Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Et si...

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Et si...   Sam 20 Juil 2013 - 18:30

Rosalie était allongée à plat ventre en travers du lit, la tête posée sur ses coudes repliés devant elle, regardant d'un air morne au-dehors. Ennui ? Non, lassitude. Elle aurait dû être heureuse, tout était rentrée dans l'ordre après tout. Carlisle, Alice et Jasper étaient rentrés sains et saufs d'Italie. Jane était devenue officiellement leur sœur, même si Rosalie ne lui avait jamais adressé la parole jusqu'ici, ne sachant pas comment se comporter avec elle. Elle avait une nièce adorable et pleine de vivacité qu'elle adorait et qui le lui rendait bien. Elle commençait même à s'habituer à l'horrible odeur de chien mouillé que dégageait Jacob.

Et pourtant...

Elle se remit sur le dos et lâcha un énorme soupir. Oui, elle aurait dû être heureuse, mais rien à faire, le manque était toujours là, et il était cruel. Voir Bella goûter au bonheur d'être mère, jour après jour, voir Renesmée grandir et s'épanouir... C'était trop, pour elle. Cela lui rappelait tout ce qu'elle avait si ardemment désiré, tout ce qu'elle avait perdu en quelques instants. Elle était vivante, oui, mais à quel prix ?! Vivante, belle, avec un mari, des frères, des sœurs, une nièce, mais incapable de donner la vie. Incapable d'avoir ses propres enfants. Jamais elle n'entendra un enfant l'appeler "maman", jamais un petit être ne viendra courir dans ses bras. Et ce manque s'était fait bien plus odieux depuis quelques temps. Elle aimait Bella comme une sœur, mais ne pouvait s'empêcher d'être malade, jalouse même, qu'elle ait eut droit à ce bonheur qui lui avait été refusé.

Bien évidemment, Rose s'était bien gardée de parler de ses états d'âmes. Elle ne voulait pas gâcher le bonheur de Bella, pas alors que leurs relations s'étaient enfin améliorées, ni celui d'Edward. Mais le temps passait, et la tristesse allait en augmentant. Elle avait l'impression de tourner en rond, de ne plus pouvoir rien faire. elle avait envie... Elle avait besoin de renouveau. Histoire d'oublier son désir le plus cher, histoire d'oublier qu'elle aurait tout abandonner à l'instant même pour redevenir humaine.

Elle se leva, reprenant son expression habituelle. Bouger, sortir, parler... Elle ne savait même pas ce qu'elle désirait exactement. Elle finit par tomber sur Esmée, qui arrosait les plantes du troisième étage en chantonnant. Rosalie l'observa un instant, puis l'appela :

- Maman ?

D'ordinaire, Rosalie ne l'appelait que par son prénom, et "maman" en de très rares occasions. Ce mot lui faisait mal désormais. Esmée se retourna, surprise, et Rose s'avança vers elle. Elle lui tomba quasiment dans les bras, en quête d'un réconfort, d'un soutien, d'un... N'importe quoi. Esmée la serra dans ses bras, tout en lui demandant ce qui se passait. Rosalie recula d'un pas, gênée malgré tout.

- Je n'en peux plus, dit-elle tout à coup très vite. Je n'en peux plus de tout ça ! J'aimerais même être morte ! Je sais qu'il n'y a rien à faire, que c'est comme ça et c'est tout, mais... je ne peux pas m'en empêcher, c'est plus fort que moi. Il faut que je puisse faire quelque chose, avoir au moins une compensation. Est-ce que ça vous dérangerait si je laissais tomber le lycée ? J'aimerai faire comme Carlisle, avoir un métier. Quelque chose qui me permette de me sentir vivante ! Je...

Elle s'interrompit, et regarda Esmée, comme essoufflée. Elle voulait son envie, elle voulait parler de tout ça à quelqu'un, enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Et si...   Dim 21 Juil 2013 - 18:33

Esmée était joyeuse, ces derniers temps, tout se passer pour le mieux dans les meilleurs du monde, enfin, métaphoriquement parlent. Esmée était en train d’arroser les fleurs au troisième étage du chalet (en chantant, mais ça… Ce n’était qu’un simple petit détail inutile à dire.) Quand elle entendit Rosalie l’appeler maman. (Chose assez rare ces derniers temps… Mais qu’elle comprenait parfaitement.) Elle se retourna, surprise, puis aperçue Rose qui s’approcha d’elle, pour finir par lui tomber dans les bras. Esmée la rapprocha, la serra dans ses bras tout en lui demandant ce qui se passait. Esmée s’inquiétait. Et ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour Rosalie. Celle-ci s’éloigna d’Esmée, gênée.

-Rosalie-  Je n'en peux plus, dit-elle tout à coup très vite. Je n'en peux plus de tout ça ! J'aimerais même être morte ! Je sais qu'il n'y a rien à faire, que c'est comme ça et c'est tout, mais... je ne peux pas m'en empêcher, c'est plus fort que moi. Il faut que je puisse faire quelque chose, avoir au moins une compensation. Est-ce que ça vous dérangerait si je laissais tomber le lycée ? J'aimerai faire comme Carlisle, avoir un métier. Quelque chose qui me permette de me sentir vivante ! Je...

Elle voulait changer, quitter de lycée ? Maintenant ? Esmée soupira. Que dire a sa fille ? Elle n’en savait que trop rien. Elle attendit que sa fille finisse. Mais n’obtient pas  ce qu’elle attendait. Elle fixa sa fille, avec un mélange d’émotions : Inquiétude, tristesse de la voir aussi démunie et… Surprise qu’elle veuille entrer dans la vie active.

-« Quitter le Lycée ? »

Esmée réfléchit à cette idée. Et commençais à douter que ce ne soit pas une mauvaise idée. Si elle quittait le lycée, à l’époque actuelle, il lui faudrait un diplôme universitaire pour trouver du travail. Or, elle avait dix-huit ans, et, si elle changeait d’année comme tous les humains, au final, on croirait qu’elle est surdouée, qu’elle a sauté des classes. Et ça causerait problèmes au final.

-« Pour ma part, tu peux essayer… Mais pour les métiers, il faut un diplôme universitaire, de nos jours… Pour moi, tu peux essayer d’aller à l’université, minimum un an, pour essayer… Seulement… Tu as dix-huit ans, Rosalie… Et… Si tu veux changer d’année comme tous les humains, ils finiront par se poser des questions, par croire que tu as sauté des années, ou que tu es une surdouée… Je pense qu’au final ça posera problème…»

Esmée s’interrompit. Réfléchis une minute, puis continua sur sa lancée elle ne voyait pas quoi lui dire d’autre, puis, c’était compréhensible qu’elle veuille changer d’air, arrêter le Lycée… Mais… Était-ce judicieux ?

-« Il vaudrait mieux demander à Carlisle son avis, également. Mais… »

Esmée s’interrompit à nouveau, cherchant ces mots.

-«  Est-ce la seule raison pour laquelle tu m’as appelé ? Ou il y a autre chose ? »

Elle ne doutait pas que sa fille ne soit venue la trouver pour ça, mais aussi pour autre chose. Elle fixa Rosalie, attendant qu’elle lui réponde, qu’elle lui parle. Esmée n’allait pas la manger. Elle s’inquiétait simplement pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Et si...   Lun 22 Juil 2013 - 16:57

Esmée -« Quitter le Lycée ? »

Elle avait soupiré, et Rose vu aussitôt que l'idée ne semblait pas lui plaire. Elle faillit soupirer à son tour. Elle aurait dû s'en douter. Il fallait "rester tranquille", laisser les choses suivre leurs cours, ne pas se faire remarquer. Et surtout, surtout, ne rien changer ! Comme d'habitude et pour toujours.

Esmée -« Pour ma part, tu peux essayer… Mais pour les métiers, il faut un diplôme universitaire, de nos jours… Pour moi, tu peux essayer d’aller à l’université, minimum un an, pour essayer… Seulement… Tu as dix-huit ans, Rosalie… Et… Si tu veux changer d’année comme tous les humains, ils finiront par se poser des questions, par croire que tu as sauté des années, ou que tu es une surdouée… Je pense qu’au final ça posera problème…»

Et voilà, elle le savait. Aller à l'université ? Mais elle y avait déjà été ! Et pour quoi, au final ? Retourner ensuite dans les classes secondaires, recommencer éternellement les mêmes études, les mêmes cours, les mêmes programmes, avec les profs et les écoles qui se succédaient dans une suite sans fin. Puis aller à la fac, sans jamais pouvoir prendre le risque de se mêler aux humains, sans pouvoir se faire des amis, obligé de rester dans son coin, ne pas sortir, attendre que la nuit passe et recommencer une autre journée, aussi routinière que la précédente !

Esmée -« Il vaudrait mieux demander à Carlisle son avis, également. Mais… »

Il y avait toujours un mais... Rosalie savait que Bella avait dit un jour, alors quelle était humaine, que garder éternellement son corps à dix-huit était "le rêve de toute femme". Or, c'était faux, complètement faux ! Il n'y avait rien de plus faux ! Mais comment expliquer ça, bon sang ?! Bella ne pouvait pas comprendre puisqu'elle avait Renesmée ! Alice ne se souvenait pas d'avoir été humaine et n'avait donc pas de regrets ! Esmée avait compensé en les adoptant eux ! Aucune de ses sœurs ne pouvait comprendre la souffrance qu'il y avait à ne pas vieillir ni évoluer ! Aucune ! Aucune... Elle pensa tout à coup à Jane, coincée dans ses douze ans. Elle pourrait sans doute comprendre. Rosalie retint un grognement de frustration.

Esmée -«  Est-ce la seule raison pour laquelle tu m’as appelé ? Ou il y a autre chose ? »

Rosalie secoua la tête, bouleversée, agitée de sentiments contraires et tendue comme un arc.

- Non, c'est bon. Merci.

Elle tourna très vite les talons et redescendit au rez-de-chaussée. Sortant par la baie vitrée, elle partit en courant vers les montagnes. Elle voulait être seule, ne plus faire semblant d'aller bien, juste quelques instants, expulser sa rage et sa rancœur, sa déception. Au bout de deux heures de course, elle finit par s'asseoir en haut d'une falaise et soupira longuement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et si...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et si...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: