Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Remise en question

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Remise en question   Jeu 31 Oct 2013 - 22:29

Il aura fallu quatre jours à Orlin pour se remettre du traitement de choc que lui avait infligé Jane. Il allait s'en souvenir toute sa vie. La douleur qu'il avait ressentie a dépassée tout ce qu'il avait imaginé. Ça été terrible. Il avait eu l'impression d'avoir été jeté tout nu au beau milieu d'un lac de lave en fusion. Pas un centimètre carré de son corps n'avait été épargné. Quand elle eut fini au bout d'une heure qui lui avait semblé durer une éternité, Orlin était tellement abasourdi, sonné, qu'il était incapable de bouger. Son corps était comme déconnecté, comme s'il refusait d'obéir à son cerveau et qu'il disait "Stop ! J'ai besoin d'une pause !"

Une fois cette période de léthargie passée, Orlin ne s'en remis pas pour autant. Il restait allongé dans son lit, les yeux dans le vague a repenser à tout ça. Son esprit cherchait une échappatoire, comme un animal encerclé par des chasseurs cherche une issue lui qui lui permettrait de survivre. À chaque fois qu'il tentait de se calmer et de fermer les yeux. La scène se rejouait dans sa tête et la douleur revenait aussi vive qu'auparavant accompagnée des hurlements qui étaient de rigueur et qui résonnaient dans tout le château.

Il fallait qu'il pense à autre chose, qu'il tente de sortir son esprit de ce cercle infernal. Il essaya de se focaliser sur un évènement qui lui fit le plus grands bien : le quart d'heure passé avec Alec, avant que tout ne commence. Orlin se repassa toute la scène dans sa tête. D'abord le déguisement en bébé. Puis la longue et délicieuse humiliation qu'il lui avait fait subir en lui ôtant un à un ses vêtements. Puis en le caressant là où il désirait si ardemment ne pas être touché et le voir de cette façon et l'imaginer souffrir en silence. Hum, c'était enivrant, entrainant.

Cependant, Jane vint interrompre cette idylle, comme l'iceberg qui coula le Titanic. Sans même qu'il n'eut le temps de réagir, il s’effondra, écraser par le poids de la douleur et... et... Orlin se releva d'un coup et était essoufflé, comme s'il venait d’avoir la frayeur de sa vie. Il se donna quelques baffes pour être sûr d'être bien réveillé. Une fois qu'il fut remis de ses émotions, il s’aperçut qu'il était à moitié nu. Son bas-ventre et sa seconde main étaient trempés. Sans qu'il ne s'en aperçoive, ses mains avaient également rejoué toute la scène ; heureusement qu'il n'y avait personne dans la pièce, du moins il l'espérait.

Il ne prit même pas la peine de tout remettre en ordre. Il se rallongea tel quel dans son lit et parvint enfin à penser à autre chose qu'a la douleur. Il se demanda à quoi tout cela servait-il au final. Il avait intégré les Volturis, était devenu le fils de Caïus, avait survécu à une guerre. Tout ça pourquoi ? Pour l'immortalité ? Pff, la plupart des vampires de ce château sont de vrais sadiques ou des névrosés. Mis à part Félix, personne ne s'amuse ici. Alors, à quoi bon être devenu immortel si on se refuse les plus simples plaisirs de la vie ? Et puis, il y avait les jumeaux. Orlin avait l'impression de subir la moindre de leur colère, comme s'il devait supporter toute leur misère. *Et puis mince ! S'ils se sont retrouvé dans cette situation c'est uniquement de leur faute ! J'ai rien à me reprocher ! Pourquoi est-ce que c'est moi qui dois subir ! Qu'est-ce que j'ai faits, hein !? Ah que c'est facile de se mettre à deux contre un adversaire qui n'a même la capacité de défendre ! Qu'il est beau son sens de l'honneur à ce crétin d'Alec ! Et puis cette petite peste blonde de Jane ! Il suffit de croiser son chemin pour qu'elle vous foudroie de son don ! Qu'on se mette à armes égales et je la briserai comme j'aurais pu briser Alec avec un peu plus de temps !*

Sur ces pensées, Orlin se leva, se nettoya et se rhabilla. Il voulait aller voir Aro, n'importe qui. Ou alors frappé sur quelque chose. Il avait besoin d'évacuer, d'être rassuré. Il avait besoin d'entendre qu'il avait bien agi. Il avait besoin de savoir s'il avait sa place à Volterra. C'est alors que son père entra, peu de temps après. Il se demanda ce qu'il allait encore lui arriver. M'enfin, il avait l'habitude. De plus ce n'était pas une raison pour oublier la politesse qui était de rigueur.

Orlin
Bonjour père.
Revenir en haut Aller en bas
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1361
DC : Nop

MessageSujet: Re: Remise en question   Jeu 31 Oct 2013 - 23:29

Alec qui se fait enfermer pour désobéissance, cela devenait une habitude. Caïus ne s'en était même pas étonné lorsqu'Aro le lui avait annoncé, se contentant de marmonner un "encore" désabusé. Ce gosse ne se calmera donc jamais ! Comment pouvait-on être suicidaire à ce point ? Avec tout ce qu'il s'était pris, depuis des années... N'importe qui d'autre aurait compris, à sa place. N'importe qui d'autre aurait fini par intégrer l'idée qu'il y a des moments où il vaut mieux la FERMER et filer droit. N'importe qui, sauf monsieur Alec Wilke Volturi, qui avait porté l'art de s'enfoncer à un niveau jamais égalé. Impressionnant.

C'est pourquoi Caïus avait envoyé son fils faire quelques tests. Histoire de voir quels étaient les limites du jeune garde, ses points sensibles, ses faiblesses. Et il attendait les résultats lorsqu'un horrible hurlement de douleur avait secoué le château tout entier, fait bondir Aro et la moitié du clan avec et fait frémir les fondations. Caïus avait reconnu sans peine la voix de son fils. Et comprit dans la foulée ce qui se passait.

Jane...

Pour être honnête, il était un peu surpris. Il avait déjà vu Jane se servir de son don de très nombreuses fois, mais jamais une de ses victimes n'avait hurlé aussi fort, ni aussi longtemps. Elle devait y aller à cœur joie ! Il descendit très tranquillement les escaliers, les mains dans les poches, et rejoignit l'attroupement. Il vit son fils écrasé sous le carrelage à s'arracher les poumons, et son ex-petite amie, debout près de lui, qui le fixait avec toute la haine du monde. Joli, vraiment, elle traumatisait à la fois son fils et toute la garde. Lorsqu'elle s'arrêta enfin, même Aro semblait un peu choqué. Ce qui n'était rien à côté d'Orlin qui bavait par terre.

Aro - Mais qu'est-ce qu'il t'a fait ?

Ah oui, il n'était pas au courant, lui. Caïus n'avait pas escompté une telle réaction, quoi qu'il aurait dû s'y attendre... Il fronça les sourcils, alors que son frère se chargeait de ramener le calme et un peu d'ordre. Démétri souleva Orlin et l'emmena. Combien de temps pour se remettre de ça ? Il le suivit du regard, pensif. En tout cas...

Quelques jours plus tard, il se rendit à la chambre où se "reposait" son fils. Toute la garde ne parlait plus que de ça. Il ouvrit la porte, trouvant le jeune vampire assis sur son lit. Bien, au moins il n'était plus allongé à parler dans le vide.

Orlin - Bonjour père.

Ouais, enfin, pas entièrement en forme non plus. Caïus lui rendit son salut par un hochement de tête et tira un fauteuil pour s'installer. Il observa tranquillement son fils, notant l'expression de son visage, ce qu'on lisait dans ses yeux. Intéressant. Il était toujours choqué, certes, mais il avait franchi une étape.

- Comment te sens-tu ?

Orlin - Ça fais encore mal, mais ça se calme doucement. Rien que d'y repenser, la douleur reviens.

La théorie d'Aro se confirmait... Le don de Jane se développait de la douleur qu'elle subissait elle, et qu'elle pouvait infliger aux autres. Il se remit bien dans son siège et croisa les bras, pensif.

- Je suis assez fier de toi, tu commences enfin à me ressembler. Il ne faut pas craindre de s'en prendre aux autres... Même si Jane a un tout petit peu mal réagi.

Orlin - Un tout petit peu ? De toute façon, faut remettre son frère à sa place. Il se croit tout permis !

- Ce qu'il croit surtout, ricana Caïus, c'est qu'il pourra s'échapper un jour ! Ce qui est totalement ridicule... On a essayé, pourtant, de lui faire saisir qu'il ne partira jamais de Volterra, quoi qu'il arrive, qu'il ne quittera jamais le clan. Mais rien à faire, il continue de se débattre.

Il y avait tout de même une légère touche d'admiration dans sa voix, cachée cependant par un ton affligé.

- Tu es encore très jeune, Orlin. Aro a passé des années à élever et entraîner soigneusement les jumeaux pour les amener à ce niveau. Aujourd'hui, ils sont l'élite de la garde, et le don de Jane continue d'évoluer. Si tu veux espérer pouvoir les égaler un jour, il va falloir te mettre au travail.

Il regardait son fils droit dans les yeux, puis un mince sourire étira ses lèvres.

- Dis-moi un peu. Qu'es-tu capable de faire aujourd'hui ? Et jusqu'où présumes-tu tes forces ? Je peux t'entraîner moi-même, mais tu as intérêt à mettre du tien.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Remise en question   Lun 4 Nov 2013 - 19:18

Caïus
Comment te sens-tu ?

Sa question le surpris. C'était la première fois en trois ans qu'il le lui la posait. Il fit mine de ne pas être perturbé et se contenta de répondre très posément en disant la vérité.

Orlin
Ça fais encore mal, mais ça se calme doucement. Rien que d'y repenser, la douleur reviens.

D'ailleurs, c'était assez contraignant car il ne fallait penser à rien qui rappelle les jumeaux. Sachant qu'ils ont toujours vécu ici, c'était quasiment mission impossible.

Caïus
Je suis assez fier de toi, tu commences enfin à me ressembler. Il ne faut pas craindre de s'en prendre aux autres... Même si Jane a un tout petit peu mal réagi.

Caïus était fier d'Orlin ! Celui-ci releva la tête d'un coup et le fixa dans les yeux en souriant. Entendre ça lui mettait du baume au cœur. Ses doutes commençaient peu à peu à s'envoler. Il avait donc ça place ici. Ça lui enlevait un gros poids des épaules. Cependant, il n'était toujours pas convaincu que la torture d'Alec était nécessaire. Il ne comprenait pas pour pourquoi Aro et ses frères s'obstinaient comme ça. Les choses iraient tellement mieux s'ils réglaient le problème jumeaux définitivement, peu importe le moyen.

Orlin
Un tout petit peu ? De toute façon, faut remettre son frère à sa place. Il se croit tout permis !

Caïus
Ce qu'il croit surtout, ricana Caïus, c'est qu'il pourra s'échapper un jour ! Ce qui est totalement ridicule... On a essayé, pourtant, de lui faire saisir qu'il ne partira jamais de Volterra, quoi qu'il arrive, qu'il ne quittera jamais le clan. Mais rien à faire, il continue de se débattre.

Caïus avait pris un ton plutôt affligé. Il devait surement être d'accord, mais comme il respectait trop à Aro, il se taisait. Si Orlin était à sa place, il lui en glisserait quelques mots en restant diplomate...Ah oui, le mot "diplomate" ne faisait pas parti du vocabulaire de son père.

Caïus
Tu es encore très jeune, Orlin. Aro a passé des années à élever et entraîner soigneusement les jumeaux pour les amener à ce niveau. Aujourd'hui, ils sont l'élite de la garde, et le don de Jane continue d'évoluer. Si tu veux espérer pouvoir les égaler un jour, il va falloir te mettre au travail.

Parce que l'entrainement de Démétri n'était pas du travail peut-être !? Orlin avait envie de le lui rétorquer mais se retint. Il valait mieux le laisser parler et voir où il voulait en venir. C'était plus sage.

Caïus
Dis-moi un peu. Qu'es-tu capable de faire aujourd'hui ? Et jusqu'où présumes-tu tes forces ? Je peux t'entraîner moi-même, mais tu as intérêt à mettre du tien.

Orlin détourna le le regard pour fixer le vide et se mit à réfléchir. C'était typiquement le genre de question à laquelle il fallait bien prendre son temps avant de répondre. Aujourd'hui, il maitrisait les bases du combat rapproché et son don se développait plutôt bien. Parfois même, il regrettait de ne pas pouvoir progresser plus vite. En ce qui concerne ses limites, il n'en savait strictement rien : il les repoussait à chaque entrainement. En tout cas, il avait un objectif qui le motivait maintenant : coller la raclée du siècle aux jumeaux, leur faire regretter de s'en être pris à lui.

Orlin
Vous m'entraineriez !?

Orlin laissa un petit silence passer.

Orlin
En ce qui cerne mes capacités, bah...Pour ne pas vous mentir, je tiens trente secondes à peine contre Démétri. Je n'en suis pas très fier...Après pour mes limites, j'en sais trop rien. J'ai l'impression de les repousser à chaque entrainement.

Démétri lui avait déjà parlé des entrainements de Caïus et ce qu'il avait entendu lui faisait peur. D'un autre coté, ça devait être drôlement efficace, vu le niveau qu'il avait atteint. Il hésitait à accepter. Il appréhendait tout ce qui allait lui arriver. Si pour lui, l'entrainement de Démétri n'était pas du travail, qu'est-ce que ça allait être. Puis il repensa à son objectif pour les jumeaux. Était-ce réellement la meilleure solution...

Orlin
Je me suis fixé un objectif, maintenant : coller la raclée de leur vie aux jumeaux, leur faire regretter très amèrement tout ce qu'ils m'ont fait, depuis le premier jour. Mais ils sont trop fort...On raconte qu'aucun vampire ne pourra jamais les vaincre. J'y croyais pas au début, mais je suis obligé de me rendre à l'évidence...
Revenir en haut Aller en bas
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1361
DC : Nop

MessageSujet: Re: Remise en question   Dim 10 Nov 2013 - 21:29

Son fils avait détourné le regard, paraissant réfléchir. Mais bon sang, quel besoin avait-il de réfléchir ?! Il disait oui ou non, un point c'est tout ! Caïus n'en revenait pas. Comment pouvait-il hésiter ? Etait-il donc si lâche ? A moins qu'il ne se méfie. Le plus jeune des trois frères retint un ricanement moqueur. Lorsque Démétri était arrivé à Volterra, il n'avait pas hésité lorsque le chef de la garde lui avait proposé de l'entraîner. Et il l'avait beaucoup regretté ensuite, mais Caïus ne l'avait pas lâché. C'était le bon vieux temps ! A l'époque, Aro râlait moins lorsqu'il malmenait un peu trop ses proies lors des entraînements.

Orlin - Vous m'entraineriez !?

Ça y est, l'information avait réussit à monter jusqu'à son cerveau de simplet ? Mais les miracles existent, dans ce cas ! Et inutile d'arborer une expression aussi choquée ! Caïus tenait simplement à ce que son fils dépasse le niveau de simple larve qu'il avait actuellement. Car oui, pas la peine de nier qu'il avait un niveau lamentable. Sa bévue lors de la dernière guerre... Fallait-il être abruti pour hurler sa présence au beau milieu d'un territoire ennemi. Mais soit. Avec un bon entraînement, il pouvait dépasser cela ! Il fallait simplement du travail et de la volonté.

Orlin - En ce qui cerne mes capacités, bah... Pour ne pas vous mentir, je tiens trente secondes à peine contre Démétri. Je n'en suis pas très fier... Après pour mes limites, j'en sais trop rien. J'ai l'impression de les repousser à chaque entrainement.

Trente secondes... Il ne tenait que trente secondes... C'était pire que prévu. Caïus faillit lever les yeux au ciel et pousser un gigantesque soupir. Il y avait du boulot, en effet ! Il s'entraînait depuis deux ans, déjà ! Ce n'était vraiment pas possible. Trente secondes ! Si Caïus avait prévu de monter petit à petit le niveau, il changea vite d'idée. Il allait se prendre les mêmes leçons que Démétri sans faire de chichis. Et le jour où il en aura assez de se prendre des baffes, il apprendra à les esquiver. Et il avait tout intérêt à y mettre du sien, ou son père l'écrasera comme un vulgaire insecte et sans une once de remords. Il ne voulait pas une larve, mais un combattant solide et discipliné !

Orlin - Je me suis fixé un objectif, maintenant : coller la raclée de leur vie aux jumeaux, leur faire regretter très amèrement tout ce qu'ils m'ont fait, depuis le premier jour. Mais ils sont trop fort...On raconte qu'aucun vampire ne pourra jamais les vaincre. J'y croyais pas au début, mais je suis obligé de me rendre à l'évidence...

- Aro a tout fait pour ça, dit Caïus en croisant les bras, confortablement assis dans son fauteuil. Ils ne sont pas devenu l'élite de la garde du jour au lendemain, ne crois pas ça ! Au début, ils passaient quasiment leurs journées entières avec Aro, et je me demande bien comment il faisait pour le supporter. Quoi que, à l'époque, ils le respectaient beaucoup.

Il eut un petit rire cynique, se remémorant le souvenir des jumeaux parfaitement calmes et dociles, s'entraînant sous la direction de son frère. Les choses avaient bien évolués depuis.

Orlin - De toute façon sans Aro, je ne suis pas sûr qu'ils seraient encore là...

- C'est sûr. Bref, tout ça pour dire qu'il va te falloir un moment si tu veux les battre. C'est toute une éducation après tout. Je te garanti qu'il a fallu un peu de temps avant que Jane ne puisse torturer et tuer sans remords, et y prendre plaisir. Bizarrement, c'est Alec qui s'y est fait le plus rapidement. On ne croirait pas, comme ça, mais il est nettement plus sadique et calculateur que sa frangine. C'est bien la seule chose que j'apprécie chez lui, sa capacité à se défaire de tous sentiments lorsqu'il veut attendre ses objectifs.

Sa voix avait pris un ton assez pensif, puis il se reprit.

- Avec ça, Aro n'a pas lésiné sur les moyens pour les pousser à développer leurs dons. Jane ne serait jamais devenue si puissante si elle n'avait pas cru son frère mort. C'est toute une éducation ! Et elle est à peine entamée, chez toi. Tu ne progresseras pas si tu n'arrives pas à aimer ce que tu fais.

Car oui, il fallait apprendre à aimer se débarrasser de ses ennemis, c'était une condition indispensable. Il regarda Orlin.

- Par exemple, qu'as-tu ressenti en t'en prenant à Alec ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Remise en question   Dim 10 Nov 2013 - 23:04

Caïus
Par exemple, qu'as-tu ressenti en t'en prenant à Alec ?

À sa question Orlin se figea net. Il ne savait que lui dire. Il ne savait même pas ce qu'il avait ressenti. Il avait adoré, mais était-ce à cause la haine qu'il éprouvait envers Alec ou était-ce à cause de Josh et de ce qu'ils avaient fait. A vrai dire, il commençait tout juste à se rendre à l'évidence, il préférait les garçons aux filles. Mais comment LE dire à son père. Devait-il seulement le lui dire ? Et puis les autres au château ? Ce genre de fardeau pouvait être très lourd à porter. Il détourna le regard pour répondre.

Orlin
C'était un vrai délice, lança-il dans une réponse trop rapide pour être innocente.

Caïus le regarda sans rien dire, comme s'il attendait quelque chose d'autre. Qu'est-ce qu'il voulait savoir au juste. Orlin aurait préféré mille fois qu'il abrège la conversation et que la vie reprenne son cours. Il lui ordonna alors sèchement d'approfondir. Orlin avala alors une grosse quantité de venin. Il cherchait quoi lui dire. Il ne fallait pas qu'il découvre tout, mais il fallait lui donner ce qu'il voulait. Il pesait chaque mot.

Orlin
Eh bien, j'ai suivi mon instinct. Je me suis enlevé toutes les barrières sachant que je n'avais rien à craindre, et j'ai laissé parler mon coté le plus "sadique". En gros, je lui ai fait ce que j'avais envie de lui faire. C'est pour ça que ça m'a plu, je crois.

Caius
Cesse donc de tourner autour du pot ! Tu ne voudrais pas que je m'énerve sur toi, non... ? Qu'avais-tu si envie de faire, pourquoi cela t'a plu ?

Les yeux d'Orlin s'écarquillèrent. C'était la panique à bord. Sa réponse avait eu l'effet totalement inverse de celui qu'il avait escompté. Orlin était extrêmement mal à l'aise à cet instant. Il aurait donné n'importe quoi pour ne pas être dans cette situation. Il ne voulait pas que ça s'ébruite mais surtout, ne pas que ça soit son père la première personne au courant, et pas dans ces circonstances. Bref, c'était le pire des scénarios. Orlin se prit la tête entre les mains.

Orlin
C'est...quelque chose...que...je...ne peux pas...vous dire.

Les mots sortaient au coup par coup. Ils lui échappaient plus qu'autre chose. Caïus se leva d'un coup et le prit par le cou pour qu'il soit forcer de le regarder. Hola stop ! Ça ne va plus du tout !

Caïus
Tu as dix secondes pour parler avant que je ne te traîne devant Aro

Orlin déglutit d'horreur. Non il ne fallait surtout pas en arriver là. Ça serait trop d'un coup et il ne le supporterait pas. Il allait devoir parler. Il fallait qu'il parle. S'il pouvait pleurer il ne s'en priverait pas tellement il avait honte de lui. Il avait l'impression d'être tout nu, complètement désarmé face à ce qu'il était réellement. Et si c'était une maladie ? Allait-il devoir vivre avec ça toute sa vie ?

Orlin, dans une voix teintée de sanglots.
Si ça m'a plu c'est parce que j'étais attiré par lui...Le voir nu comme cela, c'était comme si j'étais avec une femme, sauf que c'était un mec. Je voulais prendre son corps pour moi tout seul, jouer avec toutes ses parties les plus intimes...

Puis il se mit à regarder inconsciemment le mouchoir qu'il avait utilisé 5 minutes plus tôt pour s'essuyer.

Orlin
C'est comme si je voulais faire l'amour avec lui. Ce genre de pulsion...

Il bloqua sur les dernières phrases. Aller ! Un petit effort, c'est presque fini !

Orlin
...ça m'arrive qu'avec des garçons, même quand j'étais humain. Aro le sait déjà, je suppose.

Il n'avait pas changé de ton sur ces dernières phrases, gardant les traces de sanglots. Orlin se sentait complètement nu devant son père. Comme si tout ce qui le protégeait du monde extérieur avait disparu et que son cœur était exposé à l'air libre, si vulnérable. Orlin était déjà très secoué mentalement par Jane. Sa révélation avait fait s’effondrer une autre grosse partie. Orlin s'était rendu à l'évidence : il était comme ça et rien ne pourra le changer, mais il ne s'acceptait pas et se trouvait sale.
Revenir en haut Aller en bas
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1361
DC : Nop

MessageSujet: Re: Remise en question   Mer 13 Nov 2013 - 12:12

Son fils s'était figé net, en entendant sa question, ce qui poussa Caïus à hausser les sourcils. Et bien ? Il ne voyait pas ce qui justifiait une telle réaction, et encore moins d'être mal à l'aise ! A moins qu'il ne cache encore autre chose... Décidément, on ne s'en sortira jamais ! Caïus commençait à être profondément agacé que personne, dans ce clan, n'ose lui dire en face ce qu'il pensait. Bon, à part Alec, mais lui, c'était un cas particulier. En tout cas, il apprécierait qu'Orlin cesse de faire des mimiques et crache le morceau directement ! Qu'il assume au moins ce qu'il pensait !

Orlin - C'était un vrai délice.

Trop rapide... Qu'Orlin ne tente pas de le prendre pour un idiot non plus ! Caïus avait plus de 3500 ans de vie, il savait tout de suite lorsqu'on lui cachait quelque chose ou qu'on tentait de lui mentir. Ce n'était même pas la peine d'essayer ! Il attendit, puis voyant qu'il ne se décidait pas, lui ordonna sèchement de continuer. On allait pas y passer la soirée non plus, Caïus n'avait pas que ça à faire, surtout en ce moment.

Orlin - Eh bien, j'ai suivi mon instinct. Je me suis enlevé toutes les barrières sachant que je n'avais rien à craindre, et j'ai laissé parler mon coté le plus "sadique". En gros, je lui ai fait ce que j'avais envie de lui faire. C'est pour ça que ça m'a plu, je crois.

Caïus retint un grognement exaspéré, de plus en plus énervé.

- Cesse donc de tourner autour du pot ! Tu ne voudrais pas que je m'énerve sur toi, non... ? Qu'avais-tu si envie de faire, pourquoi cela t'a plu ?

Pourtant, tout le monde dans ce clan savait, à part Alec, une fois de plus, que jouer avec les nerfs du plus jeune des trois frères n'était pas, mais alors pas du tout, une bonne idée. Et le malaise d'Orlin ne cessait d'augmenter, faisant hésiter Caïus à le traîner de suite devant Aro. Lorsqu'il se prit la tête entre les mains, ce fut le comble ! Non seulement il ne disait rien, mais en plus il paraissait pour quelqu'un de pathétique et de faible, ce dont le vampire tri-millénaire avait la plus complète horreur.

Orlin - C'est...quelque chose...que...je...ne peux pas...vous dire.

Ah non ? Il aimerait bien voir ça ! Il se leva et tira son fils par le cou pour l'obliger à se mettre debout, un tic furieux l'agitant.

- Tu as dix secondes pour parler avant que je ne te traîne devant Aro.

Phrase qui eut l'air d'enfoncer Orlin un peu plus. Il se décida enfin, mais d'une voix geignarde qui crispa un peu plus les nerfs du chef de la garde. Là, il allait craquer, sa colère était à point, et n'allait guère plus tarder à exploser. Il retint un nouveau grognement de rage, mais la fureur se lisait aisément dans ses yeux.

Orlin - Si ça m'a plu c'est parce que j'étais attiré par lui...Le voir nu comme cela, c'était comme si j'étais avec une femme, sauf que c'était un mec. Je voulais prendre son corps pour moi tout seul, jouer avec toutes ses parties les plus intimes...

Caïus bloqua sur les dernières phrases. Il avait dû mal entendre... Attiré. Par. Alec ? Il avait bien dit "attiré" ?! Bon sang... Si Caïus avait espéré que la suite le calmerait, il en fut pour ses frais. Et cela sentait particulièrement mauvais pour Orlin, dont l'attitude, le ton de la voix assombrissaient son humeur, à présent plus noire qu'un violent orage.

Orlin - C'est comme si je voulais faire l'amour avec lui. Ce genre de pulsion... ça m'arrive qu'avec des garçons, même quand j'étais humain. Aro le sait déjà, je suppose.

Et bien Aro avait toujours été nettement plus tolérant que son petit frère ! Sa main vola et il gifla Orlin si violemment qu'il l'envoya se cogner contre le mur. Sans lui laisser le temps de reprendre ses esprits, il se planta devant lui, l'agrippa par le col et le plaqua contre le mur, les yeux noirs, tendu et furieux.

- Alors c'est ça ? Les garçons... - Il resserra très brutalement sa prise sur son cou - Mon très cher enfant, reprit-il d'une voix doucereuse. Je me fiche de tes penchants sexuels, mais je ne tolérerais pas que cela te rende si pathétique et si faible ! T'es-tu au moins entendu ?! Cette faiblesse me dégoûte !

Il le relâcha, puis le considéra un long moment avant d'éclater de rire. Un rire sauvage et furieux, apte à glacer le sang. Il rit ainsi durant de longues minutes, puis prit une longue inspiration.

- Je comprend mieux la réaction de Jane... Si Aro ne l'avait pas retenue, elle serait venue ici pour t'achever.

Il attrapa sans crier gare son fils et le traîna vivement avec lui, marchant à grands pas, croisant Marcus qui partait vers le jardin, sans s'occuper du reste du monde. Il alla à sa salle d'entraînement personnelle et y jeta Orlin, refermant la porte, et enlevant sa veste.

- Il y a presque deux mille ans, dit-il en souriant sadiquement à son fils, j'ai attrapé Démétri, alors qu'il venait d'intégrer le clan, et je l'ai traîné ici. Il était tout jeune vampire et n'avait absolument aucune base en combat. Toi, tu as déjà commencé à apprendre... On va voir ce que ça donne. Mets-toi en garde !

Caïus ne se soucia pas de voir s'il obéissait. se tournant vers lui, il l'attaqua.




Lancer de dés :

Spoiler:
 




Dernière édition par Caïus Volturi le Mer 13 Nov 2013 - 12:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Nouvel Horizon

PNJ

avatar

Statut :
  • Fondatrice
Messages : 509
DC : Admins

MessageSujet: Re: Remise en question   Mer 13 Nov 2013 - 12:12

Le membre 'Caïus Volturi' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Combat' : 3




Le staff :
Riza Hawkeye, Envy
Olivier M. Armstrong,
Edward Elric.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Remise en question   Ven 15 Nov 2013 - 21:34

BAM ! Orlin reçut une violente gifle et s'écrasa contre le mur. Le scenario qu'il redoutait le plus c'était produit. Son père n'avait pas du tout l'air d'avoir un minimum de tolérance. Faire cette révélation était un vrai coup de poker et malheureusement il avait perdu. *Mais qu'est-ce qui m'a pris ? Mais qu'est-ce qui m'a pris !* se répétait-il. Juste après s'être écrasé, Caïus le saisit par le col et le plaqua contre le mur, son regard noir fixé sur lui. Le jeune vampire tenta tant bien que mal de cacher sa peur.

Caïus
Alors c'est ça ? Les garçons... - Il resserra très brutalement sa prise sur son cou - Mon très cher enfant, reprit-il d'une voix doucereuse. Je me fiche de tes penchants sexuels, mais je ne tolérerais pas que cela te rende si pathétique et si faible ! T'es-tu au moins entendu ?! Cette faiblesse me dégoûte !

Orlin releva la tête sur le coup. Il avait bien compris ? Son père a bien dit qu'il se fichait de ses préférences sexuelles ? Celui-ci le relâcha puis le fixa de longues minutes. Orlin n'osa pas bouger. Puis Caïus éclata de son rire sadique habituel. Au début il faisait peur, puis après on finissait par s'y habituer et il surprenait juste la première seconde.

Caïus
Je comprend mieux la réaction de Jane... Si Aro ne l'avait pas retenue, elle serait venue ici pour t'achever.

Il l'attrapa ensuite et l'emmena avec lui vers sa salle d'entrainement personnelle. Orlin ne fit même pas attention aux regards qui se posaient sur lui, trop content que son père n'ait pas si mal pris la nouvelle. Quand il arriva sur place, il comprit que les choses sérieuses allaient commencer et se concentra sachant que les coups pouvaient arriver de n'importe où.

Caïus
Il y a presque deux mille ans, dit-il en souriant sadiquement à son fils, j'ai attrapé Démétri, alors qu'il venait d'intégrer le clan, et je l'ai traîné ici. Il était tout jeune vampire et n'avait absolument aucune base en combat. Toi, tu as déjà commencé à apprendre... On va voir ce que ça donne. Mets-toi en garde !

Il obéit aussitôt et ce réflexe lui rendit une fière chandelle car Caïus lança une première attaque qu'il réussit à esquiver de justesses au point de sentir le vent produit par le coup sur son visage. Cependant la contre attaque était bien plus rapide que d'habitude. Il se laissa surprendre et se fit écraser par terre, sans trop de casse, heureusement pour lui. Il se releva rapidement et fit de nouveau face à son père.

Orlin
Je ne suis pas faible ! Là d'où je viens avouer à quelqu'un qu'on a ce genre de préférences c'est plus ou moins équivalent à s'avouer vaincu, à accepter le renoncement. Tout est préférable à ça.

Puis Orlin attaqua à son tour. Il eut quelques échanges de coups plus ou moins infructueux. Il tenta alors d'utiliser une autre méthode. Voyons voir ou son don en était dans son développement.

Lancer de dés:
 


Dernière édition par Orlin Volturi le Ven 15 Nov 2013 - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nouvel Horizon

PNJ

avatar

Statut :
  • Fondatrice
Messages : 509
DC : Admins

MessageSujet: Re: Remise en question   Ven 15 Nov 2013 - 21:34

Le membre 'Orlin Volturi' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Combat' : 3




Le staff :
Riza Hawkeye, Envy
Olivier M. Armstrong,
Edward Elric.
Revenir en haut Aller en bas
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1361
DC : Nop

MessageSujet: Re: Remise en question   Mar 19 Nov 2013 - 14:45

Orlin avait réussi à esquiver d'extrême justesse son premier coup, très bon point pour lui, mais pas le suivant qui l'écrasa au sol. Ridicule. Un peu de nerfs, bon sang ! Qu'il s'active ! Se bouge ! Se batte comme s'il allait en crever ! Comme si Caïus allait le réduire à l'état de de carpette s'il ne se remuait pas ! D'ailleurs, s'il ne donnait pas de meilleurs résultats, son père allait effectivement le rabaisser plus bas que terre. Il se fichait bien qu'il ne soit pas totalement remis du traitement de Jane ou que son état mental soit à désespérer. Un ennemi n'aura pas de bons sentiments lors d'une guerre, et Orlin devait apprendre à se défendre maintenant.

Orlin - Je ne suis pas faible ! Là d'où je viens avouer à quelqu'un qu'on a ce genre de préférences c'est plus ou moins équivalent à s'avouer vaincu, à accepter le renoncement. Tout est préférable à ça.

Ils reprirent le combat, sans que Caïus daigne réagir à ce qu'il venait d'entendre. Orlin pensait ne pas être faible ? Et bien qu'il le prouve ! Qu'il le prouve par ses actes au lieu de hurler comme un gosse ? Qu'il le prouve en combattant, qu'il le prouve en montrant sa force, qu'il le prouve en exposant au monde qu'il était capable de réfléchir et penser à ce qu'il allait mettre en place pour s'en sortir !

Il tenta alors une autre coup, que le vieux vampire esquiva avant de lui flanquer un coup de coude en plein dans le nez. Il avait voulu utiliser son don ? Et bien raté. Totalement raté. De toute façon, il s'agissait là d'un entraînement à mains nues, pas d'une petite séance pour qu'il développe son pouvoir ! Alors il avait intérêt à y mettre du cœur ! Décidé à ne pas être mou, même pour une première séance, Caïus y alla de tout son cœur durant les six heures qui suivirent.

Il agissait comme une véritable tempête, ne laissant jamais la plus petite seconde de répit à Orlin. Il le frappait, le malmenait, ne retenait absolument aucun de ses coups, lui criant parfois des conseils en plein combat, des postures à prendre. Il lui cassa très souvent des os, ne ralentit pas pour autant, et lui fit ainsi soutenir un rythme infernal durant des heures.

Lorsqu'il cessa enfin, Orlin ne semblait guère en bon état. Ce qui n'avait aucune importance du moment qu'il commence à apprendre. Caïus eut un sourire empreint de sadisme.

- Bien, maintenant, met ça sur tes yeux.

Il lui tendit un bandeau très noir et bien opaque.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Remise en question   Dim 24 Nov 2013 - 18:26

Trop lent. Orlin avait raté son essai et se prit un gros coup de coude dans le nez. Évidemment, si sa tentative avait fonctionné ça aurait été un gros coup de chance. Caïus mit les bouchés doubles. Orlin en prit plein la figure et ne voyait qu'à peine les coups arriver. Il fit de très nombreux vols planés dans la pièce. Après six heures de raclée, euh d’entrainement. Caïus se décida enfin à faire une pause. Orlin avait mal partout, mais tenait encore debout sur de frêles appuis.

Caïus
Bien, maintenant, met ça sur tes yeux.

Il lui tendit un bandeau noir bien opaque. Orlin eut un mauvais présentement rien qu'en imaginant ce que ça allait donner. Il appréhendait beaucoup la suite. Il enfila le bandeau et ne vit plus rien du tout.

Orlin
Si je ne vois rien, comment suis-je censé me battre ?

Caïus
Écoute, sens, fais confiance à tes instincts.

Il ajusta le bandeau. Il ne voyait plus rien du tout. Il n'était pas du tout, du tout, du tout rassuré. Il avait même l'impression d'avoir un vertige et tenta comme il pouvait de garder l'équilibre. Il devait avoir l'air d'un clown de l'extérieur. Le combat reprit peu de temps après. Le signal de départ fut donner par un coup qu'il prit en pleine figure. Il trouvait ça particulièrement vicieux et injuste car il considérait qu'il ne pouvait pas se défendre. Cependant, il le fallait bien. Il tenta tant bien que mal d'esquiver. Le jeune garde était totalement déstabilisé et ne comprenait pas vraiment le genre de signe qu'il devait guetter. La première demie-heure fut une vrai boucherie.

Caïus fit une nouvelle petite pause. Orlin tenait encore debout mais était déjà bien amoché. Il avait plusieurs cotes cassées, un bras presque paralysé par la douleur. Son père lui ordonna d'y mettre u peu plus du sien. Orlin faillit s'étrangler. Il avait l'impression d'être déjà à fond et ne voyait guère comment s'améliorer. Le grand blond frappa encore plus fort. Orlin vola encore dans toute la pièce mais il refusait de céder. Il était complètement désemparé, mais il voulait tenir face à son père et ne plus se faire traiter de larve. Il se forçait à se relever, luttant contre la douleur qu'il envahissait de minutes en minutes et se remémorant son objectif de mettre une raclée aux jumeaux. Orlin sentit comme un coup de vent près de son oreille. Instinctivement il plaça la main près de son visage et bloqua un coup de poing.

Sa réussite, commença à lui donner espoir. Il commençait à comprendre peu à peu ce qu'il devait guetter. La suite du combat n'en restait pas moins une boucherie, une raclée en bonne et due forme. Cependant il comprenait petit à petit comment se défendre. Il repérait les odeurs, les bruits caractéristiques, les sensations de brise sur la peau. Durant les trois heures qui suivirent il arrivait de temps à autre à bloquer un coup. Mais même s'il avait compris comment détecter une attaque, il avait encore besoin de réfléchir et il n'avait aucun réflexe pour les bloquer.

Après un total de neuf heures d'entrainement, Orlin était totalement K.O, le squelette entièrement brisé. Il était incapable de bouger, il n'avait même plus la force de hurler. Il tenta tant bien que mal de se relever, sans succès. Ses membres se dérobaient sous son propre poids, faute d'armature pour les maintenir solidaires entre-eux. Caïus lui ordonna de se relever et de retourner dans sa chambre, disant que c'était fini pour aujourd’hui. Orlin tenta une ultime fois de se relever, ignorant la douleur insoutenable qui l'assaillait. Il tint presque debout quand un craquement sourd de fit entendre et que son genou fit presque un demi-tour. Il s'effondra de nouveau aussitôt.
Revenir en haut Aller en bas
Damon Raven

Général de division

avatar

Statut :
  • Administrateur/trice
Messages : 1361
DC : Nop

MessageSujet: Re: Remise en question   Mar 26 Nov 2013 - 10:47

Orlin - Si je ne vois rien, comment suis-je censé me battre ?

- Écoute, sens, fais confiance à tes instincts.

Comment pouvait-il poser une question aussi idiote ?! N'importe quel crétin savait qu'un combat ne pouvait se mener si on'écoutait pas son adversaire, si on ne sentait d'où venait le prochain coup. C'était pourtant d'une logique implacable, et Orlin aurait dû le savoir. Avec la guerre qui s'annonçait, pas question que son fils se comporte d'une façon aussi idiote que la dernière fois, leur collant la honte à eux tous, en particulier à lui. Il devait se bouger, apprendre à se battre ! Bien sûr, on ne devenait pas un bon combattant en si peu de temps, mais autant mettre la barre assez haut dès le début.

Il attaqua sans prendre la peine de le prévenir. Vite, fort, violemment, accentuant exprès certains coups pour que son fils les entende venir. Mais rien à faire... Il était désespérant, totalement handicapé par le bandeau. Pas possible, n'avait-il donc aucun instinct ? Ne sentait-il pas lorsqu'une personne se tenait dans son dos ? Même les humains arrivaient à le comprendre, ça !

Il faisait parfois de petites pauses pour retenir de longs soupir exaspérés. Allez, un peu de cran, on s'y mets sérieusement ! On se bouge, on s'active, et on ne reste pas planté là bêtement à atteindre le prochain coup. Orlin réussit enfin, après plus d'une demie-heure, à bloquer un coup. Enfin ! Il continua l'exercice, longtemps, mais si son fils commençait visiblement à comprendre, il ne pouvait toujours pas se défendre efficacement. Rah ! Il pourrait se décider à se bouger un peu plus, il apprendrait plus vite ! N'était-il pas conscient que c'était sa peau, qu'il risquait ?! Un Enfant de la Lune était bien plus dangereux qu'un simple vampire nouveau-né.

Au bout de plusieurs heures, il cessa enfin. Son fils était par terre, comme une larve. Caïus lui ordonna de se relever et de rentrer dans sa chambre. C'était fini pour ce soir. Mais il fut incapable d'obéir. Caïus le considéra un long moment, alors qu'il s'effondrait à nouveau par terre, puis finit par le relever lui-même, lui enleva le bandeau, et le laissa retomber dans un fauteuil. Le venin allait agir et lui réparer les os. Il soupira, la nuit envahissant la pièce et les plongeant dans l'obscurité. Il alluma une petite lumière, qui ne fit qu'alourdir l'ambiance au lieu de l'égayer.

- Ce n'est pas un jeu, Orlin. La guerre contre les Enfants de la Lune est là. Tu ne les a jamais combattu, mais moi si. Et j'ai bien failli y passer, figure-toi ! C'est Démétri qui m'a sauvé la peau, à l'époque. Il y a à peu près trois cents ans, quelques jours avant que les jumeaux ne devienne vampires.

Souvenir encore très douloureux. Il s'assit à son tour et regarda longuement son fils.

- Tu dois apprendre à te défendre. Ces sales bêtes sont dangereuses. Si Démétri, Félix et les jumeaux reviennent avec des preuves qu'ils sont revenus, il faudra se mettre en chasse. Comment peux-tu espérer survivre si tu ne sais pas te défendre ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t274-caius-volturi-valide#932
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Remise en question   Lun 2 Déc 2013 - 21:08

Caïus
Ce n'est pas un jeu, Orlin. La guerre contre les Enfants de la Lune est là. Tu ne les a jamais combattu, mais moi si. Et j'ai bien failli y passer, figure-toi ! C'est Démétri qui m'a sauvé la peau, à l'époque. Il y a à peu près trois cents ans, quelques jours avant que les jumeaux ne devienne vampires.

Sa voix n'était pas comme d'habitude, elle était beaucoup moins assurée. Il y avait comme un soupçon de tremblement. C'était quelque chose qu'il n'avait jamais entendu chez son père, voila pourquoi il le remarqua directement. Avait-il...peur de ces créatures ?

Tu dois apprendre à te défendre. Ces sales bêtes sont dangereuses. Si Démétri, Félix et les jumeaux reviennent avec des preuves qu'ils sont revenus, il faudra se mettre en chasse. Comment peux-tu espérer survivre si tu ne sais pas te défendre ?

Ce trémolo dans la voix c'était à peine effacer. Visiblement, les enfants de la lune étaient un sujet sensible. S'il avait réellement failli y passer, ils doivent être extrêmement dangereux. Orlin fixa son père avec un regard interrogateur. Puis il se leva de son siège et commença à faire les cent pas dans la pièce.

Orlin
Ces créatures doivent bien avoir un point faible ! On parle souvent des objets en argent dans les comptes et légendes, c'est très récurrent. Je ne peux pas croire que ça n'ait aucun lien.

Caïus
Bien sûr qu'il y a un lien, mais l'argent est inutile.

Orlin laissa échapper un petit grognement de déception. Il shoota dans un objet qui trainait au sol, l'envoyant s'écraser un peu plus loin. Il réfléchissait à toute allure sur ce qu'il pourrait les aider. Bien entendu, il se doutait bien que beaucoup de solutions avaient déjà été explorées, mais peut-être que quelque chose leur était passé sous le nez. Il parlait tout haut tout en continuant de tourner dans la pièce.

Orlin
Et on ne peut pas non plus les empoisonner, sinon je suppose que ça serait déjà fait...

Caïus
Laisse tomber, pour les combattre, il faut savoir se battre ! Le reste ne fonctionne pas !

Orlin n'était pas content de cette réponse. Il laissa échapper un autre grognement. *Bon, ok, on se calme. S’énerver n'apportera rien du tout. Il faut chercher une solution de manière rationnelle. Toute créature dispose d'une faiblesse, non ? Rah, ça à l'air tellement simple quand c'est Aro qui te pond une stratégie presque d'un claquement de doigt !*

Orlin
Ils ont forcement un point faible, ou il existe forcement un moyen de les tuer facilement...

Caïus en soupirant
Ne rêve pas trop ! En tout cas, on continue ici, demain, même heure, même endroit.

Orlin acquiesça de la tête. Il n'était pas spécialement ravi de reprendre un entrainement d'une telle brutalité, mais il s'était fait une raison, se disant que c'était un mauvais coup à passer. Il voulut ensuite satisfaire sa curiosité. Il savait que c'était risqué, mais de toute façon, il ne le tuerait pas pour si peu, non ?

Orlin
Dites, tout à l'heure quand vous parliez des Enfants de la Lune, votre voix était différente. Vous ne les craindriez pas ?

Caïus
Si, je les crains... Ce n'est pas un secret. Et je les hais d'autant plus.

L'estomac d'Orlin se noua d'un coup. Il commençait à prendre la mesure de ce que cette guerre allait impliquer. Si son propre père craignait ces monstres, il avait effectivement du souci à se faire. Il se rassit sur le lit doucement, un peu comme s'il avait reçu un coup de massue sur la tête.

Orlin
Ah, oui, je vois...Dans ce cas là, je comprends mieux. J'ai réellement du soucis à me faire...

Il essayait de ne pas montrer ses émotions, mais sa voix devait surement le trahir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Remise en question   

Revenir en haut Aller en bas
 
Remise en question
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Histoire remise en question
» Illustratrice en pleine remise en question
» Illustratrice en pleine remise en question
» Remise en question
» remise en question

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps d'Italie-
Sauter vers: