Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retour et grande discussion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Retour et grande discussion   Lun 15 Juil 2013 - 18:16

Esmée était inquiète, et cherchait de quoi s’occuper, quand son téléphone se mit à sonner. Elle s’empressa de répondre, et fût soulagée de voir que c’était Carlisle qui l’appelait. Elle décrocha à la hâte, s’empêchant de poser mille et une questions pendant que son mari lui racontait en vitesse qu’Aro les avait laissé partir avec Jane, mais que Jane était dans un sale état. Il lui demanda si elle voulait bien lui parler, pour savoir ce qu’Aro avait dit à Jane pour la mettre dans un état pareil. Esmée accepta, septique et de plus en plus inquiètes.  

Carlisle, Jane, Alice et Jasper arrivèrent peu de temps après qu’elle ait raccroché son téléphone. Dès qu’elle les apperçu, Esmée sauta au cou de son époux, puis serra dans ses bras, tour à tour Alice et Jasper pour finir par s’approcher de Jane, hésitante.


Esmée pris Jane à part, pour lui parler en privé.

-« Jane, je ne sais pas ce qu’Aro à bien pu te faire, ni te dire pour que tu reviennes dans un état pire que celui dans lequel tu étais avant. Mais, ce que je sais, c’est que, si jamais tu a besoin d’aide, bien que tu va me dire le contraire, si tu as besoin de parler, qu’on t’aides pour remonter la pente, nous sommes là. Seulement… Personne ne pourras t’aider si tu ne dis pas ce qu’il t’as dit. »

Esmée attendit que Jane ai une réaction quelconque. Mais elle attendit en vain. Comprenant que Jane ne lui dirait rien, à moins de l’y pousser, Esmée continua.

-« Libre à toi de me croire ou non, mais je sais ce que ça fait de tout gardez pour soi… Ca va finir par te détruire interieurement, par t’anéantir, doucement… Jane, tu ne devrais pas écouter Aro avec tout ce qu’il t’as déjà dit, tu ne devrais pas l’écouter.  Aro cherche seulement à t’anéantir pour se venger, pour te faire souffrir. Tu devrais le savoir, Jane. Tu le connais mieux que moi. »

Esmée regarda Jane droit dans les yeux.

-« Si tu l’écoute, si tu le crois, Jane, alors, Aro aura gagné. Et, il aura eu ce qu’il voulait.»
Esmée hésita à continuer, pour ne pas la brusquée, mais, le fit quand même.

-« Jane, on était mal en même temps que toi. On s'inquiète pour toi. Si tu n'es pas bien, on ne pourra pas l'être non plus. »

Esmée fixa d'avantage Jane, pour finir sur sa lancée.

-« Je n'ai pas besoin de te le prouver, mais je vais le faire tout de même. Crois-tu que Carlisle serait venue te chercher à Volterra si on ne s'inquiétait pas? »


Dernière édition par Esmée Cullen le Lun 15 Juil 2013 - 23:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Retour et grande discussion   Lun 15 Juil 2013 - 20:11

Jane fixait un point sur le mur, sans vraiment le voir. Elle était épuisée psychiquement, et même physiquement. Se retrouver ici lui sapait toutes ses forces, et la faisait re-plonger. Elle avait cru comprendre, à un moment, que les Cullen étaient ici. Mais pourquoi ? Que faisaient-ils ici ? Cela les amusaient tant que ça ? A moins qu'ils ne s'inquiète vraiment. Elle trouvait cela étrange...

Orlin entra et referma la porte, venant s'installer près d'elle. Il lui dit que Carlisle était là, comme si elle l'ignorait. Il lui prit les deux mains, alors qu'elle baissait la tête. Elle la releva doucement presque aussitôt la tête, croisant son regard. Il y avait très peu de chances qu'elle parte de toute façon.


Orlin - Je voulais te dire que...je t'aime sincèrement, de toutes les fibres de mon être, de tout mon cœur, de toute mon âme. Et même si c'est à cause de Chelsea, ça n'a pas d'importance. Ce qui compte c'est que maintenant je tiens à toi plus qu'a ma propre vie, et que, je réitère ma promesse, je ne te ferais jamais, jamais, jamais de mal. Tu sais maintenant ce que je ressens au plus profond de moi.

Elle ouvrit légèrement la bouche, puis la referma, touchée, se contentant de lui adresser un sourire tremblotant. Elle ne savait pas quoi lui répondre, ne sachant plus où elle en était elle-même. Tout à coup, Aro arriva en courant. En lui annonçant qu'elle partait. qu'elle... Elle... Vraiment ?! Comme ça, si simplement ? Il la saisit tout à coup à la gorge, la poussant contre le mur. Elle gémit, croisant son regard sanglant. Il se pencha à son oreille, dans un murmure.

Aro -  Ainsi donc, tu vas nous quitter pour de bon, ma chère... murmura-t-il à son oreille. Ravi de toutes ces années, sincèrement ! Avant que tu ne partes, il faut cependant que tu saches la vérité. Sur toi et ton frère... Pour que vous soyez efficaces, nous avions besoin que vous soyez unis comme les doigts de la main. Et pour cela, il a fallu vous laisser toujours ensemble, sans compter le petit coup de pouce de Sulpicia, qui resserrait votre lien petit à petit... Cela a été très efficace, d'ailleurs. Sans cela... Alec ne t'aurait jamais considérée comme sa jumelle adorée, sache-le. Même lui ne t'aimait pas, et surtout pas autant que tu le croyais. Ce n'était que manipulation.

Son cœur se glaça. Alec... Non, ce n'était pas possible ! Ça ne pouvait pas être vrai, pas ça, pas... Elle en tremblait, littéralement dévastée. Son frère... Son petit frère ne l'aurait-il donc pas aimé ? Elle devint blême, cherchant à se reprendre. Ces mots brûlaient son esprit, elle aurait voulu ne plus rien ressentir, ne plus rie entendre. Elle avait si mal au cœur en cet instant qu'elle aurait voulu en hurler. Aro la lâcha puis caressa sa joue.

Aro -  J'espère que tu arriveras à t'intégrer... Même si jusqu'ici tu en as été incapable. Oh, à propos.

Il lui saisit le poignet et la tira en avant. Lui fit voir quelque chose. Elle pâlit encore plus, sentant ses jambes la lâcher. Son cri se coinça dans sa gorge, ses larmes inexistantes alors qu'elle aurait tant voulu pleurer. Alec... Son petit frère... Plus aucun mot n'était suffisant pour traduire la douleur qu'elle ressentait. Elle ne réalisait pas où elle allait, ce qu'elle faisait. Elle était perdue au milieu des Ténèbres, ne savait plus comment en sortir.

Le temps devait passer, mais elle n'avait plus conscience de rien. Elle sentait juste qu'on la conduisait quelque part. Elle entendait des voix familières. Elle murmurait régulièrement le nom de son frère, déchirée. Et si c'était vrai ? s'il avait été comme Orlin, ne l'aimant que parce qu'il était manipulé ? Elle ne pourrait par s'en remettre. Car elle l'avait sincèrement aimé. Comment supporter que leur relation n'eût été qu'à sens unique ?

Encore plus tard, elle regarda autour. C'était le chalet blanc ? Elle baissa encore la tête, se demandant si la mort serait assez aimable pour venir la prendre dès maintenant. Elle l'aurait accueillie à bras ouverts si seulement elle pouvait venir tout de suite. Esmée fut tout à coup devant elle et l'entraîna à l'écart. Mmh ? Elle se laissa faire, et s'appuya contre un mur pour ne pas s'effondrer.


Esmée - « Jane, je ne sais pas ce qu’Aro à bien pu te faire, ni te dire pour que tu reviennes dans un état pire que celui dans lequel tu étais avant. Mais, ce que je sais, c’est que, si jamais tu a besoin d’aide, bien que tu va me dire le contraire, si tu as besoin de parler, qu’on t’aides pour remonter la pente, nous sommes là. Seulement… Personne ne pourras t’aider si tu ne dis pas ce qu’il t’as dit. »

Ce qu'il avait dit... Elle avait si peur de se le remémorer encore une fois. Et ne savait pas s'il valait de partager cette information. Et si les Cullen se moquaient d'elle ? Elle voulait... Disparaître, mourir...

Esmée - « Libre à toi de me croire ou non, mais je sais ce que ça fait de tout gardez pour soi… Ça va finir par te détruire intérieurement, par t’anéantir, doucement… Jane, tu ne devrais pas écouter Aro avec tout ce qu’il t’as déjà dit, tu ne devrais pas l’écouter.  Aro cherche seulement à t’anéantir pour se venger, pour te faire souffrir. Tu devrais le savoir, Jane. Tu le connais mieux que moi. »

Oui... Peut-être... Mais elle n'avait pas besoin d'Aro pour être détruite. La mort de son frère l'avait déjà anéantie. Et ce qu'Aro avait... En quoi aurait-il "gagné" si elle l'écoutait ? Lui seul savait si Alec avait été ou non manipulé. Et elle savait qu'il aurait été capable d'orchestrer ça. Esmée fit une légère pause, alors que Jane se retenait de toutes ses forces pour ne pas montrer son envie de pleurer.

Esmée - « Jane, on était mal en même temps que toi. On s'inquiète pour toi. Si tu n'es pas bien, on ne pourra pas l'être non plus. Je n'ai pas besoin de te le prouver, mais je vais le faire tout de même. Crois-tu que Carlisle serait venu te chercher à Volterra si on ne s'inquiétait pas ? »

Justement, elle ne comprenait pas pourquoi il faisait ça. Elle ne croyait plus qu'on pouvait tenir à elle, naturellement. Elle ne le croyait plus pour son frère... Et c'était bien ce qui lui faisait le plus mal. Mais, le dire ? Pour se faire haïr ou rejeter ? Il valait sans doute mieux rester seule... Tout garder pour soi, faire semblant d'aller bien... Sourire quand il le fallait, puis repartir, sans en dire plus. Continuer à "vivre", comme si de rien n'était. Et se laisser glisser dans l'ombre comme un vieux fantôme.

- De toute façon, murmura-t-elle, ce n'est pas normal qu'on puisse m'apprécier naturellement, enfin... Sans être manipulé...

Elle vit le visage d'Esmée se figer dans une expression de choc, puis elle fronça les sourcils. Jane se tassa un peu plus contre le mur. Elle n'était pas en état de subir d'autres reproches ou sentence. Pas encore. Elle avait dit cela d'une voix particulièrement faible. Elle regarda Esmée un bref instant, puis déclara :

- Je n'ai plus envie d'être rejetée... Même si Aro a... Enfin, il a peut-être raison, pour Alec. C'était peut-être faux, ça aussi.

Elle fixa de nouveau Esmée. Elle avait envie de se blottir dans ses bras, comme effacer la douleur, se protéger, mais elle allait la repousser, ou vouloir la repousser sans oser. Elle tendit une main tremblante, effleurant celle d'Esmée, puis la retira aussitôt.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour et grande discussion   Lun 15 Juil 2013 - 22:52

-Jane- De toute façon, murmura-t-elle, ce n'est pas normal qu'on puisse m'apprécier naturellement, enfin... Sans être manipulé...

Esmée n’en croyait pas ses oreilles. Avait-elle bien entendu ? Elle était tellement choquée que cela devait se voir sur son visage. Esmée fronça les sourcils, en réfléchissant. Jane avait beau l’avoir dit très faiblement, Esmée l’avait entendu. Mais pourquoi pensait-elle cela ? Si elle le pensait, c’était surement à cause d’Aro. À moins qu’elle n’ait une autre raison de le penser ? Esmée vit Jane se tasser encore plus contre le mur. Jane la fixait avant de continuer sur sa lancée.

-Jane- Je n'ai plus envie d'être rejetée... Même si Aro a... Enfin, il a peut-être raison, pour Alec. C'était peut-être faux, ça aussi.

Aro lui avait donc dit cela ? Esmée lâcha un soupir. Comment lui faire comprendre le contraire ? Le « peut-être » prouvait à Esmée qu’elle n’en était pas persuadée. Esmée sentit le regard de Jane se poser sur elle. Elle aperçu et sentit la main de Jane, un court instant, avant de la voir la retirer. Esmée s’approcha de Jane, et la prit dans ses bras, en douceur, ayant, pendant un court instant, peur qu’elle ne la repousse. À sa grande surprise, Jane s’accrocha à elle, en silence. Esmée la serra, pour lui montrer qu’elle était là. Elle voulait la rassurer, et non pas l’abandonnée.

-« Bien sur que si, Jane. Il suffit d’apprendre à te connaitre. Alec t’appréciait. Il n’est pas possible d’en douter. Cela se voyait comme le nez au milieu de la figure, Jane. C’est ton jumeau. Et, les jumeaux ont toujours un lien très fort. Chaque être vivant mérite qu’on apprenne à le connaitre, qu’on s’inquiète pour lui. D’avoir une deuxième chance. Nous n’avons pas été manipulés, pourtant on t’apprécie et ça, n’en doute pas.»

Esmée avait dit cette phrase, calmement, ni trop fort, ni trop faiblement. Afin d’être sûre qu’elle comprenne bien ce qu’elle lui disait. Esmée voulait le lui faire comprendre.

-« Chaque personne peut être appréciable. Si, cette dite personne se laisse approcher, connaitre. Et le permet aux autres. »

Esmée la relâcha, puis la fixa, droit dans les yeux, pour dire, avec la plus grande des sincérités :

-« Jane, peu importe ce qu’à dit Aro, n’y pense pas. Et ne garde pas tout pour toi. Même les vampires peuvent voir leur santé mentale altérée à force de tout garder pour soi. Communique avec nous, et tu verras. Tu verras qu’il est simple d’apprécier les autres. Je ne te demandes pas d’oublier tout ce que tu as vécu jusqu’ici. Je te demande simplement de ne pas tout garder pour toi. Aro t’a menti, Jane. Il t’a menti. Dans le seul et unique but de t’anéantir encore plus. De te faire sombrer. »
Revenir en haut Aller en bas
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Retour et grande discussion   Mar 16 Juil 2013 - 22:31

Esmée avait soupiré, et elle crut qu'elle allait se mettre à hurler. Ou ricaner, se moquer, au choix. Jane soupira à son tour, se sentant ridicule. Elle avait presque 350 ans, mais des désirs d'enfant. C'était risible. Risible qu'elle puisse encore rêver à la possibilité d'avoir une famille. N'est-ce pas ? Ce n'était pas pour elle, point. Certains étaient faits pour en avoir et d'autres non. Elle sursauta lorsqu'Esmée la prit dans ses bras, en douceur. Et Jane ne pu s'empêcher de s'accrocher à elle, sans dire un mot. Avœu de faiblesse, lui souffla son subconscient, qu'elle envoya au diable. Quand la laisse se conduire comme une enfant, pour une fois, juste pour cette fois.

Esmée -« Bien sur que si, Jane. Il suffit d’apprendre à te connaître. Alec t’appréciait. Il n’est pas possible d’en douter. Cela se voyait comme le nez au milieu de la figure, Jane. C’est ton jumeau. Et, les jumeaux ont toujours un lien très fort. Chaque être vivant mérite qu’on apprenne à le connaitre, qu’on s’inquiète pour lui. D’avoir une deuxième chance. Nous n’avons pas été manipulés, pourtant on t’apprécie et ça, n’en doute pas.»

Mais justement... Si Alec avait été manipulé, il ne pouvait que l'apprécier. Aro avait dit qu'il avait besoin d'un duo fort, et qu'il pourrait arranger leurs relations dans ce but. Elle ne savait plus ce qu'elle devait croire, terrorisée à l'idée que cette histoire soit vraie. Quoi qu'en dise Esmée, elle restait persuadée, au plus profond de son cœur, qu'un être humain normal ne pouvait l'apprécier. Elle l'avait suffisamment vécu lors de sa vie à Volterra.

Esmée -« Jane, peu importe ce qu’à dit Aro, n’y pense pas. Et ne garde pas tout pour toi. Même les vampires peuvent voir leur santé mentale altérée à force de tout garder pour soi. Communique avec nous, et tu verras. Tu verras qu’il est simple d’apprécier les autres. Je ne te demandes pas d’oublier tout ce que tu as vécu jusqu’ici. Je te demande simplement de ne pas tout garder pour toi. Aro t’a menti, Jane. Il t’a menti. Dans le seul et unique but de t’anéantir encore plus. De te faire sombrer. »

Mais comment être sûr ? Car elle savait qu'il était bel et bien capable de faire ça... Capable de pousser à ce point ruse et manipulation. Capable de tout pour assurer sa force. Elle le connaissait, et avait vu beaucoup de choses en Italie. C'était comme le jour où Bella avait découvert qu'elle avait un don. Jane avait aussitôt reconnu, identifié un bouclier. Les dons de ce genre étaient rares mais précieux. Physiques ou mentaux, ils constituaient une puissante protection.

Elle se détacha doucement d'Esmée, ne sachant comment lui confier ses doutes. Parler, se confier, communiquer, c'était facile à dire, difficile à faire. Elle s'appuya à nouveau contre le mur, histoire de cacher ses tremblements.

- Il est capable d'avoir fait ça. J'ai assez vécu avec eux pour le savoir... et on ne peut plus vérifier. Et puis... Je ne vais pas vous déranger en parlant ou... J'ai pris l'habitude de tout garder pour moi, que ça aille ou non. Je ne parlais à personne d'autre que mon f...

Elle s'interrompit brusquement, et prit une grande inspiration. Elle sortit de la pièce, hésita un bref moment dans le couloir, puis sortit dehors. L'air frais lui fit du bien. Elle supportait de moins en moins de rester enfermée longtemps quelque part. Elle partit en marchant, sur un petit chemin serpentant entre les arbres. Elle avait encore du mal à marcher seule longtemps, et devait souvent s'arrêter, pour "souffler". Elle finit par arriver en haut de la butte, et s'assit contre un rocher. Elle voyait le chalet en contrebas.

Elle était contente d'être seule, même si elle savait qu'elle n'allait pas le rester longtemps. Elle ferma les yeux, réfléchissant. Elle replia les jambes contre elle, serrant ses bras autour de sa poitrine. Elle rouvrit les yeux, pelotonnée dans une aspérité du rocher.


- Pourquoi es-tu parti sans moi ? murmura-t-elle dans le vide.

Seul le silence lui répondit. Elle se mordit les lèvres, sentant à nouveau le poids écrasant de la solitude. Parler toute seule ne la dérangeait pas le moins du monde en revanche. Enfin, seule... L'air se brouilla tout à coup, et son frère apparut, assis près d'elle. Elle tourna la tête vers lui, pâle comme une morte.

- Il y a eu grand-père, puis papa et maman, et maintenant toi, murmura-t-elle. Mais... Est-ce que tu crois que papi savait tout ?

Alec - Comment ça ?

- Il savait... Il savait pour les Volturi, quand ils sont venus chez nous. Il savait pour nos dons, et voulait nous apprendre à les contrôler.

Sa voix faiblit et finit par s'éteindre. Son frère disparut sans un bruit ni un souffle. Elle gémit puis se coucha sur la pierre, les mains sur le visage. Elle voulait mourir.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Edward Elric

Alchimiste

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 623
DC : Aucun

MessageSujet: Re: Retour et grande discussion   Mer 17 Juil 2013 - 14:29

La voiture filait vers le chalet blanc. Jasper était infiniment soulagé. Les choses s'étaient déroulées on ne peut plus rapidement et de façon rapide, avec ça. Il avait maintes fois craint pour la vie de son père et celle de sa femme, mais tout c'était bien passé. En revanche, il n'avait strictement rien compris à la réaction d'Aro. Enfin. L'essentiel restait qu'ils avaient pu récupérer Jane sans dégâts.

Jane ne disait rien, blottie sur son siège. De temps en temps, elle murmurait le nom de son frère, puis s'enfermait dans son mutisme. Jasper n'était même pas certain qu'elle avait conscience d'être avec eux, qu'ils la ramenaient au Népal, il n'était pas sûr qu'elle ait compris avoir quitté Volterra. Que lui avait dit Aro pour la mettre dans cet état ? Lorsqu'ils arrivèrent, Esmée se précipita sur eux pour les serrer dans ses bras, puis emmena Jane à l'écart pour lui parler. Les choses étaient revenues dans l'ordre.

Alice s'était précipitée, elle, sur sa nièce. Il eut un sourire en la voyant faire asseoir Renesmée pour la coiffer. Il était en train de raconter à Bella les nombreuses fois où sa femme avait voulu le traîner à faire du shopping lorsqu'ils virent Jane sortir de la pièce où elle était avec Esmée, puis filer dehors. Elle ne perdait vraiment pas de temps. Bella la suivit directement, et Jasper lui emboîta le pas. Bella tenta bien de le renvoyer à l'intérieur, déclarant qu'elle pouvait s'en sortir seule, et il se contenta de lui sourire, les mains dans les poches. Ce n'était pas une traque très difficile. Jane s'arrêtait souvent, comme si elle était au bord de l'évanouissement. Possible, pour un vampire ?


Bella - Rentre, marmonna Bella. On ne peut pas savoir comment elle va réagir, vu son état.

- De nous tous, ma très chère sœur, je suis celui qui sera le plus à même de la calmer. Tu as déjà oublié ?

Bella - Sauf que sa peine est grande, tu l'as entendu comme moi. Si ton don est inefficace face au sien... Je ne veux pas qu'il t'arrive quelque chose, à toi aussi.

Il se contenta de hausser les épaules et poursuivit, sans s'occuper le moins du monde des regards lourds de sa sœur et de son agacement. Il n'était pas en sucre non plus ! Même s'il se prenait le don de Jane, ce n'était pas grave. Jane finit par s'arrêter dans un promontoire rocheux. Elle était assise, recroquevillée plutôt, dans un coin, face au vide.

Jane - Pourquoi es-tu parti sans moi ?

Pas difficile de deviner à qui elle parlait... Il comprenait, un peu. En tout cas, il ressentait tout ce qu'elle ressentait, et cette douleur était affreuse. Pas étonnant qu'elle veuille se suicider... Ils étaient à l'écart, histoire de la laisser un peu seule. Tant qu'elle ne se jetait pas dans le vide, c'était bon. Soudain, il sentit qu'elle avait encore une hallucination. Il se tendit et le dit à Bella. Elle prit aussitôt un air concentré, voulant sans doute utiliser son don.

Jane - Il y a eu grand-père, puis papa et maman, et maintenant toi, murmura-t-elle. Mais... Est-ce que tu crois que papi savait tout ?

Il plissa les yeux. elle parlait sans doute toujours à son frère. Mais il ne l'avait jamais entendu mentionner son grand-père, pas une seule fois. Il était assez... bizarre de lui découvrir toute une famille, en plus d'Alec, comme un aperçu de ce qu'avait été sa vie avant les Volturi.

Jane - Il savait... Il savait pour les Volturi, quand ils sont venus chez nous. Il savait pour nos dons, et voulait nous apprendre à les contrôler.

Jasper échangea un regard perplexe avec Bella. Comment le grand-père des jumeaux aurait-il pu savoir quoi que ce soit sur les Volturi ? Ou sur les dons de ses petits-enfants ? C'était... Enfin, autant remettre les questions à plus tard. Jane était allongée par terre, les deux mains sur le visage. Il dit à Bella de rester avec elle et partit en courant.

Il revint plus tard avec une gourde remplie de sang animal. La posant par terre, il fit redresser Jane et la retint par les poignets. Elle avait les yeux très noirs, et emplis de souffrance. Pendant qu'il la retenait, il encouragea Bella à la faire boire. Elle hésita, mais finit par s'emparer de la gourde, glissa ses doigts sur le cou de Jane pour lui renverser légèrement la tête en arrière, et posa le goulot sur ses lèvres pour y faire couler le sang. Jane tressaillit et tenta de se débattre, mais elle n'avait plus aucune force.


- On fait ça pour ton bien, dit-il. Car contrairement à ce que tu crois, on ne compte pas t'abandonner.

Il la souleva dans ses bras, coupant net ses protestations grâce à une grosse vague de calme qui l'assomma complètement. Retournant au chalet, il l'installa dans sa chambre, allongée sur le lit. Il n'y avait pas grand-chose à faire de plus. Sortant avec Bella, il vit, posé sur un guéridon, le fameux carnet noir d'Alec, apporté par Orlin. Il s'assit et l'ouvrit, curieux. Bella le lui prit, l'air réprobatrice.

Bella - On ne devrait pas, c'est pas à nous.

- Mais on pourrait peut-être y trouver un truc pour lui remonter le moral.

Bella - Mais elle saura d'office qu'on aura ouvert le carnet. Lire le journal intime d'une fille, c'est... Tu sais pas à quoi tu t'exposes.

- C'est un simple carnet à dessins, Bella... Et qui appartenait à Alec, en plus.

Bella - Mais tu sais qu'ils étaient très liés... Toucher à l'un, c'est toucher à l'autre.

- Justement... Ce n'est qu'avec ce qu'Alec a laissé derrière lui qu'on pourrait trouver un moyen d'aider sa sœur, et tu le sais.

Elle se mordit les lèvres, hésita un très long moment, puis finit par le lui rendre. Ils s'assirent côte à côte et ouvrirent le carnet. Le premier dessin représentait une jeune femme, à l'air assez dur et aux yeux très bleus, en compagnie d'un homme semblant un peu plus vieux qu'elle. En bas de la page, Alec avait inscrit, d'une belle écriture, "Eric et Gwendoline Wilke". Leurs parents, cela ne faisait absolument aucun doute. Le second dessin, montrait Jane, à quatre ou cinq ans, endormie dans son lit. C'était troublant, comme scène d'innocence. Il tourna les pages. Toute la première partie du carnet était consacré à leurs parents, ainsi qu'à Jane. Parfois, deux ou trois personnes qu'ils ne pouvaient reconnaître. Une personne revenait souvent. Un vieil homme, avec le même air dur que la mère des jumeaux, représenté avec une vieille pipe coincée entre les dents. Il avait un perpétuel sourire ironique et railleur, et des yeux pleins de défi. Jasper le tapota du doigt.

- Tu crois que c'est lui, leur grand-père ?

Bella - C'est possible... Il n'y a aucune indication ?

- Juste son prénom, James. Puis une date, 26 Novembre 1709.

Il tourna la page. Changement de décor. Alec s'était dessiné avec sa sœur, dans une petite maison, en compagnie d'un couple plus âgé. Ils semblaient avoir dix ans. Habillés avec la mode Italienne du dix-huitième siècle. Là encore, une simple date, 4 Juin 1714.

- Un an avant leur transformation, murmura Jasper. Ils ont onze ans.

Le dessin suivant les représentait tous les deux, une fois de plus. Mais cette fois-ci, vampires. L'air perdu et les yeux d'un beau rouge sang. On distinguait des ombres derrière eux, qui ne pouvaient être que les Volturi. Sur les autres esquisses, on pouvait voir Volterra, selon différents points de vues, Jane, des autoportraits d'Alec, des dessins d'eux deux. L'un représentait Jane souriante et détendue, comme personne ne l'avait jamais vu, à part son frère. Plusieurs pages après, il hoqueta de surprise, en tombant sur des portraits d'eux, des Cullen, deux de Marie-Emmanuelle, d'Eléazar... Soufflé, il eut un temps d'arrêt, puis jeta un coup d'œil à Bella. Elle était choquée puis fixa les dessins à nouveau, comme pour vérifier.

Bella - Mais... C'est nous ?

- Oui... Regarde la date, on était toujours à Forks. Et ceux-là, les derniers, ont été faits encore après... C'est dingue, j'aurais jamais cru ça.

Bella - Moi non plus... Surtout à ce moment-là. On les a peut-être un peu trop brusqués ou jugés trop vite.

- Et là, magnifique portrait de toi avec Nessie dans les bras... C'est le dernier de nous. Il re-dessiné sa sœur jumelle, après. Au moins, on a la preuve qu'Alec nous aimait bien.

Bella sourit, comme attendrie. Ils arrivaient à la fin du carnet. Le dernier dessin représentait Jane, assise sur la véranda du chalet blanc. Alec avait enjolivé le prénom de sa jumelle, puis inscrit une phrase "Ensemble à jamais." Le carnet s'arrêtait là. Jasper le referma, troublé.

- Il y a des trucs qu'il faut voir pour le croire, murmura-t-il.Mais maintenant, on sait qu'Alec nous appréciait, et que Jane aussi, vraisemblablement, même si elle n'osera jamais l'avouer. En tout cas, Bella, on pourrait se servir de ça pour prouver à Jane que son frère tenait véritablement à elle et qu'Aro n'y est pour rien.

Il faisait tourner le carnet entre ses doigts, encore hésitant.

- Qu'est-ce qu'on fait ? On tente le coup ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t86-emmett-cullen-validee#99
Riza Mustang

Lieutenant

avatar

Statut :
  • Fondatrice
  • Graphiste
Messages : 3265
DC : Nop

MessageSujet: Re: Retour et grande discussion   Jeu 18 Juil 2013 - 15:51

Aro avait encore fait un sale coup. Dès que Carlisle eut passé la porte avec Jasper, Alice et Jane à la grande surprise de tout le monde, Bella remarqua qu’il s’était passé quelque chose. Oui, ils avaient récupéré Jane… Mais dans quel état ? Tout ce qu’ils avaient fait était à recommencer. Ils devaient ramasser l’ex-Volturi à la petite cuillère à cause de son ancien clan. Ancien clan qui s’était, pourtant, toujours prétendu être sa vraie famille, qui avait toujours dit qu’il l’aimait pour elle et non pas pour son don. Bon, d’accord, Bella n’y avait jamais cru. Elle avait toujours su, comme l’ensemble des Cullen, qu’Aro ne la voulait que pour son don et non pas pour une quelconque filiation qu’il s’amusait à revendiquer face à la loi.

Mais soit. Tout cela était terminé. Ils allaient peut-être devoir remonter Jane, mais ce serait la dernière fois. Elle serait tranquille après, n’ayant plus jamais aucun lien avec les Volturi. Sauf si Aro préparait un autre mauvais coup… Peut-être. Peut-être pas. Bella se méfiait des Volturi au plus haut point, elle ne leur faisait pas du tout confiance, mais peut-être avaient-ils une parole après tout. Pour l’instant, elle pesait le pour et le contre, tentait d’évaluer les risques et les chances pour que Jane reste avec eux, loin des Volturi. Elle n’écoutait donc que d’une oreille distraite ce que lui racontait Jasper même si elle compatissait. L’imaginer dans les magasins avec Alice, à faire de nombreux essayages… Hum. Au moins, il avait le chic pour lui changer les idées et pour la faire penser à autre chose, même si tous écoutaient attentivement ce que se disaient Esmée et Jane. Oui, c’est pas bien, et alors ? Il faut bien utiliser un autre moyen pour savoir ce qu’il s’était passé puisque Jane ne voulait pas parler. Bella était peut-être mal placée pour parler, sûrement même, mais l’état de l’ex-Volturi était plus critique que le sien.

D’ailleurs… La voilà qui sortait précipitamment du Chalet, seule, plus déprimée que jamais. Sans attendre une minute de plus, Bella la suivit sans être trop près pour lui laisser un peu d’intimité. Si elle la suivait, c’était uniquement pour l’empêcher de faire une quelconque bêtise. Il ne fallait pas qu’elle laisse Aro gagner, il fallait qu’elle se batte. Et la nouvelle-née savait que Jane avait des tendances suicidaires ces derniers mois, alors inutile de tenter le diable. Seulement, à peine Bella fut-elle sortie qu’elle entendit quelqu’un lui emboîter le pas : Jasper. Ah non hein ! Cette fois, elle ne voulait prendre aucun risque, elle ne voulait pas qu’un Cullen souffre comme la dernière fois ! Elle protesta longuement tout en suivant Jane mais son cher « frère » ne changea pas de direction pour autant.

Bella – Rentre. On ne peut pas savoir comment elle va réagir, vu son état.

Jasper – De nous tous, ma très chère sœur, je suis celui qui sera le plus à même de la calmer. Tu as déjà oublié ?

Bella – Sauf que sa peine est grande, tu l'as entendu comme moi. Si ton don est inefficace face au sien... Je ne veux pas qu'il t'arrive quelque chose, à toi aussi.

Pff, celui-là… Elle allait râler lorsque Jane s’arrêta, comme si elle allait tomber. Aïe… Non. Non. Non. Non. Pas cette fois. Elle était sur une espèce de colline en pierre, effondrée à terre, et regardait dans le vide. Elle parlait à quelqu’un… Alec. Jasper se tendit soudain et avertit Bella que Jane avait une nouvelle hallucination. Elle l’avait déjà deviné, mais la confirmation de quelqu’un d’autre lui donna « l’alerte », elle se concentra, essayant de projeter son bouclier sur Jasper et elle et non plus sur elle. Voir le bouclier. Voir le bouclier. Voir le bouclier. Elle sentit alors une légère décharge, comme un léger voile qui se détacha d’elle, qui prenait du volume, s’amplifiant, enveloppant Jasper qui se tenait non loin d’elle. Elle avait réussi. Il ne lui avait jamais réellement appris à utiliser son don, lui donnant seulement un conseil vite fait dans l’urgence, mais c’était déjà cela.

Jane parla alors de son grand-père. Hein ? Lançant un regard étonné à Jasper, Bella reporta son attention sur l’ex-Volturi alors que celle-ci s’allongea à terre, les deux mains sur le visage. Jasper lui dit de rester ici avec Jane, il allait chercher du sang. Elle acquiesça et s’approcha doucement de Jane, attendant qu’il revienne. Bella s’approcha de Jane, voulut la prendre et la redresser mais… Il valait mieux attendre Jasper. Elle était moins forte, maintenant, le sang humain étant moins présent dans son organisme. Elle l’avait évacué, peu à peu, et Jasper était donc plus qualifié pour s’occuper de Jane, il connaissait les techniques. C’est pour cela que, lorsqu’il revint avec une gourde de sang animal, elle le laissa prendre Jane à sa manière après qu’il lui eut donné la gourde. Heu… Mauvaise idée, peut-être.  Forcer quelqu’un à s’alimenter n’était pas dans ses habitudes… Bella allait demander à Jasper s’il était sûr de lui mais il l’encouragea à le faire. D’accord… Elle glissa ses doigts autour du cou de Jane avec un regard désolé, posa la gourde contre ses lèvres et fit couler son contenu dans la gorge de leur réfugiée. Elle tressaillit, voulant se débattre, mais elle n’avait aucune force. Bella se mordit les lèvres et Jasper répondit à sa place.

Jasper – On fait ça pour ton bien. Car contrairement à ce que tu crois, on ne compte pas t'abandonner.

Ils la ramenèrent ensuite au chalet, Jasper la prenant dans ses bras, suivi de Bella. Elle l’attendit hors de la chambre, le laissant déposer Jane alors qu’elle réfléchissait à ce qu’ils avaient entendu. Leur grand-père… Imaginer une famille à Jane, en dehors de son frère, était très étrange. Certes, Bella avait déjà imaginé qu’ils avaient eu des parents, comme tout le monde à cette époque-là, mais imaginer quelqu’un d’autre… Peut-être cela pouvait-il les aider ? Jasper ressortit après quelques minutes et s’approcha du guéridon, endroit où était posé le carnet d’Alec. Il le prit et l’ouvrit. Hein ?! Mais non ! Ce n’était pas à eux, ils ne pouvaient pas ! C’était comme ouvrir le journal intime d’une fille ! Sans le laisser regarder une page de plus, Bella prit le journal des mains de Jasper. Hors de question qu’il le lise !

Bella – On ne devrait pas, c'est pas à nous.

Jasper – Mais on pourrait peut-être y trouver un truc pour lui remonter le moral.

Bella – Mais elle saura d'office qu'on aura ouvert le carnet. Lire le journal intime d'une fille, c'est... Tu sais pas à quoi tu t'exposes.

Jasper – C'est un simple carnet à dessins, Bella... Et qui appartenait à Alec, en plus.

Bella – Mais tu sais qu'ils étaient très liés... Toucher à l'un, c'est toucher à l'autre.

Jasper – Justement... Ce n'est qu'avec ce qu'Alec a laissé derrière lui qu'on pourrait trouver un moyen d'aider sa sœur, et tu le sais.

Hum. Jasper marquait un point, là. Mais c’était très bas de sa part d’utiliser un tel argument. Bella continuait à penser que ce n’était pas bien de chipoter dans les affaires qui ne leur appartenaient pas, mais… Si cela pouvait aider Jane ? Si, grâce à lui, ils pouvaient trouver une preuve qui montrerait qu’Alec l’aimait vraiment ? Que ce n’était pas qu’à cause d’Aro et de ses plans tordus ? Qu’il tenait véritablement à Jane, et pas seulement grâce à un lien fictif ? D’un autre côté… Ils ne pouvaient pas rester là, sans rien faire. Et Jane leur en voudrait peut-être, sûrement même, mais si cela pouvait l’aider à aller mieux… Se mordant les lèvres, Bella regardait le carnet qu’elle avait entre les mains. Peut-être trouveraient-ils des réponses là-dedans. Elle hésita un long moment, mais finit par le rendre à Jasper. Il l’ouvrit.

A l’intérieur, des portraits. De leurs parents et d’une personne qui revenait souvent et qui semblait être leur grand-père après une brève discussion. A première vue, ce carnet contenait des portraits de personnes que les jumeaux aimaient, appréciaient, ou qui étaient importantes pour eux, qui avaient une place bien spécifique dans leur cœur. Parfois, il y avait des portraits de Jane, innocente et jeune, une légère tristesse déjà présente dans les yeux. Ensuite, des dessins d’un couple plus âgé que Bella ne connaissait pas… Jasper non plus, d’ailleurs, vu sa tête. Ils découvraient des personnes qu’ils ne connaissaient pas, n’avaient jamais vu et ne verrai probablement jamais, si ce n’est en souvenirs. Et encore, dans ce cas, seul Edward le verrait. Mais ce n’était pas le plus perturbant, triste ou choquant… Ils tombèrent sur un dessin d’eux. A Forks. Non… C’était impossible. Se penchant pour vérifier une nouvelle fois, Bella ne put s’empêcher de demander, même si c’était inutile :

Bella – Mais... C'est nous ?

Jasper – Oui... Regarde la date, on était toujours à Forks. Et ceux-là, les derniers, ont été faits encore après... C'est dingue, j'aurais jamais cru ça.

Bella – Moi non plus... Surtout à ce moment-là. On les a peut-être un peu trop brusqués ou jugés trop vite.

Jasper – Et là, magnifique portrait de toi avec Nessie dans les bras... C'est le dernier de nous. Il a re-dessiné sa sœur jumelle, après. Au moins, on a la preuve qu'Alec nous aimait bien.

Et Bella qui pensait que Jane la détestait, tout comme Alec… Qu’ils les détestaient.  Mais là, ils avaient la preuve que non. Ils arrivaient doucement à la fin du carnet, Jasper tourna la page. Un dessin de Jane était reproduit, dans le Chalet Blanc, avec l’inscription « Ensemble à jamais » écrite en-dessous du portrait. Il aimait sa sœur. Pas seulement à cause d’un lien, pas seulement à cause d’une manipulation d’Aro. Non, il aimait vraiment sa sœur. Ils en avaient la preuve… Alec n’avait jamais été manipulé pour cela. Mais, concernant les autres dessins… Oui, c’était troublant. Bella ne l’aurait jamais cru sans avoir de preuve, en tout cas. Ce fut Jasper qui brisa le silence le premier, disant tout haut ce qu’elle pensait tout bas.

Jasper – Il y a des trucs qu'il faut voir pour le croire. Mais maintenant, on sait qu'Alec nous appréciait, et que Jane aussi, vraisemblablement, même si elle n'osera jamais l'avouer. En tout cas, Bella, on pourrait se servir de ça pour prouver à Jane que son frère tenait véritablement à elle et qu'Aro n'y est pour rien.

En effet… C’était une idée. Qu’avaient-ils d’autre à faire, de toute façon ? C’était leur seule option, la dernière chose à faire. Aro avait peut-être fait un sale coup en disant cela, il avait peut-être anéanti Jane pour se venger, mais tout n’était pas perdu. Aussi, Bella avait déjà sa réponse en tête lorsque Jasper posa sa question :

Jasper – Qu'est-ce qu'on fait ? On tente le coup ?

Bella – Que peut-on faire d’autre ? Il le faut, oui. Mais on doit en parler à Carlisle d’abord, il saura comment on peut se servir de ce carnet. Mais je t'avoue que l'idée de parler à Carlisle me fait un peu peur. Lui dire qu'on a fouillé dans les affaires des jumeaux c'est très, très dangereux...


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t717-isabella-marie-swan-cullen-validee
Lust

Médecin

avatar

Statut :
  • Modérateur/trice
  • Graphiste
  • Journaliste
  • Maitre du Jeu
Messages : 995
DC : Non

MessageSujet: Re: Retour et grande discussion   Jeu 18 Juil 2013 - 23:23

[Avec l'autorisation de Bella !]

Elle sentait la pierre fraîche contre sa joue, le vent qui jouait avec ses cheveux. Pas un bruit, pas un son. Ses mains cachant ses yeux, elle essayait de se reprendre, de se détendre. Aucune douleur au monde, aussi puissante soit-elle, ne fera revenir son frère, elle le savait. Rien ne servira. Et elle avait si peur qu'Aro ne lui ai dit la vérité... Tout s'effondrait comme un vulgaire château de cartes. Elle n'avait plus aucun repères depuis la mort de son jumeau.

Il y eut tout à coup du mouvement auprès d'elle. Puis deux mains dures lui saisir les bras et l'appuyer contre la paroi rocheuse. Elle rouvrit brusquement les yeux, apeurée, mais ce n'était que Jasper et Bella. Le soulagement fut cependant de très courte durée lorsqu'elle sentit l'odeur s'échappant de la gourde que tenait sa "sœur". Mais... Non, elle ne voulait pas boire ! Elle espérait encore pouvoir mourir en refusant de se nourrir assez longtemps. Elle voulut s'écarter et se rendit compte que Jasper l'avait immobilisé. Bella la pris tout à coup par la gorge pour la forcer à ouvrir la bouche et boire. Elle s'agita, buvant malgré elle. Ils n'avaient pas le droit de faire ça ! Elle ne pouvait même plus se défendre, et c'était très bas de leur part d'en profiter.


Jasper – On fait ça pour ton bien. Car contrairement à ce que tu crois, on ne compte pas t'abandonner.

Il la souleva dans ses bras d'un mouvement souple. Elle protesta vivement en quittant le sol, voulant rester là et où elle était, et elle pouvait marcher seule. Soudain, un calme artificiel et lourd la toucha de plein fouet. Elle retint un gémissement, ne pouvant plus se débattre. Mais intérieurement, elle rageait de se faire ramener ici, comme un enfant qu'on doit porter. Il ne se rendait pas compte à quel point c'était humiliant ?! Ni lui ni Bella ? Ils rentrèrent au chalet, et Jasper la déposa sur un lit. Au moins, il la laissa tranquille aussitôt...

Elle referma les yeux. Elle se sentait épuisée, malade même, même si c'était strictement impossible. Elle serra ses bras autour d'elle, cherchant quelque chose pour lui occuper l'esprit. N'importe quoi, poiurvu qu'elle ne songe pas à la disparition de son jumeau. Mais c'était impossible. Il occupait ses pensées jour et nuit, sans trêve ni repos, sans qu'elle puisse rien y faire. Elle entendait vaguement Jasper et Bella parler, mais n'y prêtait pas attention. Est-ce que son petit frère l'avait vraiment aimé ? Oui ou non ? Ou n'était-ce que manipulation ?


Bella – Mais... C'est nous ?

Jasper – Oui... Regarde la date, on était toujours à Forks. Et ceux-là, les derniers, ont été faits encore après... C'est dingue, j'aurais jamais cru ça.

Bella – Moi non plus... Surtout à ce moment-là. On les a peut-être un peu trop brusqués ou jugés trop vite.

Jasper – Et là, magnifique portrait de toi avec Nessie dans les bras... C'est le dernier de nous. Il a re-dessiné sa sœur jumelle, après. Au moins, on a la preuve qu'Alec nous aimait bien.

Elle rouvrit les yeux, la bouche entrouverte, perplexe. De quoi parlaient-ils ? Alec avait... Non. Non, ça ne pouvait pas être ce à quoi elle pensait ! Ils n'auraient tout de même pas osé... Pas osé regarder le carnet à dessins de son frère ?! Non, ce n'était pas possible. Aucun Cullen ne serait assez mesquin, assez horrible pour prendre le carnet d'Alec et le consulter. Ils n'étaient tout de même pas comme ça. Non, ils ne feraient pas ça.

Jasper – Il y a des trucs qu'il faut voir pour le croire. Mais maintenant, on sait qu'Alec nous appréciait, et que Jane aussi, vraisemblablement, même si elle n'osera jamais l'avouer. En tout cas, Bella, on pourrait se servir de ça pour prouver à Jane que son frère tenait véritablement à elle et qu'Aro n'y est pour rien.... Qu'est-ce qu'on fait ? On tente le coup ?

Bella – Que peut-on faire d’autre ? Il le faut, oui. Mais on doit en parler à Carlisle d’abord, il saura comment on peut se servir de ce carnet. Mais je t'avoue que l'idée de parler à Carlisle me fait un peu peur. Lui dire qu'on a fouillé dans les affaires des jumeaux c'est très, très dangereux...

Ils avaient... Vraiment... Glacée, elle se leva, se tint une seconde à la table de chevet, puis ouvrit brusquement la porte. Bella se figea totalement, et elle croisa brièvement le regard de Jasper avant de tomber sur le carnet d'Alec, entre ses mains. Ils avaient vraiment osés. Ils l'avaient vraiment regardés ! Elle serra les dents, furieuse et bouleversée. Ils n'avaient pas le droit ! Un horrible sentiment de trahison s'insinua en elle comme un poison. Elle s'avança et arracha le carnet des mains de Jasper, "en larmes" et blême, folle de rage.

- C'EST TOUT CE QUI ME RESTE DE MON FRÈRE A PART LES SOUVENIRS !! hurla-t-elle. ET VOUS, VOUS VOUS PERMETTEZ DE JOUER AVEC COMME ÇA ?!

Bella devint blême à son tour, et se rapprocha de Jasper, sans un mot. Jane les regarda tour à tour, serrant le carnet noir contre elle, comme pour le protéger et se protéger. Elle tourna lentement les talons, ne voulant que s'éloigner de ces deux-là le plus possible. Elle ne pouvait plus supporter de les voir, pas après qu'ils aient regardés le carnet de son frère. Tout à coup, Bella lui emboîta le pas. Ce fut la goutte de trop. Jane se retourna sèchement, tous ses réflexes acquis lors de longues heures d'entraînement lui revenant d'un bloc, et elle frappa la Cullen de toutes ses forces, l'envoyant violemment valser contre le mur.

- Fous-moi la paix !

Bella – C'était pour t'aider ! dit-elle en se relevant. On ne comptait pas le crier sur tous les toits non plus, tu nous connais ou pas ? Il n'y a aucune honte à avoir dans le fait de tenir à des gens !

- Ce n'est pas ça le problème, gronda Jane en se rapprochant d'elle. Ce qu'il y a là-dedans est personnel, si j'avais envie que tout le monde le voit, j'aurais fait une exposition ! Tu sais qui sont tous "ces gens", comme tu dis ? Nos parents biologiques, notre grand-père, le couple qui nous avait accueillis et élevés plusieurs années en Italie. Tous ceux qui nous ont aimés. Puis ceux qui...

Elle s'interrompit brusquement, réalisant que Bella avait du coup aussi vu les portraits la représentant elle et sa famille. Et ce que ça impliquait. La gêne l'envahie, et elle recula d'un pas. Bon sang.

Bella – Et tu ne nous fais pas confiance ? On essaie de t'aider, de te prouver que ce qu'a dit Aro ne sont que des conneries !

- Et comment vous pouvez en être certains ?! Je sais très qu'il serait capable d'avoir fait ça ! J'ai assez vécu à Volterra pour le savoir !

Bella – Ces portraits le prouvent, Jane ! Il n'aurait pas pu créer des liens aussi forts de A à Z, et même moi qui suis novice le sais !

- Et bien, Madame la novice, j'aimerais, je veux croire qu'Aro a menti ! Seulement, je préfère arrêter là... Je ne vois pas à quoi ça sert de s'attacher aux gens si c'est pour les voir disparaître ! Tous ceux que j'ai aimé sont morts... Alors... Si jamais je m'attache trop à vous, ça ne vous attira que des ennuis et rien d'autre.

Bella – Evidemment. Comme ça a attiré des ennuis aux Cullen que je m'attache à eux. Tu veux peut-être qu'on aille demander à Carlisle ce qu'il pense de cet argument ?

Elle ne put s'empêcher de grimacer légèrement. Elle n'avait pas envie de se disputer aussi avec Carlisle, et encore moins argumenter contre lui. Pour l'avoir vu faire, elle savait qu'il était doué à ce jeu.

Bella – Vas-y, je t'écoute ?

- Pas la peine de lui dire ça...

Elle avait l'impression de s'enfoncer, et était aussi furieuse que gênée. Enfin, peut-être plus gênée.

- Ce que je veux dire, reprit-elle difficilement, c'est qu'il vaut mieux me laisser mourir. Je ne sais pas si j'arriverais un jour à me considérer comme un membre de votre famille... En supposant que vous ne faites pas ça pour vous moquer.

Bella – Un : on ne va pas te laisser mourir. Deux : on ne se moque pas de toi, sinon on ne serait pas venu te chercher, surtout Carlisle. Trois : on ne s'attend pas à ce que tu te considères directement comme un membre de la famille, on sait que ça prendra du temps. Et, même, si tu nous fais confiance, ça nous suffira et ce sera un début. On cherche juste à te prouver qu'on tient à toi.

Jane resserra le carnet contre elle, la peine, la colère, tout s'emballait en elle, au point qu'elle ne fasse plus attention à ce qu'elle racontait. Elle vidait enfin son sac, pour la première fois depuis des centaines d'années, et cela tombait sur Isabella Marie Swan Cullen. Que tout le monde dans cette maison puisse les entendre l'indifférait totalement en cet instant précis.

- Mais je vous FAIS confiance, qu'est-ce que tu crois ?! Ton frère est peut-être insupportable à jouer avec les émotions des autres, et toi à culpabiliser parce que tu crois être responsable de la mort d'Alec, ça ne change rien à ça !

Son interlocutrice se figea, puis blêmit légèrement. Jane se mordit les lèvres, regrettant d'avoir laissé échapper ça. Mais c'était trop tard, et elle en avait assez.

Bella – Alors, pourquoi ne pas nous écouter simplement puisqu'on se tue à t'aider, justement ? Si tu nous fais confiance, montre-le plutôt que de nous rejeter !

- Je ne veux pas que vous finissiez comme les autres, c'est tout... Il vaut mieux rejeter de l'aide que de voir mourir ceux qui vous l'offrent.

Bella – Si tu savais les galères dans lesquelles j'ai entraîné les Cullen... Crois-moi, il en faudra plus pour qu'on meure.

- Bella, essaye de comprendre une chose, une simple chose. J'ai véritablement envie d'avoir une famille, je ne peux pas nier ça, mais j'ai aussi peur... D'être rejetée, de ne jamais m'intégrer, de... J'ai peur, tu entends ?! Si j'ai tenu jusque là, c'est grâce à Alec et personne d'autres ! Maintenant qu'il n'est plus avec moi, j'ai l'impression de marcher au bord d'un gouffre, avec le risque de sombrer à tout moment. Je voudrais pouvoir être à l'aise chez vous, vous écoutez, mais si je le fais et que ça rate... Caïus n'avait pas tord en disant que...

Elle s'interrompit à nouveau, prit une brève inspiration, puis termina :

- En disant que je ne pourrais... Que je ne pourrais pas m'intégrer et que... Voilà...

Bella – Parce que tu vas te mettre à croire Caïus, maintenant ? Rappelle-moi QUI est son frère et QUI t'a mise dans cet état ? Si tu veux une famille, on t'en offre une. Et tu ne seras pas rejetée, sûrement pas par nous.

Hum, là, elle marquait un point. Caïus n'était certainement pas une bonne référence, et il valait mieux qu'elle ne penses plus à ce type. Elle eut un frisson, ne sachant quoi répondre.

Bella – Tu ne connais pas les histoires des autres. Tu devrais prendre le temps de les écouter, de voir à quel point eux aussi reviennent de loin. Ils ne pensaient pas trouver une famille et erraient ça et là sans conviction, et pourtant... Alors si, c'est possible. Et tu ne seras pas jugée ici.

- Alec l'aurait fait, lui...

Sa voix se brisa, et elle garda le silence un long moment. Elle ne savait plus quoi penser, oscillant entre ses désirs et ses peurs, sans parvenir à déterminer la force la plus puissante.

Bella – Alors fais-le...

Jane soupira puis posa le carnet sur une table proche. La colère lui redonnait des forces, et curieusement, elle se sentait plus vivante que jamais. Elle fixa Bella, tâchant de cacher sa nervosité extrême.

- Très bien, ça commence par quoi ?

Bella – Ça commence par te mêler à nous, ou du moins, à ne pas te considérer comme étrangère.

- C'est à dire ?

Bella – Jouer avec nous, participer à la "vie de famille"... Ou même passer du temps avec nous, pour te changer les idées plutôt que de rester isolée.

Oh... Elle se crispa un peu mais acquiesça. Elle était sûrement capable de faire ça, non ? Mon... Mais si, un peu de courage. Elle fit deux pas dans le couloir puis s'arrêta à nouveau, assaillie par le doute. Elle ne cessait de penser aux paroles que lui avait proféré Caïus à White Swan. Mais ne plus y songer... Avancer, se tourner vers l'avenir. Mais...

- J'ai peur, murmura-t-elle.

Bella avança d'abord, puis lui tendit la main.

Bella – Fais-nous confiance.

Jane hésita un moment puis la prit en tremblant. Elles descendirent l'escalier, passant devant Jasper qui semblait ne pas en revenir. Arrivées en bas, Jane vis Carlisle et Esmée, assis l'un près de l'autre, Emmett qui jouait à un jeu vidéo avec sa nièce, et Edward qui les fixait avec la même tête que Jasper une minute plus tôt. Elle voulut repartir en arrière, pas du tout rassurée et persuadée qu'il allait arriver une catastrophe dans les prochaines secondes.

Bella – Vas-y.


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t83-jane-volturi-validee#96
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour et grande discussion   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour et grande discussion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Nesser, Hakan] Retour à la Grande Ombre
» Le retour du roi grande liche.
» [Giscard d'Estaing, Valéry] La victoire de la Grande Armée
» Grande sauterelle verte .... Le retour
» Retour de "Votre Grande Cheffe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps du Monde-
Sauter vers: