Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Enfin réuni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Enfin réuni   Lun 19 Aoû 2013 - 22:52

Comme tous les jours depuis trois jours maintenant, Orlin veillait inlassablement sur Charles-Edward. La transformation allait bientôt toucher à sa fin et ils allaient être enfin réunis après deux ans de séparation. Il agonisait à coté de lui et il ne pouvait plus rien faire pour le soulager, son don ne fonctionnait plus. Il avait préparé une petite gourde de sang pour lui, ça l'aiderait à tenir un peu quand il se réveillera. Il entendait les battements de son cœur qui commençaient à accélérer. Orlin se leva et alla s’assoir sur le lit juste à coté de lui. Son rythme cardiaque avait triplé en trente secondes à peine et ses battements étaient de plus en plus irréguliers. Puis, plus rien, le silence. Ça y est c'était fait, son agonie était terminée. Il ouvrit les yeux et se leva et semblait reprendre ses esprits. Orlin ne lui laissa même pas le temps de respirer : il le serra fort dans ses bras.

Orlin
Pardon C.E. ! Pardon pour tout ! Pardon ! Pardon ! Pardon !

Charles-Edward, le repoussa violemment. Orlin vola dans la pièce et s'écrasa contre le mur. Il était un peu choqué, il ne s'attendait pas à une telle réaction, surtout de sa part. Son meilleur ami semblait très énervé. Effectivement, il y avait de quoi l'être après tout ce qu'il avait vécu.

Orlin
Bon je te dois quelques explications, maintenant que tu peux les entendre.

Orlin se releva sans peine. Charles-Edward s'adossa contre le mur et semblait disposer à l'écouter. Orlin prit une grande inspiration et se lança.

Orlin
Tu te trouves actuellement dans le château de Volterra, dans les appartements de la garde. Maintenant tu es devenu comme moi, un vampire, comme ceux que l'on trouve dans les légendes à quelques différences prês.

Il lui raconta tout : ce qu'ils étaient, leur régime, la couleur des yeux, les capacités physiques, les dons. Ensuite il enchaina avec les Volturis, ceux qu'ils étaient ce qu'ils faisaient avant de terminer sur les lois du monde des vampires.

Orlin
Je sais que ça fait beaucoup d'info d'un coup et que tu risques d'y avoir du mal à y croire. Mais je peux t'assurer que tout ça est vrai. Tu comprends maintenant pourquoi je n'ai plus donné de nouvelles et pourquoi on m'a fait passer pour mort ?

Il lui dit qu'il le croyait, mais qu'il lui en voulait. Il lui demanda pourquoi il ne l'avait pas prévenue. Orlin s'en voulait un peu mais il savait qu'il n'aurait pas pu faire autrement. Ça leur aurait causé à tout les deux de très graves problèmes. Il baissa un peu la tête avant de lui dire d'une voix triste et repentante.

Orlin
Écoute, je m'en veux tu sais... Mais si j'ai fait ça, c'était pour garantir ta sécurité. Si les Volturis avaient appris que tu étais au courant de tout, je me serais immédiatement fait tuer pour de bon et toi tu aurais suivi dans la foulée.

Orlin alla s’assoir à côté de lui et C.E finit par lui demander pourquoi. Cette question, Orlin se la posait aussi, Aro devait bien avoir une idée derrière la tête où il n'aurait pas pris la peine de le transformer. Orlin finit par lui avouer qu'il n'en savait rien, qu'on lui avait juste dit qu'il avait été mordu par quelqu'un, il ne savait pas qui, et que maintenant il ne souffrirait plus autant qu'avant.

Charles-Edward
Je ne voulais pas tout ça ! Je voulais juste te retrouver, toi !

Il se leva et ajouta qu'il voulait partir d'ici.

Orlin
Et pour aller où !? Je te rappel que tu es devenu un vampire, que tu vas être obligé de tuer des êtres humains pour survivre ! D'ailleurs, si je ne me trompe, ta gorge doit être en feu ? C'est le signe que tu as soif. Ça ne s'arrêtera pas tant que tu n'auras pas bu de sang. Il y en a dans la gourde à côté de toi, ça va te calmer un court moment. Après nous irons prendre un vrai repas, j'irais te présenter aux autres et tu rencontreras les chefs du clan. Ne t'inquiète pas tout va bien se passer et il répondra à tes questions. Maintenant à moi de t'en poser une : pourquoi n'as-tu pas cru à ma mort ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Enfin réuni   Lun 26 Aoû 2013 - 17:08

Qui lui avait ça ? Pourquoi ? Qu’avait il fit de mal . Mais la plus grande question qui resta en tête de Charles-Edward était : «  que lui arrivait-il ? ». Cette douleur lui était déroutante. Il ne comprenait pas ce qui se passait, ni ce qu’il lui arrivait. Tout ce qu'il voulait, c'était que ça s'arrête ! Cette sensation d’être brûlé vif fit échapper un hurlement de ce jeune garçon, il se tortillait dans tous les sens. Il avait l'impression d’être scié en deux, renversé par un bus, tabassé par un boxeur, jeté dans de l'acide, et tout cela simultanément.

Il avait perdu la notion du temps mais il passa 3 jours dans cette souffrance, cherchant à l’arrêter, en vin, mais sans succès. Puis il sentit les battements de son cœur s’accélérer, doubla, tripla de vitesse et Devenait de plus en plus irréguliers. Puis d'un coup le silence, son torse se gonfla et Charles-Edward ouvrit les yeux. Il était dans une grande pièce, avec un lis royal, une chambre... il eut même pas le temps de se relever qu'il fit serrer dans les bras...d'Orlin ? Oh il l'avait retrouvé ! Que du bonheur, il avait réussi sa quête, puis entendit Orlin dire:
 

Orlin - Pardon C.E. ! Pardon pour tout ! pardon ! pardon ! Pardon !

Pardon ? Pourquoi demande-t-il pardon ? Et là tous les souvenirs de cette torture qu'il avait endurée pendant tout ce temps, sans parler de ses 3 jours, de toute son absence où il s'est fait passer pour mort. Alors une rage vint en Charles-Edward et poussa Orlin. Son meilleur ami traversa la pièce avant de se ramasser contre le mur d'en face. Orlin fit choquer, mais Charles-Edward le fut encore plus ne comprenant pas ce qu'il lui arrive.

Orlin - Bon je te dois quelques explications, maintenant que tu peux les entendre.

L'Homme se releva sans peine. Mais Charles-Edward s'adossa contre le mur, puis se laissa glisser pour être assis, et écouta ce que son meilleur ami avait à lui dire. Il prit une grande explication et se lança. 

Orlin - Tu te trouves actuellement dans le château de Volterra, dans les appartements de la garde. Maintenant tu es devenu comme moi, un vampire, comme ceux que l'on trouve dans les légendes à quelques différences près.

Son meilleur ami lui raconta tout : ce qu'ils étaient, leur régime, la couleur des yeux, les capacités physiques, les dons. Ensuite il enchaîna avec les Volturis, ceux où ls étaient ce qu'ils faisaient avant de terminer sur les lois du monde des vampires.

Orlin - Je sais que ça fait beaucoup d'info d'un coup et que tu risques d'y avoir du mal à y croire. Mais je peux t'assurer que tout ça est vrai. Tu comprends maintenant pourquoi je n'ai plus donné de nouvelles et pourquoi on m'a fait passer pour mort ?

Charles-Edward lui fit comprendre qu'il le croyait mais qu'il lui en voulait beaucoup de ne pas l'avoir prévenue de tout cela. Orlin lui expliqua que s'il avait fait ça c'était pour le protéger, et que si les Volturi avaient appris que'il était au courant de tout, il se serait immédiatement fait tuer pour de bon et que C-E aurait suivi dans la foulée. Orlin alla s’asseoir à coté de C-E qui lui-même finit par se demander pourquoi. Son meilleur ami avait cherché toutes les solutions possibles mais ne le savait pas.

Charles-Edward - Je ne voulais pas tout ça ! Je voulais juste te retrouver, toi !

Il comprit que sous les ordres des 3 grands chefs, il ne serait jamais libre alors il se leva et regarda Orlin avant d'ajouter qu'il voulait partir

Orlin - Et pour aller où !? Je te rappel que tu es devenu un vampire, que tu vas être obligé de tuer des êtres humains pour survivre ! D'ailleurs, si je ne me trompe, ta gorge doit être en feu ? C'est le signe que tu as soif. Ça ne s'arrêtera pas tant que tu n'auras pas bu de sang. Il y en a dans la gourde à côté de toi, ça va te calmer un court moment. Après nous irons prendre un vrai repas, j'irais te présenter aux autres et tu rencontreras les chefs du clan. Ne t'inquiète pas tout va bien se passer et il répondra à tes questions. Maintenant à moi de t'en poser une : pourquoi n'as-tu pas cru à ma mort ?

C-E en écoutant son ami prit vite connaissance de cette brûlure dans sa gorge, quand il entendit gourde de sang, il se rua dessus comme un voleur et la descendit d'une traite.

Charles-Edward - Je veux partir pour la simple et bonne raison que je n'aime pas cet endroit je me sens prisonnier et je ne serais jamais seins dans un endroit que je ne supporte pas, et puis si je rencontre tes 3 chefs, ils vont vouloir me gardes comme esclave, ce qu'ils ont fait pour toi. Mais viens ! Pars avec moi ! Tu m'aideras et m'apprendras à devenir un vrai vampire et nous serons libres comme autrefois... Je n'y es pas cru par le fait que tu m'as toujours dit que l'un de nous devait mourir, il fallait être avec l'autre. Et puis même, nous n'avions jamais vu ton corps pour pouvoir faire de vraies funérailles alors cela reste laborieux, par contre ton père est tombé dans les panneaux et est effondré. Il ne s'en remettra pas. Est-ce que c'est ton choix ? Eh oui je veux bien me nourrir s'il te plaît !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Enfin réuni   Lun 26 Aoû 2013 - 21:11

Charles-Edward prit enfin conscience de sa brulure à la gorge et descendit sa gourde de sang d'une traite. Une fois fait, il finit par lui répondre.

Charles-Edward
Je veux partir pour la simple et bonne raison que je n'aime pas cet endroit je me sens prisonnier et je ne serais jamais seins dans un endroit que je ne supporte pas, et puis si je rencontre tes 3 chefs, ils vont vouloir me gardes comme esclave, ce qu'ils ont fait pour toi. Mais viens ! Pars avec moi ! Tu m'aideras et m'apprendras à devenir un vrai vampire et nous serons libres comme autrefois... Je n'y es pas cru par le fait que tu m'as toujours dit que l'un de nous devait mourir, il fallait être avec l'autre. Et puis même, nous n'avions jamais vu ton corps pour pouvoir faire de vraies funérailles alors cela reste laborieux, par contre ton père est tombé dans les panneaux et est effondré. Il ne s'en remettra pas. Est-ce que c'est ton choix ? Eh oui je veux bien me nourrir s'il te plait !

Orlin n'en revenait pas ! Son père ! Son vrai père effondré quand il a appris la nouvelle ! Pour Orlin c'était tout simplement IN-CON-CE-VA-BLE ! Charles-Edward se payait sa tête ça ne pouvait être que ça. Son père se fichait complètement de lui. S'il avait eu ne serait-ce qu'un soupçon d'amour il ne l'aurait pas jeté comme un mal propre, abandonné dans ce pensionnat catholique miteux le lendemain même de l'enterrement de sa mère ! M'enfin, si c'était vrai, Orlin l'avait peut-être mal jugé...

Sa montre venait de biper, Heidi devait sans doute avoir commencé sa visite du château avec les humains. Qu'ils en profitent, c'est leurs derniers instants de vie. Il emmena Charles-Edward à son premier repas.

Orlin
Viens, ça va être l'heure du repas.

Les deux compères se mirent en route vers la salle des trônes où se déroulait le massacre hebdomadaire. Pendant la route, il répondit à sa question.

Orlin
S'enfuir ? Dans l'absolu rien ne nous y en empêche. Et maintenant que tu es là j'ai une raison de plus de le faire. Mais ça serait du suicide pur et dur. Tu vois le grand là-bas ? Il s'appelle Démétri. Il a un don, c'est un traqueur, le meilleur du monde. Personne ne peut lui échapper. Il y a déjà eu des déserteurs, et ils en ont payé le prix. J'ai déjà pu assister à ce genre de chose. Je ne me suis juré de ne jamais me retrouver à la place de ces malheureux.

Charles-Edward
Je te comprends et respecte ta décision, mais en étant sous ici, j'accepte d'être sous les ordres des chefs, et je ne serais pas libre! Que je sois devenu... euh un vampire,dit il d'un ton dérouté, ne m'oblige pas d’être soumis ! J'ai ma liberté maintenant, je suis désolé Orlin mais je ne peux pas rester ici c'est au dessus de mes forces même si tu y reste..

Orlin
Pourtant c'est la meilleur chose à faire pour toi. Tu ne pourras pas surmonter tes instincts eu début et ça te conduira à une mort certaine.

Charles-Edward
Dans ce cas là je mourrai, tant pis, au moins j'aurais une satisfaction dans tout ça : t'avoir retrouver et savoir que tu n'es pas mort! C'est tout ce qui m'importait en venant ici ..

Orlin commençait un peu à paniquer. C.E c'était fourré cet idée dans le crâne et ça allait être dur de la lui enlever. Même s'il ne le montrait pas Orlin redoutait ce qui allait arriver. Il lui bloqua la route et le fixa droit dans les yeux.

Orlin
Charles-Edward, j'aurais pu te tuer dès que je t'ai revu à Roncola, ça m'aurait évité bien des peines. Mais je ne l'aie pas fait. Chaque coup que je t'ai porté à Roncola, chaque blessure que je t'infligeais était encore plus douloureuse pour moi que pour toi. Te regarder te tordre de douleur durant ces trois derniers jours a été pour moi un spectacle insoutenable. Si je l'ai fait c'est uniquement dans le but de te donner une chance de vivre, qu'on ne soit plus séparé, c'est ce qu'on c'était promis non ? Tu me l'as redit toi même il y a quelques minutes. Maintenant c'est fini C.E, tu m'entends, FINI. On ne sera plus jamais séparé, on a l'éternité devant nous. On est devenu immortel. Des gens sont mort car on leur a fait miroité cette simple perspective devant leur nez. Toi tu as la chance de l'avoir obtenu. Encore mieux, ton meilleur ami l'a obtenu également. On peut tout avoir C.E, être à l’abri du besoin pour toujours, c'est là devant nous, c'est à porter de main. Et toi tu voudrais tout FOUTRE en l'AIR pour quelque chose que l'on pourra obtenir à l'avenir !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Enfin réuni   Jeu 29 Aoû 2013 - 16:06

Orlin - Viens, ça va être l'heure du repas.

Charles-Edward suivit le jeune garçon, il observait le décor, c’était grand et spacieux ! Celui qui avait décoré avait de bon goût. Puis Orlin le sortit de ses contemplations quand il répondit à sa question.

Orlin - S'enfuir ? Dans l'absolu rien ne nous y en empêche. Et maintenant que tu es là j'ai une raison de plus de le faire. Mais ça serait du suicide pur et dur. Tu vois le grand là-bas ? Il s'appelle Démétri. Il a un don, c'est un traqueur, le meilleur du monde. Personne ne peut lui échapper. Il y a déjà eu des déserteurs, et ils en ont payé le prix. J'ai déjà pu assister à ce genre de chose. Je ne me suis juré de ne jamais me retrouver à la place de ces malheureux.

Charles-Edward - Je te comprends et respecte ta décision, mais en étant sous ici, j'accepte d'être sous les ordres des chefs, et je ne serais pas libre! Que je sois devenu... euh un vampire, dit il d'un ton dérouté, ne m'oblige pas d’être soumis ! J'ai ma liberté maintenant, je suis désolé Orlin mais je ne peux pas rester ici c'est au dessus de mes forces même si tu y reste…

Orlin - Pourtant c'est la meilleure chose à faire pour toi. Tu ne pourras pas surmonter tes instincts eu début et ça te conduira à une mort certaine.

Charles-Edward - Dans ce cas là je mourrai, tant pis, au moins j'aurais une satisfaction dans tout ça : t'avoir retrouvé et savoir que tu n'es pas mort! C'est tout ce qui m'importait en venant ici...

Après cette réponse, son meilleur ami panique un peu. Oui bah quoi ? Il veut avoir sa liberté, qu'il meurt ou non il ne pourra jamais l’être. C’est égoïste pour Orlin, mais lui il la choisit alors que Charles-Edward le subit. Orlin bloqua la route à son ami et le fixa droit dans les yeux. Charles-Edward y voyait un peu d’énervement, peut-être à cause de lui d’ailleurs!

Orlin - Charles-Edward, j'aurais pu te tuer dès que je t'ai revu à Roncola, ça m'aurait évité bien des peines. Mais je ne l'aie pas fait. Chaque coup que je t'ai porté à Roncola, chaque blessure que je t'infligeais était encore plus douloureuse pour moi que pour toi. Te regarder te tordre de douleur durant ces trois derniers jours a été pour moi un spectacle insoutenable. Si je l'ai fait c'est uniquement dans le but de te donner une chance de vivre, qu'on ne soit plus séparé, c'est ce qu'on c'était promis non ? Tu me l'as redit toi même il y a quelques minutes. Maintenant c'est fini C.E, tu m'entends, FINI. On ne sera plus jamais séparé, on a l'éternité devant nous. On est devenu immortel. Des gens sont morts car on leur a fait miroiter cette simple perspective devant leur nez. Toi tu as la chance de l'avoir obtenu. Encore mieux, ton meilleur ami l'a obtenu également. On peut tout avoir C.E, être à l’abri du besoin pour toujours, c'est là devant nous, c'est à porter de main. Et toi tu voudrais tout FOUTRE en l'AIR pour quelque chose que l'on pourra obtenir à l'avenir !

Charles-Edward serra son très fidèle ami, il comprit ce qu’il ressentait. Alors pour lui, il allait faire des efforts, mais cherchant tout de même une solution discrètement pour s’en allez avec lui, le plus vite possible.

Charles-Edward - D'accord… Je vais rester mais seulement et uniquement pour toi. Y a-t-il d’autres vampires comme vous… enfin nous ?

S’il devait devenir un vampire autant savoir toutes les possibilités qui s’offraient à lui. Mais il faudra quand même que quelqu’un réponde à ses questions.

Charles-Edward - Après le repas, je voudrais bien rencontrer les 3 chefs s'il te plaît. J'ai besoin de réponse et je pourrais les obtenir que par eux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Enfin réuni   Sam 31 Aoû 2013 - 19:01

Charles-Edward serra Orlin dans ses bras. Ses paroles devaient l'avoir touché. Il savait que ça ne le ferait pas changer d'avis pour autant, C.E était une vraie tête de mule. Néanmoins, ça pouvait le faire réfléchir et le dissuader de faire n'importe quoi.

Charles-Edward
D'accord… Je vais rester mais seulement et uniquement pour toi. Y a-t-il d’autres vampires comme vous… enfin nous ?

Charles-Edward
Après le repas, je voudrais bien rencontrer les 3 chefs s'il te plait. J'ai besoin de réponse et je pourrais les obtenir que par eux.

Il se laissa faire en quand il relâcha son étreinte, ils se remirent en route vers la salle à manger. Orlin n'était toujours pas rassuré, il craignait que ce qu'Aro allait lire dans les pensées de C.E ne lui déplaise.

Orlin
Oh que oui, il y a d'autre vampires comme nous. Il y en a partout dans le monde. D'ailleurs savais-tu qu'un clan de 7 vampires vivait à Forks à quelques kilomètres à peine de là où on c'est installé avec papa ? Et il n'y a pas que des vampires, il y a aussi des loups-garou. Tu serais surpris à quel point la réalité dépasse le mythe. D'ailleurs regarde...

Orlin s'avança vers l'extérieur en plein soleil. Charles-Edward le retint par le bras juste avant qu'il ne sorte dehors. Orlin esquissa un sourire sur son visage, il avait une petite idée derrière la tête...

Orlin
Tu vas voir, la réalité dépasse le mythe.

Sur ces mots, il empoigna Charles-Edward par le bras et tous les deux plongèrent à plat ventre dans l'herbe juste à côté. Le spectacle ne se fit pas attendre, tous les deux se mirent à briller comme des boules à facettes.

Charles-Edward
Mais ! Mais ! Mais tu es fou !

Orlin éclata de rire. Il avait réussi sa petite surprise. Charles-Edward avait l'air totalement paniqué et c'est qui était amusant à voir. Il ne c'était pas autant amuser depuis longtemps. Retrouver son meilleur ami lui faisait un bien fou, et surtout lui enlevait un poids des épaules : il n'avait plus besoin s’inquiéter autant pour lui.

Orlin
Tu vois, on ne brule pas. On a juste cette apparence de boule à facettes. Au Moyen-Age, les gens, qui étaient un peu simplet, prenaient ça pour du feu: voila l'origine du mythe.

Ils se relevèrent et poursuivirent leur chemin. Ils arrivèrent dans la salle des trônes. Toute la garde était là, comme à chaque repas. Orlin chercha les jumeaux du coin de l’œil mais ne pu les trouver. Il se demandait ce qui avait bien pu leur arriver encore. Il s’inquiétait pour Jane dès qu'il la perdait de vue. Il revint très rapidement à la réalité quand Charles-Edward se plaça à côté de lui. Il lui fit une présentation rapide de toute les personnes présentent dans la pièce avant de terminer par les trois frères.

Orlin
Pour finir, voici les trois chefs sur l'estrade. A gauche tu as Marcus et sa femme Renée. Au centre se trouve Aro et sa femme Sulpicia. Enfin tu as Caïus et sa femme Athenodora. Lui et sa femme sont...mes parents adoptifs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Enfin réuni   Dim 27 Oct 2013 - 15:27

Sans réellement comprendre ce qui se passait, il se retrouvaentraîner dans l'herbe au soleil. Il paniqua, par peur de cramer et de mourir. C'est ce qu'il avait toujours entendu sur les vampires, ainsi que les gousses d'ail ! Mais tout ce qu'il vit, c'est qu'il brillait, comme un diamant ou une boule à facettes. La surprise s'installa. Alors ça il ne s'y attendait pas ! Puis son ami se mit à rire. Charles Edward fixa méchamment Orlin, mais finit par sourire et lâcher un rire, d'un air « tu ma bien eut ».

Orlin - Tu vois, on ne brûle pas. On a juste cette apparence de boule à facettes. Au Moyen Âge, les gens, qui étaient un peu simplets, prenaient ça pour du feu: voila l'origine du mythe.

Ils se relevèrent et poursuivirent leur chemin. C-E suivait Orlin, tout en admirant la décoration des couloirs et l'antiquité des murs. Il en était fasciné. Il avait pour projet de faire archéologue ; avant d'avoirarrêté l'école. Il s'imaginait franchir ses portes pour le reste de sa vie, mais une sueur froide le fit frissonner. Non ! C'était imaginable ! Il ne supportait pas cette idée, même si son meilleur ami était là. Il trouvera une solution. Puis, ils arrivèrent enfin à destination. Il y avait beaucoup de personnes, enfin vampires, ici. Orlin expliqua brièvement le rôle de chacun en terminant par les chefs.

Orlin - Pour finir, voici les trois chefs sur l'estrade. A gauche tu as Marcus et sa femme Renée. Au centre se trouvent Aro et sa femme Sulpicia. Enfin tu as Caïus et sa femme Athenodora. Lui et sa femme sont...mes parents adoptifs.

En entendant les derniers mots, C-E se tourna vers son ami. Il ressentait de la curiosité et une pointe de colère.

C-E - Tes parents adoptifs ?! Depuis quand les vampires se créent des liens affectifs, alors que vous n'avez rien avoir les uns avec les autres?!

La colère prit le dessus, le faite d'imaginer Orlin quitté sa vraie famille qui souffre de sa disparition pour aller avec une « famille » de vampires horripila ! Ce n'était pas le genre d'Orlin de faire cela. Il soupira pour faire évacuer ce sentiment. Il ne comprenait pas pourquoi il réagissait comme ça. Il avait l'impression d’être un autre, il ne gérait plus ses émotions... Elles étaient plus intenses, et prenaient entièrement le contrôle. Cela était-il normal? Que cela faisait-il partie du rôle de vampire?  

C-E - Pardon, je n'arrive pas gérer mes émotions pour le moment...Comme si je devais les subir. Je n'ai aucun contrôle dessus. J'ai l'impression d’être quelqu'un d'autre, je ne me reconnais pas. Cela le fait à chaque Vampire après la transformation, ou je suis bizarre.  Il laissa un petit blanc et reprit.   Bon, crois-tu que je peux aller déranger les chefs? Je suis impatient d'avoir des réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Enfin réuni   Mar 29 Oct 2013 - 13:19

Charles-Edward
Tes parents adoptifs ?! Depuis quand les vampires se créent des liens affectifs, alors que vous n'avez rien avoir les uns avec les autres?!

Orlin sentait que Charles-Edward montait dans les tours. Il se doutait qu'il ne comprenait pas ce qu'il avait fait. Mais il y avait tellement de choses qu'il ne comprenait pas, tellement de choses qu'il allait devoir apprendre, et vite, s'il voulait espérer un tant soit peu rester dans un état à peu près convenable.

Charles-Edward
Pardon, je n'arrive pas gérer mes émotions pour le moment...Comme si je devais les subir. Je n'ai aucun contrôle dessus. J'ai l'impression d’être quelqu'un d'autre, je ne me reconnais pas. Cela le fait à chaque Vampire après la transformation, ou je suis bizarre. Il laissa un petit blanc et reprit. Bon, crois-tu que je peux aller déranger les chefs? Je suis impatient d'avoir des réponses.

Ce sentiment d'être dépassé par tout, de ne plus pouvoir gérer ses émotions, Orlin le connaissait bien. Il avait été son compagnon pendant plus d'une année. Ces émotions amplifiées lui avaient même fait provoquer Caïus. Avec le recul, il se dit qu'il devait être fou à ce moment-là. Il se dit aussi qu'il avait eu beaucoup de chance car il n'avait pas trop subi en représailles par la suite. Ah ! Quelle inconscience !

Orlin
Après le repas, CE. Là ce n'est vraiment pas le moment vu qu'on va être servi d'ici très peu de temps. D'ailleurs entends-tu les battements sourds qui viennent de la porte et qui se font de plus de plus sonore ? Ce sont les battements des cœurs des humain qui arrivent.

Quelques secondes plus tard, la porte de la salle s'ouvrit et les touristes entrèrent. Les gardes prirent soin de verrouiller la sortie et le massacre put commencer. Orlin donna quelques conseils à son vielle ami.

Orlin
Chaque humains à une odeur particulière. Chacun de nous les ressent de manière différente. Laisse la te guider, prends celui qui te plait le plus. Ceux-là apaisent mieux la soif.

En suivant ses propres conseils, Orlin se dirigea vers la cible qu'il avait choisie et la vida de son sang en un instant. Le repas se termina peu de temps après. C'était un moment toujours aussi agréable, qui avait à chaque fois un gout de trop peu. Puis, quand la salle fut nettoyée, Aro lui fit signe d'approcher avec Charles-Edward. Il allait enfin avoir ses réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Enfin réuni   Lun 4 Nov 2013 - 21:45

Caïus avait parfois de drôles de divertissement. Aro n'était pas pour le respect des humains, mais il s'amusait pas non plus à les torturer de cette façon. A quoi cela servait-il, de toute faon ? Il s'agissait de proies faibles, malléables, qui craquaient trop vite et mourraient après avoir à peine crié. Ce n'était pas drôle, et donc inutile. Pourtant, son petit frère semblait trouver du plaisir là-dedans. Allez donc comprendre. Aro ne cherchait même plus à le comprendre, certaines fois, se contentant de le laisser jouer comme il l'entendait. Après tout, tant que ça le faisait rire... Et pendant qu'il jouait avec les humains, il ne passait pas ses nerfs sur les gardes.

Caïus avait toujours été comme ça, de toute façon. Même lorsqu'il était humain, il lui fallait des défis, parfois idiots, pour passer ses nerfs et son tempérament colérique. Il avait provoqué énormément de monde, y compris ses frères d'adoption, et ne tenait jamais en place. Combien de fois Aro avait-il dû l'empêcher de se fourrer dans une situation impossible ou tenter de le calmer ! Marcus, lui, n'était pas comme ça. Il filait le parfait amour avec Didyme, exerçant son métier sans se préoccuper du reste. Et il soignait Caïus lorsqu'il revenait blessé mais fier d'avoir écrasé un nouvel ennemi. Et Aro lui râlait dessus parce qu'il s'était mis en danger. Et lui lui répondait qu'il pouvait bien s'amuser. Et Aro le harcelait le lendemain pour qu'il arrête ses conneries. Et ainsi de suite, tous les jours. La transformation en vampire n'avait rien arrangé, au contraire, elle avait empiré les choses.

En tout cas, il ne comprenait pourquoi il avait transformé le petit humain dont il s'était servi pour mettre la pression à son fils adoptif. A part s'en servir pour menacer le gamin à nouveau... Il doutait que ce soit utile, de toute façon. Orlin n'était pas suicidaire à ce point. Enfin, quoi que... Il soupira en se rendant à la salle des trônes pour déjeuner. Le gosse était transformé, maintenant, on venait de l'informer de son réveil. Il le vit arriver un peu plus tard, accompagné d'Orlin. Il lui fit même une présentation rapide de tout le monde.


Orlin - Pour finir, voici les trois chefs sur l'estrade. A gauche tu as Marcus et sa femme Renée. Au centre se trouvent Aro et sa femme Sulpicia. Enfin tu as Caïus et sa femme Athenodora. Lui et sa femme sont...mes parents adoptifs.

Exact, et il ferait mieux de se comporter comme tel, pour son propre bien. Aro ignora la suite de la conversation, attendant Heidi. Elle ne tarda guère à arriver, avec son groupe de touristes. Le massacre débuta presque aussitôt, et ils purent se nourrir, tous ensemble, comme ils le faisaient à chaque fois. Le sang coulait lentement dans la gorge, apaisant la soif. Lorsque tout fut terminé, la salle fut nettoyée. Il fit signe à Orlin et son ami d'approcher, puis observa le nouveau d'un œil critique.

- Tu es donc le nouveau joujou de Caïus, dit-il d'un ton laissant sous-entendre qu'il le considérait aussi comme tel. Bienvenue à Volterra.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Enfin réuni   Lun 2 Déc 2013 - 19:45

Il voulait vraiment rencontrer les chefs. Pas parce qu’ils les admiraient mais pour avoir des réponses, comme depuis qu’il était devenu vampire et qu'Orlin ne pouvait lui en donner. Il en apprenait de plus en plus sur les vampires, et là c’était l’heure du repas.

Orlin - Après le repas, CE. Là ce n'est vraiment pas le moment vu qu'on va être servi d'ici très peu de temps. D'ailleurs entends-tu les battements sourds qui viennent de la porte et qui se font de plus sonore ? Ce sont les battements des cœurs des humains qui arrivent.

Il se concentra sur ces ses fameux battements. Et effectivement il les entendait comme s’ils étaient à coté de lui. Mais pourtant ces humains étaient à l’autre bout du château. Puis au bout de quelques minutes, Charles-Edward vit les portes de la salle s’ouvrirent. Tous ses humains entrèrent sans se méfier. Les gardes verrouillèrent les portes.

Orlin - Chaque humain à une odeur particulière. Chacun de nous les ressent de manière différente. Laisse là te guider, prends celui qui te plaît le plus. Ceux-là apaisent mieux la soif.

Il suivit à la lettre les conseils de son ami. Une odeur lui chatouilla le nez, c’était une jeune femme. Elle avait une longue chevelure dorée, un visage d’ange avec la peau blanche et douce. Il s’approcha d’elle qui avait le regard pétrifier, elle ne bougeait plus, choquer de ce qu’elle voyait. Charles-Edward lui passa une main sur la nuque de la jeune fille, il mourrait d’envie de savoir son prénom, d’apprendre à la connaitre. Mais il le devait, il devait la tuer, pour son ami. Ses lèvres approchèrent de l’artère du cou, qui l’appelait. Il lui murmura « Désolé » et la mordit. Il la vida de son sang. Et laissa tomber le corps par terre, inerte. Il vit que la salle avait été nettoyée sans qu’il y ait vu y faire. Orlin le rejoignit et l’emmena vers un des chefs.

Aro - Tu es donc le nouveau joujou de Caïus, dit-il d'un ton laissant sous-entendre qu'il le considérait aussi comme tel. Bienvenue à Volterra.

Il sentit une colère monter en lui quand il entendit « le nouveau joujou ». Comment Orlin peut vivre avec des gens aussi exécrable ? Ce n’était pas son genre. Il y avait beaucoup de mépris dans la phrase d’Aro. Charles-Edward se contenta de sourire poliment.

C-E - Enfin je vous rencontre. Merci pour l’hébergement. Mais je voulais éclaircir quelques points que mon ami n’a pas pu faire.

Il voulait ses réponses alors maintenant qu’il avait la parole il comptait la garder.

C-E - Pourrais-je savoir pourquoi m’avoir transformé et ne pas m’avoir tué ? Qu’attendez-vous de moi maintenant que je suis un vampire ? Ma vie sera réduite à être caché dans ce château ? Pourrais-je un jour être libre ? Puis-je l’être maintenant ?

Ses questions résonnèrent dans sa tête. Il fixait ce Chef, attendant qu’il prenne la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Enfin réuni   Mer 4 Déc 2013 - 15:10

Le petit nouveau-né eut l'air furieux, ce qui arracha une moue agacée à Aro. Tous les jeunes réagissaient de la même façon, après leur réveil. D'abord de hébétude, puis de la colère, et enfin de l'incompréhension, avant d'être de nouveau saisis par la colère. Toujours ainsi. Ils refusaient de comprendre, ou d'accepter leur nature, accepter ce qu'ils sont devenus. Ils s'agitaient pour rien en couinant, désespérément, puis beaucoup faisaient une grosse connerie. Une seule. Et bien souvent la dernière de leur courte carrière. Aro sentait que celui-là risquait de ne pas faire exception à la règle...

Nouveau-né - Enfin je vous rencontre. Merci pour l’hébergement. Mais je voulais éclaircir quelques points que mon ami n’a pas pu faire.

Gagné, encore une tête brûlée. Alors, combien de temps avant qu'il ne fasse un faux pas ? Une semaine ? Un mois ? Plus ? Qui sait, peut-être qu'il apprendra assez vite à se contenir... Ce point dépendait vraiment du caractère de chacun ! Orlin, par exemple, s'était calmé très vite. Alec, lui ne s'était toujours pas calmé, depuis trois cents ans. Félix, lui, n'avait pas eu besoin de se calmer puisqu'il avait accepté tout de suite sa nouvelle nature. Et ce petit jeune, alors ? Aro était curieux de savoir dans quelle catégorie il allait rentrer. Hélas, pour lui, Aro sera bien moins patient qu'avec Alec, puisqu'il n'avait pas de don.

Nouveau-né - Pourrais-je savoir pourquoi m’avoir transformé et ne pas m’avoir tué ? Qu’attendez-vous de moi maintenant que je suis un vampire ? Ma vie sera réduite à être caché dans ce château ? Pourrais-je un jour être libre ? Puis-je l’être maintenant ?

Il eut un mince sourire. La nervosité habituelle des nouveaux-nés... Il imaginait déjà Caïus s'énerver derrière lui, lui qui détestait les nouveaux-nés plus que tout. Et il considérait comme tel tout vampire n'ayant pas encore passé la barre des cents ans.

- Pourquoi ne t'a-t-on pas tué ? Ce n'est pas à moi qu'il faut demander ce genre de détails, j'ai plus pressant à faire qu'à me soucier de ton cas. De toute façon, lors de ta première année, autant dire que tu ne vas pas servir à grand-chose. Ne t'attend pas à pouvoir sortir. Tu es incapable de te contrôler pour le moment.

Aro aimerait bien le jeter dehors de suite, à vrai dire, mais pas question de lâcher ainsi un nouveau-né en pleine nature. Surtout s'il faut ensuite lui courir après pour s'en débarrasser après qu'il ait commis une grosse erreur par manque de contrôle. De plus, il n'avait pas encore parlé avec Caïus des projets qu'il avait, pour ce gosse inutile.

- En attendant, on verra bien si on peut faire quelque chose de toi... Orlin, je te charge de lui pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enfin réuni   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enfin réuni
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ça y est enfin, j'ai craqué
» JE BOSSE ENFIN A LA TELE de Charlotte Blum
» ¤ Partenariat n°124 : JE BOSSE ENFIN A LA TELE offert par L'Archipel
» Le voile se lève (enfin ?)
» Enfin.. ils me vénèrent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps d'Italie-
Sauter vers: