Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chère belle-fille [PV Bella]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Chère belle-fille [PV Bella]   Sam 13 Juil 2013 - 22:47

Quelque chose ne tournait pas rond... Ils étaient rentrés d'Italie, après avoir récupéré Jane, et retrouvé le reste de la famille. Avec une surprise en arrivant. La petite Renesmée avait découvert, le jour de leur départ, qui était Jacob en vérité. Elle l'avait plutôt bien pris, même si Carlisle avait fortement craint, l'espace d'un instant, de devoir gérer un loup-garou dépressif, une fillette terrorisée, et des parents paniqués en une seule fois dès son retour. Mais le ciel soit loué, sa petite-fille avait très bien géré la situation. Mieux, en tout cas, que sa mère qui semblait assise en permanence sur une bombe sur le point d'exploser.

Il n'avait pas pris le temps depuis longtemps de parler à Bella. Il avait remarqué, depuis longtemps, qu'il fallait la pousser pour qu'elle daigne raconter tout ce qu'elle avait sur le cœur. Comme si elle avait peur de les déranger ou il ne savait quelle autre bêtise. Il n'ignorait pas qu'elle s'était, tout le temps qu'elle avait passé avec eux étant humaine, considérée comme un boulet inutile et incapable. Edward s'en était souvent plaint, désespérant à lui faire saisir le contraire.

Il se trouvait dans la cuisine, occupé à cuisiner un plat pour Renesmée, lorsqu'il sentit l'odeur de Bella, alors qu'elle descendait les escaliers. Il tourna la tête vers elle, les mains dans l'eau.


- Bella, tu peux venir ?

Bella - C'est que... Je voulais passer un peu de temps avec Renesmée.

- Elle joue à un jeu vidéo avec Emmett. Viens ici, s'il te plaît.

Elle sembla mal à l'aise, mais vint finalement le rejoindre. Il s'essuya les mains avec un torchon, puis la regarda un petit moment. Personne n'aimait avoir ce genre de conversations, mais il le fallait.

- Bella, il faut que je te parle. Il y a une chose qui ne va pas du tout... Autrefois, lorsque tu étais humaine, tu te considérais comme un boulet à traîner, ce qui est totalement faux, peu importe ce que tu en penses. Et aujourd'hui, j'ai... J'ai comme l'impression que tu ne te considères même pas comme un véritable membre de notre famille ! Surtout que tu refuses toujours de me tutoyer.

Il la dévisagea, attendant une réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Chère belle-fille [PV Bella]   Dim 14 Juil 2013 - 15:50

[Oui... J'ai tourné autour du pot. Mais tu es horrible, j'ai une excuse <_<]

Renesmée avait très bien pris le secret qu’avaient caché tous les Cullen et Jacob. Elle n’avait pas rejeté Jake et la révélation qu’il avait faite quelques jours auparavant n’avait strictement rien changé. Parfait, donc. Bella était plus qu’heureuse, elle était rassurée et ne s’inquiétait donc plus des sautes d’humeur de son ancien meilleur ami. Enfin… Presque plus. Elle avait toujours l’image d’Emily en tête, le visage à moitié griffé à cause d’une saute d’humeur de Sam. Certes, elle aimait beaucoup Sam, mais… Cette violence soudaine était terrifiante. Bella imaginait déjà Renesmée blessée comme Emily alors qu’ils discutaient normalement. Brrr. Réprimant un frisson, la jeune femme rangea les quelques photos qu’elle tenait en main. Elle effleura du doigt l’image de Charlie, souriant aux côtés de Renée et d’elle lorsqu’elle était encore bébé. C’était cette image qu’elle voulait garder en tête, et non pas l’image de son père déchiré à cause de sa mort et de la disparition de son ex-femme. Renesmée. Elle symbolisait l’espoir. Leur espoir. Ne pas repenser au passé, se tourner vers l’avenir.

Poussant un soupir, Bella rangea les clichés dans la boîte brune brodée de fils d’or. Boîte à laquelle elle tenait mais boîte qu’elle cachait depuis son arrivée à Forks, ne souhaitant pas que les autres la trouvent et pensent que leur « sœur » est trop sensible.  Bon, ils le savaient déjà, mais inutile d’en rajouter une couche pour si peu. Sortant de leur chambre, au cottage, Bella descendit les escaliers sans faire un seul bruit. Du moins, pour un humain, elle n’en faisait aucun… Cette idée était étrange, mais elle s’y était habituée, à force. Il fallait bien admettre que, maintenant que ses yeux avaient pris une teinte orangée, Bella appréciait son nouveau physique et se trouvait presque belle. Elle se maquillait même légèrement, selon les conseils d’Alice – ou les ordres, prenez cela comme vous voulez. En gros, elle ressemblait plus à une vraie mère maintenant et non plus à l’adolescente. Enfin… Cela dépend des points de vue.

Carlisle –
Bella, tu peux venir ?

Sursautant, Bella se tourna vers l’origine de l’appel. La cuisine. Carlisle. Hum ? Elle avait fait une bêtise ? Vite, une excuse pour se défiler. La dernière discussion qu’elle avait eue avec son beau-père lui avait laissé un mauvais souvenir. Pas la discussion lorsqu’il était venu lui parler, non. Mais… Celle d’avant.  Elle était venue lui parler elle-même, oui, mais elle l’avait amèrement regretté.

Bella –
C'est que… Je voulais passer un peu de temps avec Renesmée.

Excuse pourrie, oui. Et alors ? Elle n’avait pas trouvé mieux et puis… Elle avait peu d’espoir, sachant que, si la discussion était importante, Carlisle ne la laisserait pas se défiler.

Carlisle –
Elle joue à un jeu vidéo avec Emmett. Viens ici, s'il te plaît.

Se mordant les lèvres comme si elle s’était fait mal, Bella capitula et vint près de Carlisle. Qu’avait-il à dire de si important ? Les autres lui avaient-ils parlé de sa crise lorsqu’il était parti avec Jasper et Alice ? Peut-être. Mais jamais son beau-père n’aurait insisté pour lui parler… N’est-ce pas ? Alors, que se passait-il ? Bella se plaça à l’autre bout de la table de travail, debout, à peine entrée dans la cuisine. Elle ne prononça pas un mot, laissant Carlisle s’essuyer les mains. Elle ne le sentait pas du tout. Mais alors là, vraiment pas. Les discussions de Carlisle étaient souvent très embarrassantes… Il la regarda un moment sans rien dire. Bella allait détourner le regard lorsqu’il se décida enfin à parler :

Carlisle –
Bella, il faut que je te parle. Il y a une chose qui ne va pas du tout... Autrefois, lorsque tu étais humaine, tu te considérais comme un boulet à traîner, ce qui est totalement faux, peu importe ce que tu en penses. Et aujourd'hui, j'ai... J'ai comme l'impression que tu ne te considères même pas comme un véritable membre de notre famille ! Surtout que tu refuses toujours de me tutoyer.

… Elle avait bien fait de redouter cette discussion. Oui, Bella ne se voyait pas encore comme une membre de la famille, pas à part entière du moins.  Et alors ? Qu’est-ce que cela pouvait-il faire à Carlisle, tant qu’elle n’agissait pas en conséquence, tant qu’elle le cachait ? Bon, d’accord, il y avait le tutoiement… Mais elle ne s’imaginait pas du tout tutoyer son beau-père. C’était Carlisle. Carlisle ! Impossible, cette idée était inimaginable. Pour elle, le tutoyer était un manque de respect. Elle ne s’imaginait pas le tutoyer, c’était… Non. Quant à sa considération de la place qu’elle avait au sein de leur famille… Ce n’était pas si important que cela. Elle ne pouvait pas changer sa façon de penser, Carlisle ne pouvait pas l’y obliger. Si ? Mais non, il n’allait pas faire une telle chose. Et puis, parler d’une telle chose avec la personne concernée… Il cherchait vraiment à l’embarrasser, ou quoi ?!

Que pouvait-elle répondre ? Que dire, vu qu’il avait vu juste ? Bella ne pouvait pas mentir à Carlisle. Elle avait essayé une fois, cela n’avait pas fonctionné et il avait fini par le découvrir. Et ici…  Elle vivait constamment à ses côtés. Les chances pour s’en tirer étaient donc amoindries. Mais elle ne pouvait pas dire la vérité ! Elle ne ferait que s’enfoncer et elle le savait, surtout avec Carlisle. De plus, inutile de l’ennuyer avec tout cela, ce ne sont que des détails, elle avait un esprit bizarre, il lui fallait seulement du temps, rien de plus. Mais lui confier ce qu’elle pensait ? Sûrement pas. Jouant avec son alliance, fixant délibérément les mains, Bella répondit :

Bella –
Ecoutez… Ce… n’est pas contre vous. Vous tutoyer serait équivalent à un manque de respect, pour moi. Je ne me vois pas vous tutoyer, ce serait trop… Non. Ce n’est pas contre vous, je vous fais confiance, vous le savez, mais c’est juste…

Bella termina sa phrase par un geste, levant les mains en l’air, comme si cela remplaçait les mots. Parler, dire ce qu’elle ressentait n’a jamais été son fort.  Même avec ses parents. Alors, avec son beau-père… Seulement, Bella ne voulait pas laisser Carlisle rebondir sur cette partie de réponse, elle voulait éloigner le sujet du tutoiement le plus vite possible. Reprenant donc, elle dit :

Bella –
Pour ce  que je pensais de moi… Je ne nie rien. Rien du tout. Mais c’est passé, même si je l’ai pensé, alors ce n’est qu’un détail sans importance. Ca va, aujourd’hui, je ne reste pas en retrait et je ne suis plus mal à l’aise comme au début.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chère belle-fille [PV Bella]   Mer 17 Juil 2013 - 23:30

Bella sembla comme choquée par ce qu'il venait de lui dire. Et pourtant, il était certain d'avoir visé juste, rien qu'à sa manière de détourner le regard, jouant avec alliance, tripoter ses doigts, tout ce qu'elle faisait lorsqu'elle était gênée et cherchait un moyen de se défiler. Mais cette fois, il l'attendait au tournant. Ce qu'il voulait, c'était une réponse claire et nette. Il avait horreur que des membres de sa familles gardent pour eux ce qui n'allait pas, quitte à se détruire la santé mentale bêtement. C'était bien pour cela qu'il harcelait Bella, et c'était pour cette même raison qu'il comptait harceler Jane à son tour. Enfin, comme si cela aidait à quoi que ce soit de cacher lorsqu'on n'était pas bien !

Bella – Ecoutez… Ce… n’est pas contre vous. Vous tutoyer serait équivalent à un manque de respect, pour moi. Je ne me vois pas vous tutoyer, ce serait trop… Non. Ce n’est pas contre vous, je vous fais confiance, vous le savez, mais c’est juste…

Un manque de respect... Un manque de respect ? Où voyait-elle un manque de respect là-dedans ? Tout le monde ici le tutoyait, et ce serait lui manquer de respect ? Il voulait bien admettre que Bella n'était pas de la même époque qu'eux, et tout cela, mais tout de même. Pour le coup, il se prenait un sacré coup de vieux. Le beau-père que l'on n'ose pas tutoyer...

Bella – Pour ce que je pensais de moi… Je ne nie rien. Rien du tout. Mais c’est passé, même si je l’ai pensé, alors ce n’est qu’un détail sans importance. Ça va, aujourd’hui, je ne reste pas en retrait et je ne suis plus mal à l’aise comme au début.

- Et pourtant, tu ne te considères toujours pas comme une Cullen à part entière, répliqua Carlisle en posant le torchon et en regardant sa belle-fille d'un air navré. Et je voudrais comprendre pourquoi ! En quoi te sens-tu différente ? Tu as épousé Edward, prenant officiellement son nom. C'est moi qui t'ai mordu, tout comme Rosalie et Emmett, Esmée et Edward. mieux que ça, Edward et toi avez eu une fille biologique ! Et malgré tout cela, tu ne te sens pas comme un membre de la famille ? Pourquoi ? Réponds-moi, Bella, je n'aurais pas l'esprit tranquille tant que tu cacheras ça.

Il la fixa droit dans les yeux, tâchant de cacher toute note de tristesse de sa voix.

- Tu vas finir par me faire croire que tu regrettes tout cela. que tu aurais voulu rester Bella Swan.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Chère belle-fille [PV Bella]   Jeu 18 Juil 2013 - 17:07

Carlisle – Et pourtant, tu ne te considères toujours pas comme une Cullen à part entière. Et je voudrais comprendre pourquoi ! En quoi te sens-tu différente ? Tu as épousé Edward, prenant officiellement son nom. C'est moi qui t'ai mordu, tout comme Rosalie et Emmett, Esmée et Edward. Mieux que ça, Edward et toi avez eu une fille biologique ! Et malgré tout cela, tu ne te sens pas comme un membre de la famille ? Pourquoi ? Réponds-moi, Bella, je n'aurais pas l'esprit tranquille tant que tu cacheras ça.

Mais pourquoi insister à ce point ?! C’était de famille ?! Carlisle oubliait une énorme différence entre elle et eux, il avait beau prouver par A plus B que Bella n’avait aucune raison de ne pas se considérer comme membre de la famille, il restait un point qui différait et qui la plaçait du côté « détesté » pour l’une ou l’autre personne. Certes, peut-être moins maintenant, mais les faits sont là. Avec le temps, tout serait réglé, elle finirait par se considérer comme membre de la famille à part entière et il n’aurait plus à se soucier de son bien-être mental. Et puis, depuis quand refuser le tutoiement était un signe de mal-être ? C’était une simple preuve de politesse, de respect et d’admiration. Elle n’avait pas le droit de le tutoyer, pas encore. Peut-être le connaissait-elle depuis un moment à présent, mais il n’y avait pas que cela qui entrait en ligne de compte dans sa tête. Seulement, cela… Il pouvait rêver pour qu’elle le lui dise. Bella allait répondre mais Carlisle ajouta quelque chose assez rapidement :

Carlisle –
Tu vas finir par me faire croire que tu regrettes tout cela. Que tu aurais voulu rester Bella Swan.

Quoi ? Mais non ! Bella ne regrettait aucun de ses choix ! Enfin, presque. Bon, elle en regrettait certains, mais aucun concernant sa transformation et son mariage avec Edward ! Elle l’aimait, tout comme elle aimait chacun des Cullen. Certes, certains l’énervaient plus que d’autres, mais c’est normal et, au fond, chacun comptait pour elle à sa manière. Chacun était indispensable à présent, perdre n’importe lequel des Cullen serait un véritable déchirement pour Bella. Alors non, bien sûr que non, elle ne le regrettait pas ! Peut-être Edward ne lui avait-il pas laissé beaucoup de temps pour se décider lorsqu’ils avaient dû quitter Forks, mais elle n’aurait pas pu vivre sans lui, sans eux. Alors non, ô grand dieu, non, elle ne regrettait rien ! Et puis, quel est le rapport entre « se considérer comme membre de la famille » et « regretter tout cela » ? Pour le coup, Bella avait un peu de mal à suivre son beau-père. Mais soit, au moins, cela l’éloignait du sujet du tutoiement, ce qui n’était pas plus mal. Seulement, Carlisle la fixait droit dans les yeux et semblait on ne peut plus sérieux en disant cela… Il le pensait sincèrement ?! Choquée, elle lui répondit directement :

Bella –
Bien sûr que non, je ne regrette rien vous concernant ! Je ne regrette certainement pas ce choix, il me permet de rester auprès d’Edward pour l’éternité, c’est tout ce que je souhaitais. Et puis, maintenant, vous comptez tous énormément pour moi. S’il arrive quelque chose à l’un d’entre vous, je suis immédiatement touchée. Alors, non, certainement pas, je ne regrette pas ce choix ! Ca n’a rien à voir, c’est…

Bella * Chut ! Tu vas juste t’enfoncer en disant ça !

Bella détourna les yeux, ne pouvant supporter le regard de Carlisle. Elle ne voulait pas terminer, encore moins se livrer bêtement alors que cela ne servait à rien. Il pouvait se contenter d’un « il me faut encore du temps », non ? Ce n’était plus un « Je ne vous tutoierai jamais », même si le temps était une notion très large pour les vampires. Seulement, elle avait commencé une phrase et Carlisle risquait de ne pas la lâcher tant qu’elle ne l’aurait pas terminée. Mais… Elle ne voulait pas. Dire une telle chose, tout balancer était inconcevable et il se moquerait d’elle ou essaierait de la raisonner. Ou de lui prouver par A plus B qu’elle avait tort, si cela était possible. Et… Il s’inquiéterait inutilement si jamais il n’y arrivait pas. Alors, non, pour une fois, Bella réglerait cela seule. Carlisle pouvait bien la laisser, non ? Soupirant, elle rajouta, toujours sans le regarder dans les yeux :

Bella –
C’est rien… Il me faut juste du temps. Vous avez plus important à régler, alors tout va parfaitement bien. Ce ne sont que des détails.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chère belle-fille [PV Bella]   Sam 20 Juil 2013 - 21:34

Bella – Bien sûr que non, je ne regrette rien vous concernant ! Je ne regrette certainement pas ce choix, il me permet de rester auprès d’Edward pour l’éternité, c’est tout ce que je souhaitais. Et puis, maintenant, vous comptez tous énormément pour moi. S’il arrive quelque chose à l’un d’entre vous, je suis immédiatement touchée. Alors, non, certainement pas, je ne regrette pas ce choix ! Ça n’a rien à voir, c’est…

C'est ? Il attendit qu'elle développe, de plus en plus impatient ? C'est, donc ?! Carlisle ne s'énervait pas souvent, mais il fallait reconnaître qu'il avait tendance à devenir paranoïaque, ces derniers temps. Avec tout ce qui s'était passé, il s'inquiétait bien plus facilement et avait sans vesse peur qu'une nouvelle catastrophe ne leur tombe sur la figure. Du genre guerre, enlèvement, séquestration, attaque, visites surprises et désagréables, combats... Et, autant l'avouer, il en avait sa claque. Marre des problèmes, et surtout d'être impuissant, la plupart du temps, à les régler.

Bella – C’est rien… Il me faut juste du temps. Vous avez plus important à régler, alors tout va parfaitement bien. Ce ne sont que des détails.

- Des détails, marmonna-t-il en levant les yeux au ciel. Fais attention, là, ça devient insultant... C'est insinuer que j'ai passé mon existence sur des "détails", qu'il n'était pas nécessaire de mordre n'importe lequel d'entre vous.

Il soupira à son tour, dépité. Cette manie de toujours esquiver ses questions devenait agaçante. D'abord Jasper, puis Esmée, Jacob, et maintenant Bella. Qui sera le suivant ? Il tapota le comptoir des doigts, silencieux, regardant au-dehors. Il ne savait pas comment lui faire comprendre qu'il s'inquiétait pour elle, au même titre qu'il s'inquiétait pour chacun des membres de sa famille, pour les proches de leur clan, pour ceux dont ils s'occupaient à l'hôpital, pour tous ceux envers qui il éprouvait de la compassion. Il ne savait pas.

- Je ne comprends pas pourquoi tu te sens différente, Bella, reprit-il dans un murmure.Et que tu refuses de t'exprimer n'aide en rien... Personne dans cette famille n'ose parler lorsque ça ne va pas, même pas Edward. Quoi que lui j'arrive en général à deviner ce qui le tracasse.

Et pour cause. Il était le premier de ses enfants, le premier qu'il avait transformé.

- Je ne comprend pas non plus cette manie de vouloir souffrir en silence. Enfin, pour Jane, je le comprends, c'est lié à son histoire, pour Jasper aussi, pour les mêmes raisons ? Mais toi ? arriveras-tu vraiment à gérer ça seule ? Ou vas-tu tout garder jusqu'au jour où tu en seras complètement malade ?
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Chère belle-fille [PV Bella]   Dim 21 Juil 2013 - 17:17

[HJ : Je te hais... T'as bien failli m'avoir, cette fois T_T]

Carlisle – Des détails. Fais attention, là, ça devient insultant... C'est insinuer que j'ai passé mon existence sur des "détails", qu'il n'était pas nécessaire de mordre n'importe lequel d'entre vous.

Passer son existence sur des détails ? Mais Bella n’avait jamais dit cela ! Elle avait juste dit qu’elle n’allait pas l’ennuyer pour si peu, elle pouvait parfaitement se débrouiller ! Elle l’avait fait jusqu’ici, non ? Certes, les Cullen lui avaient été d’une grande aide… Mais tout de même. Durant des années, la jeune femme s’était débrouillée en s’occupant de sa mère, des bêtises qu’elle devait rattraper, etc. Alors, SI, Bella était responsable et débrouillarde, elle n’avait besoin de personne pour se décharger. Elle n’était pas fragile et avait, parfois, l’impression que les Cullen l’oubliaient… Enfin, pas tous. Mais certains. Ils pouvaient bien comprendre qu’elle ne voulait être un poids pour personne, non ? Au moins compenser les mois durant lesquels ils avaient dû veiller sur elle parce qu’elle était trop fragile. Alors, maintenant… Ils pouvaient comprendre qu’elle veuille « se racheter », non ? Elle répondit directement à ce que Carlisle venait de dire, ne comprenant définitivement pas les liens qu’il faisait.

Bella –
Mais ça n’a rien à voir ! Je n’ai jamais dit ça, je n’oserais même pas penser une telle chose, Carlisle. Ce que vous faites est admirable et impressionnant, vous savez que je vous respecte beaucoup pour tout ça. Alors ça n’a rien à voir… Je ne vois pas en quoi mes possibles soucis résumés en « détails » seraient une quelconque insulte envers vous.

Bella n’était pas sûre de ce qu’elle avait avancé. Elle savait qu’elle était sur une pente « dangereuse » et que riposter, argumenter contre son beau-père était risqué. Elle risquait de perdre à tous les coups, d’ailleurs. Mais ici… Il y avait peut-être une infime petite chance pour qu’elle s’en sorte ? Pour que Carlisle ne dise rien et la laisse s’en tirer comme cela ? Ou pas… Il avait soupiré et tapotait, à présent, des doigts sur le comptoir, comme agacé. Mais… Il avait également l’air inquiet. Pitié, non, pas d’inquiétude. Bella ne voulait pas que quelqu’un s’inquiète pour elle…

Carlisle –
Je ne comprends pas pourquoi tu te sens différente. Et que tu refuses de t'exprimer n'aide en rien... Personne dans cette famille n'ose parler lorsque ça ne va pas, même pas Edward. Quoi que lui j'arrive en général à deviner ce qui le tracasse.

Edward n’était pas si difficile à percer que cela, une fois qu’on le connaissait bien.  Quoi que, peut-être Bella arrivait-elle à voir lorsqu’il cachait quelque chose uniquement de par leur intimité et leur volonté de ne rien se cacher l’un à l’autre. Bien sûr, ils cachaient tous les deux certaines choses… Mais ils le savaient, même s’ils l’évitaient jusqu’à ce que l’un ou l’autre remarque que le vase va déborder. Il fallait bien que Bella admette qu’il devenait de plus en plus fort en ce qui concernait le décryptage de ses émotions, qu’il était celui qui y arrivait le mieux à présent. Sans doute parce qu’il s’y efforçait pour compenser son incapacité à lire dans les pensées de Bella. Encore que… Maintenant…  Hum. Il fallait qu’elle soit prudente.

Carlisle –
Je ne comprend pas non plus cette manie de vouloir souffrir en silence. Enfin, pour Jane, je le comprends, c'est lié à son histoire, pour Jasper aussi, pour les mêmes raisons ? Mais toi ? Arriveras-tu vraiment à gérer ça seule ? Ou vas-tu tout garder jusqu'au jour où tu en seras complètement malade ?

Carlisle avait raison là-dessus… Même si Bella arrivait à gérer ses émotions sans trop de problème, elle finissait toujours par craquer au bout d’un moment. Et, souvent, elle craquait dans les situations les plus délicates… Du moins, les dernières fois, cela s’était passé lors d’une goutte d’eau en trop, s’accumulant au reste alors que le vase était déjà bien rempli. Mais cette fois-ci, Bella n’y avait même pas pensé et ce n’était qu’un détail. Alors, pourquoi en rajouter une couche et inquiéter inutilement Carlisle après les récents évènements. Seulement, elle ignorait comment réagir… Tout lui dire ? Alors qu’il risquait de rire pour les raisons stupides auxquelles elle pensait ? Et puis, elle ne voulait pas souffrir en silence, elle voulait simplement l’épargner. C’était compréhensible, non ? La seule envie qu’elle avait, pour le moment, était de sortir de cette pièce. Vu l’acharnement de Carlisle, il risquait de ne pas vouloir la lâcher tant qu’elle ne lâche pas le morceau. Et il en était largement capable… Se mordant les lèvres d’abord, fixant ses mains ensuite, Bella lui répondit :

Bella –
Je n’en sais rien…

Bella soupira et relâcha ses mains, comme vaincue par cette constatation. En effet, elle ne savait pas si elle arriverait à gérer cela. Mais tout dire ? Non… Elle reprit en levant brièvement le regard vers Carlisle :

Bella –
Mais je dois tenir. Avec tout ce qu’on a eu, ces derniers temps, il est inutile d’en rajouter une couche. Ce ne sont que des… considérations. Alors, peu importe l’image que j’ai de moi, ce n’est rien. Rien de grave, en tout cas, comparé à ce qu’on a vécu jusqu’ici.

Aïe… Pente dangereuse. Dire tout cela était lui donner encore plus d’arguments pour répondre, il ne lâcherait pas l’affaire aussi facilement si Bella continuait comme elle le faisait, à donner de plus en plus d’informations malgré elle. Il décortiquait chaque mot dans des situations pareilles… Mais tant pis. Elle prenait le risque. Seulement, il y avait encore une chose qu’elle voulait préciser.

Bella –
J’ai grandi comme ça. J’ai été responsable de quelqu’un toute ma vie, d’abord Renée, ensuite Charlie. Je devais cacher ce qui me dérangeait, même si Renée avait la fâcheuse habitude de le voir.  Seulement, elle ne… Enfin, bref. C’est une habitude que j’ai prise. Mais je vais bien. En tout cas, je ne me souviens pas d’une quelconque crise de nerf ces jours-ci…




Dernière édition par Isabella M. Cullen le Sam 27 Juil 2013 - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chère belle-fille [PV Bella]   Ven 26 Juil 2013 - 17:39

Bella – Je n’en sais rien…

Il fut assez surpris qu'elle admette, lui qui la voyait plus renfermée qu'une huître et tout aussi bornée qu'Edward, voir plus. Mais cela, c'était apparemment un trait prédominant dans leur famille. Il attendit qu'elle poursuivre, alors qu'elle levait enfin le regard.

Bella – Mais je dois tenir. Avec tout ce qu’on a eu, ces derniers temps, il est inutile d’en rajouter une couche. Ce ne sont que des… considérations. Alors, peu importe l’image que j’ai de moi, ce n’est rien. Rien de grave, en tout cas, comparé à ce qu’on a vécu jusqu’ici.

Et c'était stupide. Complètement, royalement stupide. Et qu'il était incapable de comprendre. Carlisle aurait dû devenir pasteur, comme son père, et on lui avait appris à écouter et conseiller les gens, pas seulement à les faire brûler vifs après des accusations ineptes. A son époque, il était NORMAL que l'on parle à quelqu'un si l'on ne se sentait pas bien, si on avait un problèmes, des doutes, ou une simple question. On parlait toujours, que ce soit à un proche ou à un homme de religion, qui faisaient alors office de psychologue. Alors non, il ne comprenait pas cet acharnement à tout vouloir garder pour soit, acharnement qu'il qualifiait sans vergogne de stupide.

Bella – J’ai grandi comme ça. J’ai été responsable de quelqu’un toute ma vie, d’abord Renée, ensuite Charlie. Je devais cacher ce qui me dérangeait, même si Renée avait la fâcheuse habitude de le voir.  Seulement, elle ne… Enfin, bref. C’est une habitude que j’ai prise. Mais je vais bien. En tout cas, je ne me souviens pas d’une quelconque crise de nerf ces jours-ci…

- Bah, ça ne va pas tarder à venir.

Il avait dit ça d'un ton sans doute dur, mais ce n'était que la vérité.

- Et tu ne me feras pas croire que tu DEVAIS cacher ce qui te dérangeais, comme tu me l'affirmes. Renée en aurait une attaque si elle t'entendait dire une chose pareille ! C'est comme si Renesmée était persuadée d'être obligée de cacher tout ce qui ne va pas pour ne pas que tu te fasses de soucis. Méfie-toi qu'elle ne prenne aussi cette habitude. Quoi que... Au moins, tu verrais à quel point c'est désagréable.

Et même blessant. Mais cela, il ne dira pas à haute voix, d'autant qu'elle était capable de le deviner seule.

- Tout de même, il faudra un jour que quelqu'un m'explique en quoi tout cacher et exploser ensuite est si attrayant, car je ne vois vraiment pas.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Chère belle-fille [PV Bella]   Sam 27 Juil 2013 - 12:00

Carlisle – Bah, ça ne va pas tarder à venir.

Bella ouvrit la bouche, comme pour protester, mais aucun son n’en sortit. Elle ne savait pas quoi répondre, sachant pertinemment bien que Carlisle avait malheureusement raison. Mais, peu importe, non ? Au pire, si elle craquait, il lui suffirait de partir chasser pour passer ses nerfs sur l’un ou l’autre animal et personne n’en saurait rien. Bon, peut-être Jasper qui sentirait une différence dans ses émotions, mais au moins, elle ne ferait de mal à personne. Et puis, elle n’avait pas besoin d’être couvée, elle allait très bien ! Et puis, il avait dévié de son but, il ne comptait pas la sermonner sur cela à la base… Si ? Il voulait juste lui parler de sa propre considération concernant la place qu’elle avait au sein de leur famille. Alors, quitte à choisir, elle préférait ce sujet-là plutôt que celui-ci. Mais… Chut. Ne pas s’enfoncer, même s’il la sermonnait sur son refus de parler en cet instant précis. C’était purement injuste, elle n’était pas la seule à faire cela !

Carlisle –
Et tu ne me feras pas croire que tu DEVAIS cacher ce qui te dérangeais, comme tu me l'affirmes. Renée en aurait une attaque si elle t'entendait dire une chose pareille ! C'est comme si Renesmée était persuadée d'être obligée de cacher tout ce qui ne va pas pour ne pas que tu te fasses de soucis. Méfie-toi qu'elle ne prenne aussi cette habitude. Quoi que... Au moins, tu verrais à quel point c'est désagréable.

Mais c’était totalement différent ! Renesmée était jeune, elle avait dix fois moins d’expérience qu’eux et se posait encore plein de questions ! Bella et Edward pouvaient l’aider lorsqu’elle ne comprenait pas quelque chose, ils pouvaient répondre à ses questions et l’aider à passer ce cap. C’était donc complètement différent. Et puis, elle avait Jacob. Bella avait confiance en lui pour cela, elle savait qu’il ne laisserait jamais Renesmée aller mal et qu’il la pousserait à parler, à se confier pour ne plus rien avoir sur le cœur. Sans oublier le don d’Edward qui leur était d’une grande aide… Si Renesmée était préoccupée par quelque chose, ils finissaient toujours par le savoir et la poussaient à en parler indirectement. Au moins pour être rassurés. Bella allait protester, dire ce qu’elle pensait mais Carlisle la devança en ajoutant :

Carlisle –
Tout de même, il faudra un jour que quelqu'un m'explique en quoi tout cacher et exploser ensuite est si attrayant, car je ne vois vraiment pas.

Attrayant… Bella aura tout entendu. Elle se retint de lever les yeux au ciel, il valait mieux faire profil bas pour ne pas donner d’autre idée d’argument à Carlisle. Elle était déjà bien assez mal à l’aise pour le moment, alors… Bien se contrôler. Cependant, ce n’était pas parce qu’elle était mal à l’aise qu’elle n’allait pas lui répondre.

Bella –
Mais ça n’a rien d’attrayant, je n’ai jamais dit ça. C’est un automatisme, je vous l’ai déjà dit. Si jamais je dois craquer, j’irai faire un tour, passer mes nerfs sur l’un ou l’autre animal et tout ira bien après. Ca ne sert à rien d’infliger ça à tout le monde, surtout que tout se sait au bout d’une heure ou deux à peine ici. Je vous ai parlé, après la réunion avec les Volturi… Preuve que je parle lorsque c’est vraiment « trop ».

Hum. Chut. Ce coup-ci, Bella avait la nette impression de s’être enfoncée et d’en avoir trop dit… Beaucoup trop. Plus que ce qu’elle ne voulait dire à la base. Tant pis, il ne pouvait rien faire avec ce qu’elle avait dit. N’est-ce pas ? Il ne pouvait rien dire du tout, elle n’avait dit que la pure vérité après tout… Mais elle se trouvait face à Carlisle. C’était un pari trop risqué. Autant partir sur un autre sujet… Ou revenir sur ce qu’il avait dit concernant Renesmée.

Bella –
Quant à Renesmée… Je sais qu’elle ne le fera pas. Déjà… Si elle est préoccupée par quelque chose, on le voit directement. Edward le sait automatiquement avec son don et elle nous le dit, nous pose régulièrement des questions. Des questions difficiles parfois, j’avoue, mais… Elle est bien entourée et on essaie de faire en sorte qu’elle ne garde pas tout pour elle. Sans oublier qu’elle a Jacob qui peut l’aider, elle le considère comme… un ami, ou son meilleur ami, je crois. Donc j’ai au moins confiance en lui pour ça… Et puis, on est ses parents, on a plus d’expérience qu’elle, c’est normal qu’on soit là pour l’aider. Enfin… Quand c’est possible, je veux dire.

Bella n’avait pas pu s’empêcher d’ajouter la dernière phrase, même si elle faisait une énorme bêtise en disant cela. C’était la mère qui avait parlé, cette fois-ci, et non plus la belle-fille qui essaie de résister à son beau-père. Imaginer Renesmée lui cacher des trucs… Non. Non, non, non. Elle en devenait malade par le simple fait d’y penser. Mais c’était toujours différent de sa propre situation, Renesmée était leur fille, elle était jeune, elle avait besoin d’amour vu le monde dans lequel elle grandissait. Elle avait besoin d’être entourée, de savoir qu’elle n’était pas si différente que cela et qu’elle était une personne exceptionnelle. Et c’était à eux, Edward et Bella, de faire tout leur possible pour qu’elle en prenne conscience.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chère belle-fille [PV Bella]   Dim 28 Juil 2013 - 10:23

Bella – Mais ça n’a rien d’attrayant, je n’ai jamais dit ça. C’est un automatisme, je vous l’ai déjà dit. Si jamais je dois craquer, j’irai faire un tour, passer mes nerfs sur l’un ou l’autre animal et tout ira bien après. Ça ne sert à rien d’infliger ça à tout le monde, surtout que tout se sait au bout d’une heure ou deux à peine ici. Je vous ai parlé, après la réunion avec les Volturi… Preuve que je parle lorsque c’est vraiment « trop ».

Justement, c'était bien cela qui le dérangeait. Qu'elle ne parle que lorsque c'était "trop". Qu'elle n'accepte l'aide des autres qu'au moment où elle était prête à devenir folle. Qu'elle n'admette qu'elle avait besoin d'aide juste parce qu'elle était sur le point de craquer. Affligeant, comme attitude. Épuisant, même. Il retint un soupir, tapotant des doigts sur la table de travail.

Bella – Quant à Renesmée… Je sais qu’elle ne le fera pas. Déjà… Si elle est préoccupée par quelque chose, on le voit directement. Edward le sait automatiquement avec son don et elle nous le dit, nous pose régulièrement des questions. Des questions difficiles parfois, j’avoue, mais… Elle est bien entourée et on essaie de faire en sorte qu’elle ne garde pas tout pour elle. Sans oublier qu’elle a Jacob qui peut l’aider, elle le considère comme… un ami, ou son meilleur ami, je crois. Donc j’ai au moins confiance en lui pour ça… Et puis, on est ses parents, on a plus d’expérience qu’elle, c’est normal qu’on soit là pour l’aider. Enfin… Quand c’est possible, je veux dire.

Carlisle retint un soupir, mi-amusé, mi-exaspéré.

- Mais j'ai très bien compris, Bella. En fait, tu refuses que ta fille ne fasse ce que toi, tu fais. Tu ne veux pas qu'elle suive TON exemple. Je ne vais pas essayer de comprendre cette logique, ça me fatigue d'avance...

Il fallait croire qu'il y aura toujours des gens qui ne comprenaient pas que l'on s'inquiète pour eux, ou même qui le rejetait totalement. Des gens qui pensaient devoir tout gérer seuls, même en sachant que c'était impossible. Et il ne savait pas quoi faire pour raisonner ces personnes. Peut-être comprendront-elles seules un jour.

Il se contenta donc de quitter la pièce, après un dernier regard navré et blessé à Bella. Très bien. Essayer de lui parler ne servait à rien... Il espérait simplement qu'elle essayera de changer quelque peu avant qu'il ne soit trop tard. Même les vampires pouvaient devenir fous, ou sombrer dans une sorte de léthargie. Léthargie qui, au final, ressemblait tant à la mort. C'est ce qu'avait connu Jane après la mort de son frère, gardant pour elle tristesse et colère, jusqu'à s'en couper totalement du monde. Bella n'en était pas à ce point, mais il craignait que ça ne vienne un jour, à force de tout cacher en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Chère belle-fille [PV Bella]   Dim 28 Juil 2013 - 18:39

[Je te hais… T’imagines pas à quel point <_< Et heu… Embraies de suite, dis que je te suis ou que je suis encore hésitante ou… Ca dépend de toi ^^’]


Carlisle – Mais j'ai très bien compris, Bella. En fait, tu refuses que ta fille ne fasse ce que toi, tu fais. Tu ne veux pas qu'elle suive TON exemple. Je ne vais pas essayer de comprendre cette logique, ça me fatigue d'avance...

Mais elle n’avait pas dit cela ! Enfin… Pas tout à fait. Après tout, c’est logique de vouloir que notre enfant ne fasse pas nos bêtises, non ? Bella ne voulait pas que Renesmée soit comme elle, c’était certain, elle avait tout pour être heureuse alors se taper les tares de sa mère, pitié, non. Si sa fille pouvait hériter du comportement de son père pour la majorité de sa personnalité, ce n’était pas plus mal. Bon, cela, Bella allait éviter de le dire à son beau-père, mais… En attendant, que devait-elle faire ? Il lui lança un regard navré et blessé… Et quitta la pièce. Mais non ! Elle ne voulait pas le blesser, pas du tout même ! Elle hésita quelques secondes. Le suivre, l’arrêter et devoir tout balancer, répondre à ses questions sans faire de gaffe supplémentaire ? Ou le laisser partir et vivre avec son regard blessé pendant des années ? C’était son beau-père… Et Carlisle ne lui avait rien fait. Rien du tout. Peut-être avait-il raison, peut-être devait-elle parler mais elle n’avait rien à dire d’elle-même, là. Bella ne savait qu’une chose : elle devait le rattraper. De plus, si elle ne le rattrapait pas… Que diraient les autres ? Aïe. Hum. Oui, en effet… S’élançant après Carlisle, Bella cria :

Bella – Carlisle ! Attendez !

Arrivée à sa hauteur, Bella l’avait attrapé par le bras pour le retenir. S’en rendant compte, elle le lâcha plus honteuse que jamais et s’écarta de son beau-père, se mettant à une distance bien plus grande que nécessaire. Heum. Et maintenant ? Elle ne savait pas ce qu’il attendait d’elle, ne savait pas ce qu’il voulait exactement qu’elle lui dise… Et puis, sa propre image de soi, quelle importance ? Oui, il y avait les premières questions qu’il avait posées, mais… Il n’y pensait plus, à présent. Si ? Ils étaient devant la porte d’entrée, elle l’avait donc arrêté juste à temps. Mais si quelqu’un les entendait… Bon, du calme. Pour commencer, s’excuser était primordial. Bella n’osait pas le regarder, encore moins soutenir son regard. Elle n’avait pas du tout eu l’intention de le blesser ou de l’exaspérer, ou encore de l’énerver ou… Que sais-je, elle n’avait pas souhaité ce qu’il s’était passé. Oui, elle avait envie de se débarrasser de lui, qu’il la lâche cette fois mais… Elle n’avait pas envie de le décevoir. Pas lui. Seulement, elle avait comme l’impression que c’était légèrement raté. Sans le regarder, ou lançant de brefs coups d’œil pour voir comment il réagissait, Bella lui dit :

Bella – Ecoutez, je… Je suis désolée. Je ne voulais pas vous blesser ou vous énerver, pas du tout. C’était totalement involontaire… Je… Vous avez raison.

Un peu de courage ! Mais par où commencer ? Que voulait-il qu’elle lui dise, au juste ? A ce sujet, elle n’était pas plus avancée que lorsqu’elle avait décidé de le rattraper il y avait de cela quelques secondes à peine. Seulement, lui poser la question n’était-ce pas prendre un gros risque ? Carlisle ne risquait-il pas de demander vraiment tout et de mettre le doigt sur des choses que Bella préférait vraiment garder pour elle ? Surtout ici, alors que tout le monde peut entendre la discussion… Ou alors, lui demander pour sortir ? Aller dans un endroit plus à l’écart pour ne pas être écoutée ? Que Carlisle le sache était une chose, mais les autres… Poussant un soupir, Bella leva le regard vers son beau-père et rajouta, torturant encore ses mains :

Bella – Je veux bien vous parler et répondre à vos questions mais… Je préférerais un endroit où personne ne peut nous entendre. Si c’est possible…


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chère belle-fille [PV Bella]   Mer 31 Juil 2013 - 21:30

Alors qu'il partait, Carlisle avait le sentiment d'être totalement inutile. Il ne pouvait même aider ses proches lorsqu'ils en avaient besoin, et cette idée le rongeait. Il retint un soupir, tendant la main pour attraper la poignée de la porte, lorsqu'une autre main lui attrapa brusquement le bras et le tira en arrière. Ne s'y attendant pas du tout, Carlisle faillit trébucher et tourna la tête.

Bella – Carlisle ! Attendez !

Il regarda sa belle-fille, alors qu'elle reculait, plus loin que nécessaire. Qu'avait-il dit de mal ? Elle semblait sur le point de pleurer, et l'aurait sûrement fait si elle l'avait pu. Il resta silencieux, alors qu'elle cherchait frénétiquement ses mots. A nouveau, elle ne le regardait même plus dans les yeux, exceptés pour de très rapides. lui qui croyait la conversation terminée... Visiblement pas.

Bella – Ecoutez, je… Je suis désolée. Je ne voulais pas vous blesser ou vous énerver, pas du tout. C’était totalement involontaire… Je… Vous avez raison.

Heu, et elle le découvrait comme ça, d'un seul coup ? Il se repassa rapidement ce qu'il venait de lui dire, histoire de trouver une explication valable. Sa belle-fille avait parfois des raisonnements hautement compliqués, et il avait du mal à suivre.

Bella – Je veux bien vous parler et répondre à vos questions mais… Je préférerais un endroit où personne ne peut nous entendre. Si c’est possible…

- Mais tu ne le fais que parce que tu culpabilise... Ce n'est pas ça du tout que je souhaite ! J'aimerais que tu te sentes suffisamment à l'aise pour parler de toi-même. Dis-moi simplement pourquoi tu ne te sens pas encore pleinement intégrée à notre famille. Même si tu trouves ça blessant ou stupide, dis-le moi...
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Chère belle-fille [PV Bella]   Jeu 1 Aoû 2013 - 14:59

Carlisle – Mais tu ne le fais que parce que tu culpabilise... Ce n'est pas ça du tout que je souhaite ! J'aimerais que tu te sentes suffisamment à l'aise pour parler de toi-même. Dis-moi simplement pourquoi tu ne te sens pas encore pleinement intégrée à notre famille. Même si tu trouves ça blessant ou stupide, dis-le-moi...

Bella – Je…

Mauvais départ. Comment expliquer cela ? Comment le dire sans blesser ou sans se faire engueuler ? Enfin, ici, Carlisle n’allait pas être blessé mais risquait franchement d’engueuler Bella et elle le savait. Seulement, elle était coincée. Si elle essayait de mentir, il le saurait et en serait blessé ou furieux, si elle cherchait à fuir, la situation s’aggraverait vu qu’elle avait dit qu’elle lui répondrait, et si elle ne disait rien du tout… Hum. Non, mauvaise idée aussi. Mais comment tourner ce qu’elle voulait dire correctement sans devoir affronter Carlisle ? Bella savait qu’il essaierait de la rassurer, de lui prouver qu’elle avait tort ou qu’elle faisait pleinement partie de la famille. Mais jusqu’ici, elle n’avait jamais pensé que ses pensées seraient connues de quelqu’un… Même Edward n’en savait rien. Et qu’il soit au courant ne servirait à rien. Mais vraiment à rien. Poussant un soupir, la nouvelle-née s’adossa au mur près duquel elle se trouvait et implora son beau-père du regard, même s’il y avait sûrement déjà pensé :

Bella – Faites au moins l’effort de le cacher aux autres… Et à Edward. Je n’ai pas envie qu’il sache tout ça, c’est inutile et parfaitement ridicule. Et il risquerait de s’arracher les cheveux…

Et le mot était faible. Enfin, lorsqu’il s’agissait d’Edward concernant Bella, elle savait qu’un rien suffisait à l’énerver parce qu’elle était fragile – même si elle lui répétait à longueur de journée, depuis sa transformation, qu’elle ne l’était plus. Néanmoins, elle l’aimait comme cela même s’il avait des tendances protectrices un peu trop prononcées parfois.  Cela faisait partie de son charme et de son caractère, elle ne pouvait certainement pas le reprocher… Et puis, elle aussi s’était découvert un côté mère-poule avec la naissance de Renesmée. Alors bon, ensemble, ils faisaient la paire. Mais, quoi qu’il en soit, Bella ne voulait pas qu’il soit au courant. Elle tendit l’oreille, vérifiant qu’il n’y avait effectivement personne dans les parages, et se lança difficilement, cherchant ses mots, fuyant délibérément le regard de Carlisle – il pouvait au moins lui accorder cette faveur.

Bella – Je ne nie pas que je fais partie de la famille, c’est juste que… Je l’ai voulu.

Bon. C’était un début. Maigre début, que Carlisle n’allait sûrement pas comprendre, mais c’était déjà mieux que rien… Non ? Autant commencer par le plus simple et terminer par le plus compliqué.

Bella – Rose, Emmett, Jasper, Alice, Edward… Même Esmée. Aucun d’entre eux n’a voulu être transformé et tous m'ont dit d'en profiter tant que je le pouvais. Moi, par contre… Je l’ai demandé à plusieurs reprises, j’ai insisté. Et Rose me déteste encore pour ça, je sais que je suis différente à ce niveau et je le resterai à jamais. J’avais le choix... Pas eux… Ils risquaient de mourir.

Bella se tut, n’ayant nul besoin de développer ce qu’elle venait de dire. Les Cullen avaient tous été transformés parce qu’ils étaient en danger de mort, pas elle. Aucun d’entre eux n’avait eu le choix et tous répétaient, depuis qu’elle les connaissait, que s’ils l’avaient eu, ils seraient restés humains. Même Edward. Surtout Edward… Elle ne l’aurait jamais connu et serait humaine elle aussi, vivant sa vie calme et dangereuse, ou ayant été tuée par la voiture après seulement quelques jours dans le Lycée de Forks. Rien de tout cela ne serait arrivé, les Cullen n’auraient pas eu tous ces ennuis. Mais… Elle n’avait pas envie de s’enfoncer davantage pour l’instant, autant faire le premier point pour commencer. Carlisle ne la presserait pas… N’est-ce pas ? Quoi que… Peut-être que tout dire dès le début n’était pas une mauvaise chose, elle serait au moins tranquille pour la suite. Cependant, c’était plus délicat à dire… Hum. Non. Pas tout de suite.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chère belle-fille [PV Bella]   Ven 9 Aoû 2013 - 11:01

Bella – Je…

Puis plus rien. Départ raté. Cela commençait bien. Il retint un soupir, se demandant s'il ne ferait ps mieux de partir sur-le-champs. Bella n'était sans doute pas prête... Et il allait devoir vivre en sachant qu'elle n'était pas heureuse, qu'il avait été incapable de l'aider, et que, peut-elle, elle regrettait tout cela. Il en était malade d'avance. Pourtant, était-ce si compliqué de se confier ? Il ne le croyait pas. Enfin, Bella n'avait pour l'instant pas vécu de drame très important qui la pousserait à ne plus accorder sa confiance à qui que ce soit.

Il lui avait pourtant certifié bien des fois que ce genre de choses restait entre eux. Carlisle n'était suffisamment indélicat ou idiot pour aller le chanter sous tous les toits. Mais rien à faire, elle ne comprenait pas, et ce n'était pas faute d'essayer, pourtant ! Elle finit par s'adosser au mur, comme épuisée.


Bella – Faites au moins l’effort de le cacher aux autres… Et à Edward. Je n’ai pas envie qu’il sache tout ça, c’est inutile et parfaitement ridicule. Et il risquerait de s’arracher les cheveux…

Il faillit lever les yeux au ciel. Avait-il déjà répété ce qu'elle lui avait confié à qui que soit ? Manque de confiance, encore... Et il ne savait pas s'il devait être déçu, en rire, ou en colère. Que lui avait-il fait pour qu'elle agisse ainsi ? Il ne pensait pas l'avoir déjà trahie, ni rien de ce genre. Ou si ? Il retint une grimace, se jurant d'approfondir la question.

Bella – Je ne nie pas que je fais partie de la famille, c’est juste que… Je l’ai voulu.

...

Oui...

Là, honnêtement, il ne comprenait pas du tout le problème. Elle avait voulu faire parti de la famille, ils étaient tous d'accord là-dessus, mais encore ? Où était le souci avec ça ? Décidément, plus il essayait de comprendre sa belle-fille, et plus il était noyé par les questions, sans trouver une seule réponse. Et ce n'était pourtant pas les efforts de réflexion qu'il s'épargnait.


Bella – Rose, Emmett, Jasper, Alice, Edward… Même Esmée. Aucun d’entre eux n’a voulu être transformé et tous m'ont dit d'en profiter tant que je le pouvais. Moi, par contre… Je l’ai demandé à plusieurs reprises, j’ai insisté. Et Rose me déteste encore pour ça, je sais que je suis différente à ce niveau et je le resterai à jamais. J’avais le choix... Pas eux… Ils risquaient de mourir.

Oh. Il plissa les yeux, notant son teint pâle et son regard fuyant. Il n'avait pas pensé que cela la tiraillait à ce point... Il était vrai qu'il n'avait pu donner le choix à aucun de ses enfants. Pour Edward, c'était sa mère biologique qui l'avait supplié de le faire. Rosalie, Emmett et Esmée étaient gravement blessés et sur le point de mourir.

- Bella, tu allais mourir, toi aussi... Je peux bien te l'avouer, maintenant, mais si ta grossesse avait duré quelques jours de plus, ni toi ni Renesmée n'en auriez réchappé, venin ou pas. Même à l'accouchement, le venin a eu de la peine à faire repartir ton cœur, il allait fallu te mordre au cou, aux chevilles et aux poignets, t'en injecter directement dans le cœur pour que tu vives. Je n'avais connu jusqu'alors que les jumeaux à avoir subi un tel traitement pour que la transformation réussisse. Ton cœur s'était arrêté... Tu avais le choix, lui, mais il a failli te coûter la vie.

Il fit une légère pause, frissonnant à ce souvenir, puis reprit, avec un petit sourire.

- Ce n'est pas moi qui ait transformé Alice et Jasper, avec ça. Et li était parfaitement bien portant lorsqu'il a été mordu. Quand aux autres... Seule Rosalie regrette, à présent, mais tu sais pourquoi. Elle a effleuré ses rêves du bout des doigts avant qu'ils ne lui soient arrachés.

Nouvelle pause, plus longue, cette fois. Rosalie... C'était elle qui souffrait le plus de leur condition, dans leur famille. Il savait qu'elle aurait préféré être morte plutôt que de vivre chaque jour avec la douleur de ne pouvoir enfanter. Il avait cru la sauver alors qu'il n'avait fait que la condamner une seconde fois.

- Mais il y a encore chose, Bella. Qu'est-ce qui te travaille, en plus, que tu n'as pas dit ?
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Chère belle-fille [PV Bella]   Sam 10 Aoû 2013 - 16:23

Carlisle – Bella, tu allais mourir, toi aussi... Je peux bien te l'avouer, maintenant, mais si ta grossesse avait duré quelques jours de plus, ni toi ni Renesmée n'en auriez réchappé, venin ou pas. Même à l'accouchement, le venin a eu de la peine à faire repartir ton cœur, il a fallu te mordre au cou, aux chevilles et aux poignets, t'en injecter directement dans le cœur pour que tu vives. Je n'avais connu jusqu'alors que les jumeaux à avoir subi un tel traitement pour que la transformation réussisse. Ton cœur s'était arrêté... Tu avais le choix, oui, mais il a failli te coûter la vie.

C’était pour cette raison que la douleur avait été si vive ? Pour cette raison que Bella avait souffert si longtemps avant qu’elle ne puisse commencer à bouger ? C’était pour cela que tout s’était déroulé si lentement, si douloureusement. Sur le coup, elle ne trouva rien à dire, digérant ce que Carlisle venait de lui dire. Automatiquement, la jeune mère porta sa main à son ventre, revivant encore les semaines de grossesse, la douleur mais le bonheur, les côtes cassées et la nourriture que Renesmée refusait au début. Néanmoins, Bella ne put s’empêcher de se figer en repensant à la douleur de la transformation, se crispant littéralement malgré elle. Sauf que Carlisle ignorait tout ce qu’elle avait ressenti… Et elle ne voulait pas lui en parler et lui dire que la morphine était à éviter absolument lors d’une transformation, elle ne voulait pas qu’il s’en veuille inutilement. Est-ce nécessaire de préciser son soulagement lorsqu’il changea de sujet, précisant pour Alice et Jasper, comme quoi il ne les avait pas transformés ?

Carlisle – Ce n'est pas moi qui ait transformé Alice et Jasper, avec ça. Et il était parfaitement bien portant lorsqu'il a été mordu. Quand aux autres... Seule Rosalie regrette, à présent, mais tu sais pourquoi. Elle a effleuré ses rêves du bout des doigts avant qu'ils ne lui soient arrachés.

Rosalie… Bella savait à quel point Rose lui en voulait, à quel point elle détestait leur nouvelle « sœur » depuis sa rencontre avec Edward. Peut-être la détestait-elle un peu moins depuis la naissance de Renesmée vu qu’elle pouvait s’occuper d’une enfant, mais… Ce n’était pas la même chose, et Bella le savait. Intérieurement, elle savait que Rosalie ne la considérait pas comme une membre de leur famille et que ce ne serait probablement jamais le cas. Plus la discussion avançait, plus la nouvelle-née commençait à croire Carlisle… Elle réalisait que, oui, Rosalie ne l’aimait pas, mais qu’elle avait été en danger de mort comme les autres. Seulement, il restait toujours un point. Un détail qui la préoccupait, oui, mais dont elle n’avait pas envie de parler. Qu’elle n’avait pas envie de partager, surtout avec les Cullen. Si Edward l’apprenait, si Carlisle ou Alice, ou même Jasper le savait, ils allaient lui passer un savon, et pas des moindres. Mais de toute manière, la discussion était finie, non ? Elle lui avait dit le principal, il l’avait convaincue, il était content et satisfait. N’est-ce pas ?

Carlisle – Mais il y a encore autre chose, Bella. Qu'est-ce qui te travaille, en plus, que tu n'as pas dit ?

… Aïe. Bon. Et maintenant ? Bella ne pouvait plus se défiler, c’était impossible et elle le savait. Seulement, parler de cela tenait du miracle et elle préférait sincèrement l’éviter. Mais… D’un autre côté, elle savait que dire simplement qu’elle ne voulait pas lui en parler allait blesser Carlisle, qu’il repartirait et qu’il n’aurait de nouveau plus confiance en elle. Et puis… D’un côté, si elle avouait la deuxième chose qui la préoccupait, peut-être oublierait-il sa réaction ? C’était possible. Elle y croyait de moins en moins, voire pas du tout, mais elle n’avait plus rien à perdre après tout. Seulement… Comment aborder le sujet ? Comment dire une telle chose, revenir dessus alors qu’elle avait dit que « c’était du passé » ? Fuyant franchement le regard de Carlisle, refusant de le regarder pendant qu’elle dirait cela, Bella se lança d’une petite voix qui ressemblait presque à un murmure et dit :

Bella – Ce n’est pas passé… Ce que… Ce que vous avez dit au début, je… Je le pense toujours.

Bella se tut, n’osant continuer. Pourtant, il fallait qu’elle s’explique sinon Carlisle ne comprendrait pas. Il fallait qu’elle en finisse, qu’elle dise tout ce qu’elle pensait sinon elle savait que son beau-père allait renchérir et insister pour qu’elle aille au bout de sa pensée. Poussant un soupir, se résignant à parler, la nouvelle-née reprit. De toute manière, que pouvait-elle faire d’autre ?

Bella – Je ne vous sers à rien, je me sens inutile. Oui, j’ai un don mais… A quoi sert-il, Carlisle ? Je fais bêtise sur bêtise, j’ai l’impression de vous entrainer dans des ennuis de plus en plus gros à chaque fois… C’est à cause de moi, en grosse partie, que vous avez dû quitter Forks, à cause de moi que vous avez eu des ennuis avec les Volturi… Et ici, depuis que je suis transformée, je n’ai pas été vraiment utile, loin de là.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chère belle-fille [PV Bella]   Sam 17 Aoû 2013 - 20:41

Bella – Ce n’est pas passé… Ce que… Ce que vous avez dit au début, je… Je le pense toujours.

Il retint un soupir. Le gros du problème venait de la façon dont elle se considérait, donc... Un poids pour eux, un être faible et inutile. Il était difficile de redonner du courage à quelqu'un, mais cela devenait impossible lorsque cette personne n'y mettait pas du sien. Il croisa les bras, notant que Bella fuyait carrément son regard. Une manie assez agaçante, mais qu'il pouvait comprendre, dans l'état actuel des choses.

Bella – Je ne vous sers à rien, je me sens inutile. Oui, j’ai un don mais… A quoi sert-il, Carlisle ? Je fais bêtise sur bêtise, j’ai l’impression de vous entraîner dans des ennuis de plus en plus gros à chaque fois… C’est à cause de moi, en grosse partie, que vous avez dû quitter Forks, à cause de moi que vous avez eu des ennuis avec les Volturi… Et ici, depuis que je suis transformée, je n’ai pas été vraiment utile, loin de là.

Il haussa les sourcils, peiné malgré tout.

- Parce que tu crois qu'il faut obligatoirement avoir un don pour "servir à quelque chose" ? Dans ce cas, je ne sers à rien, ni Esmée, Rosalie et Emmett. Et bien que je ne crois qu'une personne doit obligatoirement être "utile", comme un vulgaire objet, je peux au moins te dire ça : si tu n'avais pas été là, Edward aurait fini par se tuer à cause de la solitude. Et Renesmée ne serait jamais née.

Heureusement, par ailleurs, qu'Edward n'entendait pas ça, ou on l'aurait entendu hurler d'indignation jusqu'en Chine. Il était navrant de constater que Bella se considérait toujours ainsi, alors qu'elle avait tout pour être heureuse ! Elle était vivante, en bonne santé, entourée de toute une famille, mariée à celui qu'elle aimait, mère d'une charmante fillette dont on avait cru la naissance impossible. Que pouvait-il bien lui manquer ?

- J'espère que tu parviendras à te sortir ça de la tête... Il ne te manque rien pour être heureuse. Et puis, rassure-toi, si jamais il devait se créer un autre vampire, il n'y aura pas de morphine. Au vu de ta réaction, cela n'a pas dû être agréable pour toi.

Il eut un sourire fatigué puis s'approcha avant de la serrer longuement dans ses bras, quelques minutes. La relâchant, il lui tapota l'épaule puis partit, pensif, soucieux, mais content malgré tout d'avoir pu parler de tout cela avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chère belle-fille [PV Bella]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chère belle-fille [PV Bella]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce n'est pas le mien, mais celui de ma belle fille !!!
» [CANON EOS 1D Mark III]Photos de ma fille Sarah
» [ LATIDOLL ] White Belle
» [CFW] Bella Ultimate® Refresh pour N8 (Mise à jour du 020213)
» les histoires de belles-meres !!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: