Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comment avouer à sa fille que ses parents sont des vampires ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Comment avouer à sa fille que ses parents sont des vampires ?   Mer 30 Oct 2013 - 17:11

Edward – Non, viens.

Hein ? Mais ? Pourquoi ? Bon, soit… Ce n’est pas comme si elle avait vraiment le choix. Bella se laissa entrainer par Edward un peu à l’écart, se faisant tirer par la main en évitant tant bien que mal les allées et venues des autres. Ils continuaient à tout déballer. Bah ? Alors, pourquoi ne pas les aider ? Ils avaient besoin d’aide, là, ils n’allaient pas encore tout déménager tout seuls ! Bella n’avait déjà pas aidé la première fois, alors autant aider cette fois-ci… Non ? Peut-être pas, pas pour Edward en tout cas.

Edward – Tu ne penses pas qu'il serait temps de lui dévoiler les choses ? Cela l'aidera peut-être à récupérer la mémoire. De toute façon, il y a beaucoup de choses qu'elle a compris par elle-même, et j'aimerais mieux lui expliquer le reste que de la laisser découvrir toute seule, comme ça.

Bella – … Tout ? Comme ça ? Maintenant ? Mais… Je… On peut monter ?

Tout lui dire, tout lui révéler maintenant ? Bella tourna instinctivement la tête vers les escaliers, vers la chambre où Renesmée dormait paisiblement après toutes ces heures de voyage. Bon, réfléchir. En même temps, la nouvelle-née entraina Edward vers l’escalier menant à l’étage. Elle voulait juste être un peu plus tranquille et éviter le remue-ménage d’en bas, se dirigeant donc vers ce qui allait être la bibliothèque. Des cartons étaient posés ça et là, empilés les uns sur les autres en attendant d’être déballés. Cela promettait de longues, longues heures de travail… Au moins de quoi les occuper quelques temps.

Mais soit, ce n’était pas le sujet. Bella savait qu’Edward n’avait pas tort, leur fille avait compris beaucoup de choses, mais était-ce une bonne idée de tout lui dire comme cela, maintenant ? Au moins attendre quelques temps, juste le temps nécessaire à ce qu’elle s’habitue à l’endroit, aux gens, au climat… Oui, peut-être retrouverait-elle ses souvenirs un peu plus rapidement, mais si ce n’était pas le cas ? Si jamais Renesmée prenait peur en découvrant que ses parents étaient des vampires, qu’elle l’était à moitié elle aussi ? Peut-être n’avait-elle pas d’image « négative » sur les vampires vu que personne ne lui avait montré de films là-dessus, mais… Se mordant la lèvre inférieure, Bella resta sans rien dire un moment, réfléchissant.

Bella – Je ne sais pas, Edward… Tout lui dire, comme ça… J’ai peur. Peur qu’elle nous rejette, qu’elle pense que c’est nous qui l’avons enlevée vu notre nature. Comment dire à notre propre fille que nous sommes des vampires, qu’elle l’est donc à moitié elle aussi ?

Si jamais elle fuyait, si Renesmée ne leur faisait plus confiance ? Si elle fuguait et que quelque chose de mal lui arrivait, de nouveau ? S’ils n’étaient pas capables de la protéger, comme cela avait déjà été le cas ? Les autres passaient encore à côté d’eux, on entendait le mouvement des cartons, les « Aïe » lorsque quelque chose tombait de haut ou les « Ca va, rien de cassé ! » pour rassurer le reste de la famille. Bella s’était installée sur un fauteuil déjà déballé – ou alors, pas emballé du tout à la base – en invitant Edward à s’asseoir à côté d’elle. Bon, et maintenant ? Elle lui prit les mains, cherchant à se rassurer, retournant la situation dans tous les sens pour peser le pour et le contre. Soupirant, elle reprit :

Bella – On ne peut pas attendre juste… une semaine ? Ou deux ? Le temps qu’elle s’habitue ? Et puis… Comment comptes-tu lui annoncer ça ? « Au fait, nous sommes tes parents mais avant, ta mère était humaine et moi vampire, alors tu es à moitié vampire ! Ah et, après ta naissance, on a dû la transformer, ce qui explique qu’elle soit vampire elle aussi. Bienvenue dans la famille ! » ? J'ignore comment le lui dire Edward, je n'ai pas envie de refaire la même bourde qu'avec les jumeaux... Pas elle, je tiens beaucoup trop à elle, je ne veux pas la perdre...


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comment avouer à sa fille que ses parents sont des vampires ?   Mer 30 Oct 2013 - 18:12

Renesmée se retourna dans son lit, se réveillant en sursaut, et se frotta les yeux. Elle avait fait un rêve étrange... Elle était toute seule, dans une grande forêt, il n'y avait pas un bruit ni d'odeur. La lumière du soleil passait à travers les branches des arbres, produisant des rayons de lumière où se reflétait la poussière et les insectes. Elle marchait au milieu de tous ces puits de lumière, et même sa propre peau semblait produire un faible scintillement. C'était magique ! Toute cette lumière, c'était beau, et elle se sentait calme et reposée.

Puis il y avait eu un petit bruit, elle s'était retournée et avait vu un gros loup sortir du bois. Un loup véritablement énorme, mais elle n'avait pas eu peur. Il avait un air très doux, et la regardait avec affection. Elle souriait, touchant la fourrure rousse. Une fourrure très épaisse, et qui dégageait une chaleur curieuse. Elle était montée sur le dos du loup, et il l'avait emmené avec lui. Ils avaient couru dans les bois, passant dans les puits de lumière. Et elle riait à gorge déployé, heureuse.

Encore après, le loup l'avait re-deposé au sol et elle avait continué à marcher. Cette fois, elle avait vu ses "parents". Bella et Edward, marchant main dans la main. Leur peau étincelait comme si mille diamants y étaient incrustés Elle avait reculé, alors qu'ils lui tendaient la main, puis s'était réveillée d'un bond.

Plus qu'épuisée, elle se laissa retomber sur ses oreillers, écoutant les bruits de sa famille qui emménageait. Il y avait aussi du bruit non loin... Elle percevait les sons très nettement, c'était curieux, plus qu'elle n'aurait dû. C'était la voix de... De sa mère ?

Bella – On ne peut pas attendre juste… une semaine ? Ou deux ? Le temps qu’elle s’habitue ? Et puis… Comment comptes-tu lui annoncer ça ? « Au fait, nous sommes tes parents mais avant, ta mère était humaine et moi vampire, alors tu es à moitié vampire ! Ah et, après ta naissance, on a dû la transformer, ce qui explique qu’elle soit vampire elle aussi. Bienvenue dans la famille ! » ?

Renesmée resta totalement bloquée sur cette dernière phrase, n'entendant pas le reste. Des... Des... Vampires ? Ses parents étaient des vampires ? Non, elle avait mal entendue. Elle avait sûrement mal entendu ! Mais... Pourquoi aurait-elle dit ça, alors ?! Renesmée se passa à toute vitesse tous les souvenirs qu'elle avait. Revoyant ses parents et le reste de sa famille qui avaient du mal à finir leurs assiettes. Leurs yeux qui changeaient de couleur. La froideur de leur peau... Elle ramena lentement les couvertures sur elle, la bouche sèche. Ce n'était pas... Possible... Des vampires ? Ils étaient des vampires ?! Et... Elle... Leur fille... Elle eut un violent frisson et referma les yeux, l'adrénaline courant dans ses veines et chassant l'épuisement.

Elle se glissa hors du lit et recula jusqu'à la fenêtre. Vampires. Elle était au milieu d'un nid de vampires ! Et si ça se trouve, ils lui avaient menti, ils n'étaient pas du tout sa famille ! Elle s'habilla en tremblant, de plus en plus anxieuse. Pourquoi ils la gardaient ? Ils voulaient la tuer ? La mordre ? Jouer avec elle ? Où était sa véritable famille ? Laçant ses chaussures, elle ouvrit la fenêtre et sortit, se laissant tomber dans les buissons dessous, puis s'enfuit à toutes jambes dans la village.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Comment avouer à sa fille que ses parents sont des vampires ?   Mer 30 Oct 2013 - 19:46

Des pas. Des pas précipités, quelqu’un qui se hisse de la fenêtre, un cœur qui bat à tout rompre. Bella n’entendit pas ce que lui répondit Edward, ne sachant même pas s’il lui avait répondu ou pas en fait. Pour l’instant, elle était plus paniquée qu’autre chose. Elle reconnaissait ce battement de cœur entre mille et s’insultait mentalement de tous les noms. Renesmée. Elle avait tout entendu. Bella avait parlé beaucoup trop fort, même si cela n’avait pas été un cri… Leur fille avait une ouïe surdéveloppée par rapport aux humains, ce qui suffisait amplement. Mais elle était supposée être endormie ! Elle devait dormir pendant une journée entière, minimum, et ne pas se réveiller comme cela ! Surtout pas pendant une telle conversation !

Sans plus attendre, Bella lança un regard complètement paniqué à Edward puis s’élança à la poursuite de sa fille, plus désespérée que jamais. Elle avait encore fait une bourde… Une énième, et une grosse. La jeune mère descendit les escaliers en trombe et fila devant le regard ahuri et apeuré des autres, sans compter celui lourd de reproches et flamboyant de Rosalie. Oui, bon, l’engueulade après, Bella avait autre chose à faire, là, tout de suite. Une fois dehors, elle vit sa fille au loin et l’appela, la rattrapant très vite. Elle la prit dans ses bras, tentant de la calmer, répétant affolée :

Bella – Renesmée ! Ecoute-moi ! Laisse-moi juste dix minutes pour tout expliquer, on peut même aller dans un endroit public si tu préfères, mais pitié, écoute-moi !

Autant dire que ses paroles n’eurent aucun effet sur sa fille… Renesmée se débattait comme une folle, laissant les larmes couler, et commença à appeler à l’aide dans la rue. Ah non, sûrement pas ! Pitié, pas cela, tout mais pas cela ! Bella rassura les passants, leur disant qu’elle lui avait juste refusé une poupée, qu’ils venaient seulement d’emménager et qu’elle n’en avait pas vraiment envie. La jeune mère la tira avec elle, la prenant dans ses bras. Elle repéra des bois plus loin. Bon… C’était ce qui l’avait convaincue et rassurée, lorsqu’Edward lui avait tout avoué. Pourquoi ne pas essayer ?

Bella – Je veux te montrer quelque chose. Pardon pour le voyage, c’est la seule solution que je trouve pour te convaincre.

Elle marcha plus vite puis, lorsqu’ils s’éloignèrent du village, elle courut, coupant à travers bois et vit bientôt une pancarte indiquant « Clyde Muirshiel Regional Park ». Bon, vu l’heure, cela conviendrait. Il fallait juste qu’elle lui explique… Rien d’autre. Renesmée, elle, se débattait toujours et appelait sa mère. Hum. Oui, bon, c’était un peu brutal, mais Bella n’avait pas d’autres solutions ! Elle repéra un endroit un peu plus aéré, d’où l’on avait une superbe vue sur un lac énorme. Sa fille ne semblait pas plus calme pour autant, pleurant toujours à chaudes larmes. Bon, comment avait Edward fait, déjà ? Qu’avait-il dit ? Rappelle-toi ! Oui, il avait parlé des légendes… Non, ça, c’était elle qui l’avait trouvé en fouinant. Bon, après ? Ah oui. Du calme, méthode et calme.

Bella – Renesmée, écoute-moi ! Nous ne sommes pas comme les autres vampires ! Sinon, pourquoi aurions-nous vécu un an à l’écart de tout ? C’était justement pour éviter tout ça ! Nous ne te ferons jamais de mal, ma puce. Nous sommes ce que nous appelons des « végétariens ».

Renesmée eut, pour seule réaction, de se cacher le visage. Bah ? Pourquoi ? Oh, peut-être Bella était-elle un peu trop vive pour parler… Oui, bon, mais ce n’était même pas crier, qu’elle faisait ! Bon, du calme, reprenons. Ne pas paniquer, ne pas paniquer. Tout allait très bien se passer. Au moins, elle ne hurlait plus… C’était déjà cela, non ? Bella reprit, cherchant les mots :

Bella – Désolée. Je ne voulais pas t’effrayer… Je veux juste que tu comprennes. Nous ne te ferons jamais de mal, ton père et moi. Je sais que nous sommes une famille… étrange, mais nous ne te ferons jamais rien. Tu es ce qui compte le plus pour nous, un peu comme l’eau pour toi ou ton cœur… Tu comprends ? Tu es plus précieuse que tout l’or du monde. Ou que le sang, si tu préfères ou si tu nous considères encore comme les autres vampires.

Toujours aucune réaction. Renesmée gémit et se ratatina, ne répondant rien à ce que Bella venait de lui dire. Bon… Et maintenant ? La comparaison du sang n’était peut-être pas une si bonne idée, mais elle voulait dédramatiser les choses et la calmer, rien de plus ! Soupirant, la jeune mère rajouta en prenant une voix douce et maternelle, presque inconsciemment :

Bella – Renesmée… Désolée, c’était un peu maladroit, comme comparaison. Ecoute… Nous tenons à toi. J’ai laissé ma vie pour te sauver, je ne comptais pas « partir » si tôt mais je voulais que tu vives, quitte à y laisser ma vie. Je ne voulais pas te sacrifier pour vivre, même si ton père m’en a voulu quand j’ai souffert pendant ma transformation. Ecoute, Renesmée… Je ne regrette rien. Absolument rien. Je tiens à toi, je te vois grandir tous les jours, je tiens à toi comme à la prunelle de mes yeux et je n’hésiterais pas à mourir si cela pouvait te sauver la vie.

Bella ignorait si ce qu’elle disait servait à quelque chose ou non. Elle ne voulait pas perdre sa fille, pas pour ce qu’elle était, pas pour un choix qu’elle avait fait. Son sang coulait dans ses veines, ses yeux, son visage… Tout montrait qu’elle était bien sa fille. Renesmée. Sa fille qui avait grandi si vite, sa fille qui avait tant changé en l’espace d’un an. Sa petite fille… Qui n’était plus si petite, à présent. Et elle avait tant hérité de leur caractère, c’était un peu effrayant d’ailleurs. Mais touchant. Renesmée ne dit rien pendant un moment, puis réagit enfin :

Renesmée – Je suis quoi, moi ?

Ah… Heu. Bon, et maintenant ? Comment le lui expliquer ? Ils ignoraient à peu près tout, eux aussi, sinon qu’elle vieillissait lentement, que sa croissance s’était développée un long moment mais qu’elle vivrait plus longtemps qu’eux, qu’elle avait certaines de leurs capacités, et d’autres choses encore. Bon… Très bien. Bella prit son courage à deux mains et soupira avant de se lancer :

Bella – Tu… Pour mettre une étiquette, tu es une hybride, ce que donne heu… Tu es le fruit de l’union entre Edward et moi. En gros, tu grandis, tu vieillis mais plus lentement et, comme tu l’as sans doute remarqué, tu peux entendre plus que ce qu’un humain entend, tu cours plus vite et sautes plus haut. Puis… Tu peux manger comme les humains, ou comme nous.

Hum. Renesmée essaya à nouveau de se sauver. Mais non, stop ! Elle ne buvait jamais de sang, alors pas besoin de paniquer, pas besoin de fuir ! Bella resserra son étreinte, tentant tant bien que mal de calmer sa fille, de la rassurer :

Bella – Mais tu n’en bois jamais ! On ne t’a pas élevée comme ça, on veut l’éviter, justement ! Tu manges normalement, comme tout le monde, tu n’as pas à avoir peur.

Renesmée – J’ai peur.

Et elle recommença à pleurer. Mais non, non, non ! Bella désespérait franchement, là. Elle ne savait pas quoi faire pour rassurer, elle ignorait ce qu’elle devait dire, elle était jeune mère, encore. Comment rassurer sa propre fille ? Elle avait envie de pleurer, de hurler, de réclamer de l’aide, de… Elle ignorait ce qu’elle pouvait faire. Bella serra sa fille dans ses bras, lui frottant le dos pour la calmer, lui embrassant le front. Elle murmura « Du calme » et rajouta :

Bella – Tu n’as pas à avoir peur… Ecoute, je manque d’expérience en tant que mère, je ne suis pas douée pour parler, loin de là, et toi non plus. Tu dors dans un lit, tu vas à l’école, tu prends ta douche régulièrement, tu as besoin de voir des gens, tu… Tu es normale, plus humaine que vampire, si ce ne sont tes sens plus développés.

Renesmée ne réagit pas, s’évanouissant. Heu ? Hein ? Mais non, ce n’est pas ce qu’elle avait recherché ! Paniquée plus qu’autre chose, Bella serra sa fille dans ses bras, lui maintenant la tête contre sa poitrine, la protégeant, courant plus vite en faisant bien attention à ne pas la brusquer. Elle n’allait même pas à vitesse vampirique, de peur de la blesser, de se prendre un arbre ou autre. Elle voulait juste mettre sa fille en sécurité… Rien d’autre. Revenant vers le village, Bella rentra à la Villa sous le regard des Cullen – qu’elle évitait franchement – et déposa sa fille au sous-sol, seul endroit où un lit avait déjà été installé. La jeune mère prit une chaise et s’assit à côté d’elle, la couvant du regard, attendant. Elle savait que c'était un simple évanouissement, rien de plus, que la fatigue et la peur l'avaient provoqué, mais... Impossible de ne pas s'inquiéter.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comment avouer à sa fille que ses parents sont des vampires ?   Ven 1 Nov 2013 - 19:52

Renesmée courut aussi vite qu'elle le put, affolée, et cherchant quelque chose, n'importe quoi, qui lui permettrait de se sortir de là. Il fallait qu'elle trouve de l'aide, quelqu'un, un truc pour se défendre, un ... Des bras durs et froids l'encerclèrent tout à coup, la stoppant net, et elle cria en se débattant. A l'aide !

Bella – Renesmée ! Ecoute-moi ! Laisse-moi juste dix minutes pour tout expliquer, on peut même aller dans un endroit public si tu préfères, mais pitié, écoute-moi !

Non, non, non ! Elle se débattit aussi fort qu'elle le pouvait, appelant à l'aide à pleins poumons. Non, elle ne voulait pas ! Elle se sentit soulevé et pleura de plus belle, terrorisée. Qu'est-ce qu'elle allait lui faire ?! Nessie ne voulait pas mourir, elle était trop jeune, elle avait peur, elle voulait a vraie maman. Où était sa famille ? Comment ils allaient la retrouver ?! Elle ne voulait pas qu'on la morde, elle voulait rester humaine ! Elle n'était pas à moitié vampire, non, ce n'était pas vrai, c'était un mensonge.

Bella – Je veux te montrer quelque chose. Pardon pour le voyage, c’est la seule solution que je trouve pour te convaincre.

Elle marcha plus vite, puis courut juste après. La vitesse dévoiler acheva d'affoler Renesmée et de la terrifier un peu plus. Elle avait si peur de mourir, ou pire, de finir comme eux, avec les yeux qui changeaient de couleur et la peau glacée.

- Maman ! cria-t-elle. Maman, à l'aide !

Elle continuait de pleurer, ne prêtant pas la moindre attention au paysage. Bella s'était assise et la tenait, indifférente à ses gesticulations. Non, maman... Elle voulait sa maman, sa vraie maman, sa mère à la peau chaude et douce, avec un cœur qui battait. Elle n'était pas folle et sentait que celle qui prétendait être sa mère était morte à l'intérieur. C'était un vampire. Renesmée avait été enlevée par une famille de vampires. Et elle était piégée, incapable de s'enfuir, ils allaient sûrement la dévorer.

Bella – Renesmée, écoute-moi ! Nous ne sommes pas comme les autres vampires ! Sinon, pourquoi aurions-nous vécu un an à l’écart de tout ? C’était justement pour éviter tout ça ! Nous ne te ferons jamais de mal, ma puce. Nous sommes ce que nous appelons des « végétariens ».

La petite se cacha le visage en vitesse. Elle criait, elle était en colère, elle allait la tuer. Elle retint un hoquet, terrorisée. Est-ce que ça faisait mal, de mourir ? Est-ce qu'ils allaient l'achever rapidement, au moins ? Ou est-ce qu'ils allaient jouer avec elle avant ? Elle avait peur d'avoir mal, peur de ce qu'il y avait après.

Bella – Désolée. Je ne voulais pas t’effrayer… Je veux juste que tu comprennes. Nous ne te ferons jamais de mal, ton père et moi. Je sais que nous sommes une famille… étrange, mais nous ne te ferons jamais rien. Tu es ce qui compte le plus pour nous, un peu comme l’eau pour toi ou ton cœur… Tu comprends ? Tu es plus précieuse que tout l’or du monde. Ou que le sang, si tu préfères ou si tu nous considères encore comme les autres vampires.

Renesmée gémit, encore plus effrayée. Du sang. Ils buvaient du sang. Elle l'avait dit, ils buvaient du sang ! Et ils voulaient sûrement boire le sien... Les larmes continuaient de couler, alors qu'elle n'avait toujours pas décroché un seul mot. Papa... Maman... Où étaient-ils ? savaient-ils qu'une famille de vampire jouait avec elle ? Et s'ils venaient ici et qu'on leur faisait du mal ?

Bella – Renesmée… Désolée, c’était un peu maladroit, comme comparaison. Ecoute… Nous tenons à toi. J’ai laissé ma vie pour te sauver, je ne comptais pas « partir » si tôt mais je voulais que tu vives, quitte à y laisser ma vie. Je ne voulais pas te sacrifier pour vivre, même si ton père m’en a voulu quand j’ai souffert pendant ma transformation. Ecoute, Renesmée… Je ne regrette rien. Absolument rien. Je tiens à toi, je te vois grandir tous les jours, je tiens à toi comme à la prunelle de mes yeux et je n’hésiterais pas à mourir si cela pouvait te sauver la vie.

Il restait aussi la possibilité terrifiante que tout cela soit vrai et qu'elle soit véritablement leur fille. Un frisson d'horreur la parcourut toute entière à cette pensée. Qu'elle devienne un vampire en grandissant, q'elle boive du sang. Et ça ferait d'elle une quoi ? Son cœur battait, non ? Ça voulait dire qu'il allait s'arrêter plus tard ? Qu'elle serait morte mais pas vraiment ? Elle ne comprenait plus rien mais avait la gorge de plus en plus serrée, et son mal de tête gagnait du terrain.

– Je suis quoi, moi ?

Bella – Tu… Pour mettre une étiquette, tu es une hybride, ce que donne heu… Tu es le fruit de l’union entre Edward et moi. En gros, tu grandis, tu vieillis mais plus lentement et, comme tu l’as sans doute remarqué, tu peux entendre plus que ce qu’un humain entend, tu cours plus vite et sautes plus haut. Puis… Tu peux manger comme les humains, ou comme nous.

Hein... ? B... Boire du sang ? Elle tenta de se sauver, sous l'effet de la panique, mais Bella resserra son étreinte sur elle aussitôt.

Bella – Mais tu n’en bois jamais ! On ne t’a pas élevée comme ça, on veut l’éviter, justement ! Tu manges normalement, comme tout le monde, tu n’as pas à avoir peur.

– J’ai peur.

Les larmes coulaient encore, sans qu'elle parvienne à se calmer. La simple idée de boire du sang l'horrifiait au plus haut point. Elle ne voulait pas devenir un monstre, elle le refusait ! Elle avait de plus en plus mal à la tête. Elle se sentait vide, affaiblie, épuisée. Le monde se faisait plus flou.

Bella – Tu n’as pas à avoir peur… Ecoute, je manque d’expérience en tant que mère, je ne suis pas douée pour parler, loin de là, et toi non plus. Tu dors dans un lit, tu vas à l’école, tu prends ta douche régulièrement, tu as besoin de voir des gens, tu… Tu es normale, plus humaine que vampire, si ce ne sont tes sens plus développés.

Mais ça voulait dire qu'une partie d'elle était vampire... Une partie... Elle lâcha un petit soupir puis le noir l'entoura de toutes parts, alors qu'elle sombrait dans l'inconscience.


Renesmée sentit à nouveau la chaleur d'une couverture bien plus tard, bien qu'elle ignorait combien de temps elle était restée évanouie. Elle ne bougea pas, un mal de tête lancinant lui transperçant le crâne, et tenta de recouvrer tous ses sens. Elle se sentait affaiblie et nauséeuse, et de la peine à ouvrir les yeux. Elle se trouvait dans une chambre, qu'elle reconnaissait vaguement. Il y avait une femme assise près du lit. Voyant flou, Renesmée lâcha un gémissement. La femme, sa mère, s'était rapprochée en l'appelant. Nessie se protégea les yeux de la lumière.

- J'ai fait un cauchemar, murmura-t-elle. Tu me disais que tu étais un vampire.

Bella – Un... vampire ? Avec des crocs ? J'ai voulu te faire du mal ?

- Ton cœur, il battait plus, t'étais gelée ! Et tu disais que tu buvais du s... Du sang.

Bella – Tu sais, ma puce... J'ai vu des films où les vampires buvaient du sang, oui, mais du sang animal. Quand on mange du steak... Parfois, tu le prends saignant, parfois bien cuit.

- C'est horrible quand même... Je veux pas que tu sois un monstre, moi, c'est pas possible...

Bella – Un monstre... C'est quoi, un monstre, pour toi ?

- Quelqu'un qui n'est pas humain, qui ne vit plus avec les autres, qui peut tuer facilement... On peut pas boire de sang, c'est monstrueux, c'est...

Un détail la frappa d'un seul coup. Elle repoussa ses couvertures, se leva, puis fila vérifier dans le miroir qu'elle n'avait pas les yeux rouges ou jaunes. A peine rassurée, elle se retourna vers sa mère, le cœur battant à tout rompre.

- C'était juste un rêve, hein ?

Sa mère contourna le lit puis vint lui prendre les mains, la regardant dans les yeux, souriante. Elle était belle, sa maman, même quand elle avait son expression mélancolique. Pourtant, Renesmée avait l'étrange intuition que la suite n'allait pas lui plaire du tout.

Bella – Ma puce, tu es grande, intelligente. Et futée, avec ça. Tu connais déjà la réponse... Mais demande-toi si ton point de vue n'est pas faussé, souviens-toi des deux mois que tu viens de vivre avec nous, de... Tout ce que nous avons fait pour toi.

Gagné. Ça ne lui plaisait pas, mais alors, pas du tout. Nessie retira très vite ses mains, plus pâle qu'un cadavre le jour de son enterrement. Du calme, ne pas hurler, ne pas crier. Tout était vrai. Elle était dans une famille de vampires. Elle en était une. A moitié. Ça voulait dire qu'elle était quoi ? Elle tourna les talons puis alla s'enfermer dans la salle de bains. Du calme... Qu'est-ce qu'elle était ? Elle se servit un verre d'eau en tremblant mais il lui échappa et se brisa sur le carrelage. Elle renifla, se baissa pour ramasser les morceaux, puis se coupa le doigt. Grimaçant, elle serra sa main, puis eut une idée.

Si elle était à moitié vampire... Elle porta le doigt à sa bouche et but délibérément le sang qui s'échappait de la salle de bain. Elle eut un petit frisson, alors que sa mère l'appelant en demandant si tout allait bien. Elle ne répondit, tremblante et étonnée, regardant son doigt. Elle n'avait même pas été étonnée... Au contraire, c'était comme si son corps n'attendait que cela. Elle eut un soupir, à genoux par terre au milieu des débris de verre.

- Je suis un monstre, en fait, murmura-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comment avouer à sa fille que ses parents sont des vampires ?   Ven 8 Nov 2013 - 18:49

Bella – … Tout ? Comme ça ? Maintenant ? Mais… Je… On peut monter ?

Il la suivit sans mot dire, ni montrer son inquiétude. La situation ne devenait plus tenable, en effet, mais il ignorait comment dire la vérité à Renesmée. Les vampires étaient, dans l'imaginaire collectif, des monstres assoiffés de sang, qui tuaient indifféremment amis ou ennemis. Des sangsues, volant de ville en ville, pour égorger et assassiner. Une image un tantinet effrayante pour une enfant de cette âge... Il s'arrêta à l'étage derrière sa femme, jetant un vague coup d'œil aux piles de cartons qui y étaient entassés. Il avait connu tellement de déménagement qu'il ne les comptait même plus.

Bella semblait réfléchir et il ne l'interrompit pas. Il songeait, lui aussi, à la situation. D'un côté, l'amnésie de leur fille était assez heureuse. Ne se souvenant pas du Népal, elle ne pouvait être triste de quitter le pays pour s'exiler ici. Elle ne souvenait plus de ses amis, de ses jeux dans le chalet et au cottage, de son année scolaire, ni de rien. Pas comme sa mère, qui avait tout perdu en les suivant... Ils avaient au moins pu éviter ce choc émotionnel à leur fille, ce qui était bienvenu. Mais à présent, le temps des mensonges était terminé. Renesmée leur avait déjà prouvé qu'elle pouvait deviner beaucoup de choses seule, il n'était plus temps de lui cacher.

Bella – Je ne sais pas, Edward… Tout lui dire, comme ça… J’ai peur. Peur qu’elle nous rejette, qu’elle pense que c’est nous qui l’avons enlevée vu notre nature. Comment dire à notre propre fille que nous sommes des vampires, qu’elle l’est donc à moitié elle aussi ?

Evidemment, c'était délicat, mais Edward était convaincu qu'il valait mieux lui dire maintenant que la laisser tout découvrir seule. Surtout Renesmée. Si on lui expliquait posément et avec des mots choisis, pourquoi les rejetterait-elle ? Il fallait simplement être doux, patient, posé, et diplomate. Et tout se passera bien. Renesmée n'était ni idiote ni peureuse, bien au contraire. Elle comprendra, et ils reprendront une vie de famille normale. Ils étaient venu ici pour ça, s'étaient installés au cœur d'un petit village exprès pour lui permettre d'avoir une vie ordinaire, comme si elle était humaine.

Bella – On ne peut pas attendre juste… une semaine ? Ou deux ? Le temps qu’elle s’habitue ? Et puis… Comment comptes-tu lui annoncer ça ? « Au fait, nous sommes tes parents mais avant, ta mère était humaine et moi vampire, alors tu es à moitié vampire ! Ah et, après ta naissance, on a dû la transformer, ce qui explique qu’elle soit vampire elle aussi. Bienvenue dans la famille ! » ? J'ignore comment le lui dire Edward, je n'ai pas envie de refaire la même bourde qu'avec les jumeaux... Pas elle, je tiens beaucoup trop à elle, je ne veux pas la perdre...

Il secoua doucement la tête. Non... Attendre serait reculer pour mieux sauter, et ce sera bien pire si Renesmée gagnait de la confiance dans son nouvel environnement et voyait cette confiance détruite. D'accord, Edward débutait en tant que père, mais il en avait beaucoup vu et observé. Il aimait sa fille, comme il aimait Bella et toute sa famille, et il ne voulait pas la voir malheureuse, et encore moins lui mentir. Devoir mentir à Bella, deux ans auparavant, avait été bien assez douloureux. Il ouvrait la bouche pour lui répondre lorsqu'ils entendirent une série de petits bruits sans possibilité de d'erreur. Renesmée. Elle s'enfuyait !

Bella se rua en avant, et Edward la suivit, paniqué. Mais il fut arrêta tout net par Carlisle au moment où il allait franchir la porte. Il se retourna sèchement, plus que tendu et prêt à hurler, mais son père leva une main apaisante.

Carlisle – Vous allez encore plus l'effrayer en y allant à deux, dit-il d'une voix douce. Laisse faire Bella, c'est sa mère, elle saura trouver les mots.

– Mais...

Il fit la moue puis se résigna. Bon, d'accord, autant attendre... Nerveux et anxieux, il s'obligea à participer à l'emménagement. Au bout d'un temps qui lui parut infini, sa femme revint enfin. En portant leur petit trésor évanoui dans ses bras. Il la suivit aussitôt dans la chambre et s'assit à côté du lit. Ils restèrent là, tous les deux, à veiller sur Renesmée. Il demanda aussi à Bella ce qui s'était passé.

Bella – J'ai essayé de la rassurer... De lui expliquer, d'être douce pour rattraper ce que j'avais dit mais... A cause de la peur et de la fatigue, elle s'est évanouie.

Il ne répondit pas, se contentant de baisser la tête. Ce n'est pas exactement comme ça qu'il avait vu les choses... Lui imaginait un lieu calme, des paroles choisies, enfin, tout faire pour qu'elle n'ait pas peur. Mais ce qui est fait est fait. Il remonta un peu plus tard, histoire de préparer un repas solide pour Renesmée. Alors qu'il cuisinait, sous les remarques narquoises d'Emmett qui l'accusait de vouloir empoisonner toute la famille à cause de l'odeur, il entendit Renesmée se réveiller. Bon, elle allait être choquée, sûrement, mais elle verra que toute sa famille est là pour elle.

Cependant, les choses tournèrent plus difficilement que prévu... Bella y allait en douceur, mais il la connaissait assez pour savoir qu'elle ramait comme une galérienne. Il laissa brûler le bacon par faute d'inatention, trop occupé à écouter sa femme et sa fille. Il n'osait pas intervenir, ne voulant pas les perturber, mais la tentation était grande. L'odeur de bacon brûlé et un regard affligé de son père sur la poêle le poussa néanmoins à un peu plus d'action.

Bella – Ma puce, tu es grande, intelligente. Et futée, avec ça. Tu connais déjà la réponse... Mais demande-toi si ton point de vue n'est pas faussé, souviens-toi des deux mois que tu viens de vivre avec nous, de... Tout ce que nous avons fait pour toi.

Un bruit de course précipité. Une porte qui claque. Un bruit de verre brisé. Un cri de panique de Bella. Bon, là, stop, ça suffit ! Il laissa tomber tout ce qu'il faisait, au sens propre car Jasper rattrapa la poêle de justesse, et courut à la chambre de Renesmée. Il sentit aussitôt une odeur de sang, et entendit sa fille murmurer qu'elle était un monstre. Il s'approcha en vitesse, alors que Bella appelait leur fille. Il pressa son épaule pour la rassurer, puis brisa en douceur la poignée de la salle de bain. Renesmée était à genoux par terre, au milieu de débris de verre, un doigt en sang, et un air étrange. Il eut une horrible grimace en voyant qu'elle avait goûté à son propre sang.

– Ma puce...

Il la souleva, histoire de lui éviter de se couper à nouveau avec les débris, puis la prit dans ses bras et la ramena dans sa chambre. S'asseyant sur le lit avec elle, il lui fit un pansement pour son doigt, la gardant sur ses genoux. Il l'embrassa doucement sur la joue, la serrant contre lui. Bella s'était installée à côté d'eux, ayant enfin découvert son nez et sa bouche.

– Comment pourrais-tu être un monstre, Renesmée ? Tu es une enfant... Ce que tu viens de tester, tu n'as à en avoir honte, ton corps à certains besoins, et nous le comprenons.

Bella – On t'aime pour ce que tu es, Renesmée... Tu manges normalement, imagine ce que ça a été pour moi, de découvrir mon nouveau "régime" du jour au lendemain. Tu peux choisir... Tu n'es pas un monstre.

Il sourit à Bella, tout en berçant leur fille, puis reprit, d'une voix plus douce.

– Si tu veux essayer de te nourrir comme nous, on ne va t'en empêcher. Maman et moi, on peut t'accompagner chasser, ainsi, tu verras ce qui te plaît le mieux. Qu'en dis-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comment avouer à sa fille que ses parents sont des vampires ?   Dim 10 Nov 2013 - 15:53

Un bruit de meuble brisé, juste derrière elle. Elle ne sursauta même pas, sachant qu'ils pouvaient tous faire ça et que s'enfermer ne servait à rien, et resta donc stoïque. Elle était à genoux au milieu des bouts de verre et de l'eau, regardant autour d'elle.

Papa – Ma puce...

Deux mains grandes et fortes sur sa taille. Elle se fit soulever du sol, loin de tous ces débris coupants et dangereux. Ils passaient tous leur temps à la porter et la soulever dans les airs comme si elle pesait pas plus lourd qu'une plume et la transporter partout. Mais elle avait des jambes, aussi, elle pouvait marcher ! C'était quoi, cette manie de l'empêcher d'aller où elle voulait ? Déjà sa mère, toute à l'heure, et maintenant son père. Bon, stop, ça suffit maintenant. Ils profitaient honteusement qu'elle soit plus petite qu'eux pour la trimbaler comme un vulgaire sac à patates à droite et à gauche. Elle se raccrocha à la chemise de son père en boudant. Il s'assit sur le lit avec elle et lui fit un pansement. Mais c'est bon, elle n'avait quasiment rien.

Papa – Comment pourrais-tu être un monstre, Renesmée ? Tu es une enfant... Ce que tu viens de tester, tu n'as à en avoir honte, ton corps à certains besoins, et nous le comprenons.

Maman – On t'aime pour ce que tu es, Renesmée... Tu manges normalement, imagine ce que ça a été pour moi, de découvrir mon nouveau "régime" du jour au lendemain. Tu peux choisir... Tu n'es pas un monstre.

Pas un monstre, pas un monstre... C'était vite dit. Elle avait été plus que troublée de ce qu'elle venait de découvrir, et ne comptait pas s'arrêter là. Elle voulait explorer jusqu'au bout cette part d'elle-même qu'elle venait de découvrir.

Papa – Si tu veux essayer de te nourrir comme nous, on ne va t'en empêcher. Maman et moi, on peut t'accompagner chasser, ainsi, tu verras ce qui te plaît le mieux. Qu'en dis-tu ?

- Ce ne sera pas pareil...

Elle se dégagea, sauta sur ses pieds, puis fila plus loin dans la maison. Elle voulait être un peu seule, pour réfléchir, et ne plus entendre tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comment avouer à sa fille que ses parents sont des vampires ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment avouer à sa fille que ses parents sont des vampires ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Croyez vous que nos parents sont bien traité dans les maisons pour personnes agées ?
» Fille aux cheveux longs.
» À ma fille
» Comment avouer à votre enfant que le père Noël n'existe pas ?
» Robe en tricot pour petite fille sage...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: