Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kim Butterffly
Invité
avatar


MessageSujet: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Mer 11 Sep 2013 - 19:09

Kim était couchée dans son lit et tourne en rond sans pouvoir trouver son sommeil alors elle s'assit sur son lit avant de se lever, puis elle se dirigeait vers la fenêtre de sa chambre. Elle ouvrit un peu les rideaux et remarqua que la nuit était tombée depuis un petit moment déjà. Malheureusement, elle n'avait pas bougé de sa chambre, car elle n'avait pas voulu voir ses amis. Elle continuait à regarder un petit moment le ciel qui était sombre et elle pouvait voir les étoiles qui brillaient énormément dans le ciel. Elle enlevait sa main tandis que le rideau retombait et que la chambre redevenait noire.

Kim allait prendre dans son armoire des vêtements pour qu'elle puisse aller courir, après qu'elle soit changée, elle allait dans la salle de bain afin qu'elle puisse attacher ses cheveux en queue de cheval. Quand cela est fini, elle descendit en bas sauf qu'elle pouvait voir que sa mère était toujours debout, mais quand elle voit Kim, elle la regardait surprise.

Mère - Kim tu ne vas quand même pas aller courir alors qu'il fait nuit

Kim regardait sa mère puis son regard se dirigeait vers l'horloge qui indiquait presque 22 h. Cette dernière finissait par soupir avant de dire à sa mère

- Je n'arrive pas à dormir et j'ai envie d'aller courir ou marcher un peu

Sa mère la reluquait de la tête vers les pieds puis laissait sa fille quittée la maison, car rien ne pouvait faire que Kim change d'avis quand il s'agissait de courir ou qu'elle puisse prendre de l'air. Elle alla mettre ses baskets, puis se relevait et sortait de la maison. La rue était éclairée par une lampe de rue puis elle pouvait sentir que la chaleur était moins présente. Petit à petit elle se mit à courir dans la rue déserte et silencieuse ce qui ne l'a dérangeait pas. Kim se sentait si perdue quoique sa famille était près d'elle ainsi que se défouler et de vider tout ce qu'elle venait de vivre ses derniers temps. Sa vitesse augmentait petit à petit puis elle se mit à ralentir près d'une place où la fontaine d'eau était toujours active. Tout en se dirigeant vers la fontaine, elle trébuchait sur quelque chose puis elle se relevait et alla vers la fontaine. Cette dernière s'assit au bord et alla mettre ses mains dans l'eau afin de l'enfermer dans ses mains, ensuite, les ramène et faisait en sorte de s'éclabousser son visage.

Elle sentait une petite brulure qui venait de son coude droit, alors elle regardait son coude avec le peu de lumière qu'il y avait. Son coude saignait qu'un tout petit peu, alors elle frottait avec sa main gauche qui est toujours trempée à cause de l'eau, tout en faisant attention de ne pas tomber dans l'eau. À cette pensée, elle eut un petit sourire... Elle trouvait que le temps n'était pas vraiment idéal surtout pour une nuit comme celle-ci. Kim laissait retomber sa main gauche sur le bord tandis que sa main droite faisait de même puis elle levait la tête afin de regarder le ciel étoilé. Tout en regardant le ciel, elle essayait de relier certaines étoiles en elle-même, malheureusement cela ne donnait pas un bon résultat. Un soupir s'échappait de sa bouche, tout en regardant un peu autour d'elle. Quelque bruit de pas se fit entendre puis s'arrêter quelques minutes et repartit tandis que cette dernière restait assise.

- Demain, il fera encore beau... Voilà maintenant que je mets à parler toute seule. Disait-elle en fixant un endroit sombre en sachant que la place soit déserte...


Dernière édition par Kim Butterfly le Mar 24 Sep 2013 - 19:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Mer 11 Sep 2013 - 19:55

Alec était partit... Constat sur lequel elle s'apitoyait depuis des heures. Il était parti à Rome avec Aro, pour étouffer l'affaire du massacre de Volterra. Et elle était restée là, toute seule, à attendre. Lorsqu'elle ne s'entraînait pas, elle restait dans les appartements communs à attendre son frère. tout en regardant d'un sale œil les préparatifs enjoués auxquels se livraient Athenodora et Sulpicia pour préparer leurs "vacances". Joyeuse perspective. Elle avait le plus grand mal à approcher Sulpicia depuis le coup du biberon... Mais elle ne put s'empêcher de pousser un soupir désespéré lorsque sa "mère" posa un autre sac près de l'entrée. C'était pour quoi faire, tout ça ?

- On est vraiment obligés de partir ? grinça-t-elle.

Sulpicia - Je ne veux pas que tu ressentes ça comme une obligation, Jane... Dis-toi que tu seras loin de Volterra, au moins.

- Génial...

Elle s'approcha, lui posa une main sur l'épaule en souriant, puis repartit à ses affaires en chantonnant. Ne pouvant en supporter plus, elle sortit vivement puis dévala l'escalier. L'ambiance devenait insupportable lorsque son frère jumeau n'était pas là, avec elle. Elle ne trouvait jamais le temps long avec lui. Elle arpenta les couloirs, de mauvaise humeur, renvoyant balader d'un simple regard tous ceux qui l'approchaient. Au passage, elle vit Démétri coller une énième raclée... pardon, entraîner Charles-Edward et Orlin. Elle finit par sortir du château et déambuler dans la ville. Ils pouvaient de nouveau le faire, à condition de rester dans l'enceinte de Volterra.

Elle marcha à vitesse humaine, pensive. Elle s'ennuyait, et Alec lui manquait. ses yeux étaient noirs, mais désormais, elle contrôlait bien mieux la soif et la souffrance du manque. Elle passait dans une autre rue, vide d'habitants et de touristes, lorsqu'elle entendit une voix humaine s'élever.


- Demain, il fera encore beau... Voilà maintenant que je mets à parler toute seule.

Une fille, ou plutôt une femme, était sur la place, assise sur la fontaine. Jane resta en retrait un long moment, à l'observer. Elle avait toujours un pincement au cœur en voyant des humains de cet âge, car cela lui rappelait à chaque fois qu'elle ne grandira plus jamais. Mais c'était sans doute l'occasion de la distraire de son ennui ? D'abord hésitante, elle finit par s'avancer, et sourit même à l'humaine. Dans la nuit, sur cette place seulement éclairée par la Lune et avec ses yeux noirs, elle passait facilement pour une fillette humaine. Ses traits n'étaient pas spécialement humains, mais peu importe.

- Tu es perdue ? lui demanda-t-elle d'une voix douce et innocente.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Kim Butterffly
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Mer 11 Sep 2013 - 21:39

Le silence fut interrompu légèrement par le bruit de l'eau, la solitude ne pouvait que faire du bien pour Kim, car elle avait toujours eu sa famille ou ses amis dans son dos. Elle n'en pouvait plus, car à chaque sortie qu'elle faisait puisqu'elle rentrait, on lui posait toujours la même question. Ce qui commençait à l'énervé et le fait qu'elle soit dehors le soir lui faisait du bien. Elle pouvait réfléchir sans qu'elle puisse entendre toutes ses voix et d'entendre si elle allait bien ou encore si elle se souvient de quelque chose. Toujours sans bouger, son regard finissait par se diriger vers un autre endroit. Bien qu'elle apprécie beaucoup sa famille surtout ses petits frères qui la faisaient rire quand elle n'avait pas le moral. Elle fut interrompue, car elle pouvait voir qu'une jeune fille qui devait avoir dans les 12 ans ou un peu plus s'approchait d'elle tout en lui demandant

- Tu es perdue ?

Kim l'a regardé un petit moment, mais elle ne pouvait pas voir clairement son visage vu que la seule lumière était celle de la lune. Elle ne pouvait pas comprendre pourquoi une petite fille soit dehors à cette heure-ci. Kim restait en silencieuse pendant un petit moment, tout en essayant de se souvenir ce qui avait avant son réveil, mais tout restait noir même beaucoup plus noir que la nuit.

- Je ne suis pas perdue, je faisais juste une pause

Kim ne se rappelait même pas de son enfance, elle laissait échapper un soupir. Elle regardait la jeune fille qui se tenait devant elle, Kim ignorait d'où elle venait. Elle ne l'avait pas vu venir et encore moins si elle était accompagnée, ce n'était pas de ses affaires. Pourtant tout devenait un peu confus dans sa tête... Bien que le silence s'installât une nouvelle fois, mais cette fois-ci Kim n'était plus toute seule. Le silence était très abaissant, mais elle savait bien qu'elle ne pourrait pas rester dans le silence tout le temps même si ça aurait été bien pour Kim.

- Que fais-tu dehors à cette heure-ci ?

Tout en sachant qu'elle savait que ça ne le regardait pas, mais parfois ses paroles sortirent tout seul de sa bouche. Elle ne savait pas trop quoi dire enfin non elle ne se rappelait plus de ce que c'était d'être une petite fille. Tous ses souvenirs partie ainsi qu'elle avait perdu 1 an à cause qu'elle a été dans le coma. Elle finissait par lever la tête afin de regarder un petit moment le ciel avant de reprendre son attention sur la jeune fille. Elle remit sa main gauche dans l'eau de la fontaine, car tout ce qu'elle avait perdu. Elle ignorait beaucoup de choses surtout que sa famille lui cachait beaucoup de choses ainsi que ses amis.

Elle ne savait pas quoi trop faire surtout que sa solitude est tombée à l'eau ainsi que son jogging qu'elle faisait pour se dégourdir les jambes. Tout en regardant la jeune fille, Kim remarquait que le reflet de la lune sur la jeune fille, elle pouvait voir que sa peau était beaucoup plus pâle que la sienne. Cette dernière ne comprenait pas comment une jeune fille pouvait être aussi pâle alors qu'il y avait tout le temps du soleil et presque jamais de pluie. Kim avait remarqué qu'elle n'avait pas été polie, car elle ne s'était pas présenté. Elle baissait légèrement la tête sans rien rajouté, mais qu'elle allait se présenter après enfin pour la jeune fille ce n'était pas trop tard....


Dernière édition par Kim Butterfly le Lun 23 Sep 2013 - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Dim 22 Sep 2013 - 17:26

Humaine - Je ne suis pas perdue, je faisais juste une pause.

Elle soupira juste après. Jane la trouvait un peu bizarre. Elle paraissait totalement perdue et surtout, très perturbée. Qu'est-ce qui pouvait bien la tourmenter ? Elle était malade ? Blessée, non, sinon elle aurait senti l'odeur du sang plus fortement. En tout cas, elle n'avait pas l'air bien. Mais cette fille avait un regard étrange, et perturbant. Comme si elle cachait quelque chose. Et Dieu sait qu'il ne faisait pas bon pour les humains habitant à Volterra de se faire remarquer. Ils étaient certes protégés des attaques de vampires, mais pas d'une éventuelle transformation, pourvu qu'ils attirent la convoitise d'Aro.

Humaine - Que fais-tu dehors à cette heure-ci ?

Heu, excellente question. Jane ne pouvait pas décemment lui dire qu'elle avait juste voulu fuir l'air de plus en plus insupportable du château, la manie de Sulpicia de la couver, les autres gardes, vampires très accessoirement, le voyage affreux qui s'annonçait, la tristesse de savoir son frère loin d'elle, tout cela. Oui, elle se voyait très bien lui expliquer tout cela, mais ne le pouvait pas.

Enfin, là n'était pas le sujet. Elle trouvait saisissant le contraste qui existait entre la vie qu'ils menaient eux et la vie que menaient les humains. D'un côté, la chaleur, la vie, la mort. De l'autre, l'immortalité, le sang, la froideur. Elle se mordilla les lèvres, puis haussa légèrement les épaules.


- Rien de spécial. Je cherchais juste à fuir ma famille.

Elle fit un effort pour lui sourire. Cela lui donnait un air bien plus doux et enfantin, plus innocent en quelque sorte. Elle avait déjà cherché s'il existait d'autres vampires à avoir une telle apparence, mais sans trouver. Il faut dire aussi qu'ils étaient à l'extrême limite. En dessous, on passait aux enfants immortels, espèce chassée et exterminée jusqu'au dernier de ses représentants. Et personne dans le monde ne mordait plus quelqu'un en-dessous de treize, voire quatorze ans, juste au cas où. Pour ne rien risquer. Aro lui-même aurait attendu s'ils n'avaient pas été sur le point de mourir.

- Je m'appelle Jane, dit-elle poliment. Tu préfères que je te laisse ? Je comptais aller aux remparts, à la base, ou au Palazzo dei Priori.

Son prénom n'était pas Italien, mais cela n'avait aucune importance, l'humaine n'allait pas s'arrêter là-dessus, après tout. Et la jeune garde n'avait ni envie de s'amuser, ni envie de la tuer. Le moment ne s'y prêtait pas.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Maes Hughes

Lieutenant-colonel

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 227
DC : Non

MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Dim 22 Sep 2013 - 22:05

Démétri alluma la lampe de bureau, et appliqua un tampon sur le faux passeport. Régulièrement, il se fabriquait de nouvelles pièces d'identité, tels que passeport, permis de conduire, carte d'identité... Il plia le document avec soin, assis négligemment sur sa chaise. Les humains et leur manie de vouloir coller la tête de tout le monde sur des bouts de plastique et de papier ! Comme s'il n'était pas si facile de prendre l'identité d'un autre. Il soupira en collant sa photo, une nouvelle, qui le faisait naître 24 ans plus tôt. C'était risible, mais incontournable.

Il glissa la pièce d'identité sous un film plastique puis la rangea dans sa poche. Il prenait très souvent l'avion, pour filer aux quatre coins du blonde à traquer des vampires récalcitrants. La plupart du temps, ce n'était que des crétins et des moins-que-rien, rendus à moitié fous par l'ennui, et qui se croyait malin en tuant beaucoup sans prendre la peine de se cacher. Mais il tombait parfois sur des mégalos bien plus dangereux. Il jeta un coup d'œil par la fenêtre, observant un instant la nuit qui tombait. De tous les gardes, de tout le clan, il était celui qui sortait le plus. Souvent pour le sale boulot.

Quittant la pièce, il sortit dans le couloir. Aro était parti, avec Alec, régler une affaire à Rome. Jane en était sans doute malade... Il se mit à sa recherche. Au passage, il croisa Félix et Jade, assis à un porche dans les jardins, étroitement enlacés et s'embrassant langoureusement. Le cerveau de Félix lui dégoulinait par les oreilles depuis qu'il sortait avec Jade. Il passait beaucoup de temps à la bécoter, affichant en permanence un sourire encore plus idiot qu'avant.

- Trouvez-vous une chambre ! lança Démétri en passant, légèrement dégoûté par le bruit.

Félix - Et toi, trouves-toi une copine !

Merci Félix... Ses pas le guidèrent naturellement à l'extérieur du château, et il se dirigea vers la place principale. L'eau de la fontaine bruissait doucement dans le cœur de la nuit. Il avisa la silhouette de Jane, reconnaissable entre toutes, et celle d'une humaine, assise sur la rambarde de la fontaine. Pourquoi Jane discutait avec une humaine ? Il voulait bien croire que l'absence de son frère la déprimait, mais à ce point-là... Ils s'approcha des deux filles et tapota l'épaule de Jane.

- Tu serais aussi bien dans ta chambre au château qu'à traîner dehors, tu sais. Ton frère va bientôt revenir.

Il tourna ensuite la tête vers l'humaine. Elle était plutôt mignonne, mais semblait d'une fragilité extrême. Il aimait beaucoup son odeur. Sucrée comme il le fallait, avec une légère touche florale. Il s'approcha et lui fit un baisemain pour la saluer, en parfait gentleman, avant de reculer d'un pas.

- Démétri Volturi, mademoiselle. Enchanté.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t261-demetri-volturi-valide#919
Kim Butterffly
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Mar 24 Sep 2013 - 14:06

Jeune fille -Rien de spécial. Je cherchais juste à fuir ma famille.

Elle levait légèrement sa tête tout en regardant la jeune fille et ne pouvait que comprendre. Kim ne s'était pas enfui de chez elle sauf qu'elle était restée enfermé dans sa chambre toute la journée et ne sortait que pour aller aux toilettes ou encore aller manger sinon, elle voulait à tout prix avoir la paix. Malgré le fait qu'elle était restée enfermer et sous sa couverture, on ne la laissait pas tranquille. C'était comme si elle n'arrivait plus à les supporter, en sachant qu'ils étaient ses amis et qu'ils devaient s'inquiéter pour elle.

Elle sortit sa main gauche de l'eau et alla l'essayer sur son jogging et je jetai un coup d’œil à la jeune femme tout en essayant de sourire ce qui n'était pas fameux. Elle n'était pas du tout convaincue par elle-même puis finit par abandonner son sourire qui ne donnait absolument rien.

- Je dirais que nous sommes deux alors, enfin la mienne commence à m'énerver...

Kim se coupait dans sa lancée et savait parfaitement qu'elle ne pouvait rien révéler au sujet de son amnésie de peur qu'on lui joue un tour ou qu'on s'en serve contre elle pour la rendre vulnérable. Elle laissait un soupir silencieux sortir puis regarda une dernière fois le ciel étoilé tout en se demandant si un jour ses souvenirs lui reviendraient ou non. Elle ignorait si ce que sa mère lui avait dit était vrai, malheureusement pour elle, elle ne pouvait que la croire ainsi que de rester polie avec sa mère. Pour ce qui concernait ses amis, elle avait comme l'impression qu'elle n'était que là pour la décoration. Elle se sentait rejetée, invisible, mal dans sa peau. Elle voulait les fuir et de ne plus les revoirs sauf qu'elle ne savait pas comment leur dire.

Elle ne savait pas quoi faire le silence régnait sauf le bruit de l'eau qui coulait faisait comme un bruit de fond. Kim continuait à regarder la jeune fille tout en sachant que c'était un peu étrange que personne de sa famille venait la chercher ou s'était mis à sa recherche. La bonne humeur de Kim n'était décidément pas présente ce soir et ne voulait pas rentrer chez elle. Elle savait que sa mère allait l'attendre. Kim n'était plus une enfant, mais une jeune adulte qui savait un peu près s'occuper d'elle-même

Jeune fille - Je m'appelle Jane, dit-elle poliment. Tu préfères que je te laisse ? Je comptais aller aux remparts, à la base, ou au Palazzo dei Priori.

Kim n'avait plus envie de rester toute seule, la solitude était peut-être la solution la plus facile qu'elle avait trouvé afin d'éviter sa famille et ses amis. Si elle voulait, elle pouvait très bien partir sauf qu'elle ne savait pas où elle allait pouvoir habiter. Elle ne voulait surtout pas quitter ses petits frères. Dans toute cette histoire, ils étaient pour rien. Kim refusait de les perdre ou de les rendre malheureux voire même jusqu'à les protéger contre n'importe quoi pour les voir sourire.

Elle n'avait pas eu la peine d'ouvrir la bouche qu'un homme se joignait à eux et s'adressait directement à la jeune fille qui se nommait Jane

L'homme - Tu serais aussi bien dans ta chambre au château qu'à traîner dehors, tu sais. Ton frère va bientôt revenir.

Cette dernière regardait l'homme qui venait d'arriver tout en se demandant par où il était arrivé, car elle ne l'avait pas entendu arrivé. Elle avait beau rester silencieuse et ne pas s'occuper de leur affaire, mais elle avait toujours cette petite impression d'être toujours de trop quand un groupe se formait. Peut-être qu'elle n'était pas quelqu'un a intégré le groupe, elle n'était pas timide loin de là....

Elle préférait resté en dehors de cette histoire, d'ailleurs elle ignorait de quoi il voulait parler et ça lui convenait parfaitement. Jusqu'au moment où l'homme fit attention à elle et s'approcha d'elle. Elle ne savait pas trop quoi faire sur le coup, ce dernier finit par prendre la main de Kim afin d'y déposer un bisou. Elle le regardait choquée tout en sentant comme un léger frisson qui allait dans tout son corps. Encore une fois, elle n'avait pas encore eu le temps d'ouvrir la bouche pour répondre qu'il lui dit

L'homme - Démétri Volturi, mademoiselle. Enchanté.

Les deux personnes s'étaient présenté, mais apparemment Kim n'allait pas suffisamment vite pour leur dire son prénom. Elle regardait un petit moment le dénommé Démétri, par le peu de lumière, elle le trouvait charmant. Tout en continuant à le regardant un moment, elle se rappelait qu'elle ne s'était pas présenté. Elle fut encore une fois, la dernière à le faire ce qui devenait une mauvaise habitude.

- Euh... je m'appelle Kim Butterfly. Enchantée de faire votre connaissance à tous les deux. Dit-elle complètement gênée. Jane, tu ne m'ennuie pas... En ce qui concerne l'endroit cela m'importe tant que je ne sois pas près de chez moi.

Elle l'avait regardé tout en parlant puis elle regardait quelques secondes Démétri avec un petit sourire. Elle ne comprenait pas, car elle n'était pas d'humeur à sourire et ce qu'elle fait maintenant. Elle détournait bien vite le regard et manqua de tomber dans la fontaine. Elle ignore si c'était une bonne idée pour avoir dit cela sauf que pour le moment elle chercherait tout pour éviter de rentrer elle.

Elle n'avait pas pu le demander à Démétri, car il ne l'avait pas demandé sauf qu'elle savait parfaitement qu'elle ne sera pas contre, quoique les groupes n'étaient pas son fort. Tout en regardant ailleurs afin d'éviter le regard de ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Maes Hughes

Lieutenant-colonel

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 227
DC : Non

MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Mar 24 Sep 2013 - 15:44

[Kim, Jany m'a fait noter qu'elle nous laissait. Elle a moins le temps de Rp et quitte donc celui-là.^^]

L'humaine se contentait de le fixer, sans un mot, apparemment ahurie. Hum, il avait dit quelque chose de mal ? a moins qu'elle ne soit simplement surprise qu'il débarque ainsi sans crier gare. Les vampires étaient habitués, mais il savait que les humains préféraient entendre les gens qui arrivaient avant de les voir. Il ne se souvenait guère de la raison, en revanche. Sa propre humanité semblait si loin ! Plus d'un millénaire plus tôt, pour être exact. Et il était toujours là, immuable et inchangé, comme il le restera, jusqu'au jour où il sera détruit.

Humaine - Euh... je m'appelle Kim Butterfly. Enchantée de faire votre connaissance à tous les deux. Jane, tu ne m'ennuie pas... En ce qui concerne l'endroit cela m'importe tant que je ne sois pas près de chez moi.

Associable ? Ou triste ? Les deux ? Il avait déjà deviné qu'elle fuyait quelque chose, pourquoi rester seule dehors en pleine nuit sinon, mais ignorait qu'il s'agissait de sa famille. Que Jane lui ait dit qu'elle ne voulait pas la déranger était encore plus surprenant. L'absence d'Alec ne lui valait décidément rien ! D'un autre côté, c'était tout à fait compréhensible, après ce qu'ils avaient vécu ces deux dernières années.

Jane émit son désir de rentrer, et il lui lança un coup d'œil d'avertissement, à l'insu de la jeune humaine. Pas de conneries... Si elle partait, il la ramènera aussi sec, sans avertir qui que ce soit bien sûr, mais il ne la laissera pas filer. Elle lui renvoya un regard furieux, comme indignée qu'il doute de ça, mais le passé était là.

Jane - Et bien bonne nuit.

Elle fila vers le château et s'y engouffra. Il lâcha un léger soupir, puis dédia un sourire d'excuses à Kim.

- Elle ne va pas très bien en ce moment, dit-il pour excuser ce départ précipité. Veux-tu toujours voir les remparts ? Ceux du Sud sont très bien conservés, et surtout loin de toute habitation, tu ne risques pas d'être près de chez toi.

Il lui présenta galamment la main pour la faire se lever. Il faudrait qu'il prenne garde à sa façon de parler, héritée de sa jeunesse humaine, et qui consistait à rester toujours courtois, poli, avec des intonations suaves et maîtrisés. Il entraîna la jeune femme avec lui, dans l’entrelacs des rues et ruelles de Volterra. Certains frémiraient d'horreur pour Kim, en la sachant à se promener en pleine nuit avec le traqueur du Volturi, mais leurs craintes pouvaient être apaisées. On ne faisait aucun mal aux habitants de la ville.

Ils grimpèrent vers les remparts, dans la partie la plus ancienne de la ville. Lorsque le clan, était arrivé ici, il n'y avait alors qu'un village, qui était en fait tout le quartier Sud de la ville actuelle, perché sur un promontoire rocheux. Le château d'aujourd'hui n'était, il y a des centaines d'années, qu'une petite église. Sous l'impulsion des Volturi, le village était devenu cité, la cité ville, et était à présent bien implantée, développée, le château abritant le plus important clan de vampire au monde.

Ils arrivèrent sur les remparts, surplombant une partie de la ville. Le château se dressait plus loin, écrasant de son ombre menaçante une grande partie des maisons. Démétri connaissait cet endroit aussi bien que lui-même. Il l'avait vu grandir et se développer. Il connaissait si bien Volterra qu'il aurait pu s'y déplacer sans peine les yeux fermés, reconnaissant chaque pierre rien qu'au touché. Il s'assit sur un des créneaux, regardant la ville endormie.

- Je regarderais ça pendant des heures. Cette ville est belle.

Et cela, il le pensait véritablement. Bien qu'il soit souvent à courir le monde, il aimait revenir ici. Volterra représentait sa vie et son foyer. Il sourit à Kim, notant au passage qu'elle semblait plus triste sous l'éclat de la Lune. Il aimerait voir à quoi elle ressemble sous la lumière du soleil.

- Pourquoi veux-tu fuir ta famille, si ce n'est pas trop indiscret ? Ne réponds pas si ne le veux pas, je ne souhaite pas être brusque ou me mêler de ce qui ne me concerne pas.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t261-demetri-volturi-valide#919
Kim Butterffly
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Mar 24 Sep 2013 - 19:48

[Il n'y a pas de soucis, je peux comprendre ^^]

Démétri - Elle ne va pas très bien en ce moment, dit-il pour excuser ce départ précipité. Veux-tu toujours voir les remparts ? Ceux du Sud sont très bien conservés, et surtout loin de toute habitation, tu ne risques pas d'être près de chez toi.

Elle finissait par le regarder sans avoir ouvert la bouche, elle n'avait rien dit. De toute façon ce n'était pas de ses affaires, elle ne pouvait rien dire au sujet que Jane ne se sentait pas très bien, car c'était la même chose en ce moment avec elle-même. Elle regardait à nouveau un peu le ciel étoilé en fermant quelques secondes les yeux puis les rouvre. Elle regardait Démétri, elle ignorait vraiment tout ce qui pouvait se passer autour d'elle ou du moins elle l'avait oubliée.

Tout en continuant à le regarder, elle ne pouvait pas refuser la proposition qu'avait Démétri, car après tout c'était elle qui avait voulu être loin de chez elle afin de pouvoir réfléchir à tout ce qui venait de se passer. Malgré le fait qu'elle pouvait se sentir de plus en plus invisible avec son entourage, pourtant c'était plutôt étrange depuis que son regard avait croisé celui de Démétri.

- Il est encore trop tôt pour que je rentre chez moi donc je suis toujours partante

Elle pouvait voir qu'il lui tendait sa main, mais elle hésita un petit moment avant d'accepter. Tout en restant dans ses pensées, elle pouvait remarquer que la main de Démétri était si froide qu'elle ressentait dans son corps tandis que la main de Kim soit toute chaude. La main de ce dernier, ne se réchauffait pas, elle restait à la même température. Elle avait eu l'impression que la froideur de la main de ce dernier lui disait vaguement quelque chose ou qu'elle touche du marbre.

Heureusement que Kim soit une personne qui est sportive, car sinon, elle n'aurait pas su le suivre. Elle n'était pas à bout de souffle bien au contraire, sa petite course qu'elle avait fait pour arriver à la fontaine, l'avait à peine épuisée et puis elle c'était bien reposer. Durant le trajet, le silence régnait en roi, ce qui permit à Kim de retourner dans ses pensées. Au plus qu'elle réfléchissait à ce que sa mère lui a dit au sujet de son amnésie et qu'elle ne devait le dire à personne la rognait au plus profond d'elle. Elle voulait se confier à une personne qui pouvait la comprendre et qui comprenait sa souffrance sauf que cette personne ne s'était jamais présenté ou du moins elle n'avait jamais essayé.

La nuit était si calme et si apaisante pour elle, les habitants qui dormaient sans pouvoir se soucier du lendemain, ce qui tracassait petit à petit Kim. Elles trouvaient que les habitants de cette ville se baignaient dans un bonheur qu'ils ne voyaient pas les autres qui ont des soucis. Kim se sentait dans le deuxième qu'à sauf qu'elle souffrait en silence et seule.

Elle laissait échapper un soupir avant de reprendre son attention sur Démétri, mais elle venait de remarquer qu'ils s'étaient arrêtés. Kim n'avait encore jamais vu une vue comme celle-ci, elle restait éblouie par la vue sur la ville.

Démétri - Je regarderais ça pendant des heures. Cette ville est belle.

C'était tellement magnifique qu'elle en restant muette, elle n'avait jamais remarqué que le château pouvait mettre l'ombre sur une grande partie de la ville. Elle finit par aller s'asseoir près de Démétri et leva la tête vers le ciel. Elle avait l'impression que la lune était beaucoup plus proche ainsi qu'il y avait un peu plus de lumière.

- La vue d'ici est magnifique, je ne connaissais pas cet endroit.

Elle avait posé la question alors que ce n'était pas sûr que Démétri ait la réponse. Elle décida de l'observer surtout qu'elle pouvait un peu mieux le voir. Ce dernier à un charme qu'elle ne pouvait pas décrire, puis elle le détournait avant qu'il puisse le remarquer.

Démétri - Pourquoi veux-tu fuir ta famille, si ce n'est pas trop indiscret ? Ne réponds pas si ne le veux pas, je ne souhaite pas être brusque ou me mêler de ce qui ne me concerne pas.

Elle restait silencieuse et un peu perdue sur ce qu'il avait dit. Tout en sachant qu'il n'était pas là quand elle en avait parlé à Jane. Elle ne savait pas quoi lui répondre sauf que le garder pour elle toute seule n'étaient spécialement quelques choses de mieux à faire. Elle se demandait également, si elle devait lui révéler sur son amnésie qu'elle ne se souvient de rien avant son réveil. Elle finissait par lui dire sincèrement

- Je me sens parfois comme un oiseau en cage qui attend de prendre son envol. Le fait que je recherche à fuir un peu ma famille ce soir, c'est parce qu'elle me mette trop la pression ainsi qu'à me poser toujours les mêmes questions. Cela commence vraiment à devenir insupportable...

Elle savait qu'elle en avait beaucoup trop dit, mais il fallait bien que cela sortît un jour. Après qu'elle eut dit cela, elle n'osait pas le regardait. Ses problèmes ne devaient pas l'intéressé, car après tout le monde en avaient....
Revenir en haut Aller en bas
Maes Hughes

Lieutenant-colonel

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 227
DC : Non

MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Jeu 26 Sep 2013 - 20:05

Il jetait en douce des coups d'œil à la jeune humaine, alors qu'elle gardait le silence pour le moment. Beaucoup lui diraient qu'il ne faisait que perdre son temps, assis sur les remparts à tenir la discussion avec un repas. et puis, pourquoi pas, après tout ? Pourquoi ne pourrait-il pas traîner ici à parler à quelqu'un qui ne soit pas de leur monde, juste pour le simple plaisir de parler ? D'accord, c'était une conversation faussée et peu naturelle, il ne pouvait le nier. Il y avait plus de différences entre eux que Kim ne pouvait seulement l'imaginer, à commencer par l'âge. Mais pourquoi pas ? Il s'agissait de "moments de pause" nullement désagréables, où il pouvait oublier un tantinet à quel monde il appartenait.

Kim avait quoi ? Vingt ans ? Un peu plus ? Démétri en avait vingt-trois ou vingt-quatre lorsqu'il avait été mordu, il ne s'en souvenait plus exactement. Mordu au fond d'une ruelle sale, dans son grand pays glacial et presque désertique. Un pays s'étendant sans fin, perpétuellement recouvert de neige et de glace, bien plus qu'à l'époque et maintenant. Il y avait plus d'un millénaire... Et les années continuaient de filer.

Kim - Je me sens parfois comme un oiseau en cage qui attend de prendre son envol. Le fait que je recherche à fuir un peu ma famille ce soir, c'est parce qu'elle me mette trop la pression ainsi qu'à me poser toujours les mêmes questions. Cela commence vraiment à devenir insupportable...

Les mêmes questions ? Il tourna la tête vers elle, les sourcils légèrement froncés. Habitué à ce qu'Aro sache tout d'un simple effleurement, il n'avait jamais eu à souffrir de ce genre de situation depuis son entrée chez les Volturi. Puisqu'Aro pouvait tout savoir si aisément, il devenait inutile de questionner qui que ce soit. Et encore moins à imposer une pression pour obtenir un renseignement, d'autant plus que certains - mais il ne visait personne - n'arrivaient pas à se tenir et s'enfonçaient très facilement.

La première chose était également une quasi-inconnue pour lui. Il ne s'était jamais, jamais, senti prisonnier. Humain, il avait toujours été libre d'aller et venir à sa guise. Et il savait qu'il avait conservé cette liberté, garde ou non. Certes, il obéissait au clan, mais il était très souvent de sortie. Et si jamais il lui prenait l'envie de disparaître définitivement, il pourra le faire. Sans vouloir se montrer vantard, il était le meilleur, concernant la traque. Fait qui lui permettrait de ne jamais retomber aux mains de qui que ce soit.

- Je ne sais quoi dire, pour être honnête, dit-il dans le silence de la nuit. Je ne me suis jamais trouvé dans cette situation, et n'ai jamais rien eu à cacher, ou su des choses que d'autres convoitaient. Et j'ai toujours été libre.

L'immortalité était finalement, pour lui, un don lui permettant de continuer à parcourir le monde, filant comme le vent, pouvant aller où il le désirait. Traquer les gens n'était pas un jeu, pour lui, alors que cela l'était pour la très grande majorité des traqueurs.

- Pourquoi ne pas dire à ta famille que tu ne veux pas leur répondre ? Ou... Que tu ne le peux pas ?

Il avait senti un problème sous-jactent, ne serait-ce que par l'hésitation de la jeune humaine, son ton, sa voix, tous ces petits signes qui montraient qu'elle était mal à l'aise, et en même soulagée de parler enfin.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t261-demetri-volturi-valide#919
Kim Butterffly
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Ven 27 Sep 2013 - 20:34

Démétri - Je ne sais quoi dire, pour être honnête, dit-il dans le silence de la nuit. Je ne me suis jamais trouvé dans cette situation, et n'ai jamais rien eu à cacher, ou su des choses que d'autres convoitaient. Et j'ai toujours été libre.

Elle continuait à éviter le regard Démétri, car elle savait parfaitement qu'elle n'allait pas pouvoir garder son secret pour elle-même. Cela lui pesait trop lourd et n'en pouvait plus de voir tous ses regards sur elle comme si elle était une bête de foire où quelques choses qui s'en approchaient. Elle avait parfaitement entendu ce qu'il avait dit sauf qu'elle préférait garder le silence. Elle en était un peu jalouse qu'il ait autant de liberté, alors qu'elle n'en avait pas ou très peu....

Elle finissait par regarder sa propre main tandis que la chaleur de sa main redevenait normale, sauf qu'elle avait eu une petite impression qu'elle avait déjà ressenti cette froideur ou peut-être que ce n'était illusion. Elle ignorait ce que ça pourrait être, mais se contentait de lever la tête afin de regarder.

Démétri - Pourquoi ne pas dire à ta famille que tu ne veux pas leur répondre ? Ou... Que tu ne le peux pas ?

La deuxième question lui surprenait beaucoup, car d'habitude personne ne se souciait d'elle ou limite qu'on la laissait tomber. Elle baissait la tête pour la deuxième fois et en serrant ses mains l'une contre l'autre, car elle sentait que ses mains tremblaient légèrement. Elle ignorait cependant, le pourquoi ses mains tremblaient.

- Je ne leur réponds pas tout simplement, le silence est ma meilleure réponse que j'ai pu leur faire comprendre.

Tout commençait à devenir compliqué pour elle, surtout, elle voulait partager sa crainte avec quelqu'un, mais le faite d'en parler petit à petit à Démétri qui n'était qu'un parfait inconnu pour elle lui faisait bizarre. Pourtant, elle arrivait facilement à lui parler ou du moins elle avait l'impression qu'il n'allait pas la juger. Le silence était devenu une petite habitude de Kim même si parfois ses proches essayaient parlaient ou d'essayer de savoir comment elle allait.

Depuis qu'elle s'était réveillée dans le lit d'hôpital c'était bien la première fois qu'elle ne se sentait pas rejetée ou en avoir eu le sentiment. Kim avait su au premier regard avec sa mère que cette dernière lui cachait quelques choses sauf qu'elle ne l'avait jamais demandé. La ville était si silencieuse, cette dernière finissait par soupir tout en sachant que dans quelques heures toutes ses rues seraient à nouveau remplie de monde et de bruit ainsi que la fraicheur du soir, ne serait plus là pour laisser la chaleur étouffante de la journée prendre le relais.

Elle finissait par lever la tête afin d'observer Démétri, elle se mit d'accord avec elle-même pour le mettre sur la piste du sujet qu'elle n'avait pas le droit de dire. Peut-être que la peur ne venait pas d'elle, mais de sa mère qu'elle retrouve sa mémoire et de partir loin d'elle comme l'avait faite sa grande soeur.

- Est-ce qu'il t'est déjà arrivé de te réveiller en ayant tout oublié de ce que tu avais fait la veille ? Enfin, d'avoir une sorte de voile noir qui t'en empêche.

Kim ne pouvait pas être plus précise de ce qu'elle venait de lui dire. Tout allait dépendre de lui maintenant. Elle pria très fort dans sa tête afin qu'il puisse le deviner directement ce qui lui ferait un grand bien ainsi que d'être débarrassé de son poids qu'elle portait sur ses épaules depuis son réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Maes Hughes

Lieutenant-colonel

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 227
DC : Non

MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Ven 27 Sep 2013 - 23:50

Démétri regardait sa compagne d'un soir, alors qu'elle se mettait à jouer avec ses mains, nerveusement, comme le faisait la plupart des humains lorsqu'ils étaient soumis à une forte pression. Lui trouvait ça plutôt attendrissant, même si beaucoup trouvaient ça exaspérants. bah, de toute façon, nombreux étaient ceux qui avaient oubliés leur propre humanité. Humanité qui finissait par disparaître, confondus par une foule de souvenirs bien plus clairs, précis et vifs. Le premier étant bien sûr la transformation.

Kim - Je ne leur réponds pas tout simplement, le silence est ma meilleure réponse que j'ai pu leur faire comprendre.

Mmh... Elle avait définitivement un grave problème, mais lui voyait différentes sources possibles. Et le fait que sa famille la harcèle ne devait l'aider en rien. Les humains n'étaient en général pas très fins lorsqu'il s'agissait d'obtenir un renseignement, même lorsqu'ils devaient l'arracher à un membre de leur propre fille ! Il était possible qu'elle ait vécu un évènement traumatisant et refuse d'en parler, d'en confier le moindre détail, et on voudrait la pousser à tout dévoiler malgré tout. Tout sa pression, son malaise, et tout ce qui s'ensuit. Il était également possible qu'elle soit liée par une promesse, un pacte, qui l'empêcherait de parler de ce qu'elle cachait, quoi que cela puisse être. A moins, encore, qu'il ne s'agisse d'un évènement oublié depuis longtemps, et qu'on voudrait ramener à la surface. Les humains avaient une formidable capacité à oublier, surtout lorsque les souvenirs étaient pénibles.

Dans tout les cas, sa famille n'avait vraiment pas l'air très fine... Il comprenait que certaines personnes préfèrent reléguer tout au fond de leur mémoire des choses traumatisantes. Les humains avaient de toute façon une vie si courte que cette capacité à oublier était parfois vitale. Mais certains n'y parvenaient jamais. Lui-même, alors qu'il était un jeune Russe trop pâle et trop étrange, n'oubliait jamais rien. Bien au contraire, il retenait les choses un peu trop facilement, particulièrement les noms, les prénoms, les visages. Les odeurs.

Kim - Est-ce qu'il t'est déjà arrivé de te réveiller en ayant tout oublié de ce que tu avais fait la veille ? Enfin, d'avoir une sorte de voile noir qui t'en empêche.

Il eut un petit rire, puis lui sourit.

- Je ne dors pas beaucoup, en fait.

Retrouvant son sérieux, il leva doucement une main et posa quelques doigts sur son front, presque dans une caresse, posant sur elle un regard à la fois sérieux et compatissant. Il savait maintenant quelle hypothèse était la bonne.

- Tu es amnésique.

Ce n'était pas une question. Le ton était froid et sans appel. Il baissa sa main et la contempla un instant. Amnésique, donc. Cela arrivait plus souvent qu'on ne pouvait le croire, à la suite d'un choc émotionnel, ou d'un grave traumatisme physique, souvent les deux à la fois. L'esprit se refermait, enfermant les souvenirs pénible, et ce pour permettre à la personne de continuer à vivre sans sombrer dans la folie pure.

- Je comprend mieux pourquoi ta famille te mets la pression, et pourquoi tu cherches à la fuir... Et vu ton attitude, ce doit être relativement récent. Navré, on me confie beaucoup de travail, mais te rendre ce que tu as perdu ne fait pas parti de mes capacités. Même si je me demande, parfois, s'il ne vaudrait pas mieux laisser certains souvenirs endormis.

Là, il pensait aux jumeaux, qui auraient mieux vécus s'ils avaient absolument tout oublié de leur passé humain.

- Que ressens-tu, là, maintenant ? En vivant avec ça ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t261-demetri-volturi-valide#919
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Mar 1 Oct 2013 - 22:26

Démétri - Je ne dors pas beaucoup, en fait.

Elle le regardait un peu surprise sur le fait qu'il lui avait dit qu'il ne dormait pas beaucoup. Elle ignorait ce qu'il lui faisait rire sur le sujet. Elle pouvait sentir les doigts glacés de Démétri sur son front, peut-être qu'il avait froid vu la froideur de ses doigts. Elle lui avait dit ce qu'elle pouvait lui dire sans briser la promesse qu'elle avait faite à sa mère. Elle avait essayé avec plusieurs personnes de leur dire sauf qu'il ne l'avait pas su de quoi elle voulait parler.

Démétri - Tu es amnésique.

Elle lâcha un soupir, car elle était soulagée. Il avait deviné ce qui n'allait pas avec elle ou qu'elle avait tellement essayé de le faire comprendre à d'autres personnes qui ont finit par la prendre pour une folle. Maintenant qu'il était au courant, elle sentait son poids était beaucoup moins lourde sauf qu'il restait toujours présent.

- Oui, je suis amnésique, mais je ne l'ai pas voulu

Elle cherchait à se justifier, mais elle savait parfaitement que ce n'était pas de sa faute qu'elle soit devenue comme cela. Elle se rappelait encore de son réveil à l'hôpital ainsi que tous ses visages qui lui étaient complètement inconnus et pourtant elle leur a accordé sa confiance à des étrangers. Cette fois-ci encore elle faisait confiance à un parfait inconnu qu'elle venait de croiser.

Démétri - Je comprend mieux pourquoi ta famille te mets la pression, et pourquoi tu cherches à la fuir... Et vu ton attitude, ce doit être relativement récent. Navré, on me confie beaucoup de travail, mais te rendre ce que tu as perdu ne fait pas parti de mes capacités. Même si je me demande, parfois, s'il ne vaudrait pas mieux laisser certains souvenirs endormis.

Elle restait muette, car elle était parfaitement d'accord avec lui enfin surtout pour la fin. Elle savait parfaitement que personne ne pouvait l'aider et qu'elle a toujours été toute seule face à son amnésie. Elle avait beau cacher toutes ses douleurs au fond d'elle, mais cette fois-ci s'en était trop pour elle. Les médecins étaient incompétents, elle avait toujours fait comme si elle n'avait jamais rien entendu quand le médecin avait demandé à sa mère de lui parler dehors sauf que sa grande soeur n'avait pas de secret. Hors Kim savait parfaitement qu'elle était partie pour aller retrouver son mari et son enfant.

Elle avait beau garder son calme au fond d'elle, car elle savait que Démétri n'y était pour rien. Elle réfléchissait réellement à ce qu'il avait dit en dernier lieu. Peut-être qu'elle devait réellement arrêter de chercher quelques choses que son âme voudrait à tout prix la protéger. Elle devait vivre le jour et non d'essayer de trouver son passé perdu.

- Je suis désolée de m'être laissé en porté surtout de parler de mes problèmes avec toi. C'est vrai que mon amnésie est récente pour moi sauf qu'à mon réveil, je me souvenais seulement de mon nom, prénom, mon âge et peut-être à l'endroit où j'avais un travail. Personne ne pourra rendre mon passé, les médecins sont incompétents dans ce domaine. Je crois que tu as raison, je vais laisser tous les souvenirs de mon passés endormis.

Elle avait eu beau le dire avec une voix qui était plutôt calme, mais elle savait qu'au fond d'elle, il y avait de la colère voire même de la tristesse. Elle allait devoir essayer de passer par-dessus ce qu'elle essayait de récupérer. Kim savait parfaitement qu'elle n'aura pas facile à s'empêcher de regarder dans son passé. Cependant, elle ne pouvait pas le garder pour toute sa vie sauf que ses amis n'étaient pas vraiment ceux qu'elle avait tellement experts.

Kim avait en quelque sorte ouvert les yeux sur des choses qu'elle ne pourrait peut-être plus jamais récupérer. Certaines questions qu'elle cherchait les réponses étaient devenues clair, elle luttait toujours contre les sentiments de colère ou de tristesse qui montait en elle.

Démétri - Que ressens-tu, là, maintenant ? En vivant avec ça ?

Elle le regardait sans rien dire tout en réfléchissant du comment elle pourrait lui expliquer comment elle pouvait vivre avec cela. Elle déposait ses mains sur ses propres jambes et ne trouvait pas dont la façon, elle pouvait lui dire gentiment.

- Je n'arrive pas à l'accepter, puis j'ai l'impression que le monde entier finirait par me rejeter d'une façon ou d'une autre. Ma famille et mes amis me donnent envie de leur dire d'aller voir ailleurs ainsi que de me laisser tranquille. J'ai... j'ai parfois l'impression que tout le monde me ment pour je ne sais quelle raison. Certaines fois, je me demande si la solution la plus facile est de disparaître pour n'être plus un fardeau pour le monde entier. Je ris très peu ou très rarement enfin bref, j'en ai trop dit sur moi-même....

Kim était beaucoup trop honnête envers ce qu'elle ressentait au fond d'elle-même et ne sachant pas trop quoi dire surtout en vidant son sac. Elle finissait par se lever et marcha pour s'éloigner un peu de Démétri afin de laisser ses larmes coulées le long de ses joues, les sentiments qu'elles avaient ressentis n'étaient que de la colère qui était cachée au plus profond de tout son être. Elle essuya son visage avec ses mains afin de faire partir ses larmes. Elle n'osait pas le regarder et préférait de continuer de lui tourner le dos.

- Je suis navrée de te parler de mes soucis... Je parle tout le temps et je ne connais rien sur toi.

Elle continuait à regarder la ville qui était endormie qui était si calme pour elle et si apaisant pour elle. Loin de sa famille ainsi que les problèmes qu'elle a en ce moment même, elle pouvait respirer malgré ce qu'elle venait d'avouer.

- Démétri tu es bien le premier à qui je dis tout cela...

Elle avait eu un moment de faiblesse et maintenant, elle voulait à tout prix devenir plus forte comme elle voulait le montrer à tout le monde. Kim pouvait sentir le vent qui lui caressait ses joues sans regarder Démétri surtout après ce qu'elle lui avait dit.

- Dit est-ce existe-t-il dans ce monde un endroit où le mensonge ne pourrait pas exister ?
Revenir en haut Aller en bas
Maes Hughes

Lieutenant-colonel

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 227
DC : Non

MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Ven 4 Oct 2013 - 22:16

Kim commença par le regarder un petit moment, réfléchissant sans doute à sa réponse. Il avait sans doute été indiscret, mais pour lui, elle se sentira mieux si elle se décharge enfin de tout ça. Oui, il se souciait des états d'âmes d'une humaine. Et alors ? Ils avaient tous été humains un jour, et il n'était pas non plus forcé de toujours les voir comme des casses-croûtes ambulants et qui sentaient bons. De plus, elle soutenait vouloir laisser tout cela derrière elle, ce qui démontrait d'une certaine volonté. En tout cas, c'est comme ça qu'il le voyait.

Kim - Je n'arrive pas à l'accepter, puis j'ai l'impression que le monde entier finirait par me rejeter d'une façon ou d'une autre. Ma famille et mes amis me donnent envie de leur dire d'aller voir ailleurs ainsi que de me laisser tranquille. J'ai... j'ai parfois l'impression que tout le monde me ment pour je ne sais quelle raison. Certaines fois, je me demande si la solution la plus facile est de disparaître pour n'être plus un fardeau pour le monde entier. Je ris très peu ou très rarement enfin bref, j'en ai trop dit sur moi-même...

Elle se leva, et il entendit son pouls prendre une petite accélération alors qu'elle se mettait à pleurer. Tourner le dos à un vampire ne servait à rien, surtout à une aussi faible distance. Il entendait parfaitement le bruit de son cœur et de sa respiration, ressentait la peur qui s'emparait d'elle, lisait clairement ses émotions sur son visage, dans ses gestes, dans sa posture. Même le son de sa voix la trahissait.

L'impression que le monde entier vous rejette. Que l'on vous cache plusieurs choses. Le sentiment de ne pas avoir sa place. Il l'avait connu, à une époque, bien que ce ne soit pas du tout le même contexte. Après la mort de ses "parents", ses créateurs, tués par les Volturi pour avoir enfreint les lois, il s'était retrouvé seul un long moment. Vraiment seul. Les traqueurs n'étaient pas spécialement appréciés, et il avait perdu tous repères. C'était pour cela qu'il avait intégré le clan Italien. Pour trouver de l'ordre, de la stabilité, un endroit pour vivre. Un entourage. Il détestait être seul, hormis durant les missions.

Kim - Je suis navrée de te parler de mes soucis... Je parle tout le temps et je ne connais rien sur toi.

Elle n'avait pas à être navrée... N'importe qui devait parler, se confier, tôt ou tard. Et puis, il doutait qu'elle soit ravie de tout apprendre sur lui, avec ça. Il se voyait bien lui expliquer qu'il avait plus de mille ans, qu'il se nourrissait de sang humain, et que son boulot consister à traquer les dingues et les allumés sur toute la planète pour soit les traîner à Volterra, soit les liquider. Dans les deux cas, les survivants étaient une espèce rare.

Kim - Démétri tu es bien le premier à qui je dis tout cela...

Il la regarda pensivement, étonné malgré tout qu'elle ait pu lui parler si facilement. Ses cheveux voltaient dans le vent, alors qu'elle ne s'était toujours pas retourné. Il se demandait à quoi elle pensait. Il ne savait même pas s'il la reverra demain ou un autre jour, avec ça.

Kim - Dit est-ce qu'il existe dans ce monde un endroit où le mensonge ne pourrait pas exister ?

Il se leva à son tour. des endroits, il y en avait, mais il vaudrait mieux pour elle qu'elle ne les connaisse pas. Il y avait une grande marge entre une vie sans mensonges, et une vie où quelqu'un connaissait absolument tout de vous, de vos pensées, de vos secrets, chacune de vos hontes et de vos peurs. Mais même avec ça, le mensonge était toujours latent.

- Tant qu'on vit, dit-il lentement, je crois qu'il y aura toujours du mensonge, ou des choses que l'on garde au plus profond de notre cœur. Seuls les morts ne mentent pas.

Cela, c'était une vérité qu'il fallait admettre le plus tôt possible, sous peine d'en devenir dingue. Il observa quelques secondes les étoiles, pensif, puis se tourna à nouveau vers Kim. Il n'avait guère envie de la blesser ou de la décourager, mais il ne servait à rien de renier la réalité. Leur monde était ainsi, il évoluait lentement, et il fallait s'adapter. Il repensa à ce qu'elle avait dit plus tôt.

- Tu n'as pas à être navrée de te confier, tu sais. Crois-moi, je ne suis pas le genre à aller crier ce genre de choses sous tous les toits. Et que tu connaisses rien sur moi... Hum, pour te faire un rapide topo, j'ai 23 ans, je vis au château de Volterra avec ma... ma famille, pour dire les choses simplement. Quand à mon métier... Je suis une sorte de garde, ou d'enquêteur, appelle ça comme tu veux. Je suis chargé de retrouver les gens qui ont disparu.

Il se plaça de nouveau près d'elle et lui sourit, sincèrement, comme s'ils étaient amis.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t261-demetri-volturi-valide#919
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Dim 6 Oct 2013 - 15:31

Elle regardait un peu la ville et surtout qu'elle pouvait repérer sa maison de loin. Elle n'avait jamais remarqué que la ville pouvait être grande enfin, elle n'avait jamais fait attention. Kim se sentait beaucoup plus légère surtout après dit ce qu'elle avait en elle. D'une certaine manière, elle ne voulait plus rentrer chez elle et de faire quelques choses de sa vie, sans avoir sa mère constamment sur son dos ou ses amis qui finiront un jour à mettre Kim à bout. Cette dernière avait beau se montrer gentille avec eux, enfin un peu près tout le monde. Personne n'avait encore jamais vraiment vu son côté froid et agressif du moins de ce qu'elle se rappelle. Elle avait à la limite de montrer sa froideur ce soir, mais elle ne l'avait pas fait ce qui était un bon point pour elle.

Elle n'avait pas remarqué que Démétri s'était approché d'elle, sauf qu'elle ne faisait rien pour le rejeter et n'en voyait pas la raison de le faire. Il n'avait rien fait pour qu'elle puisse s'énerver contre lui. La solitude qu'elle avait voulu un certain moment, elle n'en voulait plus. En fin de compte de la compagnie ne lui faisait que du bien.

Démétri - Tant qu'on vit, dit-il lentement, je crois qu'il y aura toujours du mensonge, ou des choses que l'on garde au plus profond de notre cœur. Seuls les morts ne mentent pas.

Ce qu'il venait de dire touchait énormément Kim, car c'est vrai qu'on peut garder un secret et tout en voulant le cacher, on se trouvait obligé de mentir à nos proches, à nos amis bref la vie n'est faite que sur le mensonge. Elle restait surprise quand il parla des morts qu'ils étaient les seuls qu'ils ne mentissent pas. Elle le regardait quelques secondes avant de regarder à nouveau devant elle. Cette dernière était un peu perdue. Pour Kim, les morts ne pouvaient plus parler donc c'était normal qu'aucun mensonge ne pût sortir de leur bouche. Pourtant, il y avait quelques choses qui l'intriguaient, elle ne savait pas trop quoi faire sur le sujet, comme si elle en avait légèrement peur.

- Honnêtement, je trouve que le mensonge peut être un vrai poison, même la vie. Soit on est accepté quel qu'on est ou on est rejeté voir qu'on se sent rejeté. Par ailleurs, j'avoue que je ne suis pas très à l'aise avec le sujet des morts, mais cela m'intrigue surtout de la manière que tu as pu me le dire.

Kim ne savait plus trop comment réagir face à cela, d'ailleurs elle ignorait d'où venait ce mal aise qu'elle pouvait avoir en ce moment. Ce fut bien la première fois qu'elle soit comme cela, même après son réveil qui n'était rien comparé à ça. Elle se demandait si cela ne venait pas de son passé oublié ou quelques choses de très proche. Elle finissait par regarder les étoiles qui brillaient dans le ciel sombre. Elle avait remarqué que c'était devenu une habitude de faire cela quand elle ne se sentait pas très bien.

Démétri - Tu n'as pas à être navrée de te confier, tu sais. Crois-moi, je ne suis pas le genre à aller crier ce genre de choses sous tous les toits. Et que tu connaisses rien sur moi... Hum, pour te faire un rapide topo, j'ai 23 ans, je vis au château de Volterra avec ma... ma famille, pour dire les choses simplement. Quand à mon métier... Je suis une sorte de garde, ou d'enquêteur, appelle ça comme tu veux. Je suis chargé de retrouver les gens qui ont disparu.

Elle regarde Démétri après qu'il eut dit cela, elle le regardait sourire sans vraiment savoir comment réagir face à cela. Quoique c'était elle qui avait demandé de le connaitre un peu, cette dernière était quand même surprise d'entendre qu'il avait un peu après le même âge. Sa famille habitait dans le château, maintenant elle savait qu'il y avait des personnes qui y habitaient dans cet immense endroit. En ce qui concernait son métier, elle était quand même impressionnée par le fait qui pouvait voyager dans le monde.

Une brise légère de vent fit son apparition une nouvelle fois, mais elle pouvait sentir en même temps son cellulaire qui vibrait dans sa poche. Elle ne faisait pas attention et continuait à regarder un petit moment Démétri

- Nous avons un peu près le même âge, j'en ai 22. Je passe pour ma famille et en ce qui concerne mon métier, je crois que ça un rapport avec l'aviation. Sinon est-ce que tu voyages beaucoup ?

Elle ne savait pas trop le pourquoi elle avait sorti cela. Kim savait parfaitement qu'elle avait très vite changé de sujet, car sinon, elle revenait sur son passé ce qu'elle s'était promis de ne plus revenir dessus. Ce qui n'était pas si évidant à faire sauf qu'elle était sûre d'y arriver. Kim ne savait pas trop si fallait qu'elle lui dise qu'elle n'était pas toujours avec la même couleur de cheveux, cela elle l'avait su par sa soeur qu'elle ne gardait jamais la même couleur de cheveux enfin, elle devait dire que tout dépend aussi de son humeur. Sur le coup, elle préférait le garder pour elle-même et de toute façon, ce n'était pas un secret, généralement, tout le monde le remarque facilement.

- Démétri, merci. Ne le prends pas mal, mais tu es apparu au moment où je me sentais le plus mal comme une sorte d'ange gardien.

C'était la deuxième fois qu'elle souriait en présence Démétri sauf que c'était fois-ci cela n'avait rien à voir avec toute la nervosité, mais ce n'était que de la sincérité. Depuis son réveil c'était bien la première fois qu'elle sentait bien sans avoir aucune pression qui pesait sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Maes Hughes

Lieutenant-colonel

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 227
DC : Non

MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Sam 19 Oct 2013 - 17:53

Elle le regardait à son tour, à la fois mal à l'aise et détendue, il le sentait. Les humains changeaient si vite d'émotions et de pensées ! Si vite qu'on avait parfois du mal à suivre. Enfin, cela ne devrait pas le toucher plus que ça. Il doutait de la revoir un jour, même s'il le voudrait bien. C'était agréable de discuter sans prise de tête ou quoi que ce soit. Sans parler de combat ou autre.

Kim - Nous avons un peu près le même âge, j'en ai 22. Je passe pour ma famille et en ce qui concerne mon métier, je crois que ça un rapport avec l'aviation. Sinon est-ce que tu voyages beaucoup ?

Il acquiesça lentement. Pour ça, oui, il voyageait beaucoup ! Aux quatre coins du monde, filant à travers les pays de long en large. Il avait été partout, avait vu des endroits fabuleux et d'autres insignifiants. Il avait vu, en plus de mille ans d'existence, les paysages changer et se bouleverser. La terre aujourd'hui ne ressemblait en rien à ce qu'elle était il y a juste quelques centaines d'années. Les humains étaient plus nombreux, les vampires aussi. Le monde avait tellement changé que s'en était presque effrayant.

Si Kim savait... Si elle savait, elle ne se soucierait plus de leurs âges. Il avait des centaines d'années de différence avec elle, bien qu'il ait été mordu à 23 ans. Il porta inconsciemment une main à son cou, là où il avait encore la marque de sa morsure. Comme un rappel.

Kim - Démétri, merci. Ne le prends pas mal, mais tu es apparu au moment où je me sentais le plus mal comme une sorte d'ange gardien.

Il eut un maigre sourire. Ange gardien ? Ange du diable, plutôt. Ange déchu. Démon, dans tous les sens du terme. Il se rapprocha et s'appuya sur un créneau, tout près d'elle. Il ne souriait plus, on ne peut plus sérieux. Il savait qu'il ne pouvait pas aller très loin avec elle. Ils ne pouvaient se voir en plein jour, et elle ne devait rien savoir. Absolument rien. Il planta ses yeux dans les siens.

- Je ne suis pas du tout un ange gardien, murmura-t-il d'un ton menaçant, penché si près, sur elle, qu'il aurait pu l'embrasser.

Il se redressa, l'ombre quittant son visage, et recouvra son air habituel. Il lui sourit même, tout à fait innocent, et se rassit sur le créneau.

- Tu devrais tout de même essayer de garder de bonnes relations avec ta famille, tu sais.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t261-demetri-volturi-valide#919
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Dim 20 Oct 2013 - 18:37

Démétri - Je ne suis pas du tout un ange gardien, murmura-t-il d'un ton menaçant, penché si près, sur elle, qu'il aurait pu l'embrasser.

Cette dernière le fixait sans rien dire et ne comprenait pas le pourquoi, il lui disait cela. Elle pensait qu'elle avait dit quelque chose de mal voir même de travers. Kim avait remarqué qu'il y avait quelques choses de menaçant dans sa voix, ce qui lui donna des frissons. Elle voulait se faire toute petite sur le coup, afin d'aller se cacher dans un trou de peur qu'elle ait dit quelque chose qui ne fallait pas. Elle avait beau essayer de contenir sa peur parce qu'il venait de dire, malheureusement, ce fut un échec total. Elle sentait sa gorge se serrer et son cœur qui s'était mis à battre beaucoup plus vite.

Son esprit lui disait de partir sauf que son courage forçait à son corps de rester sur place afin de limiter sa crainte. Kim ne savait plus à la longue comment réagir, bien qu'elle ignore combien de temps, elle allait rester comme cela. Sa seule réaction se fut le silence qu'elle avait l'habitude de s'y réfugier quand quelques choses n'allaient pas enfin, disons plusieurs choses la faisaient se réfugier dans son silence.

Elle le fixait du regard toujours sans réagir à ce qui venait de se passer, la peur la pétrifiait, jusqu'au moment où il s'éloignait d'elle. Là, le choc pouvait se lire sur son visage, l'expression du visage de Démétri avait subitement changé. Elle devait dire quelque chose, mais quoi... Kim regardait devant elle tout en étant dans ses pensées et d'essayer de calmer ses frissons dus à la peur

Démétri - Tu devrais tout de même essayer de garder de bonnes relations avec ta famille, tu sais.

Tout en restant figée sur place, cette fois-ci elle pensait qu'il voulait s'en prendre à sa famille. Elle n'osait toujours pas se retourner pour faire face à Démétri. D'ailleurs elle ne savait plus trop comment réagir. Elle finissait par prendre une grande respiration avant de faire face à Démétri qui s'était à nouveau assit, tandis que Kim préférait rester debout. Elle regardait d'abord le sol et petit à petit regardait à nouveau Démétri, tout en essayant de retrouver son calme.

Tout en le regardant, le silence était toujours maître sur elle. Elle réfléchissait à ce qu'il avait, malheureusement pour elle, Kim savait parfaitement que de garder une bonne relation avec sa mère lui était devenue impossible. En ce qui concernait ses petits frères, elle ne voulait pas leur faire du mal et encore moins les voir souffrir. Elle préférait donc de les laisser en sécurité pour leur propre bien à tous les deux.

- C'est im...impossible pour ce qui con...concerne la relation avec ma mère.

Elle l'avait dit en hésitant sur quelques mots. Pour elle, la relation entre sa mère et elle était totalement brisée. Elle avait essayé de recoller les morceaux sauf que cela n'avait pas tenu longtemps. La peur se dissipait petit à petit, mais pourtant sûr qu'elle venait de dire à propos des relations avec sa mère, tout lui retombait dessus. Kim savait parfaitement qu'elle aurait apprécié qu'elle puisse s'entendre avec sa mère, mais elle n'en pouvait plus de faire à chaque fois le premier pas.

Tout en restant debout, Kim tournait légèrement la tête et pouvait plus ou moins distinguer où se trouvait sa maison et elle pouvait voir que les lumières étaient éteints. Ce qu'elle voulait le plus, c'était la liberté ce que sa mère ne voulait pas lui donner. Elle détournait bien vite sa tête pour éviter de pensées aux problèmes qu'elle avait en ce moment. Bien que l'envie de fuir loin de chez elle était toujours présente, mais malheureusement elle n'avait pas confiance en ses amis pour aller chez eux.

Elle finissait par reprendre son attention sur Démétri puis elle ne voulait pas plus partir, quoique la peur ne l'ait pas tout à fait quitté. Pour elle la vie n'était pas facile à vivre ou qu'à tenir le coup face à tout ce qu'elle vivait en ce moment même. Kim finissait par même se poser une question à haute voix en sachant même pas si elle trouvera la réponse.

- Pourquoi est-ce que vivre est tout aussi dur ?

Dans sa voix, on pouvait entendre un léger son de peur qui ne voulait décidément pas partir qui la suivrait pour le reste de la soirée si cela continuait. Elle devait trouver quelques choses afin que sa peur puisse partir, mais elle ne savait pas quoi faire. Cette dernière finissait par mettre ses mains dans les poches de jogging, car ses mains commencèrent à devenir congelées. Pourtant, le vent se fit beaucoup plus présent sauf qu'elle préférait ne rien dire. Celle-ci, n'avait pas pour habitude de se plaindre de quand elle avait froid ou trop chaud à quelqu'un.

D'ailleurs, elle gardait toujours tout pour elle que ça soit de peur, de la tristesse, de la colère, du stress. Elle faisait toujours en sorte de le cacher à tout le monde et de leur faire croire qu'elle va bien. Par ailleurs, sa sensibilité en avait pris un sacré coup et là encore, elle décida de faire comme si ce n'était rien.

- Démétri, je suis navrée pour ce que je t'ai dit un peu plus tôt... Je n'aurais pas dû le dire...

Elle sentait son corps qui tremblait légèrement de froid sauf qu'elle n'y faisait pas attention. Kim laissait son regard retombé sur le sol tout en abaissant sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Maes Hughes

Lieutenant-colonel

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 227
DC : Non

MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Jeu 31 Oct 2013 - 21:38

Le cœur de la petite humaine s'était affolée, et son calme envolé très loin. Cela faisait bien rire Démétri intérieurement. Effrayer les humains étaient si facile ! Ils étaient si malléables, si soumis à leurs émotions, et si aisément impressionnables. Il suffisait d'un rien pour faire accélérer leur pouls, sentir leur frayeur, qui donnait un goût si particulier à leur sang. Comme une épice légère et odorante qu'on y rajouterait. Beaucoup de vampires adoraient ça, et passaient du temps à jouer avec leurs proies pour provoquer cette terreur, et donc ce petit goût si particulier. Il en connaissait pas mal au château dont c'était le sport favori.

Kim -  C'est im...impossible pour ce qui con...concerne la relation avec ma mère.

La peur commençait à diminuer, mais le malaise était toujours là. Il ne fallait guère plus de quelques minutes, en général, pour être mal à l'aise lorsqu'on côtoyait un vampire, surtout seul à seul. Même le plus crétin et le plus naïf des humains finissait par piger que quelque chose n'allait pas, que la personne à qui il parlait n'était pas de son monde. Toujours ce vieil instinct de survie, qui vous faisait prendre vos jambes à votre cou alors que rien ne le justifie. Une brusque sensation de peur, surgit de nulle part, une poussée d'adrénaline sans raison apparente, et pourtant... Tant de signaux que des dizaines d'humains ignoraient chaque jour. Puis ils mouraient.

Mais quelques uns écoutaient ces instincts. Il se souvenait d'un vieillard, à Rome, assis non loin de lui et qui s'était soudain enfui en courant, sous le regard éberlué des autres, juste après avoir aperçu Démétri. Ou encore cette femme, qui avait fait demi-tour en s'approchant à quelques mètres de deux vampires, au milieu d'une place publique. Comme quoi, la peur conservait plus efficacement que la prudence. Lui-même, lors de ses derniers instants en tant qu'humain, avait senti un danger inconnu et s'était enfui. Il avait quand même tenu deux jours, grâce à ses talents de traqueur encore insoupçonnés, mais il s'était fait avoir et traîné dans l'autre monde. La donne était tellement différente aujourd'hui.

Kim -  Pourquoi est-ce que vivre est tout aussi dur ?

Dur ? Oh, tout dépendait de la vie qu'on menait... Il sentait que Kim était toujours effrayée. Si elle faisait partie de son monde, elle n'aurait plus à subir cette peur omniprésente de la mort. Non, elle subirait un autre genre de peur, plus profonde et plus violente. L'immortalité en elle-même avaient aussi ses dangers : l'ennui et la solitude. Et c'était bien pour cela que Démétri était à présent si attaché à son clan, car il lui avait permis de combattre à la fois l'un et l'autre.

Kim -  Démétri, je suis navrée pour ce que je t'ai dit un peu plus tôt... Je n'aurais pas dû le dire...

Il eut un petit rire et passa une main dans ses cheveux, décontracté.

- De quoi tu t'excuses ? D'être ce que tu es ? Je ne vais pas d'en vouloir de parler franchement, c'est devenu rare de nos jours.

Hélas, c'était entièrement vrai... Il se tourna vers elle, toujours assis sur les créneaux. Il devait sûrement être assez tard, et il en connaissait quelques uns qui n'allaient pas manquer de lui rappeler qu'il avait autre chose à foutre que de traîner dehors la nuit pour discuter avec une humaine. C'était vrai, il avait autre chose à faire... Et il avait aussi l'éternité pour le faire, alors pourquoi s'embêter ?

- Si tu ne peux plus t'entendre avec ta mère, tu peux toujours partir. Vivre ta vie. Devenir qui tu veux ! Et ne laisser personne te juger, ni avoir peur. Supposons que je sois un assassin, devrais-tu avoir peur ? Pas obligatoirement, car tu pourrais choisir de le devenir, comme tu peux choisir de fuir. A toi de voir.

Il la regarda plus profondément, retrouvant son sérieux. Pourquoi pas, après tout ? Même en restant humaine, elle pouvait accomplir certaines choses, et Démétri ne pariait pas sur quelqu'un par hasard.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t261-demetri-volturi-valide#919
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Sam 2 Nov 2013 - 22:13

Démétri - De quoi tu t'excuses ? D'être ce que tu es ? Je ne vais pas d'en vouloir de parler franchement, c'est devenu rare de nos jours.

Kim restait un peu étonnée, car elle avait oublié de préciser de quoi elle voulait s'excuser surtout avec l'émotion qu'elle avait pu ressentir quelques minutes auparavant. Être honnête était une qualité qu'elle appréciait énormément chez enfin ça venait en deuxième position. La première c'est le fait qu'elle soit sportive, elle possédait beaucoup plus de souffle que ceux qui étaient en voiture. Elle pouvait courir un long moment sans être essoufflé, elle refusait t'entendre parler de voiture, car elle pourrait piquer une crise ou de partir.

Elle regardait un petit moment Démétri, bien que le vent froid commence à se lever et le fait qu'elle ne disait rien était un bon point pour elle. Réfléchissait un petit moment à ce qu'elle allait bien pouvoir lui répondre sur ce qu'il venait de lui dire. Plusieurs secondes passèrent sans vraiment trouver quoi lui répondre alors elle lui révéla

- C'est ce que j'apprécie chez moi, mais il faudrait quand même faire attention, car quelquefois, je vais beaucoup trop loin et je me mets du monde sur le dos.

Kim se sentait vraiment honteuse sur le fait qu'elle venait de dire cela, au moins elle savait maintenant qu'il était prévenu. Elle n'appréciait pas de montrer son côté plutôt froid sauf si ses sentiments ou qu'il dise quelque chose que Kim prendrait très mal.

Démétri - Si tu ne peux plus t'entendre avec ta mère, tu peux toujours partir. Vivre ta vie. Devenir qui tu veux ! Et ne laisser personne te juger, ni avoir peur. Supposons que je sois un assassin, devrais-tu avoir peur ? Pas obligatoirement, car tu pourrais choisir de le devenir, comme tu peux choisir de fuir. A toi de voir.

Elle finissait par lever la tête puis le regardait tout en essayant d'avoir un visage neutre, car Démétri ignorait le pourquoi elle ne voulait pas partir de chez elle. Un jour où un autre cela se sera qu'elle refusait de laisser sa mère avec ses deux petits frères. Elle les appréciait beaucoup trop, si elle devait partir elle ferait tout pour partir avec eux ou de s'assurer qu'ils soient entre de bonnes mains. Kim avait complètement perdu la confiance en sa mère.

- Je ne peux pas partir de chez moi pour une raison que je n'ai pas envie de dire. Je ne pourrais pas le supporter que tout son passe mal, je mettrais la faute sur moi-même... En plus de tout cela, je dois encore redécouvrir des choses que je ne comprends pas. Partir de chez moi, bien sûr que j'en ai envie. Je ne serai pas te juger, car je ne te connais pas assez pour donner un avis, mais si c'était le qu'à, je crois que je partirai en courant.

Elle n'avait pas vraiment mis en valeur ses petits frères qu'elle cherchait à protéger à tout prix comme une grande sœur, même si elle savait parfaitement qu'elle pouvait être beaucoup trop protectrice envers eux.

Elle finissait la fatigue qui commençait à la rattraper un peu trop vite à son gout sauf qu'elle ne voulait pas vraiment rentrer chez elle, malheureusement, elle n'avait pas trop le choix pour le moment. Soudainement, elle avait envie de découvrir la couleur des yeux de Démétri, mais elle se disait que c'était pour une prochaine fois. Elle finissait par perdre ton visage neutre qui ne devait plus l'être vraiment avant de lui sourire.

- Je suis navrée Démétri, j'aurais bien apprécié de rester un peu plus longtemps avec toi, mais il commence à se faire très tard. Je crois que je vais quand même à penser à rentrer chez moi

Elle n'avait pas osé de demander s'il voulait faire un bout du chemin ensemble, car elle ne sait pas comment Démétri pourrait le prendre. Elle restait muette sur sa proposition et la gardait dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Maes Hughes

Lieutenant-colonel

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 227
DC : Non

MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   Dim 3 Nov 2013 - 22:09

Elle avait enfin relevé la tête, et il aurait voulu savoir ce qu'elle pensait réellement. Parfois, le don d'Aro était très utile, voir même celui du télépathe suicidaire. Enfin, tant pis, il s'en passerait. On apprenait déjà beaucoup de choses grâce aux expressions du visage, le ton de la voix, ses tremblements et intonations, la posture, l'odeur, la peur ou le stress, ses gestes, tout. Et ici, il sentait un certain goût d'amertume... Mauvais souvenirs, peut-être ?

Kim - Je ne peux pas partir de chez moi pour une raison que je n'ai pas envie de dire. Je ne pourrais pas le supporter que tout son passe mal, je mettrais la faute sur moi-même... En plus de tout cela, je dois encore redécouvrir des choses que je ne comprends pas. Partir de chez moi, bien sûr que j'en ai envie. Je ne serai pas te juger, car je ne te connais pas assez pour donner un avis, mais si c'était le cas, je crois que je partirai en courant.

Il eut un mince sourire. Elle serait partie en courant et en hurlant dès le début si elle s'était seulement douté de sa nature. Tous les humains avaient déjà vu un film particulièrement stupide nommé "Dracula", qui avait beaucoup l'imaginaire collectif concernant les vampires. C'était un ramassis d'inepties, sauf pour certains détails. Le charisme envoûtant, l'attirance exercée sur la proie, et le goût du sang. C'était tout de même assez drôle, et probable que l'auteur ait entendu des histoires sur l'ex-clan Roumain, détruit par leur propre clan et achevé durant la dernière guerre. Donc Kim devait avoir déjà des idées bien arrêtées sur les vampires... Il avait été très sincère en lui disant qu'il était un assassin. Il avait tué tant d'humains qu'il serait impossible de les compter, en plus e mille ans d'existence.

Kim - Je suis navrée Démétri, j'aurais bien apprécié de rester un peu plus longtemps avec toi, mais il commence à se faire très tard. Je crois que je vais quand même à penser à rentrer chez moi.

- C'est vrai qu'il est tard...

L'heure n'avait plus la moindre importance pour lui. Il ne dormait plus, ne mangeait plus. Il se contentait d'exister. Il lui proposa de la raccompagner jusque chez elle et ils descendirent des remparts. Un vent assez frais s'était levé, faisant voler autour d'eux l'odeur du sang de Kim. Ils marchèrent un silence un moment, retraversant la place, passant dans l'ombre du château. Il y jeta un coup d'œil au passage. Quelques lumières illuminaient les fenêtres, ci et là. Les habitants de Volterra n'avaient jamais vu cette bâtisse endormie. Il y avait toujours une lumière, une source de vie qui faisait frémir le bâtiment entier, même au plus profond de la nuit.

- Tout à l'air paisible, comme ça. C'est assez drôle.

Il avait dit ça sans attendre de réponse et accéléra légèrement le pas, les mains dans les poches. Kim n'allait sans doute pas comprendre ce qu'il pouvait bien avoir de drôle mais peu importe. Ils marchèrent jusqu'à chez elle. La rue était étroite et très sombre, plongée dans les ténèbres. Il s'arrêta près de la maison, ressemblant moins que jamais à un humain.

- On se reverra peut-être. Bonne nuit.

Il la quitta par la suite, retournant vers le château.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t261-demetri-volturi-valide#919
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un moment de solitude ou presque [ft Démétri]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un grand moment de solitude
» Un moment de solitude... •• Elsé
» Sériephile : vos grands moments de solitude.
» Votre émission TV du moment
» Hayley Long - Lottie Biggs n'est presque pas cinglée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps d'Italie-
Sauter vers: