Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jeux de Février

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Jeux de Février   Jeu 6 Juin 2013 - 15:39

La musique à fond, une brosse à cheveux en guise micro, Renesmée chantait à plein poumons sur son air favori du moment, un nouveau clip d'une chanteuse humaine qu'elle adorait. Les cheveux mouillés dégoulinant sur sa nuque et son peignoir à l'effigie de princesse Raiponce, elle tournait sur elle-même, pieds nus dans la salle de bain, totalement emportée dans son délire. Les vêtements achetés par tante Alice l'attendait, pliés sur une chaise. Elle se dandinait devant le miroir, mettant des gouttes partout. A un moment, sa mère finit par entrer, alors que la petite avait laissé tomber la brosse pour le sèche-cheveux, simulant une attaque de Martiens, comme dans le dernier film qu'elle avait vu. Elle faillit bien rentrer dans sa mère, emportée dans son élan, et se redressa en titubant.

Maman - Mais qu'est-ce que tu fais ? demanda-t-elle en se mettant à sa hauteur.

Renesmée - Je pulvérise les hommes verts qui vont tous nous dévorer, maman !

Maman - Et les hommes verts te laisseront bien te préparer pour qu'Alice voie à quel point les vêtements qu'elle t'a achetés te vont bien ?

La petite fit la moue, se trouvant très bien en peignoir, mais maman lui dit qu'il ne fallait qu'elle prenne froid, ils étaient en Février. elle se sécha et s'habilla. Alice avait très bon goût pour les vêtements et Renesmée adorait faire les boutiques avec tante Alice et tante Rose ! Elle ne comprenait pas pourquoi maman n'aimait pas ça, c'était pourtant rigolo. une fois qu'elle fut prête, elle enfila ses chaussures, mit un manteau et une écharpe, et sortit dehors. Elle courut sur le chemin reliant le cottage au chalet blanc. Chemin qu'elle connaissait par coeur désormais. Elle dépassa le chalet, hurlant un "Bonjour tout le monde !" au passage, et poursuivit vers le petit bois en contrebas du terrain.

Elle finit par dénicher Jacob, assis près du torrent. Elle avait appris à connaître le garçon et l'aimait bien. Il était gentil, attentionné, et il prenait toujours le temps de jouer avec elle. Elle courut vers lui puis lui sauta dessus, s'accrochant à son dos, les jambes autour de sa taille, les bras autour du cou. Il avait toujours le corps très chaud, comme s'il avait de la fièvre. Une fois, elle lui avait donné un aspirine mais il lui avait répondu qu'il se sentait bien.


Renesmée - Jake, pourquoi t'as pas de manteau ? T'as pas froid ? T'es jamais malade ? Tu veux que je te prête mon écharpe ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jeux de Février   Jeu 6 Juin 2013 - 16:44

Jake était assis près du torrent comme à son habitude, ce lieu était un peu son coin à lui. C'était à ce même endroit que Bella l'avait frappé quelques mois plus tôt... Depuis, leur relation c'était un peu amélioré... Enfin un peu, c'est à dire que la mère de Nessie laissait enfin sa fille rester seul avec Jake sans rester là à faire le piquet de surveillance. Jacob, quand à lui, avait finit par accepté cette imprégnation, il avait finit par comprendre que cela était dans la nature des loups, que cela était un peu leur définition.

Le loup passait le plus clair de ses journées à veillé et joué avec la petite Renesmée. Cette dernière avait pas mal d'imagination du fait des nombreux film et livre qu'elle parcourait au cours de ses journées. Par moment, le loup s'éloignait un peu de la famille vampire histoire de pouvoir se transformer et déambuler sous sa forme de loup. Nessie n'était pas encore au courant que le gros loup de la dernière fois n'était autre que Jacob, le garçon qui était toujours sympathique avec elle. En même temps, essayez donc d'expliquer à une enfant de cet âge que les gros loups comme son protecteur à elle sont gentil et ne sont là que pour la protéger elle. Ce genre de chose n'était pas vraiment facile à expliquer. Aussi, d'un commun accord entre Edward, Bella et Jake, cette information avait été tenu loin des oreilles de la huitième merveille du monde qu'était la petite Cullen.

Le jeune homme fut rapidement tiré de ses pensées par l'odeur de la petite Nessie qui s'approchait de lui par derrière. Le loup, comme par habitude avait déjà préparé son dos à la recevoir. Ce qui ne tarda pas, cette dernière aimait apparemment particulièrement sauter sur le dos de Jacob. La petite ne tarda pas, Jake aurait dû s'en douter, à poser une question à son meilleur ami/grand frère sur sa température corporelle.

Jake: - Disons que c'est dans mes gènes. Je suis un super humain qui est fait pour résister à toutes les températures. Je n'ai donc pas besoin de me protéger du froid. Et en plus c'est pratique en hiver, comme ça, tu peux te réchauffer sur mon dos.

Jake se leva alors et se mit à courir dans la forêt à vitesse moyenne. En esquivant les différents branchages. Il tenait correctement la petite Renesmée pour ne pas qu'elle tombe. Après une bonne dizaine de minute de course dans la forêt, le Quileute ralentit l'allure et sortit dans une immense clairière remplit de neige ou lui et Nessie aimait bien se rendre pour passer un peu de temps à jouer et discuter. La petite étant de nature curieuse, un peu comme sa mère, elle passait beaucoup de temps à harceler Jacob de question sur tout ce qui était possible d'aborder. La petite descendit alors du dos de son protecteur et fit quelques pas dans la neige... De la voir s'émerveiller devant ce grand manteau blanc étonnait toujours Jacob. Il ne fallut cependant que quelques secondes pour que la petite se rapproche de lui et lui pose une question un peu embarrassante...

Nessie: - dis, dis, tu sais pourquoi papa et maman, des fois, ils font autant de bruit la nuit ? Ça me réveille, et puis des fois, ça dure longtemps en plus...

Jacob fut étonné de la question... Il venait d'apprendre par la bouche de l'enfant de Bella que cette dernière passait le plus clair de son temps à copuler pendant que leur petite fille dormait.

Jake: - En faites, ton papa et ta maman, quand ils font du bruit la nuit, c'est parce qu'il aime bien faire du sport et vu qu'ils ne dorment pas la nuit et qu'il ne peuvent pas passer de temps avec toi leur fille préféré et bien ils font du sport ensemble. En plus cela permet à ta maman de toujours rester la plus belle des mamans.

Jake venait de se rendre compte qu'il venait de dire de la merde... Enfin cela passerait... Et il ne se gênerait pas pour prévenir les parents de la petite de faire moins de bruit ou d'aller ailleurs la prochaine fois qu'ils voudront tester le bon fonctionnement de leurs organes génitaux.... Avant que la petite ne lui pose une autre question, Jake s'éloigna un peu d'elle et lança une petite partie de cache-cache histoire d'éviter d'autre question embarrassante...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jeux de Février   Ven 7 Juin 2013 - 12:04

Jacob était donc un super-humain insensible au froid ? Renesmée trouvait cette idée un peu bizarre, mais ce n'était pas grave. Après tout, elle était bien à moitié humaine, elle, alors pourquoi n'y aurait-il pas de super-humains ? Elle s'accrocha plus fermement à son dos lorsqu'il se leva et partit en courant. elle adorait ce genre de balades, et elle adorait Jacob. Il jouait tout le temps avec elle et il répondait à toutes ses questions ! Et ça, c'était bien. Même papa et maman ne répondaient pas à tout. elle observa la forêt défiler autour d'elle, le pâle soleil de Février recouvrir le paysage. Elle ne brillait pas au soleil comme ses parents, mais Jacob non plus.

Ils arrivèrent dans la clairière, recouverte par la neige et la glace. Renesmée sauta à terre et fit quelques pas. elle adorait la neige... elle étouffait tous les sons, rendait tout calme, puis c'était beau en plus. Mais une énième question la gênait. Elle revint aussitôt vers Jacob et s'accrocha à sa veste. Curieuse, elle ? Pas du tout voyons ! Mais comme tous les enfants, elle voulait tout savoir sur tout.

Nessie: - Dis, dis, tu sais pourquoi papa et maman, des fois, ils font autant de bruit la nuit ? Ça me réveille, et puis des fois, ça dure longtemps en plus...

Jake: - En faites, ton papa et ta maman, quand ils font du bruit la nuit, c'est parce qu'il aime bien faire du sport et vu qu'ils ne dorment pas la nuit et qu'il ne peuvent pas passer de temps avec toi leur fille préféré et bien ils font du sport ensemble. En plus cela permet à ta maman de toujours rester la plus belle des mamans.

Du sport ? ses parents faisaient du sport la nuit pendant qu'elle dormait ? Mais pourquoi ? Le sang faisait grossir ? et maman lui avait dit une fois qu'avant d'être transformée, elle détestait le sport, avait un très mauvais sens de l'équilibre, et était presque dangereuse. Devenue vampire, elle aimait ça ? Elle ne comprenait pas trop, et aurait voulu pousser la chose plus avant mais Jake lança une partie de cache-cache.

Remettant sa question à plus tard, elle courut pour aller se cacher. Jacob la retrouvait toujours très vite, et elle le soupçonnait même d'attendre exprès plus longtemps pour faire durer le jeu. mais comment il faisait ? C'était pas juste, elle, elle n'arrivait jamais à le retrouver très vite, d'abord. Elle chercha une cachette, le creux d'un arbre, un fossé, quelque chose. Avec l'hiver, la végétation morte ne permettait plus de trouver de bonnes cachettes. Elle s'aventura un peu plus loin, puis entendit soudain un grognement près d'elle, puis une masse énorme lui sauter dessus et la plaquer au sol. Un ours !

Nessie - MAMAAANNN !!!! hurla-t-elle, terrorisée.

Coincée entre ses pattes, elle se recroquevilla sur elle-même, éclatant en sanglots.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jeux de Février   Dim 9 Juin 2013 - 18:03

Retrouver Nessie pendant le jeu était d'une simplicité étonnante, le loup n'avait qu'à se laisser guider par l'odeur de la petite ou par le bruit qu'elle faisait. Tout se passait correctement, le jeune Quileute avait réussit à échapper aux questions les plus embarrassantes qu'il sentait venir... D'ailleurs ce n'était pas la seule chose que le loup sentait venir... Non... Jacob espérait que cela ne soit pas vrai... Pourtant le cri de la petite Renesmée se fit entendre de loin... Non pas ça... Pourquoi elle... Quel animal était assez con pour provoquer un Quileute du genre impulsif et sur-protecteur ? Bordel de bordel de merde... Il ne pouvait pas non plus se transformé devant la petite, cela la terroriserait encore plus...

Les sentiments qui traversait l'esprit du Quileute était assez étonnant... Haine, colère, désir de tuer était ceux destiné à la créature qui avait osé lever la patte sur la petite que la nature lui avait donné mission de protéger toute sa vie. Culpabilité, désir de protection, inquiétude était les sentiments qu'éprouvait Jacob pour Nessie à ce moment précis... Mais comment avait-il pu être aussi discret ? Mais merde... Comment avait-il pu laisser un ours se pointer comme ça, comme un vulgaire passant allant faire ses courses dans un centre commerciale... Ils n'était pas dans une rue passante de New-York ici. Le loup aurait dû faire plus attention...

Tout ses sentiments qui traversait l'esprit de Jacob exacerbait son désir de transformation lupine et ceux afin de protéger l'enfant de Bella et d'Edward. Cependant voilà, le jeune protecteur avait promit à celle qui était anciennement sa meilleure amie de ne pas le faire devant sa fille, de la préserver le plus longtemps possible de ce terrible secret que le loup portait en lui... Il courut donc en direction de l'enfant. Une fois sur place Jake se jeta sur l'Ours qui tomba en arrière en laissant intact la petite Renesmée... Jacob fut soulagé de la voir saine et sauve... Il lui hurla:

Jake: - VA VITE PRÉVENIR TES PARENTS... COURES CHEZ VOUS ET PRÉVIENS TA MÈRE TOUT DE SUITE... NE T’INQUIÈTE PAS POUR MOI... N'OUBLIS PAS QUE JE SUIS UN SUPER HUMAIN...

Une fois que l'odeur de l'enfant se fut assez éloigné, Jacob ne chercha pas à comprendre et se transforma en un immense loup... L'ours n'eut pas vraiment le temps de savoir ce qui se passait que sa tête Jake le traîna plus loin dans la forêt... Une fois cela fait, il ouvrit la gueule pour tuer la créature d'un coup quand il croisa le regard de ce dernier... La bête n'y était pour rien... Le seul responsable ici était Jacob... Il avait faillit à sa mission, il n'avait pas réussit à protéger Nessie... Le loup décida donc d'épargner la créature. De ne pas la tuer... La seule personne qui était à blâmer ici c'était lui.

Jake retourna alors dans les environs de l'attaque. Il suivit en suite l'odeur de la petite Nessie qui était partit en direction de la maison. Tout en restant invisible à la vue de l'enfant, il l'accompagna pour s'assurer qu'il ne lui arrive rien... Puis une fois sur place, le loup retourna vers le ruisseau et s'y allongea en repensant à ce qui venait de se produire. La petite Renesmée venait de se faire attaquer sous ses yeux. Il n'avait pas su la protéger comme il se devait... Non... Il n'était pas digne d'être un protecteur, son protecteur...

Le loup reprit alors son apparence humaine et courut chipé un ou deux vêtements qui séchait tranquillement derrière la maison des Cullens. Jacob enfila cela rapidement et se dirigea alors vers le jardin de la maison. Il n'était toujours pas autorisé à rentrer dans le chalet. Jacob logeait dans les bois alentours. Un confort spartiate, mais cela ne le dérangeait pas vraiment... La seule chose qu'il l'importait aujourd'hui était le désir de voir Nessie saine et sauve, de la voir grandir, s'épanouir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jeux de Février   Ven 14 Juin 2013 - 10:50

L'ours allait la dévorer, elle allait mourir, elle ne reverra plus jamais papa et maman, ni les membres de sa famille, ni Jacob, ni Lilwen, ni personne ! Elle mit ses mains devant son visage, terrorisée, attendant que les dents de la bête s'enfoncent dans sa peau, attendant la douleur qui n'allait pas tarder, attendant la mort. Tout à coup, la masse de l'animal cessa brusquement d'appuyer sur elle. elle rouvrit les yeux et vit Jacob se dresser devant elle.

Jake:- VA VITE PRÉVENIR TES PARENTS... COURES CHEZ VOUS ET PRÉVIENS TA MÈRE TOUT DE SUITE... NE T’INQUIÈTE PAS POUR MOI... N'OUBLIS PAS QUE JE SUIS UN SUPER HUMAIN...

Renesmée se releva en tremblant et maladroitement, la peur lui coupant toute capacité à réfléchir. Laissant Jacob, elle courut vers sa maison, aussi vite qu'elle le put, le visage noyée de larmes. Jacob était fort, elle le savait pour l'avoir constaté à maintes reprises quand les adultes croyaient qu'elle ne regardaient pas. Mais un ours, quoi ! Le coeur battant à une vitesse folle, elle courut comme si sa vie en dépendait. mais ses pieds lui semblaient en plomb, ses membres lourds, et sa lenteur exaspérante. Elle se forçait à aller plus vite, à ne pas tenir compte de ses tremblements qui parcouraient tout son corps et la faisait parfois trébucher. Ce fut une véritable torture, un calvaire, et pendant ce temps, Jake se battait...

Lorsqu'elle vit enfin le chalet, elle n'en pouvait plus. Elle était littéralement prête à s'effondrer. Peur pour Jacob, choc d'avoir été attaquée, cette course éprouvante dans la neige, ses larmes qui ne cessaient de couler.

Nessie : - Ma... Maman... Maman !

Elle ne put que faire deux pas de plus. Sa mère arriva en courant et Renesmée tendit les bras vers elle. Sa mère la souleva du sol et la petite s'accrocha à elle de toutes ses forces, tremblante comme une feuille et pleurant de plus belle. Sa maman lui frotta le dos, resserrant l'étreinte.

Maman : - Calme-toi, que s'est-il passé ? Respire.

Incapable de parler, Renesmée posa une main sur sa joue pour lui montrer tout la scène, qui se déroula dans son esprit. Puis elle se nicha ensuite contre sa mère, pleurant dans son cou, avec un petit gémissement. Dans les bras de maman, elle s'était instantanément sentie en sécurité. Elle respira l'odeur de sa mère pour se calmer, les yeux fermés, et rien au monde n'aurait pu lui faire lâcher prise à cet instant. Il y aurait pu avoir une tornade ou un tremblement de terre qu'elle n'aurait pas lâché sa mère pour autant.

Elle entendit les autres membres de la famille arriver. ils allaient pouvoir aider Jacob ! Mais lorsqu'elle vit Edward et Jasper partir, elle tendit une main suppliante vers son père puis l'appela d'une petite voix. C'était pas grave si tonton Jasper y allait seul, les ours, il les mangeait en guise de petit-déjeuner, puis c'était un soldat d'abord. Son père revint aussitôt vers elle et, sans lâcher sa mère, elle lui agrippa le col de sa main libre, en pleurs.

Maman : - Mais il va aider Jake, ma puce. Il ne peut pas y aller si tu le tiens.

Nessie : - Mais oncle Jaz' peut y aller... Je veux que papa reste...

Sa mère jeta un drôle de regard à Jasper, auquel elle ne fit que peut attention. Sa famille ne craignait rien mais Jacob était fragile !

Maman : - S'il est d'accord, on reste avec toi.

La petite tourna aussitôt un regard suppliant vers son oncle, l'implorant du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric

Alchimiste

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 623
DC : Aucun

MessageSujet: Re: Jeux de Février   Ven 14 Juin 2013 - 11:57

Il y eut un grand bruit d'explosion, puis celui de crissements de pneus sur l’asphalte. La voiture finit en miettes contre un mur tout proche, et Jasper poussa un juron, serrant plus fort la manette. Emmett éclata de rire, goguenard, et lança une nouvelle partie. Jasper se rencogna dans le canapé, les yeux fixés sur l'écran, alors que leurs deux voitures s'élançaient sur la piste en rugissant. Emmett avait acheté ce jeu en ligne et l'avait reçu tôt ce matin. Depuis, lui et Jasper se disputait nombre de parties, sous les cris, les grognements, les imprécations. Ils avaient même faits fuir Carlisle, qui s'était enfermé dans son bureau pour travailler en paix, ainsi qu'Esmée qui elle s'était réfugiée au sous-sol.

Alice et Rosalie se maquillaient mutuellement, alors que Bella lisait tranquillement. Il ne savait pas où était passé Edward mais il ne devait pas être loin. Il dépassa Emmett d'un coup habile du jokari et eut un large sourire en entendant le juron de son frère. Bam, dans les dents ! Il allait presque gagner lorsqu'il sentit soudain des émotions violentes, peur et désespoir, provenir de l'extérieur. Perdant toute sa concentration, il regarda vers l'extérieur alors que son frère remportait la course dans un rugissement de joie.


Nessie - Ma... Maman... Maman !

Bella se leva d'un bond et se précipita à l'extérieur, courant récupérer sa fille et la serrer contre son coeur, plus qu'inquiète. Que s'était-il passé ? Renesmée s'était blessée ? Il ne sentait pourtant pas l'odeur du sang. un os cassé ? Difficilement concevable alors que Jacob était avec elle... D'ailleurs, où était-il passé celui-là ? Ça sentait les ennuis. Les gros ennuis. A moins qu'il ne se fasse des idées. Ils sortit en compagnie d'Edward, suivant le reste de la famille. Renesmée était accrochée à sa mère, comme une moule à son rocher. Facile de comprendre qu'aucune puissance ne l'en délogerait. Il sourit malgré lui, commençant à comprendre.

Bella leur expliqua ce qu'il s'était passé, et l'empressement de Renesmée à aller sauver Jacob. Jacob doutait très franchement que le Quileute ait besoin d'aide. Il lui suffisait de se transformer pour mettre n'importe quel bestiole du coin en charpie. Il partait avec Edward lorsque la petite appela son père, désespérée. Il s'arrêta, observant la scène.


Maman : - Mais il va aider Jake, ma puce. Il ne peut pas y aller si tu le tiens.

Nessie : - Mais oncle Jaz' peut y aller... Je veux que papa reste...

Bella le regarda, comme pour lui demander s'il était d'accord ou non. De toute façon, d'accord ou pas, il fallait y aller pour sauver les apparences devant Renesmée. Renesmée l'implora du regard, et il dit qu'il y allait. sa famille rentra au chalet, emportant la petite. Jasper fit un détour puis revint chercher des vêtements et des chaussures. Il savait que les vêtements du Quileute souffraient de légers soucis après une transformation en loup. Emportant le tout, il partit tranquillement sous le couvert des bois.

Il trouva Jacob près du ruisseau, et vit qu'il s'était déjà procuré des vêtements. Jasper les laissa tout de même tomber près de lui, avec les chaussures, et alla s'asseoir à un mètre, sur un rocher, parfaitement détendue.


- Merci de m'avoir épargné le spectacle de toi tout nu, cette fois-ci.

Il faisait référence à la dernière, et seule fois d'ailleurs, où ils s'étaient retrouvés seuls tous les deux. Lors de cette fameuse journée inter-étudiants et son rallye pour deux repas végétariens. il se souvenait encore de la pitié qu'il avait ressenti pour Jacob. Un gamin perdu dans un costume trop grand pour lui mais qui n'avait pas le droit d'échouer. Amusant comme la situation avait évolué, depuis. Jacob était toujours un gamin, certes, mais il avait tout de même un peu mûri.

- Renesmée m'envoie te sauver de l'ours. Elle va très bien, ne t'en fais pas. Elle va sûrement refuser de lâcher ses parents jusqu'à demain minimum, mais elle va très bien. Et toi ? Tu m'explique cette culpabilité ? Tu as fait ce qu'il fallait après tout, et tu ne t'es pas transformé devant elle. Alors pourquoi es-tu triste ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t86-emmett-cullen-validee#99
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jeux de Février   Dim 16 Juin 2013 - 17:40

Jake pensait et repensait à cette attaque qui venait d'avoir lieu, au traumatisme que venait de subir la petite Nessie... Ce qui venait de se produire n'aurait jamais du avoir lieu. Cela n'aurait jamais dû se passer comme ça. Jamais... Etait-il vraiment capable de protéger la fille de Bella ? Etait-il vraiment digne de la confiance qu'Edward lui donnait ? Etait-il vraiment digne de son rôle de protecteur ? Jacob s'en voulait terriblement pour ce qui venait de se passer. Celle que la nature lui avait imposé par l'imprégnation avait faillit mourir... Cela n'était pas du tout une bonne chose... Le loup avait cru, au moment de l'attaque de la petite, qu'il ne reverrait jamais entière l'enfant. Jacob avait eu peur d'une certaine manière... Peur d'un simple ours ? Non, peur de ne plus avoir de but dans sa vie, peur d'avoir faillit à sa mission essentielle qu'était le bonheur de Renesmée Cullen.

Le loup fut troublé dans ses pensées par l'arrivée, chiante mais prévisible, d'un membre de la famille des mangeurs de la petite. Jacob fut étonné de voir s'approcher Jasper. A croire qu'Edward ou Bella avait décidé de ne pas frappé le canidé pour son incompétence notoire dans la protection de l'enfant. Jaz expliqua au garçon que Nessie allait bien et qu'elle l'avait envoyé pour le protéger du loup. Cela fit sourire Jacob deux secondes... Il lui dit ensuite que la petite ne lâcherait pas ses parents d'ici le lendemain. Chose prévisible et appréciable pour le loup qui avait besoin d'être seul. La solitude était un peu ce qui lui permettait de passer au-dessus de ses phases de déprime, de remise en question, de colère contre les autres, son clan, lui-même. Après cela, le vampire empathique ne lâcha Jacob... A croire qu'il avait décidé de jouer au psychologue avec le loup... Il ne se souvenait donc pas de cette fameuse après-midi où ils n'avaient pas réussit à se supporter l'un, l'autre ? Apparemment non, les questions du vampire ne se firent pas attendre. Il était cependant hors de question que le jeune Quileute se confit à l'un de ses vampires. Il avait certes décidé de ne pas les tuer, cependant, il restait encore beaucoup de chose à faire pour qu'une confiance totale leur soit accordé.

Jacob se transforma rapidement et approcha sa gueule de Jaz. C'était un peu une manière de lui faire comprendre qu'il n'avait pas envie de parler, de se confier. Le loup se tourna alors vers l'eau et s'allongea pour laisser couler ses pensées à l'image de l'eau du ruisseau. Il avait décidé d'ignorer purement et simplement la présence à côté de lui du vampire. Il n'allait pas l'obliger quand même à se confier... Cela n'était pas du tout acceptable pour Jacob. Voyant qu'il ne s'éloignait pas. Le Quileute se reprit sa forme humaine et enfila les habits que le Cullen lui avait apporté.

Jake: - Crois-tu vraiment que je vais te répondre ? Cela ne te concerne pas... Je ne suis pas vraiment du genre à me confier. Le principe de ma meute est un peu celui de rester seul, d'être un solitaire. Je n'ai donc pas besoin de toi. Merci pour les vêtements et au revoir.

Jake avait tenté d'être le plus diplomate possible dans ses paroles. Cependant, la colère qu'il éprouvait envers lui-même était transparut à la manière d'une agression verbale sur Jasper. Le vampire risquait encore une fois de classer Jacob dans la case des: jeunes dépressif, imbu de leur personne et immature. Caractéristique qu'on aurait pu donner à Jaze au début de sa mutation. Cependant aujourd'hui, le verset immature n'était plus vraiment d'actualité. Ce qu'il avait dû subir comme épreuve lui avait forgé un caractère. Sa période où il resta transformé en loup pendant des mois et des mois lui permit d'accepter cet état de vie qu'il qualifiait usuellement de damnation. Mais enfin passons... Peut-être que Jasper allait pour une fois laisser tranquille une de ses victimes ?
Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric

Alchimiste

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 623
DC : Aucun

MessageSujet: Re: Jeux de Février   Ven 21 Juin 2013 - 23:04

Jacob s'était re-transformé, encore plus perturbé sous sa forme de loup que sous sa forme humaine. Mais même ainsi, Jasper ressentait tout ce qu'il ressentait. Car tel était son pouvoir. En plus de ses propres émotions, il vivait celle des gens qu'il côtoyait, amis, famille, ennemis, inconnus. les années lui avaient enseigné les différences, puis le contrôle subtil de ces sentiments. Calmer une foule en colère, provoquer, le désir, stimuler la peur ou la colère, enflammer un cœur d'amour. Un don qui n'était pas forcément apprécié par tout le monde. Et sûrement détesté de Jacob en cet instant précis. Mais il ne comptait pas le lâcher pour autant.

Jacob se décida enfin à se changer en humain et s'habiller. Début d'une socialisation ? Mais éviter de crier au miracle trop tôt. Il était agité, frustré, nerveux et déprimé. Pourquoi n'arrivait-il jamais à avoir l'esprit en paix ? Accepter qui il était, accepter ce qu'il devait devenir. Encore l'image du gamin dans un costume trop grand pour lui. Mais il ne servait à rien de se battre contre sa nature. Il fallait soit l'accepter, soit mourir.


Jake:- Crois-tu vraiment que je vais te répondre ? Cela ne te concerne pas... Je ne suis pas vraiment du genre à me confier. Le principe de ma meute est un peu celui de rester seul, d'être un solitaire. Je n'ai donc pas besoin de toi. Merci pour les vêtements et au revoir.

Parce qu'il croyait qu'il allait s'en sortir comme ça ? Aussi simplement ? Jasper aurait pu en rire. Comme si Jacob ne pouvait pas se douter que le vampire blond n'était pas du genre à lâcher quelqu'un. Il secoua légèrement la tête, un fin sourire étirant ses lèvres presque malgré lui.

Jasper - Bien sûr, que ça me concerne, et pas qu'un peu. Pour ta gouverne, si un jour tu deviens plus qu'un ami proche pour Renesmée, ça fera de toi mon neveu par alliance. En plus, tu n'es même pas cohérent dans ce que tu dis ! Le principe d'être solitaire ? Une meute est un groupe soudé ! Un peu comme dans une armée, en fait. Si tu ne t'entraides pas sur le champs de bataille, la bataille est perdue.

Tout en parlant, il plaçait une vague de détente sur le jeune Quileute, comme un baume pour apaiser son cœur et son esprit. Pour qu'il se détendre, qu'il décompresse, qui ne soit plus écrasé par cette chape de tristesse qui l'étouffait. Jasper savait très bien que l'on ne pouvait plus se contrôler lorsque la tristesse et la peine prenaient dessus. Depuis le début de sa vie d'immortel, il avait pu apprendre une chose. De toutes les émotions, il en existait trois qui dominaient les autres de leur puissance et auxquelles il était impossible d'échapper, impossible de combattre : la Peur, la Haine, et le Désir.

Les passions humaines étaient difficilement contrôlables. Et Jacob y était perpétuellement soumis, peut-être même plus du fait de sa condition de loup. C'est pour cela que Jasper se concentrait tout particulièrement à amoindrir ces trois émotions en particulier, effacer leurs effets grâce à son don. Grâce à cela, le jeune loup pourrait se sentir bien plus détendu.


Jasper - Tu n'es peut-être pas du genre à te confier... Mais si tu essayais, une seule fois, tu verrais que ça fait du bien. Si tu crois que ça aide de souffrir tout seul, bêtement, dans son coin...


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t86-emmett-cullen-validee#99
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jeux de Février   Dim 23 Juin 2013 - 12:53

Et voilà, cela venait de commencer, le Cullen empathique venait de mettre en marche son don et ses paroles censées persuader le jeune Quileute de répondre à ses questions, de se confier... Et le pire dans tout ça, c'est que Jacob ne pouvait rien faire contre cela. Il était plus simple de tuer un vampire que d'échapper à l'attaque sournoise de Jasper Hale Cullen. Le loup aurait mille fois préféré être entre les mains de Bella, se faire massacrer chaque os de son corps un par un par cette dernière plutôt que de subir cette sournoiserie, que dire, cette perfidie du vampire... Pourquoi cet être névrosé (dans le sens ici d'une trop grande tendance à s'occuper de chose qui ne le regarde pas, mais alors pas du tout...) s'en prenait-il à un loup, un simple loup qui, en plus, sentait mauvais pour lui ? Jacob Black aurait mille fois préféré s'assurer lui-même que la petite Renesmée, que la prunelle de ses yeux, que l'enfant qu'il devait protéger au péril de sa vie se portait bien plutôt que de subir Jasper Hale Cullen.

Lorsque Nessie s'était fait attaquer, Jacob avait imaginé perdre sa seule raison de vivre. Il avait imaginer perdre celle qui lui permettait de toujours mieux accepter sa condition de loup, celle qui était un peu le sel qui donnait de la saveur à cette damnation éternelle qu'était la transformation lycanthropique. Alors oui il n'allait pas bien et oui il voulait en parler... Mais pourquoi aborder cela avec Jasper ? Jacob ne lui faisait pas encore confiance.

Jake: - Me confier à toi... Non, je ne le pourrais pas. Je n'ai pas encore confiance en vous... en toi... Nous avons passé trop de temps à nous combattre, à nous détester pour que cela change du jour au lendemain. Par contre, je peux te promettre d'en parler à Carlisle. Il est celui en qui j'ai le plus confiance dans votre famille.

Comment ces mots avaient-ils pu sortir de la bouche du lycan ? Cela n'était pas vraiment possible, envisageable... Lui qui avait toujours fonctionné en solitaire venait d'accepter de s'ouvrir à quelqu'un, de parler de son mal-être à un sang froid... à une des personnes qu'il avait jusqu'alors combattu et cherché à exterminé... Imprégnation de... Cette dernière faisait vraiment faire n'importe quoi à Jacob.

Jake: - Pourquoi donc vous intéréssez à moi d'un coup ? Je ne suis rien de plus qu'un être damné... La seule raison à ma vie est le bonheur de celle dont la nature m'a confié l'éternel protection. Je ne l'envisage pas du tout sous l'angle du mariage pour l'instant. Cependant je tiens plus à elle qu'à ma propre vie.

Si Jasper pouvait arrêter de jouer avec ses sentiments cela serait pour le mieux du monde. Le loup se leva alors et prit la direction du chalet. Une fois arrivée là-bas, il repéra Nessie dans les bras de sa mère, il sourit d'un sourire triste et dépourvu de joie, d'un sourire emprunt de soulagement et de remord. Le jeune Quileute demanda alors à parler à Carlisle, en privé.

Jake: - Carlisle, je souhaiterais vous parler, en privé et loin de tout vampire télépathe, empathique et tout le tralala...

Le garçon s'approcha de Nessie et lui déposa un baiser sur le front en attendant la réponse de Carlisle...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jeux de Février   Mar 25 Juin 2013 - 18:15

Un ours. Un ours sur le territoire avait été assez idiot pour s'attaquer à la petite Renesmée savant qu'elle avait derrière elle huit vampires bien nerveux dès qu'il s'agissait de sa sécurité et un loup-garou du genre sur-protecteur hyperactif. Nul doute que l'ours n'avait dû faire long feu. Carlisle scruta les environs, alors que Jasper venait de partir pour "sauver" Jacob. Ils prenaient tous soin de cacher la véritable identité du Quileute à la petite Renesmée pour le moment. Cela valait mieux, elle aura le temps d'apprendre la vérité plus tard.

Ils étaient rentrés. Renesmée était accrochée au cou de sa mère, bien fermement, et avait agrippé son père d'une main. A son âge, cela avait dû constituer un sacré choc, pour elle, se faire écraser par un animal d'une demie-tonne. Heureusement que Jacob était avec elle... Le pire aurait pu arriver, sinon ! Bella risquait peut-être d'en vouloir à son ami à cause de ça, mais lui était soulagé. Il savait très bien que Renesmée n'aurait jamais une seule égratignure tant qu'elle sera en compagnie de l'Indien. L'imprégnation le poussait à la protéger avec une détermination sauvage et féroce.

Un bruit au-dehors. Jacob était revenu, suivi de Jasper, un peu derrière-lui. A voir le sourire ironique flottant sur le visage de son fils, Carlisle devina aisément qu'il avait dû jouer de son don pour forcer le jeune Indien à dévoiler ce qu'il avait sur le cœur. Il faisait tout le temps ça. Jacob alla embrasser Renesmée sur le front, visiblement soulagé. Puis il se tourna vers lui.


Jake: - Carlisle, je souhaiterais vous parler, en privé et loin de tout vampire télépathe, empathique et tout le tralala...

Cette requête étonna beaucoup le médecin, qui lui renvoya un regard perplexe, puis curieux, et enfin presque ébahi. Evènement à noter dans les annales ! Jacob Black, loup-garou de son état, Quileute, voulait parler avec lui, un vampire médecin et ennemi héréditaire. Mais que lui avait donc fait subir Jasper pour que l'Indien veuille tout à coup parler ? Le don de son fils était proprement effrayant. Bon, il n'y était jamais passé, Jasper n'osait pas, pas plus que Renesmée, par faute d'occasion, mais tout le reste de la famille y avait eu droit.

- Bien sûr. Viens avec moi.

Il le conduit à l'étage, vers un petit salon où il se réfugiait souvent pour lire tranquille. Inutile d'emmener l'Indien dans son bureau, histoire de ne pas donner une tournure trop officielle à la rencontre. Ils s'installèrent dans des fauteuils, et Carlisle proposa quelque chose à boire à Jacob pour l'aider à se remettre de ses émotions.

- Alors, de quoi voulais-tu me parler ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jeux de Février   Mer 26 Juin 2013 - 11:48

Et voilà... Cet abruti de vampire venait de pourrir la journée du Quileute... Se confier... Dire ce qui n'allait pas chez lui... Mais cela était impossible, il ne l'avait jamais fait avec personne, même pas avec Bella lorsque cette dernière daignait lui adresser encore un comportement amical. Jacob quitta à contrecoeur le salon pour suivre le chef de famille Cullen. Edward devait sourire intérieurement en lisant ceux qui traversaient l'esprit du loup : *fuir, s'enfuir... Loin, très loin... Je pourrais lui mentir... Je pourrais dire que je me suis trompé... Jasper je te hais...* Non, cela n'était vraiment pas envisageable pour le protecteur de Nessie... D'ailleurs pourquoi il suivait Carlisle à ce moment précis ? Jacob aurait très bien pu s'enfuir dès maintenant. Une petite voix résonna alors dans la tête du garçon : *Partir maintenant c'est risqué d'avoir : Carlisle, Edward et Jasper sur le dos... Paix à ton âme...* Non, le loup devait accepter cela et tenter de se confier, de parler : pour son propre bien mais surtout pour le bien de Resnesmée...

Cette petite était ce qui permettait au loup de rester accroché à la réalité. Avoir perdu son amitié avec Bella était un fardeau qui le rongeait quotidiennement. Il aurait peut-être préféré mille fois ne jamais lui avoir dit ses mots plutôt que de rester dans cette relation froide, distante, inexistante presque, avec elle... Cependant, voilà, à ce jour, lui demander pardon n'était pas vraiment envisageable, ou plutôt, cela était très difficile pour le Quileute... Ce dernier n'accepterait jamais de reconnaitre officiellement que tout cela était de sa faute à lui, de sa plus grande faute...

Tout en parcourant ses pensées Jacob avait suivi Carlisle qui n'avait encore pipé aucun mot... Le médecin avait, on ne sait comment, été le seul des vampires de cette famille à avoir gagné grâce aux yeux du loup, du Quileute. Les deux hommes arrivèrent alors dans un petit salon... La pièce était chaleureuse, accueillante. Deux fauteuils étaient installés dans le milieu du salon. Ce mobilier invitant presque Jacob à s'ouvrir de manière confiante à ce vampire.

Une fois installé, Carlisle proposa une boisson au loup, surement pour le détendre, le mettre en confiance... Un sourire forcé apparut alors sur le visage du Quileute... Mais que faisait-il ici ? Jacob se releva, se dirigea vers la porte et posa sa main sur la poignée...

Jake : -Pourquoi donc devrais-je me confier ? Nos deux espèces ont toujours été en conflit... Même à vous et malgré l'imprégnation je ne peux vous faire confiance... Et puis Bella... Elle... Elle... Je l'ai perdu définitivement. Vous ne pourriez rien y faire... Je ne sais même pas pourquoi je vous dis cela.

Le loup ouvrit la porte, avança deux secondes dehors... Puis... Revint sur ses pas et referma le salon avant d'aller s'asseoir à côté de Carlisle... Il venait de faire son choix. Jacob avait besoin de parler et cette personne était peut-être la seule au monde qui arriverait à le comprendre...Après tout, depuis son arrivée ici et son imprégnation, Carlisle c'était comporté de manière gentille et agréable avec le loup... Chose rare chez les sangsues de nos jours...

Jake : -Désolé... Désolé pour tout...J'ai merdé depuis que je suis arrivé ici... J'ai merdé avec Nessie, avec Bella, avec chacun d'entre vous... Je...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jeux de Février   Lun 1 Juil 2013 - 15:19

Jacob venait de sourire d'un air forcé puis s'était levé avant de se diriger vers la porte. Carlisle ne bougea pas. Les effets du don de Jasper devaient se dissiper dans l'esprit du jeune loup. Ah, ce Jasper... Son don pouvait aussi être utile que terriblement agaçant. Mais Jacob semblait troublé, perdu, pensif. Tout cela devait le ronger de l'intérieur, le rendre malade. Un trop-plein d'émotions qui devait presque le rendre fou.

Jake : - Pourquoi donc devrais-je me confier ? Nos deux espèces ont toujours été en conflit... Même à vous et malgré l'imprégnation je ne peux vous faire confiance... Et puis Bella... Elle... Elle... Je l'ai perdu définitivement. Vous ne pourriez rien y faire... Je ne sais même pas pourquoi je vous dis cela.

Il sortit, fit un pas sur le palier, hésita, puis revint finalement s'asseoir près de lui. Jacob lui faisait tout de même pitié, en cet instant précis. Il était totalement seul, dans un pays étranger, lié à jamais à une petite fille dès le premier regard, forcé de côtoyer les membres d'une race qu'il haïssait, loin de son père, de ses amis, de son ancienne vie. Forks n'avait jamais paru si loin qu'en cet instant précis.

Jake : - Désolé... Désolé pour tout...J'ai merdé depuis que je suis arrivé ici... J'ai merdé avec Nessie, avec Bella, avec chacun d'entre vous... Je...

Carlisle resta silencieux un court instant, observant le Quileute de ses yeux d'or. aux yeux de l'Indien, il devait sans doute paraître jeune et inexpérimenté. Loin, en tout cas, de l'image qu'on se faisait du médecin de famille.

- Tu culpabilises, Jacob, et c'est compréhensible, en un sens. Il n'y a qu'une seule chose, pourtant importante, que tu oublies : ton âge. Tu as dix-sept ans. Tu as le corps d'un adulte, oui, mais tu n'as pas encore vécu assez. Tu commences à peine à vivre ! Je suis entièrement d'accord sur le fait que ta condition de loup et tout ce que tu as vécu ces derniers mois t'a fait grandir, mais ça ne suffit pas. Tu ne peux pas te reprocher de commettre des erreurs... Tout le monde en fait, et peu importe les responsabilités dont on est chargé.

Il avait réussi à gommer absolument toute trace de pitié de sa voix, ne gardant qu'un ton sérieux. Là, en tout cas, lui-même ne faisait plus du tout ses vingt-trois ans, ce ton le vieillissant assez, pour ainsi dire. Pour les vampires, l'âge perdait toute valeur au-delà d'un certain temps. Mais Jacob, lui, recommencera à vieillir un jour ou l'autre. Oui, il était certainement plus mature qu'auparavant, mais ce n'était pas suffisant.

- Écoute, lorsque nous sommes arrivés ici, Bella était malade. Elle refusait d'en parler, mais je sais qu'elle pensait à sa famille, et à toi. Elle parle en dormant, enfin, elle parlait en dormant. Tu as l'impression de l'avoir perdu, mais c'est parce qu'elle appartient à une espèce que tu es habitué à haïr. Avec le temps, cela s'arrangera.

Nouvelle pause. Un peu plus longue cette fois. Carlisle avait l'impression que l'Indien allait se mettre à pleurer. Hum, bien choisir ses mots pour éviter qu'il ne craque. Le médecin se doutait bien que Jacob aurait horreur de se montrer ainsi en public.

- Tu devrais téléphoner à ta famille, Jacob. Donner de tes nouvelles à Sam et à tes amis. Ce n'est pas bon, pour toi, de rester isolée. Renesmée ne suffit pas... Ta vie est totalement déséquilibrée, tu vas finir par tomber malade. Je ne te demande pas de partir, mais de garder le contact avec ta famille et tes amis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jeux de Février   Lun 1 Juil 2013 - 19:59

Mais pourquoi donc se confiait-il à un vampire ? Pourquoi ? Pourquoi ? Un loup, non, un Quileute n’avait vraiment pas à se confier, à parler, à se comporter de la sorte avec une sangsue… Cette dernière avait beau s’appeler Carlisle et avoir un cœur sur la main, cela n’était vraiment pas acceptable. Jacob tenta de remonter au plus loin de ses souvenirs pour comprendre ce qui avait bien pu le pousser à se comporter de la sorte… Les paroles prononcées par le père de famille végétarien n’aidaient pas forcément le garçon à comprendre, accepter, écouter pleinement le sermon…

Jake : - Je… Vous n’êtes pas mon père, alors pourquoi vous inquiétez pour moi ? Pour ce qui est de mes amis…

Le loup se tut. Ses amis en avait-il encore vraiment ? Il avait quitté définitivement la meute de Sam, enfin c’était de cette manière-là que Jacob comprenait son geste. Pouvait-il encore considérer les membres de son ancien clan pour ses amis ? Non… Avait-il eu de vrais amis depuis sa transformation ? Non… Une amitié emprisonnée par un lien de soumission n’avait aucune valeur…

Quant à sa famille, Jacob pensait bien que son père comprendrait le silence radio, il n’avait donc aucune raison d’ébruiter sa présence au Népal. Cela risquait simplement de lui mettre Sam et sa meute sur le dos. Prévenir sa famille étant donc la dernière chose à faire pour lui… Et cela dans le but de protéger Resnesmée. Cette dernière était devenue son idéal à protéger, son unique raison de vivre, sa seule chose qui le rattachait encore un tant soit peu à la réalité du monde.

Jake : - non, je ne les préviendrais pas… Si la meute apprenait que je suis encore en vie, il me traquerait et même si nos lois interdissent à tout loup de toucher à l’élu d’un loup… Je ne sais pas si elle vous protégerait aussi… Je vais bien, je ne vois d’ailleurs pas pourquoi nous avons cette conversation…

Jacob était sur le point de craquer, d’atteindre un point de rupture dans ses sentiments… Il ne savait plus vraiment ce qui était bon pour lui, mauvais pour lui, bon pour Nessie, mauvais pour Nessie… Il ne savait plus vraiment comment il devait se comporter avec Bella. Il ne savait plus vraiment ce qu’il devait faire…

Une immense colère rugissait au plus profond de son cœur… Le garçon se leva alors et détruisit le fauteuil sur lequel il était assis… Non, rien n’avait plus sens pour lui. Le loup ne savait plus où était sa raison de vivre… Et l’imprégnation… Et Bella… Et… Toute sa vie avait tourné autour de cette dernière, autour des sangsues… Toute la vie du garçon avait comme été télécommandée par un bourreau invisible qui prenait un malin plaisir à voir le jeune homme souffrir des différentes pertes qu’on lui imposait… Jake se mit alors à parler à voix haute sans se rendre compte que Carlisle pouvait entendre ce qu’il disait… La colère venait de prendre le dessus, la soupape venait de sauter, la chaudière venait d’exploser…

Jake : - On me prend pourquoi ? Je suis loin d’être un enfant pourri gâté… J’ai perdu beaucoup de choses : ma meute, ma famille, Bella… Et je me suis pourtant relevé… J’ai perdu ma liberté depuis l’imprégnation et pourtant je suis heureux d’être esclave du bonheur de cette merveille… J’ai perdu tout… Je me suis relevé… Qu’attend-on de moi ? Que je souris . Que je dise que tout va bien… Je ne suis pas Edward qui peut disparaître et revenir en mettant du baume réparateur… Je ne suis qu’un loup…

Jake s’approcha d’une étagère qui était dans les environs… Cette dernière allait passer un sale quart d’heure… On pouvait entendre d'ici aux livres crier au secours. Mais non rien ne les sauverait de ce loup en colère. Un coup de poing suffit à mettre à terre les plus grands auteurs que ce monde pouvait avoir connu… Mais même cela ne calmait pas la colère du loup… Aristide Briand, Balzac, Victor Hugo… Ils venaient tous de succomber à Jacob Black.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jeux de Février   Jeu 4 Juil 2013 - 18:43

Jake : - Je… Vous n’êtes pas mon père, alors pourquoi vous inquiétez pour moi ? Pour ce qui est de mes amis…

La douleur et l'amertume. Peut-être la peur. Voilà ce que Carlisle entendait dans la voix du jeune loup. Il souffrait et refusait de l'admettre. Pourquoi le chef des Cullen s'inquiétait pour lui ? C'était une bonne question. Peut-être parce qu'il était dans la nature de Carlisle de toujours s'inquiéter pour les autres. Peut-être parce qu'il n'aimait pas voir les gens souffrir. Peut-être parce qu'il trouvait ce violent désaccord entre loup et vampires complètement stupide. Peut-être parce qu'il appréciait Jacob, tout simplement. Non, bien sûr, il n'était pas son père, mais cela ne l'empêchait pas d'être un minimum compatissant.

Jake : - Non, je ne les préviendrais pas… Si la meute apprenait que je suis encore en vie, ils me traqueraient et même si nos lois interdissent à tout loup de toucher à l’élue d’un loup… Je ne sais pas si elle vous protégerait aussi… Je vais bien, je ne vois d’ailleurs pas pourquoi nous avons cette conversation…

Pourquoi chacun tentait-il à chaque fois de montrer qu'il allait bien, même lorsque c'était complètement faux ? Cependant, Jacob avait des raisons légitimes de se méfier. Que ce soit chez les humains, les vampires, ou les loups, on n'était jamais très tendres avec les déserteurs. De plus, Jacob était particulièrement fragile depuis qu'il était devenu un loup, et sans doute encore plus depuis qu'il s'était imprégné. Carlisle trouvait mal que des jeunes, des enfants, soient obligés d'endosser pareilles responsabilités.

Jacob se leva tout à coup, puis réduit en miettes le fauteuil sur lequel il était assis. Voilà bien une preuve que non, cela n'allait pas du tout, même s'il tentait de prouver le contraire. Le médecin ne bougea pas, restant parfaitement stoïque alors que le jeune loup passait ses nerfs sur le malheureux meuble qui n'avait pourtant rien demandé à personne. Cependant, le massacre parut ne faire aucun bien à Jacob qui paraissait encore plus perturbé qu'avant.


Jake : - On me prend pour quoi ? Je suis loin d’être un enfant pourri gâté… J’ai perdu beaucoup de choses : ma meute, ma famille, Bella… Et je me suis pourtant relevé… J’ai perdu ma liberté depuis l’imprégnation et pourtant je suis heureux d’être esclave du bonheur de cette merveille… J’ai perdu tout… Je me suis relevé… Qu’attend-on de moi ? Que je souris . Que je dise que tout va bien… Je ne suis pas Edward qui peut disparaître et revenir en mettant du baume réparateur… Je ne suis qu’un loup…

Il s'approcha de la bibliothèque puis entreprit de l'exploser à son tour. Carlisle se leva, pris de pitié malgré tout. C'était un enfant... Un enfant qui avait été forcé de grandir trop vite et qui était perdu. Un enfant dont le destin était déjà tout tracé. Il attendit qu'il se calme un peu puis s'approcha. Sans prévenir, il prit le Quileute dans ses bras, le serrant contre lui. Il resta ainsi bien une minute entière puis s'écarta, souriant d'un air réconfortant au loup.

- Tu n'as pas à lutter seul, tu sais. Tu me hais sans doute, ainsi que mon espèce, mais je veux que tu saches que je suis là en cas de besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jeux de Février   Ven 5 Juil 2013 - 0:18

Où était Jacob ? Renesmée se tortillait dans les bras de sa mère, inquiète. Est-ce qu'il allait vraiment bien ? L'ours ne lui avait pas fait mal ? Tonton jasper l'avait aidé à temps ? Il était blessé ? Malade ? Fatigué ? Pourquoi il avait voulu parler à papi ? Il était inquiet ? Accrochée au cou de sa maman, elle ne cessait de jeter des coups d'œil vers l'étage, inquiète. Elle aurait voulu s'assurer qu'il n'était pas blessé, que le gros vilain ours ne lui avait rien fait de méchant. Elle se tortillait de plus en plus, au point que sa mère la passa dans les bras de papa. Celui-ci resserra la prise sur elle, et elle marmonna, frustrée. C'était pas juste, papa et maman étaient beaucoup plus forts qu'elle.

Maman - Arrête de bouger, Jake va bien, il discute avec Carlisle. On est là, tout va bien.

Elle cessa un bref instant de gigoter avant de reprendre de plus belle. Oui, elle était en sécurité dans les bras de ses parents, mais elle voulait aussi s'assurer que Jake allait bien, le voir de ses propres yeux ! Sauf que son papa était grand et que le sol lui paraissait désespérément loin. Elle gémit et soupira, rageant d'être aussi petite. Tante Alice aussi était petite, mais c'était pas pareil, elle était forte, elle, c'était un vampire.

Renesmée aussi l'était, mais à moitié seulement. Parfois, au cœur de son esprit, elle se demandait qui elle était vraiment. A la fois humaine et vampire, forte et fragile, mélange de deux races, elle se sentait souvent complètement décalée. Qu'était-elle vraiment ? Qui était-elle ? Et où trouvera-t-elle sa place ? Ces questions la rongeaient, et elle ignorait comment y répondre. Mais ce n'était pas le plus important pour le moment. Il y avait Jacob.

- Maman, je veux aller aux toilettes, je dois descendre.

Elle lui lança un drôle de regard, comme si elle ne la croyait pas. Même pas du tout. Oups ? Nessie lui offrit son sourire le plus innocent, qui se fana au moment où elle déclara l'accompagner. Ah, bah, zut... Ça marchait même plus, ce genre de ruses ? C'était parfaitement injuste, ça ! Sa mère l'accompagna au premier étage, où elle dû bien aller aux toilettes. Quand elle en sortit, sa maman était toujours là, et elle se lava les mains en cachant sa moue boudeuse.

Maman - Ne m'en veux pas. On ne doit pas les déranger, c'est tout.

Pas juste quand même... On la couvait un peu trop dans cette famille. Elle reposait la serviette quand un grand fracas se fit entendre au-dessus d'elles. Elle sursauta violemment et recula d'un bond, tombant à la renverse contre sa maman. Elle la serra dans ses bras, comme pour la protéger, ou comme si quelque chose allait s'effondrer au-dessus d'elles.

Maman - Ne bouge pas, murmura-t-elle.

Elles attendirent, puis un deuxième grand bruit se fit entendre. Elles montèrent ensemble, et Renesmée jeta un coup d'œil. Jacob était debout, dans une pièce dévastée. Son papi s'approcha et le prit tout à coup dans ses bras, comme ses parents faisaient avec elle lorsqu'elle avait fait un cauchemar. Il était triste ? Elle sentit les larmes lui monter aux yeux, mais trouvait la scène assez mignonne.

Papi - Tu n'as pas à lutter seul, tu sais. Tu me hais sans doute, ainsi que mon espèce, mais je veux que tu saches que je suis là en cas de besoin.

Il devait lutter contre quoi ? Elle leva un regard interrogatif vers sa mère, puis se dégagea de son étreinte, faisant un pas dans la pièce. Il y avait pleins de livres par terre, puis un des fauteuil était en miettes. C'était... C'était Jacob qui avait fait ça ? Mais pourquoi ? Pourquoi ? Il avait voulu blesser son papi ? Il ne ferait jamais ça ! Si ?  Effrayée, elle retourna aussi sec dans les bras de sa maman et la serra par la taille.

- J'ai peur, murmura-t-elle d'une toute petite voix.
Revenir en haut Aller en bas
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Jeux de Février   Ven 5 Juil 2013 - 14:36

Renesmée n’arrêtait pas de gigoter dans les bras de Bella, encore sous le choc de sa rencontre avec l’ours. La jeune maman la berçait pour essayer de la calmer, la réconforter, la rassurer. Elle n’avait rien, c’était le plus important. Heureusement, pour une fois, que Jacob avait été là pour veiller sur Renesmée même s’il aurait quand même pu la surveiller de plus près. Une chose était certaine : Bella n’allait plus laisser leur fille s’enfoncer dans la forêt avant quelques jours ou imposer à Jake de porter un téléphone pour qu’il reste joignable à tout moment. Cela aurait été toute cette histoire et les pleurs de Renesmée, la culpabilité de Jacob ou encore l’inquiétude de tout le monde. Oui, bon, il risquait de le perdre très régulièrement vu qu’il se transformait sans cesse mais, au moins, ils auraient pu intervenir bien plus vite et éviter de traumatiser Renesmée ! Un peu mère-poule sur les bords ? Bah, Bella l’assumait entièrement. Cette petite fille, elle l’avait défendue au prix de sa vie, elle n’avait pas voulu la sacrifier pour rester en vie et en avait fait voir de toutes les couleurs à tous les Cullen. Renesmée était son rêve, un rêve auquel elle ne croyait pas, auquel elle avait renoncé en disant « Oui » à Edward. Et puis, être mère, c’était étrange pour elle… Quoi que. Elle avait veillé sur sa propre mère durant toute son adolescence, alors ce n’était qu’une habitude qui revenait.

Serrant sa fille dans ses bras, cette dernière passant des siens à ceux d’Edward, elle n’arrêtait pas de gigoter et de regarder vers la porte par laquelle était passé Jacob quelques minutes plus tôt avec Carlisle. Elle s’inquiétait pour lui ? Mais il n’avait rien ! Elle l’avait vu, non ? Moralement, c’était clair qu’il avait l’air déprimé ou triste ou… Une émotion dans ce genre-là. Mais, à vrai dire, Bella avait d’abord regardé Renesmée sous toutes les coutures pour voir si elle n’avait rien, si elle se sentait bien et l’avait couverte de baisers pour la calmer et la réconforter. Seulement… Ici, rien à faire. Edward essayait de la rassurer, lui aussi, mais elle se tortillait dans leurs bras pour se dégager. Eh ! Hors de question, elle ne devait surtout pas entendre ce qu’ils se disaient ! Les Cullen entendaient la discussion qu’avaient Jacob et Carlisle, ou du moins, ils en entendaient certains mots malgré eux. Et, les sujets abordés… Non. Ils ne devaient pas laisser Renesmée entrer, sous aucun prétexte. Etant moins forte qu’Edward, elle fit passer leur fille dans ses bras pour qu’il la tienne tandis qu’elle marmonnait.

Bella –
Arrête de bouger, Jake va bien, il discute avec Carlisle. On est là, tout va bien.

Elle cessa de gigoter un bref instant… Pour recommencer après. Pitié ! Mais ils ne voulaient que son bien, pourquoi leur compliquait-elle à ce point la tâche ?! Heureusement, Edward était grand. Très grand. Trop grand pour Renesmée qui avait beau agiter les jambes, elle ne touchait pas le sol. Pour une fois, Bella bénissait la taille d’Edward… Elle qui s’était, pourtant, retrouvée dans la même situation que leur fille en cet instant précis. Elle gémit puis soupira, se calmant, et demanda :

Renesmée –
Maman, je veux aller aux toilettes, je dois descendre.

Bien sûr. Et Bella est la reine d’Angleterre ? Elle n’était pas dupe, non plus, et le coup de l’air innocent, des yeux de chien battu, etc. ne fonctionnait plus. Après quelques mois d’expérience, elle commençait à s’habituer aux ruses de leur petite fille qui avait plus d’un tour dans son sac. Elle tenait cela de ses parents, à n’en pas douter… Les coups bas pour Edward, l’intelligence pour Bella, d’après ce que lui disaient ses proches. Elle lui annonça qu’elle l’accompagnait, ne comptant certainement pas laisser Renesmée interrompre Carlisle et Jacob et entendre des choses qu’elle ne devait pas entendre. Suite à cette annonce, elles se dirigèrent vers la toilette et Bella attendit sa fille pendant que celle-ci mimait ses besoins, bien obligée d’y aller à présent. Sortant, s’étant lavé les mains, elle râlait, boudait, même si elle le cachait. Lui jetant un regard désolé, la jeune mère lui dit :

Bella –
Ne m'en veux pas. On ne doit pas les déranger, c'est tout.

Soudain, un grand fracas se fit entendre au premier étage, résonnant dans tout le chalet. Instinctivement, Bella se pencha sur Renesmée, l’encerclant de ses bras, baissant sa tête pour la protéger et se réfugiant sous le lavabo comme si elle craignait que le chalet ne s’effondre sur elles. Cela ne dura que deux ou trois minutes, des minutes incroyablement longues et interminables durant lesquelles Bella n’osait pas bouger, ne pensant qu’à Renesmée. Au moins, les autres étaient dehors, ils ne risquaient rien. Et puis, de toute façon, ils ne risquaient rien, ils étaient plus solides que le chalet… Mais pas Renesmée, ni Jacob. Puis, plus rien. Le silence complet. Profitant de cette accalmie, Bella murmura à sa fille :

Bella –
Ne bouge pas.

Pas tout de suite. Elle attendit encore avant de bouger, comme pour s’assurer de la sécurité de Renesmée. Un deuxième énorme fracas se fit entendre, plus court cette fois et plus localisable. Se concentrant, Bella put noter que le bruit venait… de l’endroit où Carlisle et Jacob discutaient. Mais, bon sang, que faisaient-ils ? Et s’il y avait un problème ? Et si quelqu’un les avait attaqués ? Elles montèrent, plus aucun risque concernant la discussion qu’avaient son beau-père et son ancien meilleur ami – elle avait bien veillé à cela, bien sûr. Renesmée jeta un coup d’œil à l’intérieur de la pièce, en même temps que sa mère, et constata le désastre… Jacob avait tout détruit. Absolument tout. Et Carlisle ? Il était calme. D’un calme olympien, comme s’il ne s’était rien passé, et il… Il… Il venait de serrer le Quileute dans ses bras. Pardon ?! Bella en fut littéralement choquée, se contrôlant pour ne pas laisser la bouche ouverte tant cette scène était improbable. Bon, ne pas le montrer, penser à Renesmée. Au-delà de cette scène de douceur, il y avait tout de même les livres par terre et les meubles abîmés…

Carlisle –
Tu n'as pas à lutter seul, tu sais. Tu me hais sans doute, ainsi que mon espèce, mais je veux que tu saches que je suis là en cas de besoin.

Renesmée regarda Bella, l’interrogeant, comme si elle semblait ne rien comprendre. Ce qui était compréhensible, la nouvelle-née elle-même n’y comprenait rien. Elle était entrée dans la pièce et semblait terrorisée par la scène, comme si l’attendrissement provoqué par la scène précédente s’était effacé pour laisser place à la peur et l’incompréhension. Jacob, d’une nature calme avec Renesmée, avait tout détruit et elle le constatait à présent. Il n’était pas si inoffensif que cela étant donné sa force et… Certes, Bella le savait, mais peut-être pas Renesmée. Sûrement pas, d’ailleurs. Elle fonça dans ses bras, le regard effrayé et serra la taille de sa mère en murmurant :

Renesmée –
J’ai peur.

Bella la prit dans ses bras, encore choquée elle-même, cherchant les mots qui pourraient rassurer Renesmée. Elle colla la tête de sa fille contre son épaule, la lui caressant avec sa main pour la calmer. Elle entendit alors une voix qui l’appela doucement. Edward. Avec tout le bruit causé par Jacob et les pensées terrorisées de leur fille, il était monté à son tour pour voir ce qu’il se passait. Bella tourna la tête vers lui, montrant qu’elle ignorait ce qu’elle devait faire cette fois, comment rassurer leur fille alors que l’état de la pièce ne plaidait pas en faveur de Jake. Elle s’écarta un peu, laissant le passage libre pour Edward qui prit Renesmée dans ses bras tout en prenant la main de Bella. Du calme, il allait sûrement réussir à démêler les choses… Mais ce n’était pas sûr. Il lança un regard mauvais à Jacob, un peu comme Bella quelques minutes auparavant. Il s’adressa alors au Quileute :

Edward –
Qu’est-ce que tu fous ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jeux de Février   Ven 5 Juil 2013 - 15:47

Et voilà encore une fois, le jeune loup venait de faire preuve d'impulsivité, il venait de détruire quelques meubles encore une fois... Carlisle ne s'en laissa pas démonter pour autant... Ce dernier resta impassible, presque compatissant pour le Quileute. Une fois le massacre culturel terminé, le vampire s'approcha du garçon et presque naturellement le serra dans ses bras... Le serra dans ses bras... Jacob devait halluciner... Le serra dans ses bras... Ce n'était pas vraiment la réalité là... Le serra dans ses bras... Une blague, une caméra cachée... Le serra dans ses bras... Mais, pour qui se prenait le chef des sangsues ? Pourquoi un tel geste ? Il ne tenait pas à la vie ? Non... Calme, Jacob se devait de rester calme... Mais merde, on venait de le traiter comme un gamin... Enfin personne n'était là... Une fois que Carlisle relâcha sa pression, le loup se tourna vers la porte pour vérifier... Bella... Nessie... Bella... Nessie... BELLA... NESSIE... Avaient-elles vraiment surpris ce qui venait de se produire ? Avaient-elle vraiment vu l'excès de paternalisme de Carlisle ? Avait-elle vraiment surpris Jacob dans cet élan de faiblesse ? On venait juste de le serrer dans les bras devant l'enfant dont le loup c'était imprégné et sa mère... Non... Non... NON... Non, mais non...

Carlisle: - Tu n'as pas à lutter seul, tu sais. Tu me hais sans doute, ainsi que mon espèce, mais je veux que tu saches que je suis là en cas de besoin.

Nan, mais il se prenait pour qui ? Le vampire venait déjà de traiter Jacob comme un enfant devant deux autres personnes... Là en cas de besoin ? Mais bien sûr... Le loup avait demandé un endroit loin de toutes oreilles extérieures et deux personnes venaient de débarquer... Manquerait plus qu'Edward se ramène et lise les... En parlant du loup... Jacob déglutit difficilement... Non... Non... Pas lui... Non... Une immense rage commençait à traverser le loup... Trahit... Il se sentait trahit... Ridiculisé et trahit... Mais pourquoi passait-il devant cette petite pour qui Jacob était prêt à donner sa vie ? Que pensait Edward à ce moment précis ? Le regard noir que ce dernier venait de lui lancer était un tant soit peu expressif... Mais merde... Pourquoi ? Deux puissants sentiments se combattaient dans l'esprit du loup à l'image de deux loups majestueux revendiquant leur territoire... Amour et haine se rencontraient... Paix et guerre s'embrasaient dans le coeur du Quileute... Ne pas se transformer... Pas devant Nessie... Se contenir...

Nessie: - J'ai peur

Non, mais non... Il venait d'effrayer la prunelle de ses yeux, la merveille de son coeur... Une immense culpabilité embrassa alors le coeur du Quileute... Il se retourna et s'approcha de la fenêtre... Pourquoi ? Comment ? Quelle était cette épreuve qui se projetait devant lui ?

Edward: - Qu'est-ce que tu fous ?

Qu'est ce qu'il foutait ? Qu'est ce qu'il foutait ? Ca se voyait pas assez là ? Le loup tentait de se maîtriser pour ne pas répondre froidement à Edward. Il tentait de se maîtriser pour celle que la nature lui avait collé à cause de l'imprégnation... Calme... Calme... Calme...

Jake : - Je... Je... N'aie pas peur Nessie... Je ne ferais jamais aucun mal à ton papi... Il voulait voir si j'avais conservé ma force de super homme après mon combat contre l'ours...

Des pensées froides, négatifs et énervés fusait dans tous les sens... Edward devait prendre un malin plaisir à sonder le loup qui ne tentait en rien de maîtriser ce déluge silencieux. Jake s'approcha de la porte d'entrée comme pour sortir... Toutes les émotions qu'il venait d'éprouver étaient comme un élément déclencheur de sa métamorphose.

Jake : *Laisse-moi sortir... Sauf si tu veux un gros chien dans la pièce qui traumatise encore plus Nessie...*

Jacob descendit en courant après avoir embrassé brièvement Nessie sur le front... Elle lui pardonnerait sûrement cette nouvelle fuite... Sinon... Cela était pour son bien de toute façon... Une fois arrivée dehors, le Quileute se transforma et se défoula dans la forêt. De nombreux arbres subirent la colère du jeune Black ce jour-là. Au bout d'une dizaine de minutes, le loup revint, rentra dans la maison après avoir récupéré un nouvel ensemble d'habit. Jake s'inquiétait encore pour Nessie...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jeux de Février   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jeux de Février
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Thème du jeu du mois de février 2013 : CIEL
» [WHB] le 5 février 2011
» Défis Intercontinentale de Février 2011
» [SALON] Festival international des Jeux - du 23 au 27 février 2011
» Paris Manga 13ème Edition - 4 et 5 février 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: