Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Traque d'Orlin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maes Hughes

Lieutenant-colonel

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 227
DC : Non

MessageSujet: Traque d'Orlin   Ven 26 Juil 2013 - 23:06

Alec vivant. Ces deux mots avaient tournés dans l'esprit du traqueur toute la nuit, et lui avait presque donné le tournis. Aro l'avait invité, convoqué plutôt, dans la salle des trônes. Lui qui s'attendait à une autre mission banale et routinière s'était vu lâcher cette bombe à la figure. Et ce n'était même pas fini. Non seulement Alec était vivant, non seulement il s'était enfui, mais Orlin l'y avait aidé et était parti avec lui.

...

Était-il suicidaire ?

Parce que, là, franchement, il fallait être complètement cinglé ! Il était le fils de Caïus. Fils de Caïus. Le Fils De Caïus ! Et lui, comme un parfait crétin, il s'imaginait pouvoir défier son père sans songer aux conséquences... Soit il était totalement idiot, soit il le faisait exprès. Masochiste, peut-être ? Enfin, pas peut-être, sûrement. C'était officiel, fréquenter Jane et Alec vous donnaient des tendances suicidaires. Caïus l'avait à moitié jeté dehors en lui hurlant de le retrouver de suite.

Démétri s'était donc élancé sur la piste des deux fugitifs. même sans suivre leur odeur, il n'était pas très difficile de deviner où ils allaient. Le Népal. Jane... D'ailleurs, on ne lui avait rien dit au sujet des jumeaux, seulement d'Orlin. Il ne comprenait pas pourquoi mais peu importe.

Il arriva au Népal après deux jours de course. tous les traqueurs restaient collés à l'odeur qu'il suivait, mais pas lui. Il se dirigeait à l'instinct. Un instinct, ou un don, qui ne lui avait jamais fait défaut, pas une seule fois dans sa vie. Instinct à qui il devait la vie, d'ailleurs, autant humaine que vampire. Instinct qui lui avait valu une place d'élite dans la Garde de Volterra. Mais le jeu était nettement plus amusant ainsi. Démétri traquait rarement par plaisir, mais il aimait tout de même cette sensation. Savoir que l'on se trouve au plus près de ses proies, que l'on va tomber sur elles sans qu'elles ne puissent réagir...

Il ne prit pas la route menant au chalet blanc, se dirigeant plutôt vers le plateau Népalais. Il sentait qu'Orlin était tout proche de lui. Trop proche, désormais, pour qu'il puisse lui échapper. De toute façon, jamais une de ses proies ne lui avait échappé. Et Orlin... Comment avait-il été assez stupide pour agir ainsi ? Il devait se douter de ce qu'il risquait, pourtant.

Quelques minutes plus tard, à quelques kilomètres d'une grande ville, il découvrit sa cible. Il semblait avoir chassé très récemment. Démétri s'élança en avant et se glissa dans son dos, aussi discret qu'une ombre.

- Coucou, Orlin, murmura-t-il à son oreille.

Aussitôt, il le frappa brutalement dans le dos puis le plaqua au sol, lui tirant les poignets dans le dos, son autre main lui enserrant la nuque. Il essaya de se défendre, avec les techniques même que Démétri lui avaient apprise, preuve que ce n'était pas si inutile que ça, puis parut se raviser d'un coup.

Orlin - Passons les civilités et amène moi directement à Caïus. Je ne me défendrai pas.

- Sans blague ? répliqua-t-il d'un ton à la fois cynique et sinistre. Tu n'es pas le premier à me dire ça, tu sais.

Il le releva en le tirant sèchement avec lui puis le força à le suivre, toujours en le tenant, et peu importe qu'il oppose ou non une résistance.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t261-demetri-volturi-valide#919
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Traque d'Orlin   Sam 27 Juil 2013 - 18:19

Certains jours, Félix se demandait jusqu'où Aro était capable d'aller pour protéger le clan et e débarrasser de ses ennemis. Il en apprenait du nouveau tout les jours, et trouvait ça assez incroyable. Être capable d'enchaîner quelqu'un et l'enfermer durant des mois, en le nourrissant à peine... C'était de l'acharnement. De l'acharnement pur et simple !

Depuis des heures, Félix cherchait ce qui poussait les Volturi à une haine aussi féroces. Ce qui les motivait à aller si loin. S'était-il passé autre chose, qu'il ignorait, entre Alec, Jane et les trois frères ? Quelque chose en plus, un acte grave ou provocant, et qui justifierait qu'Aro pousse le jeu à un tel niveau ? A moins que les frères Volturi ne détestent tout simplement qu'on leur tienne tête... Ils avaient failli avoir Jane, de même que son frère. Séparés l'un de l'autre depuis des mois... Ils faisait souffrir Jane en lui faisant croire à la mort de son frère. Ils faisaient souffrir Alec en le maintenant dans l'ignorance, qu'il ne sache jamais ce qu'il advenait de Jane.

Mais... Aujourd'hui ? Qu'allait-il se passer dorénavant ?

Quand à Orlin... Félix comprenait pourquoi il avait agi ainsi. Un peu, en tout cas. Seulement, le gamin ignorait sans doute à quoi il s'exposait. Se rebeller, d'accord, mais il fallait avoir les reins assez solides pour supporter les conséquences. Et il doutait que ce soit le cas du tout jeune garde. Il réfléchissait à tout cela lorsque Démétri revint, avec son prisonnier. Il soupira, puis fit signe à son vieil ami de le laisser.

- Il va pas s'enfuir... Laisse. Puis on doit attendre pour voir les frères, de toute façon.

Démétri haussa les épaules, le laissant avec Orlin dans la pièce. Félix lui tapota l'épaule, notant sa tête découragée.

- C'est qu'un mauvais moment à passer... Je comprend pourquoi t'as agi comme ça, mais c'était risquer trop gros pour peu de choses, tu sais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Traque d'Orlin   Mer 31 Juil 2013 - 18:56

Orlin c'était un rendu dans la région voisine du chalet pour aller chasser. Il ne supportait pas de boire du sang animal. Il avait toujours aussi soif après et préférait des parties de chasses plus excitantes que de courir après des animaux. De plus ça ne servait d'essayer de s'accoutumer au régime des végétariens à rien vu qu'il était persuadé que Démétri allait le retrouver très très bientôt, et qu'il serait vite ramené à Volterra. Orlin arriva dans une grande ville de la région. C'était tellement facile de chasser ici, les humains étaient si imprudents et si faibles. C'est un repas servi sur un plateau...

Il était maintenant sur le chemin du retour vers le chalet. Il en avait encore pour une vingtaine de minutes de course à pied. Après quelques kilomètres il sentit que quelqu'un se glissait dans son dos. Aux vues de la situation, ça ne pouvait être qu'un Volturi.


Démétri
Coucou, Orlin, murmura-t-il à son oreille.

*Enfin, il avait pris son temps pour venir. Bon maintenant une petite bagarre pour rendre la capture crédible et on fait en sorte de vite retrouver Charles-Edward.* Démétri le plaqua au sol et essaya de lui mettre les poignets dans le dos. Orlin tenta de se défendre grâce aux techniques qu'il lui avait apprises. Quand il jugea que ça passerait comme une lettre à la poste, il se laissa faire. Inutile de perdre plus de temps comme ça.

Orlin
Passons les civilités et amène moi directement à Caïus. Je ne me défendrai pas.

Démétri
Sans blague ? répliqua-t-il d'un ton à la fois cynique et sinistre. Tu n'es pas le premier à me dire ça, tu sais.

*Bla bla bla, cause toujours, tu m’intéresses, j'ai des choses plus importantes à considérer que tes menaces.* Orlin se laissa emmener sans résister. Le voyage jusqu’à Volterra dura deux jours. Pendant ce temps il ne dit pas un mot à Démétri faisant mine de ruminer ce qui allait se passer après. Ce n'était pas spécialement difficile d'ailleurs puisqu'il craignait vraiment ce qui allait se passer, non pas pour lui, mais pour Charles-Edward.

Quand ils arrivèrent à Volterra, Félix vint les accueillir. Il fit signe à Démétri de lâcher Orlin, probablement qu'il voulait lui parler seul à seul. Le préparer mentalement à supporter les conséquences d'une trahison qu'il n'avait pas commise et qui n'était juste qu'une grosse machination, un énorme complot dont seul lui, Aro, Caïus et Marcus connaissaient le secret.

Félix
C'est qu'un mauvais moment à passer... Je comprend pourquoi t'as agi comme ça, mais c'était risquer trop gros pour peu de choses, tu sais.

Sa phrase de soutient le faisait bien rire, intérieurement. Il ne pouvait pas comprendre. Il ne savait rien du tout du fin mot de l'histoire. Il n'avait pas fait ça pour les jumeaux, bien qu'il tienne à eux. Ils avaient fait ça pour sauver la vie de son meilleur ami, humain, qu'il avait dû lui-même torturer pour faire plaisir à Caïus. Orlin ne se le pardonnerait jamais. Maintenant il faisait tout ce qui était en pouvoir pour l'aider à se sortir de cette mauvaise passe. Il était prêt à tout pour lui, absolument à tout, à commettre les pires atrocités, à rogner ses promesses. Il pourrait torturer n'importe qui pour lui, même Jane. En somme, pour le protéger, il était prêt à aller aussi loin que Jane pour protéger Alec.

Il ne lui répondit pas, faisant mine d'être terrifié, d'appréhender ce qui allait se passer.

Puis vint le moment de retrouver les trois frères. Orlin commençait à être habitué à cette scène d'entrée dans la majestueuse salle des trois trônes. Les trois têtes du clan attendaient qu'il s'avance, ce qu'il fit sans discuter. Puis Caïus fit signe à Félix de les laisser tous les quatre. Puis Caïus se mit à le fixer. Orlin savait ce que signifiait ce regard. Ça voulait "Alors, comment ça c'est passé ? Et dépêche-toi de répondre je ne suis pas d'humeur à attendre, ni a jouer aux devinettes". Orlin s’exécuta, il donna un réponse claire, précise et concise.

Orlin
Tous c'est merveilleusement bien passé. Comme vous avez pu le voir Gabrielle est morte, Alec a tout gobé, Jane aussi, et les Cullen n'y ont vu que du feu. Quant au reste du clan, personne d'autre que nous quatre est au courant, comme prévu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Traque d'Orlin   Sam 3 Aoû 2013 - 18:24

Certaines époques étaient plus faciles à vivre que d'autres. Lorsqu'il n'y avait pas de guerre, que tous les vampires du monde se tenaient tranquilles, que le clan vivait et prospérait en paix. Lorsqu'il n'y avait aucun problème à gérer, somme toute. lorsque le monde coulait paisiblement et sans heurts. Des périodes faciles, fastes mais insipides. Aro était un soldat dans l'âme. Il avait besoin que les choses bougent et évoluent, il avait besoin de grands mouvement et d'action !

Pour le monde entier, il désapprouvait et punissait les vampires sortant des rangs. Mais intérieurement, il adorait ces vampires. Ils étaient le piment qui venait rehausser sa longue vie d'immortel, ils étaient les éléments qui lui permettaient de ne pas périr d'ennui. Ils étaient sa raison de vivre ! Un soldat sans mission n'a plus qu'à mourir, après tout. Mais tous ces inconscients qui s'ingéniaient sans cesse à le défier, il les adorait. Grâce à eux, il pouvait concevoir des plans, imaginer des scénarios d'attaque et de défense...

Aro concevait l'existence comme un immense plateau d'échec. Un plateau recouverts de centaines de pièces plus ou moins importantes, que l'on déplaçait suivant des plans, des stratégies d'attaque, et les coups portés par l'ennemi. Il y avait les pions, sacrifiables à loisirs et jetés en première ligne, dont on pouvait aisément se débarrasser. Les cavaliers, pièce peu utilisée par les amateurs car ils la trouvait compliquée à déplacer. Pourtant, elle disposait d'un mouvement unique, elle était une force cachée qu'il fallait savoir manier pour emporter la victoire.

Les autres pièces avaient une importance variable. Mais finalement, ce n'était pas tant ça qui comptait, pas tant la puissance de chaque pièce. On pouvait remporter la partie grâce à un simple pion. Ce qui comptait, c'était de savoir manier l'ensemble pour pousser l'ennemi dans ses retranchements et remporter la victoire. C'était un jeu, purement et simplement. La stratégie était la clé de tout, à ses yeux.

Il regarda Orlin alors qu'il s'avançait vers eux. Il avait un avis plutôt mitigé, sur ce gosse, qui pouvait se révéler aussi utile que parfaitement incapable. il avait encore certaines considérations qui ne faisaient que l'encombrer. Considérations sans doute inévitables pour un enfant de ce siècle.


Orlin - Tout s'est merveilleusement bien passé. Comme vous avez pu le voir Gabrielle est morte, Alec a tout gobé, Jane aussi, et les Cullen n'y ont vu que du feu. Quant au reste du clan, personne d'autre que nous quatre est au courant, comme prévu.

Aro hocha lentement la tête. il vaudrait mieux pour lui et son ami humain que ce soit bien le cas. Il ne put s'empêcher de sourire, tant il jubilait. Ses frères l'ignoraient, mais s'il n'avait jamais tué les jumeaux, c'est parce qu'il adorait qu'on lui tienne tête. Cela lui ouvrait sans cesse de nouvelles perspectives et d'idées innovantes pour rompre la monotonie du quotidien. Cela poussait à toujours réfléchir, à rester en action.

- C'est parfait. Il ne reste plus qu'à attendre. On ne peut pas attaquer les jumeaux, je n'ai guère envie de déclencher un autre conflit avec les Cullen, ils ont été assez mêlés à nos histoires. Mais Alec et Jane bougeront, sans l'ombre d'un doute. Et nous serons là pour les attendre au tournant.

Il ne cachait même plus son enthousiasme, prêt à taper dans ses mains tant il était heureux. Il ordonna à Orlin de monter dans sa chambre et de ne plus en sortir jusqu'à nouvel ordre. La situation était si fascinante. Il sourit à ses deux frères, plus heureux que jamais.

- Les choses évoluent d'une manière intéressante. Il me tarde de découvrir comment les jumeaux vont agir cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Traque d'Orlin   Dim 4 Aoû 2013 - 12:03

Chaque jour, Marcus s'émerveillait devant sa fille qui grandissait, développait son esprit et ses facultés. Elle était si vive et si joyeuse ! Il passerait des heures à lui apprendre de nouvelles choses, à jouer avec elle, à l'initier à tant de choses. Elle était le soleil qui avait illuminé son existence. Il passerait des heures à la regarder dormir, planant u milieu de rêves inaccessibles. Sa petite fille. Son bébé. Sa croissance avait fini par ralentir, et il avait toujours autant de bonheur à le serrer dans ses bras.

Il trouvait également le bonheur dans sa vie conjugale retrouvée. Renée s'était insérée dans sa vie avec une telle facilité qu'il trouvait cela troublant. Comment avait-il supporter de vivre, tous ces siècles, sans la présence rassurante d'une femme auprès de lui ? Il n'avait pas vécu, tout simplement. Le temps coulait alors sur lui sans l'atteindre, plus mort que vif.

Mais il n'en oubliait pas les affaires du clan pour autant. Maintenant qu'il était "éveillé", il pouvait aider bien plus ses frères qu'il n'avait pu le faire jusqu'ici. Et les choses évoluaient, c'était le moins que l'on puisse dire. Il s'assit à son tour, jetant un coup d'œil à Orlin. Il n'avait jamais compris pourquoi Caïus avait accepté de l'adopter.

Orlin - Tout s'est merveilleusement bien passé. Comme vous avez pu le voir Gabrielle est morte, Alec a tout gobé, Jane aussi, et les Cullen n'y ont vu que du feu. Quant au reste du clan, personne d'autre que nous quatre est au courant, comme prévu.

Les jumeaux... Voilà autre chose que Marcus ne comprenait pas du tout : l'acharnement d'Aro à leur sujet. Lui serait partisan de leur foutre la paix une bonne fois pour toute ! Surtout après tout ce qu'ils avaient subi en si peu de temps.

Aro - C'est parfait. Il ne reste plus qu'à attendre. On ne peut pas attaquer les jumeaux, je n'ai guère envie de déclencher un autre conflit avec les Cullen, ils ont été assez mêlés à nos histoires. Mais Alec et Jane bougeront, sans l'ombre d'un doute. Et nous serons là pour les attendre au tournant.

Il renvoya Orlin, alors que Marcus soupirait, affligé. Acharnement... Les détestait-il à ce point-là ? Haïssait-il donc tant Alec et Jane qu'il ne pouvait les laisser tranquilles ? C'était des enfants ! Bon, d'accord, des enfants qui avaient quasiment 350 ans, mais tout de même. Aro semblait même... Heureux. Plus heureux que d'habitude. C'était malheureux à avouer, mais Marcus n'arrivait toujours pas à comprendre son frère.

Aro - Les choses évoluent d'une manière intéressante. Il me tarde de découvrir comment les jumeaux vont agir cette fois-ci.

- Aro...

Il était las, et cela devait se voir. Il tourna la tête vers ses deux frères, un air désapprobateur sur le visage.

- Pourquoi ne pas les laisser en paix ? Je doute qu'ils méritent une telle haine. Que comptes-tu faire d'eux, encore ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Traque d'Orlin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Traque d'Orlin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La traque sauvage
» [Ash, Sarah] La traque de l'ombre
» Cliffhanger (traque au sommet)
» [Sylvie Wolfs] La légende de la femme-louve tome 2 : Traque Sauvage
» IMMORTELS (Tome 2) LA TRAQUE de Cate Tiernan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: