Il fut devant elle et lui saisit le menton. Elle croisa son regard, dur, rouge, cruel. Qu'il la tue, allez... Tout de suite, qu'on en finisse une bonne fois pour toutes. Elle était prête, plus que prête. Il ne servait à rien qu'elle reste ici, ressemblant plus à un fantôme qu'autre chose.

Caïus - Tu commences enfin à reprendre conscience ? Ce n'est vraiment pas trop tôt, Jane ! Quoi que ça ne m'étonne pas que tu sois brisée aussi facilement... Tu es plus fragile que ton frère, et de loin.

Son coeur se serra brutalement, et elle se retint de gémir. Alec... Chaque fois qu'on l'évoquait, son coeur se remettait à saigner, et elle avait l'impression d'être lacérée de l'intérieur. Elle trembla légèrement, voulant sans cesse pleurer et sans y parvenir. Elle serra les lèvres, ne voulant pas montrer sa peine à cette homme. Surtout pas à lui. Elle ne dit rien, gardant son calme. Elle avait énormément de mal à rester concentrée et lucide.

Caïus - C'est bien, Sulpicia, tu connais mon prénom !

Sulpicia - Bien sûr, que je le connais. Malheureusement. Mais fous-lui la paix !

Caïus - Sinon quoi ? Qu'est-ce que tu peux faire avec tes petits bras ?

Jane ferma un instant les yeux, découragée. Il ne s'était même pas énervé. Il ne l'avait pas frappée ni tuée. Alors qu'elle voulait mourir. Cette souffrance devenait insupportable, elle n'en pouvait plus. Elle recommençait à divaguer, se détachant de plus en plus de la réalité. La peine, la peur de l'avenir, elle ne pouvait plus rien encaisser. De toute façon, cela ne valait pas la peine. Bella aurait beau lui dire qu'elle devait tenir pour Alec, en quoi cela changerait la situation ? Il était mort, et tous les efforts qu'elle fera n'y changera rien. A part mourir à son tour, elle ne pouvait rien faire.

Caïus la lâcha soudainement et lui dis de l'attaquer. Cette phrase traversa lentement le brouillard qui entravait son esprit et lui parvint affaiblie et floue. L'attaquer ? Pourquoi demandait-il ça, au juste ? Très aimable de sa part de lancer une invitation, même elle ne sentait plus la force de rien. Elle le regarda d'un air perdu, sans mêle songer à tenter de canaliser son don. Il lui échappait totalement depuis la mort de son frère jumeau, comme si cela avait effacé toutes ses heures d'entraînement, passées à le maîtriser. Elle perdit à nouveau contact avec la réalité.


Une feuille morte vola sous le nez de Jane, l'arrachant un instant de sa torpeur. Elle était toujours dehors, assise sur le petit perron de bois. Il faisait nuit, depuis dieu sait combien de temps. Elle releva la tête, regardant vaguement les alentours. Elle se leva, puis, lentement, se mit à marcher. Elle ignorait où elle allait, se contentant de filer droit devant elle. Elle avait du mal à marcher, peu sûre sur ses jambes. Au bout d'une centaines de mètres, elle finit par tomber à genoux près d'un étang, alimenté par une petite cascade. Elle regarda un instant son propre reflet, ses yeux devenus orangés. Tout à coup, l'image de son frère se superposa à la sienne, floue et vague. Elle effleura l'eau du bout des doigts, comme pour essayer de le toucher. Et murmura qu'elle venait le rejoindre.

Un léger bruit derrière elle. Puis l'odeur familière de Bella. Elle s'assit à côté, sans que la Volturi ne bouge. La Lune éclairait la scène comme en plein jour, jouant de ses reflets sur l'eau du petit étang. L'image d'Alec se fit curieusement plus précise. Jane ne cessait de l'observer, sa main l'effleurant à peine.


Jane - Je vais venir, murmura-t-elle en Italien. Attends-moi.

Elle se leva, puis fit quelques pas. Ses pensées se précisaient peu à peu. Elle devait mourir pour rejoindre son frère. Cette perspective lui donna un peu plus de force. Laissant Bella sur-place, elle partit vers le Sud. La Cullen fit un mouvement mais elle ne s'arrêta pas. Comment mourir ? Elle savait que les Volturi refuseront de la tuer... Sauf si elle s'y prenait correctement. Mais même avec ça, ce n'était pas sûr. Enfin, les Volturi n'étaient pas les seuls aptes à ce genre de boulot. Elle s'arrêta et s'appuya à un arbre, curieusement épuisée. Et se rendit compte que Bella l'avait suivie. Elle lui demanda ce qu'elle comptait faire à présent.

Jane - Me suicider, dit-elle d'un ton mort. Tu devrais retourner chez toi.

Bella - Hors de question. Tu sais que je ne te laisserai pas faire et que les autres ne vont pas tarder à arriver.

Jane - Si je veux mourir, c'est mon choix ! Il faut bien achever le travail, je doute d'être encore tout à fait vivante.

Bella - Tu respires, tu parles. Tu es vivante. Il m'a fallu un moment aussi avant de recommencer à vivre, quand on a dû quitter Forks. Alors tu ne lâcheras pas comme ça, je ne te crois pas. D'ailleurs, comment t'y prendrais-tu ? Les Volturi refuseront, et tu as peur du feu.

Jane - Ce ne sont pas les ennemis qui me manquent... Et dans le pire des cas, je sais vers où me promener pour tomber sur des Enfants de la Lune.

Bella - Tu oublies juste un détail. Nous.

Jane - Vous... Mais que veux-tu que je fasse d'autre, de toute façon ? Je n'ai plus de perspectives d'avenir. Pas seule.

Bella - Bien sûr que si. Pour l'instant, tu n'es juste pas objective vu que tu penses encore à ton frère.

Jane - Tu pourrais dire lesquelles, dans ce cas-là ?

Bella - Lesquelles ? Mais je sais pas, moi. Tu es libre, tu peux aller où tu veux, profiter de ta liberté, depuis le temps que tu attendais ça ! Qu'aurait fait ton frère, si vous aviez été libres ?

Jane - Mais il est mort ! cria-t-elle. A quoi ça sert d'être libre, maintenant ?! C'est ensemble ou pas du tout...

Bella - Et tu ne voudrais même pas faire ça pour lui "rendre hommage" ? A ta manière ?

Jane ne répondit pas et regarda la falaise abrupte qui s'étalait devant elles, la vallée en contrebas. Sauter serait si facile. Cela ne la tuerait pas mais l'éloignerait au moins de la Cullen. Elle s'approcha du bord, regarda en contre-bas. Plusieurs centaines de mètres à vu de nez. Si elle voulait se suicider, elle voyait mal comment les Cullen pourraient l'en empêcher. Ils n'allaient pas, ils ne pouvaient être tout le temps sur son dos non plus. Ils avaient leur vie, et ne pouvait se permettre de la gâcher à cause d'elle. Elle s'avança encore pour sauter de la falaise.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Il est temps de se réveiller !   Dim 16 Juin 2013 - 15:35

Quelques jours après l’hallucination de Jane, ils reçurent la visite de Caïus et Sulpicia, plus l’accompagnement traditionnel de gardes pour les protéger. Bella trouvait qu’ils venaient bien trop souvent jusqu’au Népal… Déjà qu’elle n’aimait pas les Volturi en temps normal, les voir aussi souvent n’aidait en rien ses sentiments à leur égard. Mais soit, de toute manière, elle n’avait pas tellement le choix. De plus, ils n’étaient là que parce que les Cullen les avaient appelés… Chose que, naturellement, Bella avait désapprouvé lorsqu’elle apprit la « nouvelle ». Ils n’allaient donc jamais laisser Jane tranquille ? Ils n’allaient vraiment rien lui épargner ? La nouvelle-née regrettait presque d’être restée avec elle, de l’avoir « sauvée » ou de l’avoir préservée ces dernières semaines. Avoir les Cullen sur le dos, ce n’est déjà pas simple, mais s’il faut en plus se taper les Volturi… Bella la plaignait sincèrement, ils représentaient tous un vrai calvaire lorsqu’ils s’y mettaient.

Et l’entrevue entre Jane et Caïus, leurs « retrouvailles », ne fit que confirmer ce que pensait déjà Bella. Il était cruel, sadique, horrible. Comment pouvait-il la traiter comme cela après tout ce qu’elle avait vécu ? Il n’avait donc aucun cœur ? D’accord, les Volturi n’étaient intéressés par Jane uniquement parce qu’elle avait un don. Mais tout de même ! Même si elle était transformée, elle avait encore des réactions humaines, des sentiments, de la peine, et tout ce qui fait d’un humain… un humain. Ah, oui, mais peut-être Caïus avait-il un cœur de pierre, ce qui expliquait une telle réaction. En partant de cette hypothèse, il était tout à fait normal et logique que le Volturi blond et sadique réagisse comme cela. Et puis, peut-être ne côtoyait-il aucune personne humaine – enfin, si, pour les tuer – ou aucun vampire doté de sentiments… Exception faite pour Renée. Pensant à cela, Bella eut un frisson à l’idée d’imaginer Renée près de cette brute. Durant toute leur « discussion », elle ne put s’empêcher de s’accrocher à Edward, comme pour se protéger tant la violence qui émanait de cet homme – en était-ce un ? – était effrayante. Lorsque Jane sortit pour retrouver Caïus, un peu plus tard, n’en parlons même pas. En bref, une journée… Plus que chargée et riche en rebondissements.

Après cela, ils avaient laissé Jane tranquille mais la gardaient tout de même à l’œil. Bella n’était pas sereine et s’attendait à un retour en flammes d’une vague de dépression, ou d’une hallucination vu ce qu’elle venait de vivre à cause de Caïus. Renesmée dormait paisiblement dans leur lit comme Jane occupait toujours sa chambre. C’était plus pour la forme qu’autre chose, bien sûr, mais cela symbolisait au moins qu’elle avait une place ici et qu’elle n’était pas totalement détachée du monde, rejetée comme elle le pensait depuis son enfance. La nuit était déjà fort avancée, Edward et Bella parlaient des évènements de la journée et de ce qui risquait d’arriver étant donné la présence de Caïus et Sulpicia lorsque… Posant un doigt sur la bouche d’Edward pour lui intimer le silence, elle jeta un regard au dehors et vit Jane s’éloigner, lentement, mais elle partait. Eh voilà, ce qu’ils craignaient… Bella n’allait certainement pas la laisser s’en aller comme cela, dieu sait ce qu’elle risquait de faire. Reportant son regard sur Edward, elle lui dit sans parler fort pour ne pas réveiller Renesmée :

Bella –
Je vais la suivre… J’ai peur de ce qu’elle a derrière la tête.

Edward l’accompagna mais resta sur la terrasse tandis que Bella s’éloignait, suivant Jane de près pour ne pas la perdre. Par chance, comme elle était encore affaiblie, elle n’avait fait qu’une centaine de mètres avant de s’installer près d’un étang, une cascade déversant de l’eau non loin. La Lune était pleine, ronde, et se reflétait sur l’eau que Jane contemplait, comme absorbée par ce qu’elle voyait. Ou plutôt, perdue dans ses pensées… Bien que Bella ne sache pas lire dans les pensées des gens, elle ne devinait que trop bien ce que la Volturi avait dans la tête en cet instant précis, ce qui occupait son esprit jour et nuit, encore plus maintenant après la journée qu’elle avait passé. Bella la rejoignit, s’installant à ses côtés sans rien dire. Inutile de parler dans un moment comme celui-ci, seule la présence était bénéfique… Ou irritante, selon le point de vue. Mais hors de question de la laisser seule. Par ailleurs, les paroles qu’elle prononça en italien ne firent que confirmer les soupçons de Bella : elle pensait à son frère, et avait sûrement des idées noires…

Jane se leva ensuite, laissant Bella assise à côté de l’étang. Avait-elle seulement remarqué sa présence ? Peu importe, de toute manière, elle ne comptait pas la laisser s’enfuir comme cela pour attenter à ses jours. Se levant à son tour, la nouvelle-née la suivit la Volturi sans la lâcher d’une semelle, jusqu’à ce qu’elle s’arrête, s’adossant à un arbre. Elle était visiblement épuisée après tout ce qu’elle avait marché, chose normale étant donné sa faiblesse physique. Ce n’était pas pour déplaire à Bella, pour une fois… Elle n’avait pas envie qu’Edward la rejoigne si elles restaient trop longtemps dehors, il serait capable de s’inquiéter inutilement même s’il lui avait dit qu’il l’attendrait. Enfin, il le lui avait fait clairement comprendre. Mais passons le côté surprotecteur d’Edward, là n’était pas la question. Bella s’approcha de Jane et lui demanda ce qu’elle comptait faire, à présent. Oui… Elle était sortie, avait quitté – enfin, elle avait fait cinq cents mètres maximum – le Chalet. Mais maintenant ?

Jane –
Me suicider. Tu devrais retourner chez toi.

Bella – Hors de question. Tu sais que je ne te laisserai pas faire et que les autres ne vont pas tarder à arriver.

Jane – Si je veux mourir, c'est mon choix ! Il faut bien achever le travail, je doute d'être encore tout à fait vivante.

Bella – Tu respires, tu parles. Tu es vivante. Il m'a fallu un moment aussi avant de recommencer à vivre, quand on a dû quitter Forks. Alors tu ne lâcheras pas comme ça, je ne te crois pas. D'ailleurs, comment t'y prendrais-tu ? Les Volturi refuseront, et tu as peur du feu.

Jane – Ce ne sont pas les ennemis qui me manquent... Et dans le pire des cas, je sais vers où me promener pour tomber sur des Enfants de la Lune.

Bella – Tu oublies juste un détail. Nous.

Jane - Vous... Mais que veux-tu que je fasse d'autre, de toute façon ? Je n'ai plus de perspectives d'avenir. Pas seule.

Bella - Bien sûr que si. Pour l'instant, tu n'es juste pas objective vu que tu penses encore à ton frère.

Jane - Tu pourrais dire lesquelles, dans ce cas-là ?

Bella - Lesquelles ? Mais je sais pas, moi. Tu es libre, tu peux aller où tu veux, profiter de ta liberté, depuis le temps que tu attendais ça ! Qu'aurait fait ton frère, si vous aviez été libres ?

Jane - Mais il est mort ! cria-t-elle. A quoi ça sert d'être libre, maintenant ?! C'est ensemble ou pas du tout...

Bella - Et tu ne voudrais même pas faire ça pour lui "rendre hommage" ? A ta manière ?

Mais Jane ne répondit pas et regarda la falaise d’un air dangereusement intéressé. Non… Non, elle ne pouvait pas faire cela. Elle n’allait pas sauter. Et puis, à quoi cela lui servirait-elle ? Elle devait savoir qu’un vampire ne pouvait pas mourir aussi simplement, non ? Elle ne pouvait pas mourir, pas comme cela, pas après tout ce qu’elle avait traversé. Bon, d’accord, Jane n’avait survécu jusqu’ici que parce que les Cullen l’y avaient forcée mais… Tout de même. Elle ne pouvait pas lâcher aussi vite, aussi simplement, sans même chercher à venger son frère ou… Non. Seulement, les prières de Bella ne furent d’aucun secours. L’instant d’après, elle vit Jane filer vers le bord de la falaise pour sauter. La nouvelle-née s’élança directement après elle et la rattrapa in extremis, la tenant par le pied alors qu’elle avait fait le saut de l’ange. La hissant, elle la ramena en sécurité auprès d’elle malgré ses protestations et ses cris. Jane se débattait de plus belle tandis que Bella la porta et la plaça sur son épaule droite en la tenant fermement pour qu’elle ne puisse pas descendre facilement. Bien sûr, elle se débattait et hurlait, frappant dans le vent, lui donnant des coups dans le dos à l’aide de ses mains. Mais Bella n’en avait cure, elle pouvait bien la griffer ou lui percer les tympans, le résultat serait le même : elle était coincée. Il ne fallut que quelques minutes pour arriver au Chalet, Jane hurlant toujours à Bella de la lâcher. Mais tant pis. Arrivant près du Cottage, elle vit Edward à la même place que lorsqu’elle le quitta, qui lui lançait un regard étonné face à l’étrange situation : sa femme portant la Volturi sur une épaule, cette dernière battant l'air avec ses pieds pour se dégager. Essayant de couvrir les cris de Jane, Bella appela :

Bella –
Edward ! J’ai besoin de toi !


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il est temps de se réveiller !   Mer 19 Juin 2013 - 19:01

Caïus était un fou. Un cinglé hystérique et sadique, complètement névrosé. Un malade furieux, incapable de contrôler ses nerfs, frappant tout ce qui bougeait, ne pouvant plus se contrôler à la moindre contrariété. Comment pouvait-on être malade à ce point ? Comment ? Cela dépassait son entendement, et sans doute celui de tout le monde. Pour le coup, il plaignait sincèrement les gardes Volturi, qui devaient côtoyer ce malade au quotidien. Et encore, le mot était faible. Il serra inconsciemment Bella contre lui, grimaçant en voyant le cinglé frapper Jane, et Sulpicia tenter de la protéger. Il n'avait aucune compassion, pas la plus petite once d'humanité ? Il retint un soupir. Inutile de se poser la question, après tout ! Ce cinglé avait un cœur de pierre et avait déjà frappé Jane et son frère très violemment.

Il aurait voulu aider Jane, mais s'interposer comme ça... En tout cas, la suite des évènements lui prouva que le fou aurait bien voulu enlever Jane à nouveau si elle s'était "réveillée". Après cela, les autres s'arrangèrent pour le tenir éloigné du chalet, tout comme Sulpicia. A vrai dire, Edward, tout comme sa femme, craignaient la réaction de Jane. Il pouvait se passer n'importe quoi... Plus tard, à neuf heures, il coucha Renesmée, qui s'était à moitié endormie à côté de son assiette. Ramenant les couvertures sur elle, il lui déposa un baiser sur la joue.


Edward - Bonne nuit, ma puce.

Elle partit presque aussitôt au pays des rêves, où les enfants ont un accès illimité. Il ferma la porte doucement et rejoignit Bella dans le salon. Dehors, Jane n'avait toujours pas bougé, apathique. Ils discutaient depuis un moment lorsqu'elle se leva soudain et partit lentement. Ils se redressèrent, et il s'alarma aussitôt de ce qu'il lut dans ses pensées.

Bella Je vais la suivre… J’ai peur de ce qu’elle a derrière la tête.

Et avec raison. Il resta sur la terrasse alors que sa femme filait derrière Jane. L'attente débuta... Il aurait voulu suivre Bella, mais pas question de laisser Renesmée seule dans le chalet, peu importe qu'il n'y ait pas de danger immédiat aux alentours. On ne savait jamais. Il fit les cents pas, anxieux, regrettant que sa femme fut partie seule. Même s'il n'y avait finalement pas de raison. Jane était peut-être entraînée, mais dans son état, elle ne faisait pas le poids face à Bella qui disposait encore de ses forces de nouvelle-née. Les choses ne seraient pas ainsi si elle était lucide et en pleine possession de ses moyens. Plus tard, il entendit soudain des cris et vit Bella revenir, portant Jane sur son épaule. Jane qui se débattait comme elle pouvait, très peu coopérative. Bon sang.

Bella Edward ! J’ai besoin de toi !

Il fila vers elle et ils descendirent Jane. Il l'enserra par-derrière pour la maîtriser et plaqua une main sur sa bouche pour étouffer ses cris. Elle le mordit et il eut un hoquet de douleur, maintenant sa main en place tout de même. Bella était devant, le regarda, puis regarda sa main.

BellaÇa va aller ?

Edward - Oui, c'est bon...

Il replaça correctement sa main, alors que Bella tentait de lui faire comprendre d'agir autrement, mais il faisait ça pour empêcher Jane de hurler. C'était douloureux, d'accord, mais il serait quitte pour une cicatrice. De toute façon, il était loin d'être au niveau de Jasper, et encore plus loin de celui de Jane. Elle les insultait de tous les noms en pensée puis qu'elle ne pouvait crier. Des insultes particulièrement gratinées, dont il ne connaissait même pas la moitié tant elles étaient vieilles. Quel vocabulaire, franchement... Bella se plaça face à lui et attrapa les jambes de Jane. Ils la portèrent à l'intérieur et la mirent sur le lit, tout en l'immobilisant. Alors que sa femme la tenait et l'empêchait toujours de crier, assise près d'elle, il lui attrapa fermement les poignets, histoire d'éviter un mauvais coup.

Edward - Jane, écoute-moi. Je sais très bien que tu nous en veux à mort en cet instant précis, mais tu dois savoir qu'il n'est pas question qu'on te laisse te tuer comme ça, aussi facilement ! Contrairement à ce que tu crois, on ne fait pas ça pour s'amuser ou nous moquer de toi, et on ne pense pas non plus que tu es une charge inutile ! Si c'était le cas, jamais on n'aurait pris la peine de s'occuper de toi...

Il s'interrompit un instant, cherchant comment poursuivre. Exprimer correctement ce genre de chose n'était pas particulièrement facile. Alors qu'il cherchait ses mots, il entendit quelqu'un toquer à la porte puis entrer. Carlisle. Il tombait vraiment à pic, lui. Il avait parlé de son idée, à lui et Bella, deux jours plus tôt. Edward n'en avait même pas été étonné, c'était bien le genre de son père. Et, en quelque sorte, la suite logique des évènements. Bella avait été choquée, puis s'était résignée. Restait à avoir la réaction de Jane... Ça allait être très délicat à amener vu son état moral actuel. Comment lui annoncer ? Comment amener le sujet ? Il chercha encore, puis, ne trouvant pas, décida d'appliquer la même méthode que lorsqu'il avait annoncé à sa femme que Jacob s'était imprégné de Renesmée. Y aller directement, sans détour, et ce serait bon.

Edward - Tu peux ne pas nous croire, mais on va avoir du temps pour te le prouver. Carlisle et Esmée voudraient t'adopter. Tu deviendrais notre sœur. Ce serait officialiser le truc puisque tu vis déjà avec nous et que tu es à moitié végétarienne.

Bella lui jeta un regard noir, comme furieuse qu'il n'ait pris aucune précaution pour balancer la nouvelle. Il lui rendit un regard innocent, alors qu'elle retirait sa main de la bouche de Jane et la surveillait. Il reporta aussi son attention sur elle, tout comme Carlisle, attendant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Il est temps de se réveiller !   Mer 19 Juin 2013 - 21:47

Jane avait à peine sauté, à peine quitté le sol pour se laisser tomber dans le vide qu'une main l'agrippa par la cheville, fermement. La brutalité de cet arrêt la ramena brusquement à la réalité, amenant du même coup une terrible frustration que cette chute libre fut stoppée si brusquement. Bella la ramena sur la falaise, et Jane tenta de la repousser, de se dégager pour pouvoir partir. Elle n'allait donc jamais lui foutre la paix ?!

Jane - Laisse-moi ! Je dois p...

Bella la souleva tout à coup pour la caler sur son épaule. Jane poussa un cri de surprise et d'indignation, avant de se débattre comme une furie. Elle n'avait pas le droit ! Elle n'avait absolument pas le droit d'agir ainsi, elle n'avait pas le droit de la ramener de force, elle n'avait pas le droit de l'empêcher de mourir. Qu'est-ce que ça pouvait lui faire, de toute façon ?! A quoi elle jouait ? Ça l'amusait donc ça de la voir souffrir ? Elle se débattait, criait à Bella de la lâchait, se démenait tant qu'elle le pouvait, furieuse d'être traînée comme un sac.

Bella – Edward ! J’ai besoin de toi !

Elle voulut réagir, se défendre, mais passa des bras de Bella à ceux d'Edward, qui lui mit une main sur la bouche. elle mordit de toutes ses forces dedans, frappant où elle pouvait pour se dégager. Ils n'avaient pas à faire ça, ni l'un ni l'autre ! Qu'ils la laissent, qu'ils lui foutent la paix. Elle voulait partir, mourir à son tour, et enfin rejoindre Alec. Elle ne pouvait pas vivre sans son frère, quelqu'un ici pouvait-il comprendre ça ? Elle ne pouvait pas ! Il était sa seule famille, la seule personne qui avait véritablement compté à ses yeux. Impossible de poursuivre sans lui... Pas sans son frère. Pas sans Alec.

La peine revenait avec plus de force que jamais. Elle aurait tant voulu pleurer. Bella lui attrapa tout à coup les jambes et ils la transportèrent à l'intérieur avant de l'allonger sur le lit et l'immobiliser à nouveau. Elle les insultait de tous les noms, impuissante. Qu'est-ce qui les amusait autant, là-dedans ? Pourquoi ne pas la laisser partit, tout simplement ? Elle voulait disparaître, elle aussi. Morte, elle ne gênera plus personne.


Edward - Jane, écoute-moi. Je sais très bien que tu nous en veux à mort en cet instant précis, mais tu dois savoir qu'il n'est pas question qu'on te laisse te tuer comme ça, aussi facilement ! Contrairement à ce que tu crois, on ne fait pas ça pour s'amuser ou nous moquer de toi, et on ne pense pas non plus que tu es une charge inutile ! Si c'était le cas, jamais on n'aurait pris la peine de s'occuper de toi...

Il se tut, et elle ne put rien rétorquer non plus, Bella l'en empêchant. Elle ne savait même pas si elle devait le croire ou s'il ne disait ça que pour se moquer d'elle. Ce n'était pas son genre, elle savait au moins cela, mais tout de même. Elle se sentait épuisée, comme si cette lutte contre le couple Cullen avait soufflé les dernières forces qui lui restait. Tout à coup, Carlisle entra. Réunion de famille ? Si c'était le cas, elle pouvait partir pour ne pas les déranger. Edward se tourna tout à coup vers elle. D'un coup, elle le sentit très mal.

Edward - Tu peux ne pas nous croire, mais on va avoir du temps pour te le prouver. Carlisle et Esmée voudraient t'adopter. Tu deviendrais notre sœur. Ce serait officialiser le truc puisque tu vis déjà avec nous et que tu es à moitié végétarienne.

...

Quoi ?

Éberluée, elle ne se rendit même pas compte que Bella avait retiré sa main. Les mots d'Edward étaient entrés dans son esprit avec la force d'un ouragan. Elle entrouvrit la bouche, sous le choc, peinant à comprendre ces quelques phrases. Qu'est-ce... Il... Quoi ?! Mais, mais... Ils étaient fous ? Ils cherchaient à s'amuser à ses dépends ? Elle "vivait" avec eux, oui, mais ce n'était que provisoire, ils allaient bien finir par l'abandonner un jour ou l'autre...

Sauf que cette fois, elle ne pourra plus se raccrocher à rien. Son frère n'était plus là. Cette simple idée la terrorisait. Elle s'était toujours relevée grâce à Alec, avait vécu uniquement pour lui, avait résisté à chaque nouveau coup pour être à ses côtés. Ensemble à jamais, ils se l'étaient jurés. Mais il était mort. Pour la première fois de son existence, elle avait connu le goût amer de la solitude, jusqu'à en devenir folle. Alors devenir la sœur de quelqu'un ? Intégrer une grande famille ? Elle ne savait même plus si elle était capable de vivre normalement. Elle ferma les yeux un instant, se mordant les lèvres. Lorsqu'elle les rouvrit, elle vit tout à coup son frère. Il était debout près d'elle, si proche et pourtant si inaccessible. Elle voulut tendre la main pour prendre la sienne, mais ne pouvait pas bouger.


Jane - Je suis désolée, murmura-t-elle.

Son frère disparut lentement, comme soufflé par le vent. Elle gémit et ferma les yeux, prenant conscience que ce n'était qu'un mirage. La douleur lancinante la traversait de part en part. Elle essaya de se concentrer sur n'importe quoi d'autre, pour échapper ne serait-ce qu'une minute à la souffrance. Elle rouvrit les yeux, se souvenant d'un point.

Jane - D'où est-ce que vous sortez que je suis à moitié végétarienne ? Je n'ai plus jamais bu de sang animal... Et puis... Je ne suis pas sûre d'être capable de...

Elle s'interrompit, ignorant comme poursuivre. Capable de vivre ? Capable d'apprécier d'autres personnes ? Capable de vivre sans son frère ? Non, impossible. Jane tenait à sa famille, ferait n'importe quoi pour elle. Personne ne connaissait ce détail, hormis Aro, personne n'avait besoin de savoir. Elle avait juste peur.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il est temps de se réveiller !   Ven 21 Juin 2013 - 20:02

[Esmée a mis du temps pour me filer son mot de passe, mais Thibault peut témoigner, je l'ai terminé à 20h pile !]

Carlisle avait parlé à Esmée de son idée d’adoption au sujet de Jane. Au départ, elle eut un léger a priori mais… Après tout, Jane avait besoin d’aide, la petite était si fragile ! Lorsqu’elle l’avait vue, à la réunion, elle lui avait semblé si fragile avec toutes ses cicatrices. Esmée était restée à côté de Carlisle depuis le début de l’attaque, étant inquiète à un point inimaginable pour Jane, Bella, Edward… Toute leur famille. Sans oublier la tension permanente qui existait entre la nouvelle membre de leur famille, qu’Esmée considérait déjà comme sa propre fille depuis le début, pour une raison qu’elle avait du mal à comprendre et Jane. Pour contrer cette tension, leurs chers enfants avaient décidé d’organiser un jeu tous ensemble pour les réunir et pousser la solidarité, pour les rapprocher. Inutile de vous dire la réaction de son mari lorsque ce jeu avait dérapé… Esmée l’avait rarement vu aussi énervé et avait tenté elle-même de le calmer par la suite. Par chance, leurs enfants, eux, semblaient s’être calmés et n’ennuyèrent plus Jane avant un long moment.

Mais depuis un moment, les choses avaient radicalement changé. Un jour, Aro les appela pour leur dire qu’Alec était mort au combat. Par la suite, sans réellement saisir l’ampleur de ce que cela changeait, Bella se comporta comme une mère pour Jane et veilla sur elle nuit et jour, aidée d’Edward. Ils avaient même cédé la chambre de Renesmée à Jane pour la surveiller ! Bon, Bella restait particulièrement têtue lorsqu’il s’agissait d’entrer dans la chambre, c’est simple : personne n’y avait droit, pas même Edward. Néanmoins, ils s’inquiétaient tous pour Bella qui semblait de plus en plus touchée par la mort d’Alec. Pourtant, elle ne s’était pas attachée autant que cela au jeune Volturi, elle détestait même tous les Volturi… Non ? Alors pourquoi ce changement soudain ? Esmée trouvait cela adorable mais elle voulait tant l’aider, au moins alléger le fardeau de Bella, de tous les Cullen. Mais comment ? Elle regardait, impuissante, Carlisle faire les cents pas dans son bureau pour trouver comment aider Jane. Elle ne savait pas quoi faire, pas quoi dire, essayant tant bien que mal de l’aider par des paroles encourageantes, par des approbations ou de vagues idées. Mais… Non, c’était une mauvaise idée.

Puis vinrent les hallucinations. Ce fut comme une sonnette d’alarme pour Carlisle et Jasper, ainsi que pour Edward qui décidèrent de passer à l’action au dépit des protestations de Bella. Elle n’était pas pour cette pratique-là, trouvant qu’attacher Jane était cruel. La pauvre, elle risquait d’avoir mal ! Mais… Carlisle avait réussi à la convaincre avec des arguments, comme quoi c’était pour la protéger et pour éviter qu’elle ne se fasse mal ou qu’elle ne fasse mal à quelqu’un. Ils s’inquiétaient tous pour Bella, surtout Edward qui était à moitié absent depuis quelques semaines. Au moins, ils pouvaient l’aider de cette manière… Alors, elle se rendit à l’évidence que c’était le seul moyen. Qui plus est, les Volturi devaient leur rendre visite dans quelques jours, il fallait que Jane soit entière pour leur visite et qu’il ne lui soit rien arrivé. De plus, grâce à cela, ils pourraient peut-être la voir eux aussi, comme l’exigeait Carlisle pour le bien de Bella et de Jane. La couper du monde n’était pas une solution, loin de là. Et, curieusement, Carlisle parvint à convaincre leur belle-fille même si les cris et les protestations furent nombreux. Mais cela aida les choses lorsque les Volturi leur rendirent visite, même si cela tourna au cauchemar et… Se solda par une fuite de Jane le lendemain. Bella réussit à la rattraper mais ils entendirent des cris, décidèrent ensuite de les suivre. Carlisle voulait annoncer l’adoption effective de Jane, cela lui prouverait peut-être qu’ils veillaient sur elle parce qu’ils tenaient à elle, et non pas par pur intérêt ou amusement. Néanmoins, elle resta en retrait, laissant d’abord son mari entrer. Edward annonça la décision de l’adoption de manière assez brute. A la Edward, quoi. Il fallait bien admettre que leur fils était… Loin de tourner autour du pot. La réaction de Jane ne se fit pas attendre.

Jane –
D'où est-ce que vous sortez que je suis à moitié végétarienne ? Je n'ai plus jamais bu de sang animal... Et puis... Je ne suis pas sûre d'être capable de...

Quoi ?! Ah non ! Ils l’aimaient, elle aussi, et elle buvait du sang animal depuis deux mois au moins ! N’y croyant pas, Esmée entra dans la pièce en ignorant l’air interdit de Bella.

Esmée –
Jane, on t’aime. On tient à toi comme à chacun de nos enfants, même s’ils sont adoptifs. Et tu bois du sang animal depuis ton arrivée ici, je te rappelle. Regarde tes yeux ! On t’aime, Jane. Si tu avais vu la réaction de Bella, sa manière de se comporter… Elle ne fait pas ça par intérêt, mais parce qu’elle s’inquiète pour toi, comme nous tous. Tu peux réussir à vivre. J’ai voulu me suicider aussi, Carlisle m’a sauvée… S’il a pu le faire pour moi, il le peut pour toi. Fais-nous confiance, Jane. Je sais ce que c’est que de perdre quelqu’un que l’on aime plus que tout.

Faisant une pause, Esmée gratifia son mari d'un regard aimant, reconnaissante de l'avoir sauvée ce jour-là même si elle avait voulu abandonner tout espoir. Grâce à lui, elle avait une vie magnifique, des enfants dont elle était fière comme s'ils étaient les siens. Elle les aimait, chacun, autant qu'ils étaient.

Esmée -
J'ai perdu mon enfant, Jane. Tu n'imagines même pas la douleur que j'ai ressentie lorsque je l'ai perdu. Je me suis suicidée. Carlisle m'a sauvée et... Je suis plus qu'heureuse, aujourd'hui. Tu vois, tout est possible. Je suis sûre que tu y arriveras, toi aussi.

Esmée s'approcha de Jane, lui posant délicatement sa main sur son épaule, comme pour lui communiquer toute sa tendresse.
Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Il est temps de se réveiller !   Sam 22 Juin 2013 - 15:11

Elle ignorait comment se sortir de là. Les Cullen avaient l'air on ne peut plus sérieux, mais elle ignorait si c'était par intérêt, amusement, ou s'ils étaient sincères. Elle ne s'était jamais retrouvée confrontée à une telle situation. Et n'arrivait pas à comprendre. Tout à coup, Esmée entra à son tour, ce qui la fit se tendre un peu plus. Toute la famille n'allait pas débarquer non plus pour la regarder, non ?! Ses nerfs allaient finir par craquer.

Esmée – Jane, on t’aime. On tient à toi comme à chacun de nos enfants, même s’ils sont adoptifs. Et tu bois du sang animal depuis ton arrivée ici, je te rappelle. Regarde tes yeux ! On t’aime, Jane. Si tu avais vu la réaction de Bella, sa manière de se comporter… Elle ne fait pas ça par intérêt, mais parce qu’elle s’inquiète pour toi, comme nous tous. Tu peux réussir à vivre. J’ai voulu me suicider aussi, Carlisle m’a sauvée… S’il a pu le faire pour moi, il le peut pour toi. Fais-nous confiance, Jane. Je sais ce que c’est que de perdre quelqu’un que l’on aime plus que tout.

Donc, ici, le suicide paraissait strictement interdit. Si elle essayait encore, ils n'allaient pas l'empêcher à chaque fois, non ? Ils allaient bien finir par la laisser faire, non ? Un regard vers Carlisle et Bella, et son idée s'évanouit. Non, ils ne risquaient pas de la laisser faire. Et puis, ses yeux... Qu'avait ses yeux ? Elle buvait du sang animal, elle ? Ce n'était pas possible, elle s'en serait forcément rendue compte ! Non ? Si ? Elle se prenait à douter, cherchant à définir ce qu'elle avait vécu depuis la mort de son frère. D'ailleurs, en quel mois étaient-ils ? Elle avait de plus en plus peur, et bénissait le ciel que Jasper ne se trouve pas dans la pièce en ce moment.

Esmée - J'ai perdu mon enfant, Jane. Tu n'imagines même pas la douleur que j'ai ressentie lorsque je l'ai perdu. Je me suis suicidée. Carlisle m'a sauvée et... Je suis plus qu'heureuse, aujourd'hui. Tu vois, tout est possible. Je suis sûre que tu y arriveras, toi aussi.

Elle lui posa une main sur l'épaule, maternelle. Jane ne sut pas quoi répondre, terrorisée à présent. Elle n'avait plus la moindre confiance en l'avenir, ni confiance en elle-même. Et si elle s'engouffrait encore tête baissée dans un piège ? Enfin... Elle savait que Carlisle n'était pas de ce genre-là. Donc sa femme non plus, logiquement. Quand aux enfants... Là, pour le coup, elle en voulait franchement à Bella et Edward. Elle n'avait pas besoin qu'on la surveille ni qu'on la protège. A cette heure, elle pourrait être en train de filer vers sa mort. Elle referma les yeux, revoyant, une fois de plus, son frère. Elle aurait tant voulu se blottir dans ses bras... Mais il n'était plus là.

Et puis, comment les Volturi allaient réagir à ça ? Elle n'était plus utile pour eux, d'accord, mais elle se méfiait fortement des réactions d'Aro et de Caïus. Elle rouvrit les yeux, la peur s'y lisant très clairement cette fois. C'était comme si un lien invisible mais puissant la maintenait attachée à l'Italie. Bella la fixa, comme inquiète, mais Jane n'en tint pas compte, plongée dans ses pensées. Elle ignorait comment vivre et se comporter normalement avec les Cullen. Elle n'avait pas du tout eu la même "éducation" en quelque sorte. Et il était notoire que l'on restait lié sa vie entière à celui ou celle qui vous a transformé. Elle était marquée par sa vie à Volterra, et craignait d'être rejetée à cause de ça.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il est temps de se réveiller !   Dim 23 Juin 2013 - 11:39

Elle avait l'impression de flotter, comme si elle volait ou planait dans un ciel rempli de nuages blancs et cotonneux. Elle filait, filait très vite, enivrée par cette douce sensation de liberté. Elle pouvait aller où elle voulait, quand elle voulait, c'était magique ! Elle en riait toute seule, zigzaguant entre les nuages. Tout à coup, une voix l'appela. La voix de son papa. Cherchant à s'orienter, elle regagna le sol et chercha son père des yeux. La voix s'élevé encore puis disparut. Elle l'appela, soudainement effrayée. Papa !

Renesmée se réveilla en sursaut, tremblante. Elle était dans son lit, blottie sous la couette, son ours en peluche près d'elle. Elle le serra dans ses bras, laissant se dissiper les dernières brumes de son rêve. Tout était calme et paisible, ce qui contribua à la rassurer. Rien ne la menaçait, ici. Son papa était sûrement plus loin dans le chalet avec maman. Elle reposa sa tête sur l'oreiller, replongeant dans le sommeil.

Soudain, des cris. Des cris qui furent interrompus d'un seul coup. Elle se redressa à nouveau, désorientée. Elle s'était rendormie ? Combien de temps ? Et que se passait-il ? Elle aurait voulu voir mais avait peur tout à coup. Loin d'être paisible, la nuit devenait hostile. Elle avala difficilement sa salive et repoussa ses couvertures, touchant le parquet de ses pieds nus. Elle ouvrit la porte de la chambre, les yeux bouffis de sommeil, les cheveux ébouriffés, en pyjama bleu ciel. Serrant sa peluche contre elle comme s'il s'agissait d'un bouclier, elle fit quelques pas dans le couloir. Il y avait de l'activité, au chalet.

Papa - Tu peux ne pas nous croire, mais on va avoir du temps pour te le prouver. Carlisle et Esmée voudraient t'adopter. Tu deviendrais notre sœur. Ce serait officialiser le truc puisque tu vis déjà avec nous et que tu es à moitié végétarienne.

Renesmée écarquilla les yeux, devinant à qui son papa parlait. Puis un timide sourire éclaira son visage. Alors, alors, ça voudrait dire qu'elle aurait une nouvelle tante ? Ce serait drôle, et bien. Elle aimait bien ça, avoir une grande famille. Elle vit ses grands-parents approcher à leur tour, frottant ses yeux ensommeillés. Les grands continuaient de parler, mais elle entendait moins bien. Jetant un coup d'œil à l'horloge du salon, elle vit qu'il était 4 heures du matin.

Esmée - J'ai perdu mon enfant, Jane. Tu n'imagines même pas la douleur que j'ai ressentie lorsque je l'ai perdu. Je me suis suicidée. Carlisle m'a sauvée et... Je suis plus qu'heureuse, aujourd'hui. Tu vois, tout est possible. Je suis sûre que tu y arriveras, toi aussi.

Mamie avait eu un enfant ? Pourquoi elle l'avait perdu ? Et comment ? C'était possible de perdre son enfant ? Nessie trouvait ça bizarre. Sa maman à elle veillait toujours sur elle et la protégeait, alors elle ne risquait pas de se perdre. Elle trottina jusqu'à la chambre. C'était une scène bizarre. On aurait dit que son papa empêchait Jane de se sauver. Elle alla jusqu'à sa mère, grimpa sur ses genoux, et se blottit contre elle, tout simplement. Elle voudrait bien que Jane reste avec eux. Avoir une maman et une famille, c'était bien. et elle ne comprenait pas pourquoi Jane était toujours si triste. Elle nicha son nez dans le cou de sa maman, puis se rendormit presque aussitôt.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il est temps de se réveiller !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il est temps de se réveiller !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Figé dans le temps
» Combien de livres lisez-vous en même temps?
» DC ANTHOLOGIE : JLA – LA FIN DES TEMPS
» Votre Emploi du Temps année 2009/2010
» Le Temps passe, mais les Souvenirs restent.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: