Tensions internes, contrebande, révolte qui gronde... A Amestris, la paix n'est jamais la bienvenue.
 
CalendrierFAQAccueilLivre d'Or du SiteRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Léger choc dans la gare

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Winry S. Rockbell

Ingénieur automail

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 9
DC : Aucun

MessageSujet: Léger choc dans la gare   Jeu 14 Sep 2017 - 11:14

Grand-mère Pinako ne semblait pas très enthousiaste, en réparant l’automail à moitié détruit de Ned, marmonnant entre ses dents qu’il vaudrait mieux le remplacer pour de bon plutôt que d’effectuer d’éternels rafistolages et qu’elle pouvait aussi lui faire un prix, car là, ça devenait bien dangereux de se balader avec ça en guise de jambe, pas étonnant qu’il y ait des accidents ! Ned eut un petit rire un peu gêné, arguant que même ainsi, il n’avait pas trop les moyens et préférait économiser pour faire rénover sa ferme et envoyer ses enfants à l’école. Winry sourit doucement en écoutant l’échange entre lui et sa grand-mère, qui lui faisait remarquer qu’à être aussi imprudent, il risquait de perdre sa seconde jambe aussi et qu’il ne pourra pas mieux travailler une fois rendu dans cet état. Elle passa brièvement pour dire au revoir à a grand-mère, dans l’atelier, puis remonta dans sa chambre pour prendre ses affaires et enfiler une petite veste. Des outils, un sac avec des vêtements,s on argent et de menus babioles, un petit panier repas pour ce midi et elle était partie. Den vint réclamer une caresse juste avant qu’elle ne quitte la maison, aboyant un peu lorsqu’elle partit sur le chemin de campagne.

Il y a deux ou trois jours, elle avait enfin reçu des nouvelles des frères Elric et avait prévu de venir les rejoindre pour quelques temps, Edward avait besoin d’une maintenance pour son bras et sa jambe, quant à Alphonse, elle lui avait trouvé une huile super pour l’entretien de son armure, en plus d’un bon cirage dont ils pourront se servir. A la gare du village, elle prit un ticket pour Central City, appréhendant déjà les heures passées en train, tant elle avait horreur de ça. C’était épuisant, en plus, elle ne comprenait vraiment pas comment ses deux amis pouvaient tant apprécier de voyager. En grimpant dans le wagon, elle trouva assez vite une place et s’y installa en soupirant, regardant le paysage défiler par la fenêtre une fois en route. Les deux frères étaient un peu bizarres, en ce moment, encore plus dans leurs recherches que d’habitude et elle avait l’impression qu’ils n’en pouvaient plus. Ou c’était peut-être juste une impression ? Ils ne lui disaient jamais rien, aussi ! Comme si elle ne pouvait pas comprendre. Ou bien ils ne voulaient pas qu’elle s’inquiète.

A Central, la gare était noire de monde, lui faisant regretter la petite gare tranquille de Resembool. Brum… Voilà qui commençait bien. Avançant avec difficulté dans la cohue, elle tâcha de se repérer et se cogna tout à coup contre quelque chose, s’étalant par terre avec un petit cri de surprise. Mais bon sang ! Poussant un juron sonore, elle se mit à genoux et se frotta le nez, remarquant qu’elle n’avait pas buté contre un plot mais contre une fillette, avec un chat bizarre, noir et blanc. Ah, désolée, désolée ! Winry s’excusa vivement en vérifiant qu’elle ne lui avait pas fait trop mal, ne voyant qu’après que leurs affaires à toutes les deux avaient été répandues au sol. Pardon, elle n’était pas si maladroite, d’habitude.

– Désolée, je ne t’ai pas fait mal ?

Elle portait des vêtements bizarres, d’ailleurs, cette enfant… Une sorte de longue tunique aux manches larges, serrée à la taille par une ceinture, des chaussures plates à moitié fermées, noires, avec un pantalon blanc, les cheveux tout aussi noirs et tressés en quatre nattes et deux chignons. Elle n’était pas d’ici, non ? Winry lui lança un regard curieux, tout en commençant à ranger ce qui était tombé.

– Tu n’as pas l’air d’ici. Tu es venue faire du tourisme avec tes parents ?


Revenir en haut Aller en bas
May Chang

Princesse

avatar

Statut :
  • Membre
Messages : 261
DC : Non

MessageSujet: Re: Léger choc dans la gare   Lun 2 Oct 2017 - 12:16

C’était très grand, ici, il y avait tellement de monde ! Heureusement que May était très petite, cela lui permettait de se faufiler un peu partout sans trop ralentir et souvent sans se faire remarquer. Xiao Mei s’accrochaient fermement de ses petites griffes sur son épaule et la petite gardait un œil sur elle, sans cesse, par peur de la perdre dans la foule. Elle s’était rendue à Resembool mais les habitants là-bas lui avaient dit que le petit alchimiste était reparti à Central quelques semaines plus tôt et qu’il voyait beaucoup à travers tout le pays. C’était bien ça le problème ! Comment pouvait-elle espérer le retrouver, à cette allure ? Elle le cherchait sans cesse, partageant son temps entre ses propres expéditions et les voyages avec monsieur Scar. Elle s’était beaucoup attaché à lui, et comme il lui avait sauvé la vie, il était de son Devoir, et son Honneur, de lui rendre la pareille ! Ou au moins d’être présente pour lui à chaque instant ! Une Dette de Vie était très importante, on ne plaisantait pas avec ça ! May avait hâte de le retrouver, lui aussi, elle craignait qu’il ne lui arrive quelque chose comme il avait beaucoup d’ennemis. Et puis, dans ce pays, l’alchimie était bizarre, c’était dangereux…

Un sac en papier kraft rempli de provisions dans les bras, May se frayait un chemin en regardant partout autour d’elle, cherchant une sortie menant directement vers les rues adjacentes et ne as continuer dans la cohue à la sortie principale de la gare. Elle devait d’abord aller vérifier les endroits habituels de la ville où monsieur Scar avait l’habitude de se rendre, pour se reposer, lorsqu’il était à Central, parfois seul, parfois avec d’autres reclus de la communauté. Des Ishbals survivants, des sans-abris, quelques criminels, des personnes trop pauvres pour un vrai logement, mais aussi des trafiquants et des voleurs. En résumé, toute la panoplie des isolés et reclus, de ceux qui n’avaient trouvé leur place nulle part, vivant soit dans des bidonvilles, soit dans les quartiers reculés, mal famés ou en ruines de la capitale. Des lieux qui n’effrayaient pas la fillette, elle savait très bien se défendre et se battre. Elle filait à bon pas lorsqu’on la percuta tout à coup très brusquement, dans la foule, la faisant s’écrouler au sol sur le dos et se cogner un peu la tête, lâchant son sac dans l’affaire. Un peu sonnée, elle se redressa, alors qu’une fille blonde à genoux à côté d’elle se répandait en excuses.

– Désolée, je ne t’ai pas fait mal ?

– N… Non, je aller bien.

Si elle comprenait bien la langue parlée à Amestris, May ne la parlait pas encore couramment et se cogner la tête par terre n’aidait pas non plus. Se mettant à genoux à son tour, elle adressa malgré tout un petit sourire à la fille pour qu’elle en s’inquiète pas, se mettant à ramasser ses affaires, comme la fille. Heureusement, son sac en papier n’était pas déchiré ! C’était bien pratique pour transporter les quelques provisions qu’elle avait acheté, en plus d’un petit flacon de désinfectant. L’élixirologie ne suffisait pas, parfois, il fallait aussi prendre soin de laver les plaies avec ça, tout dépendait, en fait, si le souffle du dragon était assez puissant à l’endroit où elle effectuait le soin.

– Tu n’as pas l’air d’ici. Tu es venue faire du tourisme avec tes parents ?

– Non, sourit-elle. Je être venue étudier alchimie ! Je cherche aide d’un puissant alchimiste, monsieur Edward.

Et elle allait le chercher encore bien longtemps, s’il n’arrêtait pas de courir à travers le pays tout entier sans jamais stopper à un endroit ! Un profond découragement s’abattit tout à coup sur elle et elle soupira, avant de se redresser et remettre activement ses affaires dans le sac. Allez, on ne se laisse pas abattre ! La fille qui lui était tombée dessus lui avait lancé un long regard en répétant « Monsieur Edward », d’une voix lente et plus distante, sans que May n’y prête vraiment attention. Il était connu, il y a beaucoup de gens qui parlaient de lui, dans le pays, on racontait qu’il était le plus jeune des Alchimistes d’État et qu’il avait vaincu un homme affreux à Lior ! May avait tellement hâte de le retrouver, qu’il lui apprenne l’alchimie de ce pays et si possible, qu’il lui explique pourquoi elle était aussi bizarre. Tout le pays était très perturbé, dans la terre, elle le sentait à chaque pas, et c’était encore plus fort ici, à Central. Elle avait déjà posé la question à monsieur Scar et il n’avait pas pu lui répondre, il n’avait pas étudié l’alchimie et ne s’en servait pour détruire que grâce à un héritage reçu de son frère.

– Vous n’être pas d’ici non plus, non ? demanda-t-elle à son tour. Vous connaître bien Central ?


Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-crepuscule.forumsactifs.com/t81-alice-cullen-validee#94
 
Léger choc dans la gare
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Est il autorisé de photographier dans une gare ???
» petit casino dans la gare
» Paris-Austerlitz - la gare !
» Temps d'attente derrière l'écran
» Les extraits de films/séries qui nous ont émus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvel Horizon :: Région de Central :: Ceinture Principale :: Gare-
Sauter vers: