Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Qui suis-je ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Qui suis-je ?   Lun 23 Sep 2013 - 19:33

Bien que le jour fut levé depuis une heure ou deux, il faisait très noirs, et la pluie battait fortement les vitres. Renesmée plongeait régulièrement le nez dans son bol de chocolat chaud, que sa maman venait de poser devant elle, bâillant toutes les trois secondes. C'était pas juste de devoir se lever si tôt. Elle adorait l'école, les copines qu'elle y avait, les trucs amusant qu'elle y découvrait, mais elle avait horreur de devoir quitter si tôt son lit bien douillet. Elle réussit néanmoins à se préparer, pressée par son père qui voyait l'heure tourner et ne voulait pas qu'elle sois en retard.

Elle arriva en effet juste à temps et courut sous le préau rejoindre sa classe. Ses copines sourirent mais ne dirent rien, sachant qu'elle n'aimait guère se lever tôt. Néanmoins, la journée se passa bien. Le soir, elle sortit devant l'école, guettant la voiture de sa mère. Mais ce ne fut pas la sienne qu'elle vit en premier. Une grosse voiture s'arrêta en pilant devant elle et la porte s'ouvrit violemment, avant qu'un bras en jaillisse.

Renesmée poussa un cri de terreur, alors que le bras l'agrippa, la tirant à l'intérieur de la voiture. Son sac de cours lui fit arraché et jeté sur le trottoir, répandant feuilles et crayons dans la pluie. Elle cria encore, frappant où elle pouvait, se débattant de toutes ses forces, en larmes.

- MAMAN !

La porte de la voiture claqua. Ils démarrèrent sous la pluie dense et les nuages lourds, chargés d'orage. Quelqu'un la frappa à l'arrière de la tête, puis lui banda les yeux, avant de lui plaquer un mouchoir dégageant une odeur étrange sur le nez et la bouche. Elle hoqueta, puis sentit sa tête lui tourner. Elle glissa sur le siège, alors qu'un voile noir obscurcissait sa conscience et engourdissait tous ses sens.

- Papa, murmura-t-elle avant de sombrer dans l'inconscience.


Elle ne se réveilla que plusieurs heures plus tard. Elle entendait l'orage, allongée sur ce qui semblait être un lit de camps, les yeux clos. Elle se redressa péniblement, engourdie, et découvrit une petite pièce nue, à l'exception de son lit. Il y a avait une fenêtre fermée. Elle était seule.

Elle se frotta les yeux puis se remit debout, courant jusqu'à la fenêtre. Où elle était ?! Pourquoi l'avait-on enlevée ? Elle essaya vainement d'ouvrir la fenêtre mais elle était scellée. Elle poussa un juron, repoussant ses cheveux derrière son oreille, et se pencha pour essayer de voir à l'extérieur. Elle était dans une pièce du rez-de-chaussée, et il pleuvait toujours à verse. Mais bon sang, elle était à moitié vampire, oui ou non ?! Elle écouta d'abord, pour vérifier qu'il n'y avait personne à proximité, puis frappa violemment la fenêtre de ses deux poings. Le verre épais éclata, l'aspergeant d'éclats et la blessant.

Elle se hissa sur le rebord et réussit à sortir, se coupant un peu plus au passage. Quelques gouttes de sang se mêlèrent à la pluie, alors qu'elle s'enfuyait droit devant elle, incapable de se repérer. Pour la première fois de son existence, elle tenta vraiment de courir vite, d'aller aussi vite que les vampires de pur race. L'effet était plus ou moins réussi. Certes, elle allait vite, mais ne se dirigeait pas aussi bien, et sa poitrine la brûlait sous l'effort.

Au bout d'un moment, elle dû s'arrêter, à bout de souffle et pliée en deux. Elle était trempée jusqu'aux os, glacée et gelée. Elle devait néanmoins continuer, en espérant que sa famille ou Jacob arrivent, viennent la chercher. Alors qu'elle avait recommencé à courir, elle glissa sur de la boue et chuta avant de se cogner violemment la tête contre une grosse pierre. Elle poussa un autre cri, alors que les ténèbres l'envahissaient de nouveau.


Des voix. De la chaleur. Une couverture très douce posée sur elle. Une bonne odeur de cuisine flottant légèrement dans l'air. La sensation d'une présence. Elle se sentait un peu nauséeuse. Elle ouvrit très lentement les yeux, puis vit un homme et une femme penchés sur elle. Ils avaient tous les deux des yeux dorés, la peau pâle, et un air extrêmement doux, amant et attentif. Perdue, la petite fit une petite moue, cherchant à comprendre ce qui se passait.

- Bonjour monsieur, madame, dit-elle tout naturellement, un reste de conscience lui ayant soufflé qu'il fallait être poli avec les gens, même les inconnus.

La femme regarda le monsieur, de l'autre côté du lit, paraissant choquée. La fillette eut tout à coup envie de se ratatiner dans son lit. Elle avait dit une bêtise ?

Dame - Tu ne te souviens pas de nous ?

- Je... Je devrais ?

Elle commençait à avoir peur, maintenant. Que faisait-elle ici ? Qui étaient ces gens ? Qu'est-ce qu'ils lui voulaient ? Comment elle était arrivée chez eux ?! Et d'ailleurs... Qui était-elle elle-même ? Elle sauta du lit sans prévenir, puis tomba sur une glace à l'autre bout de la chambre. Elle s'en approcha, jusqu'à être quasiment le nez dessus, et y appliqua doucement les deux mains. Elle voyait une petite fille, qui devait avoir huit ou neuf ans. Avec des yeux en amande couleur chocolat, rien à voir avec ceux des deux adultes, et de longs cheveux châtains-roux. Une fillette perdue.

Elle se retourna. La femme s'était approchée, puis s'était agenouillée, pour se mettre à sa hauteur. Effrayée, la petite recula d'un pas. Elle n'était pas du tout à l'aise, elle avait peur.

Dame - Je m'appelle Bella, lui, c'est Edward, mon mari. On t'a retrouvée, par terre, inconsciente... L'homme que tu aperçois là-bas est médecin et t'a soignée.

- Oh... Oh, ben... Merci... Et... c'est quoi mon nom ?

Dame - Renesmée Carlie Cullen.

Elle fronça légèrement les sourcils. C'était très bizarre, comme prénom, ça ! Elle ne l'avait jamais entendu nulle part. Son nom non plus d'ailleurs. C'était vraiment le sien ? Elle s'appelait vraiment comme ça ? Elle regarda autour d'elle, cet environnement inconnu ne l'aidant pas à se rassurer. Mais du calme. Réfléchissons.

- Et j'ai une famille ? Où sont mes parents ?
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Qui suis-je ?   Mar 24 Sep 2013 - 12:26

Renesmée… Elle avait disparu. Cela faisait maintenant un long moment que Bella et Edward, accompagnés de toute la famille, la recherchaient activement. Sa fille ! Leur fille ! Disparue ! Quel monstre aurait pu faire une chose pareille ? Si elle le tenait entre ses mains… Non, du calme. Ne pas paniquer, ils allaient la retrouver et tout se passerait bien. Ils allaient la retrouver en bonne santé, un peu sale mais en bonne santé, avec sa petite mine qui signifiait « J’ai fait une bêtise ». Pour l’instant, Bella n’arrivait pas à chasser le cri de Renesmée, l’appel au secours « MAMAN » qu’elle avait hurlé quelques heures – jours ? – plus tôt. Elle avait l’impression d’être au bord de la crise de nerfs et tenait par miracle – ou alors, par l’intervention de Jasper, elle ne savait pas trop.

Ils cherchaient. Cherchaient. Cherchaient. Ils firent tous les endroits qu’ils avaient l’habitude de fréquenter avec leur fille, tous les endroits où elle aurait pu aller, toutes les personnes chez qui elle aurait pu se réfugier. Bella refusait d’imaginer, d’évoquer ou même de penser à l’hypothèse de la mort de leur fille. C’était impensable. Elle tournait en rond, n’arrivant définitivement pas à rester immobile tandis que Jacob poursuivait les recherches. Il pleuvait et, quoi qu’ils disent, il avait tout de même un meilleur odorat qu’eux… Alors, depuis deux bonnes heures maintenant, il était parti à la recherche de Renesmée avec ordre express d’appeler Carlisle s’il retrouvait sa trace ou s’il sentait que la pluie allait s’arrêter. Ce ne fut qu’après un long moment plus tard – bon, pas si long que cela mais même cinq minutes semblent interminables dans un moment pareil – qu’il les appela. Carlisle lui avait demandé de ne pas intervenir seul, que cela pouvait être dangereux et ils foncèrent.

Ils la retrouvèrent, par terre, blessée. Jacob s’était placé à côté d’elle pour la protéger en attendant que les Cullen arrivent. Elle était blessée, inconsciente, les mains ensanglantées… Mais Bella n’en fit rien, ne s’arrêta pas pour autant, retenant sa respiration comme Edward le lui avait conseillé alors que lui-même la prenait dans ses bras. Ils revinrent vers Carlisle et rentrèrent directement au Chalet, histoire d’éviter le pire. Le pire… Ne pas craquer, ne pas hurler. Elle murmura simplement, à l’adresse de leur fille :

Bella – On est là, ma chérie. N’aie pas peur, personne ne te fera de mal.

Personne ne te fera de mal… Sauf que c’était déjà le cas. Même cela, Bella en avait été incapable. Après avoir fait pleurer sa fille, après avoir tout fait pour la protéger, voilà qu’elle avait été incapable de la protéger de kidnappeurs. Elle ne pouvait s’empêcher de penser à cela, serrant la main d’Edward alors qu’ils roulaient, Renesmée allongée et tenue fermement. Lorsqu’ils arrivèrent, ils durent laisser Carlisle l’ausculter : elle n’avait rien de grave, apparemment, mais… Il fallait attendre qu’elle se réveille. D’accord. Très bien. Regardant sa fille, elle dit d’un ton qui ne laissait sous-entendre aucun changement d’avis :

Bella – Je reste avec elle.

Edward resta à côté d’elle, lui tenant la main. Bella ignorait s’il sentait qu’elle faisait tout pour ne pas craquer, elle ignorait s’il sentait qu’à la moindre goutte d’eau supplémentaire, elle risquait de péter un câble, mais… Le fait est qu’il était là, s’inquiétant sans doute pour Renesmée autant qu’elle. Bah, au moins, on ne leur reprochera pas de ne pas aimer leur fille !

Après quelques heures, Renesmée ouvrit enfin les yeux mais elle semblait… perdue. Bon, c’est normal après tout, elle avait « sombré » au beau milieu de nulle part, sous la pluie, et se retrouvait entourée de sa famille dans un endroit chaud et bien éclairé, à l’abri de toute humidité. Donc, comme première réaction, c’est tout à fait normal.

Renesmée – Bonjour monsieur, madame.

… Monsieur ? Madame ? Bon, du calme. Du calme. Ne pas paniquer, c’était… Elle était éblouie et n’avait pas remarqué qu’il s’agissait d’Edward et Bella. Elle n’avait juste pas bien vu. Cependant, cela n’empêcha pas la nouvelle-née de se retourner vers son mari, une expression choquée et inquiète sur le visage. Lui non plus ne semblait pas comprendre… Mais il fallait se reprendre, ne pas paniquer. Pourquoi ? Parce que leur fille venait de s’enfoncer dans le « lit » et lui faire peur n’était pas la solution. Contrôlant sa voix, la voulant douce et prudente, Bella lui demanda :

Bella – Tu ne te souviens pas de nous ?

Renesmée – Je... Je devrais ?

… Ce n’était pas normal. Pas normal du tout. Elle devait se rappeler, elle n’avait pas pu les oublier. Pas eux. Sa fille… Sa propre fille. Renesmée les avait oubliés… Elle ne se souvenait plus de ses parents. Bella s’était juré de la protéger à jamais, qu’il ne lui arrive rien, et voilà qu’elle devenait amnésique. Amnésique… Oui, elle attirait tous les problèmes et, apparemment, elle avait légué ce trait de caractère à sa fille. A sa fille ! Mais les tares comme celles-ci, elle pouvait les garder, ne pas TOUT lui léguer non plus ! Sans crier gare, Renesmée descendit du lit et fonça vers le miroir, semblant se découvrir pour la première fois. Bella jeta un regard à Edward qui l’incita à rester calme, à ne pas paniquer. Elle lui répondit, toujours par un signe, que c’était trop tard. Mais pour l’instant, ils avaient plus important à régler… Elle s’approcha de leur fille, accompagnée d’Edward, et s’abaissa à sa hauteur, doucement. Du calme, procéder méthodiquement. Une mère est supposée incarner le calme, non ? C’est le moment de le mettre en pratique !

Bella – Je m'appelle Bella, lui, c'est Edward, mon mari. On t'a retrouvée, par terre, inconsciente... L'homme que tu aperçois là-bas est médecin et t'a soignée.

Bella lui avait répondu cela en désignant Carlisle qui était resté dans la pièce à côté. Ne pas paniquer. Pour un début, c’était plutôt bien, non ? Présenter, rappeler des choses… Tout se passerait bien. Elle continuait à sourire, se forçant pour ne pas effrayer Renesmée.

Renesmée – Oh... Oh, ben... Merci... Et... c'est quoi mon nom ?

Bella – Renesmée Carlie Cullen.

La réaction de Renesmée fut bizarre, mais c’était normal. Bella savait que ce nom paraissait étrange la première fois qu’on l’entendait, alors bon… De toute cette discussion, cette réaction était plus normale que toute autre. Elle regarda autour d’elle, comme si elle découvrait l’endroit – ce qui était à moitié vrai… - puis demanda :

Renesmée – Et j'ai une famille ? Où sont mes parents ?

Là, elle ne pouvait pas. C’était… Non. C’était beaucoup trop dur. Bella lança un regard désespéré à Edward, l’appelant à l’aide. Elle avait besoin de lui, ce coup-ci. C’était beaucoup trop pour elle, même si elle avait conscience de la difficulté engendrée par la situation pour lui aussi. Bella s’écarta lorsqu’elle vit qu’il allait « prendre le relai », le laissant s’agenouiller à son tour et lui prendre les mains. S’il y arrivait, elle lui en serait éternellement reconnaissante… Parce que, là, c’était beaucoup trop pour elle, elle pouvait se contrôler, mais pas à ce point-là.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qui suis-je ?   Jeu 26 Sep 2013 - 21:16

Jamais Edward n'aurait pu être aussi peu préparé à la peur qu'il éprouva lorsqu'il vit que sa fille avait disparu. Il entendit à peine les témoins crier qu'une voiture s'était arrêtée devant l'école et l'avait tiré à l'intérieur avant de fuir, le tout en quelques secondes. Il courait avec le reste de sa famille, serrant la main de Bella pour l'aider à ne pas craquer. Il s'en voulait terriblement, à moitié mort d'inquiétude pour leur petit trésor. Leur fille... Quel genre de sauvage monstrueux fallait-il être pour s'en prendre ainsi à un enfant ?! Leur petite Renesmée, si mignonne et si fragile ! Et s'ils lui faisait du mal ? Il fallait absolument la retrouver.

Jacob cherchait avec eux, sous une pluie terrible, ce qui ne les aidait pas à chercher des traces. Le temps filait, et ils n'avaient toujours rien. le mignon visage de sa fille tournait dans son esprit, lui semblant inaccessible. Leur petit miracle, parfait mélange de Bella et lui, disparue. Ils n'avaient même pas su la protéger ! Terrifié, il sursauta violemment lorsque Jacob les appela enfin. Il l'avait retrouvé ! Ils se précipitèrent sur-place, la retrouvant allongée par terre, dans la boue et sous la pluie, blessée, et sous la garde de Jacob. Coupant sa respiration, Edward se précipita vers elle et la prit délicatement dans ses bras.


Edward Ça ira très bien, dit-il à Jacob qui devait s'inquiéter à cause de l'odeur du sang.

Il s'était rarement aussi bien contrôlé qu'en cet instant. Renesmée était évanouie, et elle respirait très doucement dans ses bras. Il la porta avec une infinie précaution jusqu'à la voiture, sous le regard follement inquiet de Bella. Ils la ramenèrent au chalet, et Carlisle put la soigner. Lui et sa femme restèrent à son chevet, attendant qu'elle se réveille.

Cela lui sembla durer une éternité. Ses joues avaient repris quelques couleurs néanmoins, et il parvenait à se calmer un peu. Inutile de soumettre leur fille au stress dès son réveil, il fallait absolument qu'elle ne voit que douceur et amour en ouvrant les yeux. Qu'elle se sente en sécurité, au chaud, entourée de sa famille, et que plus rien ne pourra désormais l'atteindre. Elle finit enfin par s'éveiller, tout doucement. Il eut un large sourire soulagé.


Renesmée – Bonjour monsieur, madame.

Monsieur ? Madame ? Hein ? Elle ne les avait pas reconnu ? Elle devait être sacrément sonnée, à moins qu'elle ne soit pas encore tout à fait réveillée, ce qui était possible aussi. Bella, en revanche, lui avait aussitôt présentée une expression plus qu'alarmée, choquée et inquiète. Du calme, du caaaalme ! Ce n'était surtout pas le moment d'effrayer leur fille ! Bella se reprit, tâchant de garder son calme. Voilà, en douceur. Il fallait juste lui laisser du temps, voilà tout. Elle était encore sous le choc.

Bella – Tu ne te souviens pas de nous ?

Renesmée – Je... Je devrais ?

Edward pâlit. Avec douceur, comme s'il craignait de la blesser, il s'immisça dans son esprit. Et se heurta à un immense "mur" qui barrait toute une partie, se cassant le nez dessus en essayant de le traverser. Il écarquilla les yeux malgré lui, bouche bée. Amnésie, oui... Il n'avait jamais, de sa vie entière, vu l'esprit d'une personne amnésique, et c'était sidérant. Des choses voguaient librement, des restes d'éducation et des savoirs-faire, en revanche, la partie de l'esprit abritant la mémoire était bloquée. Entièrement bloqué et inaccessible. C'était sidérant, et assez effrayant. Il sortit de la tête de sa fille alors qu'elle avait sauté du lit et s'était arrêtée net devant un grand miroir.

Alors qu'elle s'observait, Edward tenta de se remettre du choc. Un mur, c'était bien ça. Un mur qui l'empêchait d'avoir accès à sa propre mémoire, à tous ses souvenirs. Bella s'était avancée, elle aussi, semblant lutter contre la crise de panique. il cligna des yeux, comme pour chasser la réalité qui s'imposait à lui. Que leur propre fille ne se souvienne plus d'eux était assez dur à encaisser.


Bella – Je m'appelle Bella, lui, c'est Edward, mon mari. On t'a retrouvée, par terre, inconsciente... L'homme que tu aperçois là-bas est médecin et t'a soignée.

Renesmée – Oh... Oh, ben... Merci... Et... c'est quoi mon nom ?

Bella – Renesmée Carlie Cullen.

Elle fronça les sourcils, trouvant ce nom plus qu'étrange. Ce qui était assez normal, comme réaction.

Renesmée – Et j'ai une famille ? Où sont mes parents ?

Bella blêmit, puis lui jeta un regard désespéré. Bon, bon, d'accord, il prenait le relais. Il s'agenouilla à son tour, et prit les mains de leur petite entre les siennes, lui souriant d'un air doux pour ne pas l'effrayer. Il cherchait soigneusement ses mots, conscient qu'il y avait un risque qu'elle ne les croit pas. Cela devait être extrêmement difficile pour elle, de se réveiller au milieu d'inconnus, sans comprendre ce qui se passait.

Edward – Tu es dans ta famille, Renesmée, dit-il d'une voix très douce. Bella est ta maman, et je suis ton papa. Je sais que c'est très difficile pour toi, mais je t'assure, je te jure qu'à présent, il ne t'arrivera rien de mal. Je vais te montrer quelque chose.

Il récupéra un album photo et s'installa dans un large fauteuil, prenant sa fille sur ses genoux. Il l'encourageait doucement, s'arrangeant pour ne pas l'effrayer davantage. Il ouvrit l'album, où ils avaient rangées toutes les photos de Nessie depuis sa naissance. Et quelques unes de Bella. Il pointa la première, prise par Rosalie.

Edward Là, c'est ta maman, Bella, alors qu'elle était enceinte de toi depuis peu. Et celle-ci, c'est toi, juste à ta naissance.

Il tapota une photo où on la voyait, couchée dans un berceau, ses yeux chocolat grands ouverts et gigotante sous sa couverture blanche. Il y avait d'autres photos, où elle était dans les bras de Bella ou les siens, dans ceux de sa famille, à faire ses premiers pas toute seule, jouant sur un tapis près de la cheminée, endormie dans son lit au cottage... Il tournait doucement les pages pour lui laisser le temps de tout regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qui suis-je ?   Mer 2 Oct 2013 - 10:35

Renesmée restait blottie contre le grand miroir, sans oser bouger. n grand silence avait suivi sa question, et la dame n'avait pas l'air très bien, en plus. On aurait dit qu'elle voulait pleurer ! La fillette était désolée, elle ne voulait pas faire pleurer les gens, elle... Il ne fallait pas pleurer à cause d'elle ! Le mari de Bella vient s'agenouiller près d'elle et lui prit doucement les mains. Il les avait vraiment très froide, comme s'il les avait plongés longtemps dans la neige juste avant. Elle retint un frisson. Mail souriait doucement, un sourire qui savait illuminer ses yeux dorés. Un profond sentiment de sécurité l'envahie, sans qu'elle comprenne pourquoi.

Edward – Tu es dans ta famille, Renesmée, dit-il d'une voix très douce. Bella est ta maman, et je suis ton papa. Je sais que c'est très difficile pour toi, mais je t'assure, je te jure qu'à présent, il ne t'arrivera rien de mal. Je vais te montrer quelque chose.

La fillette écarquilla les yeux, entrouvrant légèrement la bouche. Elle était déjà dans sa famille ? Ils étaient ses parents ? C'était... Elle regarda plus attentivement leurs visages, cherchant des ressemblances avec elle. Niveau des yeux, en tout cas, ce n'était pas ça du tout... Ils les avaient dorés, les siens étaient chocolat. Et ils étaient très beaux, tous les deux... Elle se sentait hautement ordinaire, à côté. Mais elle avait cette impression de sécurité qui l'enveloppait. Impression qui ne dissipait pas son profond malaise de ne pas avoir accès à ses souvenirs. Edward récupéra un album, puis l'assit sur ses genoux. Elle regarda à nouveau autour d'elle, cherchant à faire taire la panique qui montait.

Edward – Là, c'est ta maman, Bella, alors qu'elle était enceinte de toi depuis peu. Et celle-ci, c'est toi, juste à ta naissance.

Renesmée colla presque le nez sur les photos, les regardant toutes. Elle vit un bébé, tenu par différentes personnes, une fillette d'environ un an qui marchait avec précaution. Une petite fille qui soufflait les bougies d'un gâteau d'anniversaire. Qui roulait sur son premier vélo, coursée par son père qui riait. Puis vint des photos plus récentes. Sur l'une d'elle, Renesmée était accrochée sur le dos d'un grand garçon brun et baraqué et qui jouait avec elle. Toutes les photos montraient différents membres de la famille Cullen, tous beaux à en pleurer, sauf le garçon brun qui ne semblait pas être de la famille et qui était normal, au moins.

Elle fronça légèrement les sourcils en regardant les clichés. Ces hommes et ces femmes étaient ses oncles et tantes, et ses grands-parents. Elle ne comprenait pas pourquoi ces derniers étaient aussi jeunes que leurs enfants. En plus, elle semblait être la seule enfant de la famille. Pas une trace de cousins ou de cousines. Par ailleurs, si elle regardait bien, il n'y avait pas non plus une seule photos où on la voyait avec des amis de son âge, ou qui montraient des amis de la famille. Comme s'ils vivaient tous dans une profonde enclave, sans le moindre contact avec le monde extérieur. Mal à l'aise, elle mordilla un,e mèche de ses cheveux, dans un geste instinctif.

De plus, que quelque n'allait pas. Son propre corps lui semblait étranger. Elle ressentait des choses étranges, comme si une force étrangère coulait en elle, sans qu'elle puisse la contrôler. C'était très étrange et perturbant. Elle sauta des genoux de son "père", perdue.

- Pourquoi je suis seule ?

Elle ne parlait pas seulement de l'absence totale d'un autre enfant dans la maison, l'absence de frère ou sœur, mais aussi l'absence flagrante d'ami. Elle se sentait différente et n'aimait pas ça. Une larme roula doucement sur sa joue, alors qu'elle fixait sa "mère" pour avoir une réponse à sa question.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Qui suis-je ?   Ven 4 Oct 2013 - 20:25

Edward – Tu es dans ta famille, Renesmée. Bella est ta maman, et je suis ton papa. Je sais que c'est très difficile pour toi, mais je t'assure, je te jure qu'à présent, il ne t'arrivera rien de mal. Je vais te montrer quelque chose.

Bella restait à l’écart, prudente, examinant sa fille de loin. Elle ne voulait pas l’effrayer mais ne pas pouvoir la serrer dans ses bras était horrible. La volonté de ne pas l’effrayer avant toute chose alors que la seule envie que la jeune mère avait était de sauter sur sa fille, de la câliner, de la couvrir de baisers, de vérifier mille et une fois qu’elle n’avait rien, lui faire son goûter préféré, lui lire ses histoires préférées… En bref, tout ce qu’une mère rêve de faire après avoir « perdu » son enfant durant quelques heures. Elle n’avait cessé d’imaginer le pire, se repassant cent fois la même scène dans sa tête, toujours la même : sa fille pâle, un regard de terreur illuminant ses traits. Et, finalement, rien de tout cela ne s’était produit. Leur fille allait bien. Oui, parfaitement bien. Cependant, de tous les scénarios auxquels Bella s’était préparée, l’amnésie n’était pas sur la liste. Comment faire lorsque notre propre enfant nous a oubliés ?

Edward – Là, c'est ta maman, Bella, alors qu'elle était enceinte de toi depuis peu. Et celle-ci, c'est toi, juste à ta naissance.

Edward désigna une photo du doigt à leur fille, montrant toute la délicatesse dont il pouvait faire preuve en tant que père. Bella l’admirait sincèrement en cet instant précis, lui et son sang froid incroyable dans les situations délicates comme celle-ci alors qu’elle était au bord de la crise de nerfs. Renesmée, elle, avait le nez collé aux photos et semblait apeurée, perdue et… triste ? Peut-être la nouvelle-née se trompait-elle, mais elle avait la nette impression que leur fille était triste ou terrorisée, alors qu’elle devrait plutôt être rassurée de ne pas être tombée entre les mains de parfaits inconnus. Non ? Bon, d’accord, pour elle, ils étaient de parfaits inconnus mais… Au moins, eux la connaissaient et n’allaient pas lui faire de mal ! Elle sauta alors des genoux d’Edward et posa une question à Bella. LA question qu’elle aurait voulu éviter à tout prix…

Renesmée – Pourquoi je suis seule ?

… Seule ? Mais, et eux ? Renesmée n’était pas seule, ils étaient là ! A moins que… Oh. Bella jeta un regard vers l’album photos qu’Edward avait montré à leur fille et comprit directement. « Seule » signifiait, pour elle, sans frère ou sœur ou encore sans ami. Mais comment répondre à une telle question ? C’était impossible ! Bella ignorait ce qu’elle pouvait dire à leur fille sans la choquer ou la terrifier, sans la pousser à fuir. Seulement, d’un autre côté, lui mentir n’était pas la solution et elle le savait. Peut-être y aller petit à petit, commencer par dire qu’elle était différente des autres mais qu’elle avait tout de même des amis ? Ce n’était pas un mensonge, seulement ses amis ne venaient jamais chez eux. Chose normale, en somme. Mais allez expliquer cela à une enfant aussi jeune qui a perdu la mémoire ! S’agenouillant au niveau de Renesmée, Bella prit ses mains dans les siennes à son tour, la regardant dans les yeux dans une expression maternelle et protectrice. D’une voix douce et calme – qui la surprit même vu son état actuel –, elle lui répondit :

Bella – Nous avons eu beaucoup de chance de pouvoir t’avoir, tu es… notre miracle, si tu veux simplifier les choses. Alors il est normal que tu n’aies ni frère, ni sœur. Pour tes amis… Tu en as, tu vas à l’école comme tout le monde mais nous ne recevons personne ici. Attends une minute.

Bella venait de se souvenir d’une photo. La photo de classe de Renesmée qu’elle avait absolument voulu avoir. La jeune mère n’avait pas pu la lui refuser, même s’ils savaient qu’elle changerait probablement de classe très rapidement, même s’ils ignoraient quelle serait sa croissance à partir de maintenant. Ils vivaient littéralement au jour le jour, profitant de chaque instant, même si la croissance de leur fille semblait s’être clairement ralentie. Le seul point positif était les visions d’Alice, plutôt optimistes pour une fois. Mais elles restaient vagues, malheureusement pour eux. Bella s’était redressée pour chercher la photo en question dans un tiroir, évitant les regards interrogatifs d’Edward qui avait sûrement oublié cette photo. Revenant auprès d’elle, Bella s’agenouilla de nouveau et glissa la photo dans les mains de Renesmée. On la voyait souriante, entourée des autres élèves de sa classe, bien qu’une légère timidité semblait transparaître.

Bella – C’est toi et ta classe, au début de l’année.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qui suis-je ?   Dim 13 Oct 2013 - 10:31

Renesmée attendait anxieusement une réponse. Elle ne comprenait pas, en effet, pourquoi il n'y avait nulle trace d'un autre enfant sur les photos. pas de frère ni de sœur, de cousin ou cousine, pas un ami lors de jeux ou même d'un goûter d'anniversaire. D'ailleurs, d'anniversaires, elle n'en avait vu qu'un. Si elle avait sept ou huit ans, il y aurait dû y avoir plus de photos, non ? A moins qu'elle n'aime pas les fêter et ne s'en souvienne pas. Bella s'agenouilla à sa hauteur et lui prit les mains. Renesmée les lui laissa, en tremblant un peu, mais en cet instant précis, elle avait désespérément besoin d'un contact familier et rassurant, n'importe lequel. Elle ne frissonnait même plus aux contacts de leurs peaux glacées.

Bella – Nous avons eu beaucoup de chance de pouvoir t’avoir, tu es… notre miracle, si tu veux simplifier les choses. Alors il est normal que tu n’aies ni frère, ni sœur. Pour tes amis… Tu en as, tu vas à l’école comme tout le monde mais nous ne recevons personne ici. Attends une minute.

Ils ne recevaient personne ici ? Pourquoi ? Ils avaient quelque chose à cacher ? Perplexe, elle la regarda courir dans un tiroir et en tirer une autre photo. Elle était toujours perdue, et désespérait de se rappeler de quoi que ce soit un jour. Bon, ils étaient très gentils, tous les deux, et il s'agissait visiblement de sa famille. Mais elle ne parvenait pas à dissiper ce malaise qui l'entourait, cette méfiance naturelle, cette peur de faire confiance. Et en même temps, elle avait envie de leur faire confiance, de se blottir dans leurs bras, de se sentir en sécurité.

Sa "mère" revint et lui mit la photo dans les mains. c'était visiblement une photo de classe, où toute une bande de gamins souriaient à l'objectif, alignés en rangs d'oignons à côté d'une institutrice souriante et bien habillée. Renesmée se chercha un moment du regard, avant de se repérer, assise un petit peu sur le côté, souriant comme les autres. C'était... Étrange. Troublant. Déstabilisant. Elle avait l'impression de regarder une autre petite fille, qui lui ressemblerait en tout point mais qui ne serait pas elle.

Bella – C’est toi et ta classe, au début de l’année.

Elle regarda encore la photo un moment puis la posa en soupirant. Elle se sentait épuisée, et aurait voulu se rendormir, juste pour ne plus songer à tout ça. Elle regarda tour à tour ses parents, puis baissa finalement la tête sans rien dire.


Quelques jours passèrent. Il y avait une dame toute blonde aux yeux dorés et à l'air très triste qui était arrivée à la maison. Renesmée l'avait observé de loin puis s'était sauvée comme un lapin lorsque la dame lui avait parlé et s'était réfugiée sous son lit. Lit duquel son père était venue la tirer peu de temps après en lui expliquant qu'elle ne risquait rien du tout. Mais c'était facile à dire ! Ils avaient tous les yeux dorés, quoi qu'elle les soupçonnait de s'assombrir parfois, ils la traitaient comme un membre de leur famille alors qu'elle ne se souvenait même pas d'eux, et en plus, ils se comportaient bizarrement. Ils ne mangeaient que très peu, voir pas du tout certaines fois, et elle avait la bizarre impression d'être la seule à véritablement finir son assiette. La nuit, elle dormait au cottage, et retrouvait sa famille le lendemain.

Elle sentait bien qu'ils faisaient tout pour la mettre à l'aise mais c'était... Disons, délicat. Elle ne cessait de les remercier de l'héberger, au début, puis s'était forcée d'arrêter car elle voyait que cela rendait sa mère de plus en plus triste. Pour le moment, elle était dans la salle de bain, à faire des grimaces au miroir. Elle s'ennuyait, c'était les vacances d'été, et aussi la mousson accessoirement. Il pleuvait jour et nuit et pas mal d'endroits étaient inondés, ce qui faisait qu'on ne pouvait même plus sortir. Elle cessa ses grimaces puis fit un petit sourire à la glace.

- Dis-moi ce que tu aimes, je te dirais qui tu es.

Oui, bon, ce n'était pas drôle... Elle perdit son sourire et soupira longuement. Elle aimerait bien sortir mais ce n'était pas possible. De plus, cette amnésie lui pesait considérablement. Une larme coula doucement sur sa joue, puis elle posa la tête entre ses bras et pleura doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Qui suis-je ?   Dim 13 Oct 2013 - 20:37

Bella n’en pouvait plus. Bien sûr, face à Renesmée et face aux autres, elle souriait et était patiente, maternelle, aimante et tout ce qu’il faut lorsque l’on est mère. Mais intérieurement, ses nerfs cédaient peu à peu. Elle n’avait rien dit à Edward, ne préférant pas l’inquiéter puisqu’il n’était déjà pas bien lui aussi. Enfin… En ce qui la concernait, la jeune mère évitait soigneusement le sujet, ne préférant rien remettre sur le tapis, même si elle savait qu’ils allaient devoir en parler tôt ou tard. Dans des situations pareilles, la discussion était primordiale, surtout s’ils voulaient tenir le coup tous les deux. Les autres Cullen semblaient mieux prendre la chose, ou du moins, ils compatissaient apparemment même si la situation était toujours plus que tendue entre Rosalie et Bella. Bon, de toute manière, elle n’y pensait pas pour l’instant, elle n’avait pas du tout la tête à cela. Donc, au pire, l’ambiance tendue… Peu importe.

Quelques jours étaient passés depuis le retour de Renesmée, ils faisaient des « gardes » jour et nuit juste au cas où quelqu’un essayait encore de s’en prendre à elle. Naturellement, pour ne pas l’effrayer, ils se comportaient comme des humains dans la mesure du possible. Tous faisaient l’effort de manger de la nourriture humaine devant elle-même s’ils ne finissaient jamais leur assiette, trouvant cela écœurant. Ils veillaient à ne pas chasser lorsqu’elle était réveillée, surveillaient leurs yeux régulièrement et adoptaient une allure humaine la plupart du temps. Ils devaient également se laver, ou au moins se mouiller les cheveux, etc. En bref, ils devaient paraître humains, à un point incroyable étant donné qu’ils vivaient avec une humaine qui ne connaissait rien de leur monde. Seulement, viendrait un moment où ils devraient tout lui révéler si sa mémoire ne lui revenait pas… Cela pouvait durer quelques jours, quelques semaines, comme quelques mois ou années. A cette pensée, Bella sentit sa gorge se serrer, comme si elle pouvait pleurer pour tout évacuer.

Renesmée – Dis-moi ce que tu aimes, je te dirais qui tu es.

Bella leva un sourcil, entendant la voix de sa fille dans laquelle la tristesse se faisait sentir. La pluie avait fait son apparition, l’empêchant de sortir à cause des innombrables sangsues présentes dans la région. Ils la protégeaient, voulant lui éviter d’être à nouveau blessée comme elle l’avait été. La seule différence était qu’ils essayaient de ne pas trop la couver, de la rendre heureuse dans la mesure du possible, même si rester loin de leur fille était… presque impossible après ce qui s’était passé. En attendant, s’occuper d’elle. Bella entendait Renesmée pleurer dans la salle de bains, ce qui lui transperçait littéralement le cœur. Sans réfléchir davantage, elle descendit les marches et se dirigea vers sa fille, frappant brièvement à la porte sans vraiment attendre de réponse. La jeune mère entra alors dans la pièce, s’installa sur le bord de la baignoire et prit sa fille dans ses bras, la berçant doucement tout en marmonnant la berceuse qu’Edward lui chantait depuis sa naissance. L’embrassant sur le sommet de la tête, Bella murmura :

Bella – Tu n’es pas seule… On t’aidera à retrouver la mémoire… Je te le promets. Il ne t’arrivera plus rien.

C’était une promesse. Une promesse qu’elle avait été incapable de tenir, mais Bella s’était juré que cela n’arriverait plus. Plus personne ne toucherait à un seul cheveu de leur fille, sauf son petit-ami – qui aurait droit à une discussion privilégiée avec eux, d’ailleurs. Mais en attendant, ils devaient l’aider, être là pour elle, l’écouter et la conseiller du mieux qu’ils pouvaient.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui suis-je ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui suis-je ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [JEU] Qui suis-je ? (identité de personnages du Whedonverse à deviner)
» Je suis très laid
» J'ai vu de la lumière alors je suis entré... [Osmauz']
» Comme je ne suis pas riche...
» Envouté je suis.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: