Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une nuit effrayante ! [défis donné par Jaz']

Aller en bas 
AuteurMessage
Elena Gilbert
Invité
avatar


MessageSujet: Une nuit effrayante ! [défis donné par Jaz']   Dim 17 Nov 2013 - 16:10

Une semaine avait passé après l'accident, je m'en suis remise doucement, je me rappelle qu'au début mes yeux me faisaient mal, mais quelques jours après, la douleur aller mieux.

Ce soir, c'était la pleine lune, je n'aimais pas trop la pleine lune, je suis superstitieuse et généralement je dors mal.

Mais en attendant, là, je me dirige vers l'hôpital, j'avais repris depuis quelques jours tout doucement. Mes collègues s'étaient inquiétés, mais je les avais rassurés.

Après cinq minutes, je me garai sur le parking du personnel, sortis de ma voiture et fila dans les vestiaires me changer.

Et le boulot commença, s'occuper des enfants, les soigner, leur faire sourire...

La fin de la journée arriva vite, j'étais épuisée par cette longue journée, de plus on a eu un enfant qui avait fait une crise d'épilepsie ! Le maîtriser n'a pas été facile.

Ça y est, je suis à la maison, je m'assois dans le canapé avec du thé à la menthe. Bonnie n'est pas encore arrivée, elle travaille jusqu'à tard. Je regarde le courrier, rien de particulier sauf des factures ! J'allume la télé, me regarde un bon film et j'attends leur du repas.

19 h 30, je me décide de préparer des pâtes à la bolognaise, en même temps, je me mets de la musique. Je mange sans Bonnie, elle m'a envoyée un message comme quoi elle vient d'avoir un patient de dernière minute et qu'il fallait qu'elle s'occupe de lui.

Vers 22h, je me couche, fatiguée, mais le fait que ce soit la pleine lune, j'avais du mal à m'endormir !

A 0 h 00, je n'arrivais toujours pas à dormir, je me lève, regarde si Bonnie était rentrée, mais non, je me prends un verre de lait et retourne dans mon lit.

Le lendemain, je me réveille avec des cernes sous les yeux ! je vais dans la chambre de Bonnie, elle dort à point fermée !

Je me dirige dans la salle de bain, m'habille puis je prends mon petit déjeuner. Ensuite, comme j'ai encore le temps je vais acheter le journal, j'aime bien marcher le matin.

Après avoir marché pendant quelques minutes, j'entends quelqu'un pleurait, dans un coin de rue, je me retourne et vois une petite fille blessée ! Je me rapproche d'elle :

- Petite ? Pourquoi tu es blessée ? Quelqu'un t'as fait du mal ?

Elle ne me répond pas, je regarde autour de moi, personne aux alentours, je ne sais pas trop quoi faire, je l'emmène à l'hôpital ou chez moi. Me répondant toujours pas, je lui dis :

- Je vais t'emmener à l'hôpital, tu ne peux pas rester comme ça !

Elle me crie un « non », je compris qu'elle ne voulait pas y aller. Alors, je décide de l'emmener chez moi, je la prends dans mes bras et file à la maison.

Arrivée chez moi, je l'allonge sur le canapé lui met une couverture sur elle. Après, j'appelle l'hôpital pour leur dire que je ne pourrais pas venir travailler.

Puis, je me dirige vers la petite fille pour la soigner. Ses blessures n'étaient pas trop graves, mais c'était suffisant pour une petite fille de cet âge là. Après l'avoir soignée, je la mets sur mon lit et la laisse dormir.

Bonnie se réveilla peut après :

- Bin, tu n'es pas au boulot ?

- Non, j'ai trouvée une petite fille dans la rue blessée, elle ne veut pas aller à l'hôpital, alors je les ramenée ici et l'est soignée.

Elle me ne dit rien, mais je savais que son opinion aurait était de l'emmener quand même à l'hôpital. Le reste de la journée, je surveillée la gamine, elle avait un peu de fièvre, mais ses blessures commençaient à guérir.

Le soir, elle se réveilla, je lui donnais à manger et lui demandais comment elle s'appelait :

- ... Ca... Camille

Je lui souris, elle me dit qu'il ne fallait pas qu'elle reste là, je lui dis qu'elle devait manger et qu'elle dormirait dans la chambre d'amis, on verra demain pour la suite.
Elle ne voulait pas beaucoup manger, mais je la forçai, puis je la mit au lit, elle insista comme quoi il ne fallait pas qu'elle reste là, mais je lui dis, qu'elle avait besoin de repos.

Je me couchais tôt aussi.

En plein milieu de la nuit, j'entendis des petits cris, je me lève et me dirige dans la chambre de Camille. Mais là, je vois Camille qui change d'apparence, elle me dit de m'en aller, mais je reste là, je crie pour lui demander ce qu'il se passe, mais elle ne peut pas me répondre car, elle n'était plus là, du moins elle n'était plus petite fille, mais un monstre !

Je me mis à crier, Bonnie m'entendant, se dirige dans la chambre et pâlit.

- C'est quoi ce truc Elena ?

- C'est... c'est Camille ! je ne sais pas ce qui c'est passé, mais elle s'est transformée !

Bonnie ne me croyait pas, elle me dit qu'il fallait appeler la police, je ne savais pas quoi faire, mais dans quel monde étions nous pour voir des bêtes comme ça ? Camille ressemblait maintenant à un... loup-garou, oui c'est ça, un loup-garou !

Je voulais me rapprocher d'elle, mais elle reculait, je me rapprochée encore, mais je vis ses crocs !

- Elena recule !

Elle me prit le bras, ferma la chambre à clef et nous nous dirigeons vers le salon.

- Il faut qu'on appelle la police, on ne peut pas la garder, ou garder ce monstre chez nous !

J'acquiesçai, Bonnie se jeta sur le téléphone et moi, je m'assis sur le canapé tremblante de partout, j'aurais peut-être du l'emmenée à l'hôpital ! Bonnie raccrocha vient à coter de moi, prit mes mains et me dit que c'était la meilleure chose à faire.

J'essayais de lui sourire, mais la peur était en moi !
Revenir en haut Aller en bas
Jade Volturi
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une nuit effrayante ! [défis donné par Jaz']   Dim 17 Nov 2013 - 18:06

Le clan tout entier était sur le pied de guerre. Et, bien évidemment, Jade se ramassait des dizaines de commentaires ironiques du genre "Bravo, cette fois, c'est pas toi qui a tout déclenché, tu t'améliores". Très drôle. Vraiment très drôle. Bande de crétins. Elle leur en ficherait, elle, de déclencher une guerre ou non. En plus, c'était pas de sa faute, la dernière fois ! Le Roumain blond avait qu'à être moins susceptible, aussi, elle avait juste dégommé son frère. Pas la peine de déclencher une guerre comme ça, il avait qu'à se battre uniquement contre elle au lieu d'impliquer tout le monde.

Les nouvelles arrivaient peu à peu, et ils s'organisaient. Telle ou telle équipe partait puis revenait, on relevait les traces, on faisait des rapports, et on essayait de tout faire coordonner. Pas un travail facile. La dernière fois, elle s'était battue toute seule de son côté. Trouver les loups, les tirer comme on tire des fléchettes, un jeu qu'elle avait toujours beaucoup aimé, puis faire un petit feu de joie. Mais cette guerre était différente, plus... plus organisée dirait-on. Et elle faisait à présent parti du clan de flics du monde vampirique. Hum, bon. Heureusement que Félix était là ! Lui au moins ce n'était pas un grand sérieux tout coincé avec un balai dans le c... Heu, dans le fondement, restons polie.

Une nouvelle nuit de pleine Lune tombait sur la cité. Jade était chargée, avec son groupe, de surveiller la ville. Même ici, l'épidémie se déclarait. Ils avaient "discuté" avec la police pour qu'elles les laissent intervenir en toute tranquillité. Aro avait des relations, après tout ! Elle sautait de toit en toit, cherchant à repérer l'odeur si caractéristique. De moins en moins humaine, de plus en plus vampire. Elle et les autres filaient à travers la nuit, sautant, courant, plus pâles que des fantômes et bien plus rapides. Elle sentit tout à coup l'odeur, et sauta au sol; s'approchant d'une maison. Elle entra brusquement en cassant la poignée au passage - oups - et brandit sa carte de flic, fabriquée par Démétri, sous le nez des deux humaines de la maison.

- Police ! Vous permettez ? ajouta-t-elle avec un large sourire.

Humaine - Bonjour, vous auriez pu frapper quand même ! Sinon, la petite, ou plutôt le monstre est dans la chambre d'amis.

Elle avait à peine fait quelques pas que le loup sortit brusquement de la chambre et les attaqua en grognant. Ah bah bravo les collègues, dehors, ils auraient pu intervenir ! Je vous jure, ceux-là ! Pas le temps de faire dans la dentelle. Elle attrapa les deux humaines et les jeta dehors comme si elles ne pesaient qu'un gramme chacune, puis re-frappa le monstre qui alla s'encastrer dans un mur. Afton lui jeta un regard noir, l'air de dire "Bonjour la discrétion !". Et bah, ils avaient qu'à intervenir plus vite, alors crotte. Elle revint près des humaines, qui n'avaient heureusement rien de cassés.

- Ça va bien ?

Humaine - Si on va bien ? Un MONSTRE débarque chez moi, vous mettez le bazar, et vous me demander si je vais bien !

Peut disposée à se faire crier dessus par une idiote, Jade soupira et la souleva par le col en lui jetant un regard noir.

- J'ai foutu le bazar pour vous sauver la vie, ma petite ! Alors en veilleuse, compris ?

Elle eut un petit silence, puis sembla se calmer. Jade la relâcha, énervée, entendant ses amis réduire le monstre en pièces et le brûler.

Humaine - Oui c'est vrai, merci.  C'est quoi ce montre ? Avant c'était une petite fille, je l'ai même soignée ?

Jade réfléchit un bref instant, puis s'éloigna d'un pas. Elle sourit doucement à l'humaine, puis lui dit de les suivre, qu'ils allaient arranger ça. Elle les conduisit avec Afton à une de leurs bases qu'ils utilisaient avec la police. Elle fit installer l'humaine et sa sœur et lui donna du café.

- Alors, racontez-moi exactement ce qui s'est passé, s'il vous plaît.
Revenir en haut Aller en bas
Elena Gilbert
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une nuit effrayante ! [défis donné par Jaz']   Dim 17 Nov 2013 - 19:53

Après que j'ai posée ma question, la flic s'éloigna d'un pas, me sourit puis me dit de les suivre pour arranger ceci, je pris mon sac, ma veste et Bonnie fit de même. Elle nous conduisit dans une sorte de base, nous fit asseoir et nous donna du café.

- Alors, racontez-moi exactement ce qui s'est passé, s'il vous plaît.

Je regardais Bonnie qui me regarda, me fit un clin d’œil et me pressa la main comme pour me dire courage. Je soupire et commence :

- Tout a commencé hier matin, j'allais aller chercher le journal comme tous les matins quand je vis une petite fille, qui pleurait dans une rue. Je me suis rapprochée d'elle, elle était blessée, oh, ce n'était rien de grave, mais elle avait besoin d'être soignée. Je suis me suis donc rapprochée vers elle et...

J'hésitais à continuer, Bonnie m'encouragea, je savais qu'il fallait que je dise tout, sinon j'aurais encore plus de problèmes. Je continuais donc :

- Donc, je me suis rapprochée d'elle, elle était vraiment en mauvaise état, je lui ai demandée qui lui avait fait du mal, mais elle ne me répondit pas. Je ne savais pas quoi faire, je ne voulais pas la laisser là. Alors, je lui ai dit que j'allais l'emmener à l'hôpital, mais elle m'a crier « non ». du coup, je ne savais pas trop quoi faire.

Je m'arrêtais, fermai les yeux et repensa à ce beau visage que Camille avait, je détournais la tête, regarda mes chaussures et continua :

- Comme je suis infirmière, j'ai décidée de la prendre et de l'emmener chez moi la soignée. Je l'ai prise donc dans mes bras et l'emmena à la maison. Je l'allongeai sur le canapé et commença à la soigner ...

- Avant, tu as appelée l'hôpital !

- Oui c'est vrai Bonnie, avant, j'étais appelée l'hôpital où je travaille pour leur dire que je ne pourrais pas venir aujourd'hui travailler. Ensuite, j'ai commencée à la soigner puis je l'ai mise sur mon lit pour qu'elle puisse dormir. Je retournais dans le salon et...

- Je me suis réveillée, je trouvais bizarre que ma soeur soit là, je lui demandais et elle me raconta qu'elle avait trouvé cette petite fille dans la rue. Moi à sa place, je l'aurais emmenée à l'hôpital, mais chacun son avis !

Elle s'arrêta, me regarda et je compris qu'elle me laissait continuais :

- Ensuite, le reste de la journée, je restais à surveiller la petite fille, quand elle se réveilla, c'est-à-dire le soir, je lui demandais son prénom, elle me dit qu'elle s'appelait Camille. Elle me dit aussi qu'elle ne devait pas rester là, au début je ne comprenais pas pourquoi, mais je comprends maintenant !

Je m'arrête, prends une inspiration et continua en tremblant un peu :

- Je l'as fis manger et la coucha dans la chambre d'amis, elle me répéta qu'elle ne devait pas rester là, je lui dis qu'il fallait qu'elle se repose. Je me couchai tôt, moi aussi, mais en pleine nuit, j'entendis des petits cris !

Je frissonne, repense à ce loup-garou qui a pris la place de cette magnifique petite fille. Je continue, mais en ayant une voix moi assurer :

- Donc, en entendant, ses petits cris, je me dirigeais vers la chambre d'amis et là, je vis Camille, qui... qui se transformait en une chose ! elle me dit de ne pas rester là, mais je ne l'écoute pas, je lui cris pour savoir ce qui se passe,... mais elle ne peut plus me répondre, à la place, il y a ... un loup-garou !

Je me mis à avoir les yeux qui pleurent, Bonnie me prit dans ses bras et elle continua :

- Elena a criée, en l'entendant, je suis arrivée, et je lui ai demandée ce que c'était ce truc, elle m'a dit que c'était Camille, mais j'avais du mal à la croire, Elena se rapprochait, mais à un moment ce truc montra ses crocs, alors, je lui ai tiré le bras et j'ai fermé la porte à clef, on s'est mises dans le salon et je vous ai appelés !

Bonnie s'était tut, je voyais qu'elle aussi avait peur ! J'essuyais mes larmes et repris :

- Vous savez la suite, mais qu'est-ce qui va se passer ? Que vas-t-elle devenir ?

Je me redressai et continua avec un ton plus froid :

- Et surtout est-ce que cela existe vraiment ? Pourquoi s'est-elle changer en loup-garou ?

Je secouai la tête :

- Pauvre petite fille quand même, je suis sûre qu'elle n'a jamais demandée ceci !

Je bus une gorgée de mon café et regarda la flic, elle était belle, vraiment très belle. Normalement fixer les gens n'était pas bien, mais après ce que je venais de voir, je me méfiais maintenant. Je la fixais encore et je vis ses yeux rouges ! D'un rouge sang ! Je sursautais et détourna la tête, je pressentie une intuition qu'il fallait qu'on parte, je voulais dire à Bonnie qu'on devait y aller parce que demain on travaillait, mais en même temps, j'étais curieuse et j'avais peur.

Je me levais, j'avais besoin de prendre l'air :

- Je peux prendre l'air un petit moment ? J'ai besoin de me changer les idées deux minutes !

J'essayai de lui sourire, mais le cœur ne vint pas ! Je regardais Bonnie et essayais de lui faire comprendre de me suivre !

Je fis un dernier sourire à la flic et me dirigea vers la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Jade Volturi
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une nuit effrayante ! [défis donné par Jaz']   Dim 17 Nov 2013 - 20:52

Les deux humaines étaient assises l'une près de l'autre, et la plus grande commença  raconter son histoire. Jade ne prit pas de note, se contentant d'afficher un air impassible et décontracté. Elle était assise sur le bord d'une table, dans une pause détendue, observant ses jeunes proies. Ou plutôt, ses témoins. Elle savait qu'au-dehors, quelqu'un était déjà partie prévenir Aro, que out le clan était au courant des évènements de cette nuit, et qu'ils allaient rappliquer très vite. Elle songea avec amertume aux belles heures qu'elle aurait pu passer avec Félix si n'y avait pas cette histoire.

Humaine - Donc, je me suis rapprochée d'elle, elle était vraiment en mauvaise état, je lui ai demandée qui lui avait fait du mal, mais elle ne me répondit pas. Je ne savais pas quoi faire, je ne voulais pas la laisser là. Alors, je lui ai dit que j'allais l'emmener à l'hôpital, mais elle m'a crier « non ». du coup, je ne savais pas trop quoi faire.

Oh, et c'était la petite qui avait commandé ? La petite avait dit non, alors on l'avait écouté ? quel genre d'adulte débile fallait-il être pour obéir à une enfant ? Cette femme était une crétine, vraiment affligeant ! En plus, demander à quelqu'un s'il va bien alors qu'il est blessé... Non, vraiment, on touchait le fond. A son époque, lorsqu'on voyait un enfant blessé, on commençait par le soigner puis rechercher les parents. Ça ne se faisait plus, dans ce siècle ?

Humaine - Comme je suis infirmière, j'ai décidée de la prendre et de l'emmener chez moi la soignée. Je l'ai prise donc dans mes bras et l'emmena à la maison. Je l'allongeai sur le canapé et commença à la soigner ...

Oui, oui, on accélère. Jade se fichait royalement des détails, c'était la suite qui l'intéressait ! Comment elle avait couché la petite, à quelle heure et avec quel pyjama, elle s'en moquait totalement. Elle se moquait aussi de savoir où l'humaine travaillait, et comment elle gérait ses affaires. Peu importe tout cela. Qu'elle en vienne aux faits, au point qui les intéressait tous. Afton écoutait aussi très attentivement, les yeux plissés, jouant avec un gobelet rempli de café.

Humaine - Donc, en entendant, ses petits cris, je me dirigeais vers la chambre d'amis et là, je vis Camille, qui... qui se transformait en une chose ! Elle me dit de ne pas rester là, mais je ne l'écoute pas, je lui cris pour savoir ce qui se passe,... mais elle ne peut plus me répondre, à la place, il y a ... un loup-garou !

Nous y voilà enfin... Le loup-garou en question n'était pas bien gros ni puissant, logique, mais il avait la même haine que ses congénères. Décidément, il y en avait partout, même au cœur de leur propre ville. Tels qu'ils étaient parti, cela risquait de durer un bon moment ! Adieu, instants de volupté et de calme, et vive la guerre. D'un autre côté, cela ne lui déplaisait pas. Elle aimait bien se battre, et quelques petites bagarres de derrière les fagots ne faisaient jamais de mal. Elle retint un ricanement.

Humaine - Vous savez la suite, mais qu'est-ce qui va se passer ? Que va-t-elle devenir ?

La mioche ? Oh, morte depuis un petit moment, à présent. Comme ses collègues d'ailleurs. on ne laissait pas vivre ce genre de bestioles. C'est que ça courait vite, ces petites bêtes-là !

Humaine - Et surtout est-ce que cela existe vraiment ? Pourquoi s'est-elle changée en loup-garou ?

Quand à cette fille, elle et sa sœur, elles venaient de signer leur arrêt de mort. Jade doutait qu'elle soit assez utiles pour qu'on prenne la peine de les transformer. Alors elles mourront, à moins qu'Aro ne leur trouve une autre utilité ? Cela arrivait, parfois, pour quelques humains chanceux. Très, très chanceux... Et qui, bien souvent, regrettait d'avoir eu cette chance et suppliaient qu'on les tue. Elle but son café et sursauta soudain en croisant son regard. Ah, elle avait vu ses yeux ?

Humaine - Je peux prendre l'air un petit moment ? J'ai besoin de me changer les idées deux minutes !

Elle se leva et se dirigea vers la porte. Porte que ferma brutalement Afton juste sous leur nez. Jade soupira allégrement, et sauta de la table, jouant avec l'insigne de la Garde, souriant largement.

- Navrée, dit-elle d'une voix doucereuse.

Les deux filles humaines furent baîllonées et entravées, pour les empêcher de hurler puis de bouger, et jetés sur leurs dos. Ils rentrèrent à vitesse vampirique au château, et jetèrent comme deux vulgaires sacs les humaines dans un cachot, au fin fond des souterrains. Juste avant de partir, Jade se mit à la porte et leur dit avec un large sourire.

- Bye, les filles, vous aurez bientôt de la visite !

Elle referma brutalement la porte et la verrouilla, laissant les casses-croûtes dans le noir le plus complet.
Revenir en haut Aller en bas
Elena Gilbert
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une nuit effrayante ! [défis donné par Jaz']   Lun 18 Nov 2013 - 21:30

Une fois arrivée devant la porte, un grand monsieur refermait la porte brusquement. La flic, elle soupira, sauta de la table et dit d'une voix très douce :

- Navrée.

Elle nous bâillonna et nous entrava. J'essayais de me débattre, mais elle semblait plus forte que nous. Ils nous mirent sur leurs dos et filèrent !

Mon dieu, que cela allait vite, je fermais mes yeux pour ne pas vomir, mais je ne me sentais vraiment pas bien, en plus j'avais vraiment très peur ! Je regardais Bonnie, mais ses yeux étaient fermées, je voyais qu'elle tremblait elle aussi. Au bout de quelques minutes, on arrivé au Château, le château de Volterra, là où nos parents avaient été et qu'on ne les avait plus revus !

Je me demandais si l'étrangeté du moment n'avait pas été là quand nos parents ont visiter le château !

La flic du moins si c'était réellement vrai et l'autre personne nous jetèrent dans un cachot comme des vulgaires sac de patates !

Juste avant de partir, la fille effrayante se mit devant la porte et nous dit :

- Bye, les filles, vous aurez bientôt de la visite !

Puis ferma brutalement la porte et la verrouilla.

Je me levais et hurlais :

- Laisser nous sortir, on a rien fait, on a juste dit la vérité sur ce loup-garou !

J'essayais d'enfoncer la porte, mais me fis mal. Bonnie me dit de laisser tomber et d'attendre, après tout on aller avoir de la visite !

Je m'assis donc à coter d'elle et lui dit :

- Tu as vu, c'est le château que papa et maman on visité juste avant que...

- Oui, je me demande si cette fille et le mec qui était avec lui n'ont rien avoir avec ça !

- Je ne sais pas, mais j'espère que non.

Je soupirai, ces dernières 48h, on était longue et je ne crois pas que ça sera prêt de finir !

Je me rapprochai de Bonnie, je la pris dans mes bras et lui dit :

- Je suis désolée, je nous ai mis dans un pétrin, je n'aurais jamais dû prendre cette petite fille.

Bonnie me regarda :

- Ne dis pas ça Elena, tu as fait ce qui te semblait le mieux !

On se serrait l'une et l'autre et attendirent en silence que l'on daigne venir nous voir !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une nuit effrayante ! [défis donné par Jaz']   Mer 20 Nov 2013 - 12:15

Le prisonnier hurla une fois de plus sa haine, leur crachant des obscénités, criant qu'il n'avait pas peur de mourir, et autres joyeusetés du même genre. Agacé, Aro fit signe à l'un des gardes de le frapper pour qu'il la mette en veilleuse. L'Enfant de la Lune grogna et se ramassa sur lui-même, secouant la tête, puis recommença à les insulter. Il n'allait donc jamais la boucler ? Les gardes qui l'encadraient grimaçaient à cause de l'odeur infâme qu'il dégageait, n'attendant qu'une chose, qu'on le tue enfin. Mais Aro voulait le garder. Il avait vu que cet homme avait une épouse, un monstre elle aussi, une épouse qui ne laissera pas son cher mari emprisonné dans leurs geôles.

- Enfermez-le, ordonna-t-il d'une voix froide.

La nuit tombait. La seconde nuit de pleine Lune de la semaine. Trois groupes s'étaient éparpillés dans la ville, cherchant des traces, des odeurs, cherchant l'Ennemi. Posté à la fenêtre, Aro jeta un regard noir à l'astre lunaire, qui surplombait la ville, engobant les habitants et jouant d'un effet néfaste sur certains. Voilà peu de temps que la crise avait recommencé, et Caïus était déjà au summum de la nervosité. Il n'avait pas oublié la dernière guerre, pas oublié qu'il avait failli y laisser la vie. Aro n'avait jamais autant béni les réflexes incroyables de Démétri, ni le jour où il était entré dans la garde.

Il y eut une certaine agitation à l'entrée du château, alors qu'il allait à l'accueil. Un des groupes était rentré, portant deux humaines bâillonnées et entravées. Elles n'étaient pas blessées, juste affolées et terrifiées. Que s'était-il passé ? Afton vint lui faire un rapport, et Aro lut toute la scène dans son esprit. Un Enfant de la Lune, très jeune... Et les filles humaines avaient tout vu. Hum, celles-là n'allaient guère faire long feu.


- Ont-elles saisies plus de choses ? Sur notre nature ? Le problème global ?

Afton - Sur notre nature, peut-être. Doit-on les achever maintenant ?

- Pas de suite. On pourrait sans doute...

Il eut un mince sourire, puis descendit dans les cachots. Les filles étaient enfermées ensemble, dans une petite cellule. Il entra, les trouvant l'une dans les bras de l'autre. Deux sœurs, visiblement, elles se ressemblaient un peu. Il repéra l'aînée et la dévisagea un long moment. Derrière lui, quelques gardes attendaient dans la pénombre, prêts à intervenir. Il s'approcha d'elle et l'écarta sèchement de sa sœur, qu'un autre garde attrapa et emmena ailleurs, alors qu'elle hurlait. Il sourit doucement, tenant l'humaine par le cou. Il lui caressa lentement la joue du bout des doigts, glanant des informations du même coup.

- J'ai une proposition à vous faire, petite humaine. Mais aimerez-vous assez votre sœur pour l'accepter ? Réfléchissez bien, vous pouvez refuser, mais ni elle ni vous ne verront plus jamais l'aube.
Revenir en haut Aller en bas
Elena Gilbert
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une nuit effrayante ! [défis donné par Jaz']   Mer 20 Nov 2013 - 18:04

Nous étions toujours dans les bras l'une de l'autre quand un homme, assez effrayant entra dans notre cellule. Il nous fixa un petit moment, puis s'approcha de moi et m'écarta de Bonnie, un autre homme la prit et l'emmena ailleurs. Je hurlais, je ne voulais pas être séparé de ma petite sœur !

L'homme effrayant sourit, me tenant par le cou, me caressa lentement ma joue du bout de ses doigts, j'étais terrifiée, je tremblais de partout et pensais à Bonnie, j'avais peur pour elle.

Tout à coup, il me dit :

- J'ai une proposition à vous faire, petite humaine. Mais aimerez-vous assez votre sœur pour l'accepter ? Réfléchissez bien, vous pouvez refuser, mais ni elle ni vous ne verront plus jamais l'aube.

Petite humaine ? Qu'est-ce que c'était ce délire ? D'abord, je rencontre une petite fille qui se transforme en loup-garou et maintenant un homme effrayant m'appelant petite humaine !

Je parlai d'un ton moins assurant :

- Pourquoi ? Pourquoi nous ? On a rien fait ! Et d'abord qui êtes-vous ?

Puis, je lui criai à la figure :

- Ne vous en prenez pas à ma sœur, elle n'a rien fait !

Puis, j'enlevais sa main :

- Et ne me touchez pas !

J'essayais de reculer, mais il me tenait fermement, pas moyens de m'échapper de lui. Cet homme me faisais vraiment peur, je sentis des larmes qui coulaient sur mes joues, je n'avais jamais demandée ça moi ! Je n'avais pas demandée à mourir !

Je pensais à Bonnie, puis me redressa et regarda l'homme :

- Laisser ma sœur partir, elle n'a rien avoir elle, si c'est moi que vous voulez, laissez là tranquille !

Je m'interrompis, l'observa, il était très beau, mais surtout, il avait une tête de sadique ! Je vis que lui aussi avait des yeux rouges ! Je repensais à ce qu'il avait dit : sa proposition !

- C'est quoi votre proposition ? Je n'accepterais pas tant que je ne saurais pas ce que c'est et si j'en estime un danger ! Mais laisser ma sœur partir, je vous en pris !

Je le dit d'un ton suppliant, puis réessaya de me reculer pour être le plus loin de lui, mais pas moyens. J'avais peur et en même temps, je pensais à Bonnie et à nos parents qui on était tués, ils me manquaient affreusement !

Je soupirai, le regardais dans les yeux et attendis mes réponses !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une nuit effrayante ! [défis donné par Jaz']   Mar 26 Nov 2013 - 11:04

Elena - Pourquoi ? Pourquoi nous ? On a rien fait ! Et d'abord qui êtes-vous ? Ne vous en prenez pas à ma sœur, elle n'a rien fait !

Tss, tss, tss. Ce n'était pas très poli de poser tant de questions sans attendre les réponses. Les humains étaient toujours comme ça, empressés, vivant trop vite sans en profiter,a lors que leur vie était tellement et si désespérément courte ! Celle-là était comme ceux de sa race. Elle n'avait rien fait, et donc ? Quelle importance ? Depuis quand les vampires devaient-ils avoir une raison pour s'en prendre à cette race inférieure ? Ils n'étaient qu'un vaste garde-manger. Une sous-espèce. Aucun droit sinon celui de mourir sous leurs crocs. Parfois, on tombait sur des perles, qui méritaient la transformation. mais leur espèce restait relativement restreinte.

Elena - Et ne me touchez pas !

Elle commença à pleurer, essayant de se libérer. Cela amusait Aro. C'était si pathétique ! Qu'espérait-elle, au juste ? Se libérer ? S'enfuir ? Inutile d'y penser. Elle ne ferait pas un mètre avant d'être arrêtée. Sa vie était sans valeur, ici, elle ferait mieux d'en prendre conscience.

Elena - Laisser ma sœur partir, elle n'a rien avoir elle, si c'est moi que vous voulez, laissez là tranquille !

Elle qu'ils voulaient ? Oh, non. Elle était, tout comme sa frangine, un pion négligeable et jetable.Mais elle était plus âgée, ce qui fait que ce sera elle qui aura l'immense honneur de les servir et donc vivre un peu plus longtemps. Si elle acceptait. Elle commençait enfin à réfléchir et mettre un peu d'ordre dans ses idées. Aucune pensée ne lui échappait, en cet instant, absolument rien.

Elena - C'est quoi votre proposition ? Je n'accepterais pas tant que je ne saurais pas ce que c'est et si j'en estime un danger ! Mais laisser ma sœur partir, je vous en pris !

Il ricana, resserrant un peu sa prise sur le coup fragile et gracile, l'empêchant presque de respirer, et encore plus de parler. Qu'elle comprenne enfin à qui elle s'adressait, et que sa vie ne tenait quasiment plus à rien.

- Pauvre enfant, vous n'avez jamais été aussi peu en position de négocier ! Mais ma proposition est simple. Je veux que vous alliez vous mêler à un certain groupe, et que vous obteniez des informations sur eux. Et il va sans dire que votre délicieuse sœur restera à nos soins durant ce temps.

Il se pencha sur l'humaine, si près qu'il l'embrassait presque. Elle ne pouvait plus louper son regard de sang, rempli de cruauté et vide de remords.

- Comprenez-moi bien. Si vous refusez, vous mourrez. Ici, tout de suite, et votre sœur avec vous. Si vous acceptez, et que vous essayez de nous trahir, la petite Bonnie risque de passer un sale moment... Il y a tellement de façons de faire souffrir quelqu'un sans le tuer, et mon frère adore ce genre de jeu.

Il eut un petit rire glacial et se redressa, la tenant toujours pas le cou.

- Affaire conclue ?
Revenir en haut Aller en bas
Elena Gilbert
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une nuit effrayante ! [défis donné par Jaz']   Ven 29 Nov 2013 - 18:54

L'homme effrayant ricana puis resserra sa prise sur mon cou, j'avais du mal à respirer et à parler. Puis, il me mit à parler :

- Pauvre enfant, vous n'avez jamais été aussi peu en position de négocier ! Mais ma proposition est simple. Je veux que vous alliez vous mêler à un certain groupe, et que vous obteniez des informations sur eux. Et il va sans dire que votre délicieuse soeur restera à nos soins durant ce temps.

J'allais répliquer quand il se pencha sur moi, je ne pus éviter ses yeux rouges sangs ! Puis il continua :

- Comprenez-moi bien. Si vous refusez, vous mourrez. Ici, tout de suite, et votre soeur avec vous. Si vous acceptez, et que vous essayez de nous trahir, la petite Bonnie risque de passer un sale moment... Il y a tellement de façons de faire souffrir quelqu'un sans le tuer, et mon frère adore ce genre de jeu.

Il se mit à rire, un rire qui mettait glaçait le sang, il se redressa et finit par dire :

- Affaire conclue ?

Je ne savais pas quoi dire, maintenant, ma vie se sera plus la même, ni celle de Bonnie d'ailleurs.

*Bonnie, pardonne-moi de n'avoir pas su te protéger correctement ! *

Je ne comprenais pas trop sa proposition, mais je sens que j'allais très vite le regretter. Je lui répondis d'une voix faible :

- J'accepte, mais il va me falloir plus d'explication car, je n'ai pas trop suivi.

Je baissai mes yeux, voilà, maintenant ma vie sera tout le temps en danger je repensais à mon travail qui comptait beaucoup pour moi !

- Comme j'accepte votre proposition, laissez-moi et ma soeur à vivre notre vie comme avant, en même temps, je ferais ce que vous me dites !

Je ne savais pas s'il accepterait, mais je ne voulais pas être enfermée ici ! Et la sécurité de Bonnie était d'abord ma priorité car, elle aussi travaillait déjà et puis elle sera plus en sécurité chez nous qu'ici !

Je détournais les yeux, attendant qu'il daigne répondre à ma condition.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une nuit effrayante ! [défis donné par Jaz']   Mer 4 Déc 2013 - 14:49

Les pensées de l'humaine défilaient à toute vitesse, mais la résignation et l'amertume montaient en force. Pauvre gamine, elle ignorait totalement dans quoi elle s'engageait, mais elle allait accepter pour sa très chère sœur. C'est si beau, l'esprit de famille ! La famille, point très important pour Aro, à une seule condition : qu'elle n'entrave pas la bonne route du clan. Il consolidera, fortifiera sa famille, mais si elle se dresse sur son chemin, il n'aurait aucun remords à "écarter" les problèmes. Comme sa propre petite sœur, Didyme. Quelle tristesse ! Elle était douce et belle, pourtant, peut-être trop. Si elle n'avait pas eu l'idée de quitter le clan pour son amour avec Marcus... Si elle était restée, rien de tout cela ne serait arrivé. Mais Marcus allait mieux, désormais. Il avait trouvé une autre femme, il avait réalisé son désir le plus cher, être père.

Elena - J'accepte, mais il va me falloir plus d'explication car, je n'ai pas trop suivi.

Bien évidemment. Et c'est ça qui était drôle. Elle avait le choix entre s'engager dans un combat dont elle ne connaissait rien avec le risque d'y laisser la peau, ce dont elle n'était même pas consciente, ou bien mourir tout de suite, avec sa très chère petite sœur. Amusant de voir comment la mort effrayait si facilement les humains, à la vie si courte et si fragile. Ils étaient bien bas dans la chaîne alimentaire, les pauvres. Mais véritablement fascinants, il devait l'avouer. Exemple frappant. A l'instant même, au lieu de penser à sa survie, l'humaine pensait à son travail... Incroyable. Elle était enfermée dans les cachots du château, en face d'un homme à la peau glacée et aux yeux rouges - Dire qu'elle ne faisait même pas le lien - sa petite sœur était loin d'elle, elle pouvait mourir avant d'avoir eu le temps de le réaliser, et elle pensait à son travail ! C'était si risible qu'il faillit bien éclater de rire.

Elena - Comme j'accepte votre proposition, laissez-moi et ma sœur à vivre notre vie comme avant, en même temps, je ferais ce que vous me dites !

Mais c'est qu'elle y croyait vraiment ! Plus têtue, il ne connaissait pas. Enfin, si, mais inutile d'y songer pour le moment. Il soupira légèrement, agacé.

- Votre petite sœur restera ici, ma chère. Je m'en voudrais qu'il lui arrive quelque chose en la laissant traîner dans la ville. Vous avez vu vous-même qu'on peut y faire de drôles de rencontre.

Il lui attrapa le bras et la traîna avec lui ? Elle voulait plus d'explications ? Et bien il allait lui en donner... Elle allait voir elle-même à quoi ressemblaient ceux qu'elle allait devoir espionner. Elle devait se rendre compte. Plus loin, dans le couloir, une autre cellule était occupée. Un homme, fou de rage et de haine, enchaîné au mur. Aro le montra à la jeune humaine par la lucarne. Le prisonnier était très musclé, avec les yeux d'une curieuse teinte jaunes, des dents sales, désordonnées, et pointues, qui lui sortaient presque de la bouche. Il hurlait que leur race allait reprendre le pouvoir, qu'il allait tuer et déchirer, qu'il voulait de la chair et du sang. Indifférent à ses gesticulations, Aro observa paisiblement l'humaine.

- Connaissez-vous la légende des Enfants de la Lune ? Les humains ont plutôt tendance à parler de loups-garous.
Revenir en haut Aller en bas
Elena Gilbert
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une nuit effrayante ! [défis donné par Jaz']   Dim 8 Déc 2013 - 18:40

L'effrayant me répondit assez vite en soupirant :

- Votre petite soeur restera ici, ma chère. Je m'en voudrais qu'il lui arrive quelque chose en la laissant traîner dans la ville. Vous avez vu vous-même qu'on peut y faire de drôles de rencontre.

Il m'attrapa le bras et m'emmena je ne sais ou, pas loin car, je vis qu'il m'emmenait dans une autre cellule où il y avait un homme. Cet homme semblait en colère, il était attaché au mur, enfin attaché, plutôt enchainé ! Je le vit par la lucarne, il semblait musclé, ses yeux étaient comme d'une couleur jaune, sa bouche, je le vis oh oui, il avait des dents pointues et sales. Puis l'homme dans la cellule hurlait, il disait que comme quoi leur race allait récupérer le pouvoir, qu'il tuerait et déchirerais, et qu'il voulait de la chair et du sang.

Puis l'effrayant me regarda :

- Connaissez-vous la légende des Enfants de la Lune ? Les humains ont plutôt tendance à parler de loups-garous.

Je sursautais ! Des loups-garous ! Comme la petite Camille ? Je ne savais pas ou me mettre, je croyais que ce n'était que des légendes !

Mon regard se reposa sur l'homme dans la cellule, je revis ses dents et les phrases qu'il avait dites ! Je compris aussitôt que lui aussi était un loup-garou !

Je reportai mon regard sur celui qui m'avait emmenée ici :

- Oui, je connais la légende sur les loups-garous avec la pleine lune, mais sur les enfants de la lune pas du tout !

Je m'arrêtai une minute, j'avais peur de la suite, j'avais peur de ce que j'allais entendre. Je compris quand même que je ne vivais pas dans un monde tout « rose », il y avait des humains qui se transformaient !

Je frissonnais et repris :

- Ne me dites pas que je devrais enquêter auprès de gens comme ça ?

Je désignai le loup-garou, secoua la tête et repensais à Bonnie, c'était plus fort que moi de penser à elle :

- Quant à ma sœur, je veux bien croire qu'elle est en danger dans Volterra, mais au moins, laisser lui la liberté de vadrouille comme bon lui semble !

Je soupirai longuement et mon regard fila dans la cellule du loup-garou.

*mon dieu, dans quoi je me suis embarquée ! *
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une nuit effrayante ! [défis donné par Jaz']   Sam 14 Déc 2013 - 10:42

Leur charmant prisonnier était entre les mains depuis quelques jours déjà. Et il n'y avait rien à en tirer. Ce n'était qu'un vulgaire pion, un fanatique, un sauvage, un parfait dingue qui ne croyait qu'en la "gloire" de sa mission et qui était prêt à mourir pour elle. Un imbécile, tout simplement. L'humaine semblait terrorisée, et sur le point de pleurer. Evidemment, vu comme ça, ce n'était pas très attrayant, ni encourageant.

Elena - Oui, je connais la légende sur les loups-garous avec la pleine lune, mais sur les enfants de la lune pas du tout !

Tss, tss... N'importe quel idiot aurait pourtant compris qu'enfants de la lune et loups-garous ne formaient en réalité qu'un seul et même groupe. Pas très éveillée, la petite humaine, et il commençait à douter de son utilité, si elle n'était déjà pas fichue de comprendre une chose aussi simple ! Certains humains étaient très vifs d'esprit, observateurs, comprenant très vite. Et d'autres étaient désespérément long à la détente, fatigants, et complètement idiots. Inutile de demander à quelle catégorie appartenait cette fille. Caïus, à sa place, se serait déjà énervé et aurait envoyé valser cette gourde contre le mur le plus proche en lui hurlant dessus. Il retint un sourire en imaginant la scène. Si les choses se passaient ainsi, l'humaine allait y rester, purement et simplement. Dommage ? Oh, tout dépendait des points de vue.

Elena - Ne me dites pas que je devrais enquêter auprès de gens comme ça ?

Alléluia, la lumière se fait ! Elle pointa leur prisonnier du doigt, qui s'était finalement rendu compte de leur présence. Et qui repartit dans une longue bordée d'injures et de malédictions diverses. Il avait un vocabulaire très riche et très fleuri, cet homme ! Il était drôle de le voir se débattre contre ces chaînes, alors qu'il devait être conscient ne pas avoir de moyens de s'en tirer. Ce qui lui rappelait quelqu'un d'autre, d'ailleurs... Mais passons. Ni cette bête odieuse ni ses comparses ne pourront résister. Le clan n'avait pas chômé, ces derniers temps, et malgré tous leurs efforts, les groupes d'EDL ne pouvaient vraiment se cacher. Mais ils ignoraient encore combien ils étaient exactement, quel étaient leurs desseins, et comment ils comptaient mener leur guerre. Ils avaient appris à s'organiser, et c'est ce qui les rendait plus dangereux.

Elena - Quant à ma sœur, je veux bien croire qu'elle est en danger dans Volterra, mais au moins, laisser lui la liberté de vadrouille comme bon lui semble !

Il ne daigna pas répondre à une demande aussi stupide, et se contenta donc de la pousser en avant, quittant les cachots et les hurlements de leur prisonnier. Il n'avait pas de temps à perdre, et cette idiote allait finir par le comprendre. Il la jeta quasiment dans une autre pièce, appelant quelques gardes. Au travail, maintenant. Laissant l'humaine ici, il le se contenta de lui dire qu'elle partira dans quelques jours.


C'est ainsi qu'à la fin de la semaine, il fit appeler Jade. Elle avait une drôle de mine, comme si elle venait de se disputer avec quelqu'un, mais il n'y prêta pas garde. Il lui fit signe de s'approcher, penché légèrement au-dessus d'une grande carte, et tapota n endroit du doigt.


- Tu pars pour Forks aujourd'hui, avec les autres. Et vous allez emmener l'humaine avec vous, celle que tu as sauvé l'autre jour.

Il lui ordonna d'y aller, de filer dès maintenant. Si les Enfants de la Lune voulaient jouer, leur clan serait là pour les accueillir.






[HJ : Rp de clôture, pour moi. Et c'est le moment pour le DC d'Esmée, pour Leah et Seth de jouer à fond. Et de ressortir les PNJs Charlie, Mike, Angela... A vos claviers.]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nuit effrayante ! [défis donné par Jaz']   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nuit effrayante ! [défis donné par Jaz']
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je n'aurais pas du les quitter.
» Torchwood - Nuit étoilée - Jack/Ianto - PG 13
» [Le Cherche Midi] Les enfants de la nuit de Frank Delaney
» [Astuce] Bloquer l'accès aux "Connexions de Données"
» Comment connaître la vitesse instantanée de nos bolides la nuit ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Archives et corbeille :: Archivage :: Rps d'Italie-
Sauter vers: