Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retour au lycée [partie Jane et Emmett]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Retour au lycée [partie Jane et Emmett]   Ven 21 Juin 2013 - 21:37

Comment pouvait-on vivre en bonne entente avec des gens dont on ne comprenait aucune réaction ? Jane aimerait bien qu'on lui explique, elle était perdue. Cette... Idée... d'aller au lycée... Comment décrire ça ? C'était complètement aberrant ! Carlisle avait annoncé cela comme s'il s'agissait de la chose la plus naturelle du monde. Et les autres n'avaient pas eu l'air choqués, à part Bella. Mais... Au lycée ? Et elle était censée y aller avec eux, c'était bien le pire.

Elle se voyait mal passer une journée entière à arpenter des dizaines de couloirs, monter et descendre des tas d'escaliers. Enfin, elle pouvait marcher, mais pas longtemps, encore trop affaiblie pour ça. Sauf que Carlisle régla le problème en récupérant pour elle... Un fauteuil roulant. Il était sérieux, là ? Vraiment sérieux ? Sauf qu'elle n'avait visiblement pas son mot à dire. Et selon Jasper, elle n'était de toute façon pas apte à prendre des décisions par elle-même pour le moment, et ils devaient le faire à sa place pour son propre bien. Elle avait eu beau protester, ça n'y changeait rien. C'est pourquoi elle était assise à l'arrière, une moue boudeuse aux lèvres. Et l'arrivée au lycée ne contribua pas à alléger son humeur. Edward la tira de la voiture pour l'installer dans le fauteuil.

Elle se contraint à ne rien dire, rester stoïque, calme, maîtresse d'elle-même. Histoire de contredire Jasper, lui prouver qu'elle était capable de se débrouiller seule, et qu'il n'avait pas besoin de jouer avec ses émotions comme il se plaisait tant à le faire. Emmett s'empara tout à coup de son fauteuil pour la pousser à toute vitesse vers le bâtiment le plus proche. Elle s'empêcha difficilement de protester, se mordillant la langue. Elle n'avait pas besoin de gardes du corps, et encore moins de nounou ! Ils entrèrent dans une salle dédier aux arts plastiques. Emmett la poussa même au premier rang, et elle écouta très vaguement le professeur.


Emmett : « - Toi qui a connu la Renaissance et tout, tu devrais être douée. Montre-moi un peu ce que tu sais faire ma petite sœur adorée. »

"Petite sœur adorée"... Quoi ?! Elle lui jeta un regard noir de biais. Comment pouvait-il se montrer si léger, si frivole, si... si insupportable en fait. Comme si rien ne pouvait l'atteindre, comme si rien ne pouvait toucher son cœur de grand enfant. Ou bien il faisait exprès de se moquer d'elle et de la blesser.

Jane - La Renaissance était au 16ème siècle en Italie, marmonna-t-elle entre ses dents. Nous sommes nés en 1703, au 18ème siècle...

Elle s'interrompit, soupirant, et prit conscience de ce que leur demandait le prof. Dessiner chacun ce qu'ils voulaient pour voir ce qu'ils étaient capable de faire. Elle frotta ses lentilles bleus, et attrapa un crayon à papier sans aucune conviction. Les mots d'Emmett semblaient brûler dans sa mémoire. Elle ne pouvait pas se considérer comme sa sœur. Ce n'était pas sa famille, et elle ne comprenait pas pourquoi ils perdaient leur temps à s'occuper d'elle.

Autour d'eux, les autres s'activaient dans un grand bruit, alors qu'elle n'avait toujours pas bougé. Elle savait dessiner, bien évidemment. Les Volturi se posaient en protecteur des arts, et les jumeaux avaient eu droit à une éducation complète sur la peinture, l'architecture, la musique, la sculpture, tous les arts de façon générale. Son frère avait toujours beaucoup aimé cela... Presque sans réfléchir, elle commença à tracer des traits sur la feuille blanche. Une masse informe, au début, qui se précisa lentement. Elle rajouta de la couleur, dévoilant sur la feuille un immense bûcher, paré de flammes énormes, rouges, jaunes, flamboyantes, au milieu d'un village typiquement Italien. Elle accentua les flammes, silencieuses, et les yeux dans le vague.

Cette scène faisait partie de ses cauchemars les plus fréquents. Roncola. Petite ville perdue dans l'Ombre de sa puissante voisine, Volterra. Le bûcher. Les flammes. Le feu vorace, violent et destructeur. Un élément qu'elle craignait par-dessus tout mais qui faisait partie d'elle, après tout. Son don était brûlure, violent, incontrôlable. Il brûlait férocement en elle depuis la mort de son frère.

Lâchant ses crayons, elle se rencogna dans son fauteuil. Alec... Emmett était toujours à côté d'elle, avec son éternel sourire. Elle aurait voulue lui demander ce qu'ils leur prenaient, à tous. Pourquoi l'avoir adopté. Ce n'était pas normal. Elle n'avait jamais connu ça, sauf avec son frère. Il lui manquait cruellement. Elle tourna la tête vers Emmett.


Jane - Quand es-tu né, toi ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Emmett Cullen
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour au lycée [partie Jane et Emmett]   Ven 21 Juin 2013 - 22:11

Bon, la petite venait de réagir plutôt correctement à la remarque d'Emmett. Cela en était presque pas drôle. Mais enfin, les Volturi étaient donc à ce point sérieux ? Ils n'avaient vraiment pas de sens de l'humour ? La journée du Cullen allait donc être centré sur le fait de tenter de faire sourire, de faire s'amuser, de faire vivre quoi, la petite Volturi. Cette dernière venait de commencer un dessin, une peinture, une aquarelle, enfin un truc représentant un bûcher... Cette fille était donc si névrosée que ça... Sa pensée, sa vie tournait-elle donc autour du feu, de la mort, de l'Italie ?

Jane profita du fait d'avoir finit son œuvre pour lui poser une question sur son âge. Emmett allait lui répondre lorsque le professeur arriva et regarda par dessus l'épaule du garçon pour contempler l'œuvre picturale de sa nouvelle élève. L'humain eut un long, très long moment de silence. Puis, d'un geste plutôt rapide, il sourit et dispensa alors à la salle de cours un millier de compliments pour celle qui avait été éduquée à coup de torture et de... et de... et de.... Enfin vous aurez comprit.

Professeur: - Magnifique, un peu sombre et déprimant, mais magnifique. On pourrait presque reconnaître la trace de l'Italie dans votre dessin. Me permettrez-vous de l'afficher au tableau de la salle ? Ah et puis, je pense que vous avez un vrai don pour les arts. Vous êtes une brillante élève, Miss Cullen.

Le professeur, sans attendre la réponse de Jane, prit le dessin et alla l'accrocher à l'extérieur de la salle de cours, sur le tableau affichant les plus belle œuvre des élèves du lycée. Emmett profita de ce temps pour répondre à la question de l'ex-Volturi.

Emmett: - J'ai en gros quatre-vingts ans. Ecoute, cela te fait peut-être chier de vivre comme nous. Mais sache au moins que tu n'auras plus à subir les affres de Caïus et des autres Italiens. Et puis, tu finiras bien à t'habituer à mes blagues. Moi en tout cas, je t'apprécie déjà.

A la fin du cours, Emmett reprit le contrôle du bolide, de la Ferrari, du char de course de la nouvelle membre de la famille. Cela était quand même génial, en très peu de temps la famille venait de s'agrandir de trois nouveaux membres, presque quatre si l'on connait le Quileute qui squattait les alentours de la maison. Tout en réfléchissant à cela, l'époux de Rose prit la direction de la cours de récré. Il était l'heure de faire une pause, de sécher son premier cours pour la petite nouvelle. Cela faisait aussi partie des joies du lycée après tout. Et puis, les cours d'histoire n'étaient vraiment pas fait pour Emmett.

Les deux Cullen, oui Jane nous parlons de toi ici, prirent alors la direction du zoo local. Il était maintenant temps que Jane ait une formation sur la nourriture des végétariens. Et puis, les animaux étant des êtres asociaux, la sœur du défunt Alec se sentirait presque chez elle. Une fois arrivée là-bas, le garçon amena Jane dans un petit bar sympathique et s'assit en face d'elle.

Emmett: - A moi de te poser une question, pourquoi tu ne tiens plus à la vie ? La vie est belle non ? Au cours de ta vie en Italie, toi et ton frère n'avez jamais eu la chance de pouvoir découvrir tous les plaisirs du monde. Alors décompresse un peu, souris et puis sache au moins que Carlisle et toute la famille t'apprécie pour ce que tu es et non pour ton don. Bon peut-être que Rosalie ne t'aime pas, mais elle je m'en occuperais.
Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Retour au lycée [partie Jane et Emmett]   Sam 22 Juin 2013 - 15:46

Essayer de mener un semblant de conversation normale avec un membre de la famille Cullen était plus difficile que prévu. L'âge. C'était tout ce qu'elle avait trouvé pour tâcher d'être naturelle avec Emmett. Non, elle n'avait rien de mieux. Il ouvrait la bouche pour lui répondre lorsque le professeur arriva derrière eux et fixa son dessin. Et bien quoi ? C'était si mauvais ? Et puis, inutile de s'y intéresser, c'était juste un dessin. Il sourit soudain, se redressa, et se mit à la complimenter devant tout le monde. Mon dieu. Disparaître. Elle aurait voulu disparaître sous terre.

Professeur : - Magnifique, un peu sombre et déprimant, mais magnifique. On pourrait presque reconnaître la trace de l'Italie dans votre dessin. Me permettrez-vous de l'afficher au tableau de la salle ? Ah et puis, je pense que vous avez un vrai don pour les arts. Vous êtes une brillante élève Miss Cullen.

Miss Cullen ? Et pourquoi il voulait l'accrocher ?! Impuissante, elle le regarda sortir de la classe. Ça lui apprendra à se laisser aller... Voilà une journée qui commençait vraiment très bien, d'une manière parfaite. Et qui lui faisait craindre la suite. Qu'est-ce qu'elle fichait ici, déjà ? Ah oui. Elle devait suivre ses "frères et sœurs" pour se raccrocher à la réalité et aller mieux, selon Carlisle. Son cœur se serra. Alec aurait réussit à jouer le jeu, oui.

Emmett: - J'ai en gros quatre-vingts ans. Ecoute, cela te fait peut-être chier de vivre comme nous. Mais sache au moins que tu n'auras plus à subir les affres de Caïus et des autres Italiens. Et puis, tu finiras bien à t'habituer à mes blagues. Moi en tout cas, je t'apprécie déjà.

Elle ne releva pas, silencieuse. Ça ne la faisait pas chier, comme il disait, de vivre comme eux. Elle ne savait tout simplement pas si elle en était capable. Et Emmett parlait des autres Italiens comme si elle ne l'était pas elle-même, Italienne. Emmett lui rappelait beaucoup Félix, d'ailleurs. La même carrure. La même décontraction dans les gestes et les paroles. Le même sourire. A la fin du cours, au lieu de se diriger vers le prochain, Emmett reprit les commandes et les fit sortir du lycée. Mais qu'est-ce qu'il fichait ?!

Jane - Où est-ce que tu veux aller ?

Il la conduit dans un petit zoo, ce qui redoubla ses interrogations. Pourquoi venir ici ? Et sa famille, alors ? Il allait les inquiéter pour rien. Ils s'arrêtèrent près d'un bar, où le gérant humain réparait un truc en jurant entre ses dents. Emmett s'assit à son tour, très tranquille. Et maintenant ? Non pas qu'elle adorait le lycée, mais fuir dès le premier jour n'était pas spécialement discret.

Emmett : - A moi de te poser une question, pourquoi tu ne tiens plus à la vie ? La vie est belle non ? Au cours de ta vie en Italie, toi et ton frère n'avez jamais eu la chance de pouvoir découvrir tous les plaisirs du monde. Alors décompresse un peu, souris et puis sache au moins que Carlisle et toute la famille t'apprécie pour ce que tu es et non pour ton don. Bon peut-être que Rosalie ne t'aime pas, mais elle je m'en occuperais.

Elle blêmit, devenant aussi pâle qu'un cadavre. Poser cette question... Tous ses doutes venaient de se confirmer en un instant. Les Cullen ne faisaient ça que pour se moquer d'elle et s'amuser, rien de plus. Et voilà bien la preuve. Il lui demandait ça comme ça, tout naturellement, comme s'il était incapable de comprendre. Peut-être que c'était le cas. Elle détourna le regard, fixant un point dans le vide. Le ciel était bas, chargé d'une neige qui ne parvenait toujours pas à tomber. Comme ses larmes.

Jane - Tu t'entendrais très bien avec "les autres Italiens" si tu es capable de poser ce genre de question en souriant, murmura-t-elle. Je ne sais pas à quoi tu joues, mais s'il te plaît, arrête ça.

Elle se renfonça dans le silence le plus absolu, les bras serrés sur sa poitrine. Au même instant, quelques flocons de neige commencèrent à tomber. Elle n'aimait pas la neige. Ce n'était pas son élément. Elle soupira, voulant partir, mais sachant qu'elle ne pourrait pas aller loin.

Jane - De toute façon, tu ferais mieux de rejoindre ta famille, ils vont s'inquiéter.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Emmett Cullen
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour au lycée [partie Jane et Emmett]   Dim 23 Juin 2013 - 16:18

La réponse de Jane était plutôt déconcertante, mais tout n'était pas encore perdu pour le cancre des Cullen. Cette gamine arriverait bien à comprendre un jour que tout ce que faisait Carlisle et les autres membres de son clan était vraiment dans l'intérêt de la belle. Il valait mieux pour elle de vivre ici comme végétarienne et membre de la famille plutôt qu'en Italie en étant esclave de ces chiens de Volturi. Mais enfin, elle mettrait peut-être moins d'un millénaire à se rendre compte de cela.

Emmett: - M'entendre bien avec des êtres qui oublient le plus petit soupçon de libre-arbitre non merci. J'ai beau paraître comme un éternel enfant. Je dois bien reconnaître une chose à Carlisle. Ce dernier nous considère vraiment comme ses enfants et non comme des produits de consommation à pouvoir particulier. Crois-tu donc qu'Aro a ressentit la moindre tristesse pour ton frère ? Oublis-tu donc déjà ce que Caïus t'a dit lorsqu'il est passé ? Arrête de penser à cette vie qui te détruira. Profite maintenant de ce que l'on peut t'offrir. Et puis, souris un peu... Ton frère n'aimerait pas te voir refuser cette seconde chance de vivre qui t'es offerte.

Le cancre était peut-être maladroit dans ses paroles, mais il cherchait à faire comprendre à Jane qu'on la prenait vraiment au sérieux, qu'on ne cherchait pas à la ridiculiser. Elle était vraiment considérée comme un membre du clan, un membre de la famille. Il lui faudrait sûrement beaucoup de temps pour s'adapter. Après tout, même Jasper ne s'était pas acclimaté à sa nouvelle vie aussi rapidement que cela. Mais pourquoi donc perdre espoir maintenant ? Pourquoi jeter l'éponge ? Cela servirait le jeu des Italiens et Emmett refusait cela.

Le garçon prit de nouveau le contrôle de fauteuil roulant de la nouvelle végétarienne et, d'un pas plus lent, se dirigea vers l'extérieur du parc. En marchant, Emmett réfléchissait au meilleur moyen de faire comprendre à cette immortelle que la vie était belle et qu'elle valait le coup d'être vécu. Le garçon était bien placé pour le savoir. Il aimait par dessus-tout cette vie interminable qui lui permettait de toujours se détendre, jouer, apprendre. Cette vie qui lui avait permis de faire la connaissance de la belle Rosalie, d'Alice, de Jaz, d'Edward et maintenant de Bella. Ces personnes étaient ce qui se rapprochait maintenant le plus d'une famille pour le garçon. Et, bien sûr, pour rien au monde il ne les aurait échangé contre une place de larbin dans l'armée Italienne des chiens qui dirigeaient ce monde.

Emmett: - Je suis peut-être maladroit dans mes paroles, mais les beaux discours sont plutôt la spécialité d'Edward. Je te déconseille d'ailleurs de discourir avec lui, il est juste ennuyeux. Jane, j'essaie simplement de te faire comprendre que l'on te prend vraiment au sérieux. On comprend ta douleur, on comprend ta peine. Cependant on ne veut pas que tu sombres dedans... Edward a connut cela le jour où il est partie en Italie pour se faire tuer... Et, maintenant, comme je n'ai pas souhaité qu'il meurt ce jour-là, je ne souhaite pas que tu meures. Carlisle te fait confiance, alors, je te fais confiance. Carlisle te considère comme une membre de la famille, alors je te considère comme une membre de la famille. Et ma seule règle de vie est de tout faire pour les membres de mon clan.

Le garçon se tut et s'approcha d'un banc public sur lequel il s'assit après avoir installé Jane à côté de ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Retour au lycée [partie Jane et Emmett]   Dim 23 Juin 2013 - 21:32

La neige tombait à petit flocon, venant fondre dans leurs cheveux, sur leurs vêtements. Emmett s'était levé, et elle crut qu'il allait partir et la laisser. Elle était prête à rester ainsi, immobile sous la neige et perdue. Elle se prenait à rêver de la mort, la façon dont elle viendrait à elle. qu'il y avait-il après ? Pourra-t-elle revoir Alec ? Cette seule et unique question l'obsédait jour et nuit.

Emmett: - M'entendre bien avec des êtres qui oublie le plus petit soupçon de libre-arbitre non merci. J'ai beau paraître comme un éternel enfant. Je dois bien reconnaître une chose à Carlisle. Ce dernier nous considère vraiment comme ses enfants et non comme des produits de consommation à pouvoir particulier. Crois-tu donc qu'Aro a ressentit la moindre tristesse pour ton frère ? Oublis-tu donc déjà ce que Caïus t'a dit lorsqu'il est passé ? Arrête de penser à cette vie qui te détruira. Profite maintenant de ce que l'on peut t'offrir. Et puis, souris un peu... Ton frère n'aimerait pas te voir refuser cette seconde chance de vivre qui t'es offerte.

Elle se mordilla les lèvres et baissa la tête, les bras serrés autour de sa poitrine, comme pour empêcher son cœur de sortir et s'écraser au sol. Non, elle n'avait pas oublié Caïus. Elle ne pouvait oublier cet homme. Il lui faisait peur, par sa simple présence. Quand à Aro... Elle ne savait plus quoi penser. Elle ne savait plus rien. Tous ses repères avaient volé en éclat au moment où elle avait appris la mort de son jumeau. Comme si avait arraché la seconde moitié d'elle-même et mit du sel sur la plaie à vif.

Emmett reprit le contrôle du fauteuil et la poussa à l'extérieur. Elle se laissa faire comme une enfant perdue. C'était facile de dire qu'elle devait arrêter de penser à sa vie en Italie. Elle n'avait connue qu'elle, avant même d'être transformée. Elle avait été mordue par Aro, élevée parmi les membres de la garde. Qu'aurait dit son frère sur ce qu'elle vivait actuellement ? Aurait-il approuvé ? Sûrement... D'eux deux, il avait toujours été le plus prompt à se dresser contre les Volturi. Et comme l'avait dit Caïus, elle était nettement plus fragile que lui. D'un autre côté, il n'avait pas tord sur toute la ligne. Elle qui avait été l'élite de la garde Volturi, elle en était réduite à se déplacer en fauteuil roulant, dépendante des autres, car incapable de se nourrir seule, incapable de marcher plus de quelques centaines de mètres avant de s'effondrer.


Emmett: - Je suis peut-être maladroit dans mes paroles, mais les beaux discours sont plutôt la spécialité d'Edward. Je te déconseille d'ailleurs de discourir avec lui, il est juste ennuyeux. Jane, j'essaie simplement de te faire comprendre que l'on te prend vraiment au sérieux. On comprend ta douleur, on comprend ta peine. Cependant on ne veut pas que tu sombre dedans... Edward a connut cela le jour où il est partie en Italie pour se faire tuer... Et, maintenant, comme je n'ai pas souhaité qu'il meurt ce jour-là, je ne souhaite pas que tu meurs. Carlisle te fait confiance, alors, je te fais confiance. Carlisle te considère comme une membre de la famille, alors je te considère comme une membre de la famille. Et ma seule règle de vie est de tout faire pour les membres de mon clan.

Il s'assit sur un banc public, l'installant à côté. La neige avait cessé, mais le froid était plus vif. Elle se souvenait parfaitement du jour où Edward Cullen était venue en Italie pour se suicider. Ce jour-là, elle n'avait tout simplement pas compris que l'on veuille se donner la mort. Elle était encore fidèle au clan, attachée à sa mission. On avait beau les craindre ou les haïr, cela n'avait aucune importance. Car Alec était là.

Jane - Quand j'ai rencontré Carlisle, dit-elle doucement, il était vampire depuis deux ou trois ans. Il a toujours été très différent des autres...Il m'avait soigné quand j'étais humaine. Quand on a été transformés, on ne le voyait pas beaucoup, car on était souvent près d'Aro. Mais je l'ai toujours respecté.

Elle ne savait même pas pourquoi elle lui disait cela. C'était venu naturellement, et elle ne s'y attarda pas davantage. Elle se leva, vacilla légèrement, et se raccrocha au banc. Elle se détachait à nouveau de la réalité, repartant dans ses songes. Oubliant Emmett, oubliant le lieu, oubliant la situation. Plus rien n'avait d'importance. Mais elle ne fit que quelques mètres, s'effondrant dans la neige. Elle se redressa, les poings serrés, assise par terre. Pitoyable. Lamentable. Elle avait horreur de devoir dépendre des autres ainsi.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Emmett Cullen
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour au lycée [partie Jane et Emmett]   Dim 23 Juin 2013 - 22:02

Emmett sourit, Jane venait de s'ouvrir un peu. Elle venait de partager. Ainsi donc, l'ancienne Volturi avait un tant soit peu d'estime pour le père de son brancardier. Ce dernier se surprit à se faire une remarque sur les sentiments que la petite pouvait ressentir. Ainsi donc, elle possédait un coeur. Elle n'était pas simplement une statue de marbre dépourvu de tout sentiment. Il y avait donc bien un espoir.

De la voir assise comme ça sur le sol rappela quelque souvenir de l'enfance d'Emmett. L'époque où il était encore humain, les interminables batailles de boules de neiges. Cette période avait-elle l'une de celle que le garçon avait préféré dans sa vie après celle de son immortalité. De voir Jane assise comme ça sur le sol rappelait à Emmett les longues parties de chasses avec ses frères. Un sourire zébra alors le visage du garçon. Il se leva et s'approcha de celle dont il prenait soit. Il lui tendit une main et d'une voix calme lui dit:

Emmett: - Cette chute restera entre nous deux. Aller, un petit coup de main ?

La jeune fille le regarda cinq minute et tenta de se relever, de montrer au monde son indépendance. Comme Emmet s'en doutait déjà, elle tomba sur le sol, une fois, deux fois... Puis, après un nouveau temps de silence, de réflexion peut-être, Jane lui tendit la main et accepta l'aide de son infirmier du jour.

Emmett la releva et l'aida à se rendre sur son fauteil. Puis, il se réinstalla dérrière-elle et recommenca à la pousser, sans vraiment rien dire d'autre. Le garçon ne savait pas vraiment pourquoi, mais il avait envie de se comporter comme un frère un peu bienveillant envers celle dont il était responsable. Il aurait bien le temps de lui rappeler ses moments désopilants plus tard, enfin si plus tard il y avait... Jane allait-elle accepter un jour de se laisser vivre ? De se laisser le droit de vivre heureuse et non malheureuse ? Telle était pourtant la voix qu'elle avait choisit de suivre. Enfant malheureuse, trimballé par de lieu en lieu, sans univers affectif équilibrant... Cela peinait presque le troubadour qu'était Emmett.

Emmett: - Tu sais, si tu le voulais, tu pourrais te libérer de tous ses poids qui t'empêche de vivre. Tu pourrais respirer un peu. Et on pourrait bien s'éclater ensemble.

Le garçon courut alors rapidement derrière le fauteuil, dépassa une mère qui poussait son enfant tranquillement. Emmett en profita pour tirer la langue à cette dernière. Comment donc faire comprendre à cette petite que la vie était belle et méritait d'être vécu ? Comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour au lycée [partie Jane et Emmett]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour au lycée [partie Jane et Emmett]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TANZANIE: Retour vers la vie sauvage ... Deuxième partie.
» Vendredi 13 part 8: L'ultime retour
» La Petite Sirène 2 : Retour à l'océan
» Dragon Ball Z; OAV 17, partie 1 - Fandub!
» A propos de Jane et d'Alec

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: