Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'arrivée du pote Garrett

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: L'arrivée du pote Garrett   Sam 26 Avr 2014 - 20:40

La vie de nomade avait ses avantages. Pas de responsabilités, on pouvait aller là ou bon nous semblait, comme on le voulait, sans avoir à se soucier de lavis du reste du clan ni des difficultés causées par un voyage à plusieurs.

L’ennui, en revanche, était qu’on n’était généralement pas au courant de tout. Voir même de rien le plus souvent. Et encore plus lorsque l’on s’appelait Garrett. Les problèmes politiques ? Il avait donné. Les guerres ? Ils ne les avaient appréciés que lorsqu’elles se déroulaient sur d’épiques champs de bataille entre humains. Les intrigues vampiriques ne l’intéressaient tout simplement pas. Les Volturi étaient plus à ses yeux des caricatures à l’Italienne qu’autre choses. Quant au reste… Non, décidément, il était bien mieux à rester de son côté, même si parfois la solitude lui pesait, il devait bien l’admettre.

Mais dans l’état actuel des choses, il ne pouvait plus fermer les yeux. Il pouvait sentir une tension nouvelle pari les vampires qui venaient à croiser sa route. Les messes basses se faisaient monnaies courantes, la pression était palpable et il ne pouvait tout simplement plus l’ignorer.

Toutefois, Garrett ne voulait pas prendre l’avis de n’importe qui. Or, il y avait une personne en qui il avait totalement confiance pour se faire un avis sur la question. Le hic ? Cette personne avait eu la brillante idée de quitter le territoire Américain pour l’île de la Grande-Bretagne. Ce n’était pas le voyage en tant que tel qui refroidissait Garrett mais plutôt la destination. De l’humain qu’il avait eu été, il avait gardé un certain ressenti plutôt négatif pour les britanniques. Il ne comprenait déjà pas comment une si petite île pouvait produire autant de monde ! Ils étaient partout ! Et la facilité des voyages n’étaient pas pour aider les choses. Le seul anglais ayant pu vraiment trouver grâce à ses yeux était celui-là même qu’il avait décidé d’aller voir : Carlisle Cullen.

Le voyage fut une véritable expédition avant même d’avoir commencé. C’était un peu contradictoire mais plus les voyages avaient été simplifié, plus il était difficile d’y voyager. À une époque lointaine, Garrett s’était rendu en Europe à bord d’un bateau. On lui avait uniquement demandé son billet pour changer de continent. Aujourd’hui il lui fallait non seulement une réservation mais aussi un passeport, si possible biométrique, avec photo, nom complet et autres données digne d’un interrogatoire du KGB. Heureusement, les vampires avaient apprit à s’adapter et Garrett n’eu pas trop de mal à trouver une adresse où se procurer le fameux précieux papier.

Ce fut donc avec un passeport le désignant sous le nom de Garrett Smith qu’il embarqua, lunettes de soleil sur les yeux, dans un Boeing direction le vieux continent. Sur ce point-là, il devait d’ailleurs reconnaître qu’il préférait les 11 heures de vol jusqu’à Londres que la semaine en bateau d’antan. A Heathrow, il embarqua sur un second vol pour l’Ecosse où il loua une voiture de sport, un petit plaisir  qu’il s’offrit quant à faire, n’ayant que rarement l’occasion de conduire, pour rouler tout droit jusqu’à Beith, chantant à tue-tête sur le CD de Johnny Cash qu’il avait exprès acheté à l’aéroport et qui tournait à présent dans le lecteur.

Quand il se parqua devant la maison que son GPS annonça comme étant le lieu de sa destiation, Garrett fut surprit du calme. Mais le clan était peut-être simplement parti à la chasse.

Laissant son sac dans la voiture, il contourna la maison et profita d’une porte-fenêtre laissée ouverte pour entrer.

Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir un nombre impressionnant de cartons éparpillés un peu partout. A ce qu’ils en savaient, les Cullen vivait ici depuis quelques temps donc cela signifiait soit qu’ils avaient décidé de refaire entièrement la décoration, soit de déménager.

Carlisle ?, appela-t-il en faisant quelques pas à l’intérieur. Esmée ? Il y a quelqu’un ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'arrivée du pote Garrett   Sam 26 Avr 2014 - 21:45

La radio continuait de donner les dernières informations. la guerre, toujours, mais du point de vue des humains. Carlisle écoutait tout en classant des papiers, en brûlant certains et en gardant d'autres. Le saladier posé sur son bureau était déjà presque rempli de cendres, qu'il jetait au fur et à mesure. On parlait de nouvelles attaques, de corps retrouvés mutilés, de personnes disparues ou qui revenaient et se comportaient de façon très étrange, sans compter l'apparence physique qui changeait. Certains humains évoquaient des enlèvements d'extraterrestres, pour les plus imaginatifs. S'ils savaient que la vérité était tout autre... Les disparus étaient soient des EDL tués au combat, soit des humains mordus et repérés avant leur première transformation et dont les Volturi s'étaient débarrassés.

Penser à eux tira une grimace au docteur. Il s'en était fallu d'un cheveu pour qu'il se tire vivant de Volterra, et uniquement parce que Aro l'aimait bien... D'aucuns diraient qu'il est très utile d'avoir des relations, mais dans l'état actuel des choses, Carlisle aurait préféré que les trois frères l'oublient dès son départ de Volterra. Inutile de trop rêver, à présent. Ils allaient être surveillés d'encore plus prêt, si c'est possible. Il soupira en faisant brûler un autre papier. La flamme voleta un moment puis s'éteignit, dans un bruissement.

Reposant les documents dans une valise, il sentit sa gorge se serrer en songeant qu'il avait bien failli provoquer la perte de toute sa famille. Tu parles d'un chef de clan ! A cause de ce qu'il avait fait, il y serait passé et Duncan avec. Que seraient devenu les siens ? Il frémissait seulement à y penser. Il serra les dents puis s'occupa plutôt des préparatifs de leur voyage. Avec deux nouveaux-nés, impossible de voyager à bord d'un avion de ligne, il faudra utiliser un bateau, ou un jet privé. Duncan n'aura pas deux semaines au moment du départ, et Ashley n'avait même pas un mois. Ils allaient se séparer. Lui et ESmée partiront en premier avec Edward, Bella, Nessie, Duncan et Marylou. Rachel était déjà partie avec son fils et Jacob. Le reste de la famille suivra avec Ashley.

Il descendait pour récupérer son portable et régler d'autres détails lorsqu'il sentit une odeur familière. Pas plus d'ennuis, pitié ! Mais c'était Garrett.

- Carlisle ? Esmée ? Il y a quelqu’un ?

Soulagé que ce soit lui et pas des ennuis supplémentaires, Carlisle le rejoignit pour le saluer, contournant les nombreuses piles de carton. Il reprit son air habituel pour ne pas l'inquiéter, même s'il était encore très secoué. Il trouvait curieux que Garrett viennent les trouver maintenant et espérait qu'il ne s'était rien passé de grave.

- Je ne m'attendais pas à te voir. Désolé, tu tombes en plein déménagement, on part dans quelques jours. Il y a eu pas mal de changements.

Il s'interrompit, gêné. La moitié des changements en question étaient de sa faute et il se sentait de plus en plus coupable. Il se fora à sourire à Garrett et l'invita à le suivre. La conversation risquait d'être longue... Il le fit installer dans son bureau, où une légère odeur de papier brûlé flottait encore.

- Installe-toi. Ça fait un moment qu'on ne s'est pas vu, et il y a eu... Beaucoup de choses qui ont évolués. Et la famille s'est agrandie.

Il s'assit à son tour, repoussant quelques dossiers, l'air las.

- Je ne sais même pas par quoi commencer... Connais-tu l'existence des hybrides ? Les êtres moitié vampire et moitié humain ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'arrivée du pote Garrett   Sam 26 Avr 2014 - 22:14

Il eu à peine fini d’appeler que Carlisle apparu dans le salon, faisant naître un sourire chaleureux sur les lèvres de Garrett. Son ami n’avait pas changé, hormis peut-être un voile sombre dans son regard, à peine perceptible, mais cela était peut-être simplement dû aux derniers évènements secouant leur monde. Garrett savait que les vampires vivant parmi les humains devenaient toujours nerveux quand certains d’entre eux agissaient de sorte à mettre leur secret en péril. Cela venait peut-être tout simplement de là. Garrett espérait en tout cas que ce n’était rien de plus grave mais il réalisait à quel point il était resté distant durant toutes ses dernières années. Après tout, à quand remontait sa dernière visite à son ami ? Cela se comptait bientôt plus en décennie qu’en années. Ce constat le fit quelque peu culpabiliser. La vie de nomade faisait facilement perdre la notion de temps, il le savait, mais il fallait vraiment qu’il voit ses amis plus régulièrement.

En guise de salut, Garrett donna une accolade à son vieil ami avant de poser une nouvelle fois son regard écarlate sur les cartons tout en écoutant l’explication de Carlisle.

Oui je vois ça… C’est là que je suis content de n’avoir qu’un sac à trimballer quand je déménage, répondit-il avec un rire en secouant la tête, complètement dépassé par la quantité, à ses yeux phénoménal, de cartons.

C’était à supposer que l’on puisse vraiment parler de déménagement dans son cas bien sûr. Mais décidément, les sédentaires menaient vraiment une vie à part.

Si je comprends bien j’ai eu de la chance, j’étais à deux doigts de débarquer au milieu d’une famille d’humains après avoir souffert mille tourment en poireautant dans un aéroport remplit de british en plein centre de Londres et j’aurais de nouveau mis des mois à trouver votre nouvelle adresse.


Autant poser directement la question. Même s’il ne venait pas souvent les voir, Garrett tâchait de faire en sorte de toujours à peu près savoir où trouver Carlisle. D’ailleurs, ils avaient quitté le Népal plutôt récemment lui semblait-il alors pourquoi repartaient-ils déjà ?

Il eu un début d’élément de réponse en suivant Carlisle dans son bureau. La famille s’était agrandit ? Cela devait signifier qu’ils accueillaient sûrement un nouveau-né et s’il était originaire des environs, cela expliquerait le déménagement précipité.

Toutes mes félicitations. J’ai entendu dire que ton fils s’était marié aussi. Avec le temps j’en étais arrivé à penser qu’Edward avait peut-être… d’autres centres d’intérêts, avoua-t-il avec tout le tact dont il était capable.

Le bureau de Carlisle était à l'image du reste de la maison. Le déménagement semblait effectivement plus qu’éminent. Sentant l’odeur de papier brûlé, Garrett jeta un coup d’œil aux cendres dans le bol avant de s’installer dans un siège face au bureau de Carlisle, étant ses longues jambes devant lui, les croisant au niveau des chevilles, aussi à son aise que s’il avait eu l’habitude de s’installer ici tout les jours.

Cependant, il ne resta pas ainsi bien longtemps. Dès que Carlisle reprit la parole, il se redressa rapidement, le fixant avec un air stupéfait durant quelques secondes avant de froncer des sourcils.

Ainsi donc les rumeurs sont vraies ? Ils existent réellement ? J’ai entendu quelques mots à leurs sujets dernièrement mais… Cela me semblait plutôt inconcevable. Pourquoi me demandes-tu cela ?, ajouta-t-il avec un air suspicieux sans quitter Carlisle des yeux. Carlisle, mon ami... Dans quoi est-ce que tu t'es encore embarqué ? Tu n'as rien fais d'illégal au moins rassure-moi ? Tu sais que je ne porte pas vraiment les Volturi et leurs fichues lois dans mon coeur mais ils n'ont pas leur pareil pour nous obliger à les respecter. Et il en sera ainsi aussi longtemps qu'ils resteront au pouvoir, je le crains.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'arrivée du pote Garrett   Dim 27 Avr 2014 - 18:43

Carlisle avait espéré que son ami sache déjà tout sur le sujet, ce qui lui aurait épargné une longue explication, mais au vu de son air, ce n'était visiblement pas le cas. Bon, dommage. Il retint un soupir, toujours aussi torturé. Il reviendra à Naples, il n'avait pas le choix, mais à Volterra elle-même, c'était hors de question. Il n'arrivera plus à repasser ces portes sans se remémorer l'épisode douloureux de la petite "mise au point". Humph.

- Ainsi donc les rumeurs sont vraies ? Ils existent réellement ? J’ai entendu quelques mots à leurs sujets dernièrement mais… Cela me semblait plutôt inconcevable. Pourquoi me demandes-tu cela ?

Quelques mots... D'accord, il n'allait pas y couper. C'était un passage délicat, même si techniquement il n'y avait eu aucun problème avec Nessie, si on excepte la grossesse difficile de Bella. Mais c'était en quelque sorte un début à l'histoire, et il faudra enchaîner sur tout le reste. Maintenant, il espérait fortement que son ami n'ait aucun préjugé négatif par avance sur les hybrides, car il n'avait pas envie d'un long débat sur ce qui était convenable de faire ou non. Il avait déjà donné.

- Carlisle, mon ami... Dans quoi est-ce que tu t'es encore embarqué ? Tu n'as rien fais d'illégal au moins rassure-moi ? Tu sais que je ne porte pas vraiment les Volturi et leurs fichues lois dans mon coeur mais ils n'ont pas leur pareil pour nous obliger à les respecter. Et il en sera ainsi aussi longtemps qu'ils resteront au pouvoir, je le crains.

Carlisle ne put s'empêcher de grimacer et leva les mains en secouant la tête. Il resta silencieux durant une bonne minute, tâchant d'abord d'évacuer toute trace de tension de sa voix. Hors de question d'inquiéter Garrett avec ses soucis, d'autant plus qu'il était le seul et unique coupable, dans toute cette affaire. Il croisa les mains sur son bureau et ferma brièvement les yeux.

- Les hybrides existent réellement, oui. La femme d'Edward, Bella, était humaine lorsqu'il l'a rencontré. Et elle est tombée enceinte de lui après leur mariage... J'ignorais totalement que c'était possible, et c'est ainsi que nous avons découvert que les unions vampires-humaines étaient possibles. Ils ont eu une fille, Renesmée. Elle un peu plus d'un an, mais elle en paraît douze ou quatorze.

Il espérait sincèrement ne pas embrouiller Garrett en débutant comme ça. Il tira une photo de Nessie, à son âge actuel, et la tendit à son ami.

- Voilà, c'est elle. Mais elle n'est pas un "problème". Les Volturi aussi ont une fillette hybride chez eux, tu sais. Donc, à ce niveau, il n'y a rien de mal. C'est juste...

Il s'interrompit à nouveau et fourra à nouveau sa tête entre les mains en tremblant légèrement. Il resta ainsi quelques instants puis eut un grand soupir. Du calme, du calme, du calme. Ce n'était pas le moment de perdre son sang-froid. Il devait réparer son erreur, faire déménager sa famille, garantir leur sécurité à tous... L'erreur n'était plus permise.

- Rosalie a aussi transformé et adopté une enfant, Ashley. Et moi... J'ai... Disons, j'ai commis une erreur avec un jeune humain. Une très grosse erreur. Et les Volturi me sont tombés dessus. On était déjà dans leur ligne de mire car on se faisait trop remarquer, mais là, ils ne m'ont pas vraiment loupé.

Avouer pourquoi il était toujours en vie exactement, non. Ou pas tout de suite, du moins. Il essaya de sourire à son ami mais cela ressemblait plus à une grimace.

- L'humain s'appelle Duncan. Il est actuellement en pleine transformation. On va retourner à Forks. Avec deux nouveaux-nés, rester ici est impossible. Sans compter la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'arrivée du pote Garrett   Lun 28 Avr 2014 - 10:18

Garrett resta silencieux en voyant  Carlisle lever les mains, sans doute pour lui faire comprendre d’y aller plus doucement mais le silence interminable, du moins à ses yeux, qui s’installa ensuite ne fut pas pour le rassurer. Carlisle avait toujours été quelqu’un de droit et d’honnête, c’était d’ailleurs cela que Garrett avait apprécié en premier chez lui, mais il avait un défaut, il voulait toujours bien faire pour tout le monde. Autrement dit, Carlisle faisait parti, pour Garrett du moins, de ses gens trop gentil qui n’hésitait pas à se mettre eux même en danger pour aider leurs proches.

Ainsi donc, toutes ses rumeurs qu’il avait pu entendre sur les hybrides étaient vraies. Des enfants naissant mi-vampire mi-humain. Quand il avait vu ça en la personne du personnage Blade au cinéma, Garrett avait trouvé ça plutôt risible mais dans le fond, en ajustant cette idée au monde réel, cela n’était finalement pas si impossible que ça.

Toutefois, Garrett mit quelques instants à réellement comprendre ce que Carlisle venait de lui dire. L’enfant, encore un bébé à en croire son âge, avait l’apparence d’une adolescente ? Mille questions tournèrent dans sa tête alors qu’il écoutait la suite des explications de son vieil ami.

Bon au moins les Volturi, ayant eux-mêmes une hybride, ne considéraient pas cela comme un crime. Mais alors pourquoi se départ précipité ? Les rands esprits se rencontrant, Carlisle vînt de lui-même sur le sujet.

Mais en l’espace d’une phrase, Garrett en oublia durant un instant ces histoires de créatures hybrides mythiques. Certes, cette fameuse Renesmée  l’intriguait vraiment. Forcément, son esprit curieux s’était aussitôt mit en marche dès que Carlisle en avait fait mention mais la suite des propos de son ami eurent pour effet de lui glacer le sang dans les veines.

Attend attend…, lâcha Garrett en imitant sans même s’en rendre compte Carlisle, levant lui aussi les mains en secouant la tête. Tu veux dire quoi par Rosalie a transformé une enfant ?, demanda-t-il en posant à nouveau son regard écarlate, et clairement inquiet, sur Carlisle. Et elle est grosse comment ton erreur avec ton - je l’espère pas si jeune que ça - Duncan ?

Malgré les craintes audibles dans ses questions, Garrett avait parlé sur un ton calme. Après tout, il avait peut-être juste mal interprété les paroles de Carlisle.

S’il y avait bien une chose que tout vampire savait, une règle à laquelle tous se pliaient, c’était celle concernant les jeunes enfants immortels. Et pour cause ! Garrett, par le passé, avait une fois assisté, bien que de loin, aux carnages de l’un de ses petits êtres. S’il y avait bien une règle des Volturi qui avait plus que les autres sa raison d’être, c’était bien celle-ci. C’était déjà incroyable que Carlisle soit encore en vie pour lui en parler alors que les Volturi lui étaient tombés dessus. Garrett songea qu’il devait peut-être uniquement la vie au fait d’avoir été un de leur proche par le passé mais il n’arrivait tout de même pas à s’imaginer Aro si clément, même avec ses amis.

Et tu compte comment retourner à Forks avec deux nouveau-nés sur les bras ? Tu ne vas pas les faire nager d’un continent à l’autre tout de même ?

Garrett avait posé la question sur le ton de la plaisanterie nerveuse mais ses propos, pour des vampires, n’étaient pas si stupides que ça. Toutefois, la simple idée d’imaginer la famille Cullen rallié les deux continents à la nage fit naître un petit sourire en coin sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'arrivée du pote Garrett   Lun 28 Avr 2014 - 21:21

- Attend attend…

Il avait eu le même mouvement que lui, sans doute par instinct. Bon, si Carlisle n'avait pas voulu l'inquiéter, c'était raté. Complètement raté. Il ratait tout en ce moment... Il échouait dans la protection de sa famille, dans ce qu'il avait fait pour Duncan, il échouait à défendre et cacher les siens, il ne réussissait pas à rassurer Garrett ou au moins lui expliquer correctement les choses. C'était lamentable. Lamentable d'avoir créé un clan si grand s'il n'était même pas fichu de s'en occuper par la suite. Il garda la bouche fermée, culpabilisant en silence.

- Tu veux dire quoi par Rosalie a transformé une enfant ? Et elle est grosse comment ton erreur avec ton - je l’espère pas si jeune que ça - Duncan ?

Carlisle fronça légèrement les sourcils, perdu à son tour. Oui, Rose avait transformé un enfant, mais et... Oh. D'accord... Par le terme "enfant" que Carlisle avait employé, il avait dû penser aux enfants les plus jeunes, à tous les enfants immortels dont la peste avait éclaté il y a de cela des années. Il s'était mal exprimé, dans la peur et la panique. Mais bien sûr, il était évident qu'il pense aux enfants immortels. Mais non, si Carlisle avait été le plus pur des imbéciles avec Duncan, jamais il n'aurait touché à un enfant. Rose connaissait également cette règle, et si Ahley était jeune, elle n'entrait pas dans la catégorie des enfants immortels.

- Et tu compte comment retourner à Forks avec deux nouveau-nés sur les bras ? Tu ne vas pas les faire nager d’un continent à l’autre tout de même ?

Carlisle sourit à son tour, très faiblement, mais c'était déjà un début. Garrett, tout comme Emmett, avait ce don de pouvoir alléger l'atmosphère avec ses actes et ses paroles. Et en cela, il était un ami très précieux, et qui comptait beaucoup pour le docteur. Dommage qu'ils se voient peu souvent, mais cela restait toujours des rencontres agréables. Même dans des circonstances aussi pénibles qu'actuellement.

- Duncan a 29 ans, ne t'en fais pas. Et Ashley en a douze. C'est limite, mais c'est aussi l'âge de Jane et Alec, donc les Volturi ne m'ont rien dit là-dessus. L'âge n'était pas le problème, là, mais c'était ma faute.

Il s'interrompit à nouveau et soupira. Il avait failli condamner toute sa famille, pour quelques mots, quelques phrases, une vérité de trop. Jamais il ne cessera de s'en vouloir pour cela. Il croisa le regard de Garrett, essayant de ne pas montrer à quel point il était tendu.

- Il est prêtre, finit-il par murmurer. Et il... Il se lançait dans l'exorcisme et la chasse aux démons. J'ai vraiment cru me revoir au même âge, Garrett. A 23 ans, humain, avec l'Inquisition. Et je n'ai pas voulu qu'il se fasse tuer, ou qu'il subisse la même chose que moi. Et au lieu d'agir correctement, au lieu de le détourner de tout cela, j'ai fini par tout lui révéler.

La culpabilité lui serrait la gorge, l'étouffant presque. C'était entièrement de sa faute. Il fit une brève pause et ferma les yeux, incapable de soutenir le regard de qui que ce soit pour le moment, les mains serrées sur un crayon.

- Je l'ai condamné en faisant ça. J'ai failli me faire tuer, et condamner ma famille du même coup, et failli tuer Duncan. J'ai dû le transformer en "urgence", et il agonise à Naples en ce moment. Je ne suis toujours en vie que parce que Marcus et Aro ont... Disons que... Enfin bref.

Il secoua la tête en rouvrant les yeux, relâchant le crayon, puis soupira longuement.

- Et on va prendre un vol privé, pour partir. On se séparera pour le voyage, voilà tout. Nous resterons éloignés des humains pour un moment. Provoquer à nouveau les Volturi en si peu de temps n'est pas spécialement une bonne idée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'arrivée du pote Garrett   Mar 29 Avr 2014 - 10:27

12 ans… C’était jeune mais, effectivement, c’était à la limite fictive instaurée à l’arrivée de cette loi. A 12 ans, à l’époque tout du moins, ils n’étaient plus considérés comme des enfants et donc on estimait qu’ils puissent se contrôler. Garrett n’était pas trop sûr que cela s’applique toujours avec l’évolution des mœurs et des crises d’ados mais au moins, ce n’était pas une jeune enfant. Ceci dit, la comparaison avec les jumeaux maléfique n’était pas vraiment pour le rassurer et la grimace qu’il fit en disait aussi long que ce qu’il marmonna pour lui-même d’une voix à peine audible, laissant juste échappé sa pensée.

Je ne prendrais pas trop ces deux-là comme exemple personnellement…

Il fallait dire ce qu’il en était, Garrett ne portait pas une très grande estime aux Volturi, supportant assez difficilement cette prétendue Suprématie venant des entrailles Italienne, à la base mais alors aux jumeaux, encore moins. En fait, il ne savait pas trop s’il les détestait ou s’il avait juste pitié d’eux. Jane et Alec lui faisait parfois penser à deux pauvres petits singes savant tapant des cymbales sur ordre de leur dresseur Aro juste pour amuser, ou plutôt terrifier dans le cas présent, la foule présente.

Mais au moins les deux nouveau-nés Cullen était dans un âge « légal », contrairement à ce qu’il avait craint au début et le soulagement se lu sur ses traits alors qu’il se penchait en avant afin d’être assit en ayant les avant-bras appuyé sur ses cuisses, tout en écoutant le récit de Carlisle avec attention. Quand ce dernier lui annonça avoir tout révélé au prêtre, Garrett en resta quelque peu bouche bée. A ce qu’il en savait, son clan avait déjà frôlé de peu la condamnation lorsqu’ils avaient tout raconté à celle qui était désormais la nouvelle madame Cullen. Deux humains, à qui ils révélaient leur véritable nature en si peu d’années ? Si Garrett n’avait pas aussi bien connu Carlisle, il en serait venu à se demander s’il ne partageait pas l’avis de ceux d’entre eux désirant faire tomber une bonne fois pour tout leur secret en se révélant aux humains.

Je vois…, dit-il dans un soupire lorsque Carlisle eu terminé son explication. Une fois de plus, ce dernier avait à nouveau voulu bien faire et s’était mit en danger. Et après c’était lui, Garrett, qu’on traitait de tête-brûlée ? Ta bonté va vraiment finir par te perdre mon ami, méfie-toi. M’enfin, ce qui est fait est fait et je suis vraiment soulagé que notre Diva Italienne, dit-il en faisant référence à Aro, t’ai laissé la vie sauf. D’ailleurs, pourquoi t’ont-ils laissé la vie sauve ? Ce n’est pas vraiment dans leurs habitudes. Surtout que ton clan devient conséquent maintenant. Vous serez 10 ou 11 désormais si je n’oublie personne, c’est bien ça ?

Ce qui tout à coup soulevait un autre petit souci technique aux yeux de l’éternel nomade qu’il était.

D’ailleurs si ma mémoire est bonne Forks est le genre de petite ville où tout le monde connait tout le monde. Et où tout le monde parle à tout le monde. Tu n’as pas peur d’éveiller les soupçons en y retournant avec ton clan ? Je veux dire… statistiquement il y a combien de chances que 10 personnes, non liées génétiquement, aient exactement les même yeux et en plus d’une couleur pas vraiment habituel pour des humains ?

Sa question pouvait être stupide, dictée principalement par sa curiosité naturelle, mais Garrett se la posait réellement. N’ayant jamais vraiment vécu en clan, et encore moins de manière sédentaire, il ne savait pas vraiment comment les choses se passaient en général, il ne pouvait qu’imaginer. Et en l’occurrence il tentait d’imaginer la réaction des habitants d’une petite ville perdue se retrouvant face à une dizaine de personne de grande beauté, tous pâle comme la mort et arborant tous une couleur d’iris inexistante dans le code génétique traditionnel. Mais peut-être que personne n’y avait même jamais fait attention jusqu’à présent. Dans ses temps modernes, on faisait bien moins attention à ce qui nous entourait et à ce genre de détail.

Et deux nouveau-nés dans une maison se situant à peine à quelques kilomètres d’une ville…

Garrett s’interrompit en riant, secouant vivement la tête avant de se laisser aller en arrière dans le fauteuil.

Bon sang tu déteins sur moi mon ami ! Voila que moi aussi je commence à trop m’inquiéter pour les autres ! Tu as un don toi aussi, crois-moi. Tu es anxiogène !, ajouta-t-il avec un grand sourire tout en le désignant du doigt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'arrivée du pote Garrett   Mar 29 Avr 2014 - 17:22

Ashley avait fini par s'asseoir sur une haute pile de carton dans la cuisine en faisant la moue. Au début, pourtant, tout s'était bien passé ! Elle portait facilement des cartons grâce à sa force de nouvelle-née, ce qui l'enchantait littéralement, et elle avait pu aider activement son papa et sa maman, les suivant partout dans la maison comme un poussin. Puis les choses s'étaient quelque peu corsées lorsqu'il avait fallu emballer d'autres choses lus fragiles... Après avoir réduit en miettes par accident le service de table préféré de sa grand-mère, Ashley avait filé plus loin pour ne plus remuer un seul orteil, n'ayant pas envie de faire une nouvelle bêtise.

Elle ne comprenait pas pourquoi ils devaient partir si soudainement. Les adultes ne lui expliquaient pas grand-chose, comme s'ils voulaient l'épargner ou éviter de la choquer. Mais elle pouvait comprendre ! Ils pouvaient lui parler, elle était capable de gérer. Mais on la couvait soigneusement, et ça lui faisait bizarre. Battant des jambes dans le vide, elle laissa son regard dériver vers la cuisine, pensive. Beith allait lui manquer. Elle avait passé des heures dans les rues de ce village avec d'autres enfants de l'orphelinat, avant que la maladie ne gagne trop de terrain. Et même, elle n'avait connu que ce village. Elle y était "morte"... Jamais elle n'aurait cru que son existence ne connaisse un si profond bouleversement.

Un bruit de pas la fit tout à coup sursauter, tant elle était plongée dans ses pensées, puis elle sentit une odeur inconnue. Effrayée, elle courut comme un lapin s réfugier derrière la porte alors qu'une voix s'élevait. Il y avait un intrus ! Il y avait un grand vampire qui allait tous les manger ! Elle vit son papi arriver et se diriger vers l'inconnu, le saluer. Ah, c'était pas un méchant, alors ? Elle passa prudemment le nez pour épier le nouveau venu. Il était grand, bien plus qu'elle, et mal coiffé. Il ne semblait pas dangereux mais sa maman lui avait toujours dit de se méfier des apparences.

- Si je comprends bien j’ai eu de la chance, j’étais à deux doigts de débarquer au milieu d’une famille d’humains après avoir souffert mille tourments en poireautant dans un aéroport remplit de british en plein centre de Londres et j’aurais de nouveau mis des mois à trouver votre nouvelle adresse.

Ashley fronça le nez, un peu vexée. Déjà, ils n'étaient pas Anglais Ecossais, nuance ! En plus, s'il voulait voir papi, il avait qu'à lui téléphoner, na. Elle les regarda partir et resta un moment à sa place, inquiète. Son grand-père n'était pas bien, en ce moment. Tout triste et inquiet, comme s'il s'était passée quelque chose de grave. Et si ce monsieur était venu pour lui crier dessus, lui aussi ? Et s'il lui faisait du mal ? Et si grand-père était encore plus mal après ?

Elle trépigna un long moment sur-place, ne se décidant pas à agir. D'un côté, c'était mal élevé d'interrompre les conversations des autres, mais d'un autre côté, elle ne voulait pas que cet homme fasse du mal à son grand-père ! Il avait toujours été très gentil avec elle depuis qu'elle était arrivée, et même si Ashley avait une frousse bleue des docteurs, elle l'aimait bien, lui. Elle posa une main sur sa gorge qui la brûlait, comme si on y avait déversé de l'acide, et essaya de se concentrer. C'était dur, elle avait souvent l'impression de perdre la tête.

Elle grimpa les escaliers comme un petit chat, moitié en sautillant. A chaque fois qu'elle s'approchait de Carlisle, elle se sentait déchirée entre son besoin d'être entourée par une vraie famille, et sa terreur de tous ceux qui portaient une blouse blanche. Elle prit une longue inspiration, dans l'espoir de chasserr la soif, puis frappa un coup avant d'entrer et de se précipiter sur Carlisle, avant de le tirer par la manche avec énergie.

- Faut pas que tu sois triste ! lança-t-elle en essayant de sourire. Même si on te dit des trucs mal.

Elle jeta un regard à l'inconnu, l'air de dire "Na, tu peux pas l'attaquer !", puis sauta sur les genoux de Carlisle avant d'entourer son cou de ses bras. Comme ça, si le monsieur voulait l'agresser, il faudra d'abord qu'il se débarrasse d'elle. Elle lui fit un bisou sur la joue et nicha son nez dans son cou, fermant les yeux.

- Je veux pas vous perdre, j'ai jamais eu de famille. Donc toi aussi, tu dois aller bien.

Convaincue par cette argumentation parfaitement inébranlable à ses yeux, elle releva la tête et regarda l'homme, curieuse.

- T'as les yeux rouges aussi, t'es jeune ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'arrivée du pote Garrett   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'arrivée du pote Garrett
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [JEU] SHEEPRUN BETA : Faire passer les moutons avant l'arrivée du loup. [Gratuit]
» L'arrivée du Carpathia à New-York
» C'est arrivé aujourd'hui
» un "pote" de PETE 18
» L'arrivée des bergers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: