Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La petite sœur s'est volatilisée

Aller en bas 
AuteurMessage
Edward Elric

Alchimiste

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 623
DC : Aucun

MessageSujet: La petite sœur s'est volatilisée   Mar 2 Juil 2013 - 21:21

Jasper démarra en retenant un énième soupir, tendu, et déconcentré. Rien à faire, il n'arrivait toujours pas à être aussi à l'aise que ses frères et sœurs lorsqu'il évoluait au milieu des humains. L'odeur de sang omniprésente le rendait presque dingue et l'épuisait. Toujours prendre garde à se contrôler, paraître humain, ne tuer personne, et avoir l'air un minimum sociable. Enfin, autant qu'il puisse le paraître. Il étouffa un sourire en s'échappant de la longue file de voiture sur la nationale et empruntant un chemin plus discret menant vers les montagnes.

Alice était seule avec lui. Edward et Bella n'étaient pas allés au lycée aujourd'hui, préférant veiller sur Renesmée qui était tout juste rentrée de l'hôpital. Ils rentrèrent assez vite au chalet, et il observa un instant le ciel. La chaleur commençait à revenir, mais lentement, freinée par la pureté de l'air des montagnes. Il allait aller chasser cette nuit, seul ou avec Alice. Lui prenant la main, il rentra avec elle, trouvant Bella tentant de faire avaler quelque chose à sa fille, blottie en pyjama dans le canapé. Il alla directement à l'autre bout du salon déposer ses affaires. Il avait beau adorer Renesmée et tout, il ne l'approchait jamais comme ça, sans prendre ses précautions. Bella avait beau comprendre son attitude, il voulait éviter de la blesser ou blesser sa fille.

Il s'était à peine assis que le téléphone de Carlisle, qu'il avait oublié sur la table, sonna. Il le porta à son oreille, voyant le numéro d'Emmett s'afficher. Attirant Alice contre lui, il répondit tranquillement à son frère, serrant sa femme contre lui.


Emmett - Carlisle...

Jasper - C'est Jasper, ton frangin. Je ne suis pas encore médecin, mais ça viendra peut-être un jour.

Emmett - Jane a disparu.

La nouvelle effaça instantanément le sourire du visage du vampire blond. Il se redressa, alors qu'Alice faisait de même. Edward et Bella firent de même, attentifs, alors que Renesmée, qui n'avait rien entendu, essayait de grignoter sans le moindre entrain le contenu de l'assiette que sa mère voulait qu'elle avale. Bella en avait lâché la cuillère, choquée. Jasper fronça les sourcils.

Jasper - Comment ça, disparu ? Comment veux-tu qu'elle puisse aller loin, dans son état ? Tu as fouillé les environs ?

Emmett - Oui... Et aucune trace. J'ai juste pu percevoir son odeur, et celle d'un autre vampire. Mais après, je ne sais pas, je ne m'appelle pas Démétri.

Jasper - Ils l'ont enlevée...

Emmett - Qu'est-ce que je fais ?

Jasper - Rien pour l'instant, rentre, il faut contacter Carlisle.

Il raccrocha, troublé. Jane. disparue. Il était hors de question qu'elle soit partie seule, pas sans soutien. Pas dans on état. Et dans ce cas... Il se tourna vers les autres, hésitant. Aucun d'entre eux n'avait le moindre talent pour traquer quelqu'un. Edward s'y était essayé et avait échoué. Alors comment faire ? Attendre Carlisle ? Oui..; c'était peut-être la seule chose à faire pour l'instant. Mais bon sang, ils auraient dû se douter que les Volturi tenteraient quelque chose pour récupérer Jane ! Mais si tôt ?

Jasper - Qu'est-ce qu'on peut faire...


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t86-emmett-cullen-validee#99
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La petite sœur s'est volatilisée   Jeu 4 Juil 2013 - 16:56

Le petit garçon respirait avec difficulté, secoué de convulsions. Carlisle le maintint d'un bras, le temps de lui mettre la perfusion, alors que l'infirmière préparait le défibrillateur, juste au cas où. Replaçant le petit sur le dos, il lui fit un léger massage cardiaque pour dégager ses poumons, puis lui mit un masque à oxygène. De l'autre côté de la porte, les parents attendaient, fébrile et anxieux. Carlisle se redressa, surveillant le rythme cardiaque.

- Augmentez la ventilation, et faites préparer le bloc opératoire.

Une autre infirmière se chargea d'aller trouver et parler aux parents. pendant ce temps, Carlisle prépara le garçon pour son opération, enlevant les vêtements déchirés et lui enfilant une blouse stérile. Il avait victime d'un accident, un peu plus tôt, et avait une grave commotion ainsi que de multiples blessures. Ils l'installèrent sur un brancard puis le poussèrent au-dehors. En chemin, Carlisle croisa Bella et Edward qui venaient de récupérer leur fille. Il les salua très brièvement, d'un signe de tête, enfilant une blouse et des gants.

L'opération dura trois heures, la première que Carlisle effectuait dans cet hôpital. Il procédait avec calme, ayant appris avec les années à se contrôler quand il était face au sang. Il ne sentait presque plus rien, aujourd'hui. En sortant du bloc opératoire, il poussa un soupir de soulagement. Au moins, son jeune patient était hors de danger, même s'il en avait prix pour deux semaines d'hôpital et autant de convalescence.

Zappant le traditionnel déjeuner avec les collègues, il continua son travail dans son bureau. Se plonger dans le travail lui permettait d'oublier tout ce qu'il y avait à côté, et les multiples choses à gérer. Consultant ses mails, il vit que leurs nouvelles cartes d'identité étaient prêtes. Prévoyant, Carlisle en avait même fait faire une pour Jacob.

Il planifiait les prochaines opérations lorsque le téléphone de son bureau sonna. Jasper. Il décrocha presque distraitement, et le porta à son oreille, concentré sur l'écran et le dossier posé sur son bureau.


- Oui ?

Il faillit lâcher son téléphone en apprenant la nouvelle. Jane. Disparue. Oserait-il dire "encore" ? Il retint un soupir, les yeux fermés, consterné. Elle n'aurait pu aller loin seule, c'était claire comme de l'eau de roche. Alors qui ? Démétri ? Orlin ? Un autre Volturi ? Il se mordilla les lèvres et se leva, enlevant sa blouse d'un geste.

- J'arrive, ne bougez pas pour l'instant.

Il consulta sa montre tout en éteignant son ordinateur. Cela allait passer. Il courut presque jusqu'au parking et sauta dans sa voiture, conduisant assez vite jusqu'au chalet. Lorsqu'il y arriva, il trouva toute sa famille dans le salon du rez-de-chaussée. Peur, stupeur, choc se lisaient sur les visages. Il regarda tout le monde, puis prit une inspiration.

- Bon, je vais à Volterra. Seul.

Concert de protestations, après qu'il eut lâché le dernier mot. Il leva les mains pour tenter de calmer sa famille et leur faire entendre raison, et eut beaucoup de mal.

Bella - Pas seul ! Carlisle, vous risquez votre vie là-bas... On parle des Volturi !

Jasper - Seul, c'est hors de question. Je viens avec toi.

Alice - Il a raison ! Mais... Je viens avec vous et je ne vous laisse pas le choix !

Il aurait voulu que personne ne vienne, lui, inutile de risquer la vie de tout le monde là-dedans, il aurait très bien pu se débrouiller, même s'il admettait qu'un peu d'aide ne lui ferait pas de mal. Et cette fois, Jasper ne risquait pas de laisser Alice filer sans lui à Volterra. Esmée s'avança, pour montrer qu'elle voulait les accompagner, mais il refusa tout net, comme pour le reste de la famille. Ils n'y allaient pas pour déclencher une guerre ! Après de multiples protestations, quelques cris et moues boudeuses, il sortit avec ses deux enfants, et ils partirent aussitôt pour l'Italie.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: La petite sœur s'est volatilisée   Sam 6 Juil 2013 - 13:15

Renesmée venait de rentrer de l’hôpital, Edward et Bella avaient pu la ramener après être passés tous les jours pour ne pas qu’elle se sente seule. Oh, maintenant, elle se sentait bien mieux, il n’y avait plus une seule trace de substance chimique dans son corps et les jeunes parents étaient rassurés. Seulement, il fallait continuer à l’obliger à se nourrir, petit à petit, pour qu’elle ne développe pas autre chose vu sa fragilité. Pour pouvoir la surveiller et s’occuper d’elle, Edward et Bella avaient donc pris un jour de « congé » à l’école, disant simplement qu’ils étaient malades – ce qui était possible vu que tout le monde avait remarqué leur mauvaise mine. Ils disposaient donc de quelques jours, à présent, pour s’occuper de leur fille sans se soucier des apparences, se relayant pour chasser lorsque cela devenait inévitable.

Jasper et Alice revinrent alors au chalet, Alice motivée comme à son habitude, Jasper plus… distant. Bella le comprenait, elle était occupée avec Renesmée et, lorsque leur fille était là, il préférait garder ses distances tant qu’il n’était pas maitre de lui-même à cent pourcent. Elle lui jeta un regard pour lui faire comprendre que ce n’était rien, qu’elle n’était pas vexée ni rien mais… Pas sûr qu’il ait compris. Ou qu’il la croie, tout simplement. Bah, le principal est que la nouvelle-née ne soit pas blessée, non ? Il finirait bien par le comprendre de lui-même si elle agissait comme d’habitude à son égard, il ne ferait pas la tête de mule ou le borné pour cela. Un téléphone sonna alors, celui de Carlisle. Il l’avait oublié sur la table, ce qui était étrange d’un côté mais ce n’était pas ce qui inquiétait le plus Bella. Le plus préoccupant ? Qu’Emmett appelle Carlisle sans même rire à la blague de Jasper. Son ton était neutre, presque alarmant. Que se passait-il ?

Emmett –
Jane a disparu.

… Quoi ? Non. Non. Bella avait dû mal entendre, n’est-ce pas ? Mais non… Tout le monde avait entendu la même chose. Ils s’étaient tous redressés, elle-même lâchant sa cuillère alors que Renesmée ne comprenait pas ce soudain changement d’attitude. Jane… Comment avaient-ils pu ? Les Volturi. Il n’y avait qu’eux. Et ils avaient encore triché… Alors que les Cullen avaient promis à Jane de la protéger, de ne pas l’abandonner. Et ils avaient échoué. Lamentablement échoué. Bella écouta d’une oreille distraite le reste de la conversation, ayant deviné sans mal ce qu’il s’était passé, n’ayant pas besoin d’une confirmation même si elle entendait tout. Jasper raccrocha alors le téléphone, ayant demandé à Emmett de contacter Carlisle pour le prévenir. Eux-mêmes ne pouvaient rien faire. Rien du tout. Ils devaient attendre, voir ce que Carlisle voulait faire. Il les rappellerait sans doute lui-même dès qu’il aura reçu la nouvelle, pour leur dire ce qu’ils devaient faire. Seulement, pour l’instant, ils devaient rester là et attendre. Simplement attendre…

Jasper –
Qu’est-ce qu’on peut faire…

Jasper appela ensuite Carlisle, les autres ne sachant que dire. Il lui annonça la disparition de Jane, ce que lui avait raconté Emmett dans les détails pour finir par recevoir, comme réponse, qu’ils devaient attendre son retour. Attendre et ne pas bouger… Facile à dire. Renesmée s’agitait, même si elle comprenait sûrement mieux ce qu’il se passait à présent. La prenant dans ses bras, ses gestes étant néanmoins lents après et nerveux à cause de l’annonce, Bella coucha Renesmée dans leur chambre au cottage, demandant à Jake de la surveiller pour qu’elle ne reste pas seule. L’embrassant sur le front, la bordant pour qu’elle soit à l’aise, elle lui dit d’une voix douce :

Bella –
Ma puce, tu vas rester ici, on doit discuter de notre côté. Ne t’inquiètes pas, Jake est dans la pièce à côté. Si tu veux jouer, tu n’as qu’à l’appeler et il viendra.

Bella revint ensuite vers le chalet, remerciant Jake de surveiller Renesmée pour elle et Edward. Ils n’étaient pas en état et afficher un visage serein devant leur fille n’était pas possible, alors que Jacob n’était pas touché par cette histoire, il n’aimait pas la Volturi. Ils restèrent dans le salon, aussi choqués les uns que les autres, ne sachant que faire. Ignorant même s’ils allaient pouvoir la récupérer un jour, et un sentiment de culpabilité l’envahissant progressivement. Bella se réfugia dans les bras d’Edward, n’osant bouger ni respirer, attendant l’arrivée de Carlisle. Ce qui ne fut guère très long puisque, déjà, elle entendit des crissements de pneu sur le gravier devant le chalet. Carlisle. Lorsqu’il entra dans le salon, ils étaient encore tous là, personne n’ayant bougé sauf Bella qui avait conduit Renesmée jusqu’au Cottage. Tous attendaient sa décision.

Carlisle –
Bon, je vais à Volterra. Seul.

… Pardon ? Il plaisantait, là ? Mais hors de question ! Il fonçait dans la gueule du loup ! Et si c’était un piège ? Les Volturi n’allaient certainement pas les laisser récupérer Jane comme cela, et ils s’en doutaient. Elle avait torturé Orlin dix minutes entières, une telle réaction des Volturi était entièrement prévisible. Alors, hors de question qu’il y aille ! Pas seul ! Qu’il prenne… Jasper, Edward, n’importe qui pouvant lui être utile, lui assurer une certaine sécurité, mais qu’il n’y aille pas seul ! Elle ne voulait pas le perdre, lui aussi. Elle avait déjà perdu son père à cause des Volturi, ils n’allaient pas lui faire perdre une autre personne importante pour elle. Bella s’était levée dès qu’il avait lâché cette phrase, un vent de protestations s’éleva parmi les Cullen tandis qu’elle, Jasper et Alice répondaient successivement :

Bella –
Pas seul ! Carlisle, vous risquez votre vie là-bas... On parle des Volturi !

Jasper – Seul, c'est hors de question. Je viens avec toi.

Alice – Il a raison ! Mais... Je viens avec vous et je ne vous laisse pas le choix !

Esmée s’avança pour montrer qu’elle voulait les accompagner mais Carlisle refusa directement. Pourquoi ? Ah… Oui. Peut-être l’histoire de l’Italie, la dernière fois. Mais Bella n’avait eu que des échos, n’ayant pas assisté aux évènements à ce moment-là puisqu’elle était encore surprotégée par Edward. Elle l’était encore actuellement, mais c’était un détail, cela. Enfin… Plus ou moins. Il avait, néanmoins, accepté que Jasper et Alice l’accompagnent. Là, il n’y avait plus rien à dire, il n’y allait pas seul et était plus que protégé avec Jasper, ancien soldat, et Alice qui prédire ce qui risquait de se passer ou prévoir un dérapage quelconque. Mais… Quand même. Et s’il se passait quelque chose, là-bas ? Pour Bella, la situation était plus que risquée… Et ils fonçaient dans la gueule du loup, bon sang ! Et eux, ils étaient censés faire quoi, durant tout ce temps ? Attendre sagement ? Rester là, sans rien dire ? Attendre alors qu’ils couraient peut-être – sûrement – dans un piège ? Ils sortirent tous les trois et elle put entendre, à nouveau, le crissement des pneus contre le sol. Elle ne tint pas plus longtemps.

Bella –
Et… Maintenant ? On est censé attendre, comme ça ? Sans rien faire ? Et s’il leur arrive quelque chose ? S’ils ne reviennent pas ? Comment on le saura, sans Alice ?

Bella avait lâché ses questions à voix haute, gérant moins bien ce genre de situations que les autres apparemment. Et puis, Jasper avait sûrement aidé à contenir la peur, l’énervement et tout cela lorsqu’il était là. Maintenant, par contre… La nouvelle-née s’était même levée, debout plantée devant les autres, non loin d’Edward. Elle les regardait, cherchant une réponse, une réaction, une… N’importe quoi ! Ils n’allaient pas rester comme cela, sans rien faire, non plus !


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La petite sœur s'est volatilisée   Mar 9 Juil 2013 - 17:43

Renesmée fit la moue en voyant l'assiette que sa mère lui présentait. Il était normal qu'elle ait aussi peu d'appétit, même devant son plat préféré, mais elle devait absolument se nourrir correctement si elle voulait reprendre des forces. Il restait avec elle et Bella, encourageant doucement leur petite fille à avaler le contenu de son assiette. Elle picorait plus qu'elle n'avalait, et il eut un sourire attendri.

Le portable de Carlisle, oublié sur la petite table, sonna. Il y jeta un bref coup d'œil, alors que Jasper se penchait pour l'attraper et répondre. Bizarre, il pensait toujours à l'emmener d'habitude, juste au cas où il y aurait une urgence, que la maison prenait feu, que quelqu'un faisait une fugue, qu'Esmée se perdait dans les bois, que... Enfin, juste au cas où. Jasper décrocha, détendu, sa femme dans les bras.


Emmett - Carlisle...

Jasper - C'est Jasper, ton frangin. Je ne suis pas encore médecin, mais ça viendra peut-être un jour.

Emmett - Jane a disparu.

Edward se redressa d'un coup, bouchée bée, comme tout le reste de la famille. Jane... Disparue. Ce n'était pas... Mais... Les Volturi. Ça ne pouvait être qu'eux ! Il savait qu'Aro ne laissera jamais Jane s'éloigner ainsi de lui, affaiblie ou pas, de peur qu'elle ne échappe totalement. Il écouta le reste de la conversation, blanc comme un linge. Un tel acharnement était vraiment incroyable. Pourquoi ne pas la laisser vivre en paix ?! Aro et sa manie de collectionneur... Poussée à un point inimaginable. Il n'en revenait pas. Aucune hésitation à voler, torturer et tuer. Absolument aucune hésitation pour parvenir à ses fins. C'était... C'était...

Jasper – Qu’est-ce qu’on peut faire…

Il appela Carlisle, visiblement nerveux. Edward resta silencieux, comme tous les autres. Bella s'arrangea ensuite pour que Renesmée reparte au cottage avec Jacob. Mieux valait ne pas la mêler de trop à cette histoire après tout. Surtout après, lorsque Carlisle partit pour Volterra avec Alice et Jasper. Edward cachait sa nervosité et sa peur, pas du tout rassuré de voir une partie de sa famille allait se jeter tout droit dans la gueule du loup. Bella se leva tout à coup d'un bond, la panique illuminant ses traits fins. Oh là !

Bella – Et… Maintenant ? On est censé attendre, comme ça ? Sans rien faire ? Et s’il leur arrive quelque chose ? S’ils ne reviennent pas ? Comment on le saura, sans Alice ?

Il se leva à son tour et serra sa femme dans ses bras pour la calmer. Il lui frotta le dos, pour l'aider à se calmer, ne pouvant compter sur le don de Jasper.

- Bella, calme-toi... S'inquiéter ne nous servira rien, il faut leur faire confiance.

Il allait poursuivre lorsque Jacob arriva tout à coup, avec Nessie. Il tourna la tête vers eux lorsqu'il lut les pensées du loup et celle de la fillette. Il se crispa brutalement, laissant échapper une exclamation étouffée. Non. Non, non, non, il ne manquait plus que ça ! Se détachant à moitié de Bella, il tâcha de reprendre contenance. Du calme, pas de panique. Ce n'était pas SI grave, après tout ! Enfin... Mais non, tout allait bien. Sa fille vint droit sur eux. Il s'agenouilla, et attira sa fille contre lui. Se remettant dans un fauteuil, il l'assit sur ses genoux. Jake semblait aux abois, hésitant.

Comme sa mère autrefois, Renesmée avait donc fouiné, et tout deviné... Bon sang. Était-ce humain d'être aussi curieux ? Il lui fit un sourire rassurant et prit une voix douce.


- Avant ta naissance, ma puce, nous vivions tous à Forks. Et dans cette région vit aussi la tribu de Jacob, les Quileutes. Ils ont des légendes, dont une qui raconte que cette tribu à été choisie par le ciel pour recevoir des dons particuliers.

Il lui conta la légende de Taha Aki, le premier des loup, ancêtre des jeunes Indiens actuels, et qui était le protecteur des humains. Il avait vu cette légende dans l'esprit de Jake, plus ce que Bella lui en avait raconté, assez pour tout reconstituer. C'était une très belle histoire... Renesmée l'écoutait attentivement, blottie contre lui. Il insista bien sur le rôle de protecteur, et ce genre de choses. Elle paraissait se détendre, mordillant son pouce, comme avant d'aller dormir.

- Ta maman avait fait comme toi, autrefois, tu sais. Découvrir, chercher par elle-même. Sais-tu ce qu'elle a trouvé ? Que les légendes peuvent être vrais, qu'il y a réellement des personnes vouées à protéger les humains. Jacob est l'une d'entre elles, comme tu l'as deviné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La petite sœur s'est volatilisée   Mer 10 Juil 2013 - 19:29

Renesmée ne cessait d'observer Jacob du coin de l'œil alors qu'ils retournaient au chalet. C'était vrai ou pas, finalement ? Il n'avait même pas nié ! Et puis, si c'était vrai, elle devait faire quoi, elle ? Elle adorait Jake, vraiment beaucoup, mais ne savait pas trop comment elle réagirait si son ami se transformait en grosse bête poilue devant elle, là, maintenant. Et puis, et puis... Beuh, elle en avait mal à la tête à force de s'interroger. Une autre question, beaucoup plus stupide, lui vint à l'esprit. Est-ce que la longueur des cheveux influençait sur la longueur des poils de loup ? C'est ce à quoi elle pensait en rentrant dans le chalet. Même que son papa eut l'air effaré. Elle avait fait une bêtise ?

Son papa s'agenouilla et elle vint directement dans ses bras. Bon, elle avait pas fait de bêtise, sinon il aurait pas réagi comme ça. Elle ravala donc sa petite moue numéro trois, spéciale "Je suis innocente, pas vrai maman ?", avec une petite bouille d'ange. Elle se retrouva assise sur ses genoux, sentant qu'il était très, très sérieux. Alors, ça voulait dire que c'était grave, le problème de poils de Jake ? C'était une malodic... ou une malédaction... Enfin, ce truc, dont maman lui avait parlé et qui avait l'air grave. Elle n'avait pas trop compris, en fait.

Papa - Avant ta naissance, ma puce, nous vivions tous à Forks. Et dans cette région vit aussi la tribu de Jacob, les Quileutes. Ils ont des légendes, dont une qui raconte que cette tribu à été choisie par le ciel pour recevoir des dons particuliers.

Elle reporta son regard sur lui, l'écoutant attentivement. Il lui déroula toute une histoire, qu'elle écouta, fascinée. On y parlait de grands loups protecteurs, de Dieux, de bataille, de liberté... C'était beau, comme dans les livres d'action que tante Rose lui lisait parfois, l'après-midi. Avec des gentils qui se battaient contre des méchants, et qui leur mettait des baffes. En plus, l'histoire, elle finissait bien, mais ça c'était normal. Les belles histoires finissent toujours bien d'abord, car le héros s'en sort à chaque fois.

Elle était encore trop jeune pour prendre conscience que, non, chaque histoire n'avait pas une bonne fin. Et que beaucoup étaient cruelles.

Papa - Ta maman avait fait comme toi, autrefois, tu sais. Découvrir, chercher par elle-même. Sais-tu ce qu'elle a trouvé ? Que les légendes peuvent être vraies, qu'il y a réellement des personnes vouées à protéger les humains. Jacob est l'une d'entre elles, comme tu l'as deviné.

Ah ! DONC, son ami Jacob était bien un gros loup, le même qu'elle avait vu, et c'était pour ça qu'il avait toujours chaud, qu'il dormait dehors, et qu'il était si rapide. Elle tourna la tête vers lui, le détaillant attentivement. Et prit conscience qu'il y avait beaucoup de choses qu'elle ne savait pas.

- Mais t'as quelque âge, en fait, Jake ?

Maman - Dix-sept ans.

- Ah, mais t'es vieux, en fait ! Enfin, t'es plus que jeune que maman... Mais maman, de toute façon, elle peut pas être vieille, parce que c'est ma maman !

Cela lui paraissait l'évidence même en tout cas. Une maman, ça pouvait pas vieillir, d'abord. Quittant les genoux de son père, elle fila ensuite se nicher contre sa mère, l'entourant de ses bras bien fermement.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: La petite sœur s'est volatilisée   Jeu 11 Juil 2013 - 21:25

Edward s’était levé, lui aussi, et avait serré Bella dans ses bras, lui frottant le dos pour l’apaiser. Non, mais, il pensait vraiment y arriver ? Du calme, respire. Respirer. Inspirer. Expirer. Inspirer. Expirer. Ce n’était pas si grave, après tout… Mais si, bon sang, quelle illusion ! Ils étaient partis ! Partis chez les Volturi, à Volterra, affronter Aro !

Edward –
Bella, calme-toi... S'inquiéter ne nous servira rien, il faut leur faire confiance.

Bella – Mais je leur f…

Bella fut interrompue par l’entrée de Jacob et Renesmée, entrée plus qu’imprévue en cet instant précis. Que se passait-il ? Jetant un œil à Edward, elle le vit crispé, tendu, comme s’il paniquait. Non… Non, c’était impossible. Pas maintenant ! Pour confirmer ses doutes, la peur l’envahissant, la nouvelle-née regarda Jacob, puis Renesmée. Elle fit des allers-retours entre les deux, comme si cela allait lui permettre de comprendre ou de changer ce qu’il s’était passé. Non, pas maintenant… Pas si tôt. C’était impossible. Pas maintenant, bon sang ! Comment Renesmée allait-elle réagir ? Comment annoncer une telle chose ? Elle était incapable de parler, de dire quoi que ce soit. Tout arrivait en même temps : disparition de Jane, départ de Carlisle, Alice et Jasper à Volterra, et maintenant le secret de Jacob révélé… Mais bon sang, c’était une blague ! Non, un cauchemar plutôt !

Renesmée vint droit sur eux tandis qu’Edward reprenait consistance, ayant réellement plus l’habitude qu’elle pour gérer ce genre de situation. Au moins, il y en avait un qui parvenait à se maitriser… Habituellement, Bella y arrivait et ne laissait rien voir mais, ici, après l’annonce de cette disparition si récente, c’était impossible. Même Edward semblait éprouver certaines difficultés, raison pour laquelle la jeune femme restait près de lui, guettant la moindre réaction venant de leur fille, prête à lui courir après si jamais elle décidait de fuir. Ce n’était pas prévu. Pas maintenant. Pas aussi tôt… Certes, Bella avait pensé à discuter de cette hypothèse avec son mari, surtout depuis ce qu’il s’était passé dans le bureau de Carlisle, mais… Elle n’avait pas prévu cela. Oh non, pas du tout.

Edward –
Avant ta naissance, ma puce, nous vivions tous à Forks. Et dans cette région vit aussi la tribu de Jacob, les Quileute. Ils ont des légendes, dont une qui raconte que cette tribu à été choisie par le ciel pour recevoir des dons particuliers.

Renesmée était sur les genoux de son père, à présent. Elle semblait l’écouter et avait abandonné sa moue d’innocence incarnée pour de la curiosité pure et simple. Leur fille était fascinée par ce récit, par ces légendes qu’elle entendait sans doute pour la première fois. Un peu comme Bella elle-même avait été fascinée lorsqu’elle les entendit pour la première fois, trois ans auparavant plus ou moins. Cette époque lui semblait lointaine, à présent. Et pourtant, les souvenirs étaient toujours là. La nostalgie l’envahissant, elle ne put réprimer un regard lourd de regrets vers son ancien meilleur ami qui semblait hésitant et anxieux, chose tout à fait normale. Bella l’était aussi, mais… Un peu moins. Elle savait comment allait réagir Renesmée. Comment ? Instinct maternel, peut-être. Mais cette petite fille avait les mêmes réactions que sa mère, certaines identiques à celles de son père. Elle tenait d’Edward et Bella et ne fuirait donc pas comme eux n’auraient pas fuit face à de telles révélations. Se mordant les lèvres, elle s’adossa au mur non loin de son mari et de sa fille, le regard perdu dans le vague. En effet… Tout cela semblait bien lointain.

Edward –
Ta maman avait fait comme toi, autrefois, tu sais. Découvrir, chercher par elle-même. Sais-tu ce qu'elle a trouvé ? Que les légendes peuvent être vraies, qu'il y a réellement des personnes vouées à protéger les humains. Jacob est l'une d'entre elles, comme tu l'as deviné.

Heum. Oui, bon, ce détail-là, Edward aurait tout de même pu l’oublier. Dire à leur fille que sa mère avait fouillé, elle aussi, ce n’était pas lui donner un bon exemple. Elle perdait toute sa crédibilité, maintenant ! Bella lui jeta un bref regard noir lorsqu’il prononça ses mots. D’accord, il n’avait pas tort… Elle ne pouvait le nier. Mais tout de même ! Et puis, sans cela, elle ne l’aurait jamais suivi, l’aurait simplement fuit et ils n’auraient jamais connu cet amour si puissant, n’auraient même pas pu avoir Renesmée. Alors, hein, ses fouilles avaient bien payé, quoi qu’il en dise. Et puis, de toute façon, Bella n’avait pas à se justifier, cet épisode remontait à plus d’un an, il n’était plus condamnable !

Renesmée –
Mais t'as quelque âge, en fait, Jake ?

Bella – Dix-sept ans.

Première fois que la voix de Bella se faisait entendre depuis sa « crise ». Elle avait répondu à la place de Jacob parce que, apparemment, lui était encore incapable de dire quoi que ce soit. C’était plus un réflexe qu’autre chose, elle en fut légèrement honteuse lorsqu’elle s’en rendit compte mais… De toute manière, Bella ne pouvait plus rougir. Alors, peu importe.

Renesmée –
Ah, mais t'es vieux, en fait ! Enfin, t'es plus que jeune que maman... Mais maman, de toute façon, elle peut pas être vieille, parce que c'est ma maman !

Bella eut un sourire attendri tandis que Renesmée fila dans ses bras, lui serrant la taille bien fermement – enfin, aussi fermement que peut le faire une petite fille de son âge. La jeune maman lui rendit son étreinte et l’embrassa au sommet du crâne, s’accroupissant pour mieux la regarder. Leur fille. Leur petite fille. Ils en avaient la confirmation, à présent : Renesmée tenait autant de sa mère que de son père. Lui caressant la joue, Bella lui dit d’une voix douce :

Bella –
Si on ne t’a rien dit jusqu’ici, c’est à cause du premier jour où tu as rencontré Jacob. Tu te souviens du gros loup, quand tu t’es échappée et que je t’ai couru après ? C’était lui. On ne voulait pas que votre amitié se brise à cause de sa nature, surtout que tu l’apprécies beaucoup. Même si Jacob est un loup… Il est toujours le même, tu le connais.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La petite sœur s'est volatilisée   

Revenir en haut Aller en bas
 
La petite sœur s'est volatilisée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mes vendanges, c'est ma petite scène d'automne !
» [Blybe Basaak] Mélissandre petite Hippie (MAJ premier post)
» Petite grange au 1/18
» Housse anti-pluie pour ma petite caméra
» [Sand, George] La petite Fadette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: