Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une simple visite

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Une simple visite   Dim 23 Juin 2013 - 13:56

La nature s’éveillait doucement en cette belle matinée de printemps népalais. Orlin n'avait jamais vu de paysages comme ceux qui s'offraient à lui en ce moment. De magnifiques chaines montagneuses qui s'étendaient à perte de vue, recouvertes d'une neige blanche immaculée qui reflétait les rayons du soleil, créant de petites perles de lumières sur le sol. Orlin était arrivé sur place la veille, il ne devait se rendre au chalet que le lendemain. Il en profita alors pour visiter, de loin, évitant de se mêler à la foule humaine.

Sa mission était simple : prendre des nouvelles de Jane et, dans la mesure du possible, l'aider à aller mieux. Il était clair qu'Aro n'avait pas l'intention de la laisser partir comme cela. Elle allait rester chez les Cullens le temps d'aller mieux puis revenir, c'était l'histoire de quelques années, voire moins. Il avait pris avec lui, deux ou trois bricoles pour elle. Les quelques affaires d'Alec et un carnet à dessin qu'elle avait l'habitude de consulter pour se consoler.

Orlin prit la direction du chalet. Il y arriva en quelques minutes en courant. En route, il prit soin de tuer un ou deux humains pour ne pas être dérangé par la soif. Il arriva au pied de la colline qui conduisait à l'habitation. Il s'arrêta de courir et commença à marcher. A environ une centaine de mètres du chalet il passa à coté d'un petit bosquet enneigé d'où la lumière ne filtrait pas. Il trouvait tous ces jeux de lumière d'une beauté sans pareil.

D'un coup il fut mal à l'aise. Quelque chose ne tournait pas rond. Il se sentait observé, piégé. Il ne pouvait expliquer cette sensation, probablement l'instinct. Depuis son kidnapping par Vladimir, il arrivait à sentir ce genre de chose. Il s'arrêta et mit tous ses sens en éveil.
...
...
*Derrière !* Orlin se retourna brusquement et tendit son bras pour donner un grand coup. Effectivement il eut quelqu'un pour le réceptionner, un grand loup brun. L'impact fut violent. Le loup vola en l'air mais réussit à atterrir sur ses pâtes. Le retour de force déséquilibra et Orlin et le fit tomber sur le dos. Il se releva rapidement, ôta le sac à dos et fit face à son agresseur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une simple visite   Dim 23 Juin 2013 - 16:38

Comme à son habitude, le jeune Quileute aimait bien se promener dans les environs de la demeure des Cullen. Ces moments particuliers étaient pour lui les seuls instants où il pouvait revêtir sa forme lycanthropique sans avoir peur que la belle Nessie ne le surprenne. Ces moments étaient par définition peu nombreux mais intenses. Ils étaient cependant nécessaire au loup pour survivre, pour rester lui-même, pour garder sa spécificité. Ces ballades étaient aussi pour Jacob un moyen de faire le point, de sortir, de réfléchir. Depuis son départ de Forks, il n'avait plus croisé de membres de son clan, de sa meute. A tel point qu'il se soupçonnait même de ne plus vraiment faire partie de la première meute de loup qui s'était reformée. Le loup ressentait au plus profond de lui-même qu'il était devenu un, non redevenu l'Alpha qu'il aurait dû être depuis le départ. Jacob était le chef d'une meute inexistante, d'une meute composé d'un seul et unique loup... Autant dire que cela faisait pâle figure comparé à la vingtaine de membre que comportait la meute de Forks.

Au bout d'une vingtaine de minutes de marche, le loup sentit une odeur reconnaissable entre mille, une odeur d'immortel. Un vampire non-autorisé venait de se pointer dans les environs... Cela ne pouvait signifier qu'une seule chose, Nessie était en danger... La colère s'empara alors de l'esprit du jeune loup et ce dernier se concentra sur son unique objectif : éradiquer le vampire pour assurer la sécurité de celle qui comptait le plus à ses yeux. Jacob prit alors la direction de l'odeur. La traque fut plutôt rapide et simple, le sang froid ne cherchant apparemment pas à se planquer, à se cacher. Le loup lui sauta alors dessus...

Le vampire se défendit d'un geste rapide, mais cela lui permit d'éviter de perdre sa tête dès la première attaque. Le protecteur de la belle Renesmée se remit alors en position d'attaque et grogna de nouveau. Un hurlement se fit entendre dans tous les environs. Le chalet, étant situé dans les environs, allait être rapidement au courant de cette attaque. Le loup fixa un long moment le vampire qui osait s'aventurer ici... Jacob ne l'avait jamais vu, ce dernier n'était donc pas un immortel qui aurait réussit à lui survivre.

Jake: - AHOUUUUUUUUU GRRRRRRRRRRRRRR AHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUU

Cela pouvait signifier, dégage de là ou meurt... Le but de ce hurlement était plutôt d'effrayer le jeune vampire qu'autre chose. Autant dire que la colère, le désir de meurtre et la haine des immortels de Jacob grandissait de plus en plus à ce moment précis. Le jeune garde Volturi risquait de vivre l'un des plus mauvais quart d'heure de sa vie.

Jake ne cherchait pas à comprendre il ressauta sur sa proie en cherchant à lui arracher l'un de ses membres supérieurs : un bras, une tête, un torse... Le hasard allait décider de la chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une simple visite   Dim 23 Juin 2013 - 18:00

Le loup poussa un hurlement assourdissant. Il n'était pas comme les autres animaux sauvages qu'Orlin avait pu croiser jusqu'alors. Il semblait plus intelligent et surtout enragé. Il fonça à nouveau sur Orlin. Celui-ci esquiva l'attaque de justesse et donna un coup de genou dans le flan. L'action fut brève et rapide mais Orlin dominait son adversaire pour le moment.

Le jeune vampire tenta une nouvelle approche, son adversaire était trop imposant pour pour utiliser les techniques de combat singulières qu'il avait apprises avec Démétri. Il fallait trouver un moyen de calmer le loup, mais comment...Il réfléchit à la vitesse de l'éclair...Son don ! Bien sur ! Ça calmait d'un coup les humains, ça devait bien calmer les bêtes sauvages ! Il courut vers le loup et s'agrippa solidement sur son dos. Il se concentra pour utiliser son bliss et calmer les ardeurs de la bêtes. Cela n'eut aucun effet. Le loup fit alors une roulade. Le poids de la bête brisa une cote au vampire, mais il tint bon et ne lâcha pas. Il était un peu désemparé, il ne savait pas trop comment ce sortir de cette situation. Il voulait essayer d'étrangler le lycan mais son étreinte n'était pas assez bonne. Il tenta alors un dernier coup et la mordit du plus fort qu'il put. Cela n'eut aucun effet également. Le gout était de surcroit tellement infect qu'Orlin dégagea rapidement sa bouche. Là il ne comprenait pas. D'habitude le venin provoquait une douleur insoutenable, mais là rien...Le loup fit une seconde roulade qui surprit Orlin. Il fut éjecté un peu plus loin. Il se releva soutenant avec sa main sa cote brisée.

Ok, 1 partout. La seule stratégie qui semblait marcher était les coups directs. Soit. Une troisième passe commençait. Orlin était complètement perturbé de rencontrer une bête féroce aussi combative et ayant la force nécessaire pour défier un vampire. La seule chose qui pouvait correspondre à un tel monstre était les enfants de la lunes. Mais voila, il ne se transformait que la nuit et on était en plein jour. Le loup lança une autre attaque. Orlin repéra une ouverture pour esquiver et s'y engouffra...Un piège ! Le loup utilisa une de ses pattes avant pour faucher les appuis du vampire, lui brisant une jambe au passage. Pendant la chute Orlin eut le temps d'envoyer un dernier coup pour faire valser le loup un peu plus loin et lui briser 2 ou 3 cotes au passage.

Orlin ne pu se relever à cause de sa jambe brisée. Il était par terre, s'appuyant sur ses coudes pour se redresser et voir ce qui se passait. Il ne fallut pas longtemps au lycan pour reprendre ses esprits. Orlin, ne pourrait pas esquiver la prochaine attaque. Il fixa le loup d'un regard noir, regrettant amèrement de ne pas avoir le don de Jane. La bête courut alors vers lui pour l'achever. Dans un ultime effort, il fit une roulade pour tenter d'esquiver l'attaque mais le loup parvint à attraper son bras droit dans sa gueule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une simple visite   Dim 23 Juin 2013 - 18:32

Le combat contre le vampire était plutôt excitant. L'immortel avait les mêmes réactions face au loup que tous les vampires que Jacob avait rencontré. Aucun d'eux n'avait apparemment eu la chance, la malchance, de croiser un lycan, un loup, un prédateur de vampire. Autant dire que ce genre de combat était, pour la majorité d'entre eux, perdu d'avance. La chose ne tarda pas à être démontrer. Le Quileute prit rapidement le dessus sur son adversaire. Ce dernier se laissant surprendre et déborder rapidement. Ses tentatives désespérées de planter ses crocs dans le loup ou d'étrangler ce dernier ne portait à vu d’œil aucun fruit.

Le tournant décisif du combat fut prit au moment où Jacob brisa une jambe de l'immortel. Ce dernier ne pouvait plus vraiment se défendre, il ne pouvait plus vraiment résister à la moindre attaque. Autant dire que sa vie était terminée. Ses derniers instants auront été ceux d'une victime dérisoire d'un monstre sanguinaire, enfin vampinaire. Un sentiment de jubilation, d’excitation parcourut alors l'âme guerrière de jeune loup. Ce dernier fonça de nouveau sur sa victime pour abréger ses souffrances. Jacob tenta alors d'arracher la tête de son adversaire. Ce dernier dans un soubresaut plutôt issu du réflexe instinctif que de la volonté propre de se dégager, roula sur le côté laissant son seul bras dans la gueule du loup.

Règle numéro un dans un combat contre un adversaire de type lycanthrope, ne jamais, mais alors jamais, laisser une partie de son corps, petite ou grande, dans la gueule de la créature... Sinon... Orlin allait bientôt découvrir cette fameuse règle. Le loup ferma son arme la plus puissante sur le membre du vampire et d'un coup sec, il lui arracha le bras à partir de l'épaule. La douceur du son des membres d'un ennemi arraché était plutôt agréable à entendre. Jacob lâcha le bras dans les environs et hurla à la mort. Le bruit de son hurlement pouvait s'entendre à des kilomètre à la ronde. La bataille était gagnée. Personne ne pourrait l'empêcher de tuer, de massacrer, d'achever cet être qui osait s'aventurer aussi prêt de l'enfant dont Jacob s'était imprégné.

Le loup leva la patte droite et déchiqueta les vêtements du Volturi. Son blason de membre de la garde fut réduit en morceau au moment ou le thorax du vampire fut griffé de manière violente par le loup. Les griffes de ce dernier rentrant profondément dans le corps de sa victime. Jacob continua son massacre du corps de sa proie point par point. les griffes parcourant ce dernier en laissant simplement intact le visage.

Une bruit de pas se fit alors entendre, un Cullen au vu de l'odeur... Un regard noir vers les nouveaux arrivants leur fit comprendre que ce vampire était à lui et à personne d'autre. Jacob s'éloigna deux seconde de sa proie, leva la gueule comme pour finir le travail et commença à charger pour arracher la tête de son assaillant.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric

Alchimiste

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 623
DC : Aucun

MessageSujet: Re: Une simple visite   Dim 23 Juin 2013 - 19:57

Jasper était assis dans le canapé, sa femme blottie dans ses bras, contre lui. Il regardait une émission totalement inintéressante à ses yeux mais vitale aux yeux de sa femme. "L'évolution de la mode depuis le début du siècle". Assommant. Mais qu'est-ce qu'il ne supporterait pas pour faire plaisir à Alice ! De toute façon, il lui suffisait d'être près d'elle pour se sentir apaisé. Il resserra son étreinte sur elle, déposant un baiser sur ses cheveux. Moment de quiétude, moment privilégié, en tête-à-tête avec son épouse.

Le reste de la maisonnée était sur les nerfs. Il avait vaguement suivi l'histoire. Un garde Volturi venait pour prendre des nouvelles de Jane. Voilà qui était très aimable... Et qui cachait une intention fourbe derrière. Ils l'attendaient, sans rien dire. Jane était à l'étage, dans la bibliothèque. L'endroit où elle allait toujours les rares fois où elle restait seule. Il regarda d'un air morne les tenues défiler sur l'écran plat, alors que sa femme en frétillait littéralement. Heureusement que les vampires ne pouvaient mourir d'ennui... Pour se distraire, il lissa les mèches rebelles de sa femme, caressant sa nuque. Elle lui marmonna de la laisser se concentrer mais ne put s'empêcher de sourire.

Il allait pousser plus loin son petit jeu lorsqu'un énorme grognement retentit aux alentours du chalet, suivi d'un grand bruit de combat. il leva les yeux au ciel, exaspéré. Et voilà. Il fallait TOUJOURS qu'un évènement quelconque vienne les déranger. Il allait se redresser quand Alice lui prit la main.

Alice - C'est Jacob qui s'amuse avec le garde Volturi. Laisse-les jouer un peu.

Jouer ? Il s'agissait plutôt d'un combat violent, d'après ce qu'il entendait. Alice augmenta le volume de la télé et il jeta un œil par la fenêtre. En effet, Orlin et le gros loup était engagé dans un combat. Il resta tranquille un moment puis se leva tout de même. Allez, autant séparer maintenant les deux idiots, il n'avait pas envie que le reste des Italiens débarque.

Sortant par la fenêtre, il sauta sur l'herbe tendre, et s'avança vers le combat. Le gosse était visiblement en mauvais état. Jasper ne fit pas dans la dentelle, rassemblant toute son énergie et écrasant son don d'un seul bloc sur le loup pour le calmer. Le loup vacilla, sembla comme lui jeter un regard mauvais, puis s'en alla. Très tranquillement, Jasper récupéra le bras, arracha la veste d'Orlin et lui recolla le membre. Il avait déjà fait ça des dizaines et des dizaines de fois lorsqu'il supervisait son groupe de nouveau-né. Puis il le releva et lui donna une tape dans le dos.

- Bon, ça va mieux ? Désolé de l'accueil. Viens, je t'emmène voir Jane, tu reprendras tes esprits là-haut.

Le gosse avait l'air totalement sous le choc. Jasper le soutint à moitié et l'entraîna avec lui, puis sauta à nouveau par la fenêtre. Il avait pris soin de récupérer le sac à dos contenant les affaires du gosse. Sur le chemin, le petit parut se réveiller et balbutia :

Orlin - C'était quoi ce truc ?

- Oh, un ami de la famille. Viens, suis-moi.

Il le conduit à l'étage, à la bibliothèque. Jane était assise dans un coin, le regard dans le vide. Il les laissa seuls, refermant la porte derrière lui, après après avoir fourré le sac à dos dans les bras du garde.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t86-emmett-cullen-validee#99
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une simple visite   Mar 25 Juin 2013 - 17:22

Le bras d'Orlin vola en l'air, lui arrachant un hurlement de douleur. Ensuite, le loup commença à lui déchiqueter les vêtements et à lui griffer tout corps. Il voulut se défendre mais la bête le dominait largement, l'empêchant de faire le moindre geste. C'est alors qu'un Cullen arriva et réussit à la calmer. Était-ce leur animal domestique !? Si c'était le cas, il aurait pu apposer un panneau attention chien méchant ! Cette histoire n'allait pas rester sans suite ! Orlin était complètement en pièce, gisant sur le sol. Il reconnut Jasper qui lui recolla son bras et l'emmena vers l'intérieur.

Jasper
Bon, ça va mieux ? Désolé de l'accueil. Viens, je t'emmène voir Jane, tu reprendras tes esprits là-haut.

Orlin
C'était quoi ce truc ?

Jasper
Oh, un ami de la famille. Viens, suis-moi.

Il plaisantait ! Ce truc était un être pensant intelligent !? Orlin n'en croyait pas ses oreilles ! Alors il l'avait attaqué de façon totalement délibérée ! Il allait donc devoir s'occuper de son cas...Mais pour l'heure son objectif était Jane. Jasper le mena dans la bibliothèque, lui rendit son sac, puis s'éclipsa. Jane était assise dans un coin, le regard dans le vide, fixant l'horizon au dehors. Maintenant il fallait l'aborder. Il commença d'abord par se regarder. Il ne lui restait plus que des lambeaux de vêtements sur le corps, c'était pas super pour donner une bonne impression, mais bon, ce n'était pas de sa faute... Il finit par ouvrir la conversation.


Orlin
Bonjour Jane. Comment vas-tu ?

Il la fixa, guettant la moindre de ses réactions, le moindre indice qui pourrait le renseigner sur son état...

Jane
Ca va mieux depuis que je suis loin de ton cher père...

Orlin eut un léger sourire. Il était un peu gêner. Il pouvait parfaitement comprendre que Jane en veuille à Caïus. D'ailleurs n'importe qui ayant subis un tel traitement en voudrait forcement à son tortionnaire.
Bon changement de tactique...


Orlin
Je t'ais apporté quelque chose.

Il prit son sac, l'ouvrit et en sortit une boite soigneusement emballée pour le transport, quelques vêtements nettoyés et repassés ainsi que le carnet à dessins.

Orlin
Ce sont toutes les affaires qui appartenaient à ton frère et à toi et qui étaient encore à Volterra. Je me suis dis que ça pourrait t'aider...

Il se tût, guettant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Une simple visite   Mar 25 Juin 2013 - 22:40

La neige avait cessé de tomber, après avoir tout noyé, tout recouvert, tout étouffé. Les bruits, les odeurs, la neige les avait recouverts et apaisés. Elle observait le paysage depuis... Une heure ? Deux ? Plus ? Elle n'en savait rien. Elle avait tendance à perdre la notion du temps, perdre le fil des jours et des mois. Même si, finalement, cela n'avait plus d'importance. Ce temps n'avait plus aucune valeur puisqu'Alec n'était plus le vivre avec elle.

Les retour à la réalité étaient fluctuants, plus ou moins longs, plus ou moins vifs. Elle avait l'impression de vivre dans un brouillard permanent, perdue entre ses souvenirs et la vie réelle. Le passé et le présent s'entrechoquait violemment dans son esprit, parasitant toute idée de futur. Elle n'arrivait plus à se projeter, imaginer l'avenir. Chaque lendemain apparaissait comme un gouffre effrayant car vide de la présence de son frère jumeau. Oh, bien sûr, les Cullen étaient là. Toujours. Mais elle n'osait pas leur avouer que malgré leur présence, elle se sentait plus seule que jamais. Ils n'auraient sans doute pas compris.

Un bruit au-dehors se fit entendre. Puis le hurlement d'un loup. Elle releva très vaguement les yeux, puis s'en désintéressa aussitôt. Elle n'avait plus goût à rien. Le monde aurait pu s'écrouler à l'instant même qu'elle se serait laissée glisser avec lui dans les ténèbres. Glisser dans la mort. Un combat avait éclaté, près du chalet. Sans importance. Elle se souvint alors que Bella lui avait parlé des Volturi. Mais pourquoi, elle l'ignorait, cette conversation déjà loin dans son esprit.

Un peu plus tard, la porte de la bibliothèque s'ouvrit. Et Orlin entra. Les vêtements en lambeaux, à moitié choqué, et serrant un sac à dos contre lui. Que faisait-il ici, au juste ? Cette vision était déconcertante, peut-être encore plus que Caïus surgissant de nulle part pour la gifler et lui hurler dessus.


Orlin - Bonjour Jane. Comment vas-tu ?

Elle ouvrit légèrement la bouche, s'accrochant de toutes ses forces au monde réel pour comprendre ce qui se passait, ce qu'Orlin faisait là, les vêtements déchirés, à lui demander le plus naturellement du monde comment elle allait.

- Ça va mieux depuis que je suis loin de ton cher père...

Réponse qui n'avait strictement rien à voir avec la réalité, mais cela, il n'avait pas besoin de le savoir. D'accord, Caïus était un monstre au cœur de pierre, mais ce n'était pas à cause de lui qu'elle était si affaiblie. Elle s'appuya sur la table devant son siège, comme pour éviter de tomber.

Orlin - Je t'ais apporté quelque chose.

Il tira quelques affaires de son sac. Des vêtements. Un carnet noir épais... Elle commença à trembler, plus pâle, alors qu'il déposait le tout devant elle. Non. Ne rien dire. Ne pas craquer.

Orlin - Ce sont toutes les affaires qui appartenaient à ton frère et à toi et qui étaient encore à Volterra. Je me suis dis que ça pourrait t'aider...

L'aider... Les affaires de son frère gisaient devant elle, comme un rappel cruel de la situation. On donne aux vivants "l'héritage" qu'ont laissés les morts, comme si cela pouvait adoucir un tant soi peu leur disparition. Comme si cela changeait quelque chose, comme si ce que laissait la personne derrière elle pouvait consoler ceux qui qui restaient. Comme si ce n'étaient pas, au contraire, un rappel violent de la réalité de la mort.

Elle replia ses bras sur la table et y posa sa tête, fermant les yeux de toutes ses forces. Elle tremblait de tous ses membres, serrant les lèvres pour ne pas gémir. Son frère. Son petit frère. Il était mort, et rien d'autre ne comptait à ses yeux. Elle se sentait de plus en plus faible, comme si décès aspirait ses propres forces, à mesure que le temps passait. Comme si elle n'était tout bonnement pas capable de survivre sans Alec. Le front posé sur ses bras, les yeux fermés, elle se coupait à nouveau du monde extérieur. Alec...


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une simple visite   Mer 26 Juin 2013 - 16:20

En déposant les affaires sur la table, Jane devint encore plus pâle qu'elle ne l'était déjà. Il fallait être délicat. Orlin n'avait surtout pas envie de la blesser, au contraire, il voulait l'aider, réellement. Elle replia les bras sur la table et y fourra sa tête. Elle devait surement être repartie dans ses pensées. La mort d'Alec devait être pour elle un fardeau insoutenable. Il savait qu'il marchait sur un terrain miné, il devait être très prudent. Mais voilà, la réalité était là et ni lui ni elle ne pouvait y faire quoi que ce soit. Elle devait absolument ce sortir la tête de cette déprime noire, envisager l'avenir sous un jour meilleur que celui de la mort. Là voir comme cela lui faisait mal au cœur, jamais il n'avait ressentit ça pour qui que ce soit. Il s’assit à coté d'elle, lui frotta très délicatement le dos et lui murmura d'une voix douce.

Orlin
Jane, contrairement à ce que tu pourrais penser, mon but n'est pas de t'enfoncer, de te torturer ou de te faire souffrir. J'ai beau être son fils, je ne suis pas Caïus, je n'éprouve aucun plaisir à faire souffrir les gens. J'espérais réellement t'aider en te ramenant les affaires d'Alec. Réellement.

Il se tut un moment réfléchissant à ce qu'il allait dire. Pour la première fois depuis longtemps, il était totalement désarmé devant une situation. Il ne trouva rien à ajouter. Il la prit et la cala contre lui déposant délicatement sa tête sur son épaule. Il la réconforta pendant plusieurs minutes. La voir comme cela lui brisait le cœur, mais comment le lui dire, comment le lui faire comprendre ? Devait-il le lui faire comprendre ? Et d'ailleurs d'où venait ce sentiment ? Tant d'interrogations qui le perturbaient, qui se bousculaient dans sa tête. Il continuait de chercher un moyen de la persuader. C'est alors qu'il repensa à un de ses cours de moral : "Si tu veux montrer à quelqu'un que tu ne lui veux pas de mal, laisse ce quelqu'un te frapper sans te défendre". Orlin prit une profonde inspiration, cherchant une meilleure solution. Il n'en trouva pas. Il se résigna. Il se leva, se mit debout en face de Jane et écarta les bras.

Orlin
Vas-y Jane, torture-moi, torture-moi de toutes tes forces si ça peut te faire du bien. Imagines que je suis Caïus, ou Aro, ou les deux à la fois, ou n'importe qui...

Il ferma les yeux et adressa un message au Cullens par la pensé.
*Quoiqu'il se passe, n'intervenez sous aucun prétexte. Sortez la gamine, ça risque d'être effrayant pour elle...*
Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Une simple visite   Mer 26 Juin 2013 - 22:12

Un vampire pouvait donc être totalement épuisé, vidé de ses forces au point de plus pouvoir marcher, ou pas longtemps. Elle gardait les yeux fermés, se coupant volontairement cette fois du monde extérieur. Elle aurait voulu ne plus rien ressentir, ne plus rien voir ou entendre. Son frère... Elle ne pensait qu'à lui à longueur de journée et toute la nuit. Elle aurait voulu pleurer, hurler, et elle ne pouvait que rester inerte.

Un mouvement près d'elle. Puis une main lui frottant doucement le dos. Orlin ? Mais qu'est-ce qu'il faisait ? Il la détestait, et elle le savait parfaitement. Alors pourquoi la réconforterait-il ? Cette question avait à peine effleuré son esprit qu'elle préféra laisser tomber. Elle n'avait plus la force de se poser ce genre de question, plus la force de réfléchir.


Orlin : - Jane, contrairement à ce que tu pourrais penser, mon but n'est pas de t'enfoncer, de te torturer ou de te faire souffrir. J'ai beau être son fils, je ne suis pas Caïus, je n'éprouve aucun plaisir à faire souffrir les gens. J'espérais réellement t'aider en te ramenant les affaires d'Alec. Réellement.

Elle ne releva pas, vidée de son énergie. Elle ignorait s'il se fichait d'elle ou non, mais n'avait même plus la force de réfléchir. Elle retint un soupir, tremblante. Que dire, que faire ? Elle avait presque envie d'appeler les Cullen, qu'ils mettent le Volturi dehors. Elle voulait rester seule, à réfléchir, ou sombrer dans la déprime la plus noire. Elle songeait au suicide, consciente néanmoins que les Cullen ne la laisseront pas faire. Orlin la prit tout à coup contre lui et cala sa tête sur son épaule. Surprise, elle rouvrit les yeux, éberluée de se retrouver dans ses bras. Il avait pris un coup sur la tête lors de son combat. Elle ne dit rien, n'ayant pas plus la force de parler que celle de bouger. Il soupira tout à coup et se leva.

Orlin : - Vas-y Jane, torture-moi, torture-moi de toutes tes forces si ça peut te faire du bien. Imagines que je suis Caïus, ou Aro, ou les deux à la fois, ou n'importe qui...

Qu'est-ce que... Hein ? Il ferma les yeux, les bras écartés, prêt à subir son don. Qu'est-ce qui lui prenait ? Elle comprenait de moins en moins ce qui se tramait, et cela l'épuisait considérablement. Elle soupira, ne pouvant pas cacher sa lassitude. Son regard tomba à nouveau sur le carnet noir. Elle le toucha rapidement du bout des doigts, et eut l'impression de se brûler. Elle se tourna à nouveau vers lui, perturbée.

- On t'a fait un lavage de cerveau ?

Orlin : - Pas du tout pourquoi ?

- Tu te souviens que tu me détestais à Volterra ?

Orlin : - Ça me parais si insignifiant maintenant.

Bouche bée, elle le fixa un long moment. Désormais, elle avait la certitude qu'il s'était passé quelque chose à Volterra durant ces derniers mois. Il était... Bizarre. Extrêmement bizarre. Et elle ne le reconnaissait plus du tout. Elle se leva, s'appuyant d'une main sur la table, et lui fit face. Chelsea... Cela ne pouvait être qu'elle ! Mais à quoi jouaient les trois frères ? S'ils faisaient ça uniquement pour s'amuser, c'était vraiment très bas. Elle fit quelques pas jusqu'à la fenêtre et s'y adossa.

- Tu as fini ? C'est bon ? On dirait un drogué.

Elle quitta la pièce, se concentrant pour rester droite et bien marcher. Elle s'arrêta un bref instant pour souffler, puis reprit. Elle descendit l'escalier, puis sauta au-dehors. Elle dû s'arrêter une nouvelle fois, tremblante, et peu sûre de son équilibre. Elle avança jusqu'à la lisière de la forêt, puis s'appuya contre un arbre. Que faire, maintenant ? Elle avait un vague plan en tête... Très vague, mais tout de même. Tout à coup, une odeur brûlante lui monta aux narines. Elle tourna la tête et vit Jacob s'approcher d'elle, le grand loup-garou qui était ami avec Bella. Elle ouvrait la bouche pour lui dire de lui foutre la paix lorsqu'il l'attrapa soudainement et la jeta sur son dos.

Elle en cria d'indignation et frappa le dos du Quileute. Sans s'en soucier, il la remonta jusque dans la bibliothèque et la re-déposa sur le fauteuil. Elle grogna, ulcérée, et lui jeta un regard noir. Lui-même en lança un à Orlin, puis s'installa près de la fenêtre avant de lui lancer :


Jacob : - Ton bras va mieux ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une simple visite   Jeu 27 Juin 2013 - 14:18

Jane
On t'a fait un lavage de cerveau ?

Hein ? Quoi ? Pourquoi pensait-elle cela ? Son comportement était-il si étrange que cela ? Ou alors elle n'avait jamais vu quelqu'un se faire du souci pour elle ?

Orlin
Pas du tout pourquoi ?

Jane
Tu te souviens que tu me détestais à Volterra ?

Oui bien sur qu'il s'en souvenait, bien sûr qu'il n'avait pas oublié. Il c'était même jurer de se venger, un jour, dès qu'il le pourrait. Aujourd'hui aurait d'ailleurs pu être le moment idéal, elle était incapable de se défendre. Il aurait pu la rabaisser plus bas que terre, lui donner un coup dont elle ne se serait pas relevée de sitôt. Cependant il en n'était incapable. Une sorte de barrière dans son esprit l'en empêchait. Il ne pouvait pas lui faire de mal, même s'il le voulait. Dès que l'idée lui passait à travers la tête, elle disparaissait aussitôt, remplacée par une sensation de honte et de dégout envers lui-même. Même ces enfantillages lors du caprice de Lilwen lui parurent lointains et puérils.

Orlin
Ça me parais si insignifiant maintenant

Il n'ajoute rien, se contentant de fixer Jane du regard. Il n'arrivait plus d'ailleurs à le décoller d'elle. Là, il commença à se poser des questions. Qu'est qui lui arrivait bon Dieu !? Pourquoi était-il obligé de se comporter ainsi avec elle ? C'est comme si son corps refusait d'obéir à sa conscience et que l'inconscient avait pris le dessus. Il la regarda s'adosser à la fenêtre.

Jane
Tu as fini ? C'est bon ? On dirait un drogué.

Sa remarque ne déclencha rien de plus qu'un sourire. Orlin se sentait parfaitement normal. Pour lui, c'était Jane qui avait un problème. C'est alors qu'elle se leva et prit la direction du jardin.

Orlin
Où, vas-tu ?

Sa question resta sans réponse. Orlin resta dans la chambre. Jane était trop faible pour aller loin et les Cullens ne la laisseraient pas partir de toute façon. Il s'assit dans un fauteuil et attendit son retour. L'attente ne fut pas longue. Jacob la ramena de force en la portant sur son dos. Jane était totalement ulcérée et lui hurla dessus. Orlin eut du mal à assister à la scène. Il ne supporta pas de voir Jane trimbalée comme un vulgaire sac à patates. Pour ne pas faire offense aux Cullens, il ne bougea pas de son siège, mais dans d'autres circonstances, cet humain serait déjà mort...

Une fois qu'il l'eut déposé, Jacob jeta au jeune garde un regard noir.

Jacob
Ton bras va mieux ?

Sa question le surprit un peu. Les Cullens étaient surement déjà au courant mais comment se fait-il que lui le sache ? A moin que ce soit lui le fameux "ami de la famille"... Oui c'est ça ! Ça ne pouvait être que lui ! C'est une sorte d'enfant de la lune qui se transforme quand il veut ? Si c'est le cas il n'allait surement pas faire long feu...

Orlin, d'un ton glaciale
Il est comme neuf

Très vite, son regard fut de nouveau capturer par Jane. Il se replaça à coté d'elle, s'assit à ses cotés, et la reprit dans ses bras en la câlinant et la réconfortant.

Orlin
Tu ne peux pas rester, comme ça enfermer dans ta déprime pour les milliers d'années qu'il te reste à vivre. Je ne te demande pas d'oublier Alec, ni même tous ce que vous avez vécu ensemble. Mais il a disparut : accepte-le. Reconstruit ta vie et tu iras bien mieux !

Sans attendre de réponse de sa part, il l'embrassa brièvement mais tendrement.

Orlin
Est-ce que ça, ce n'est pas mieux que la déprime ?
Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Une simple visite   Jeu 27 Juin 2013 - 15:18

Jacob s’était installé tranquillement près de la fenêtre, comme pour l’empêcher de sauter à nouveau. Sa question parut surprendre Orlin, puis elle le vit se tendre, envahi par une certaine colère. Elle ne bougea pas, ayant autant envie de frapper l’un que l’autre, à cet instant. Quoi que… Orlin ne lui avait rien fait, si ce n’est ce geste maladroit.

Orlin – Il est comme neuf.

Un an et demi, et déjà un bras arraché et quelques cicatrices. Fameux curriculum. A moins qu’il n’ait lui aussi un véritable don pour se fourrer dans tous les ennuis qu’il trouvait sur son chemin. Il s’assit à côté d’elle, de nouveau, et la prit de nouveau dans ses bras. Elle se crispa, et insulta mentalement Chelsea de tous les noms. Non seulement elle ne pouvait même pas se défendre, mais en plus il était impossible de faire comprendre à Orlin à quel point il se faisait manipuler en cet instant précis. L’humour Italien… Elle connaissait très bien Chelsea, et savait que son don durait dans le temps, au contraire de celui de Jasper ou De corin. Eux devaient avoir leur victime sous influence. Mais cette situation était… Il agissait comme un drogué, oui. Drogué à un don puissant.

Orlin - Tu ne peux pas rester, comme ça enfermée dans ta déprime pour les milliers d'années qu'il te reste à vivre. Je ne te demande pas d'oublier Alec, ni même tous ce que vous avez vécu ensemble. Mais il a disparut : accepte-le. Reconstruit ta vie et tu iras bien mieux !

Oui… Ou pas. Elle ne voyait toujours pas comment la reconstruire, sa vie, quelles étaient ses perspectives d’avenir. Elle s’apprêtait à lui dire lorsqu’il se pencha tout à coup et l’embrassa. Elle ouvrit grand les yeux, choquée, et prête à hurler. Ce… Ce sale petit… La colère flamboya en elle, lui donnant un regain de force. Elle avait l’impression que son don allait exploser.

Orlin - Est-ce que ça, ce n'est pas mieux que la déprime ?

Sa main vola et elle lui le gifla de toutes ses forces, l’envoyant valser contre le mur tout près de Jacob. Elle se leva d’un bond, et ce fut comme un signal. Son don enfla en elle, et surgit, violemment, s’écrasant sur Orlin. Il hurla, alors qu'elle-même se sentait bien mieux, là. Elle finit par stopper, au bout d'une bonne dizaine de minutes, puis s'enfuit hors de la pièce.

Elle tomba presque aussitôt sur Bella. Surprise, elle recula légèrement puis se retrouva adossée au mur. elle pointa un doigt tremblant vers la bibliothèque.


- Il... Il m'a... Il m'a embrassé !

Elle se tut, puis se laissa glisser contre le mur, vidée de ses forces. Stop, là. Elle n'en pouvait plus.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Une simple visite   Mar 2 Juil 2013 - 15:23

Un Volturi devait leur rendre visite, aujourd’hui, pour prendre des nouvelles de Jane. Mouais. Enfin, une « visite » pour les Volturi n’est jamais bon signe, même s’ils ne venaient pas tous ensemble et qu’ils n’envoyaient qu’Orlin, cette fois. C’était déjà cela… Maigre consolation, inutile peut-être, mais Bella n’était pas rassurée pour autant. Aro avait toujours une idée derrière la tête et jamais il n’allait accepter que sa « fille » soit adoptée par les Cullen, jamais il n’accepterait de perdre les deux membres figurant parmi les plus puissants chez les Volturi. Donc, non, elle ne le sentait pas du tout… C’est pourquoi elle n’arrêtait pas de s’agiter, gardant Renesmée sous les yeux par peur d’un coup bas, ou quoi que ce soit du genre. Paranoïaque ? Oui. Un peu, pour le coup. Mais elle avait le droit d’être inquiète à ce point, après tout, c’était un Volturi ! Les Volturi ne restaient pas tranquille dans des situations pareilles et Bella avait pu le remarquer à plusieurs reprises. Ils n’étaient pas du genre à laisser partir une de leur « protégée » aussi facilement et l’avaient prouvé lorsque les jumeaux avaient voulu partir.

Soudain, ils entendirent les bruits d’un combat au dehors. Bella, instinctivement, courut pour retrouver Renesmée alors que Jasper sortit avec un air plutôt décontracté. Ah… D’accord. Gênée d’avoir agi aussi vite pour rien, la jeune maman relâcha sa fille et la laissa jouer comme elle le faisait deux minutes avant. Oui, bon, ils avaient le droit d’être un peu sur les nerfs, non ? Ici, Bella avait peut-être agi excessivement vu qu’il ne s’agissait que de Jacob qui ne connaissait pas Orlin, mais… Sur le moment, Bella avait cru que les Volturi s’étaient ramenés à plusieurs et que tout avait mal tourné dès le début. Mais, vu la réaction de Jasper, il n’y avait rien de grave. Ce dernier revint d’ailleurs quelques minutes après avec Orlin et le mena directement à Jane qui était tranquillement installée à l’étage, dans la bibliothèque. Mais il était malade ! Il allait, au moins, rester à côté d’elle, non ? Il n’allait pas la laisser seule avec un Volturi ? N’est-ce pas ? Mais il n’en fit rien et redescendit quelques minutes après. Heum. Bon, hors de question de laisser Jane seule avec lui.

Bella –
Edward, tu me remplaces ?

Si Jasper ne restait pas à côté de Jane, Bella comptait y aller elle-même. Elle monta les escaliers menant au premier étage et se posta près de la porte, refusant de courir le moindre risque après ce qu’il s’était passé avec Caïus lorsque les jumeaux avaient été hébergés par les Cullen. Orlin avait, apparemment, déjà posé une question à Jane mais se fit rembarrer directement. Il voulait lui apporter quelque chose pour l’aider ? C’est sûr qu’en lui rappelant son frère, elle allait être aidée, effectivement. Celui-là, il allait réduire tous leurs efforts à néant ! Elle était fragile, prête à exploser dès que quelqu’un lui parlait de son frère, et c’était tout à fait normal. Par conséquent, ici, Bella sentait que les choses allaient dégénérer… Et la suite confirma ce que pensait Bella. Elle ne réagissait pas mais Orlin avait l’air d’un drogué, ce qu’avait d’ailleurs dit Jane lorsqu’il lui annonçait… « l’aimer » en quelques sortes. Soudain, Jane sortit de la pièce en trombe, par la fenêtre. Non ! Qu’elle ne fonce pas tête baissée comme cela, bêtement, qu’elle ne se fasse pas avoir ! Hurlant, voulant s’élancer à sa suite, la nouvelle-née dit :

Bella –
JANE !

Mais Bella n’eut pas le temps de mettre un pied dehors, Jacob l’avait devancée et avait ramené Jane à l’intérieur du chalet de la même manière que lorsqu’elle-même avait ramené l’ex-Volturi sur son dos. La pauvre… Oui, bon, elle l’avait cherché. Amplement cherché, vu qu’elle était partie et qu’elle avait commencé à foncer tête baissée dans un possible piège des Volturi. Jake se mêla alors à la discussion, provoquant délibérément Orlin à son tour. Bon sang, mais il y avait une enfant, dans cette maison ! Enfin, plus maintenant, Edward l’avait emmenée en dehors du chalet pour une raison qu’ignorait Bella, elle n’avait rien entendu mais… Elle le bénissait intérieurement d’avoir fait cela. Au moins, Renesmée ne serait pas choquée. Seulement, cela ne présageait rien de bon car Edward pouvait lire les pensées et, s’il jugeait bon de mettre Renesmée hors de danger, cela voulait dire que Jane…

Des cris. Bella s’agenouilla derrière la porte, plaquant ses mains sur ses oreilles tandis que la voix – le cri – du garde se faisait entendre. Jane avait craqué… Et s’était fait piéger. Mais… Et si elle finissait par le tuer ? Si jamais son don s’était transformé en un pouvoir meurtrier et qu’ils avaient la mort d’un Volturi sur le dos ? Cela signifierait la guerre, le début des hostilités, et la perte certaine des Cullen face aux Volturi. La « torture » dura dix minutes avant que Jane ne sorte, l’air épuisée, et tombe sur la nouvelle-née qui s’apprêtait à entrer pour éviter le pire. Elle avait l’air épuisée et choquée, elle tremblait littéralement. Mais, bon sang, que lui avait-il fait ?! Son don ne servait strictement à rien, en fin de compte, sinon à se protéger et à protéger certaines personnes. Encore que… Il ne fonctionnait même pas selon sa volonté vu qu’elle ne s’était jamais entrainée. En gros, Bella ne servait pas à grand-chose, pour l’instant. Mais bref, penser à Jane. Que s’était-il passé ?! Elle pointa la bibliothèque du doigt avant de bégayer :

Jane –
Il... Il m'a... Il m'a embrassée !

QUOI ?! Alors, c’était cela, le plan des Volturi ? Envoyer un gamin de l’âge de Jane – et encore – pour la séduire et la ramener de cette manière ? Mais… Mais c’était… Bon sang ! Furieuse, Bella entra dans la bibliothèque et trouva Orlin à terre, semblant se remettre difficilement de la torture qu’il venait de subir. Peu importe. La nouvelle-née le tira par le col et le descendit en le trainant derrière elle sans ménagement, le jetant littéralement dehors en lui renvoyant :

Bella –
La prochaine fois que tu voudras « l’aider », que tu auras une quelconque pensée à l’égard de Jane, garde-la pour toi. Et surtout, fous-nous la paix !

Une bonne chose de faite. Sans attendre la réponse du Volturi, Bella remonta à l’étage pour retrouver Jane et tenter de la calmer. Celui-là… Qu’il leur foute la paix, à présent.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une simple visite   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une simple visite
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mini clean and simple à rabats par steph63
» Visite guidée : fort de Château-Lambert
» Visite guidée du Titanic
» Visite au Musée de CHARAVINES / PALADRU - Isère
» Qui veut faire une visite au Mont Saint Michel ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: